Deuxième Confession helvétiquese

Informations générales

Chapitre 1 - de la Sainte Écriture est la Parole véritable de Dieu

Écriture canonique. Nous croyons et nous confessons les Écritures canoniques des saints prophètes et apôtres des deux Testaments à la vraie Parole de Dieu, et d'avoir suffisamment d'autorité sur eux-mêmes, non des hommes. Car Dieu lui a parlé à nos pères, les prophètes, apôtres, et nous parle encore à travers les Saintes Ecritures.

Et dans cette Sainte Ecriture, l'Eglise universelle du Christ a l'exposition la plus complète de tout ce qui appartient à une foi qui sauve, et aussi à l'encadrement d'une vie agréable à Dieu, et à cet égard, il est expressément ordonné par Dieu que rien ne soit être ajoutés ou prises de la même chose.

Écriture enseigne entièrement toute bonté Nous jugeons donc que, à partir de ces Ecritures doivent être calculés à la vraie sagesse et la piété, la Réforme et de gouvernement des églises;. Comme aussi l'enseignement dans tous les devoirs de piété, et, pour être bref, la confirmation des doctrines , et le rejet de toutes les erreurs, d'ailleurs, toutes les exhortations en fonction de ce mot de l'apôtre: «Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre», etc (2 Tim. 3:16-17). Encore une fois, "Je vous écris ces instructions pour vous», dit l'apôtre à Timothée, «afin que vous sachiez comment il faut se comporter dans la maison de Dieu», etc (1 Tim. 3:14-15).

L'Écriture est la Parole de Dieu Encore une fois, l'apôtre même aux Thessaloniciens:. "Quand", dit-il, «vous avez reçu la Parole de Dieu qui vous entendu parler de nous, vous l'avez acceptée, non comme la parole des hommes, mais comme ce qu'il est vraiment la Parole de Dieu », etc (.. 1 Thessaloniciens 2:13) Car le Seigneur lui-même a dit dans l'Évangile,« Ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de mon Père qui parlera en vous »; donc «Celui qui vous écoute m'écoute, et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé» (Mt 10:20; Luc 10:16; Jean 13:20).

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
. La prédication de la Parole de Dieu est la Parole de Dieu C'est pourquoi quand cette Parole de Dieu est maintenant prêché dans l'église par des prédicateurs légalement appelé, nous croyons que la Parole de Dieu est proclamée, et reçus par les fidèles, et que ni les Parole de Dieu d'autres sont à inventer ni à attendre du ciel: et que maintenant la Parole elle-même qui est prêché est à considérer, non pas le ministre qui prêche, car même si il est mal et un pécheur, pourtant la Parole de Dieu reste toujours vrai et bon.

Ni pensons-nous que, par conséquent la prédication extérieure doit être pensée comme stérile parce que l'instruction de la vraie religion dépend de l'illumination intérieure de l'Esprit, ou parce qu'il est écrit »et non plus chaque homme devra enseigner à son voisin..., Pour Car tous me connaissent »(Jér. 31:34), et" Ni celui qui plante ni celui qui arrose n'est rien, mais Dieu seul qui donne la croissance »(1 Cor. 3:7). Car, bien que "nul ne peut venir à Christ à moins qu'il soit établi par le Père» (Jean 6:4), et à moins que le Saint-Esprit illumine intérieurement lui, pourtant, nous savons que c'est sûrement la volonté de Dieu que sa Parole doit être prêché extérieurement aussi. Dieu ne pouvait en effet, par son Saint-Esprit, ou par le ministère d'un ange, sans le ministère de saint Pierre, ont enseigné Corneille dans les Actes, mais, néanmoins, il le renvoie à Pierre, dont l'ange dit parler ", Il te dirai ce que tu dois faire. "

Illumination intérieure n'élimine pas la prédication externe. Car celui qui illumine intérieurement en donnant aux hommes l'Esprit Saint, le même, par voie de commandement, dit à ses disciples: «Allez par tout le monde, et prêchez l'Evangile à toute la création" (Marc 16:15). Et donc à Philippes, Paul a prêché la Parole vers l'extérieur pour Lydie, marchande de pourpre de biens, mais le Seigneur intérieurement ouverts cœur de la femme (Actes 16:14). Et le même Paul, après un beau développement de sa pensée, en Rom. 10:17 longuement arrive à la conclusion, «Ainsi la foi naît de l'écoute et l'audition de la Parole de Dieu par la prédication du Christ."

Dans le même temps nous reconnaissons que Dieu peut éclairer qui et quand il va, même sans le ministère externe, qui est en son pouvoir, mais nous parlons de la façon habituelle d'instruire les hommes, livrés à nous de Dieu, à la fois par le commandement et le exemples.

. Hérésies Nous avons donc déteste toutes les hérésies de Artemon, les manichéens, les Valentiniens, de Cerdon et les marcionites, qui a nié que les Écritures procède du Saint-Esprit, ou n'a pas accepté certaines parties d'entre eux, ou interpolées et les corrompus.

Apocryphes Et pourtant nous ne cachons pas le fait que certains livres de l'Ancien Testament ont été par les auteurs anciens appelés apocryphes, et par d'autres ecclésiastiques;. Dans la mesure où certains voudraient les avoir lu dans les églises, mais pas avancé comme une autorité à laquelle la la foi doit être établi. Comme Augustin aussi, dans son De Civitate Dei, livre 18, ch. 38, remarque que «dans les livres des Rois, les noms et les livres de certains prophètes sont cités", mais il ajoute qu '«ils ne sont pas dans le canon» et que «. Ces livres qui nous ont suffit à la piété"

Pères et des, conseils, et leurs traditions; de l'interprétation des Saintes Écritures - Chapitre 2

La véritable interprétation de l'Écriture. L'apôtre Pierre a dit que les Saintes Écritures ne sont pas privés d'interprétation (II Pierre 1:20), et donc nous ne permettons pas toutes les interprétations possibles. Ni par conséquent ne nous reconnaissons que la véritable interprétation ou authentique des Écritures ce qui est appelé la conception de l'Église romaine, qui est, ce que les défenseurs de l'Église romaine clairement à maintenir devrait être imposé à toutes les fins d'acceptation. Mais nous estimons que l'interprétation de l'Écriture d'être orthodoxe et authentique qui est glané dans les Ecritures elles-mêmes (à partir de la nature de la langue dans laquelle ils ont été écrits, même selon les circonstances dans lesquelles ils ont été fixés, et exposé à la lumière des semblables et dissemblables passages et de nombreux passages et plus claire) et qui s'accordent avec la règle de foi et d'amour, et contribue beaucoup à la gloire de Dieu et le salut de l'homme.

. Interprétations des Saints Pères C'est pourquoi nous ne méprise pas les interprétations des saints Pères grecs et latins, ni rejeter leurs disputes et les traités portant sur ​​des questions sacrées dans la mesure où ils sont d'accord avec les Écritures, mais nous modestement dissidence d'eux quand ils sont jugés fixés des choses différentes de, ou tout à fait contraires à l'Écriture. Ni pensons-nous que nous leur faire du mal dans cette affaire, voyant que tous, d'un commun accord, ne verront pas leurs écrits assimilée à la Écritures canoniques, mais nous commande de prouver à quel point ils sont d'accord ou en désaccord avec eux, et à accepter ce qui est en accord et à rejeter ce qui est en désaccord.

Conseils. Et dans le même ordre que nous plaçons aussi les décrets et les canons des conciles.

C'est pourquoi nous ne nous le permettent, dans les controverses sur la religion ou les questions de foi, d'exhorter notre cas avec uniquement l'opinion des pères ou des décrets de conseils, et encore moins par les douanes ont reçu, ou par le grand nombre qui partagent la même opinion, ou par la prescription d'un long moment.

Qui est le juge? Par conséquent, nous n'admettons pas autre juge que Dieu lui-même, qui proclame par les Saintes Écritures ce qui est vrai, ce qui est faux, ce qui doit être suivi, ou ce qui doit être évité. Donc, nous ne assentiment à des jugements des hommes spirituels, qui sont tirés de la Parole de Dieu. Certes, Jérémie et les autres prophètes condamné avec véhémence les assemblées de prêtres qui ont été mis en place contre la loi de Dieu, et avec diligence nous avertit que nous ne devrions pas écouter les pères, ou dans leur chemin de roulement qui, se promenant dans leurs propres inventions, écarté de la loi de Dieu.

Traditions des hommes. De même, nous rejetons les traditions humaines, même si elles sont ornées de titres ronflants, comme si elles étaient divines et apostoliques, livré à l'Église par la voix vivante des apôtres, et, pour ainsi dire, par les mains des hommes apostoliques pour réussir évêques qui, lorsqu'on les compare avec les Écritures, en désaccord avec eux, et par leurs désaccords montrent qu'ils ne sont pas du tout apostolique. Pour que les apôtres ne se sont pas en contradiction avec la doctrine, alors les hommes apostoliques n'ont pas exposé les choses contraires à ses apôtres. Au contraire, il serait méchant pour affirmer que les apôtres par une voix vivante livrée rien de contraire à leurs écrits. Paul affirme expressément qu'il a enseigné les mêmes choses dans toutes les églises (1 Cor. 4:17). Et, encore une fois, «Car nous vous écrire rien d'autre que ce que vous pouvez lire et à comprendre." (2 Cor. 1:13). Aussi, dans un autre endroit, il témoigne que lui et ses disciples - qui est, les hommes apostoliques - marchaient de la même manière, et conjointement par le même Esprit fait toutes choses (2 Cor 12:18).. Par ailleurs, les Juifs dans les temps anciens avaient des traditions de leurs aînés, mais ces traditions ont été sévèrement rejetée par le Seigneur, ce qui indique que la tenue de les en empêche la loi de Dieu, et que Dieu est adoré en vain par ces traditions (Matthieu 15:01 ss .; Mark 7:01 ss)..

Chapitre 3 - de Dieu, son unité et la Trinité

Dieu est un. Nous croyons et nous enseignent que Dieu est un en essence ou la nature, subsistant en lui-même, tout suffisant en lui-même, invisible, incorporel, immense, éternel, Créateur de toutes choses visibles et invisibles, le plus grand bien, vivant, vivifiant et la préservation de toutes choses, omnipotent et suprêmement sage, bon et miséricordieux, juste et vrai. Vraiment nous détestons de nombreux dieux, car il est expressément écrit: «Le Seigneur votre Dieu est un seul Seigneur» (Deutéronome 6:4). «Je suis le Seigneur ton Dieu. Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi» (Exode 20:2-3). «Je suis l'Éternel, et il n'ya pas d'autre dieu que moi je suis pas le Seigneur, et il n'ya pas d'autre Dieu à côté de moi un Dieu juste et qui sauve.? Il n'y a personne à part moi» (Ésaïe 45:5, 21). «Le Seigneur, le Seigneur, un Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté et en fidélité» (Exode 34:6).

Dieu est trois. Nonobstant, nous croient et enseignent que la même immense, Dieu un et indivisible est en personne inséparablement et sans confusion distingués comme Père, Fils et Saint-oui, comme le Père a engendré le Fils de toute éternité, le Fils est engendré par les une génération ineffable, et l'Esprit Saint procède réellement d'eux deux, et la même chose de l'éternité et doit être adoré avec les deux.

Ainsi il n'ya pas trois dieux, mais trois personnes, consubstantiel, coéternelle et d'une égale; distinctes à l'égard de hypostases, et à l'égard de l'ordre, l'une précédant l'autre mais sans aucune inégalité. Pour en fonction de la nature ou l'essence, ils sont tellement unis qu'ils sont un seul Dieu, et la nature divine est commune à l'Esprit, Père, Fils et Esprit Saint.

Pour l'Ecriture a livré pour nous une distinction manifeste de personnes, l'ange dit, entre autres choses, à la Sainte Vierge, «L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre, c'est pourquoi l'enfant d'être naîtra sera appelé saint, le Fils de Dieu "(Luc 1:35). Et aussi le baptême du Christ d'une voix se fait entendre du ciel concernant le Christ, en disant: "Ceci est mon Fils bien-aimé" (Matthieu 3:17). Le Saint-Esprit est également apparu sous la forme d'une colombe (Jean 1:32). Et quand le Seigneur lui-même ordonné les apôtres de baptiser, il leur ordonna de baptiser "au nom du Père et du Fils, et du Saint Esprit» (Matthieu 28:19). Ailleurs dans l'Evangile, il dit: «Lorsque viendra le Paraclet, que je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité, qui procède du Père, il rendra témoignage de moi», etc (Jean 15:26 ). En bref, nous recevons le Credo des Apôtres, car il nous livre la vraie foi.

Hérésies. C'est pourquoi nous condamnons les juifs et les mahométans, et tous ceux qui blasphèment le Trinity sacrée et adorable. Nous condamnons également toutes les hérésies et les hérétiques qui enseignent que le Fils et le Saint-Esprit de Dieu sont que de nom, et aussi qu'il ya quelque chose de créé et servile, ou subordonné à un autre dans la Trinité, et qu'il ya quelque chose inégale en elle, une plus grande ou un de moins, quelque chose de corporel ou corporellement conçu, quelque chose de différent par rapport au caractère ou volonté, quelque chose de mixte ou solitaire, comme si le Fils et le Saint-Esprit étaient les affections et les propriétés d'un seul Dieu le Père, comme le Monarchiens, Novatiens, Praxéas, Patripassiens, Sabellius, Paul de Samosate, Aetius, Macédonius, Antropomorphites, Arius, et comme tels, ont pensé.

Chapitre 4 - d'idoles ou d'images de Dieu, Christ et des saints

Images de Dieu. Puisque Dieu comme Esprit est par essence invisible et immense, il ne peut pas vraiment être exprimé par un art ou d'image. Pour cette raison, nous n'avons pas peur de prononcer avec l'Ecriture que les images de Dieu sont de purs mensonges. C'est pourquoi nous rejetons non seulement les idoles des païens, mais aussi les images des chrétiens.

Images du Christ. Bien que le Christ ait assumé la nature humaine, et pourtant il n'a pas pour autant l'assumer en vue de fournir un modèle pour les sculpteurs et les peintres. Il a nié qu'il était venu «pour abolir la loi et les prophètes» (Matthieu 5:17). Mais les images sont interdites par la loi et les prophètes (Deutéronome 04:15;. Isa 44:9). Il a nié que sa présence corporelle serait profitable pour l'Eglise, et a promis qu'il serait près de nous par son Esprit pour toujours (Jean 16:7). Qui, par conséquent, pourrait croire que l'ombre ou la ressemblance de son corps contribuerait aucun avantage pour les pieux? (2 Cor. 5:5). Depuis qu'il demeure en nous par son Esprit, nous sommes donc le temple de Dieu (2 Cor. 3:16). Mais «ce qui entre le temple de Dieu et les idoles?" (2 Cor. 6:16).

. Images de saints et depuis les esprits bienheureux et des saints au ciel, tandis qu'ils vivaient sur ​​la terre, a rejeté tout culte d'eux-mêmes (Actes 3:12 f.; 14:11 ss; Rev. 14:7; 22:9) et condamné images, est quelqu'un trouve qu'il est probable que les saints célestes et les anges sont heureux avec leurs propres images devant lesquelles les hommes s'agenouillent, découvrir leurs têtes, et accorde d'autres honneurs?

Mais en fait, afin d'instruire les hommes de religion et de leur rappeler les choses divines et de leur salut, le Seigneur a ordonné à la prédication de l'Évangile (Marc 16:15) - pas de peindre et d'enseigner les laïcs au moyen d'images . Par ailleurs, il a institué les sacrements, mais nulle part il met en place des images.

Les Écritures du laïcat. Par ailleurs, partout où nous nous tournons nos yeux, nous voyons la vie et de créatures vraie de Dieu qui, si elles sont observées, comme il se doit, faire une impression beaucoup plus vive sur les spectateurs que toutes les images ou vain, immobile, images faibles et les morts faits par les hommes, dont le prophète vraiment dit: "Ils ont des yeux, mais ne voient pas» (Ps. 115:5).

. Lactance conséquent, nous avons approuvé le jugement de Lactance, un ancien écrivain, qui dit: ". Sans doute aucune religion existe là où il ya une image"

Epiphane et Jérôme. Nous affirmons aussi que le bienheureux évêque Épiphane n'a droit lorsque, de trouver sur les portes d'une église un voile sur lequel était peint un tableau supposé du Christ ou d'un saint, il a déchiré vers le bas et l'emporta, parce que pour voir une photo d'un homme pendu dans l'Eglise du Christ était contraire à l'autorité de l'Écriture. C'est pourquoi il a chargé que dorénavant aucune tels voiles, qui étaient contraires à notre religion, doit être suspendu dans l'Eglise du Christ, et que, plutôt des choses discutables, indigne de l'Eglise du Christ et le peuple fidèle, devrait être supprimé. Par ailleurs, nous approuvons cette opinion de saint Augustin sur la vraie religion: «Ne laissez pas le culte des œuvres des hommes une religion pour nous, pour les artistes eux-mêmes qui font de telles choses sont mieux, et pourtant nous ne devons pas les adorer." (De vera religione, cap. 55).

Chapitre 5 - de l'adoration, culte et l'invocation de Dieu par le seul médiateur Jésus-Christ

Dieu seul doit être adoré et adoré. Nous enseignons que le vrai Dieu seul doit être adoré et vénéré. Cet honneur nous transmettons à aucun autre, selon le commandement du Seigneur: «Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et à Lui seul que tu adoreras» (Matthieu 4:10). En effet, tous les prophètes sévèrement invectivé contre le peuple d'Israël quand ils adoraient et adoré des dieux étrangers, et non le seul vrai Dieu. Mais nous enseignent que Dieu doit être adoré et vénéré comme lui-même nous a appris à adorer, à savoir, «en esprit et en vérité» (Jean 4:23 f.), non pas avec toute superstition, mais avec sincérité, selon son Parole de peur à tout moment, il devrait nous dire: «Qui a besoin de ces choses de vos mains?" (Ésaïe 01:12;. Jer 06:20). Pour Paul dit aussi: «Dieu n'est pas servi par des mains humaines, comme s'il avait besoin rien", etc (Actes 17:25).

Dieu est seul à être invoqué par la médiation du Christ seul. Dans toutes les crises et les épreuves de notre vie que nous appelons sur lui seul, et que par la médiation de notre seul médiateur et intercesseur, Jésus-Christ. Car nous avons été explicitement ordonné: «Invoque-moi au jour de la détresse, je te délivrerai, et tu me glorifiera» (Ps. 01:15). Par ailleurs, nous avons une promesse plus généreux du Seigneur qui disait: «Si vous demandez quelque chose du Père, il va vous le donner" (Jean 16:23), et: «Venez à moi, tout travail qui sont lourds et les chargés et je vous donnerai du repos "(Matthieu 11:28). Et comme il est écrit: «Comment sont les hommes à faire appel à celui en qui ils n'ont pas cru?" (Rom. 10:14), et puisque nous croyons en Dieu seul, nous certainement appel à lui seul, et nous le faisons à travers le Christ. Car, comme le dit l'apôtre, «Il ya un seul Dieu et il ya un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Christ Jésus» (1 Tim. 2:5), et: «Si quelqu'un vient à pécher, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste », etc (1 Jean 2:1).

Les saints ne sont pas d'être adoré, adoré ou invoquée. Pour cette raison, nous ne sommes pas adorer, adoration, ou de prier les saints au ciel, ou à d'autres dieux, et nous ne les reconnaissons comme nos intercesseurs ou médiateurs devant le Père dans ciel. Pour Dieu et le Christ, le médiateur sont suffisants pour nous, ni ne nous donnons aux autres l'honneur qui est dû à Dieu seul et à son Fils, parce qu'il a dit expressément: «Ma gloire, je donner à aucune autre" (Esaïe 42: 8), et parce que Pierre a dit: «Il n'ya pas d'autre nom sous le ciel donné aux hommes par lequel nous devions être sauvés», sauf le nom du Christ (Actes 4:12). En lui, ceux qui donnent leur assentiment par la foi ne cherche pas quelque chose en dehors du Christ.

L'honneur dû être rendu aux saints. Dans le même temps, nous ne méprise pas les saints ou de penser bassement d'entre eux. Pour nous les reconnaissons à être des membres vivants du Christ et des amis de Dieu qui ont glorieusement vaincre la chair et du monde. C'est pourquoi nous les aimons comme des frères, et aussi de les honorer, et pourtant pas avec toute sorte de culte, mais par une opinion honorables d'entre eux et loue tout d'eux. Nous avons également les imiter. Pour de désirs ardents et les supplications que nous sincèrement le désir d'être des imitateurs de leur foi et les vertus, à part le salut éternel avec eux, pour demeurer éternellement avec eux dans la présence de Dieu, et pour se réjouir avec eux dans le Christ. Et à cet égard, nous approuvons l'opinion de saint Augustin dans le De vera religione: "Que notre religion est le culte des hommes qui sont morts Car si ils ont vécu une vie sainte, ils ne doivent pas être considérés comme tels chercher. honneurs;. au contraire, ils veulent nous faire adorer par l'éclairage, dont ils se réjouissent que nous sommes compagnons de service de ses mérites Ils sont donc à être honoré par voie d'imitation, mais de ne pas être adoré d'une manière religieuse ", etc .

Les reliques des saints. Beaucoup moins croyons-nous que les reliques des saints sont à l'être adoré et vénéré. Ces saints anciens semblaient avoir suffisamment honoré leurs morts quand ils ont commis leurs décemment demeure à la terre après l'esprit avait monté en haut. Et ils ont pensé que les reliques les plus nobles de leurs ancêtres étaient leurs vertus, leur doctrine, et leur foi. Par ailleurs, comme ils se sont félicités de ces «reliques» louant les morts, afin qu'ils s'efforcent de les copier au cours de leur vie sur terre.

Jurant par le nom de Dieu Seul. Ces anciens hommes ne jurait que par le nom du seul Dieu, Yahvé, tel que prescrit par la loi divine. Par conséquent, comme il est interdit de jurer par le nom des dieux étrangers (Exode 23:13;. Deut 10:20), nous n'avons donc pas effectuer des serments aux saints qui sont exigés de nous. Nous rejetons donc à toutes ces questions une doctrine qui attribue beaucoup trop pour les saints dans le ciel.

Chapitre 6 - de la Providence de Dieu

Toutes les activités sont régies par la Providence de Dieu. Nous croyons que toutes choses au ciel et sur ​​terre, et dans toutes les créatures, sont préservés et régi par la providence de ce Dieu sage, éternel et tout puissant. Pour David témoigne et dit: «Le Seigneur est élevé au-dessus de toutes les nations, et sa gloire au-dessus des cieux Qui est semblable au Seigneur notre Dieu, qui est assis là-haut, qui regarde loin dans les cieux et la terre?" (Ps. 113:4 et suiv.). Encore une fois: «.... Tu cherchez, toutes mes manières Même avant un mot est sur ma langue, et voici, ô Seigneur, tu la connais entièrement» (Ps. 139:3 f.). Paul témoigne aussi et déclare: «En lui nous vivons et avons notre être" (Actes 17:28), et "de lui et par lui et pour lui sont toutes choses» (Rom. 11:36). Ainsi Augustin plus véritablement et en fonction de l'Ecriture déclare dans son livre De Agone Christi, cap. 8, «Le Seigneur a dit, 'ne sont pas deux passereaux pour un sou? Et pas un d'eux va tomber à terre sans la volonté de votre Père» (Matthieu 10:29). En parlant ainsi, il voulait montrer que ce que les hommes considèrent comme des moins de valeur est régi par l'omnipotence de Dieu. Car celui qui est la vérité dit que les oiseaux de l'air sont alimentés par lui et les lis des champs sont revêtus par lui, il dit aussi que les cheveux de notre tête sont comptés (Matthieu 06:26 et suiv.).

Les épicuriens. Nous avons donc condamner les épicuriens qui nient la providence de Dieu, et tous ceux qui blasphématoire dire que Dieu est occupé avec le ciel et voit ni ne se soucie de nous et de nos affaires. David, le roi-prophète, a également condamné quand il dit:? '. Le Seigneur ne voit pas; le Dieu de Jacob ne perçoit pas' "O Seigneur, combien de temps l'exultent méchants Ils disent, Comprendre, ô ternes du peuple! Insensés, quand serez-vous sages? Celui qui a planté l'oreille, n'est-il pas entendre? Celui qui a formé l'oeil ne voit-il pas? " (Ps. 94:3,7-9).

Christ est vrai Dieu. Nous croyons et enseignons que le Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ, a été prédestiné ou prédestiné de toute éternité par le Père pour être le Sauveur du monde. Et nous croyons qu'il est né, non seulement quand il a assumé la chair de la Vierge Marie, et pas seulement avant la fondation du monde a été posée, mais par le Père avant toute éternité, d'une manière indicible. Pour Isaïe dit: «Qui peut dire sa génération (Ch. 53:8) Et Michée dit:?." ". (Michée 4:2) Et Jean dit dans l'Évangile« Son origine remonte aux anciens, aux jours antiques » Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu, et la Parole était Dieu ", etc (chap. 1:1). Par conséquent, à l'égard de sa divinité, le Fils est égales et consubstantiel au Père; vrai Dieu (Phil 2:11), non seulement en son nom ou par adoption ou par aucun mérite, mais en substance et la nature, comme l'apôtre Jean a souvent a déclaré: "Ceci est le vrai Dieu et la vie éternelle» (1 Jean 5:20). Paul dit aussi: «Il a nommé le Fils de l'héritier de toutes choses, par qui aussi il a créé le monde, il reflète la gloire de Dieu et porte l'empreinte de sa nature, soutenant toutes choses par sa parole puissante." (Hébreux 01:02 f.). Pour dans l'Évangile que le Seigneur lui-même dit: «Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde a été fait» (Jean 17:5). Et dans un autre endroit dans l'Evangile il est écrit: «Les Juifs cherchaient encore plus à le tuer parce qu'il appelait Dieu son Père se faisant égal à Dieu...» (Jean 5:18).

Les sectes. Nous avons donc abhorrent la doctrine impie d'Arius et les ariens contre le Fils de Dieu, et surtout les blasphèmes de l'Espagnol, Michel Servet, et tous les adeptes de son, que Satan a travers eux, pour ainsi dire, traînés hors de place l'enfer et a plus audacieusement et impiété se répandit dans le monde.

Le Christ est vrai homme, vu la chair. Nous avons aussi croient et enseignent que le Fils éternel du Dieu éternel a été faite le Fils de l'homme, de la semence d'Abraham et de David, pas du coït, d'un homme, comme les Ebionites dit, mais il a été la plus chastement conçu par l'Esprit Saint et né de la vierge Marie jamais, comme l'histoire évangélique, explique avec soin pour nous (Matthieu, ch. 1). Et Paul dit: "Il prit pas sur lui la nature des anges, mais de la semence d'Abraham». Aussi l'apôtre Jean dit que celui qui ne croit pas que Jésus Christ est venu dans la chair, n'est pas de Dieu. Par conséquent, la chair du Christ n'est ni imaginaire, ni apporté du ciel, comme Valentin et Marcion tort imaginé.

Une âme rationnelle dans le Christ. Par ailleurs, notre Seigneur Jésus-Christ n'avait pas une âme dépourvue de sens et de raison, comme Apollinaire pensée, ni la chair sans âme, comme Eunome a enseigné, mais une âme avec sa raison, et la chair avec ses sens, par lequel, au temps de sa passion il a subi vraie douleur physique, comme lui-même a témoigné quand il a dit: «Mon âme est triste jusqu'à la mort" (Matthieu 26:38). Et, «Maintenant mon âme est troublée» (Jean 12:27).

Deux natures en Christ. Nous avons donc reconnaître deux natures ou substances, le divin et l'humain, dans un seul et même Jésus-Christ notre Seigneur (Hébreux, ch. 2). Et nous sorte que ces sont liés et unis les uns aux autres de telle manière qu'elles ne sont pas absorbés, ou confus, ou mixtes, mais sont unis ou réunies en une seule personne - les propriétés de la nature intacte et être permanentes.

Pas deux mais un seul Christ. Ainsi que nous adorons pas deux mais un seul Christ le Seigneur. Nous le répétons: un seul vrai Dieu et l'homme. En ce qui concerne sa nature divine, il est consubstantiel au Père, et avec le respect de la nature humaine, il est consubstantiel à nous les hommes, et comme nous en toutes choses, sauf le péché (Hébreux 4:15).

Les sectes. Et en effet, nous détestons le dogme de l'Nestoriens qui font deux de l'unique Christ et de dissoudre l'unité de la personne. De même, nous avons vraiment exècrent la folie d'Eutychès et les monophysites Monothélites ou qui détruisent les biens de la nature humaine.

La nature divine du Christ n'est pas passible, et la nature humaine n'est pas partout. Par conséquent, nous ne sommes pas en aucune manière enseigner que la nature divine dans le Christ a souffert, ou que le Christ, selon sa nature humaine est encore dans le monde et donc partout . Pour nous non plus penser ou enseigner que le corps du Christ a cessé d'être un véritable corps après sa glorification, ou a été divinisé, et déifié de telle manière qu'il mit de côté ses propriétés comme le corps et l'âme ce qui concerne, et complètement changé en une divine la nature et a commencé à être simplement une substance.

. Les sectes où nous n'avons nullement approuver ou d'accepter les subtilités tendues, confus et obscur de Schwenkfeldt et des sophistes similaires avec leurs auto-contradictoire des arguments, pas plus que nous avons Schwenkfeldians.

Notre Seigneur a véritablement souffert. Nous croyons, en outre, que notre Seigneur Jésus Christ a vraiment souffert et est mort pour nous dans la chair, comme le dit Pierre (1 Pierre 4:1). Nous abhorrons la folie la plus impie des Jacobites et tous les Turcs qui exècrent la souffrance du Seigneur. Dans le même temps, nous ne nions pas que le Seigneur de gloire a été crucifié pour nous, selon les mots de Paul (1 Cor. 2:8).

Impartation des Propriétés. Pieusement et religieusement, nous accepter et utiliser les propriétés des impartation qui est dérivé de l'Écriture et qui a été utilisé par toute l'antiquité à expliquer et à concilier les passages apparemment contradictoires.

Christ est vraiment ressuscité des morts. Nous croyons et nous enseignent que le même Jésus-Christ notre Seigneur, dans sa chair vraie dans laquelle il a été crucifié et est mort, est ressuscité d'entre les morts, et que pas une autre chair, a été soulevée autre que celle enterrée , ou que l'esprit a été prise à la place de la chair, mais qu'il a conservé son vrai corps. Par conséquent, tandis que ses disciples ont cru voir l'esprit du Seigneur, il leur montra ses mains et les pieds qui ont été marquées par les empreintes des ongles et des plaies, et a ajouté: «Voyez mes mains et mes pieds, que c'est bien moi ; touchez-moi et voyez: un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'ai »(Luc 24:39).

Christ est vraiment monté au ciel. Nous croyons que notre Seigneur Jésus-Christ, dans sa chair même, monté au-dessus de tous les cieux visibles dans le plus haut des cieux, c'est la demeure de Dieu et les bienheureux, à la droite de Dieu le Père. Bien que cela signifie une participation égale dans la gloire et de majesté, il est également pris à un certain endroit sur lequel le Seigneur, parle dans l'Evangile, dit: «Je vais vous préparer une place pour vous» (Jean 14:2). L'apôtre Pierre dit aussi: «Le ciel doit recevoir le Christ jusqu'à l'époque de la restauration de toutes choses» (Actes 3:21). Et du ciel le Christ lui-même sera de retour dans le jugement, quand la méchanceté sera alors à son apogée dans le monde et lorsque l'Antéchrist, avoir corrompu la vraie religion, va se remplir toutes choses avec la superstition et l'impiété et cruellement dévastent l'Eglise dans le sang et les flammes (Dan., ch. 11). Mais Christ reviendra de réclamer le sien, et par sa venue pour détruire l'antéchrist, et pour juger les vivants et les morts (Actes 17:31). Pour les morts ressusciteront (1 Thess. 4:14 et suiv.), Et ceux qui ce jour-là (ce qui est inconnu de toutes les créatures [Marc 13:32]) seront vivants seront changés "en un clin d'œil », et tous les fidèles seront enlevés pour rencontrer le Christ dans l'air, de sorte que alors ils peuvent entrer avec lui dans les bienheureux lieux d'habitation pour vivre éternellement (1 Cor. 15:51 f.). Mais les incrédules et impies va descendre avec les diables en enfer pour brûler éternellement et de ne jamais être échangés contre des tourments (Matthieu 25:46).

Les sectes. Nous avons donc condamner tous ceux qui nient une véritable résurrection de la chair (2 Tim. 2:18), ou qui, avec Jean de Jérusalem, contre lesquels Jérôme écrit, ne pas avoir une vue correcte de la glorification du corps. Nous condamnons également ceux qui pensaient que le diable et tous les impies aurait à un moment donné être sauvé, et qu'il y aurait un terme à des punitions. Car le Seigneur a clairement déclaré: «Leur feu ne s'éteint pas, et leur ver ne meurt pas» (Marc 9:44). Nous condamnons encore des rêves juifs qu'il y aura un âge d'or sur terre avant le Jour du Jugement, et que les pieux, ayant soumis tous leurs ennemis impies, possédera tous les royaumes de la terre. Car la vérité évangélique dans Matt., Le SHC. 24 et 25, et Luc, ch. 18, et l'enseignement apostolique dans 2 Thess., Ch. 2, et 2 Tim., Le SHC. 3 et 4, présente quelque chose d'assez différent.

Le fruit de la mort du Christ et sa résurrection. Complémentaires par sa passion et la mort et tout ce qu'il a fait et enduré pour notre salut par sa venue dans la chair, notre Seigneur a réconcilié tous les fidèles à son Père céleste, a fait l'expiation pour nos péchés, la mort désarmé , a surmonté la damnation et l'enfer, et par sa résurrection d'entre les morts apporté de nouveau et restauré la vie et l'immortalité. Car il est notre justice, la vie et la résurrection, en un mot, la plénitude et la perfection de tous les fidèles, salut et toute la suffisance. Pour l'apôtre dit: «En lui toute la plénitude de Dieu s'est plu à faire habiter» et «Vous êtes venus à la plénitude de la vie en lui» (Col., chs 1 et 2.).

Jésus Christ est le seul Sauveur du monde, et le vrai Messie attendu. Pour nous enseignons et nous croyons que Jésus-Christ notre Seigneur est le Sauveur unique et éternel de la race humaine, et donc du monde entier, dans lesquels sont enregistrées par la foi tous ceux qui devant la loi, selon la loi, et sous l'Evangile ont été sauvés, et cependant beaucoup seront sauvés à la fin du monde. Car le Seigneur lui dit dans l'Évangile: «Celui qui ne fait pas entrer dans la bergerie par la porte, mais qui y monte par un autre moyen, que l'homme est un voleur et un brigand, je suis la porte des brebis....» (Jean 10 : 1 et 7). Et aussi dans un autre endroit dans le même Evangile, il dit: «Abraham a vu mon jour et il s'est réjoui" (ch. 8:56). L'apôtre Pierre dit aussi: «Il n'ya de salut en aucun autre, car il n'y a aucun autre nom sous le ciel donné aux hommes par lequel nous devions être sauvés." Nous pensons donc que nous serons sauvés par la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, que nos pères ont été (Actes 4:12; 10:43; 15:11). Pour Paul dit aussi: «Tous nos pères ont mangé la même nourriture spirituelle et ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ.") 1 Cor. 10:03 f.). Et c'est ainsi que nous lisons que Jean dit: «Christ est l'Agneau qui a été immolé dès la fondation du monde» (Apoc. 13:8), et Jean le Baptiste a témoigné que le Christ est que «l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde »(Jean 1:29). C'est pourquoi, nous avons tout à fait ouvertement professer et de prêcher que Jésus Christ est le seul Rédempteur et Sauveur du monde, le Roi et Prêtre, le vrai Messie et attendu, que saint et béni celui que tous les types de la loi et les prédictions des prophètes préfiguré et a promis, et que Dieu l'a nommé à l'avance et l'a envoyé à nous, afin que nous ne sommes pas aujourd'hui à chercher un autre. Maintenant il ne reste que pour nous tous de donner à tous la gloire du Christ, croire en lui, se reposer en lui seul, méprisant et rejetant toutes les autres aides dans la vie. Pour que soit le nombre chercher le salut en aucun autre que dans le Christ seul, sont tombés de la grâce de Dieu et le Christ ont rendu nul et non avenu pour eux-mêmes (Galates 5:4).

Le credo de quatre conseils reçus. Et, à dire beaucoup de choses avec peu de mots, avec un cœur sincère, nous croyons, et avoue librement avec la bouche ouverte, toutes les choses qui sont définis à partir des Saintes Écritures au sujet du mystère de l'incarnation de notre Seigneur Jésus- Christ, et sont résumées dans les symboles et les décrets des quatre premiers synodes plus excellent convoqué à Nicée, Constantinople, Éphèse et de Chalcédoine - en collaboration avec le credo du bienheureux Athanase, et tous les symboles similaires, et nous condamnons rien de contraire à ces derniers.

. Les sectes et de cette manière nous conservons la foi chrétienne, orthodoxe et catholique tout et intacte; sachant que rien n'est contenue dans les symboles susmentionnés qui n'est pas agréable à la Parole de Dieu, et ne pas tout faire pour un exposé sincère de la la foi.

Chapitre 12 - De la loi de Dieu

La Volonté de Dieu est expliqué pour nous dans la Loi de Dieu. Nous enseignons que la volonté de Dieu est expliqué pour nous dans la loi de Dieu, ce qu'il veut ou ne veut pas que nous fassions, ce qui est bon et juste, ou ce est mauvais et injuste. Par conséquent, nous confessons que la loi est bonne et sainte.

La loi de la nature. Et cette loi a été écrite à un moment dans le cœur des hommes par le doigt de Dieu (Rom. 2:15), et est appelée la loi de la nature (la loi de Moïse est dans deux tables), et d'autre part il a été inscrit par le doigt sur les deux tables de Moïse, et avec éloquence exposée dans les livres de Moïse (Exode 20:01 et suivants;... Deut 05:06 et suiv.) Par souci de clarté, nous distinguons la loi morale qui est contenue dans le Décalogue ou deux tableaux et expliquée dans les livres de Moïse, la loi cérémonielle qui détermine les cérémonies et le culte de Dieu, et le droit judiciaire qui s'occupe de politique et domestiques questions.

La loi est complète et parfaite. Nous croyons que la volonté de Dieu tout entier et tous les préceptes nécessaires pour chaque sphère de la vie sont enseignés dans cette loi. Car sinon le Seigneur ne nous aurait pas interdit d'ajouter ou de retirer quelque chose de cette loi, ni aurait-il nous a ordonné de marcher dans un chemin droit devant cette loi, et ne pas se détourner d'elle en se tournant vers la droite ou vers la gauche (Deut. 4:2; 12:32).

Pourquoi la loi a été donnée. Nous enseignons que cette loi n'a pas été donné aux hommes qu'ils pourraient être justifiées par le garder, mais que plutôt de ce qu'elle enseigne, nous pouvons connaître (notre) faiblesse, le péché et la condamnation, et, désespérant de notre force , peuvent être convertis à Christ dans la foi. Pour l'apôtre déclare ouvertement: «La loi apporte la colère», et, «Grâce à la loi vient la connaissance du péché» (Rom. 4:15; 3:20), et, «si une loi avait été donnée qui pourrait justifier ou rendre vivante, la justice serait en effet par la loi. Mais l'Écriture (qui est, de la loi) a conclu le tout sous le péché, que la promesse qui était de la foi de Jésus pourrait être donnée à ceux qui croient... Par conséquent, la loi a été notre maître d'école Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi »(Galates 3:21 ss.).

La chair ne remplit pas la loi. Pour que nulle chair ne pouvait ou ne peuvent satisfaire à la loi de Dieu et de l'accomplir, en raison de la faiblesse de notre chair qui adhère et demeure en nous jusqu'à notre dernier souffle. Pour l'apôtre dit encore: «Dieu a fait ce que la loi, affaiblie par la chair, ne pouvait pas faire: envoyant son propre Fils dans la ressemblance de la chair du péché et pour le péché» (Rom. 8:3). Par conséquent, le Christ est le perfectionnement de la loi et de notre accomplissement de celle-ci (Rom. 10:4), qui, afin d'enlever la malédiction de la loi, a été fait malédiction pour nous (Gal. 3:13). Ainsi, il nous communique à travers la foi de son accomplissement de la loi, et sa justice et l'obéissance sont imputés à nous.

Comment Loin de la loi est abrogée. La loi de Dieu est donc abrogée dans la mesure où il ne nous condamne, ni la colère travaille en nous. Car nous sommes sous la grâce et non sous la loi. Par ailleurs, le Christ a rempli toutes les figures de la loi. Ainsi, avec l'arrivée du corps, les ombres ont cessé, alors que dans le Christ, nous avons maintenant la vérité et toute plénitude. Mais pourtant nous ne le rejetons avec mépris ce compte la loi. Pour nous rappeler les paroles du Seigneur quand il dit: «Je ne suis pas venu pour abolir la loi et les prophètes, mais pour accomplir» (Matthieu 5:17). Nous savons que la loi est livré à nous les modèles de vertus et de vices. Nous savons que la loi écrite lors s'expliquer par l'Evangile est utile à l'Église, et que donc sa lecture n'est pas d'être banni de l'Eglise. Car, bien que le visage de Moïse était couverte d'un voile, mais l'apôtre dit que le voile a été ôté et abolie par le Christ.

Les sectes. Nous condamnons tout ce que les hérétiques anciens et nouveaux ont appris contre la loi.

Chapitre 13 - de l'Evangile de Jésus-Christ, des promesses, et de l'esprit et la lettre

Les anciens avaient promesses évangéliques. L'Evangile, en effet, par opposition à la loi. Car la loi produit la colère et l'annonce d'une malédiction, alors que l'Evangile prêche la grâce et la bénédiction. Jean dit: «Car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ» (Jean 1:17). Pourtant, pas le supporter n'est plus certain que ceux qui étaient devant la loi et sous la loi, ne sont pas totalement dépourvus de l'Evangile. Car ils avaient extraordinaires promesses évangéliques tels que ceux-ci sont: «La semence de la femme écrasera la tête du serpent" (Genèse 3:15). «Dans ta semence toutes les nations de la terre seront bénies» (Genèse 22:18). «Le sceptre ne s'éloignera point de Juda... Jusqu'à ce qu'il vienne" (Genèse 49:10). «Le Seigneur suscitera un prophète parmi ses propres frères» (Deut. 18:15; Actes 3:22), etc

Les Promesses de deux ordres. Et nous reconnaissons que deux sortes de promesses ont été révélés aux pères, comme aussi pour nous. Pour certains étaient des choses présentes ou terrestre, comme les promesses de la terre de Canaan et de victoires, et comme la promesse, aujourd'hui encore du pain quotidien. D'autres étaient et sont encore aujourd'hui des choses célestes et éternelles, à savoir, la grâce divine, le pardon des péchés et la vie éternelle par la foi en Jésus-Christ.

Les Pères n'avaient pas non seulement promet Carnal, mais spirituelle. Par ailleurs, les anciens avaient non seulement des promesses externes et terrestre, mais aussi spirituelles et célestes en Christ. Pierre dit: «Les prophètes qui ont prophétisé touchant la grâce qui devait être la vôtre cherché et s'est enquis de ce salut» (I Pierre 1:10). C'est pourquoi l'apôtre Paul dit aussi: «L'Évangile de Dieu a été promis auparavant par ses prophètes dans les saintes Ecritures» (Rom. 1:2). Ainsi il est clair que les anciens ne sont pas entièrement dépourvu de tout l'Evangile.

Qu'est-ce que l'Evangile à proprement parler? Et bien que nos pères avaient l'Evangile de cette façon dans les écrits des prophètes par lesquels ils ont atteint le salut en Christ par la foi, mais l'Evangile est à proprement parler nouvelles heureux et joyeux, dans lequel, d'abord par John Baptiste, puis par le Christ Seigneur lui-même, et ensuite par les apôtres et leurs successeurs, qui est prêché à nous dans le monde que Dieu a accompli ce qu'il a promis depuis le début du monde, et a envoyé, non plus, a donné nous sa réconciliation Fils unique et en lui avec le Père, la rémission des péchés, toute plénitude et la vie éternelle. Par conséquent, l'histoire délimitée par les quatre évangélistes et d'expliquer comment ces choses ont été faites ou accomplie par Christ, le Christ a enseigné ce que les choses et n'a, et que ceux qui croient en lui toute plénitude ont, à juste titre appelé l'Evangile. La prédication et les écrits des apôtres, dans laquelle les apôtres nous expliquer comment le Fils nous a été donné par le Père, et en lui tout ce qui a trait à la vie et de salut, est également appelé à juste titre la doctrine évangélique, de sorte que même pas aujourd'hui, si sincèrement prêché, at-il perdre son titre illustres.

De l'esprit et la lettre. C'est même prédication de l'Evangile est aussi appelée par l'apôtre de «l'esprit» et «le ministère de l'esprit", car par la foi, il devient efficace et vivant dans les oreilles, voire plus, dans le cœur des croyants par l'illumination du Saint-Esprit (II Cor. 3:6). Pour la lettre, qui est opposée à l'esprit, signifie tout extérieure, mais surtout la doctrine de la loi qui, sans l'Esprit et de foi, les œuvres colère et provoque le péché dans l'esprit de ceux qui n'ont pas une foi vivante. Pour cette raison, l'apôtre l'appelle "le ministère de la mort." À cet égard, la parole de l'apôtre est pertinente: «La lettre tue, mais l'Esprit donne la vie." Et faux apôtres prêchaient un évangile corrompu, avoir combiné avec la loi, comme si le Christ ne pouvait pas sauver sans la loi.

Les sectes. Tels étaient les ébionites dit, qui étaient descendus de Ébion l'hérétique, et les nazaréens qui étaient auparavant appelées Mineans. Tous ces que nous condamnons, tout en prêchant l'Évangile pur et d'enseignement que les croyants sont justifiés par l'Esprit seul, et non par la loi. Un exposé plus détaillé de cette question suivra présentement sous le titre de justification.

L'enseignement de l'Evangile n'est pas nouveau, mais la doctrine la plus ancienne. Et bien que l'enseignement de l'Evangile, par rapport à l'enseignement des pharisiens qui concerne la loi, semble être une nouvelle doctrine lors de la première prêchée par le Christ (qui a aussi prophétisé Jérémie concernant la le Nouveau Testament), mais en réalité non seulement il était et est toujours une vieille doctrine (même si aujourd'hui elle est appelée par les papistes nouvelle par rapport à l'enseignement maintenant reçu parmi eux), mais est le plus ancien de tous dans le monde. Car Dieu a prédestinés de toute éternité pour sauver le monde par le Christ, et il a révélé au monde par l'Evangile et de cette prédestination de son éternel conseil (II Tim. 2:09 s.). Il est donc évident que la religion et l'enseignement de l'Evangile parmi tous ceux qui ont jamais été, sont et seront, le plus ancien de tous. C'est pourquoi nous affirmons que tous ceux qui disent que la religion et l'enseignement de l'Evangile est une foi qui a récemment surgi, étant à peine trente ans, err honteusement et à parler honteusement d'un éternel conseil de Dieu. Pour les applique le dicton du prophète Isaïe: «Malheur à ceux qui appellent le mal bien et bon, qui font des ténèbres la lumière et la lumière en ténèbres, qui changent l'amertume en douceur et la douceur en amertume!" (Ésaïe 5:20).

Chapitre 14 - de la repentance et la conversion de l'homme

La doctrine de la repentance est joint à l'Evangile. Pour sorte que le Seigneur a dit dans l'Évangile: «Le repentir et le pardon des péchés seraient prêchés en mon nom à toutes les nations» (Luc 24:27).

Quelle est la repentance? Par la repentance nous comprenons (1) la récupération d'un bon esprit de l'homme pécheur réveillé par la Parole de l'Evangile et le Saint-Esprit, et reçus par la vraie foi, par lequel le pécheur reconnaît immédiatement sa corruption innée et tous ses péchés accusés par la Parole de Dieu, et (2) s'afflige pour eux de tout son cœur, et pas seulement se lamente et franchement entre eux confesse devant Dieu avec un sentiment de honte, mais aussi (3) avec indignation les déteste, et (4) aujourd'hui considère avec zèle la modification de ses moyens et s'efforce constamment d'innocence et de vertu dans laquelle consciencieusement à l'exercice lui-même tout le reste de sa vie.

La vraie repentance est la conversion à Dieu. Et c'est un vrai repentir, à savoir, un tournant sincère à Dieu et à tous une bonne et sérieuse se détourner du diable et tous les maux. 1. La repentance est un don de Dieu. Maintenant, nous dit expressément que cette repentance est un pur don de Dieu et non pas un travail de notre force. Pour l'apôtre commandes un fidèle ministre avec diligence pour instruire ceux qui s'opposent à la vérité, si «Dieu peut-être accorder qu'ils se repentent et viennent à connaître la vérité» (II Tim. 2:25). 2. PÉCHÉS lamente COMMIS. Maintenant que femme pécheresse qui lave les pieds du Seigneur avec ses larmes, et Pierre qui pleura amèrement et déplorait son déni du Seigneur (Luc 7:38; 22:62) montrent clairement combien l'esprit d'un homme repentant doit être sérieusement déplorant les péchés qu'il a commis. 3. Confesse ses péchés à Dieu. Par ailleurs, le fils prodigue et le publicain de l'Evangile, en comparaison avec le pharisien, nous présente le modèle le plus approprié de la façon dont nos péchés doivent être confessés à Dieu. Le premier dit: «Père, j'ai péché contre le ciel et devant toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes mercenaires" (Luc 15:08 et suiv.). Et ce dernier, sans oser lever les yeux au ciel, se frappait la poitrine, en disant: «Dieu soit miséricordieux envers moi, pécheur» (chap. 18:13). Et nous ne doutons pas qu'ils ont été acceptés par Dieu dans la grâce. Pour l'apôtre Jean dit:. "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste, et nous pardonnera nos péchés et nous purifier de toute iniquité Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est pas en nous »(I Jean 1:9 et suiv.)

Moyens pas à dédaigner. Néanmoins, nous ne méprise pas comme inutiles les moyens par lesquels la divine providence fonctionne, mais nous enseignent que nous devons nous adapter à eux dans la mesure où ils sont recommandés pour nous dans la Parole de Dieu. C'est pourquoi nous désapprouvons les déclarations éruption de ceux qui disent que si toutes choses sont gérées par la providence de Dieu, alors nos efforts et nos efforts sont vains. Ce sera suffisant si nous laissons tout à la gouvernance de la providence divine, et nous n'aurons pas à vous soucier de quoi que ce soit ou faire quelque chose. Car, bien que Paul a compris qu'il naviguait sous la providence de Dieu qui lui avait dit: «Vous devez rendre témoignage aussi à Rome» (Actes 23:11), et en plus lui avait donné la promesse, "Il n'y aura pas de perte de vie parmi vous... et pas un cheveu de périr de la tête d'aucun de vous »(Actes 27:22, 34), pourtant, quand les marins étaient néanmoins penser à abandonner le navire le même Paul dit au centurion et aux soldats : «À moins que ces hommes restent dans le navire, vous ne pouvez pas être sauvés" (Actes 27:31). Car Dieu, qui a nommé pour tout ce que sa fin, a ordonné le début et le moyen par lequel il atteint son but. Les païens attribuent les choses à la fortune et du hasard aveugle, incertain. Mais Saint-Jacques ne veut pas nous dire: «Aujourd'hui ou demain nous irons dans telle ou telle ville et le commerce», mais ajoute: «Au lieu de cela, vous devriez dire:« Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous faire ceci ou cela '"(Jacques 4:13,15). Et Augustin dit: «Tout ce qui pour les hommes vains semble se produire dans la nature par accident, ne se produit que par sa Parole, car il arrive seulement à son commandement» (Enarrationes in Psalmos 148) Ainsi, il semble se produire par hasard lorsque Saül,. tout en cherchant les ânesses de son père, tombé inopinément avec le prophète Samuel. Mais auparavant le Seigneur avait dit au prophète: «Demain, je vous enverrai un homme de la terre de Benjamin» (1 Sam. 9:16.).

Chapitre 7 - De la création de toutes choses: des anges, le diable et l'homme

Dieu a créé toutes les choses de cette bonne et Dieu tout-puissant a créé toutes choses, visibles et invisibles, par sa Parole coéternelle, et les conserve par ses co-éternel Esprit, comme David a témoigné quand il a dit:. "Par la parole de Yahvé les cieux ont été faites, et toute leur armée par le souffle de sa bouche "(Psaume 33:6). Et, comme dit l'Ecriture, tout ce que Dieu avait fait était très bon, et a été fait pour le profit et l'usage de l'homme. Maintenant nous affirmer que toutes ces choses procèdent d'un début.

. Manichéens et les marcionites Par conséquent, nous condamnons les manichéens et les marcionites qui impiété imaginé deux substances et natures, l'une bonne, l'autre mauvais; aussi deux débuts et deux dieux contraires les unes aux autres, un bon et un mauvais.

Des anges et du diable. Parmi toutes les créatures, les anges et les hommes sont les plus excellentes. Concernant les anges, Sainte Écriture déclare: "Qui fait les vents tes messagers, le feu et la flamme ministres ton» (Ps. 104:4). En outre, il dit: «N'ont-ils pas tous les esprits tutélaires, envoyés en service, pour le bien de ceux qui sont d'obtenir le salut?" (Hébreux 1:14). Concernant le diable, le Seigneur Jésus lui-même atteste "Il a été meurtrier dès le commencement, et n'a rien à voir avec la vérité, parce qu'il n'ya pas de vérité en lui. Quand il se trouve qu'il parle selon sa propre nature, car il est un menteur et père du mensonge "(Jean 8:44). Par conséquent, nous enseignent que certains anges ont persisté en obéissance et ont été nommés pour le service fidèle à Dieu et aux hommes, mais d'autres sont tombés de leur plein gré et ont été jetés dans la destruction, devenant les ennemis de tout bien et des fidèles, etc

. Of Man Maintenant concernant l'homme, l'Ecriture dit que dans le début, il a été fait une bonne fonction de l'image et ressemblance de Dieu, que Dieu l'a placé dans le Paradis et fait toutes choses lui sont soumis (Genèse, 2 ch.). C'est ce que David établit magnifiquement suite dans le Psaume 8. Par ailleurs, Dieu lui donna une femme et les bénit. Nous affirmons également que l'homme se compose de deux substances différentes en une seule personne: une âme immortelle qui, une fois séparée du corps, ni dort ni ne meurt, et un corps mortel qui seront néanmoins ressuscité d'entre les morts au jugement dernier, afin que puis l'homme tout entier, que ce soit dans la vie ou la mort, demeurer éternellement.

Les sectes. Nous condamnons tous ceux qui le ridicule ou par des arguments subtils jeter le doute sur l'immortalité des âmes, ou qui disent que l'âme dort ou est une partie de Dieu. En bref, nous condamnons toutes les opinions de tous les hommes, mais de nombreux, qui partent de ce qui a été livré à nous par les Saintes Ecritures dans l'Eglise apostolique du Christ concernant la création, les anges et les démons, et l'homme.

Chapitre 8 - De chute de l'homme, le péché et la cause du péché

La chute de l'homme. Au début, l'homme a été fait en fonction de l'image de Dieu dans une justice et une sainteté véritable, bon et juste. Mais quand, à l'instigation du serpent et par sa propre faute, il abandonne la bonté et la droiture, il devient sujette au péché, la mort et diverses calamités. Et ce qu'il est devenu par la chute, qui est, sujette au péché, la mort et diverses calamités, comme le sont tous ceux qui sont descendus de lui.

Sin. Par le péché, nous comprenons que la corruption innée de l'homme qui a été dérivé ou propagée en nous tous de nos premiers parents, par lequel nous, plongés dans les désirs pervers et opposé à toutes les bonnes sont enclins à tout mal. Plein de toute méchanceté, la méfiance, le mépris et la haine de Dieu, nous sommes incapables de le faire ou même penser rien de bon de nous-mêmes. Par ailleurs, même lorsque nous vieillissons, donc par les mauvaises pensées, paroles et actes commis contre la loi de Dieu, nous porter des fruits corrompus digne d'un mauvais arbre (Matthieu 12:33 et suiv.). Pour cette raison, par nos propres déserts, être soumis à la colère de Dieu, nous ne sommes responsables d'une juste punition, de sorte que chacun d'entre nous aurait été jeté loin de Dieu, si le Christ, le Libérateur, ne nous avait pas ramené.

Mort. Par la mort, nous comprenons non seulement la mort corporelle, qui nous devons tous une fois de souffrir à cause des péchés, mais aussi une punition éternelle en raison de nos péchés et la corruption. Pour l'apôtre dit:....... «Nous étions morts par vos offenses et par vos péchés et nous étions par nature enfants de colère, comme le reste de l'humanité Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, même lorsque nous étions morts par nos offenses, nous a fait revivre avec le Christ "(Eph. 2:01 ss.). Aussi: «Comme le péché est entré dans le monde par un seul homme et la mort par le péché, la mort et la propagation de sorte à tous les hommes parce que tous ont péché» (Rom. 5:12).

Péché originel. Nous avons donc reconnaître qu'il ya le péché originel de tous les hommes.

Péchés actuels. Nous reconnaissons que tous les autres péchés qui en découlent sont appelés et sont vraiment les péchés, peu importe par quel nom ils peuvent être appelés, qu'ils soient mortels, véniels ou ce qui est dit être le péché contre l'Esprit Saint qui n'est jamais pardonnés (Marc 3:29, 1 Jean 5:16). Nous confessons aussi que les péchés ne sont pas égaux, bien qu'ils proviennent de la même fontaine de corruption et de l'incrédulité, certains sont plus graves que d'autres. Comme dit le Seigneur, il sera plus supportable pour Sodome que pour la ville qui rejette le mot de l'Évangile (Matthieu 10:14 f.;. 11:20 et suiv.)

Les sectes. Nous avons donc condamner tous ceux qui ont enseigné contraires à la présente, surtout Pélage et tous les pélagiens, avec les Jovinians qui, avec les stoïciens, qui concerne tous les péchés que l'égalité. Dans toute cette affaire nous sommes d'accord avec saint Augustin, qui a défendu sa dérivée et vue depuis Saintes Ecritures. Par ailleurs, nous condamnons et Florinus Blastus, contre lesquels Irénée écrit, et tous ceux qui font de Dieu l'auteur du péché.

Dieu n'est pas l'auteur du péché, et dans quelle mesure il est dit Harden Il est expressément écrit: ".. Tu n'es pas un Dieu qui se plaît dans la méchanceté tu hais tous les méchants Toi qui détruis ceux qui profèrent le mensonge." (Psaume 5: 4 et suiv.). Et encore: «Quand le diable se cache, il parle selon sa propre nature, car il est menteur et père du mensonge" (Jean 8:44). Par ailleurs, il ya assez de péché et la corruption en nous que ce n'est pas nécessaire pour Dieu de nous infuser dans une perversité nouvelle ou plus grande encore. Lorsque, par conséquent, il est dit dans les Ecritures que Dieu endurcit, stores et fournit jusqu'à un esprit réprouvé, il est bien entendu que Dieu le fait par un juste jugement comme un juge juste et vengeur. Enfin, aussi souvent que Dieu dans l'Écriture qui est dit ou semble faire quelque chose de mal, ce n'est pas ce qui dit que l'homme ne fait pas mal, mais que Dieu l'a permis et ne l'empêche pas, selon son jugement juste, qui pourrait l'empêcher s'il le souhaitait, ou parce qu'il transforme le mal en bien de l'homme, comme il le fit dans le cas des frères de Joseph, ou parce qu'il régit les péchés de peur qu'ils éclatent et la rage n'est plus approprié. Saint Augustin écrit dans son Enchiridion: «Ce qui se passe contrairement à sa volonté se produit, d'une manière merveilleuse et ineffable, et non pas en dehors de sa volonté pour que ça n'arriverait pas s'il ne le permettent Et pourtant, il ne lui permettent pas à contrecœur.. mais volontiers. Mais celui qui est bon ne permettrait pas de mal à se faire, à moins que, étant omnipotent, il pourrait apporter le bien du mal. " Ainsi écrivait-Augustin.

Questions curieuses. D'autres questions, comme si Dieu voulait qu'Adam à tomber, ou pourquoi il n'a pas empêché la chute, et des questions semblables, nous compter parmi questions curieuses (sauf si par hasard, la méchanceté des hérétiques ou des autres hommes malvenu nous oblige aussi à expliquer entre eux hors de la Parole de Dieu, comme les enseignants divins de l'Eglise ont souvent fait), sachant que le Seigneur a interdit l'homme de manger du fruit défendu et puni sa transgression. Nous savons aussi que ce que les choses sont faites ne sont pas mauvais par rapport à la providence, la volonté et la puissance de Dieu, mais à l'égard de Satan et de notre volonté s'opposer à la volonté de Dieu.

Chapitre 9 - de la volonté libre, et donc des pouvoirs humains

Dans cette affaire, qui a toujours produit beaucoup de conflits dans l'Église, nous enseignons que le triple condition ou état de l'homme est à considérer.

Quel homme était avant l'automne. Il est l'état dans lequel l'homme était au commencement, avant la chute, à savoir, debout et libre, afin qu'il puisse continuer à la fois dans la bonté et de déclin au mal. Toutefois, il a refusé de mal, et a impliqué lui-même et toute la race humaine dans le péché et la mort, comme cela a déjà été dit.

Quel homme fut après la chute. Ensuite, nous devons considérer ce que l'homme a été, après la chute. Pour être sûr, sa raison n'a pas été prise de lui, il n'était pas privé de volonté, et il n'a pas été entièrement changé en une pierre ou un arbre. Mais ils étaient tellement altérés et affaiblis qu'ils ne peuvent plus faire ce qu'ils pouvaient avant la chute. Pour la compréhension est obscurcie, et la volonté qui est libre est devenu une aura asservis. Maintenant, il sert le péché, non pas contre son gré, mais volontairement. Et en effet, il est appelé une volonté, un choix de ne pas (ING).

Homme commet le mal par sa propre volonté. Par conséquent, en ce qui concerne le mal ou le péché, l'homme n'est pas contraint par Dieu ou par le diable, mais le mal par sa propre volonté, et à cet égard, il a une volonté plus libre. Mais quand nous voyons fréquemment que les pires crimes et des dessins d'hommes sont empêchés par Dieu d'atteindre leur but, cela n'enlève pas la liberté de l'homme en faisant le mal, mais Dieu par sa propre puissance empêche ce que l'homme libre prévu autrement. Ainsi les frères de Joseph librement déterminés à se débarrasser de lui, mais ils étaient incapables de le faire parce que quelque chose a semblé bon au conseil de Dieu.

L'homme n'est pas capable de bon en soi. En ce qui concerne la bonté et la vertu raison de l'homme ne juge pas à juste titre, de lui-même sur les choses divines. Car l'Écriture évangélique et apostolique nécessite une régénération de quiconque parmi nous veut être sauvé. D'où notre première naissance d'Adam ne contribue en rien à notre salut. Paul dit: «L'homme non spirituel ne reçoit pas les dons de l'Esprit de Dieu», etc (1 Cor 2:14.). Et dans un autre endroit, il nie que nous de nous-mêmes sont capables de penser quelque chose de bon (2 Cor. 3:5). Or, on sait que l'esprit ou l'intellect est le guide de la volonté, et quand le guide est aveugle, il est évident à quel point la volonté atteint. C'est pourquoi, l'homme n'est pas encore régénèrent a pas de libre arbitre pour de bon, pas la force d'accomplir ce qui est bon. Le Seigneur dit dans l'Évangile: «Amen, amen, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave du péché» (Jean 8:34). Et l'apôtre dit: «L'esprit qui est fixé sur la chair est inimitié contre Dieu, il ne se soumet pas à la loi de Dieu, en effet il ne peut pas» (Rom. 8:7). Pourtant, en ce qui concerne les choses terrestres, l'homme déchu n'est pas entièrement défaut dans la compréhension.

La compréhension des arts. Car Dieu dans sa miséricorde, a autorisé les pouvoirs de l'intellect pour rester, bien que très différentes de ce qui était dans l'homme avant la chute. Dieu nous commande de cultiver nos talents naturels, et ajoute quant à des dons et des succès. Et il est évident que nous faisons aucun progrès dans tous les arts, sans la bénédiction de Dieu. Dans tous les cas, l'Ecriture mentionne tous les arts à Dieu, et, en effet, les païens de retracer l'origine des arts aux dieux qui les ont inventés.

De quelle sorte sont les pouvoirs de la régénérer, et de quelle manière leur volonté sont libres. Enfin, nous devons voir si le régénèrent ont volontés libres, et dans quelle mesure. Dans la régénération de la compréhension est illuminé par l'Esprit Saint afin qu'il puisse comprendre les mystères et la volonté de Dieu. Et la volonté elle-même est non seulement changé par l'Esprit, mais il est également équipé avec les facultés afin qu'il veut et est capable de faire le bien de son propre gré (Rom. 8:01 ss.). À moins que nous accordons cela, nous allons nier la liberté chrétienne et d'introduire une servitude légale. Mais le prophète de Dieu a dit: «Je mettrai ma loi au dedans d'eux, et je l'écrirai sur leur cœur» (Jérémie 31:33; Ez 36:26 f..). Le Seigneur dit aussi dans l'Evangile: «Si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres" (Jean 8:36). Paul écrit aussi aux Philippiens: «Il a été accordé pour vous que pour l'amour du Christ, vous devez non seulement croire en lui, mais aussi de souffrir pour lui» (Phil. 1:29). Encore une fois: "Je suis sûr que celui qui a commencé un bon travail en vous portera à son achèvement au jour de Jésus-Christ» (v. 6). Aussi: «Dieu est à l'œuvre en vous, le vouloir et de travailler pour son bon plaisir» (chap. 2:13).

Le travail régénérer non seulement de manière passive mais active Toutefois, dans ce contexte que nous enseignent qu'il ya deux choses à observer:. Tout d'abord, que le régénérer, en choisissant et en faisant le bien, le travail non seulement passive, mais active. Pour qu'ils sont mus par Dieu qu'ils peuvent faire eux-mêmes ce qu'ils font. Pour Augustin invoque à juste titre l'adage selon lequel "Dieu est dit être notre aide. Mais personne ne peut être aidé à moins qu'il ne fasse quelque chose." Les manichéens dépouillé l'homme de toutes les activités et lui fait comme une pierre ou un bloc de bois.

La libre volonté est faible dans le Régénérer. Deuxièmement, dans le régénérer une faiblesse demeure. Car, depuis le péché habite en nous, et dans la régénération de la chair, les luttes contre l'Esprit jusqu'à la fin de nos vies, ils n'ont pas facilement accomplir en toutes choses ce qu'ils avaient prévu. Ces choses sont confirmés par l'apôtre dans Rom., Ch. 7, et Gal., Ch. 5. Ainsi que le libre arbitre est faible en nous à cause des restes du vieil homme et de la corruption humaine innée reste en nous jusqu'à la fin de nos vies. En attendant, puisque la puissance de la chair et les restes du vieil homme ne sont pas si efficaces qu'ils entièrement éteindre l'œuvre de l'Esprit, pour cette raison que les fidèles sont dit d'être libre, mais afin qu'ils reconnaissent leur inffrmity et ne la gloire du tout dans leur libre arbitre. Pour les croyants doivent toujours garder à l'esprit ce que saint Augustin tant de fois inculquée selon l'Apôtre: «Qu'as-tu que vous n'avez pas reçu Si donc vous avez reçu, pourquoi te glorifier comme si ce n'était pas un cadeau?" Pour cela, il ajoute que ce que nous avons prévu ne vient pas immédiatement à passer. Pour la question de choses réside dans la main de Dieu. C'est la raison pour laquelle Paul a prié le Seigneur pour prospérer son voyage (Rom. 1:10). Et c'est aussi la raison pour laquelle le libre arbitre est faible.

Dans les choses extérieures là est la liberté. D'ailleurs, personne ne nie que dans les choses extérieures à la fois de la régénérer et non régénérés profiter du libre arbitre. Car l'homme a en commun avec les autres êtres vivants (à laquelle il n'est pas inférieur) cette nature à la volonté de certaines choses et pas d'autres le feront. Ainsi il est capable de parler ou de garder le silence, à sortir de sa maison ou de rester à la maison, etc Toutefois, même ici, la puissance de Dieu est toujours à observer, car il était la cause que Balaam ne pouvait pas aller aussi loin que il voulait (Nombres, ch. 24), et Zacharias au retour du temple ne pouvait pas parler comme il le voulait (Luc, ch. 1).

Hérésies. Dans cette affaire, nous condamnons les manichéens qui nient que le commencement du mal a été pour l'homme [créé] bonne, de son libre arbitre. Nous condamnons également les pélagiens qui affirment que l'homme méchant a suffisamment de volonté libre de faire le bien qui est commandé. Les deux sont réfutées par l'Ecriture sainte qui dit à l'ancien, «Dieu fait homme debout» et à ce dernier, «Si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres" (Jean 8:36).

Chapitre 10 - de la prédestination de Dieu et l'élection des Saints

Dieu nous a élus Out of Grace. De Dieu l'éternité a librement, et de sa pure grâce, sans aucun respect pour les hommes, prédestinés ou élus des saints qui il veut pour l'enregistrer dans le Christ, selon la parole de l'Apôtre, «Dieu a choisi nous en lui avant la fondation du monde »(Éphésiens 1:4). Et encore: «Qui nous a sauvés et nous a adressé une sainte vocation, non pas en vertu de nos œuvres, mais en vertu de son propre dessein, et la grâce dont il nous a donné en Jésus-Christ, il ya les âges, et a maintenant manifestée par l'apparition de notre Sauveur Jésus-Christ »(2 Tim. 1:09 s.).

Nous sommes élus ou prédestinés dans le Christ. Par conséquent, bien que n'étant pas sur le compte de tout le mérite de la nôtre, Dieu nous a élus, et non pas directement, mais en Christ, et à cause du Christ, afin que ceux qui sont maintenant en entés Christ par la foi pourraient aussi être élus. Mais ceux qui étaient en dehors du Christ ont été rejetées, selon la parole de l'apôtre, «Examinez-vous, pour voir si vous tenez à votre foi vous Testez-vous pas comprendre que Jésus Christ est en vous -..? Moins que vous ne parviennent pas à satisfaire au critère! " (2 Cor. 13:5).

Nous sommes élus pour un but précis. Enfin, les saints sont choisis par Dieu pour un but précis, que l'apôtre lui-même explique quand il dit: «Il nous a choisis en lui pour l'adoption que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui en amour. Il nous a prédestinés à l'adoption à être ses fils par Jésus-Christ qu'ils devraient être à la louange de la gloire de sa grâce »(Éphésiens 1:4 et suiv.).

Nous voulons avoir une bonne espérance pour tous. Et bien que Dieu sait qui sont les siennes, et ici et là mention n'est faite du petit nombre des élus, mais nous devons espérer du bien de tous, et pas témérairement juger tout homme d'être un réprouvé . Pour Paul dit aux Philippiens: "Je remercie mon Dieu pour vous tous» (maintenant il parle de toute l'Église à Philippes), "en raison de votre bourse dans l'Evangile, étant persuadé que celui qui a commencé un bon travail en vous apporterez c'est d'achèvement au jour de Jésus-Christ. Il est également juste que j'ai cette opinion de vous tous »(Phil. 1:03 ss.).

Que Peu sont élus. Et quand le Seigneur a demandé si il y avait peu qui doivent être sauvés, il ne répond pas et leur dire que peu ou beaucoup doit être sauvé ou damné, mais plutôt il exhorte tous les hommes de «s'efforcer d'entrer par la porte étroite »(Luc 13:24): comme s'il disait, ce n'est pas pour vous, curieusement pour se renseigner sur ces questions, mais plutôt de s'efforcer que vous pouvez entrer au ciel par le chemin droit.

Que dans cette affaire doit être condamné. Par conséquent, nous n'approuvons pas les discours impies de certains qui disent: «Rares sont choisis, et depuis je ne sais pas si je suis parmi le nombre des années, je vais me faire plaisir." D'autres disent: «Si je suis prédestiné et élu par Dieu, rien ne peut m'empêcher de salut, qui est déjà bien nommé pour moi, peu importe ce que je fais. Mais si je suis du nombre des réprouvés, pas la foi ou le repentir aidez-moi, depuis le décret de Dieu ne peut pas être changé. Par conséquent, toutes les doctrines et les avertissements sont inutiles. " Maintenant, le contredit en disant de l'apôtre de ces hommes: «la servante du Seigneur doit être prêt à enseigner, instruire ceux qui s'opposent à lui, de sorte que si Dieu qu'ils se repentent de connaître la vérité, ils peuvent récupérer les pièges du diable, après avoir été retenu captif par lui pour faire sa volonté »(2 Tim. 2:23 et suiv.).

Admonitions ne sont pas vains Parce Produit du Salut de l'élection. Augustin montre aussi que la grâce de la prédestination et le libre choix, et aussi salutaires avertissements et des doctrines, doivent être prêché (lib. De dono Perseverantiae, cap. 14 et suiv.).

Que nous sommes élus. Nous avons donc trouver à redire à ceux qui en dehors de Christ se demander si elles sont élues. Et qu'est-ce que Dieu a décrété à leur sujet avant l'éternité? Car la prédication de l'Evangile est d'être entendu, et il est à croire, et il doit être tenu hors de tout doute que si vous croyez et sont en Christ, vous êtes élu. Pour le Père a révélé à nous dans le Christ le dessein éternel de sa prédestination, comme je viens maintenant montré de l'apôtre en 2 Tim. 1:9-10. C'est donc avant tout d'être enseigné et considéré, ce grand amour du Père envers nous est révélé à nous dans le Christ. Nous devons écouter ce que le Seigneur lui-même prêche tous les jours pour nous dans l'Évangile, comment il l'appelle et lui dit: "Venez à moi vous tous qui peinez et sont chargés, et je vous donnerai du repos" (Matthieu 11:28). «Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle» (Jean 3:16). En outre, «Ce n'est pas la volonté de mon Père que l'un de ces petits périsse» (Matthieu 18:14).

Que le Christ, donc de l'autre côté du miroir, dans lequel nous pouvons contempler notre prédestination. Nous aurons un témoignage suffisamment clair et certain que nous sommes inscrits dans le Livre de Vie, si nous sommes en communion avec le Christ, et il est le nôtre et nous sommes son dans la vraie foi.

Tentation à l'égard de la prédestination dans la tentation à l'égard de la prédestination, que ce qui il n'y a guère d'autres plus dangereux, nous sommes confrontés par le fait que les promesses de Dieu s'appliquent à tous les fidèles, car il dit:. "Demandez, et tous ceux qui cherchent , doit recevoir "(Luc 11:09 ss.) Ce que nous prions, enfin, avec toute l'Église de Dieu «Notre Père qui es aux cieux» (Matthieu 6:9), à la fois parce que, par le baptême, nous sommes entés dans le corps du Christ, et nous sommes souvent nourris dans son Eglise avec les sa chair et son sang pour la vie éternelle. De ce fait, être renforcée, il nous est ordonné de travailler à notre salut avec crainte et tremblement, selon le précepte de saint Paul.

Chapitre 11 - De Jésus-Christ, vrai Dieu et homme, le seul Sauveur du monde

Confession sacerdotale et de l'absolution. Mais nous pensons que cette confession sincère qui est faite à Dieu seul, soit en privé entre Dieu et le pécheur, ou publiquement dans l'Eglise où la confession générale des péchés est dit, est suffisante, et que pour obtenir des pardon des péchés, il n'est pas nécessaire pour quiconque de confesser ses péchés à un prêtre, leur murmurant à son oreille, qui à son tour, il pourrait recevoir l'absolution du prêtre avec son imposition des mains, car il n'est ni un commandement ni un exemple de présent dans les Saintes Ecritures. David témoigne et dit: «J'ai reconnu mon péché pour toi, et n'a pas caché mon iniquité; j'ai dit:« Je confesserai mes transgressions à l'Éternel », puis tu as pardonner la peine de mon péché" (Psaume 32:5 ). Et le Seigneur qui nous a appris à prier et dans le même temps à confesser nos péchés, a déclaré: «Priez donc comme ceci:... Notre Père qui es aux cieux, pardonne-nous nos dettes, comme nous aussi pardonnons à nos débiteurs» (Mt . 6:12). Par conséquent, il est nécessaire que nous confessons nos péchés à Dieu notre Père, et se réconcilier avec notre voisin si nous avons offensé. Concernant ce genre de confession, de l'apôtre Jacques dit: "Confessez donc vos péchés les uns aux autres" (Jacques 5:16). Si, cependant, toute personne est submergée par le fardeau de ses péchés et par les tentations perplexe, et cherchera un avocat, l'instruction et le confort privé, soit à partir d'un pasteur de l'Église, ou de toute autre frère qui est instruit dans la loi de Dieu, nous ne désapprouve pas, tout comme nous avons aussi approuvons pleinement de cette confession générale et publique des péchés, qui est généralement dit dans l'Église et à des réunions pour le culte, comme nous l'avons noté plus haut, dans la mesure où il est agréable à l'Écriture.

Parmi les clés du royaume des cieux. Concernant les clefs du Royaume des Cieux où le Seigneur donna aux apôtres, beaucoup babiller nombreuses choses étonnantes, et hors d'eux forger des épées, des lances, des sceptres et des couronnes, et tout pouvoir sur le plus grand royaumes, en effet, sur les âmes et les corps. A en juger simplement selon la Parole du Seigneur, nous disons que tous les ministres proprement dite posséder et exercer les clefs ou l'utilisation d'eux quand ils proclament l'Evangile, c'est quand ils enseignent, exhorter, de confort, réprimande, et de garder dans la discipline le peuple s'engage à leur confiance.

Ouvrir et fermer (le Royaume). Car de cette façon ils ouvrent le Royaume des Cieux à l'obéissant et le fermer à la désobéissance. Le Seigneur a promis ces touches pour les apôtres de Matt., Ch. 16, et les donna à Jean, ch. 20, Marc, ch. 16, et Luc, ch. 24, quand il a envoyé ses disciples et leur a ordonné de prêcher l'Evangile dans le monde entier, et de remettre les péchés.

Le ministère de la Réconciliation. Dans la lettre aux Corinthiens, l'apôtre dit que le Seigneur a donné le ministère de la réconciliation à ses ministres (II Cor. 5:18 et suiv.). Et ce que c'est, il explique ensuite, en disant que c'est la prédication ou l'enseignement de la réconciliation. Et ses paroles en expliquant plus clairement encore, il ajoute que les ministres du Christ de décharge du bureau de l'ambassadeur au nom du Christ, comme si Dieu lui-même par des ministres a exhorté les gens à se réconcilier avec Dieu, sans doute par l'obéissance fidèle. Par conséquent, ils exercent les clés quand ils convaincre [les hommes] à croire et à se repentir. Ainsi, ils réconcilier les hommes avec Dieu.

Remettre les péchés ministres. Ainsi remettre les péchés, ils. Ainsi ils ouvrent le Royaume des Cieux, et amener les croyants à elle: très différents de ceux dont le Seigneur dit dans l'Évangile, «Malheur à vous pour les avocats que vous avez enlevé la clef de la connaissance, vous ne vous êtes pas entrer, et! vous avez empêché ceux qui entraient. "

Comment ministres absoudre. Ministres, donc, à juste titre et efficacement absoudre quand ils prêchent l'Evangile du Christ et ainsi la rémission des péchés, qui est promis à chacun qui croit, tout comme chacun est baptisé, et quand ils témoignent que ce qui a trait à la chacun singulièrement. Ni ne nous pensons que cette absolution, devient plus efficace en étant murmurait à l'oreille de quelqu'un ou en étant individuellement murmura-dessus la tête de quelqu'un. Nous sommes néanmoins d'avis que la rémission des péchés dans le sang du Christ est d'être assidûment proclamée, et que chacun doit être averti que le pardon des péchés se rapporte à lui.

La diligence dans le renouveau de la vie. Mais les exemples dans l'Évangile nous enseigne comment vigilante et diligente le pénitent devrait être dans la lutte pour la nouveauté de la vie et à mortifier le vieil homme et l'accélération de la nouvelle. Car le Seigneur dit à l'homme il guérit la paralysie: «Voyez, vous êtes bien ne pèche plus, rien de pire que t'arrivera» (Jean 5:14). De même pour la femme adultère dont il a mis gratuitement il dit: «Va, et ne pèche plus» (chap. 8:11). Pour être sûr, par ces mots, il ne veut pas dire que tout homme, tant qu'il a vécu dans la chair, ne pouvait pas pécher, il recommande tout simplement la diligence et une dévotion minutieuse, de sorte que nous devrions nous efforcer par tous les moyens, et supplie Dieu de prière de peur que nous retombons dans le péché à partir de laquelle, pour ainsi dire, nous avons été ressuscités, et de peur d'être vaincu par la chair, le monde et le diable. Zachée le publicain, que le Seigneur avait reçu un retour en grâce, s'exclame dans l'Evangile: "Voici, Seigneur, la moitié de mes biens, je donne aux pauvres, et si j'ai extorqué un de rien, je lui rends le quadruple" ( Luc 19:8). Par conséquent, de la même manière que nous prêchons que la restitution et la compassion, et même l'aumône, sont nécessaires pour ceux qui se repentent sincèrement, et nous exhortons tous les hommes partout dans les paroles de l'apôtre: «Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, pour vous faire obéir de leurs passions. Ne cédez pas vos membres au péché comme instruments d'iniquité, mais vous soumettre à Dieu que les hommes qui ont été ramenés de la mort à la vie, et vos membres à Dieu comme des instruments de justice »(Rom. 6:12 f.).

Erreurs. C'est pourquoi nous condamnons toutes les déclarations de certains qui impies tort utilisation de la prédication de l'Evangile et de dire qu'il est facile de retourner à Dieu. Le Christ a expié pour tous les péchés. Le pardon des péchés est facile. Par conséquent, quel mal y at-il dans le péché? Ni besoin de nous être grandement préoccupés par la repentance, etc Nonobstant nous avons toujours enseigner que d'un accès à Dieu est ouvert à tous les pécheurs, et qu'il pardonne tous les pécheurs de tous les péchés, sinon le seul péché contre l'Esprit Saint (Marc 3:29).

Les sectes. C'est pourquoi nous condamnons les Novatiens anciens et nouveaux et Cathares.

. Indulgences papales Nous avons surtout condamner la doctrine lucrative de la pénitence Pape concernant, et contre sa simonie et de ses indulgences simoniaques, nous nous prévaloir du jugement de Pierre sur Simon: «Votre argent périsse avec toi, parce que vous pensiez que vous pouviez obtenir le don de Dieu avec l'argent! Vous n'avez ni part ni lot dans cette affaire, car ton coeur n'est pas droit devant Dieu »(Actes 8:20 et suiv.)

Satisfactions. Nous avons aussi désapprouvent ceux qui pensent que par leurs propres satisfactions qu'ils se racheter pour les péchés commis. Car nous enseignent que seul le Christ par sa mort ou la passion est la satisfaction, la propitiation ou l'expiation des péchés (Ésaïe, 53 ch;. I Cor 1:30.). Pourtant, comme nous l'avons déjà dit, nous ne cessons pas d'exhorter la mortification de la chair. Nous ajoutons, toutefois, que cette mortification est de ne pas être fièrement obtruded Dieu comme une satisfaction pour les péchés, mais doit être effectué avec humilité, en harmonie avec la nature des enfants de Dieu, comme une nouvelle obéissance, par reconnaissance pour la délivrance et la satisfaction complète obtenue par la mort et la satisfaction du Fils de Dieu.

Chapitre 15 - De la vraie justification des croyants

Quelle est la justification? Selon l'apôtre dans son traitement de la justification, pour justifier les moyens de remettre les péchés, d'absoudre de toute culpabilité et de punition, de recevoir en grâce, et de prononcer un homme juste. Pour dans son épître aux Romains, l'apôtre dit: «C'est Dieu qui justifie; qui est à condamner?" (Rom. 8:33). Pour justifier et de condamner y sont opposés. Et dans les Actes des Apôtres les Etats apôtre: «Par le pardon des péchés le Christ vous est annoncé, et par lui tout homme qui croit est libéré de tout ce dont vous ne pouviez pas être libérés par la loi de Moïse" (Actes 13:38 f.). Car dans le droit et aussi dans les Prophètes, nous lisons: «S'il ya un différend entre les hommes, et ils viennent à la cour les juges décident entre eux, acquittant l'innocent et le coupable condamnant...» (Deut. 25:1) . Et dans Isa., Ch. 5: ".... Malheur à ceux qui justifient le coupable pour un pot de vin"

Nous sommes justifiés à cause du Christ. Maintenant il est certain que nous sommes tous des pécheurs nature et athée, et avant Dieu siège du jugement sont reconnus coupables d'impiété et sont coupables de la mort, mais que, uniquement par la grâce du Christ et pas de tout le mérite de la nôtre ou considération pour nous, nous sommes justifiés, c'est-à absous du péché et de mort par Dieu le juge. Pour ce qui est plus claire que ce que Paul dit: «Puisque tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu, ils sont justifiés par sa grâce comme un don, par la rédemption qui est en Jésus Christ" (Rom. 3:23 f. ).

Justice imputée. Car le Christ a pris sur lui et a porté les péchés du monde, et satisfait la justice divine. Par conséquent, uniquement en raison des souffrances de Christ et la résurrection de Dieu est propice à l'égard de nos péchés et ne les imputer à nous, mais la justice impute Christ pour nous que notre propre (II Cor 5:19 ss;.. Rom 4:25. ), de sorte que maintenant nous ne sommes pas seuls nettoyé et purgé de ses péchés ou sont saints, mais aussi, accordé la justice de Christ, et ainsi absous du péché, la mort et la condamnation, sont à juste dernière et les héritiers de la vie éternelle. A proprement parler, donc, Dieu seul nous justifie, et ne justifie à cause du Christ, n'imputant péchés pour nous, mais imputant sa justice pour nous.

Nous sommes justifiés par la foi seule. Mais parce que nous recevons cette justification, non par des ouvrages, mais par la foi en la miséricorde de Dieu et en Christ, nous avons donc enseigner et croire avec l'apôtre que l'homme pécheur est justifié par la foi seule en Christ, non par la loi ou tout fonctionne. Pour l'apôtre dit: «Nous estimons que l'homme est justifié par la foi sans les œuvres de la loi» (Rom. 3:28). Aussi:.?.... «Si Abraham a été justifié par les œuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu pour ce que dit l'Écriture: Abraham crut à Dieu, et cela lui fut compté comme justice Et pour celui qui ne ne fonctionne pas mais croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est comptée comme justice "(Rom. 4:02 ss;. Gen 15:6). Et encore: «Par la grâce que vous êtes sauvés par la foi, et ce n'est pas votre propre fait, c'est le don de Dieu - non pas parce que des oeuvres, afin que personne ne se glorifie", etc (Eph. 2:08 f .). Par conséquent, parce que la foi reçoit le Christ notre justice et des attributs tout à la grâce de Dieu dans le Christ, sur ce que la justification de compte est attribué à la foi, surtout à cause du Christ et n'est donc pas parce que c'est notre travail. Car il est le don de Dieu.

Nous recevons le Christ par la foi. Par ailleurs, le Seigneur montre abondamment que nous recevons Christ par la foi, dans Jean, ch. 6, où il met manger de croire, et croire pour manger. Pour que nous recevons la nourriture en mangeant, donc nous participons au Christ par la foi. Justification n'est pas attribué en partie au Christ ou à FOI, en partie pour des États-Unis. Par conséquent, nous ne partageons pas dans l'intérêt de justifier en partie à cause de la grâce de Dieu ou le Christ, et en partie parce que de nous-mêmes, notre amour, de travaux ou le mérite, mais nous l'attribuons entièrement à la grâce de Dieu en Christ par la foi. Pour notre amour et nos œuvres ne pouvaient pas s'il vous plaît Dieu, s'il est effectué par des hommes injustes. Par conséquent, il est nécessaire pour nous d'être juste avant que nous puissions aimer et de faire de bonnes œuvres. Nous sommes faits vraiment justes, comme nous l'avons dit, par la foi en Christ purement par la grâce de Dieu, qui n'impute pas à nous nos péchés, mais la justice de Christ, ou plutôt, il impute la foi en Christ pour nous pour la justice. Par ailleurs, l'apôtre tire très clairement l'amour de la foi quand il dit: «Le but de notre commande, c'est l'amour qui vient d'un cœur pur, une bonne conscience, et une foi sincère" (I Tim 1:05.).

Comparé avec Paul James. C'est pourquoi, dans cette affaire, nous ne parlons pas d'une fictive, vide, la foi paresseux et mort, mais d'un être vivant, vivifiant la foi. Il est et est appelé une foi vivante, car elle appréhende le Christ qui est la vie et la rend vivante, et montre qu'il est vivant par les œuvres de vie. Et si James ne contredit rien dans cette doctrine de la nôtre. Car il parle d'un vide, la foi morte dont certains se vantaient, mais qui n'ont pas de vie en eux le Christ par la foi (Jacques 2:14.). James dit que fonctionne justifier, encore sans contredire l'Apôtre (sinon il aurait à être rejetés) mais montrant que Abraham a démontré sa vie et la foi qui justifie par les œuvres. Cette toutes les pieuses faire, mais ils ont confiance en Christ seul, et non dans leurs propres œuvres. Pour encore l'Apôtre dit: «Il n'est plus moi qui vis, mais Christ qui vit en moi, et la vie que je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et s'est livré pour moi. Je ne rejette pas la grâce de Dieu, car si la justification ont été grâce à la loi, Christ est donc mort en vain », etc (Gal. 2:20 f.).

Chapitre 16 - de la foi et aux bonnes œuvres et de leur récompense, et du mérite de l'homme

Qu'est-ce que la Foi? Foi chrétienne n'est pas une opinion ou une conviction humaine, mais une confiance plus ferme et une sanction claire et ferme de l'esprit, et puis une appréhension la plus certaine de la vérité de Dieu présenté dans les Ecritures et dans le Credo des Apôtres , et donc aussi de Dieu lui-même, le plus grand bien, et surtout la promesse de Dieu et du Christ qui est l'accomplissement de toutes les promesses.

La foi est un don de Dieu. Mais cette foi est un pur don de Dieu que Dieu seul de sa grâce donne à ses élus en fonction de sa mesure quand, à qui et dans la mesure qu'il veut. Et il le fait par l'Esprit Saint au moyen de la prédication de l'Evangile et la prière inébranlable. L'accroissement de la foi. Cette foi a aussi son augmentation, et si elle n'était pas donnée par Dieu, les apôtres n'auraient pas dit: «Seigneur, augmente notre foi» (Luc 17:5). Et toutes ces choses qui jusqu'à ce point que nous avons dit concernant la foi, les apôtres ont enseigné avant nous. Pour Paul dit: «Par la foi est le [hypostase] ou assurer la subsistance, des choses qu'on espère, et le [ELEGXOS], c'est l'appréhension claire et certaine» (Hébreux 11:1). Et encore, il dit que toutes les promesses de Dieu sont oui, par le Christ et par Christ sont Amen (II Cor. 1:20). Et aux Philippiens, il dit qu'il a été donné à eux de croire en Jésus-Christ (Phil. 1:29). Encore une fois, Dieu attribué à chaque mesure de la foi (Romains 12:3). Encore une fois: «Tous n'ont pas la foi» et, «ne sont pas tous obéir à l'Evangile" (Thessaloniciens II 03:02; Rom 10:16..). Mais Luc témoigne aussi, en disant: «Comme ceux qui étaient destinés à la vie cru» (Actes 13:48). C'est pourquoi Paul appelle aussi la foi »la foi des élus de Dieu» (Tite 1:1), et encore: «La foi naît de l'écoute et l'audition vient de la Parole de Dieu» (Rom. 10:17). Ailleurs, il commande souvent des hommes à prier pour la foi.

Foi efficace et active. Le même apôtre appelle la foi efficace et agissante dans l'amour (Gal. 5:6). Il apaise aussi la conscience et ouvre un accès libre à Dieu, afin que nous puissions s'approcher de lui avec confiance et peuvent obtenir de lui ce qui est utile et nécessaire. La même chose [la foi] nous garde dans le service que nous devons à Dieu et notre prochain, renforce notre patience dans l'adversité, les modes et fait une véritable confession, et en un mot, porte de bons fruits de toutes sortes, et les bonnes œuvres.

Concernant les bonnes œuvres. Pour nous enseignons qui fonctionne vraiment bien se développer hors d'une foi vivante par l'Esprit Saint et sont faits par les fidèles, selon la volonté ou la règle de la Parole de Dieu. Maintenant l'apôtre Pierre dit: «Faites tous les efforts pour compléter votre foi la vertu, et la vertu la connaissance, et la connaissance avec l'auto-contrôle", etc (II Pierre 1:05 et suiv.). Mais nous avons dit plus haut que la loi de Dieu, qui est sa volonté, prescrit pour nous le modèle de bonnes œuvres. Et l'apôtre dit: «... C'est la volonté de Dieu, votre sainteté, que vous vous absteniez de l'immoralité qui ne transgressent l'homme, et le mal de son frère dans une entreprise» (I Thess 4:03 ss..).

Travaux des choix humains. Et en effet, travaille et de culte que nous choisissons arbitrairement ne sont pas agréables à Dieu. Ces appels Paul [THLEEOTHRASKEIAS] (Col. 2:23 - "le culte de soi-conçu»). De telle que le Seigneur dit dans l'Évangile: «C'est en vain qu'ils m'honorent, en enseignant des préceptes qui sont les préceptes des hommes" (Matthieu 15:9). Par conséquent, nous désapprouvons de tels ouvrages, et d'approuver et exhortons ceux qui sont la volonté de Dieu et de la commission.

La Fin des bonnes oeuvres. Ces mêmes œuvres ne doit pas être fait afin que nous puissions mériter la vie éternelle par eux, car, comme le dit l'apôtre, la vie éternelle est le don de Dieu. Ils ne sont pas à faire pour l'ostentation, qui rejette le Seigneur en Matt., Ch. 6, ni pour le gain dont il rejette aussi dans Matt., Ch. 23, mais pour la gloire de Dieu, pour orner notre appel, pour montrer sa gratitude à Dieu, et pour le profit du voisin. Pour notre Seigneur dit encore dans l'Évangile: «Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et rendent gloire à votre Père qui est aux cieux» (Matthieu 5:16). Et l'apôtre Paul dit: «mener une vie digne de la vocation à laquelle vous avez été appelé (Eph. 4:1) Aussi:." Et quoi que vous fassiez, en parole ou en acte, tout faire au nom du Seigneur Jésus , en rendant grâce à Dieu et au Père à travers lui »(Col. 3:17), et," Que chacun de vous ne regarde pas à ses propres intérêts, mais pour les intérêts d'autrui »(Phil. 2:4), et «Que notre peuple à apprendre à appliquer eux-mêmes aux bonnes actions, afin d'aider les cas de besoin urgent, et de ne pas être infructueuse» (Tite 3:14).

Bonnes Œuvres pas rejeté. Par conséquent, bien que nous enseignent avec l'apôtre que l'homme est justifié par la foi en Christ et non par les bonnes oeuvres, et pourtant nous ne pensons pas que les bonnes œuvres sont de peu de valeur et de les condamner. Nous savons que l'homme n'a pas été créé ou régénéré par la foi afin d'être inactif, mais plutôt que sans cesse il doit faire ces choses qui sont bonnes et utiles. Pour l'Evangile, le Seigneur dit qu'un bon arbre porte de bons fruits (Matthieu 12:33), et que celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruit (Jean 15:5). L'apôtre dit: «Car nous sommes son ouvrage, créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, que nous les pratiquions" (Ephésiens 2:10), et encore: «Qui s'est donné pour nous faire racheter nous de toute iniquité et de purifier pour lui-même un peuple qui lui appartienne, et zélé pour les bonnes œuvres "(Tite 2:14). Nous avons donc condamner tous ceux qui méprisent les bonnes oeuvres, et qui babillent qu'elles sont inutiles et que nous n'avons pas besoin de faire attention à eux.

Nous ne sommes pas sauvés par les œuvres bonnes. Néanmoins, comme cela a été dit plus haut, nous ne pensons pas que nous sommes sauvés par les bonnes œuvres, et qu'ils sont si nécessaires pour le salut que personne n'a jamais été sauvé sans eux. Car nous sommes sauvés par la grâce et la faveur de Christ seul. Travaux nécessairement de la foi. Et le salut est incorrectement attribuée à eux, mais il est plus proprement attribué à la grâce. Phrase de l'apôtre est bien connue: «Si c'est par grâce, ce n'est plus d'œuvres; autrement la grâce ne serait plus la grâce, mais si elle est d'œuvres, alors il n'est plus une grâce, parce que sinon le travail n'est plus. travail »(Rom. 11:6).

Good Works S'il vous plaît Dieu. Or, les œuvres dont nous ne par la foi sont agréables à Dieu et sont approuvés par lui. En raison de la foi en Christ, celles qui font de bonnes œuvres qui, par ailleurs, se font la grâce de Dieu par l'Esprit Saint, sont agréables à Dieu. Pour Saint-Pierre a dit: "En toute nation celui qui craint Dieu et fait ce qui est juste pour lui» (Actes 10:35). Et Paul dit: «Nous n'avons pas cessé de prier pour vous que vous pouvez marcher dignement le Seigneur, entièrement agréables à lui, porte ses fruits dans toute bonne œuvre...» (Col. 1:09 f.).

Nous enseignons les vraies vertus et non pas faux et philosophiques. Et ainsi nous enseigner diligemment vrai, pas fausses vertus et philosophique, fonctionne vraiment bien, et le véritable service d'un chrétien. Et autant que nous pouvons nous diligemment et avec zèle les presser sur tous les hommes, tandis que censurer la paresse et l'hypocrisie de tous ceux qui professent la louange et l'Evangile avec leurs lèvres et le déshonorent par leur vie honteuse. Dans cette affaire, nous place avant de les terribles menaces de Dieu et ses promesses, puis les riches et les récompenses généreuses - exhortant, consolant et réprimandant.

Dieu donne une récompense pour les bonnes œuvres que nous enseignent que Dieu donne une riche récompense à ceux qui font de bonnes œuvres, selon cette parole du prophète: ".... Gardez votre voix de pleurer, pour votre travail doit être récompensé" ( . Jer 31:16; Isa, CH 4)... Le Seigneur dit aussi dans l'Évangile: «Réjouissez-vous et soyez heureux, car votre récompense sera grande dans les cieux» (Matthieu 5:12), et: «Quiconque donne à un de ces petits ma tasse d'eau froide, vraiment, Je vous le dis, il ne perdra pas sa récompense »(chap. 10:42). Cependant, nous ne pas attribuer cette récompense, qui donne le Seigneur, à le mérite de l'homme qui la reçoit, mais à la bonté, la générosité et la véracité de Dieu qui promet et lui donne, et qui, bien qu'il ne doit rien à personne, promet néanmoins qu'il va donner une récompense à ses adorateurs fidèles; en même temps il leur donne aussi qu'ils peuvent lui rendre hommage. Par ailleurs, dans la marche même des saints, il ya beaucoup qui est indigne de Dieu et beaucoup qui est imparfait. Mais parce que Dieu reçoit en grâce et embrasse ceux qui ne travaille pour l'amour du Christ, il leur accorde la récompense promise. Pour d'autres égards notre justice est comparé à un enveloppement sales (Ésaïe 64:6). Et le Seigneur dit dans l'Évangile: «Quand vous avez fait tout ce qui vous est commandé, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que notre devoir» (Luc 17:10).

Il n'y a aucun mérite des hommes. Par conséquent, bien que nous enseignent que Dieu récompense nos bonnes actions, mais en même temps que nous enseignons, avec Augustin, que Dieu ne couronne en nous nos mérites, mais ses dons. Par conséquent, nous disons que tout ce que nous recevons de récompense est aussi la grâce, et est plus de grâce que la récompense, parce que le bien que nous faisons, nous faisons plus par Dieu que par nous-mêmes, et parce que Paul a dit:? "Qu'as-tu que vous n'avez pas reçu Si tu l'as reçu, pourquoi te glorifier comme si tu ne l'avais pas reçu? " (I Cor. 4:7). Et c'est ce que le bienheureux martyr Cyprien a conclu de ce verset: Nous ne sommes pas à la gloire de quelque chose en nous, puisque rien n'est nôtres. Nous condamnons par conséquent ceux qui défendent les mérites des hommes de telle façon qu'elles invalident la grâce de Dieu.

Chapitre 17 - de l'Église catholique et le Saint de Dieu, et de la tête un seulement de l'Eglise

L'Eglise a toujours existé et il existera toujours. Mais parce que Dieu depuis le commencement aurait les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité (I Tim. 2:4), il est absolument nécessaire qu'il y doit toujours ont été, et devrait être présent, et à la fin du monde, une Eglise.

Qu'est-ce que l'Eglise L'Eglise est une assemblée des fidèles appelés ou collectées hors du monde;? Une communion, je dis, de tous les saints, à savoir, de ceux qui savent vraiment et à juste titre adorer et servir le vrai Dieu dans le Christ Sauveur , par la Parole et l'Esprit Saint, et qui par la foi sont participants de tous les avantages qui sont offerts gratuitement par le Christ.

Citoyens d'un Commonwealth. Ils sont tous les citoyens de la ville un, vivant sous le même Seigneur, sous les mêmes lois, et dans la même communion de toutes bonnes choses. Pour l'apôtre appelle les «concitoyens des saints et membres de la famille de Dieu» (Eph. 2:19), appelant les fidèles sur la terre des saints (I Cor. 4:1), qui sont sanctifiés par le sang de la Fils de Dieu. L'article du Credo, «Je crois en la sainte Église catholique, la communion des saints», doit être compris entièrement comme sujet de ces saints.

Seule une Eglise pour tous les temps. Et depuis, il ya toujours qu'un seul Dieu, et il ya un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus le Messie, et un seul pasteur de tout le troupeau, un chef de ce corps, et, pour conclure, un Esprit, un seul salut, une seule foi, un testament ou d'alliance, il s'ensuit nécessairement qu'il n'y a qu'une seule Eglise.

L'Église catholique. Par conséquent, nous appelons cette Église catholique parce qu'elle est universelle, éparpillés à travers toutes les régions du monde, et prolongé vers tous les temps, et n'est pas limité à tout moment ou de lieux. Par conséquent, nous condamnons les donatistes qui a enfermé la Église de je ne sais quel coin de l'Afrique. Nous ne l'approuve le clergé romain qui ont récemment fait passer pour que l'Église romaine comme catholique.

. Pièces des formes de l'Eglise L'Eglise est divisée en différentes parties ou des formes, non pas parce qu'elle est divisée ou fendra en soi, mais plutôt parce qu'il se distingue par la diversité des numéros qui sont en elle. Militante et triomphante. Pour l'un est appelé l'Église militante, l'autre l'Église triomphante. L'ancien guerre encore les salaires sur la terre, et se bat contre la chair, le monde, et le prince de ce monde, le diable; contre le péché et la mort. Mais ce dernier, ayant été désormais déchargée, triomphe dans le ciel juste après avoir surmonté toutes ces choses et se réjouit devant le Seigneur. Nonobstant les deux ont la fraternité et l'union l'un avec l'autre.

L'Eglise particulière. Par ailleurs, l'Église militante sur la terre a toujours eu beaucoup d'églises particulières. Pourtant, toutes ces sommes d'être renvoyé à l'unité de l'Eglise catholique. Cette église [Militant] a été mis en place différemment devant la loi parmi les patriarches, sinon sous Moïse par la loi, et différemment par le Christ par l'Evangile.

Les deux peuples. Généralement deux peuples sont généralement considérés, à savoir, les Israélites et les Gentils, ou ceux qui ont été recueillies parmi les Juifs et les Gentils dans l'Eglise. Il ya aussi deux Testaments, l'Ancien et le Nouveau. L'ÉGLISE identique pour l'ancienne et les nouveaux. Pourtant, de tous ces gens là était et est une bourse, un salut dans le Messie un; en qui, en tant que membres d'un corps sous un seul Chef, tous unis dans la même foi, participant aussi de la même nourriture spirituelle et à boire. Pourtant, nous reconnaissons la diversité des temps, et une diversité dans les signes de la promise et livré le Christ, et que maintenant les cérémonies étant abolie, la lumière brille à nous plus clairement, et les bénédictions nous sont donnés en abondance, et une meilleure liberté.

L'Eglise du Temple du Dieu Vivant. Cette sainte Eglise de Dieu est appelé le temple du Dieu vivant, construit de pierres vivantes et spirituelle et fondée sur le roc ferme, sur un fondement qui ne peut pondre d'autres, et il est donc appelé «le pilier et le rempart de la vérité" (I Tim. 3:15). L'Eglise ne ERR. Il ne se trompe pas tant que cela repose sur le Christ rock, et sur le fondement des prophètes et des apôtres. Et il n'est pas étonnant si elle se trompe, aussi souvent que cela lui déserts qui seul est la vérité. L'Église-Épouse et vierge. Cette église est aussi appelée une vierge et l'Epouse du Christ, et même le Bien-Aimé seulement. Pour l'apôtre dit: «Je vous fiancée à Christ de vous présenter comme une vierge pure à Christ» (II Cor 11:02).. L'Église dans son troupeau de moutons. L'Eglise est appelée un troupeau de moutons sous le seul pasteur, le Christ, selon Ez., Ch. 34, et Jean, ch. 10. L'Église comme Corps. Il est aussi appelé le corps de Christ parce que les fidèles sont membres vivants du Christ sous le Christ Tête.

. Christ, le seul chef de l'Eglise C'est la tête qui a la prééminence dans le corps, et c'est d'elle tout le corps reçoit la vie; par son esprit le corps est gouverné en toutes choses; d'elle, aussi, le corps reçoit augmenter, qu'il peut grandir. Aussi, il ya une tête du corps, et il est adapté à l'organisme. C'est pourquoi l'Eglise ne peut pas avoir la tête autres que le Christ. Pour que l'Eglise est un corps spirituel, donc il doit aussi avoir un chef spirituel en harmonie avec lui-même. On ne peut pas être régi par un esprit autre que par l'Esprit du Christ. C'est pourquoi Paul dit: «Il est la tête du corps, l'église, il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, que dans tout ce qu'il pourrait être prééminente» (Col. 1:18). Et dans un autre endroit: «Le Christ est le chef de l'Église, son corps, et est lui-même son Sauveur» (Eph. 5:23). Et encore: il est «le chef sur toutes choses pour l'Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous" (Eph. 1:22 f.). Aussi: «Nous sommes à grandir dans tous les sens en lui qui est le chef, Christ, de qui tout le corps, a rejoint et tricoter ensemble, la croissance corporelle fait» (Eph. 4:15 f.). Et par conséquent, nous n'approuvons pas la doctrine du clergé romain, qui font leur pape à Rome, le pasteur universel et chef suprême de l'Église militante ici sur terre, et si le vicaire même de Jésus-Christ, qui a (comme ils disent) toute plénitude du pouvoir et l'autorité souveraine dans l'Eglise. Christ Pasteur seulement de l'Eglise. Car nous enseignent que le Christ, le Seigneur est, et reste l'unique pasteur universel, le plus grand pontife devant Dieu le Père, et que dans l'Eglise, il se remplit tous les devoirs d'un évêque ou le pasteur, même à la fin du monde; {Vicaire} et n'a donc pas besoin d'un substitut de celui qui est absent. Car le Christ est présent avec son Église, et c'est sa tête qui donne la vie. NO primauté dans l'Église. Il a strictement interdit à ses apôtres et leurs successeurs d'avoir toute suprématie et la domination de l'Église. Qui ne voit, par conséquent, que celui qui contredit et s'oppose à cette vérité est plutôt d'être compté parmi le nombre de ceux dont apôtres du Christ a prophétisé: Pierre II Pierre, ch. 2, et Paul dans Actes 20:02; II Cor. 11:02; II Thess, ch.. 2, et également dans d'autres endroits?

Aucun trouble dans l'Église. Cependant, en faisant disparaître une tête romaine nous ne pas apporter toute confusion ou le trouble dans l'Église, puisque nous enseignent que le gouvernement de l'Eglise dont les apôtres transmise est suffisante pour maintenir l'Eglise dans le bon ordre . Au début, quand l'Eglise était sans aucun chef tels que Roman est maintenant déclaré pour le maintenir dans l'ordre, l'Église n'était pas désordonnée ou dans la confusion. La tête romaine en effet de préserver sa tyrannie et la corruption qui a été apporté dans l'Église, et en attendant, il freine, résiste, et avec toute la force dont il est capable coupe le bon réformation de l'Eglise.

Dissensions et les conflits dans l'Eglise. On nous reproche, car il ya eu des dissensions et des conflits multiples dans nos églises, car ils se sont séparés de l'Eglise de Rome, et par conséquent ne peuvent pas être vraies églises. Comme si il n'y avait jamais dans l'Eglise de Rome toute les sectes, ni prétentions et les querelles concernant la religion, et en effet, porté sur pas tant dans les écoles à partir de chaires dans le milieu du peuple. Nous savons, bien sûr, que l'apôtre dit: «Dieu n'est pas un Dieu de désordre mais de paix" (. I Cor 14:33), et, «Bien qu'il n'y ait jalousie et des disputes parmi vous, n'êtes-vous pas de l' chair? " Pourtant, nous ne pouvons pas nier que Dieu était dans l'Eglise apostolique et que c'était une vraie Eglise, même s'il y avait querelles et de dissensions en elle. L'apôtre Paul réprimandé Pierre, apôtre (Gal. 2:11 ss.), Et Barnabas dissident de Paul. Grande discorde née dans l'Eglise d'Antioche entre eux qui a prêché le Christ un, comme les dossiers Luc dans les Actes des Apôtres, ch. 15. Et il ya eu de tout temps été assertions grande dans l'Eglise, et les enseignants les plus excellents de l'Eglise ont divergé entre eux sur des questions importantes quant à l'Eglise, sans cesser d'être l'Église à cause de ces affirmations. Pour ce qui plaît à Dieu d'utiliser les dissensions qui surgissent dans l'Église pour la gloire de son nom, pour illustrer la vérité, et afin que ceux qui sont dans la droite pourrait se manifester (I Cor. 11:19).

Parmi les dernières notes ou signes de la véritable Église ailleurs, comme nous reconnaissons qu'aucun autre chef de l'Eglise que le Christ, afin que nous ne reconnaissons pas chaque église pour être la vraie Église, qui vante elle-même pour être telle;. Mais nous enseignent que la véritable Église est celui dans lequel les signes ou les marques de la véritable Église se trouvent, en particulier la prédication légale et sincère de la Parole de Dieu comme il a été livré à nous dans les livres des prophètes et les apôtres, qui tous nous conduire à Christ , qui a dit dans l'Évangile: «Mes brebis entendent ma voix, et je les connais, et elles me suivent, et je leur donne la vie éternelle un étranger, ils ne suivent pas, mais ils fuiront loin de lui, car ils ne savent pas. la voix des étrangers »(Jean 10:5, 27, 28).

Et ceux qui sont tels dans l'Eglise ont une seule foi et un seul esprit, et par conséquent, ils adorent un seul Dieu, et lui seul qu'ils adorent en esprit et en vérité, l'aimer seul avec tout leur cœur et de toutes leurs forces, en priant à lui seuls par Jésus-Christ, seul Médiateur et intercesseur, et ils ne cherchent pas la justice et la vie en dehors du Christ et la foi en lui. Parce qu'ils reconnaissent le Christ, le seul chef et le fondement de l'Eglise, et, se reposant sur lui, tous les jours se renouveler par la repentance, et patiemment porter la croix qui leur incombent. Par ailleurs, réunis avec tous les membres du Christ par un amour sincère, ils montrent qu'ils sont les disciples du Christ, en persévérant dans le lien de la paix et l'unité sacrée. Dans le même temps ils participent à des sacrements institués par le Christ, et livrés à nous par ses apôtres, de les utiliser dans aucun autre moyen que comme ils les ont reçues du Seigneur. Ce mot de l'apôtre Paul est bien connu de tous: «J'ai reçu du Seigneur ce que j'ai aussi livré pour vous» (I Cor 11:23 ss..). Par conséquent, nous condamnons toutes les églises comme des étrangers de la véritable Église du Christ, qui ne sont pas tels que nous avons entendu dire qu'ils devraient être, peu importe combien ils se vantent d'une succession d'évêques, d'unité et de l'antiquité. Par ailleurs, nous avons une charge par les apôtres du Christ »pour Fuyez le culte des idoles» (I Cor 10:14;. I Jean 5:21), et "à sortir de Babylone», et ne pas avoir de communion avec son , sauf si nous voulons avoir part avec elle de tous les fléaux de Dieu (Apoc. 18:4;. II Cor 6:17).

En dehors de l'Église de Dieu, il n'ya pas de salut. Mais bourse estime que nous avec la véritable Église du Christ si fortement que nous nier que celles-ci peuvent vivre devant Dieu qui ne s'oppose pas à la communion avec la vraie Église de Dieu, mais se séparer de lui. Pour qu'il n'y avait pas de salut hors l'arche de Noé où le monde périt dans le déluge, donc nous pensons qu'il n'y a pas de salut certains en dehors du Christ, qui s'offre pour être apprécié par les élus dans l'Eglise, et par conséquent nous enseignent que ceux qui le souhaitent de vivre ne doit pas être séparé de la vraie Église du Christ.

L'Eglise n'est pas lié à ses signes. Néanmoins, les signes [de la véritable Église] mentionnés ci-dessus, nous ne sommes pas si étroitement restreindre l'Eglise comme pour enseigner que tous ceux qui sont en dehors de l'Eglise qui, soit ne pas participer dans les sacrements, du moins pas volontairement et par le mépris, mais plutôt, étant forcés par la nécessité, s'abstenir de les contrecoeur ou qui sont privés d'entre eux, ou en qui la foi fait parfois défaut, même si elle n'est pas totalement éteint et ne cessent pas totalement, ou des imperfections dans lequel et les erreurs dues à la faiblesse sont trouvés. Car nous savons que Dieu avait des amis dans le monde en dehors de la cité d'Israël. Nous savons ce qui est arrivé au peuple de Dieu dans la captivité de Babylone, où ils ont été privés de leurs sacrifices pendant des années soixante-dix. Nous savons ce qui s'est passé à Saint-Pierre, qui renia son Maître, et ce qui est l'habitude de se produire tous les jours pour les élus de Dieu et le peuple fidèle qui s'égarent et sont faibles. Nous savons, par ailleurs, ce genre d'églises les églises de Galatie et de Corinthe étaient dans le temps des apôtres, dans lequel l'apôtre trouvé à redire à de nombreuses infractions graves, et pourtant il les appelle les saintes églises du Christ (I Cor 1:2; gal. . 1:2).

L'Eglise semble parfois avoir disparu. Oui, et il arrive parfois que Dieu dans son juste jugement permet à la vérité de sa Parole, et la foi catholique, et le culte propre de Dieu d'être si obscurci et renversé que l'Église semble presque éteints, et pas plus d'exister, comme nous le voyons être arrivé dans les jours d'Elie (I Rois 19:10, 14), et à d'autres moments. Pendant ce temps Dieu a dans ce monde et dans cette obscurité de son vrais adorateurs, et ceux qui n'ont pas quelques-uns, mais même sept mille et plus (I Rois 19:18; Rev 7:03 ss.). Pour l'apôtre s'écrie: "fondement solide de Dieu se trouve, portant ce sceau: Le Seigneur connaît ceux qui sont les siennes,» etc (II Tim 2:19.). D'où l'Église de Dieu peut être appelé invisible; pas parce que les hommes dont l'Église est rassemblée sont invisibles, mais parce que, étant caché à nos yeux et que Dieu seul connaît, il a souvent échappe secrètement jugement humain.

Non Tous ceux qui sont dans l'Eglise sont de l'Église. Encore une fois, pas tous ceux qui sont comptés dans le nombre de l'Eglise sont des saints, et de vie et de véritables membres de l'Eglise. Car il ya beaucoup d'hypocrites, qui extérieurement entendre la Parole de Dieu, et publiquement de recevoir les sacrements, et semblent prier Dieu par le Christ seul, à confesser le Christ pour être leur seule justice, et d'adorer Dieu, et à exercer les fonctions de la charité, et pour un temps d'endurer avec patience dans le malheur. Et pourtant, ils sont intérieurement démunis d'éclairage véritable de l'Esprit, la foi et la sincérité du cœur, et de la persévérance jusqu'à la fin. Mais finalement le caractère de ces hommes, pour la plupart, seront divulgués. Pour l'apôtre Jean dit: "Ils sont sortis de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres, car s'ils avaient été des nôtres, ils seraient en effet demeurés avec nous» (I Jean 2:19). Et bien alors qu'ils simulent la piété qu'ils ne sont pas de l'Eglise, et pourtant ils sont considérés comme étant dans l'Église, tout comme des traîtres dans un état sont comptés parmi ses citoyens avant qu'ils ne soient découverts et que l'ivraie ou de l'ivraie et les paillettes se trouvent parmi les le blé, et que les gonflements et tumeurs sont trouvés dans un corps sain, quand ils sont plutôt des maladies et des malformations de véritables membres de l'organisme. Et donc l'Eglise de Dieu est justement comparé à un filet qui attrape des poissons de toutes sortes, et à un champ, dans lequel le blé et l'ivraie se trouvent (Matthieu 13:24 ss., 47 et suiv.).

Nous ne devons pas juger inconsidérément des prématurément. Il nous faut donc être très prudent à ne pas juger avant l'heure, ni entreprendre d'exclure, de rejeter ou de couper ceux que le Seigneur ne veut pas avoir exclu ou rejeté, et ceux que nous ne pouvons pas éliminer sans perte pour l'Eglise. D'autre part, nous devons être vigilants pour ne ronfle alors que le pieux gagnent du terrain méchants et faire du tort à l'Église.

L'unité de l'Eglise n'est pas dans les rites externes. Par ailleurs, nous enseignent que les soins de diligence doit être prise où la vérité et l'unité de l'Eglise réside principalement, de peur que nous inconsidérément provoquer et stimuler schismes dans l'Église. Unité consiste non pas à des rites et des cérémonies extérieures, mais plutôt dans la vérité et l'unité de la foi catholique. La foi catholique n'est pas donné à nous par des lois humaines, mais par Saintes Écritures, dont le Credo des Apôtres est un recueil. Et, par conséquent, nous avons lu dans les anciens écrivains qu'il y avait une diversité de rites multiples, mais qu'ils étaient libres, et personne n'a jamais pensé que l'unité de l'Eglise a donc été dissoute. Donc, nous enseignent que la véritable harmonie de l'Eglise consiste dans les doctrines et dans la vraie prédication et harmonieux de l'Evangile du Christ, et dans les rites qui ont été expressément délivré par le Seigneur. Et ici, nous demandons instamment que disent surtout de l'apôtre: «Que ceux d'entre nous qui sont parfaits ont cet esprit, et si dans tout ce que vous êtes un autre avis, Dieu va révéler que aussi pour vous Néanmoins marchons par la même règle selon. à ce que nous avons atteint, et soyons du même avis "(Phil. 3:15 f.).

Chapitre 18 - Des ministres de l'Église, leur institution et devoirs

Dieu utilise les ministres dans l'édifice de l'Eglise de Dieu a toujours utilisé des ministres pour la collecte ou l'établissement d'une Eglise pour lui-même, et pour l'administration et la préservation du même. Et encore il le fait, et sera toujours, de les utiliser aussi longtemps que l'Eglise reste sur terre. Par conséquent, le premier commencement, une institution, et le bureau des ministres est un arrangement le plus ancien de Dieu lui-même, et non une nouvelle d'hommes. ÉTABLISSEMENT ET ORIGINE DES MINISTRES. Il est vrai que Dieu peut, par sa puissance, sans aucun moyen de se joindre à une église parmi les hommes, mais il a préféré traiter avec les hommes par le ministère d'hommes. Par conséquent les ministres doivent être considérées, non pas en tant que ministres à eux seuls, mais que les ministres de Dieu, autant que Dieu effets du salut des hommes à travers eux.

Le ministère n'est pas à dédaigner. Par conséquent, nous avertissons les hommes de garde que nous attribuons ce qui a à voir avec notre conversion et l'instruction à la puissance secrète de l'Esprit Saint d'une manière que nous rendre nul le ministère ecclésiastique. Car il est juste que nous avons toujours à l'esprit les paroles de l'apôtre:?? "Comment sont-ils de croire en celui dont ils n'ont pas entendu Et comment entendront-ils sans prédicateur Ainsi la foi naît de l'écoute et l'audition est par la parole de Dieu »(Rom. 10:14, 17). Et aussi ce que le Seigneur dit dans l'Évangile: «Amen, amen, je vous le dis, celui qui reçoit l'un qui j'envoie me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé» (Jean 13:20). De même un homme de Macédoine, qui est apparu à Paul en vision pendant qu'il était en Asie, secrètement averti, en disant: «Passe en Macédoine et à nous aider» (Actes 16:9). Et dans un autre endroit du même apôtre dit: «Nous sommes des ouvriers compagnons de Dieu, vous êtes le labour de Dieu, l'édifice de Dieu» (I Cor 3:09.).

Pourtant, d'autre part, nous devons nous méfier que nous n'attribuons pas trop pour les ministres et le ministère; rappeler ici aussi les paroles du Seigneur dans l'Evangile: "Nul ne peut venir à moi si mon Père ne l'attire» (Jean 6:44), et les paroles de l'apôtre: «Quel est donc Paul Quel est Apollos serviteurs par qui vous avez cru, selon que le Seigneur attribué à chaque j'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu seul donne la croissance?». (I Cor. 3:05 et suiv.). Dieu se déplace le cœur des hommes. Par conséquent, nous croyons que Dieu nous enseigne par sa parole, vers l'extérieur par ses ministres, et se déplace dedans les cœurs de ses élus à la foi par l'Esprit Saint, et que par conséquent nous devons de rendre toute la gloire à Dieu pour cette faveur ensemble. Mais cette question a été traitée dans le premier chapitre de cette Exposition.

Qui les ministres et de quelle sorte de Dieu a donné au monde. Et même depuis le début du monde Dieu a utilisé des hommes les plus excellents dans le monde entier (même si beaucoup d'entre eux ont été simple dans la sagesse du monde ou la philosophie, mais étaient en circulation dans la vraie théologie), à ​​savoir, les patriarches, avec qui il parle fréquemment par des anges. Pour les patriarches, les prophètes étaient des enseignants ou de leur âge qui Dieu a voulu pour cette raison de vivre pendant plusieurs siècles, afin qu'ils puissent être, pour ainsi dire, les pères et les lumières du monde. Ils ont été suivis par Moïse et les prophètes de renommée dans tout le monde.

Christ, le Maître Après ces Père céleste a même envoyé son Fils unique, l'enseignant le plus parfait du monde;. Dans lesquels se cache la sagesse de Dieu, et qui est venu à nous à travers la plus sainte, simple, et la plus parfaite doctrine de tous. Car il a choisi des disciples pour lui-même qui il a fait des apôtres. Ces sortit dans le monde entier, et partout rassemblés églises par la prédication de l'Evangile, et ensuite à travers toutes les églises dans le monde ils ont nommé des pasteurs ou enseignants selon le commandement du Christ; grâce à leurs successeurs, il a enseigné et gouverné l'Église jusqu'à la ce jour. Par conséquent, tant que Dieu a donné à son peuple anciens patriarches, avec Moïse et les prophètes, et aussi à son peuple du Nouveau Testament, il a envoyé son Fils unique, et, avec lui, les apôtres et les enseignants de l'Église.

Ministres du Nouveau Testament. Par ailleurs, les ministres des nouvelles personnes sont appelées par des noms différents. Car ils sont appelés apôtres, prophètes, évangélistes, les évêques, les aînés, comme pasteurs et docteurs (I Cor 12:28;.. Eph 4:11). Les Apôtres. Les apôtres n'ont pas rester dans un endroit particulier, mais partout dans le monde rassemblé différentes églises. Quand ils ont été une fois établi, il a cessé d'être apôtres, et les pasteurs ont pris leur place, chacun dans son église. PROPHÈTES. Dans les temps anciens, les prophètes ont été voyants, connaissant l'avenir, mais ils ont aussi interprété les Ecritures. Ces hommes sont également constaté encore aujourd'hui. Évangélistes. Les écrivains de l'histoire de l'Evangile ont été appelés évangélistes, mais ils étaient aussi des hérauts de l'Evangile du Christ, comme Paul Timothy également félicité: «Ne l'œuvre d'un évangéliste» (II Tim 4:05.). Évêques. Les évêques sont les surveillants et gardiens de l'Eglise, qui administrent la nourriture et les besoins de la vie de l'Église. Presbytres. Les prêtres sont les anciens et, pour ainsi dire, les sénateurs et les pères de l'Eglise, qui le régissent avec le conseil sain. Pasteurs. Les pasteurs fois garder bergerie du Seigneur, et aussi subvenir à ses besoins. ENSEIGNANTS. Les enseignants d'instruire et enseigner la vraie foi et la piété. Par conséquent, les ministres des églises peuvent maintenant être appelés évêques, anciens, pasteurs et docteurs.

Commandes papale. Puis dans les temps ultérieurs noms beaucoup plus de ministres dans l'Église ont été introduits dans l'Eglise de Dieu. Pour certains ont été nommés patriarches, archevêques autres, les autres suffragants; aussi, métropolites, archidiacres, diacres, sous-diacres, acolytes, exorcistes, chantres, les portiers, et je ne sais quoi d'autres, comme les cardinaux, les prévôts, et prieurs, les pères plus ou moins grande, commandes plus ou moins grande. Mais nous ne sommes pas troublé par tous ces comment ils l'étaient, et sont maintenant. Pour nous, la doctrine apostolique concernant ministres est suffisante.

Concernant les moines. Depuis que nous avons certainement savoir que les moines, et les ordres ou les sectes de moines, sont institués par le Christ, ni, ni par les apôtres, nous enseignent qu'ils sont d'aucune utilité à l'Église de Dieu, dis-je plutôt, sont pernicieuses. Car, bien que dans les temps anciens, ils étaient tolérables (quand ils étaient des ermites, qui gagnent leur vie avec leurs propres mains, et ne sont pas un fardeau pour personne, mais comme les laïcs étaient partout obéissant aux pasteurs des églises), mais maintenant tout le monde voit et sait ce qu'ils sont. Ils formulent, je ne sais quels vœux, mais ils mènent une vie tout à fait contraire à leurs vœux, pour que les meilleurs d'entre eux mérite d'être compté parmi ceux dont l'Apôtre dit: «Nous entendons dire que certains d'entre vous vivez une vie irrégulière, intrigantes simples, ne travaille pas », etc (Thessaloniciens II. 3:11). Par conséquent, nous n'avons ni tel dans nos églises, ni ne nous enseignons qu'ils devraient être dans les églises du Christ.

Ministres doivent être appelés et élus outre, aucun homme ne doit usurper l'honneur du ministère ecclésiastique;. Qui est, de le saisir pour lui-même par la corruption ou tout tromperies, ou par son propre choix libre. Mais laissez les ministres de l'Eglise être appelé et choisi par des élections légitimes et ecclésiastiques, c'est-à-dire, laissez-les être soigneusement choisis par l'Église ou par ceux qui sont délégués de l'Eglise à cette fin dans un bon ordre sans tumulte, et des dissensions rivalité. Non tout le monde peut être élu, mais des hommes capables distingue par l'apprentissage consacré suffisamment d'éloquence pieuse, la sagesse simple, enfin, par la modération et d'une réputation honorable, selon cette règle apostolique qui est compilé par l'apôtre dans I Tim., Ch. 3, et Tite, ch. 1.

Ordination. Et ceux qui sont élus doivent être ordonnés par les anciens aux prières publiques et l'imposition des mains. Ici, nous condamnons tous ceux qui s'en vont de leur propre gré, sans être ni choisi, envoyé, ni ordonné (Jérémie, ch. 23). Nous condamnons les ministres indignes et ceux qui n'ont pas fourni avec les dons nécessaires d'un pasteur.

En attendant, nous reconnaissons que la simplicité inoffensive de certains pasteurs dans l'Eglise primitive, parfois profité de l'Eglise plus que l'apprentissage des multiples facettes, raffiné et exigeant, mais un peu trop ésotérique des autres. Pour cette raison, nous ne rejetons pas, aujourd'hui encore, l'honnête, mais en aucun cas ignorants, la simplicité de certains.

Sacerdoce de tous les croyants. Pour être sûr, apôtres du Christ appelle tous ceux qui croient dans le Christ "prêtres", mais pas à cause d'un bureau, mais parce que, tous les fidèles ayant été faits rois et prêtres, nous sommes capables d'offrir des sacrifices spirituels à Dieu par le Christ (Exode 19:06; I Pierre 2:9; Rev 1:6). Par conséquent, le sacerdoce et le ministère sont très différents les uns des autres. Car, le sacerdoce, comme nous venons de dire, est commun à tous les chrétiens; pas est si le ministère. Et nous n'avons pas aboli la pastorale de l'Eglise parce que nous avons répudié le sacerdoce pontifical de l'Eglise du Christ.

. Prêtres et sacerdoce sûrement dans la nouvelle alliance du Christ, il n'ya plus de prêtre comme ce fut sous l'ancien peuple; qui avait externe onction, vêtements sacrés et des cérémonies qui ont été très nombreux types de Christ, qui a aboli tous par son venir et de les remplir. Mais il lui-même reste le seul prêtre à jamais, et de peur que nous dérogeons rien de lui, nous ne confèrent pas le nom d'un prêtre à un ministre. Car le Seigneur lui-même n'a pas nommer des prêtres dans l'Eglise du Nouveau Testament qui, ayant reçu ce pouvoir des suffragants, peut offrir chaque jour le sacrifice, c'est la chair et le sang du Seigneur, pour les vivants et les morts , mais les ministres qui peuvent enseigner et administrer les sacrements.

La nature des Ministres du Nouveau Testament. Paul explique simplement et brièvement ce que nous sommes à penser des ministres du Nouveau Testament ou de l'Église chrétienne, et ce que nous sommes de leur attribuer. »Voilà comment on nous regarde comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu» (I Cor. 4:1). Par conséquent, l'apôtre veut que nous pensions des ministres en tant que ministres. Maintenant l'apôtre les appelle, [HUPERETAS], les rameurs, qui ont leurs yeux fixés sur le barreur, et si les hommes qui ne vivent pas pour eux-mêmes ou en fonction de leur propre volonté, mais pour d'autres - à savoir, leurs maîtres, dont le commandement sur les Ils dépendent totalement. Car dans toutes ses fonctions chaque ministre de l'Église est commandé pour réaliser que ce qu'il a reçu dans le commandement de son Seigneur, et à ne pas céder à son propre choix libre. Et dans ce cas, il est expressément déclaré qui est le Seigneur, à savoir, le Christ, à qui les ministres sont soumis à toutes les affaires du ministère.

Ministres comme des intendants des mystères de Dieu. Par ailleurs, à la fin qu'il pourrait exposer le ministère plus pleinement, l'apôtre ajoute que les ministres de l'Eglise sont des administrateurs et des intendants des mystères de Dieu. Or, dans de nombreux passages, en particulier dans Eph., Ch. 3, Paul appelait les mystères de Dieu de l'Evangile du Christ. Et les sacrements du Christ sont aussi appelés mystères par les auteurs anciens. Donc à cet effet sont les ministres de l'Église appelé - à savoir, pour prêcher l'Evangile du Christ aux fidèles, et d'administrer les sacrements. Nous lisons aussi dans un autre endroit dans l'Évangile, de «l'intendant fidèle et sage,« qui »de son maître établira sur ses gens, pour leur donner leur portion de nourriture au temps convenable» (Luc 12:42). Encore une fois, ailleurs dans l'Evangile un homme prend un voyage dans un pays étranger et, quittant sa maison, donne sa substance et l'autorité sur elle à ses serviteurs, et à chaque œuvre son.

Le pouvoir des ministres de l'Église. Maintenant, il est donc normal que nous disent aussi quelque chose sur le pouvoir et le devoir des ministres de l'Église. Concernant ce pouvoir certains ont fait valoir assidûment, et de l'avoir soumis tout sur terre, même les plus grandes choses, et ils l'ont fait de contraire au commandement du Seigneur qui a interdit la domination pour ses disciples et a vivement félicité l'humilité (Luc 22: 24 et s.;.. Matt 18:03 f.; 20:25 et suiv.). Il est, en effet, une autre puissance qui est pure et absolue, qui est appelé la puissance du droit. Selon ce pouvoir toutes choses dans le monde entier sont soumis à Christ, qui est Seigneur de tous, comme lui-même a témoigné quand il a dit: «Tout pouvoir au ciel et sur terre a été donnée à moi» (Matt. 28:18 ), et encore: «Je suis le premier et le dernier, et me voici vivant pour les siècles des siècles, et je tiens les clefs de l'Hadès et la mort" (Apoc. 1:18), et aussi: "Il a la clef de David, qui ouvre et personne ne fermera, qui ferme et personne n'ouvre "(Apocalypse 3:7).

Le Seigneur des réserves de puissance réelle pour Lui-même. Cette puissance le Seigneur réserve à lui-même, et ne pas le transférer à tout autre, afin qu'il puisse rester les bras croisés en tant que spectateur alors que son travail de ministres. Pour Isaïe dit: «Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David» (Ésaïe 22:22), et encore, "Le gouvernement sera sur ses épaules» (Ésaïe 09:06). Car il ne fixe pas le gouvernement sur les épaules des autres hommes, mais garde toujours et utilise son propre pouvoir, gouverner toutes choses.

La puissance de l'Office et de la ministre. Ensuite, il ya une autre puissance d'un bureau ou du ministère limité par celui qui a plein pouvoir et absolue. Et ce n'est plus comme un service d'une domination. LES CLÉS. Pour un seigneur abandonne son pouvoir de l'intendant de sa maison, et pour cette cause lui donne les clefs, qu'il peut admettre dans ou à exclure de la maison ceux que son seigneur aura admis ou exclus. En vertu de ce pouvoir au ministre, en raison de son bureau, est-ce que le Seigneur lui a commandé de faire, et le Seigneur confirme ce qu'il fait, et veut que ce que son serviteur a fait sera donc considéré et reconnu, comme s'il lui avait fait. Sans aucun doute, c'est pour cela que ces phrases évangéliques se référer: «Je te donnerai les clefs du royaume des cieux, et tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux» ( Matt. 16:19). Encore une fois, «Si vous pardonnez les péchés, ils leur seront pardonnés; si vous les retiendrez, ils leur seront retenus» (Jean 20:23). Mais si le ministre ne réalise pas tout ce que le Seigneur lui a commandé, mais transgresse les limites de la foi, alors le Seigneur rend certainement nulle ce qu'il a fait. C'est pourquoi le pouvoir ecclésiastique des ministres de l'Eglise est que la fonction par laquelle ils gouvernent en effet l'Eglise de Dieu, mais pourtant si faire toutes les choses dans l'Eglise que le Seigneur a prescrit dans sa Parole. Quand ces choses sont faites, l'estime fidèles eux comme fait par le Seigneur lui-même. Mais on a déjà fait des touches ci-dessus.

Le pouvoir des ministres est une et la même, et l'égalité. Maintenant la seule et une puissance égale ou une fonction est donnée à tous les ministres dans l'Église. Certes, au début, les évêques ou prêtres de l'Eglise gouvernée en commun; aucun homme ne se releva dessus de l'autre, aucun usurpé une plus grande puissance ou d'autorité sur ses compagnons d'évêques. Pour se souvenir des paroles du Seigneur: "Que le chef de file parmi vous devenez comme celui qui sert» (Luc 22:26), ils se sont gardés dans l'humilité, et par des services mutuels qu'ils ont aidé les uns les autres dans l'administration et la préservation de l'Eglise.

Pour être conservée. Néanmoins, pour des raisons de préservation de l'ordre des l'un des ministres a appelé l'assemblée, des questions proposées pour être déposé devant elle, a recueilli l'opinion des autres, en bref, au mieux de la capacité de l'homme a pris les précautions pour ne toute confusion devrait se poser. C'est ainsi que Saint-Pierre, comme nous le lisons dans les Actes des Apôtres, qui néanmoins n'était pas sur ce compte préféré aux autres, ni dotée d'une autorité plus grande que le reste. A juste titre, puis ne Cyprien martyr dire, dans son clericorum De Simplicitate: "Les autres apôtres étaient assurément ce que Pierre a été, dotée d'une bourse, comme d'honneur et de pouvoir, mais {} son produit primat de l'unité afin que l'Eglise peut être démontré en être un. "

Quand et comment on a été soumis à l'Autre. St- Jérôme a également dans son commentaire sur L'Épître de Paul à Tite, dit quelque chose n'est pas sans rappeler ceci: «Avant l'attachement à des personnes en matière de religion a commencé à l'instigation du diable, les églises étaient régies par la consultation commune des anciens, mais après chaque on pensait que ceux qu'il avait baptisés étaient les siens, et non du Christ, il a été décrété que l'un des anciens doit être choisi, et mis sur le reste, sur qui devrait tomber le soin de l'Église tout entière, et toutes les graines schismatiques devrait être enlevé. " Pourtant, Saint-Jérôme ne recommande pas ce décret comme divine, car il ajoute aussitôt: «Comme les anciens savaient de la coutume de l'Eglise qu'ils ont été soumis à celui qui a été mis sur eux, alors les évêques savaient qu'ils étaient au-dessus des anciens , plus de la coutume que de la vérité d'un arrangement par le Seigneur, et qu'ils devraient gouverner l'Eglise en commun avec eux. " Jusqu'à présent, Saint-Jérôme. Ainsi personne ne peut légitimement interdire un retour à l'ancienne constitution de l'Eglise de Dieu, et d'avoir recours à elle avant coutumes humaines.

. Les devoirs des Ministres Les fonctions des ministres sont différents, et pourtant pour la plupart, ils sont limités à deux, dans lequel tous les autres sont compris: l'enseignement de l'Evangile du Christ, et à la bonne administration des sacrements. Car il est du devoir des ministres de se réunir une assemblée pour le culte dans lequel d'exposer la Parole de Dieu et à appliquer la doctrine tout entière aux soins et à l'utilisation de l'Eglise, afin que ce qui est enseigné peuvent bénéficier les auditeurs et édifier les fidèles. Il incombe aux ministres, je le dis, à enseigner les ignorants, et d'exhorter, et d'exhorter les oisifs et lingerers de faire des progrès dans la voie du Seigneur. Par ailleurs, ils sont au confort et à renforcer les pusillanimes, et de les armer contre les tentations de Satan multiples; aux délinquants reproches; de rappeler les égarés dans le chemin; d'élever le tombé, de réfuter les contradicteurs à conduire le loup loin de la bergerie du Seigneur; à la méchanceté des reproches et des hommes méchants sagement et sévèrement de ne pas clin d'œil à, ni à passer sur une grande méchanceté. Et puis, ils sont à administrer les sacrements, et à féliciter le bon usage d'eux, et de préparer tous les hommes par la doctrine saine pour les recevoir; de préserver les fidèles dans une sainte unité, et de vérifier schismes; catéchiser les désappris , à féliciter les besoins des pauvres à l'Église, à visiter, instruire, et de garder dans le mode de vie des malades et des personnes atteintes de diverses tentations. En outre, ils doivent assister aux prières publiques ou des supplications en cas de besoin, avec le jeûne commun, qui est, une abstinence sainte, et avec autant de diligence que possible pour voir à tout ce qui a trait à la tranquillité, la paix et le bien-être des églises .

Mais afin que le ministre peut effectuer toutes ces choses mieux et plus facilement, il est particulièrement nécessaire de lui qu'il la crainte de Dieu, être constant dans la prière, d'assister à la lecture spirituelle, et en toutes choses et en tout temps être vigilant, et par une pureté de la vie pour laisser sa lumière pour briller devant tous les hommes.

Discipline. Et puisque la discipline est une nécessité absolue dans l'Eglise et l'excommunication était une fois utilisé à l'époque des premiers pères, et il y avait parmi les jugements ecclésiastiques du peuple de Dieu, où cette discipline a été exercé par des hommes sages et pieux, il tombe aussi aux ministres de réglementer cette discipline pour l'édification, selon les circonstances de l'époque, l'état du public, et de nécessité. En tout temps et en tous lieux, la règle est d'observer que tout est à faire pour l'édification, décemment et honorablement, sans oppression et les conflits. Pour l'apôtre témoigne que l'autorité dans l'Eglise lui a été donné par le Seigneur pour la constitution et non pas pour détruire (II Cor. 10:8). Et le Seigneur lui-même interdit les mauvaises herbes doivent être plumés dans le champ du Seigneur, parce qu'il y aurait un danger de peur que le blé aussi être arrachées avec lui (Matthieu 13:29 et suiv.)

Même mauvais ministres doivent être entendus. Par ailleurs, il est fortement déteste l'erreur des donatistes qui estime la doctrine et l'administration des sacrements à être soit efficace ou non efficace, en fonction de la durée de vie bien ou le mal des ministres. Car nous savons que la voix du Christ est d'être entendu, bien que ce soit hors de la bouche des ministres le mal, parce que le Seigneur lui dit: «Pratique et observer tout ce qu'ils vous disent, mais pas ce qu'ils font» (Matthieu 23: 3). Nous savons que les sacrements sont sanctifiés par l'institution et la parole du Christ, et qu'ils sont efficaces pour l'homme pieux, bien qu'ils soient administrés par des ministres indignes. A ce sujet, Augustin, le bienheureux serviteur de Dieu, à plusieurs reprises fait valoir à partir des Écritures contre les donatistes.

Synodes. Néanmoins, il devrait y avoir une bonne discipline parmi les ministres. Dans les synodes de la doctrine et la vie des ministres est d'être soigneusement examinée. Les délinquants qui peuvent être guéries doivent être réprimandé par les anciens et restaurés vers le droit chemin, et si elles sont incurables, ils doivent être déposés, et comme des loups chassés du troupeau du Seigneur par les bergers vrai. Car, si elles sont de faux docteurs, ils ne doivent pas être toléré à toutes. Ni ne nous désapprouvons les conciles œcuméniques, si elles sont convoquées, selon l'exemple des apôtres, pour le bien de l'Eglise et non pour sa destruction.

Le travailleur est digne de sa récompense. Tous les fidèles ministres, comme les bons ouvriers, sont également dignes de leur récompense, et ne péchez pas quand ils reçoivent une allocation, et tout ce qui est nécessaire pour eux et leur famille. Pour l'apôtre montre dans I Cor., Ch. 9, et dans I Tim., Ch. 5, et d'ailleurs que ces choses peuvent à juste titre, être donné par l'Eglise et reçu par les ministres. Les anabaptistes, qui condamnent et diffamer les ministres qui vivent de leur ministère sont également réfutées par l'enseignement apostolique.

Chapitre 19 - Sur les Sacrements de l'Eglise du Christ

Les sacrements [sont] Ajout de la Parole et ce qu'ils sont. Depuis le début, Dieu a ajouté à la prédication de sa Parole dans ses sacrements Eglise ou des signes sacramentels. Pour ce qui ne les Saintes Ecritures attestent clairement. Les sacrements sont des symboles mystiques, ou des rites sacrés, ou des actions sacrées, instituée par Dieu lui-même, composée de sa Parole, de signes et de choses signifiées, selon lequel, dans l'Eglise, il garde à l'esprit et de temps en temps rappelle les grands avantages qu'il a montré aux hommes; lequel aussi il sceaux ses promesses, et représente à l'extérieur, et, pour ainsi dire, offre jusqu'à nos yeux ces choses qui, intérieurement, il réalise pour nous, et renforce donc et augmente notre foi à travers le travail de l'Esprit de Dieu dans nos cœurs. Enfin, il distingue ce qui nous de toutes les autres personnes et les religions, consacre et nous lie à lui-même entièrement, et signifie ce qu'il exige de nous.

Certains sont les sacrements de l'Ancien, d'autres de la nouvelle, Testaments. Certains sacrements sont des anciens, d'autres de la nouvelle, les gens. Les sacrements de l'ancien peuple ont été circoncis, et l'Agneau pascal, qui a été offert; pour cette raison, il est renvoyé aux sacrifices qui ont été pratiquées depuis le début du monde.

Le nombre des sacrements du Nouveau Peuple. Les sacrements du peuple nouveau sont le baptême et la Cène du Seigneur. Il ya certains qui comptent sept sacrements de nouvelles personnes. Parmi ces nous reconnaissons que la repentance, l'ordination de ministres (pas en effet l'ordination papale, mais apostolique), et le mariage sont des ordonnances rentable de Dieu, mais pas les sacrements. Confirmation et l'extrême-onction sont des inventions humaines dont l'Église peut se dispenser, sans aucune perte, et en effet, nous ne les avons dans nos églises. Car ils contiennent des choses dont nous pouvons en aucun cas approuver. Surtout que nous détestons tous les traite dans laquelle les papistes se livrer à la distribution des sacrements.

L'auteur des sacrements. L'auteur de tous les sacrements n'est pas n'importe quel homme, mais Dieu seul. Les hommes ne peuvent instituer les sacrements. Pour ce qui a trait à l'adoration de Dieu, et il n'est pas pour l'homme de nommer et de prescrire un culte de Dieu, mais d'accepter et de conserver celle qu'il a reçue de Dieu. Par ailleurs, les symboles ont les promesses de Dieu qui y sont annexés, qui exigent la foi. Or la foi ne repose que sur la Parole de Dieu, et la Parole de Dieu est comme des documents ou de lettres, et les sacrements sont comme les phoques, qui ne l'ajoute à Dieu de les lettres.

Le Christ travaille toujours dans les sacrements et que Dieu est l'auteur des sacrements, de sorte qu'il fonctionne en permanence dans l'église dans laquelle ils sont réalisés à juste titre;. Afin que les fidèles, quand ils les reçoivent par les ministres, savent que Dieu travaille dans son Ordonnance propres, et donc qu'ils les reçoivent comme de la main de Dieu, et les défauts du ministre (même si elles sont très grandes) ne peuvent pas les toucher, car ils reconnaissent l'intégrité des sacrements de dépendre de l'institution du Seigneur.

L'auteur et les ministres des sacrements être distingués. Ainsi, dans l'administration des sacrements ils ont aussi clairement la distinction entre le Seigneur lui-même et les ministres du Seigneur, confessant que la substance des sacrements leur est donnée par le Seigneur, et le signes extérieurs par les ministres du Seigneur.

. La substance ou une chose en chef dans les sacrements Mais la chose principe qui Dieu promet dans tous les sacrements et à laquelle tous les fidèles de tous âges diriger leur attention (certains l'appellent la substance et la matière des sacrements) est le Christ Sauveur - qui que le sacrifice, et l'Agneau de Dieu immolé dès la fondation du monde; ce rocher, également, à partir de laquelle tous nos pères buvaient, par qui tous les élus sont circoncis sans les mains, par l'Esprit Saint, et sont lavés de tous leurs péchés, et sont nourris avec le corps et le sang du Christ pour la vie éternelle.

La similitude et de différence dans les sacrements des peuples anciens et nouveaux. Maintenant, en ce qui concerne ce qui est la chose principale et la matière elle-même dans les sacrements, les sacrements de deux peuples sont égaux. Pour le Christ, l'unique Médiateur et Sauveur des fidèles, est la chose principale et très substance des sacrements dans les deux, car seul Dieu est l'auteur de tous les deux. Ils ont été donnés aux deux peuples comme des signes et des sceaux de la grâce et la promesse de Dieu, qui devrait appeler à l'esprit et de renouveler la mémoire de grands avantages de Dieu, et devrait distinguer les fidèles de toutes les religions dans le monde, enfin, qui devrait être reçus spirituellement par la foi, et doit se lier aux récepteurs à l'Église, et les avertir de leur devoir. Dans les égards et d'autres semblables, je le dis, les sacrements de deux personnes ne sont pas dissemblables, bien que dans les signes extérieurs qu'ils sont différents. Et, en effet, à l'égard des signes que nous faisons une grande différence. Pour les nôtres sont plus solides et durables, dans la mesure où ils ne seront jamais changé à la fin du monde. Par ailleurs, la nôtre témoigner que la substance et la promesse ont été remplies ou perfectionné dans le Christ, les premiers signifié ce qui devait être remplie. Les nôtres sont aussi plus simples et moins laborieux, moins somptueux et impliqué dans les cérémonies. Par ailleurs, ils appartiennent à un peuple plus nombreux, celui qui est dispersée sur toute la terre. Et comme ils sont plus excellents, et par la foi l'Esprit Saint allume plus, une plus grande abondance de l'Esprit découle aussi.

Notre Sacrements Réussir l'ancien qui sont abrogées Mais maintenant, depuis le Christ, le vrai Messie est exposée à nous, et l'abondance de la grâce est répandue sur le peuple du Nouveau Testament, les sacrements des personnes âgées sont sûrement abrogées et ont cessé.; et à leur place les symboles du Nouveau Testament sont placés - Baptême dans le lieu de la circoncision, la Cène du Seigneur à la place de l'agneau pascal et les sacrifices.

Dans les sacrements Que Consiste Et comme jadis les sacrements se composait du mot, le signe et la chose signifiée;. De sorte que même maintenant, ils sont composés, pour ainsi dire, des mêmes parties. Car la Parole de Dieu rend sacrements, qui avant qu'ils ne l'étaient pas. LE SACRE DE L'sacrements. Car ils sont consacrés par la Parole, et montré à être sanctifié par celui qui les a institués. Pour sanctifier ou consacrer quelque chose à Dieu est de le consacrer à des usages sacrés, c'est de le prendre de l'usage commun et ordinaire, et de le nommer à un saint usage. Pour les panneaux dans les sacrements sont tirés de l'usage commun, les choses extérieures et visibles. Pour le baptême le signe est l'élément de l'eau, et que le lavage visible qui est faite par le ministre, mais la chose signifiée est la régénération et la purification des péchés. De même, dans la Cène du Seigneur, le signe extérieur est le pain et le vin, pris des choses communément utilisées pour la viande et boire, mais la chose signifiée est le corps du Christ qui a été donné et son sang qui a été versé pour nous, ou la communion du corps et sang du Seigneur. C'est pourquoi, l'eau, le pain et le vin, selon leur nature et en dehors de l'institution divine et l'usage sacré, ne sont que ce qu'ils sont appelés et nous faisons l'expérience. Mais quand la Parole de Dieu est ajouté à eux, ainsi que l'invocation du nom divin, et le renouvellement de leur premier établissement et de la sanctification, ces signes sont consacrées, et montré à être sanctifiée par le Christ. Pour la première institution du Christ et de consécration des sacrements reste toujours efficace dans l'Eglise de Dieu, afin que ceux qui ne célèbrent pas les sacrements de toute autre manière que le Seigneur lui-même institué depuis le début, aujourd'hui encore profiter de cette première consécration et tout dépassement. Et donc à la célébration des sacrements les paroles mêmes du Christ sont répétées.

Signes prendre le nom de choses signifiées. Et comme nous apprenons de la Parole de Dieu que ces signes ont été institués pour une fin autre que l'usage habituel, donc nous enseignent qu'ils ont maintenant, dans leur usage sacré, prendre sur eux le nom des choses signifiées , et ne sont plus appelés simplement de l'eau, du pain ou du vin, mais aussi la régénération ou le lavage d'eau, et le corps et le sang du Seigneur ou les symboles et les sacrements du Corps du Seigneur et le sang. Non pas que les symboles sont changés en des choses signifiées, ou cesser d'être ce qu'ils sont dans leur nature propre. Car sinon ils ne seraient pas les sacrements. S'ils étaient seulement la chose signifiée, ils ne seraient pas des signes.

. L'union sacramentelle Par conséquent, les signes d'acquérir le nom des choses, parce qu'ils sont des signes mystiques des choses sacrées, et parce que les signes et les choses signifiées sont réunis sacramentellement; réunis, je dis, ou unis par un sens mystique, et par le but ou volonté de celui qui a institué les sacrements. Pour l'eau, le pain et le vin ne sont pas communs, mais sainte signes. Et il que l'eau institué par le baptême n'a pas l'instituer avec la volonté et l'intention que les fidèles ne doivent être arrosé par l'eau du baptême, et celui qui commandait le pain à manger et le vin à boire dans la Cène ne voulait pas les fidèles à recevoir seulement du pain et du vin sans aucun mystère comme ils mangent du pain dans leurs maisons, mais qu'ils devraient participer spirituellement des choses signifiées, et par la foi soit réellement purifiés de leurs péchés, et manger du Christ.

Les sectes. Et, par conséquent, nous ne sommes pas du tout approuver de ceux qui attribuent la sanctification des sacrements à je ne sais quelles sont les propriétés et la formule ou à la puissance des paroles prononcées par celui qui est consacré et qui a l'intention de consacrer, et à d'autres choses accidentelles que ni Christ ni les apôtres livré à nous par la parole ou l'exemple. Ni ne nous approuvons de la doctrine de ceux qui parlent des sacrements comme signes communs, non sanctifiés et efficace. Nous ne l'approuve ceux qui méprisent l'aspect visible des sacrements à cause de l'invisible, et ainsi de croire les signes d'être superflue, car ils pensent qu'ils jouissent déjà la chose eux-mêmes, comme le Messaliens auraient eu lieu.

La chose signifiée ne figure ni dans ou lié aux sacrements. Nous n'approuvons pas la doctrine de ceux qui enseignent que la grâce et les choses signifiées sont tellement liés et inclus dans les signes afin que quiconque participe au dehors par des signes, peu importe ce que genre de personnes qu'ils soient, aussi intérieurement participer à la grâce et les choses signifiées.

Cependant, comme nous ne sommes pas estimer la valeur des sacrements par la solvabilité ou l'indignité des ministres, donc nous n'avons pas l'estimer par la condition de ceux qui les reçoivent. Car nous savons que la valeur des sacrements dépend la foi et sur la véracité et la pure bonté de Dieu. Pour que la Parole de Dieu reste la vraie Parole de Dieu, dans lequel, quand il est prêché, et non pas seulement des mots nus sont répétées, mais dans le même temps les choses signifiées ou annoncé dans les paroles sont offerts par Dieu, même si les impies et les incroyants entendre et comprendre les mots ne jouissent pas encore des choses signifiées, parce qu'ils n'ont pas les recevoir par la foi véritable, donc les sacrements, qui par la Parole consistent en des signes et les choses signifiées, demeurent de vrais sacrements et inviolable, ce qui signifie non seulement sacrée choses, mais, en offrant de Dieu, les choses signifiées, même si les incroyants ne reçoivent pas les choses offertes. Ce n'est pas la faute de Dieu qui donne et qui leur offre, mais la faute des hommes qui les reçoivent, sans foi et illégitime, mais dont l'incrédulité n'invalide pas la fidélité de Dieu (Rom. 3:03 f.)

L'objectif que vise sacrements ont été institués. Depuis la fin à laquelle sacrements ont été institués a également expliqué au passage lorsque le droit au début de notre exposé il a été démontré ce que les sacrements sont, il n'ya pas besoin d'être fastidieuse en répétant ce qui a été dit une fois . Logiquement, donc, on parle maintenant d'solidairement les sacrements de nouvelles personnes.

Chapitre 20 - De Saint Baptême

L'institution du baptême. Baptême a été institué et consacré par Dieu. D'abord baptisé John, qui a plongé le Christ dans l'eau en Jordanie. De lui, il est venu pour les apôtres, qui a également baptisé avec de l'eau. Le Seigneur leur commanda expressément de prêcher l'Évangile et de baptiser «au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit» (Matthieu 28:19). Et dans les Actes, Pierre dit aux Juifs qui a demandé ce qu'ils doivent faire: «Soyez baptisés chacun de vous au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit» ( Actes 2:37 et suiv.) Ainsi par certains baptême est appelé un signe d'initiation pour le peuple de Dieu, puisque c'est par les élus de Dieu sont consacrés à Dieu.

. Un seul baptême Il n'ya qu'un seul baptême dans l'Eglise de Dieu, et il suffit d'être une fois baptisés ou consacrés à Dieu. Pour une fois reçu le baptême continue pour toute la vie, et est une étanchéité perpétuelle de notre adoption.

Ce que cela signifie d'être baptisé Maintenant, pour être baptisés au nom du Christ est d'être inscrit, est entré, et a reçu dans l'alliance et de la famille, et ainsi dans l'héritage des fils de Dieu;. Oui, et dans cette vie pour être appelés du nom de Dieu, c'est-à-dire, d'être appelé fils de Dieu, d'être nettoyée aussi de la souillure des péchés, et à accorder la grâce infiniment variée de Dieu, afin de mener une vie nouvelle et innocente. Baptême, par conséquent, appelle à l'esprit et renouvelle la grande faveur que Dieu a montré à la race des hommes mortels. Car nous sommes tous nés dans la pollution du péché et sont des enfants de colère. Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, nettoie librement nous de nos péchés par le sang de son Fils, et en lui nous adopte comme ses fils, et par une sainte alliance se joint à nous pour lui, et nous enrichit de dons divers, qui nous pourrions vivre une nouvelle vie. Toutes ces choses sont assurés par le baptême. Pour intérieurement nous sommes régénérés, purifiés et renouvelés par Dieu par l'Esprit Saint, et extérieurement nous recevons l'assurance des plus beaux cadeaux dans l'eau, par lequel aussi ceux de grands avantages sont représentés, et, pour ainsi dire, mis devant nos yeux d'être vu.

Nous sommes baptisés avec l'eau. Et donc nous sommes baptisés, qui est, lavés ou aspergé d'eau visible. Pour les lavages à l'eau la saleté, et se refroidit et rafraîchit les corps chauds et fatigués. Et la grâce de Dieu accomplit ces choses pour les âmes, et le fait invisible ou spirituellement.

L'obligation du baptême. Par ailleurs, Dieu sépare également nous de toutes les religions et les peuples étranges par le symbole du baptême, et nous consacre à lui-même comme sa propriété. Par conséquent, nous confessons notre foi lorsque nous sommes baptisés, et nous engageons à Dieu pour l'obéissance, la mortification de la chair, et la nouveauté de vie. Par conséquent, nous sommes enrôlés au service militaire saintes du Christ que toute notre vie nous devons nous battre contre le monde, Satan, et notre propre chair. Par ailleurs, nous sommes baptisés en un seul corps de l'Eglise, que tous les membres de l'Eglise que nous pourrions magnifiquement concourent à la religion et dans les services communs de placement.

La forme de baptême. Nous croyons que la forme la plus parfaite du baptême est celle par laquelle le Christ a été baptisé, et par lequel les apôtres baptisaient. Ces choses-là, donc, qui par le périphérique de l'homme ont été ajoutés par la suite et utilisées dans l'Eglise nous ne considérons pas nécessaire pour la perfection du baptême. De ce genre est l'exorcisme, l'utilisation de lampes allumées, de l'huile, le sel, le crachat, et toutes autres choses que ce baptême est célébré deux fois par an avec une multitude de cérémonies. Car nous pensons que seul baptême de l'Eglise a été sanctifiés en première institution de Dieu, et qu'il est consacré par la Parole et est aussi efficace aujourd'hui en vertu de la première bénédiction de Dieu.

Le ministre du Baptême. Nous enseignons que le baptême ne doit pas être administré dans l'Église par des femmes ou des sages-femmes. Pour Paul privé les femmes de fonctions ecclésiastiques, et le baptême a à faire avec ces.

Anabaptistes. Nous condamnons les Anabaptistes, qui nient que les nouveau-nés des fidèles doivent être baptisés. Pour en fonction de l'enseignement évangélique, de tels est le royaume de Dieu, et ils sont dans l'alliance de Dieu. Pourquoi, alors, si le signe de l'alliance de Dieu n'est pas leur être donné? Pourquoi ceux qui appartiennent à Dieu et son Église sont pas initiées par le saint baptême? Nous condamnons également les anabaptistes dans le reste de leurs doctrines particulières dont ils détiennent contraire à la Parole de Dieu. Nous avons donc ne sont pas les anabaptistes et n'ont rien en commun avec eux.

Chapitre 21 - de la sainte Cène du Seigneur

La Cène du Seigneur. La Cène du Seigneur (ce qui est appelé la Table du Seigneur, et l'Eucharistie, qui est une Action de grâces), est, par conséquent, généralement appelé un souper, car il a été institué par le Christ à son dernier repas, et représente toujours, et parce qu'en elle, les fidèles sont spirituellement nourris et donné à boire.

L'auteur et consécrateur de l'. Souper pour l'auteur de la Cène du Seigneur n'est pas un ange ou un homme, mais le Fils de Dieu lui-même, notre Seigneur Jésus-Christ, qui fut le premier consacré à son Église. Et la même consécration ou bénédiction demeure toujours le long de tous ceux qui célèbrent pas les autres mais que Cène même qui le Seigneur a institué, et à laquelle ils répètent les paroles de la Cène du Seigneur, et en toutes choses se tournent vers l'unique Christ par une vraie foi, dont les mains qu'ils reçoivent, pour ainsi dire, ce qu'ils reçoivent à travers le ministère des ministres de l'Eglise à partir.

Un mémorial des bienfaits de Dieu. Par ce rite sacré du Seigneur veut garder en mémoire rafraichie que le plus grand avantage qu'il a montré aux hommes mortels, à savoir, qu'en ayant donné son corps et son sang, il a pardonné tous nos péchés, et nous a rachetés de la mort éternelle et le pouvoir du diable, et maintenant nous nourrit avec sa chair, et nous donner son sang à boire, qui, étant reçus spirituellement par la foi véritable, nous nourrissent la vie éternelle. Et ce un si grand avantage est renouvelée aussi souvent que la Cène du Seigneur est célébré. Car le Seigneur a dit: "Faites ceci en mémoire de moi». Cette sainte Cène a également joints à nous que le corps même du Christ a été réellement donné pour nous, et son sang versé pour la rémission de nos péchés, afin que notre foi ne doit en aucune façon vaciller.

Le signe et la chose signifiée. Et cela est visiblement représenté par ce sacrement vers l'extérieur par les ministres, et, pour ainsi dire, présenté à nos yeux d'être vu, ce qui est invisible provoquée par l'Esprit Saint intérieurement dans l'âme. Le pain est extérieurement offert par le ministre, et les paroles du Seigneur sont entendus: «Prenez, mangez, ceci est mon corps», et «Prenez et partagez entre vous Buvez-en tous: ceci est mon sang.. " Par conséquent, les fidèles reçoivent ce qui est donné par les ministres du Seigneur, et ils mangent le pain du Seigneur et de boire de la coupe du Seigneur. Dans le même temps par le travail de Christ par l'Esprit Saint, ils reçoivent aussi intérieurement la chair et le sang du Seigneur, et sont ainsi nourris pour la vie éternelle. Car la chair et le sang du Christ est la vraie nourriture et boisson pour la vie éternelle, et le Christ lui-même, depuis qu'il a été donné pour nous et il est notre Sauveur, est la chose principale dans la Cène, et nous ne permettons pas autre chose pour être remplacé à sa place.

Mais pour comprendre mieux et plus clairement comment la chair et le sang du Christ sont la nourriture et des boissons des fidèles, et sont reçus par les fidèles pour la vie éternelle, nous pourrions ajouter à ces quelques petites choses. Il ya plus d'un type de repas. Il est de manger la nourriture corporelle lequel est pris dans la bouche, est mâchée avec les dents, et avalé dans l'estomac. Dans le passé l'Capernaites pensé que la chair du Seigneur doit être consommé de cette façon, mais ils sont réfutées par lui dans Jean, ch. 6. Pour que la chair du Christ ne peut pas être mangé corporellement sans infamie et de la sauvagerie, il n'est donc pas la nourriture de l'estomac. Tous les hommes sont forcés d'admettre cela. Nous avons donc désapprouvent ce canon dans les années pape décrets, Ego Bérenger (De Consecrat., Dist. 2). Car ni l'antiquité ne croient pieusement, nous ne pensons pas que le corps du Christ est d'être mangé corporellement et essentiellement avec une bouche corporelles.

. Manducation spirituelle du Seigneur Il ya aussi une manducation spirituelle du corps du Christ, et non tels que nous pensons que ce qui la nourriture elle-même est d'être changé en esprit, mais dans lequel le corps et le sang du Seigneur, tout en restant dans leur propre essence et propriété, sont spirituellement communiquées à nous, certainement pas dans un corporelle, mais dans une voie spirituelle, par l'Esprit Saint, qui s'applique et nous accorde ces choses qui ont été préparés pour nous par le sacrifice du corps du Seigneur et le sang pour nous, à savoir, la rémission des péchés, la délivrance et la vie éternelle, de sorte que le Christ vit en nous et nous vivons en lui, et il nous pousse à le recevoir par la foi véritable, à cette fin qu'il peut devenir pour nous comme nourriture et boisson spirituelles, qui est, de notre vie.

Christ comme notre nourriture nous maintient en vie. Car de même que la nourriture corporelle et à boire non seulement rafraîchir et renforcer notre corps, mais aussi les garde en vie, alors la chair du Christ livré pour nous, et son sang versé pour nous, non seulement rafraîchir et renforcer nos âmes, mais aussi de les conserver en vie, pas dans la mesure où ils sont corporellement mangé et bu, mais dans la mesure où elles sont communiquées à nous spirituellement par l'Esprit de Dieu, comme le Seigneur dit: «Le pain que je donnerai pour la vie du monde, c'est ma chair »(Jean 6:51), et« la chair »(à savoir ce qui est mangé corporelles)" ne sert à rien, c'est l'esprit qui donne la vie »(v. 63). Et: «Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie."

Le Christ par la foi Et comme nous devons recevoir de la nourriture en mangeant dans notre corps afin qu'il puisse agir en nous, et prouver son efficacité en nous -. Car il ne nous a rien bénéfices quand il reste en dehors de nous - il est donc nécessaire que nous recevons Christ par la foi, qu'il peut devenir la nôtre, et il peut vivre en nous et nous en lui. Car il dit: «Je suis le pain de vie, celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif» (Jean 6:35), et aussi: «Celui qui me mange vivra par moi... qu'il demeure en moi, je demeure en lui »(v. 57, 56).

Nourriture spirituelle. De tout cela, il est clair que par la nourriture spirituelle, nous n'entendons pas un peu de nourriture imaginaire, je ne sais quoi, mais le corps même du Seigneur qui nous est donnée, qui est pourtant reçu par les fidèles non corporellement, mais spirituellement par la foi . Dans cette affaire, nous suivons l'enseignement du Sauveur lui-même, le Christ Seigneur, selon Jean, ch. 6.

Manger est nécessaire au salut. Et cela manger de la chair et boire le sang du Seigneur est donc nécessaire au salut que sans elle aucun homme ne peut être sauvé. Mais cette manducation spirituelle et de boire se produit également en dehors de la Cène du Seigneur, et aussi souvent et partout où un homme croit en Jésus-Christ. Pour que cette phrase de saint Augustin s'applique peut-être: «Pourquoi avez-vous offrir pour vos dents et votre estomac Croyez, et vous avez mangé?".

Manger sacramentelle du Seigneur. Outre la manducation spirituelle plus élevée il ya aussi un repas sacramentel du corps du Seigneur, par qui, non seulement spirituellement et intérieurement le croyant participe vraiment dans le vrai corps et le sang du Seigneur, mais aussi, en venant à la Table du Seigneur, reçoit extérieurement le sacrement visible du corps et sang du Seigneur. Pour être sûr, lorsque le croyant croit, il a d'abord reçu de la nourriture qui donne la vie, et aime encore. Mais donc, quand il reçoit maintenant le sacrement, il ne recevra rien. Pour qu'il progresse dans la poursuite de communiquer dans le corps et le sang du Seigneur, et si sa foi lui est allumé et se développe de plus en plus, et est rafraîchi par la nourriture spirituelle. Car, lorsque nous vivons, la foi est continuellement augmenté. Et celui qui reçoit extérieurement le sacrement de la foi véritable, ne reçoit pas seulement le signe, mais aussi, comme nous l'avons dit, jouit de la chose elle-même. Par ailleurs, il obéit l'institution du Seigneur et de commandement, et avec un esprit joyeux rend grâce pour son rachat, et que de toute l'humanité, et fait un mémorial fidèle à la mort du Seigneur, et donne un témoin devant l'Eglise, dont le corps, il est un membre. L'assurance est également accordée à ceux qui reçoivent le sacrement que le corps du Seigneur a été donné et son sang répandu, non seulement pour les hommes en général, mais surtout pour tous les communicants fidèles, à qui il est la nourriture et des boissons pour la vie éternelle.

Les incroyants Prenez le sacrement d'Leur jugement Mais celui qui vient de cette table sainte du Seigneur, sans la foi, communique uniquement dans le sacrement et ne reçoit pas la substance de la où Sacrement vient la vie et du salut;. Et des hommes tels indignement mange de l'Éternel Tableau. Quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur, mange et boit un jugement sur lui-même (I Cor. 11:26-29). Car, quand ils n'ont pas l'approche avec la vraie foi, ils déshonorent la mort du Christ, et donc manger et boire condamnation à eux-mêmes.

. La présence du Christ dans la Cène Nous ne sommes pas, par conséquent, alors rejoignez le corps du Seigneur et de son sang avec le pain et le vin comme pour dire que le pain lui-même est le corps du Christ, sauf de manière sacramentelle, ou que le corps du Christ est caché corporellement sous le pain, alors qu'il doit être adoré sous la forme de pain, ou encore que celui qui reçoit le signe, reçoit également la chose même. Le corps du Christ est dans les cieux à la droite du Père, et donc nos cœurs doivent être levé en haut, et de ne pas être fixé sur le pain, ni est le Seigneur d'être adoré dans le pain. Pourtant, le Seigneur n'est pas absente de son Eglise quand elle célèbre la Cène. Le soleil, qui est absent de nous dans les cieux, est effectivement nonobstant présent parmi nous. Combien plus est le Soleil de Justice, le Christ, bien dans son corps, il est absent de nous dans le ciel, présent avec nous, ni corporellement, mais spirituellement, par son opération vivifiante, et comme lui-même expliqué à sa Dernière Cène qu'il être présents avec nous (Jean, 14 chs, 15. et 16). D'où il s'ensuit que nous n'avons pas la Cène sans Christ, et pourtant dans le même temps avoir une Cène non sanglante et mystique, tel qu'il a été universellement appelé par l'antiquité.

Les autres buts de la Cène du Seigneur. Par ailleurs, nous sommes exhortés à la célébration de la Cène du Seigneur à être attentifs dont le corps, nous sommes devenus membres, et que, par conséquent, nous pouvons être d'un seul esprit avec tous nos frères, de vivre une vie sainte, et ne pas nous polluer avec la méchanceté et de religions bizarres, mais, en persévérant dans la vraie foi à la fin de notre vie, s'efforcer d'exceller dans la sainteté de vie.

Préparation de la Cène. Il est donc normal que quand on viendrait à la Cène, nous avons d'abord nous examiner, selon le commandement de l'apôtre, en particulier pour le genre de foi que nous avons, si nous croyons que le Christ est venu pour sauver les pécheurs et de les appeler à la repentance, et si chaque homme croit qu'il est dans le nombre de ceux qui ont été livrés par le Christ et sauvé, et s'il est déterminé à changer sa vie méchants, de mener une vie sainte, et avec le Seigneur aider à persévérer dans la vraie religion et en harmonie avec les frères, et à rendre grâce à Dieu pour sa délivrance.

Le respect de la Cène avec le pain et le vin. Nous pensons que ce rite, la manière, ou la forme de la Cène pour être le plus simple et excellente qui se rapproche le plus à la première institution du Seigneur et à la doctrine des apôtres. Elle consiste à proclamer la Parole de Dieu, dans les prières pieuses, dans l'action du Seigneur lui-même, et sa répétition, dans le fait de manger le corps du Seigneur et de boire de son sang, dans un souvenir montage de la mort du Seigneur, et un fidèle Thanksgiving, et dans une sainte communion dans l'union du corps de l'Eglise.

Nous avons donc désapprouvent ceux qui ont pris de la fidèle espèces du sacrement, à savoir la coupe du Seigneur. Pour ces grièvement offenser l'institution du Seigneur qui dit: «Buvez-en tous de ce"; ce qu'il n'a pas expressément dit du pain.

Nous ne sommes pas en train de discuter ce genre de masse existait autrefois parmi les pères, que ce soit pour être tolérés ou non. Mais ce que nous disons volontiers que la masse qui est maintenant utilisé partout dans l'Eglise romaine a été abolie dans nos églises pour de nombreuses raisons et très bon qui, par souci de concision, nous n'avons pas actuellement énumérer en détail. Nous pourrions certainement pas approuver de faire une action saine en un spectacle vain et un moyen de gagner des mérites, et de le célébrer pour un prix. Nous ne pouvions approuver de dire que dans ce que le prêtre est dit à l'effet du corps même du Seigneur, et vraiment à l'offrir pour la rémission des péchés des vivants et des morts, et en outre, pour l'honneur, de vénération et de souvenir des saints du ciel, etc

Chapitre 22 - de réunions religieuses et ecclésiastiques

Qu'est-ce qui doit être fait dans les assemblées de culte. Bien qu'il soit permis à tous les hommes à lire les Saintes Ecritures à la maison privée, et par l'instruction d'édifier les uns les autres dans la vraie religion, mais pour que la Parole de Dieu peut être correctement prêché le peuple, et des prières et des supplications publiques faites, aussi que les sacrements peut être à juste titre, administré, et que les collections peuvent être faites pour les pauvres et à payer le coût de l'ensemble de l'Église dépenses, et afin de maintenir les relations sociales, il est le plus nécessaire que les rassemblements religieux ou Eglise aura lieu. Car il est certain que dans l'Église apostolique et primitif, il y avait de tels assemblages fréquenté par tous les fidèles.

Réunions pour le Culte à ne pas négliger. Autant que mépriser de telles réunions et de rester loin d'eux, méprisent la vraie religion, et ils doivent être poussés par les pasteurs et les magistrats de s'abstenir de piété obstinément de s'absenter de assemblages sacré.

Les réunions sont publiques. Mais réunions de l'Église ne doivent pas être secret et caché, mais du public et une bonne participation, sauf si la persécution par les ennemis du Christ et l'Eglise ne leur permet pas d'être publique. Car nous savons comment, sous la tyrannie des empereurs romains les réunions de l'Église primitive ont été organisées dans des lieux secrets.

Meeting Places décent. Par ailleurs, les endroits où les fidèles se réunissent doivent être décents, et à tous égards apte à l'Église de Dieu. Par conséquent, des bâtiments spacieux ou des temples doivent être choisis, mais ils doivent être purgés de tout ce qui ne sied pas à une église. Et tout est d'être arrangé pour le décorum, la nécessité et la décence pieuse, de peur que quelque chose soit manquant qui est requis pour le culte et les travaux nécessaires de l'Eglise.

La modestie et l'humilité pour être observé dans les réunions. Et comme nous croyons que Dieu n'habite pas dans des temples faits de main, donc nous savons que sur le compte de la Parole de Dieu et des lieux usage sacré dédié à Dieu et son culte ne sont pas profanes, mais sainte, et que ceux qui sont présents dans leur doivent se conduire respectueusement et modestement, voyant qu'ils sont dans un lieu sacré, en présence de Dieu et ses saints anges.

L'ornementation des sanctuaires vrai. Par conséquent, tous les vêtements de luxe, tout orgueil, et indigne tout pour l'humilité chrétienne, la discipline et la modestie, doivent être bannis des sanctuaires et lieux de prières des chrétiens. Pour l'ornementation des églises vraie ne consiste pas en ivoire, or et pierres précieuses, mais dans la frugalité, la piété et les vertus de ceux qui sont dans l'Eglise. Que tout se fasse avec bienséance et l'ordre dans l'église, et enfin, que tout se fasse pour l'édification.

Culte dans le langage commun. Par conséquent, laissez toutes les langues étranges garder le silence dans les rassemblements pour l'adoration, et de laisser toutes choses être énoncées dans un langage commun qui est entendu par les personnes se sont rassemblées en ce lieu.

Chapitre 23 - Sur les prières de l'Église, du chant, et des heures canoniales

Langage commun. Il est vrai que l'homme est autorisé à prier en privé, dans n'importe quelle langue qu'il comprend, mais des prières publiques dans les réunions de culte doivent être faites dans le langage commun connu de tous. PRIÈRE. Laissez toutes les prières des fidèles sera répandu à Dieu seul, par la médiation du Christ seul, hors de la foi et l'amour. Le sacerdoce du Christ, le Seigneur et la vraie religion interdisent l'invocation des saints au ciel ou à les utiliser comme des intercesseurs. La prière doit être faite pour les magistrats, pour les rois et tous ceux qui sont placés en position d'autorité, les ministres de l'Eglise, et pour tous les besoins des églises. Dans les calamités, en particulier de l'Eglise, la prière incessante doit être fait en privé et publiquement.

Prière gratuit. Par ailleurs, la prière doit être faite volontairement, sans contrainte ou pour toute récompense. Ce n'est pas non appropriée pour la prière d'être superstitieuse limité à un seul endroit, comme si elle n'était pas autorisée à prier n'importe où, sauf dans un sanctuaire. Ni est-il nécessaire pour les prières publiques pour être le même dans toutes les églises à l'égard de la forme et de temps. Chaque Eglise est d'exercer sa propre liberté. Socrate, dans son histoire, explique: «Dans toutes les régions du monde vous ne trouverez pas deux églises qui suis entièrement d'accord dans la prière» (Hist. Ecclésiaste. V.22, 57). Les auteurs de cette différence, je pense, étaient ceux qui étaient en charge des Eglises à des moments particuliers. Pourtant, si elles s'entendent, c'est d'être hautement salué et imité par d'autres.

La méthode à employer dans les prières publiques. Comme dans tout, donc aussi dans les prières publiques doit y avoir une norme de peur d'être excessivement longue et fastidieuse. La plus grande partie des réunions pour le culte est donc à donner à l'enseignement évangélique, et les soins sont à prendre peur que la congrégation est lassé par des prières trop longues et quand ils sont à entendre la prédication de l'Evangile soit ils quittent la réunion ou, ayant été épuisés, veulent en finir avec elle tout à fait. Pour ces personnes le sermon semble être trop long, qui est par ailleurs assez brève. Et il est donc approprié pour les prédicateurs de s'en tenir à une norme.

Chant. De même la modération doit être exercé lorsque le chant est utilisé dans une réunion de culte. Cette chanson que l'on appelle le chant grégorien a beaucoup de bêtises en elle, il est donc à juste titre, rejeté par nombre de nos églises. Si il ya des églises qui ont un sermon vrai et bon, mais pas de chant, ils ne doivent pas être condamné. Pour toutes les églises n'ont pas l'avantage de chanter. Et il est bien connu à partir des témoignages de l'antiquité que la coutume de chanter est très ancienne dans les Églises orientales alors qu'il était tard quand il fut enfin acceptée à l'Ouest.

Heures canoniales. Antiquité ne connaissait rien des heures canoniques, c'est-à prières organisées pour certaines heures de la journée, et chantées ou récitées par les papistes, comme peut être prouvé par leurs bréviaires et par de nombreux arguments. Mais ils ont aussi quelques pas des absurdités, dont je ne dis rien d'autre; en conséquence, ils sont à juste titre, omis par les églises qui se substituent dans leur place des choses qui sont bénéfiques pour toute l'Église de Dieu.

Chapitre 24 - des jours saints, les jeûnes et le choix des aliments

Le temps nécessaire au culte. Bien que la religion n'est pas lié au temps, et pourtant il ne peut pas être cultivé et exercé sans une bonne distribution et l'agencement de temps. Chaque Église, donc, choisit pour lui-même un certain temps pour les prières publiques, et pour la prédication de l'Evangile, et pour la célébration des sacrements, et personne n'est autorisé à renverser cette nomination de l'Église à son propre plaisir. Pour moins que quelque temps en raison et de loisirs est donnée pour l'exercice extérieur de religion, sans aucun doute les hommes seraient attirés loin de lui par leurs propres affaires.

Le Jour du Seigneur. On voit donc que dans les anciennes églises, il y avait non seulement heure certain ensemble de la semaine nommés pour des réunions, mais qui ont également le Jour du Seigneur lui-même, depuis le temps des apôtres, a été mis de côté pour eux et pour une sainte de repos, une pratique désormais bien préservée par nos Églises pour l'amour d'adoration et d'amour.

Superstition. Dans ce contexte, nous ne cèdent pas à l'observance juive et de superstitions. Car nous ne croyons pas que, un jour est plus sainte que toute autre, ou de penser que le repos en soi, est acceptable pour Dieu. Par ailleurs, nous célébrons le Jour du Seigneur et non pas le sabbat comme une observance libre.

Les Fêtes du Christ et des Saints. Par ailleurs, si dans la liberté chrétienne des églises religieusement célébrer la mémoire de la Nativité du Seigneur, la circoncision, la passion, la résurrection et de son ascension au ciel, et l'envoi de l'Esprit Saint sur ​​ses disciples, nous l'approuvent fortement. Mais nous n'approuvons pas les fêtes instituées pour les hommes et pour les saints. Jours saints ont à voir avec la première table de la loi et qui appartiennent à Dieu seul. Enfin, les jours saints qui ont été instituées pour les saints et que nous avons aboli, ont beaucoup de choses absurdes et inutiles, et ne doivent pas être tolérés. En attendant, nous confessons que le souvenir des saints, à un moment approprié et le lieu, est d'être rentable félicité le peuple dans les sermons, et les exemples saints des saints exposées à être imité par tous.

Le jeûne. Maintenant, le plus sérieusement l'Eglise du Christ condamne gourmandise, l'ivrognerie, et toutes sortes de convoitise et l'intempérance, d'autant plus vivement qu'il ne confie à nous le jeûne chrétien. Pour le jeûne n'est rien d'autre que l'abstinence et la modération des hommes pieux, et d'une discipline, de soins et le châtiment de notre chair entrepris comme une nécessité pour le moment, par laquelle nous sommes humiliés devant Dieu, et nous prive de la chair de son carburant afin que les il peut le plus volontiers et facilement obéir à l'Esprit. Par conséquent, ceux qui ne prêtent aucune attention à de telles choses ne jeûnent pas, mais imaginez qu'ils rapide s'ils bourrer leurs estomacs une fois par jour, et à un certain moment ou prescrit de s'abstenir de certains aliments, en pensant qu'en ayant fait ce travail, ils s'il vous plaît Dieu, et faire quelque chose bien. Le jeûne est une aide à la prière des saints et pour toutes les vertus. Mais comme on le voit dans les livres des prophètes, le jeûne des Juifs qui ont jeûné de la nourriture mais pas de la méchanceté n'a pas s'il vous plaît Dieu.

Le jeûne public et privé. Maintenant il ya un public et un jeûne privé. Dans les temps anciens, ils ont célébré des jeûnes publics dans les temps calamiteux et dans l'affliction de l'Eglise. Ils se sont abstenus au total de la nourriture jusqu'au soir, et j'ai passé tout ce temps dans les saintes prières, l'adoration de Dieu, et le repentir. Ces différait peu de deuil, et il est souvent question d'eux dans les prophètes et surtout par Joel dans Ch. 2. Un tel jeûne doit être maintenu à ce jour, quand l'Eglise est en détresse. Jeûnes privés sont entrepris par chacun de nous, comme il se sent retiré de l'Esprit. Pour de cette manière qu'il retire la chair de son carburant.

Caractéristiques du jeûne. Tous les jeûnes devrait procéder d'un esprit libre et volontaire, et de l'humilité authentique, et non feinte pour gagner les applaudissements ou les faveur des hommes, beaucoup moins qu'un homme souhaite pour mériter la justice par eux. Mais que chacun jeûner un à cette fin, qu'il peut priver la chair de son carburant afin qu'il puisse plus servir Dieu avec zèle.

Carême. Le jeûne du Carême est attestée par l'antiquité, mais pas du tout dans les écrits des apôtres. Par conséquent, il ne devrait pas, et ne peut être imposée sur les fidèles. Il est certain que jadis il y avait différentes formes et coutumes de jeûne. Ainsi, Irénée, un écrivain plus ancien, dit: «Certains pensent que le jeûne doit être observé une seule journée, d'autres deux jours, mais d'autres plus, et une quarantaine de jours Cette diversité dans le respect de cette vitesse n'a pas d'abord commencer dans notre époque. , mais bien avant nous par ceux qui, comme je suppose, qui n'a pas simplement s'en tenir à ce qui avait été livré à eux dès le début, mais après, est tombé dans une autre coutume, soit par négligence ou ignorance »(Fragment 3, éd. Stieren, je . 824 f.). Par ailleurs, Socrate, dit l'historien: «Parce que aucun texte ancien est trouvé à ce sujet, je pense que les apôtres quitté ce au propre jugement de tout homme, que chacun peut faire ce qui est bon, sans crainte ni contrainte» (Hist. V Ecclésiaste. 0,22, 40).

Choix de l'alimentation. Maintenant concernant le choix des aliments, nous pensons que dans le jeûne tous les choses devraient se voir refuser la chair où la chair se fait plus insolent, et par lequel il est grandement plaisir, et par lequel il est enflammé par le désir que ce soit par poisson ou de viande ou des épices ou des friandises et des vins excellents. Par ailleurs, nous savons que toutes les créatures de Dieu ont été faites pour l'utilisation du service des hommes. Toutes les choses que Dieu fait est bon, et sans distinction doivent être utilisés dans la crainte de Dieu et avec modération appropriée (Genèse 02:15 et suiv.) Pour l'apôtre dit: «Tout est pur pour ceux qui sont purs» (Tite 1:15), et aussi: "Mangez tout ce qui est vendu dans le marché de la viande sans soulever toute question sur le terrain de la conscience» (I Cor 10:25. ). Le même apôtre appelle la doctrine de ceux qui enseignent à s'abstenir de viandes «la doctrine de démons», car «Dieu a créé les aliments pour être reçus avec actions de grâces par ceux qui croient et savent cette vérité que tout ce que Dieu a créé est bon, et rien n'est d'être rejetée si elle est reçue avec actions de grâces "(I Tim. 4:01 et suiv.). Le même apôtre, dans l'épître aux Colossiens, réprouve ceux qui veulent acquérir une réputation de sainteté par l'abstinence excessive (Col. 2:18 ss.).

Sectes. C'est pourquoi nous désapprouve entièrement l'Tatians et les Encratites, et tous les disciples d'Eustathe, contre lesquels le Synode Gangrian a été appelé.

Chapitre 25 - de catéchiser et réconfortant et visiter les malades

Jeunesse d'être instruits dans la piété. Le Seigneur enjoint son ancien peuple d'exercer le plus grand soin que les jeunes, même dès l'enfance, soit des directives appropriées. Par ailleurs, il a expressément ordonné dans sa loi qu'ils doivent les enseigner, et que les mystères des sacrements doit être expliqué. Or, puisqu'il est bien connu par les écrits des évangélistes et des apôtres que Dieu n'a pas moins préoccupante pour les jeunes de son nouveau peuple, quand il témoigne ouvertement et dit: «Laissez les enfants venir à moi, car à leurs pareils qu'appartient le royaume des le ciel »(Marc 10:14), les pasteurs des églises acte le plus judicieusement quand ils précoce et soin catéchiser les jeunes, jetant les premiers motifs de foi, et fidèlement l'enseignement des rudiments de notre religion en exposant les Dix Commandements,« les Apôtres Credo, la prière du Seigneur, et la doctrine des sacrements, avec d'autres principes et les têtes en chef de notre religion. Voici que l'Eglise montrer sa foi et de diligence pour amener les enfants à être catéchisés, désireux et heureux d'avoir ses enfants bien instruits.

La visite des malades. Comme les hommes ne sont jamais exposés à plus de tentations grave que quand ils sont harcelés par les infirmités, sont malades et sont affaiblis par les maladies de l'âme et le corps, il est sûrement jamais plus approprié pour les pasteurs des églises de regarder plus attentivement pour le bien-être de leurs troupeaux que dans ces maladies et infirmités. Par conséquent les laisser visiter les malades bientôt, et laissez-les être appelé en temps utile par le malade, si la circonstance elle-même aurait il avait besoin. Qu'ils confort et les confirmer dans la vraie foi, et puis les bras contre les suggestions de Satan dangereuse. Ils doivent également maintenir la prière pour les malades à la maison et, si besoin est, des prières devraient également être prises pour les malades à la réunion publique, et ils doivent veiller à ce qu'ils quittent cette vie heureuse. Nous avons dit plus haut que nous n'approuvons pas la visite papiste du malade avec de l'extrême-onction, car il est absurde et n'est pas approuvé par Écritures canoniques.

Chapitre 26 - De la sépulture des fidèles, et des soins à être affichés pour les morts; du Purgatoire, et l'apparition des Esprits

L'inhumation des corps. Comme le corps des fidèles sont les temples de l'Esprit Saint qui nous croyons vraiment ressuscitera au dernier jour, Écritures de commande qu'ils soient honorablement et sans superstition commis à la terre, et aussi que mention honorable seront faite de ces saints qui se sont endormis dans le Seigneur, et que tous les devoirs de piété familiale sera montré à ceux qui restent, à leurs veuves et des orphelins. Nous n'enseignons pas que tout autres soins soient prises pour les morts. Par conséquent, nous désapprouvons fortement des Cyniques, qui ont négligé les corps des morts ou insouciance et la plupart avec dédain les jeter dans la terre, ne jamais dire un bon mot au sujet du défunt, ou s'occuper un peu plus sur ceux qu'ils ont laissé derrière eux.

. Les soins de la Mort D'un autre côté, nous n'approuvons pas de ceux qui sont trop attentifs et absurdement à la personne décédée, qui, comme les païens, pleurer leurs morts (bien que nous ne blâme pas que le deuil modérée que l'apôtre des permis de I Thess 4:13, le jugeant d'être inhumain pour ne pas pleurer du tout);. et qui se sacrifient pour les morts, et les prières marmonnent certains pour un salaire, dans l'ordre par de telles cérémonies pour offrir à leurs proches de la tourmente dans laquelle ils sont plongé par la mort, et ensuite penser qu'ils sont capables de les libérer par des incantations telles.

L'état de l'âme séparée du corps. Car nous croyons que les fidèles, après la mort corporelle, allez directement à Christ, et, par conséquent, n'ont pas besoin des éloges et les prières des vivants pour les morts et leurs services. De même, nous croyons que les incroyants sont immédiatement jeté dans la géhenne à partir de laquelle aucune sortie est ouverte pour les méchants par tous les services de la vie.

Purgatoire. Mais ce que certains enseignent sur ​​le feu du purgatoire est opposée à la foi chrétienne, à savoir, «je crois en la rémission des péchés et la vie éternelle», et de la purgation parfaite à travers le Christ, et à ces paroles du Christ, notre Seigneur: «Amen, amen, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle, il ne viendra pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie» (Jean 5:24). Encore une fois: «Celui qui est lavé n'a besoin de se laver, sauf pour ses pieds, mais il est propre partout, et vous êtes purs» (Jean 13:10).

L'Apparition des esprits. Maintenant ce qui est lié des esprits ou des âmes des morts apparaissant parfois à ceux qui sont vivants, et la mendicité certaines tâches d'eux où ils peuvent être mis en liberté, nous comptons les apparitions parmi les laughingstocks, l'artisanat, et des tromperies du diable, qui, comme il peut se transformer en ange de lumière, donc il frappe soit pour renverser la vraie foi ou de la remettre en doute. Dans l'Ancien Testament que le Seigneur a interdit la recherche de la vérité de la mort, et toute sorte de commerce avec les esprits (Deutéronome 18:11). En effet, comme la vérité évangélique déclare, le glouton, étant dans la tourmente, se voit refuser un retour à ses frères, comme l'oracle divin déclare en ces termes:. "Ils ont Moïse et les prophètes; qu'ils les écoutent S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas convaincus, si quelqu'un devrait passer entre les morts »(Luc 16:29 et suiv.).

Chapitre 27 - de rites, de cérémonies et de choses indifférentes

Cérémonies et des rites. Unto l'ancien peuple ont été donnés à un certain moment des cérémonies, comme une sorte d'instruction pour ceux qui ont été gardés sous la loi, comme sous un instituteur ou d'un tuteur. Mais lorsque le Christ, le Libérateur, vint la loi a été abolie, nous qui croyons ne sont plus sous la loi (Rom. 6:14), et les cérémonies ont disparu, d'où les apôtres ne voulaient pas de conserver ou de restaurer eux dans Christ Church à un degré tel qu'ils ouvertement déclaré qu'ils ne voulaient pas imposer une charge à l'Église. Par conséquent, nous semble être recruter et à la restauration du judaïsme, si on augmentait les cérémonies et les rites dans l'Eglise du Christ, selon la coutume dans l'Eglise ancienne. Par conséquent, nous n'avons nullement approuver l'avis de ceux qui pensent que l'Eglise du Christ doit être tenue en échec par de nombreux rites différents, comme par une sorte de formation. Car si les apôtres ne voulais pas imposer à des cérémonies ou des rites peuple chrétien, qui ont été nommés par Dieu, qui, je te prie, dans son esprit droit serait imposer sur eux les inventions conçues par l'homme? Plus la masse des rites est augmenté dans l'Eglise, le plus est nui non seulement à partir liberté chrétienne, mais aussi du Christ, et de la foi en lui, aussi longtemps que les gens cherchent ces choses dans les cérémonies où ils devraient chercher à la seule Fils de Dieu, Jésus-Christ, par la foi. C'est pourquoi quelques rites modérée et simple, qui ne sont pas contraires à la Parole de Dieu, sont suffisantes pour les pieux.

Diversité des rites. Si différents rites se trouvent dans les églises, personne ne devrait penser pour cette raison les églises sont en désaccord. Socrate dit: «Il serait impossible de mettre sur pied par écrit tous les rites des églises à travers les villes et les pays Aucune religion observe les mêmes rites, même si elle embrasse la même doctrine qui les concernent Pour ceux qui sont de la même foi en désaccord entre.. eux-mêmes sur des rites »(Hist. Ecclésiaste. V.22, 30, 62). Ce bien dit Socrate. Et nous, aujourd'hui, d'avoir dans nos églises différents rites de la célébration de la Cène du Seigneur et dans certaines autres choses, néanmoins ne pas en désaccord dans la doctrine et la foi; ni l'unité et la communion de nos Églises ainsi déchiré. Pour les Eglises ont toujours utilisé leur liberté dans de tels rites, comme des choses indifférentes. Nous avons aussi faire la même chose aujourd'hui.

Les choses indifférentes. Mais dans le même temps, nous avertissent les hommes à être sur leurs gardes de peur qu'ils ne compter parmi les choses indifférentes qui sont en fait pas indifférent, comme certains ont coutume de considérer la masse et l'utilisation des images dans des lieux de culte comme des choses indifférentes. "Indifférent", écrit Jérôme à Augustin, «est celui qui n'est ni bonne ni mauvaise, de sorte que, si vous le faites ou pas, vous n'êtes ni juste ni injuste." Par conséquent, lorsque les choses indifférentes sont arrachées à la confession de foi, ils cessent d'être libre; que Paul montre qu'il est licite pour un homme de manger de la chair, si quelqu'un ne lui rappeler qu'il a été offerte aux idoles, car alors il est illégal , car celui qui mange, il semble approuver l'idolâtrie en mangeant elle (I Cor 8:09 ss;... 10:25 et suiv.)

Chapitre 28 - Sur les possessions de l'Eglise

Les possessions de l'Eglise et leur bon usage. L'Église du Christ possède des richesses grâce à la munificence des princes et la libéralité des fidèles qui ont donné leurs moyens à l'Église. Pour l'Église a besoin de ces ressources et de temps anciens a eu les ressources pour l'entretien des choses nécessaires pour l'Eglise. Maintenant, le vrai usage de la richesse de l'Eglise était, et est maintenant, pour maintenir l'enseignement dans les écoles et dans les réunions religieuses, ainsi que tous les cultes, les rites, et les bâtiments de l'Eglise, enfin, de maintenir des enseignants, des savants, et les ministres, avec autres choses nécessaires, et surtout pour le secours et le soulagement des pauvres. GESTION. Par ailleurs, les hommes craignant Dieu, et sage, a noté pour la gestion des affaires domestiques, doivent être choisis pour administrer correctement les possessions de l'Église.

L'utilisation abusive des biens de l'Église. Mais si par malheur ou par l'audace, l'ignorance ou l'avarice de certaines personnes la richesse de l'Église est abusé, il doit être restaurée à un usage sacré par les hommes pieux et sage. Car ni un abus, qui est le plus grand sacrilège, d'être un clin d'œil. Par conséquent, nous enseignent que les écoles et les institutions qui ont été corrompus dans la doctrine, le culte et la morale doivent être réformées, et que le soulagement des pauvres doit être disposé consciencieusement, avec sagesse, et de bonne foi.

Chapitre 29 - du célibat, le mariage et la gestion des affaires domestiques

Les gens simples. Ceux qui ont le don du célibat du ciel, de sorte que le cœur ou avec toute leur âme sont purs et les continents et ne sont pas enflammés par la passion, laissez-les servir le Seigneur dans cet appel, tant qu'ils se sentent revêtus de la ce don divin, et qu'ils ne se lève-dessus des autres, mais laissez-les servir le Seigneur en permanence dans la simplicité et l'humilité (I Cor 7:07 ss..). Pour ces sont plus enclins à participer à des choses divines que ceux qui sont distraits par les affaires privées d'une famille. Mais si, là encore, le don sera enlevé, et ils se sentent une brûlure continue, laissez-les appeler à l'esprit les paroles de l'apôtre: «Il vaut mieux se marier que de brûler» (I Cor 7:09.).

Mariage. Pour le mariage (qui est la médecine de l'incontinence, et la continence elle-même) a été institué par le Seigneur Dieu lui-même, qui la bénit les plus abondamment, et il a voulu l'homme et la femme de cliver un à l'autre inséparablement, et à vivre ensemble dans l'amour parfait et de la concorde (Matthieu 19:04 et suiv.) Alors que nous savons que l'apôtre dit: «Que le mariage soit tenue en l'honneur de tous, et laissez le lit conjugal soit sans souillure" (Hébreux 13:4). Et encore: «Si une fille se marie, elle n'a pas péché» (I Cor 7:28.).

Les sectes. Nous avons donc condamner la polygamie, et ceux qui condamnent les deuxièmes mariages.

Comment les mariages doivent être contractés. Nous enseignons que les mariages doivent être légalement contracté dans la crainte du Seigneur, et non pas contre les lois qui interdisent certains degrés de consanguinité, de peur que les mariages doivent être incestueux. Laissez mariages être faite avec le consentement des parents ou de ceux qui prennent la place des parents, et surtout à cette fin pour laquelle le Seigneur a institué le mariage. Par ailleurs, les laisser être saints avec la fidélité la plus grande, la piété, l'amour et la pureté de ces assemblées. Donc laissez-les prémunir contre les querelles, les dissensions, la luxure et l'adultère.

Forum matrimoniaux. Laissez tribunaux licites être établi dans l'Eglise, et les juges saints qui peut s'occuper de mariages, et peut réprimer toutes les hontes et de l'impudicité, et devant lequel les différends matrimoniaux peuvent être réglés.

. L'éducation des enfants Les enfants doivent être élevés par des parents dans la crainte du Seigneur, et les parents sont d'offrir à leurs enfants, se souvenant de la parole de l'Apôtre: «Si quelqu'un n'a pas soin des siens, il a renié la foi et est pire qu'un infidèle »(I Tim. 5:8). Mais surtout, ils doivent enseigner à leurs métiers ou professions honnêtes enfants par laquelle ils peuvent subvenir à leurs besoins. Ils doivent les garder de l'oisiveté et dans toutes ces choses leur inculquer la vraie foi en Dieu, de peur que par un manque de confiance ou trop de sécurité ou la cupidité ils deviennent sales dissolue et d'atteindre sans succès.

Et il est certain que ces travaux qui sont effectués par les parents dans la vraie foi par le biais des tâches domestiques et la gestion de leurs ménages sont aux yeux de Dieu saint et fonctionne vraiment bien. Ils ne sont pas moins agréable à Dieu que la prière, le jeûne et l'aumône. Car ainsi, l'apôtre a enseigné dans ses épîtres, en particulier dans celles à Timothée et Tite. Et avec le même apôtre nous tenons compte de la doctrine de ceux qui interdisent le mariage ou ouvertement ou indirectement fustiger le discréditer, comme si ce n'était pas saint et pur, entre la doctrine de démons.

Nous avons aussi déteste une vie impure unique, les convoitises secrètes et ouvertes et les impudicités d'hypocrites prétendant être continent quand ils sont les plus incontinents de tous. Tous ces Dieu jugera. Nous ne désapprouve pas des richesses, ou des hommes riches, s'ils sont pieux et utiliser leurs richesses bien. Mais nous rejetons la secte des apostoliques, etc

Chapitre 30 - de la magistrature

La magistrature est de Dieu. Magistrature de toute sorte est instituée par Dieu lui-même pour la paix et la tranquillité de la race humaine, et donc il devrait avoir la première place dans le monde. Si le magistrat est opposée à l'Église, il peut gêner et il dérange beaucoup, mais si il est un ami et même un membre de l'Eglise, il est membre le plus utile et excellente de celui-ci, qui est capable de bénéficier grandement , et d'aider mieux c'est de tous.

Le devoir du magistrat. Le principal devoir du magistrat est de sécuriser et préserver la paix et la tranquillité publique. Sans doute, il ne fera jamais cela plus de succès que quand il est vraiment craignant Dieu et religieux, c'est-à-dire lorsque, selon l'exemple des rois les plus saints et les princes du peuple du Seigneur, il favorise la prédication de la vérité et de foi sincère, les racines des mensonges et toutes les superstitions, de concert avec toute impiété et d'idolâtrie, et défend l'Église de Dieu. Nous avons certainement enseigner que les soins de la religion appartient surtout au magistrat saint.

Laissez-lui donc, maintenez la Parole de Dieu dans ses mains, et prends garde que rien de contraire à ce qui est enseigné. De même le laisser gouverner le peuple qui lui est confié par Dieu avec de bonnes lois faites selon la Parole de Dieu, et laisser les garder dans la discipline, le devoir et l'obéissance. Qu'il exerce son jugement en jugeant avec droiture. Qu'il ne respecte pas la personne de n'importe quel homme ou d'accepter des pots de vin. Qu'il protège les veuves, les orphelins et les affligés. Laissez-le punir et même bannir les criminels, des imposteurs et des barbares. Car il ne porte pas l'épée en vain (Romains 13:4).

Par conséquent, le laisser tirer cette épée de Dieu contre tous les malfaiteurs, des séditieux, des voleurs, des meurtriers, des oppresseurs, les blasphémateurs, les parjures, et tout ceux que Dieu a ordonné de punir et même à exécuter. Qu'il supprime les hérétiques tenaces (qui sont vraiment hérétiques), qui ne cessent pas pour blasphémer la majesté de Dieu et de peine, et même de détruire l'Eglise de Dieu.

Guerre Et si il est nécessaire de préserver la sécurité de la population par la guerre, laisser la guerre au nom de Dieu;. À condition qu'il ait d'abord cherché la paix par tous les moyens possibles, et ne peut pas sauver son peuple de toute autre manière, sauf par la guerre . Et quand le magistrat fait ces choses dans la foi, il sert Dieu par les œuvres mêmes qui sont vraiment bons, et reçoit la bénédiction du Seigneur.

Nous condamnons les Anabaptistes, qui, quand ils nient que le chrétien peut exercer la fonction d'un magistrat, nient aussi que un homme peut justement être mis à mort par le magistrat, ou que le magistrat peut faire la guerre, ou que les serments sont à rendus à un magistrat, et d'autres semblables choses.

Le devoir de sujets. Pour que Dieu veut pour effectuer la sécurité de son peuple par le magistrat, auquel il a donné au monde à être, pour ainsi dire, un père, donc tous les sujets sont commandés à reconnaître cette faveur de Dieu dans le magistrat. Ainsi donc, que leur honneur et révérence au magistrat que le ministre de Dieu, laissez-les aimer, le profit, et de prier pour lui comme leur père, et laissez-les obéir à tous ses commandements justes et équitables. Enfin, laisser payer la totalité de douane et taxes, et toutes les autres cotisations et fidèlement volontiers. Et si la sécurité publique du pays et de la justice l'exigent, et le magistrat de la nécessité des salaires de guerre, qu'ils prévoient même leur vie et verser leur sang pour la sécurité publique et celle du magistrat. Et laissez-les faire cela au nom de Dieu volontairement, courageusement et joyeusement. Car celui qui oppose le magistrat provoque la colère de Dieu sévère contre lui-même.

Sectes et séditions Par conséquent, nous condamnons tous ceux qui sont méprisants du magistrat -. Rebelles, ennemis de l'Etat, des méchants séditieux, enfin, tous ceux qui, ouvertement ou sournoisement refuser d'exécuter toutes autres tâches qu'ils doivent.

Nous supplions Dieu, notre Père miséricordieux dans les cieux, qu'il bénira les chefs du peuple, et nous, et tout son peuple, par Jésus-Christ, notre unique Seigneur et Sauveur, à qui appartiennent la gloire, la gloire et action de grâces, pour tous les les âges. Amen.


Notes:

Reproduit de Confessions réformée du 16ème siècle par Arthur C. Cochrane. © Copyright 1966 WL Jenkins. La presse britannique.

Le Credo de ce qu'on appelle Athanase n'a pas été écrite par Athanase, mais remonte au IXe siècle. Il est donc appelé le «Quicunque" du mot d'ouverture du texte latin.

Le apostoliques étaient partisans d'un fanatique religieux, Gherardo Segarelli, de Parme, qui au XIIIe siècle voulait restaurer la pauvreté de la vie apostolique.



Aussi, voir:
Helvetic Confession


Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'