Églises réforméesse

Information générale

Les Églises réformées, qui à l'origine utilisé cette appellation pour se distinguer de la "Roman" l'Eglise catholique non réformé, sont ceux coupures de protestants qui sont dans la théologie calviniste et presbytérienne en général dans l'organisation de l'église. Ils trouvent leur origine dans les travaux de réforme à Zurich Ulrich Zwingli et de Calvin à Genève John.

La perspective réformée se propager rapidement vers l'Allemagne, la France, la Hollande, la Hongrie, la Bohême, et ailleurs sur le continent. Dans les îles britanniques, ses principes en forme de l'Église d'Écosse et de l'influence de l'Église d'Angleterre, notamment par le puritanisme. Les presbytériens constituent le plus grand corps réformée en Amérique. Active Églises réformées se trouvent dans le monde entier où les colons européens ont migré (comme en Afrique du Sud). Depuis 1877, une Alliance mondiale des Eglises réformées a fourni un forum de discussion et de consultation.

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Mark Noll A


Église réformée en Amérique

Information générale

L'Église réformée en Amérique est une dénomination protestante avec des racines en néerlandais calvinisme. En 1989, elle comptait près de 337.408 membres dans plus de 963 églises, avec sa plus grande force dans les États du Moyen-Atlantique, le Michigan et l'Iowa. En 1628, les colons néerlandais a créé une église à New Amsterdam (aujourd'hui New York). Ceci et d'autres églises américaines étaient dirigées à partir d'Amsterdam jusqu'au 18ème siècle quand, sous l'influence de renouveau Jacob Frelinghuysen Théodore (1691 à 1747), un organisme américain a été créé (1748). Les difficultés entre ce groupe et d'autres fidèles à l'organisme néerlandais ont été finalement résolus (1771) grâce aux efforts de John Henry Livingston (1746 - 1825), un leader influent au Queens College (aujourd'hui l'Université Rutgers), Nouveau-Brunswick, NJ, qui avait été fondée par les réformés néerlandais. L'Église protestante réformée néerlandaise a adopté une nouvelle constitution en 1792; en 1867, elle a changé son nom à l'Église réformée en Amérique.

de normes doctrinales sont dénomination de la Confessio Belgica (1561), le Catéchisme de Heidelberg (1563), et les canons du synode de Dordrecht (1619). Son organisation est essentiellement presbytérienne. Il est un peu plus près à la canalisation principale d'un corps protestants dénomination sœur de calvinistes néerlandais, l'Église chrétienne réformée.

Mark Noll A

Bibliographie
GF De Jong, l'église réformée néerlandaise dans les colonies américaines (1978); FJ Hood, réformée en Amérique (1980); Hoeven Van JW, éd., La piété et le patriotisme: études du bicentenaire de l'Église réformée en Amérique, 1776 - 1976 (1976 ).


La tradition réformée

Advanced Information

Le terme "réformée" est utilisé pour distinguer les calvinistes de la luthérienne et traditions anabaptiste. La tradition réformée trouve ses racines dans la théologie de Zwingli, le premier réformateur de Zurich, et Jean Calvin de Genève, qui, dans ses commentaires bibliques, ses brochures, mais surtout dans l'Institution de la religion chrétienne, a développé une théologie protestante. Calvin enseignements ont été suivis par de nombreux individus et groupes qui sont sortis de la Réforme jusqu'à nos jours, mais ils n'ont pas toujours suivi exactement la même ligne de pensée ou de développement. Ainsi, dans la tradition réformée calviniste, tout en acceptant l'essentiel et se ressemblent à bien des égards, ont certaines différences produites par des circonstances historiques et même géographiques. Ces différences ont abouti à un certain nombre de lignes qu'on pourrait appeler ce souches ou dans la tradition.

La Réforme et la tradition réformée

La première ligne du développement dans la tradition réformée a été celle qui a été commun en Europe du Nord, Suisse, France, Hollande, Allemagne, et a également eu une influence à l'Est, en Hongrie et au sud dans l'Eglise vaudoise en Italie. Les Églises réformées dans le premier - le nom des domaines ont été très actifs dans la production des aveux début de la foi et catéchismes encore retenus comme normes doctrinales dans de nombreuses églises. Calvin a élaboré le premier catéchisme réformée en 1537 et il a réécrit en 1541. Ce travail a été traduit en plusieurs langues différentes et a été largement influents. Plus important encore a été la Confession Heidelberg de 1563, qui est encore un confessionnal de document standard dans la plupart des Églises réformées européenne. Les Confessions helvétique (1536, 1566), la Confession gauloise (1559), et la Confessio Belgica (1561) également formulé une position doctrinale calviniste.

Outre-Manche dans les îles britanniques, le calvinisme a été une influence dominante dans la Réforme. Bien que l'Église d'Angleterre a été obligée par la reine Elizabeth à conserver un quasi - la liturgie catholique romain et la forme de gouvernement, le calvinisme a été la théologie sous-jacente telle qu'exprimée dans la trente - neuf articles (1563), qui sont une version réécrite de l'archevêque Cranmer Quarante plus tôt - deux articles (1553). Instituts de Calvin a également fourni en anglais des étudiants en théologie avec leur enseignement théologique de base dans le dix-septième siècle. Les puritains, composé des indépendants et les presbytériens et plus cohérente calviniste, a cherché à faire toutes les traces du catholicisme romain éliminé de l'Église établie. Dans le même temps un nombre considérable de protestants influencée par l'anabaptisme, tout en acceptant le baptême des adultes comme la seule méthode appropriée de l'administration du sacrement, a également accepté la plupart des doctrines réformées. En raison de leur croyance en la doctrine de la prédestination, ils étaient connus comme «particulière» baptistes, par opposition à la «libre arbitre» baptistes qui ont rejeté la doctrine.

Ces groupes non-conformistes étaient responsables de l'élaboration de la Confession de Westminster de la foi, les catéchismes, Forme de Gouvernement de l'Eglise, et le Répertoire de culte, qui sont devenus les normes de tous les Anglais - langue églises presbytériennes. L'église presbytérienne en Ecosse, l'Eglise d'Ecosse, qui avait initialement utilisé la Confession écossaise (1560) et le Catéchisme de Genève, a adopté les normes de Westminster en 1647, après que le Parlement anglais, dominée par les Indépendants, avait refusé de consentir à leur devenir les normes de l'Église d'Angleterre.

Les XVIIe et XVIIIe siècles

Dans les colonies britanniques et européennes dans le monde et réformée presbytérienne du XVIIe siècle ont été fondées par des colons qui ont émigré au Massachusetts, New York, l'Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, et d'autres endroits. Bien qu'elles aient souvent reçu peu de soutien des églises à domicile, du moins au début, ils ont néanmoins développé des églises de leur propre, généralement après l', liturgique et doctrinale gouvernementales traditions de l'arrière-plan ecclésiastique à partir de laquelle ils étaient venus. La plupart des églises presbytérienne Westminster accepter les documents que leur niveau subalterne, alors que ceux de la tradition européenne réformée tenir les aveux et les catéchismes des organismes dont ils sont issus.

L'histoire de la tradition réformée a été loin d'être pacifique ou controversées. Des problèmes sont apparus à des moments qui ont exigé la tenue de ces à la position réformée de réexaminer et de défendre leurs croyances fondamentales. Un des exemples les meilleurs et les plus influents évolution a été celle qui a commencé avec théologien néerlandais James Arminius, qui ont rejeté la doctrine de Calvin de la grâce. En 1610, ses partisans énonce une remontrance contre ceux qui s'opposent à eux, porter la question à une tête.

Le résultat a été un synode tenu à Dordrecht aux Pays-Bas en 1618, composé de théologiens à partir d'un certain nombre de pays, qui ont condamné les enseignements arminienne, affirmant (1) de la dépravation totale de l'homme, (2) l'élection divine inconditionnelle; (3) c'est l'expiation du Christ a été limitée aux élus; (4) que la grâce divine est irrésistible, et (5) de la persévérance des élus jusqu'à la fin. Les arminiens ont été expulsés de l'église réformée, mais ont établi leur propre corps, et ont eu une grande influence, formant la base de Wesleyan méthodisme et d'autres non - et anti - réformée groupes chrétiens. Les Canons du Synode de Dordrecht sont l'une des trois formes d'unité, les normes doctrinales des Eglises réformées néerlandaises plus, les deux autres étant la Confessio Belgica et le Catéchisme de Heidelberg.

En Angleterre et en Ecosse un conflit quelque peu différente a eu lieu. En puritains »les tentatives de l'amener à une réforme complète de l'Église d'Angleterre, ils se sont trouvés opposés par Elizabeth et ses deux successeurs, Jacques Ier et Charles I. influentes au Parlement, ils ont réussi à s'opposer à la monarchie, mais finalement ce qui a conduit à la guerre. La cause réelle ou point de départ de la guerre en Ecosse, où Charles j'ai cherché à l'épiscopat vigueur sur les presbytériens. Ils ont résisté, et quand Charles a cherché à lever une armée en Angleterre, les puritains faite au Parlement de telles exigences sur lui qu'il a tenté de leur imposer par la force. Il a été défait, capturé et exécuté par le Parlement en 1649.

Pour les neuf prochaines années Cromwell a gouverné le pays, mais peu de temps après sa mort, Charles II, je le fils de Charles, monta sur le trône et a cherché à suivre le père de la politique de son en Angleterre et en Ecosse. Bien que les Puritains en Angleterre ont été forcés de se soumettre, les Ecossais en prenant les armes contre Charles effectués sur un type de la guérilla. Les Covenanters, ainsi appelés parce qu'ils s'était engagé pour la défense de la Couronne des droits "de Jésus-Christ», ont poursuivi leur opposition lorsque le frère de Charles James, un catholique romain, devint roi, et n'a pas déposer les armes jusqu'à ce que James a été forcés de quitter la Colombie trône et fut remplacé par William, Prince d'Orange, en 1688.

Bien que la tradition réformée a eu ses conflits, il a aussi eu une influence très positive dans le monde. Au XVIIIe siècle, il a été l'un des principaux centres de la renaissance évangélique. En Ecosse, le mouvement avait commencé en 1700 grâce à l'influence de Thomas de Boston et les hommes de moelle, ainsi appelés parce qu'ils avaient été fortement influencées par les travaux puritaine la moelle de Modern Divinité. Le renouveau associés aux travaux de ce groupe a finalement fusionné avec la renaissance évangélique en Angleterre grâce à l'influence de George Whitefield. Dans le même temps dans les colonies américaines Jonathan Edwards a été impliqué dans le Grand Réveil, qui était encore liée à la circulation en anglais grâce à Whitefield. Dans tous ces cas théologie calviniste a été l'influence sous-jacente.

La tradition réformée dans la période récente

Le renouveau de la prédication évangélique et le pouvoir ne s'arrête pas là, car à travers l'influence écossaise Elle a été réalisée en Europe en 1818, quand Robert Haldane s'est rendue en Suisse pour une tournée d'évangélisation. Il a considérablement influencé des hommes tels que César Malan et Merle d'Aubigné, et à travers eux le renouveau évangélique étendre à d'autres parties de l'Europe. En Hollande, il a eu un fort impact en particulier, résultant dans les travaux de Groen van Prinsterer, Herman Bavinck, et Abraham Kuyper. Kuyper fut le fondateur de l'Université libre d'Amsterdam, le chef de file du mouvement qui les séparait de l'église d'État pour former le Kerk Gereformeerde, et en 1901, comme chef du Parti anti - révolutionnaire, est devenu Premier ministre. En raison de travaux de Kuyper une renaissance du calvinisme a eu lieu non seulement dans les milieux ecclésiastiques, mais dans de nombreux autres aspects de la vie néerlandaise, qui ont eu une influence bien au-delà Hollande.

Dans les îles britanniques de la même tradition réformée a été portant des fruits semblables. L'un des événements les plus importants ecclésiastiques a été l'exode d'une grande partie de l'Église d'Écosse pour former l'Église libre d'Écosse. Bien que la cause immédiate est l'opposition à la droite de patrons d'imposer des ministres sur les congrégations, la cause fondamentale est le fait que l'Eglise d'Ecosse a largement renoncé à sa position réformée, et ceux qui souhaitaient maintenir il insiste pour que ils doivent être libres de choisir leurs propres ministres. Lorsque cela a été refusé, ils se sont retirés et ont formé leur propre confession. Mais ce n'était pas seulement dans le domaine ecclésiastique que ceux de la persuasion réformée a pris des mesures.

La révolution industrielle en Grande-Bretagne avait fait de grands changements, avec l'exploitation généralisée des travailleurs. Pour contrer cette hommes comme Anthony Ashley Cooper, comte de Shaftesbury septième en Angleterre, le révérend Thomas Chalmers en Ecosse, et d'autres ont travaillé pour que les lois adoptées pour protéger les ouvriers d'usine, les mineurs et les personnes handicapées physiques. Beaucoup de ces dirigeants étaient calvinistes forte, et plus tard dans le siècle, de nombreux chrétiens avec le même point de vue siégé au Parlement britannique et étaient responsables d'autres lois visant à améliorer la condition des classes laborieuses.

Cette pratique réformée de l'engagement social et politique a été menée aux Etats-Unis, où ceux de la tradition réformée ont pris une part considérable dans ces domaines. Beaucoup dans les églises presbytériennes et réformées ont participé au mouvement visant à abolir l'esclavage, et plus récemment ont été importants pour les droits civiques et des mouvements similaires. Malheureusement en Afrique du Sud la tradition réformée a été impliqué dans le soutien des politiques d'apartheid racial et leur application, mais ce n'est que l'évolution de certains éléments réformée dans le pays et les Églises réformées en dehors, par des organismes tels que le Synode œcuménique réformé, font pression Afrique du Sud sur les églises de changer leurs attitudes envers les politiques du gouvernement du.

La tradition réformée a toujours été fortement en faveur de l'éducation des membres de l'église. Calvin insistance sur la formation catéchétique des jeunes, et sa mise en place de ce qui est maintenant l'Université de Genève, a été imité en Écosse par John Knox dans les dispositions d'enseignement dans le premier livre de discipline, aux Pays-Bas par la création d'institutions telles que le Université de Leyde, et en France par la création de divers séminaires. De même, en Amérique, cette tradition éducative a été responsable de la fondation d'universités telles que Harvard et Yale. Dans les années plus récentes Collège Calvin à Grand Rapids, Michigan, Redeemer College à Hamilton, en Ontario, et autres institutions similaires indiquent que la tradition réformée dans l'éducation est encore en fonctionnement et remplit un rôle important dans l'élaboration d'une éducation, des citoyens chrétiens.

Au cours de la dernière partie du XIXe siècle et tout au long du XXe siècle, il ya eu une augmentation du stress sur l'importance de l'érudition chrétienne. Bien qu'il y ait toujours été des chercheurs réformée, Abraham Kuyper suscité un vif intérêt dans ce domaine, qui a été suivie dans d'autres pays. Encours savants modernes comprennent Herman Dooyeweerd, DH Th Vollenhoven, JH Bavinck, et d'autres aux Pays-Bas, en particulier à l'Université libre d'Amsterdam; James Orr en Ecosse; J Gresham Machen et Cornelius Van Til aux États-Unis; Pierre Marcel en France; et beaucoup d'autres qui se sont consacrés à l'élaboration d'une approche réformée dans de nombreux domaines appris.

À partir de 1850 un autre développement notable a été les efforts des différents réformée et presbytérienne de coopérer à de nombreux égards. En 1875, l'Alliance mondiale des Eglises réformées tenue le système presbytérien a été organisé, et continue encore. Comme certains d'entre les églises de l'alliance, toutefois, se sont éloignés d'une théologie réformée position vraiment, comme en témoignent les confessions et de pratiques nouvelles qui ne semblent pas être réformé, un certain nombre de confessions réformées, en particulier récemment créé des organismes, ont refusé de Joignez-vous à la C. WAR

En conséquence, dans les années 1960, un nouvel organisme, le Synode œcuménique réformé, a été créé pour veiller à ce qu'un témoin entièrement réformée serait maintenue. Juste avant cette nonecclesiastical certaines organisations ont vu le jour. En 1953, à Montpellier, en France, sous la direction de Pierre Marcel, l'Association internationale pour la réforme de Foi et Action a été fondée, et aux États-Unis, plus récemment, l'Association nationale des Églises réformées et presbytériennes a été organisée. De cette façon, les chrétiens réformés sont de plus en plus de travailler ensemble à exposer l'Evangile au monde. Le résultat est que la tradition réformée exerce une influence non seulement dans le monde occidental, mais parfois même plus de force dans des endroits comme la Corée du Sud, Indonésie , l'Inde et l'Afrique.

La tradition réformée a constitué une partie importante de la culture occidentale, l'influence de nombreux aspects différents de la pensée et de vie. Peu à peu cependant, une grande partie de sa contribution a été sécularisé, les racines religieuses d'être jeté et rejeté. On ne peut pas s'empêcher de se demander, par conséquent, si l'état du monde occidental d'aujourd'hui n'est pas le résultat de ce rejet, avec selfcenteredness prendre la place de faire toutes les choses «à la gloire de Dieu."

WS Reid
(Évangélique Dictionary)

Bibliographie
J Bratt, éd., L'héritage de Jean Calvin, fut Reid, éd., Jean Calvin: Son influence dans le monde occidental; WF Graham, le révolutionnaire constructive; JT McNeil, L'histoire et du caractère du calvinisme.


Églises réformées

Catholique d'Information

Le nom donné à des organismes protestante qui a adopté les principes de Zwingli et, plus tard, les principes doctrinaux de Calvin. Ce titre distinctif origine en 1561 lors du colloque de Poissy. Lancé en Suisse, le mouvement à partir de laquelle les Églises sauta gagné du terrain à une date rapprochée en France, certains Länder allemands, les Pays-Bas, Angleterre, Ecosse, en Hongrie et en Pologne. Plus tard, l'émigration et de colonisation garanti une plus large diffusion reste du système calviniste. Certains de ces dénominations qui a adopté il aller aujourd'hui sous une dénomination spéciale, par exemple presbytérianisme: ils reçoivent un traitement distinct dans ce travail. D'autres sont devenus des églises nationales et sont mentionnées sous le nom du pays dans lequel ils évoluent. (Voir zwinglianisme; calvinisme; Réforme; arminianisme, la Hollande, Pays-Bas; huguenots, l'Écosse, etc.) Les organismes suivants sont considérés ici:

I. LA RÉFORME (néerlandais) Eglise en Amérique

(1) Nom, normes doctrinales, et de l'Organisation

La dénomination connue sous le nom "Les protestants néerlandais Église réformée en Amérique du Nord jusqu'en 1867, lorsque le nom actuel a été adopté, affirme avec les protestants en général seule la suffisance de l'Écriture comme une règle de foi. Ses normes reconnues théologiques sont les Apôtres, de Nicée, d'Athanase et le Credo, la Confessio Belgica, le Catéchisme de Heidelberg, et les Canons du Synode de Dordrecht. Il croit à la réception spirituelle de Jésus-Christ par le croyant dans la Cène du Seigneur, et accepte aussi les calvinistes doctrine distinctive d'une élection limitée au salut. La liturgie se caractérise par une grande simplicité, ses formes sont facultatives, sauf dans l'administration des sacrements. En matière de politique, l'Église presbytérienne est, la constitution reconnaît quatre types d'agents: les ministres de la parole, les professeurs de théologie, les anciens et diacres. Les anciens fonctions spirituelles exerecise et les diacres sont en charge des intérêts temporels. A la tête de chaque congrégation est le Consistoire, qui est composé du ministre, les anciens et diacres. L'autorité sur un quartier est dévolu à la Classis qui lui-même est sous la juridiction du Synode particulière. Le Synode général exerce le contrôle suprême de l'Église. Les anciens et les diacres sont élus pour un mandat de deux ans, après quoi ils peuvent être réélus. Ancien anciens et les diacres peuvent être réunies pour la consultation dans ce qui est connu comme le Grand Consistoire ». Les autres Églises réformées en particulier traités dans cet article sont également constituée et organisée.

(2) Histoire

L'église réformée néerlandaise a été organisé parmi les colons des Pays-Bas à New York en 1628 par le pasteur Jonas Michaelius. Cinquante communiants étaient présents à la première célébration de la Cène du Seigneur. Lorsque, en 1664, la colonie est passée de néerlandais aux mains des Anglais, 11 églises réformées, avec un effectif approximatif de 10.000 âmes, existait dans le pays, ils étaient tous situés à New York et les Etats voisins. Selon les termes de la capitulation des Néerlandais ont été accordées "la liberté de leurs consciences dans le culte divin et la discipline dans l'église". Durant la première décennie de l'occupation anglaise de cette disposition a été fidèlement respectées. Plus tard, cependant, les gouverneurs ont cherché à imposer l'anglais coutumes ecclésiastiques sur leurs sujets néerlandais, en conséquence de laquelle beaucoup d'amertume a été engendré, et une lutte prolongée s'ensuivit. En dépit de cette circonstance défavorable et l'arrêt de l'immigration néerlandais, le nombre d'églises, au début du XVIIIe siècle, était passé à trente-quatre. Ils étaient sous la juridiction de la Classis d'Amsterdam. En 1738, une pétition pour l'autorisation d'un Coetus, ou assemblée ecclésiastique, a été envoyé à cet organisme. Mais c'est seulement au bout de neuf ans qu'une réponse favorable a été reçue. Il s'agissait de la première étape vers l'indépendance, qui a été entièrement réalisé en 1755 par la formation autorisé d'un classis. Cette action de certains membres de la Coetus traduit par des conflits prolongés, ce qui devait être guéri par le plan de l'Union présenté par le révérend JH Livingston en 1771 et acceptée par les églises et les Néerlandais d'Amsterdam Classis d'Amsterdam. Après l'époque troublée de la Révolution, l'organisation interne a également été perfectionné en 1792 par l'adoption d'une constitution, qui prévoit un synode général. En 1794, ce synode se réunit pour la première fois, il a tenu des séances triennal jusqu'en 1812, puis est devenu un organe représentatif et annuels. Une période de prospérité accrue ouverte à la dénomination en 1846, lorsque de nombreux Hollandais installés dans le Middle West et eux-mêmes connectés à l'église. En 1910, l'église réformée néerlandaise comptait 728 ministres, 684 églises, et 116.815 communiants (statistiques de M. Carroll dans le "Christian Advocate", New York, le 26 janvier 1911; cette autorité statistique est cité tout au long des États-Unis). Grâce à l'émigration nous venons de parler, l'Église chrétienne réformée a également été transplantés en Amérique. Cette dénomination a été organisée en Hollande (1835) comme une protestation contre les tendances rationalistes de l'Église d'État. Pour se sont joints aux Etats-Unis en 1890 les membres diminution de l'Église réformée est vrai, un corps organisé en 1822 par plusieurs membres du clergé. Il compte aujourd'hui 138 ministres, 189 églises, 29 006 communiants.

(3) établissements d'enseignement et de l'activité missionnaire

Certains des établissements d'enseignement contrôlé par l'Église ont été établis à une date très précoce. Rutgers College a été fondé en 1770 sous le nom de Queen's College à New Brunswick, New Jersey, où un séminaire de théologie a également été établi en 1784. A Holland, au Michigan, Hope College a été fondé en 1866, et le Western Theological Seminary en 1867. Un conseil de l'éducation organisée par des personnes privées, en 1828, a été repris par le Synode général en 1831, il étend l'aide financière aux étudiants nécessiteux pour le ministère. Un «ministres» du Fonds pour handicapés "accorde des aides similaires à des ecclésiastiques, et une veuve" Fonds "à leurs épouses. Un conseil de la publication a été en opération depuis 1855. Le prosélytisme de l'Eglise ne se limite pas à l'Amérique, un Conseil des Missions étrangères établies en 1832 a été complétée en 1875 par un auxiliaire de conseil femme. L'Eglise maintient des stations à Amoy, en Chine, dans les districts de Arcot et de Madura, en Inde, au Japon, et l'Arabie.

II. Les réformés (ALLEMAND) ÉGLISE DANS LES ÉTATS-UNIS

Cette église a été fondée par des immigrants venus du Palatinat et d'autres régions allemandes de la foi réformée. Son histoire commence avec l'immigration allemande du dernier quart du dix-septième siècle. Parmi ses ministres étaient au début Philip Boehm et George M. Weiss, dont la renommée est éclipsé, cependant, par celle de la véritable organisateur de l'Eglise, Michael Schlatter. Ce dernier a visité la plupart des colonies de peuplement allemand réformé, institué des pasteurs, des écoles établies, et, en 1747, a constitué la coetus premier. Sur un voyage ultérieur à travers l'Europe, il a obtenu une aide financière pour les églises pauvres, en promettant la présentation de la coetus à la Classis d'Amsterdam. Six jeunes ministres l'a accompagné à l'Amérique en 1752; l'offre de prêtres, cependant, était insuffisant pour de nombreuses années et a abouti à quelques défections. En 1793, le synode a remplacé le coetus et a assumé l'autorité suprême dans l'Eglise, qui compte désormais environ 180 congrégations et 15.000 communiants. Le processus d'organisation a été complétée en 1819 par la division du Synode en districts ou des classes. Vers 1835, l'Mercersburg «controverse», relatif à certaines questions théologiques, agité l'Église; en 1863 le tricentenaire de l'adoption du Catéchisme de Heidelberg a été célébré. De cette époque date la fondation de «maisons d'orphelins dans la dénomination. travail de la mission des affaires étrangères a été inauguré en 1879 par l'envoi de missionnaires au Japon. La théologie premier séminaire a été organisé en 1825 à Carlisle, en Pennsylvanie, il a été enlevé en 1836 à Mercersburg et en 1871 à Lancaster, en Pennsylvanie. L'Eglise contrôle également l'Université de Heidelberg et de l'Ouest Theological Seminary (tant au Tiffin, Ohio), Ursinus College (Collegeville, Pennsylvanie), Catawba College (Caroline du Nord), et plusieurs autres institutions éducatives de qualité de pointe. Sa composition actuelle est 297116 communiants avec 1226 et 1730 les ministres des églises. L'Église réformée hongroise, qui compte actuellement 5253 communiants, a été organisée en 1904 à New York pour la commodité des immigrants de langue hongroise.

III. Les Eglises réformées DANS L'UNION DE L'AFRIQUE DU SUD

colons néerlandais transplanté la foi réformée en Afrique du Sud dès 1652. 0f Eglises une certaine importance à l'heure actuelle il existe dans le pays et sont organisés comme les Eglises réformées de la colonie du Cap, de l'État libre d'Orange, du Transvaal et du Natal. Les progrès dans l'union politique influencé positivement les affaires de l'Église: en 1906, ces organes distincts se sont placés en vertu d'un Conseil fédéral, et en 1909 en vertu d'un synode général. Leurs montants adhésion collective à environ 220.000 communiants. Le mouvement vers l'union avait été précédé par des sécessions causé par les tendances libérales et conservatrices théologique. En tant que représentant du conservatisme de la «Église réformée d'Afrique du Sud» a été organisée en 1859 par le révérend D. Postma. Il a aujourd'hui une adhésion totale d'environ 16.000 communiants distribués par la colonie du Cap, l'État libre d'Orange et du Transvaal. Une ramification de l'esprit libéral est le séparatiste "Église réformée du Transvaal», qui a été organisé par le révérend Van der Hoff et a à l'heure actuelle environ 10.000 communiants.

Informations concernant la publication écrite par NA Weber. Transcrit par WGKofron. Merci à Mary's Church St., Akron, Ohio L'Encyclopédie Catholique, Volume XII. Publié en 1911. New York: Société Appleton Robert. Obstat 1 Juin 1911. Lafort Remy, STD, Censeur. Imprimatur. + John Farley, Archevêque de New York

Bibliographie

Schaff, cultes de la chrétienté, je (New York, 1877), 354 à 816; III, 191-597; CORION, Histoire de l'Église réformée (néerlandais) dans Amer. Eglise Hist., Ser., VIII; Dubbs, Histoire de l'Église réformée, en allemand, ibid. (Les deux études sont précédées par des bibliographies détaillées); Corwin, Manuel de la protestante néerlandaise Église réformée en Amérique (4 e éd., New York, 1902); GOOD, Histoire de l'Église réformée aux États-Unis, de 1725 à 1792 (Reading, PA ., 1899); ZWIERLEIN, Religion en Hollande Nouvelle, 1629-1634 (Rochester, 1910).


De plus, voir:
Canons de Dort
Belgic Confession
Heidelberg Confession

Helvetic Confession
Confession de Westminster


Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'