Le Coran, Coran ou Qora'anse

Informations générales

God is good. Dieu est bon.

There is no god but God, and Muhammad is his Prophet. Il n'ya pas de dieu que Dieu et Mahomet est son prophète.

Le Coran, ou Coran (arabe pour "récital"), est l'Ecriture Sainte de l'Islam. Les musulmans le reconnaissent comme mots réels de Dieu révélée au Prophète Muhammad entre c.610 et sa mort (632). Le texte contient 114 chapitres (sourates), disposées - à l'exception des sourate d'ouverture - environ selon la longueur, en commençant par les chapitres plus longs.

Le Coran, appelée glorieuse et merveilleuse (50:1; 72:1), se décrit comme une guérison et miséricorde, comme la lumière et les conseils de Dieu (17:82; 27:77; 41:44; 42:52), comme la vérité absolue (69:51), et comme un Livre explicite envoyé du ciel en arabe (12:1-2), partie par partie (17:106; 25:32), sur Muhammad Présenté comme un rappel béni et. une exhortation pour les gens partout (21:50; 38:87; 80:11-15), il appelle à la reconnaissance reconnaissante des nombreux signes, autour de nous et en nous (51:20-21), de la bonté de lui de dont tout bien vient (4:79) et engage un engagement total à celui qui seul est Dieu (112:1-4). annonçant le Jour du Jugement que l'accomplissement final de la menace de Dieu et sa promesse (21:97-104), il avertit les malfaiteurs et ceux qui sont ingrats (17:89; 25:50) mais apporte de bonnes nouvelles à ceux qui acceptent la direction du chemin le plus direct (17h09) et qui vivent en accord avec son message et ses commandements (concernant le mariage et divorce, les enfants et d'héritage, des aliments licites, butin de guerre, et ainsi de suite). Le texte affirme que son message n'est ni une invention humaine (comme son inimitabilité prouve, 17:88), ni une innovation, car elle confirme et clarifie les Ecritures que les juifs et les chrétiens ont reçu plus tôt (03h03; 05h15, 48; 35:31).

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Il est généralement admis que le texte standard du Coran, adoptée sous le règne (644-56) de l'Uthman calife, est basé sur la compilation d'un des secrétaires de Mahomet, Zayd Ibn Thalbit. En copiant calligraphique de ses versets, et en beaucoup d'autres manières aussi bien, les musulmans expriment leur dévotion à ce Ecritures qui, ils ont confiance, Dieu lui-même des montres (15:9).

Willem A. Bijlefeld

Bibliographie:
Ali, Abdullah Yusuf, le Saint Coran, 2 vol. (1937-1938, repr 1973.); Arberry, AJ, Le Coran Interprété, 2 vol. (1955, repr 1969.); De Bell, Richard, Introduction au Coran, éd. par W. Montgomery Watt, 2e éd. (1970); Jeffery, Arthur, Le Coran comme l'Ecriture (1952); Pickthall, Marmaduke, trans, Le Sens de la glorieuse Coran (1930;. Repr 1970)..


Le Coran ou le Coran

Notes de l'éditeur

Le prophète Mohammed était certes importante, et les musulmans devraient définitivement le respecter. Les notes suivantes / commentaires sont tous soigneusement fiables basées sur des œuvres universitaires islamiques, en particulier les premiers savants qui ont connu personnellement les faits et les personnes. Aucun de ces commentaires sont destinés à l'Islam et tous les dommages sont destinées à aider les musulmans et les autres à mieux connaître l'histoire et les antécédents du Saint Coran. Il semble que la majorité des musulmans ne sont jamais appris sur beaucoup de ces questions, et elles sont présentées ici dans la quête de l'honnêteté et la connaissance.

Comme mentionné dans l'article ci-dessus, le Coran est considéré par les musulmans d'être réellement les paroles de Dieu (Allah) en tant que donnée à leur Prophète. Il a été initialement écrit (en arabe) autour d'AD 645, autour de 10-15 ans après la mort de Mahomet.

En l'an 325 après JC, trois cents ans avant le Coran, les chrétiens ont établi le concept de la Trinité, comme étant un Dieu, qui semblait exister en tant que trois personnes différentes, le Père (YHWH ou Jéhovah), le Fils (Jésus) et le Saint-Esprit, et jamais varié de cela. Si le Coran est réellement la parole de Dieu (Allah), et non altéré en aucune façon car ils ont été donnés à Muhammad, il semble étrange que le Coran présente la Trinité chrétienne comme étant Dieu, Jésus et Marie! (Sourate 5:116) Cela semble impliquer que Dieu (Allah) a fait une erreur, ou Muhammad a fait une erreur, ou plus tard copistes / commentateurs a fait une erreur (plusieurs fois, comme à la sourate 5.77 et sourate 4.169). Les chercheurs voient les choses telles que des problèmes évidents, mais pratiquement tous les musulmans les négliger, et de considérer toute personne apportant des choses telles que blasphématoire.

Au cours des deux cents dernières années, les chercheurs ont trouvé des centaines de ces erreurs apparentes. Beaucoup sont dans des phrases qui ont mauvaise grammaire arabe. Il ont été répertoriés, soit 107 (al-Suyuti) ou 275 (Jeffery) mots dans le Coran, qui ne sont même pas l'arabe. Plusieurs dizaines de problèmes sont des histoires qui avaient longtemps été prouvées fausses, mais qui avait été publié dans les siècles précédents par les chrétiens et les juifs qui aberrante avait écrit des livres qui ressemblait livres bibliques, et qui sont maintenant appelés "apocryphes". De telles histoires qui étaient déjà connus mauvais apparaissent également dans le Coran. Si Dieu a dit de telles choses, ou de les Muhammed a annoncé, il semblerait que quelque chose cloche quelque part.

Il ya beaucoup de livres savants qui sont en impression qui discuter de ces erreurs très nombreuses et évidentes. L'Islam semble très déterminé à ignorer et réprimer de telles scolastique analytique de leur Coran et leur foi. Ils font régulièrement aller aussi loin que d'émettre des fatwas (sentences de mort) sur des auteurs comme Salman Rushdie (par l'ayatollah Khomeini, en 1989) pour des travaux d'édition que tout ce que la question de l'islam. En fait, peu après, des centaines d'auteurs et de journalistes ont été exécutés et enterrés dans des fosses communes, parce qu'ils avaient écrit des livres ou des articles critiques de l'islam.

Nous ne voulons pas entrer dans tous ces critiques, dont beaucoup semblent extrêmement convaincants, comme la Trinité / Mary semble être. Au contraire, notre intention ici est de présenter les aspects du Coran (et donc, de l'islam) qui sont parallèles à, et peut-être pris directement à partir de sources chrétiennes et juives. Par exemple, 502 versets dans 36 sourates du Coran sont au sujet de Moïse, directement à partir de la communauté juive du Pentateuque. Deux cent quarante-cinq versets dans les sourates 25 sont au sujet d'Abraham, de la même source, et 131 versets plus dans 28 sourates sont sur le point de Noé, également à partir du Pentateuque.

Il ya réellement une complication secondaire qui se pose dans ce domaine. La recherche moderne scientifique a découvert un certain nombre de défauts dans le libellé (moderne) de l'Livres Pentateuque juif, qui est généralement censé avoir eu lieu en raison de la copie imprécise par les scribes juifs au cours des siècles de nombreuses premières. Mais, comme le Coran présente ceux (savons maintenant être incorrecte) des histoires, qui semble impliquer que Dieu (Allah) soit trompé Muhammad comme à la vérité ou bien il n'a pas directement lui fournir, sauf à travers les sources antérieures.

Etendre cette pensée, réclamation de Muhammad que le Coran était «la Parole de Dieu" serait encore indirectement vrai, comme la majorité de la Coran 80000 mots, provenait en fait de manuscrits beaucoup plus anciens de Dieu, principalement le Pentateuque (Torah, ou Thora). C'est juste que les erreurs accumulées de ces documents antérieurs ont été absorbés dans le Coran comme un résultat. Que ce soit ou non réellement conversé avec Muhammad Dieu (Allah) dans ces grottes, certaines au moins du Coran est certainement directement fondée sur (vicié) manuscrits antérieurs attribués à Dieu / Allah.

Tradition musulmane affirme que l'un des généraux d'Othman avait demandé au Calife de faire une collection du contenu du Coran, parce que les différends graves avaient éclaté parmi ses troupes de différentes provinces en ce qui concerne la lecture correcte du Coran. Uthman ibn Zayd a choisi Thâbit pour préparer le texte officiel. Cette tradition indique que il a soigneusement révisé le Coran, en comparant des portions tenu par la fille d'Omar avec le sien, avec une analyse minutieuse sur le dialecte.

Une tradition différente de crédits reste Zayd, mais beaucoup plus tôt, durant la période très brève Abou Bakr comme calife. Dans ce cas, la motivation aurait été que tant de gens qui avaient connu le Coran par coeur était mort dans les batailles, et le souci a été de l'écrire avant qu'il ne pourrait être irrémédiablement perdu, et ce fut la version qui a ensuite été détenus par Omar fille, Hafsa.

Traditions autres sources indiquent qu'il a été recueilli au cours des califats de Umar ou Ali. Donc, il n'ya pas d'accord réel dans la Tradition de quand exactement ils ont été recueillis. La tradition Uthman est généralement considéré comme le plus probable.

Les musulmans aujourd'hui généralement insister pour que leur Coran est précisément le libellé de l'original, et ils ont donc critiquer les nombreuses «versions» de la Bible chrétienne (même si toutes les versions ceux qui sont en fait des traductions de la exactement la même source de manuscrits originaux grec et en araméen). Mais une telle affirmation est incorrecte. Il y avait au moins 14 différentes versions arabe du Coran dans l'usage commun d'environ 900 AD, et plus probablement plusieurs années. Ces surgi en raison de la méthode d'écriture et de copie qui existaient à cette époque. (Court) Voyelles n'ont pas été enregistrées, seules les consonnes. Les voyelles courtes pourraient parfois être représenté par un point virgule ou obliques, comme le tableau de bord au-dessus ou en dessous d'une lettre. En outre, les différences entre «b» et «t» et «e», qui sont identiques sauf pour les points (points) qui les distinguent, ne sont pas claires, car les points n'ont pas été enregistrés dans le texte consonantique de l'époque. Autres lettres / sons paires ont aussi des symboles identiques. Par conséquent, un lecteur ou un copiste pouvait parfois lire différents mots réels de la même série de symboles. Aucune question au sujet du libellé original a été impliqué, mais plutôt les nombreuses variations ont surgi en raison de l'écriture et la copie des textes.

En conséquence, un certain nombre de codex développés:

Très tôt:

Plus tard, le chercheur coranique Abou Bakr Ibn Mujahid (début AD 900) fixé sur un système de consonnes et un certain contrôle sur l'application des voyelles, qui a abouti à l'acceptation générale de sept systèmes de base.

Le qiraat Sept (ie, Lectures):
Les «sept lectures» ont été normalisés dans le deuxième siècle / huitième. Abou Bakr Ibn Mujahid (d. 936 AD), un érudit musulman du IXe siècle de l'Irak, a écrit un livre intitulé Les sept lectures, dans lequel il a choisi sept des modes dominants de la récitation comme le meilleur et le plus fiable transmis. D'autres ont par la suite défavorisées et même opposés, parmi eux les lectures d'Ibn Mas'ud et Ubay ibn Ka'b. Cependant, ce n'est pas de dire qu'il faut se limiter à une seule de ces sept lectures ou à eux tous. Ci-dessous sont énumérés à l'origine locale des sept lectures et les noms des lecteurs et certains émetteurs plus tard (dans «raawis» en arabe) qui leur sont liées:
Les lecteurs

Chacun de ces sept effectivement eu deux variantes, en raison de voies différentes (émetteurs):

Quatorze lectures acceptées en tout. Certains chercheurs reconnaissent encore plus, tels que:

Lieu / lecteur
Médine / Abu Ja'far (130/747)
Bassorah / Jacob (205/820)
Koufa / Khalaf (229/843)
Bassorah / Hassan al Basri (110/728)
La Mecque / Ibn Muhaisin (123/740)
Bassorah / Yahya al-Yazidi (202/817)
Koufa / al-A'mash (148/765)

Les sélectionnés «sept lectures» du Mujahid (début AD 900) ont été:
Lieu / Lecteur / Emetteur:

1. Médine / Nafi '(décédé 169H/785AD) / Qaaluun ou Warsh (d. 197H/812AD)
2. La Mecque / Ibn Kathir (mort en 119H/737AD)
3. Damas / Ibn 'Amir (d. 118H/736AD)
4. Bassorah / Abu 'Amr (d. 154H/771AD) / Suusi ou Duuri (d. 246H/860AD)
5. Koufa / Assim (d. 128H/746AD) / Hafs (d. 180H/796AD)
6. Koufa / Hamza (d. 156H/773AD)
7. Koufa / Al-Kisaa'i (d. 189H/805AD) / Duuri (d. 246H/860AD)

Lectures n ° 1 et 5 sont d'une importance particulière: la lecture transmis par Warsh est maintenant répandue en Afrique, sauf l'Egypte, tandis que, comme aujourd'hui dans presque toutes les autres parties du monde musulman, la lecture transmis par Hafs est observée.

Trois de ces prévalu dans les temps modernes, pour des raisons incertaines: Warsh (environ 800 après JC), Hafs (environ 800 après JC) et al-Duri Abou Amr (autour de 850 après JC), avec deux autres utilisés dans les petites régions. Cela représente cinq versions très différentes du Coran en cours d'utilisation par les musulmans dans différentes parties du monde. Leur justification séparée pour l'utilisation de leur version est étroitement associée à leur «chaîne» ou le chemin de l'information du prophète Mahomet.

Les cinq versions actuelles du Coran ne sont donc:

  1. Le transmetteur Hafs, qui est Hafs ibn Suleyman ibn Al-Al-Asadi Moughira Al-Kuufi (d. 180H):

    Son Qiraa'ah Hafs nommés par Assim est la lecture la plus populaire du Coran dans le monde d'aujourd'hui, sauf pour certaines régions d'Afrique. Hafs a été officiellement adopté par l'Egypte en 1924. Sa chaîne d'Assim:

    Il a entendu Assim ibn Abou Al-Najud Kuufi (d. 128h) qui a été Taabi'i, c'est à dire, parmi la génération suivante les Compagnons, qui a entendu d'Abu Abdur-Rahman Abdullah Ibn Habib As-Soulami, qui a entendu des Uthman ibn Affan et Ali ibn Abi Talib et Zayd ibn Thabit et Ubayy Ibn Ka'b, qui a entendu le Prophète (PSL).

  2. Le transmetteur Duuri, est Abu 'Amr ibn Hafs Omar Ibn Abdul-Aziz ibn Ad-Subhan Duuri Al-Baghdaadi (d. 246H):

    Son nom Qiraa'ah Duuri d'Abou Amr est populaire dans certaines régions d'Afrique comme la Somalie, le Soudan ainsi que dans d'autres régions. Sa chaîne de partir Abou Amr:

    Il a entendu Abu Muhammad ibn Yahya ibn Moubarak Yazidiyy Moughira (d. 202H), qui a entendu d'Abu 'Amr ibn Zuban' Ala Al-Maziniyy Busriyy (d. 154H), qui a entendu de la qiraat partir Sahaabis Ali et Othman et Abou Moussa et Omar et Ubayy Ibn Ka'b et Zayd ibn Thabit, qui a entendu le Prophète (PSL).

  3. Le transmetteur Warsh, qui est Abou Saïd Othman ibn Saïd Al-Misri, surnommé Warsh, (d. 197H):

    EH Qiraa'ah nommée Warsh de Nafi 'est très populaire en Afrique du Nord. Sa chaîne de Nafi ':

    Il a entendu Ibn Abdur-Rahman ibn Abou Al-Madani Nu'aim (d. 169H), qui a entendu de Abu Ja'far ibn Yazid Al-Qa'qaa «Nafi et Abu Dawud Abdur-Rahman ibn Al-Ormuz A ' Raj et Shaybah Ibn Al-Nisah Qaadhi et Abou Abdallah ibn Muslim Al-Djoundoub Houdhali et Abu Yazid ibn Rawh Ruman, qui a entendu d'Abu Hurayrah et Ibn Abbas et Abdallah ibn 'Ayyaash ibn Abi Rabii'ah, qui a entendu Ubayy Ibn Ka à partir' b, qui a entendu le Prophète (PSL).

  4. Le Suusi émetteur:

    Son nom Qiraa'ah Suusi d'Abou Amr se trouve aussi dans le monde dans de petites pièces.

  5. Le transmetteur Qaaluun, qui est l'imam Qaaluun:

    Son nom Qiraa'ah Qaaluun de Nafi 'est populaire dans des endroits comme la Libye en Afrique. Sa chaîne de Nafi ':

    Il a entendu Ibn Abdur-Rahman ibn Abou Al-Madani Nu'aim (d. 169H), qui a entendu de Abu Ja'far ibn Yazid Al-Qa'qaa «Nafi, qui a entendu Abdullah ibn Abbas et Abu Hurayrah, qui entendu Ubayy Ibn Ka'b et Zayd ibn Thabit, qui a entendu le Prophète (PSL).

En cas lecteurs musulmans devraient être grandement concernés: Les écarts entre ces différentes versions du Coran sont généralement assez petites et légères, bien qu'il existe un nombre considérable d'entre eux. Mohammed Fahd Khaaruun a publié une version du Coran (Hafs) qui contient les variantes de la 10 lecteurs Accepté dans ses marges. Environ 2 / 3 de l'ayat (versets) ont une sorte de lecture de la variante. La grande majorité des différences dans les voyelles inséré dans certains mots (en se souvenant que les premiers textes écrits en écriture coufique du Coran ne comportait pas les voyelles ou des signes diacritiques). Il semble y avoir une seule différence qui pourrait représenter un effet significatif sur la croyance que dans la sourate 2:184. Il ya beaucoup de discussions savants islamiques »sur ces nombreuses différences. Comme exemple d'un, en Hafs, sourate 2:140 lit taquluna, alors que dans Warsh, ce texte est dans la sourate 2:139 et lit yaquluna. Autre exemple: sourate 2:214 lit Hafs yaquula tout Warsh sourate 2, 212 lit yaquulu. Les érudits musulmans acceptent que de telles variations ne sont pas sérieusement altérer le sens des déclarations faites dans le Coran.

Le point principal étant faite ici est que les textes originaux associés avec le Prophète Muhammad ne sont pas remis en question, mais que la précision absolue et précise demandée par les musulmans au sujet de leur Coran moderne n'est pas tout à fait correct. La réalité de la situation est très semblable à la Bible chrétienne, qui avait un texte source originale, mais il existe maintenant dans une multitude de traductions de ce texte d'origine.


Une brève mention doit être faite concernant les "Versets sataniques" qui a inspiré l'auteur Salman Rushdie pour écrire le livre qui a provoqué sa condamnation à mort. Irrécusables sources musulmanes (Waqidi et al-Tabarî) indiquent que, avant la fuite à Médine, Mahomet était assis avec quelques dirigeants importants Mecque, à côté de la Kaaba, et il commença à réciter la sourate 53, qui décrit d'abord l'ange Gabriel, et le deuxième visites à Muhammad.

Le libellé était: «Que pensez-vous de Lat et Uzza et Manat la troisième à côté de ces femelles sont exaltés, dont l'intercession en vérité doit être recherchée?».

Ces références ont été quelques-uns des nombreux dieux adorés, puis les Mecquois, alors les mots semblent reconnaître l'existence et l'importance même d'entre eux, totalement opposé de ce que l'islam prétend (du Dieu unique, Allah). L'Islam dit que Mohammed était ensuite visité par Gabriel à nouveau, qui l'a réprimandé et lui a donné la "vraie" fin de ce verset, qui a éliminé la louange pour les dieux et l'a transformée en dénigrement. Ils considèrent ces versets initiale comme étant mises dans sa bouche par Satan, c'est à dire Versets sataniques.

Ces versets constituent un grave problème pour les musulmans. Avez cet événement vraiment eu lieu? Avez Muhammad fait l'éloge de ceux des dieux multiples pour être plus tard corrigé par Gabriel? Cela expliquerait pourquoi le texte du Coran auraient été révisé, mais il semble encore à quitter la réalité de l'événement original. Ces mots (d'origine) semble impliquer que Muhammad a été soigneusement cultiver les dirigeants mecquois en disant des choses qu'ils "politiquement" voulait entendre. Cette idée serait grandement atteinte à sa crédibilité en tant que prophète. Sa sincérité semble être en cause. D'autre part, si Satan était si facilement en mesure de mettre des mots dans la bouche du Prophète, combien la foi peut-on mettre en lui? Pourrait-il y avoir (beaucoup?) D'autres passages où Satan affecté le libellé du Coran, qui ne s'est jamais corrigé?

Il ya une autre question importante qui devrait être mentionné. Après Muhammad était devenu bien établi en tant que chef de Médine, il a considéré le retour à la Mecque pour la conquérir et de convertir la population il ya à l'islam. Très tard, il réalisa que son peuple n'était pas encore prêt pour une bataille, et il est entré en négociations avec les Mecquois qui concerne l'autorisation de faire un pèlerinage à la Mecque l'année suivante, en échange de promesses de Muhammad de quelques choses simples (la Paix de Hudaibiya). Muhammad a brisé ces promesses, selon les sources musulmanes accepté (comme Ibn Ishaq). Depuis qu'il avait fait ces promesses, comme Prophète, et dans un but religieux, le fait qu'il Dès les rompit, est parfois considéré comme un comportement non approprié à tout chef d'éthique, et certainement pas pour un prophète.

Enfin, nous énumérons les plus vénérés début commentateurs musulmans sur le Coran:

(Au plus tôt la traduction exacte en anglais du Coran a été par George Sale en 1734.


L'Ancien Testament (Bible) Les personnages également dans le Coran

Ancien Testament Coran
Aaron Harun
Abel Habil
Abraham Ibrahim
Adam Adam
Caïn Qabil
David Daud
Elias Ilyas
Élie Alyasa
Enoch Idris
Esdras Uzair
Gabriel Jibril
Gog (Gn 10:02; Ez 38) Yajuj
Goliath Jalut
Isaac Ishaq
Ismaël Ismail
Jacob Yacub
Job Aiyub
Jonas Yunus
Joshua Yusha '
Joseph Yusuf
Koré Qarun
Lot Lut
Magog (Gn 10:02; Ez 38) Majuj
Michael Mikail
Moïse Musa
Noah Nuh
Pharaon Firaun
Saul Talut
Salomon Sulaiman
Térach Azar


Le Coran ou le Coran

Extrait Début

650 AD

Traduit par EH Palmer

(Note du rédacteur: Cette traduction, apparemment acceptables par la plupart des musulmans, se réfère à Dieu comme Dieu, Jibril comme Gabriel, et les autres noms qui sont familiers de la Bible chrétienne Nous incluons cet extrait de ne croient pas en tant que guide religieux, mais d'aider les occidentaux. personnes dans les croyances musulmanes meilleure compréhension. Nous avons également mis en évidence certains textes pour la même raison.

Les musulmans croient fermement que le Coran est réellement d'Allah (Dieu) les mots. Parce qu'ils sont concernés que les traductions pauvres pourraient corrompre le vrai sens de ces mots, ils ne considèrent comme un valide Coran, celui qui a traduit le texte sur une page et l'arabe original sur le contraire. Ils estiment que de cette manière, la corruption ne peut pas se produire. Cet extrait ne permet évidemment pas de l'original arabe, les musulmans ne seraient pas si strict approuver.)


.

Le chapitre d'ouverture

I. La Mecque

Au nom du Dieu miséricordieux et compatissant. Louange à Dieu, le Seigneur des mondes, le Miséricordieux, le Compatissant, le chef de la jour du jugement! Toi que nous servons et nous Te demandons de l'aide. Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux Tu es gracieuse d'; pas de ceux es-tu irrité avec, ni de ceux qui s'égarent.

(Note du rédacteur: Ce chapitre d'ouverture (ou de la sourate), appelé Fatiha Fatiha ou, est inclus dans le cadre de toutes les prières religieuses des musulmans.)

Le Chapitre de la génisse

II. Medina

Au nom du Dieu miséricordieux et compatissant. Alif, Lam, Mim. C'est le livre! il n'ya aucun doute celle-ci; un guide pour les pieux, qui croient à l'invisible, et sont constants dans la prière, et de ce que nous leur avons donné en aumône dépensent; qui croient dans ce qui est révélé à toi, et ce qui a été révélé avant toi , et de l'au-delà ils sont sûrs. Ce sont dans l'orientation de leur Seigneur, et ce sont les plus prospère. Certes, ceux qui avoir des doutes, c'est la même chose pour eux si vous les avertir ou si vous ne les avertisses pas, ils ne croiront jamais. Dieu a mis un sceau sur leurs cœurs et sur leur audience et sur leurs yeux est obscurité, et pour eux c'est malheur grave. Et il y en a parmi gens qui disent: "Nous croyons en Dieu et au dernier jour,« mais ils ne croient pas. Ils seraient tromper Dieu et ceux qui ne croient, mais ils trompent qu'eux-mêmes et ils ne perçoivent pas. Dans leur cœur est une maladie, et Dieu les a rendus encore plus malades, et pour eux est grave malheur parce qu'ils ont menti. Et quand on leur dit: "Ne pas mal dans la terre, disent-ils,« nous faisons, mais ce qui est juste. "

Ne sont-ils les méchants? et pourtant, ils ne perçoivent pas. Et quand on leur dit: "Croyez comme les autres hommes croient, disent-ils,« Allons-nous croire que les imbéciles croient? N'ont-ils pas eux-mêmes les imbéciles? et pourtant ils ne savent pas. Et quand ils rencontrent ceux qui ont cru, ils disent: «Nous ne croyons,« mais quand ils vont de côté avec leurs diables, ils disent: «Nous sommes avec vous, nous étions, mais moqueur! Dieu se moquer d'eux et les laisser aller dans leur rébellion, confus et hésitants. Ceux qui achètent d'erreur d'orientation, de leurs profits du trafic n'est pas, et ils ne sont pas guidés. Leur ressemblance est que la ressemblance de celui qui allume un feu, et quand il s'allume tout autour, Dieu s'en va avec leur lumière, et les laisse dans l'obscurité qu'ils ne peuvent pas voir.

Surdité, mutisme, la cécité, et ils ne doivent pas revenir! Ou comme une tempête - nuage dans le ciel, où sont les ténèbres et le tonnerre et la foudre, ils ont mis leurs doigts dans leurs oreilles à la foudre - clap, de peur de la mort, car Dieu englobe les mécréants. La foudre et - des bribes quasiment hors de leur vue, chaque fois qu'il brille pour eux, ils y marcher, mais quand il est sombre pour eux, ils stopper, et si Dieu voulait, Il s'en allaient avec leur ouïe et la vue; en vérité, Dieu est puissant plus tous.

Ô folkloriques! servir votre Seigneur qui vous a créés et ceux d'avant vous; haply ye peuvent craindre! qui a fait la terre pour vous un lit et le ciel d'un dôme, et fait descendre l'eau du ciel, il fait surgir des fruits comme nourriture pour vous, donc ne font aucune pairs pour Dieu, le tout vous savez!

Et si vous êtes dans le doute de ce que nous avons révélé à notre serviteur, puis porter une sourate semblable et appelez vos témoins autres que Dieu, si vous dites la vérité. Mais si vous n'y parvenez pas, et vous sûrement pas, alors la peur du feu dont le combustible sera les gens et les pierres, préparé pour mécréants. Mais garder la bonne nouvelle à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, que pour eux sont des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux; quand ils sont fournis avec des fruits ci disent-ils, «C'est ce que nous ont été fournis à l'avant, et ils doivent être munis de etc, et il ya des femmes pures pour eux y sont, et ils demeureront éternellement.

Pourquoi, Dieu n'a pas honte d'exposer une parabole d'un moucheron, ou quelque chose au-delà, et comme pour ceux qui croient, ils savent que c'est la vérité du Seigneur, mais comme pour ceux qui ne croient pas, disent-ils, «Qu'est-ce que Dieu veut dire par là comme une parabole? Il égare beaucoup et il a de nombreux guides; »- mais il égare seulement les malfaiteurs; qui rompent l'alliance de Dieu après la fixation de celle-ci, et couper séparer ce que Dieu a ordonné d'unir, et faire le mal dans la terre; - ces, il est qui perdent.

Comment pouvez-vous croire en Dieu, lorsque vous étiez morts et Il vous a fait vivre, et puis il vous tuera et ensuite vous faire revivre, et ensuite à Lui que vous retournerez? C'est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est dans la terre, puis il a fait les cieux et façonné en faire sept cieux, et il connaît toutes choses.

Et lorsque ton Seigneur dit aux anges: «Je suis sur le point de placer un vicaire sur la terre, disaient-ils,« lieu Veux-tu y désigner un qui va faire le mal et y répandra le sang? nous célébrons Ta louange et Te sanctifier. " Saïd (le Seigneur), «Je sais ce que vous ne savez pas." Et Il apprit à Adam les noms, tous d'eux; puis Il les propounded aux anges et dit: «Déclare-moi les noms de ces derniers, si vous êtes véridiques. » Ils dirent: "Gloire à Toi! aucune connaissance est la nôtre, mais ce que tu as toi-même nous a enseigné, en vérité, Tu es le Omniscient, le Sage. " Le Seigneur a dit: "Ô Adam, Déclare-leur leurs noms;» et quand il avait déclaré à leurs noms, il dit: «N'ai-je pas vous le dis, je connais les secrets des cieux et de la terre, et je sais ce ye montrer et ce que vous ont été cachés? Et quand nous avons dit aux Anges: «Adorez Adam,« ​​ils adoraient le sauver Iblis seulement, qui a refusé et était trop fier et est devenu l'un des mécréants. Et nous dit: «Ô Adam, habite, toi et ta femme, au Paradis, et mangez amplement que vous le souhaitez, mais ne tirent pas à proximité de cet arbre ou que vous serez des transgresseurs.

Et Satan fait leur retour en arrière-ci et les chassèrent de ce qu'ils étaient, et nous dit: «Descendez, l'un de vous l'ennemi de l'autre, et dans la terre il ya une demeure et une disposition pour un temps." Et Adam attrapé certains mots de «son Seigneur, et Il se tourna vers lui, car Il est le seul compassion facilement tournée. Nous avons dit, «Aller en bas-ci tout à fait et il peut y haply vient pas de moi un guide, et celui qui suit mes conseils, pas de peur est la leur, ils ne seront point affligés. Mais ceux qui avoir des doutes, et de contacter notre signes de mensonges, ils sont les compagnons du Feu, ils demeureront éternellement. "

O enfants d'Israël! Rappelez-vous mes faveurs dont je vous ai favorisés par; remplir mon alliance et je vais répondre à votre alliance; moi donc redouter. Croyez à ce que j'ai révélé, en vérifiant ce que vous avez obtenu, et ne soyez pas les premiers à croire en elle, et ne pas troquer mes signes pour un prix peu, et me faites-vous peur. Habillez pas la vérité avec la vanité, ni cacher la vérité du tout vous savez. Soyez constants dans la prière, acquittent l'aumône, et incline-toi avec ceux qui s'inclinent. N'allez-vous pour les hommes à la piété et ne vous oublie? Ye lu le livre, faites-vous donc pas? Chercher de l'aide avec patience et la prière, mais il est une chose difficile à épargner pour l'humble, qui pensent qu'ils vont rencontrer leur Seigneur, et que Lui sera leur retour.

O enfants d'Israël! Rappelez-vous mes faveurs dont je vous ai favorisés avec, et que je vous ai préféré au-dessus des mondes. Craignez le jour où nulle âme ne payez aucun dédommagement pour une autre âme, ni l'intercession sera acceptée pour elle, ni de compensation soient prises d'elle, Et ils ne seront permis.

Lorsque nous vous sauvé des gens de Pharaon qui cherchaient à semer le mal et le malheur que vous, égorgeant vos fils et de laisser vos femmes; dans ce fut une grande épreuve pour vous, de votre Seigneur. Lorsque nous nous sommes divisés pour vous la mer et vous avez sauvé et s'est noyé les gens de Pharaon pendant que vous regardait.

Lorsque nous avons traité avec Moïse quarante nuits, alors vous prit le veau après qu'il était parti et que vous avez eu tort pourtant alors nous vous a pardonné après cela;.. Peut-être vous soyez reconnaissants Et quand nous avons donné à Moïse les Écritures et la discrimination, peut-être vous voudrez être guidé. Quand Moïse dit à son peuple: «Ô mon peuple! Vous avez vous fait du tort en prenant cette veau; repentir vers votre Créateur et s'entretuent, ce sera mieux pour vous dans les yeux de votre Créateur, et il tourna vers vous, car Il est le Compatissant facilement transformés ». Et quand vous avez dit à Moïse: «Ô Moïse! nous ne croirons pas en toi jusqu'à ce que nous voyons Dieu manifestement, et la foudre vous avez attrapé pendant que vous regardé encore. Puis nous vous ressuscités après votre mort, peut-être vous soyez reconnaissants. Et nous vous éclipsé avec le nuage, et fait descendre la manne et les cailles; «Mangez des bonnes choses que nous vous avons donné." Ils nous pas tort, mais c'étaient eux qu'ils étaient tort. Et quand on dit: "Entrez dans cette ville, et mangez-en comme vous voulez en abondance, et entrez par la porte adoration et dire 'hittatun. Ainsi aurons-nous le pardon de vos péchés, vous et donner plus à ceux qui font bien. "

Mais ceux qui n'ont mauvais, cela a changé pour un autre mot que celui qui leur a été dit: et nous fait descendre sur ceux qui n'ont pas, la colère du ciel pour ce qu'ils avaient si péché.

Lorsque Moïse, aussi, demandé à boire pour son peuple et nous dit: «Frappe avec ton bâton le rocher, et de lui éclater douze sources; chaque homme parmi eux connaissait sa place potable. «Mangez et buvez de ce que Dieu a pourvu, et transgressent pas sur la terre comme des malfaiteurs».

Et quand ils ont dit, Moïse, nous ne pouvons pas toujours garder une sorte de nourriture;. Priez donc ton Seigneur pour apporter de suite pour nous de ce que la terre se développe, ses herbes vertes, ses concombres, son ail, ses lentilles et ses oignons " Dit-il, "Ne vous demandez ce qui est plus méchant au lieu de ce qui est le mieux? Descendez à l'Egypte, - il ya ce que vous demandez ». Puis ils ont été frappés par l'humiliation et la pauvreté, et a rencontré la colère de Dieu. C'est parce qu'ils avaient mal cru dans les signes de Dieu et ont tué les prophètes injustement; ce fut pour qu'ils étaient rebelles et avait transgressé.

En vérité, que ce soit de ceux qui croient, ou ceux qui sont juifs ou chrétiens ou Sabéens, quiconque croit en Dieu et au Jour dernier et se réforment, ils ont leur récompense à la main de leur Seigneur, et il n'ya pas de crainte pour eux, ni seront point affligés.

Et quand nous avons pris un engagement avec vous et lieu de la montagne sur vous; «Acceptez ce que nous vous avons apporté avec une forte volonté, et garder à l'esprit ce qui y est, vous haply encore peut peur."

Puis ne vous détournez, après cela, et s'il n'y avait pas la grâce de Dieu envers vous et Sa miséricorde, vous aurait été de ceux qui perdent. Vous savez trop de ceux d'entre vous qui ont transgressé le Sabbat, et nous dit: «Je Deviens singes vous, méprisé et repoussé.

Ainsi nous leur avons fait un exemple à ceux qui se tenait devant eux, et ceux qui viendraient après eux, et un avertissement à ceux qui craignent.

Et quand Moïse dit à son peuple, Dieu vous commande d'abattage d'une vache, disaient-ils, «Es-tu faire une plaisanterie de nous?" Dit-il, je cherche refuge auprès de Dieu d'être l'un des insensés ». Ils ont dit, 'Alors, priez pour nous ton Seigneur pour nous montrer ce qu'elle doit être. " Il répondit: «Il dit que c'est une vache, ni vieille, ni jeune, d'âge moyen entre les deux, donc ne vous êtes que de soumission." Ils ont dit, 'Priez maintenant ton Seigneur pour nous montrer ce que sa couleur est d'être ". Il répondit: «Il dit qu'il est une vache Dun, Dun intensément, sa couleur de ravir ceux qui recherchent sur elle."

Encore une fois ils ont dit: "Priez, ton Seigneur pour nous montrer ce qu'elle doit être, car les vaches semblent être les mêmes pour nous;. Alors nous, si Dieu le veut, sera guidé» Il répondit, il dit, c'est une vache, pas cassé pour labourer la terre ou l'irrigation du champ de labour, un son sans tache sur elle. Ils ont dit: «Maintenant que tu as apporté la vérité." Et ils lui ont abattus, mais ils s'approchèrent laissant annulée.

Lorsque vous avez tué trop une âme et contestée alors, et Dieu a apporté de suite ce que vous avait caché, puis on l'a dit, «le frapper avec une partie d'elle. Ainsi, Dieu apporte la vie aux morts et vous montre Ses signes, afin que vous compreniez.

Pourtant étaient vos cœurs endurcis, même après que, jusqu'à ce qu'ils étaient comme des pierres ou plus difficile encore, car en vérité, des pierres sont des flux à partir de laquelle éclata, et d'eux il ya certains qui brise en éclats et les questions de l'eau dehors, et d'eux il ya des certains qui tombent par crainte de Dieu, mais Dieu n'est jamais insouciant de ce que vous faites.

Ne vous envie qu'ils devraient vous croire quand déjà une secte d'entre eux ont entendu la parole de Dieu et ensuite perverti après l'avoir compris, bien qu'ils savaient?

Et quand ils rencontrent ceux qui croient qu'ils disent, «Nous croyons», mais quand on va avec un autre côté ils disent: «Ne voulez-vous leur parler de ce que Dieu a ouvert pour vous, qu'ils puissent discuter avec vous sur elle avant que votre Seigneur? N'êtes-vous pas comprendre? N'ont-ils pas alors sachez que Dieu sait ce qu'ils cachent et ce qu'ils font connaître à l'étranger?

Et certains d'entre eux, il ya, folk analphabètes, qui ne connaissent pas le livre, mais seulement des rêveries, car ils ne font que de fantaisie. Mais malheur à ceux qui écrivent sur le livre avec leurs mains et dire 'ce n'est de «Dieu; d'acheter celui-ci un petit prix! et malheur à eux à ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à ce qu'ils gagnent!

Et puis ils disent, «feu de l'enfer ne doit pas toucher nous sauver d'un certain nombre de jours." Dis: "Avez-vous pris un engagement avec Dieu? mais Dieu ne brise pas son alliance. Ou dites-vous de Dieu, ce que vous ne connaissez pas?

Oui! Celui qui gagne un gain mal, et est entourée par ses péchés, ceux sont les boursiers du Feu, et ils demeureront éternellement! Mais, comme se réforment, ce sont les boursiers du Paradis, et ils demeureront éternellement!

Et quand nous avons pris la part des enfants d'Israël une alliance, en disant: «Servez-vous Dieu seul, et à vos deux parents, faire preuve de bonté et de ta parenté et les orphelins et les pauvres, et de parler aux hommes avec bonté, et d'être fermes dans la prière, l'aumône et de; 'et alors vous retourné, sauf quelques-uns de vous, et fait une embardée de côté.

Et quand nous avons pris alliance de vous, "cabane-vous pas votre cousin de sang, ni transformer vos compatriotes hors de leurs maisons:« alors n'avez-vous le confirmer et en sont les témoins Pourtant vous avez été de ceux qui tuent vos frères et tourner une partie de. leurs maisons, et le dos les uns les autres contre eux avec le péché et l'inimitié. Mais si ils viennent à vous en tant que captifs vous les racheter! - Et pourtant il est tout aussi illégal pour vous de les tourner. Ne croyez-vous donc dans une partie du Livre et rejetez en partie? Mais la récompense d'un tel milieu de vous comme cela doit être rien d'autre, mais ignominie dans cette vie mondaine, et le jour de la résurrection ils seront conduits à la tourmente le plus grave, car Dieu n'est pas inattentif à ce que vous faites.

Ceux qui ont acheté cette vie mondaine avec l'avenir, le châtiment ne sera pas allégé d'eux et ils ne seront permis.

Nous avons donné à Moïse le Livre et nous lui avons suivi avec les autres apôtres, et nous avons donné à Jésus fils de Marie et des signes manifestes l'a aidé avec le Saint-Esprit. Ne vous donc, à chaque fois un apôtre vient à vous avec ce que vos âmes aiment pas, fièrement son mépris et de charge une partie de mentir et tuer une partie?

Ils disent: "Nos cœurs sont incirconcis" dis-je, Dieu les a maudits dans leur incrédulité, et il est peu qui croient. Et quand un livre est descendu de Dieu confirmant ce qu'ils avaient avec eux, mais qu'ils avaient avant prié pour la victoire sur ceux qui avoir des doutes, mais quand ce vint à eux dont ils savaient, alors ils l'ont mécru, - la malédiction de Dieu soit sur les mécréants.

Pour une mauvaise affaire ont-ils vendu leur âme, de ne pas croire en ce que Dieu a révélé, à contrecœur, car Dieu fait descendre de sa grâce le veut parmi Ses serviteurs, il va, et ils ont apporté sur eux-mêmes la colère après la colère et de la mécréants est là Malheur honteux.

Et quand on leur dit de croire en ce que Dieu a révélé, disent-ils, «Nous croyons en ce qui a été révélé à nous,« mais ils ne croient pas en tout à côté, même si c'est la vérité confirmant ce qu'ils ont. Dis: «Pourquoi n'avez-vous tuer les prophètes de Dieu d'autrefois, si vous étiez de vrais croyants?

Moïse vint à vous avec des signes manifestes, alors vous pris avec le veau quand il était allé et l'a fait mal. Et quand nous avons pris un engagement avec vous et soulevé la montagne sur vous, «Prenez ce que nous vous avons donné avec une résolution et d'entendre ; ont-ils dit, "Nous avons entendu, mais désobéir, et elles ont été faites à boire le veau en leurs cœurs pour leur incrédulité. Dis: "une mauvaise chose est-il que vos offres croire que vous faites, si vous êtes de vrais croyants." Dis: «Si la demeure de l'avenir avec Dieu est à vous seul et non de l'humanité:. Longue pour la mort alors si vous êtes véridiques» Mais ils ne seront jamais longtemps pour qu'elle raison de ce que leurs mains ont préparé, mais Dieu, c'est de savoir que les injustes.

Pourquoi, tu trouveras les plus gourmands d'hommes pour la vie, et de ceux qui associent d'autres avec un seul Dieu aurait bien voulu vivre mille ans, - mais il ne sera pas gracié de la peine en étant laisser vivre, car Dieu voit ce qu'ils font .

Dis: «Qui est l'ennemi de Gabriel? car il a révélé à ton cœur, avec la permission de Dieu, la confirmation de ce qui avait été auparavant, et une bonne nouvelle orientation et de plaisir pour les croyants. Qui est l'ennemi de Dieu et Ses anges, à Ses apôtres et Gabriel et Michael? - En vérité, Dieu est un ennemi pour les incroyants, nous avons fait descendre vers toi des signes visibles, et aucun ne croient pas y sauf les méchants.. Ou chaque fois qu'ils concluent un pacte, sera une partie d'entre eux le répudier? Mais la plupart d'entre eux ne croient pas.

Et quand il vient à eux un apôtre confirmant ce qu'ils ont, une partie de ceux qui ont reçu le livre du livre répudier Dieu, il coulée derrière leur dos, comme s'ils ne savaient pas et ils suivent ce qui les démons récité contre le royaume de Salomon.; - il n'était pas Salomon qui mal cru, mais les démons qui mal cru, l'enseignement de sorcellerie des hommes, - et ce qui a été révélé aux deux anges de Babylone, Harout et Marut; pourtant ces enseignait pas un jusqu'à ce qu'ils ont dit, 'Nous sommes une tentation, mais , donc ne pas avoir des doutes. " Hommes apprendre d'eux que celui par lequel ils peuvent partie homme et femme, mais ils peuvent nuire à personne avec celle-ci, sauf avec la permission de Dieu, et ils apprennent ce qui fait mal entre eux et les profits eux non. Et pourtant ils savaient que celui qui aurait acheté aucune partie dans le futur, mais plus triste est le prix

(Continue...)


Le Coran ou le Coran

Extrait: Sourate 19.16 à 21; 3,45 à 48

En ce qui concerne Jésus et Marie

Voici! les Anges dirent: "Ô Marie Dieu t'annonce la bonne nouvelle d'une Parole de Lui, son nom sera Jésus-Christ, le fils de Marie, qui s'est tenue en l'honneur dans ce monde et l'au-delà et de plus proches de Dieu, il parlera! pour le peuple dans l'enfance et à la maturité. Et il doit être des justes. " «Comment, ô mon Seigneur, j'ai un fils, quand aucun homme ne m'a touchée?" demandé à Marie. Il dit: «Ainsi: Dieu crée ce qu'Il veut, quand Il décide une chose, il n'a qu'à dire:" Sois "et il est Et Dieu lui enseignera le Livre et la Sagesse, la Thora et l'Evangile.".


Coran

Information catholique

Le livre sacré des musulmans, par qui il est considéré comme la révélation de Dieu. Complété par le Hadith dits, ou les traditions, elle est le fondement de l'islam et l'autorité finale dans le dogme et la croyance, dans la jurisprudence, le culte, l'éthique et au social, familial, et la conduite individuelle.

Le Coran le nom, ou mieux le Coran, de la langue arabe Qara'a souches, "à lire", "réciter", signifie la "lecture", la "récitation", c'est à dire le «Livre» par excellence. Il est aussi appelé - pour sélectionner quelques-uns des nombreux titres - "Alkitab" (le livre), "Furquan" ("libération", "délivrance", de la révélation), "Kitab-ul-lah" (Livre de Dieu), «Al-tanzîl» (La Révélation). Il se compose de 114 sourates ou chapitres, certains étant presque aussi longtemps que le Livre de la Genèse, d'autres, mais composé de deux ou trois phrases. Il est plus petit que le Nouveau Testament, et dans sa forme actuelle n'a pas l'ordre chronologique ou d'une séquence logique.

CONTENU ET ANALYSE

Le Coran contient dogme, légendes, l'histoire, la fiction, la religion et la superstition, social et familial des prières lois, les menaces, la liturgie, les descriptions fantaisistes de paradis, l'enfer, le jour du jugement, la résurrection, etc - une combinaison de réalité et la fantaisie souvent dépourvus de la force et l'originalité. Les parties les plus honorables sont celles dans lesquelles les influences juives et chrétiennes sont clairement perceptibles. L'analyse qui suit est basé sur l'arrangement chronologique, Sir William Muir (op. cit. Infra).

Première période

Sourates 103, 91, 106, 101, 95, 102 104, 82, 92, 105 - Rhapsodies, qui pourrait avoir été composée avant Mahomet a eu l'idée d'une mission divine, ou d'une révélation directe du ciel.

Deuxième période (de l'ouverture du ministère de Mahomet)

Sourate 96, la commande de «réciter le nom du Seigneur»; sourate 113, sur l'unité et l'éternité de la Divinité; sourate 74, la commande de prêcher, la dénonciation de l'un des chefs de la Mecque qui se moquaient de la résurrection , incroyants menacés de l'enfer; sourate 111, Abou Lahab (l'oncle du Prophète) et son épouse sont maudits.

Troisième période (à partir du début du ministère public de Mahomet à l'émigration Abyssinie)

Sourates 87, 97, 88, 80, 81, 84, 86, 90, 85, 83, 78, 77, 76, 75, 70, 109, 107, 55, 56, les descriptions de la résurrection, le paradis et l'enfer, avec les références à l'opposition croissante de la tribu Qoreich.

Quatrième période (de la sixième à la dixième année du ministère de Mahomet)

Sourates 67, 53, 32, 39, 73, 79, 54, 34, 31, 69, 68, 41, 71, 52, 50, 45, 44, 37, 30, 26, 15, 51, à partir des récits des Écritures juives et de légendes rabbiniques et arabes; le compromis temporaire avec l'idolâtrie est liée à la sourate 53.

Cinquième période (à partir de la dixième année du ministère de Mahomet à l'Vol de La Mecque)

Sourates 46, 72, 35, 36, 19, 18, 27, 42, 40, 38, 25, 20, 43, 12, 11, 10, 14, 6, 64, 28, 22, 21, 17, 16, 13 , 29, 7, 113, 114. Les sourates de cette période contiennent certains récits de l'Évangile, enjoindre les rites du pèlerinage, de réfuter les tracasseries de l'Qoreich, et contiennent des descriptions vivantes de la résurrection, du jugement, le ciel et l'enfer, avec des preuves de l'unité de Dieu, la puissance et la providence . Progressivement, les sourates deviennent plus longs, certains d'entre eux remplissant de nombreuses pages. Dans les sourates tard de la cinquième période passages Médine sont souvent interpolées.

Dernière période (sourates révélées à Médine)

Cette période inclut les sourates suivantes:

Sourate 98: sur les bons et les mauvais Juifs et les Chrétiens.

Sourate 2, la plus longue dans le Coran, est appelée la «sourate de la Vache" de la vache rousse décrite dans le verset 67 comme ayant été sacrifiés par les Israélites à la direction de Moïse. Il s'agit d'une collection de passages sur des sujets divers, livrés au cours des deux ou trois premières années après le vol. La plus grande partie concerne les Juifs, qui sont parfois exhortés et parfois réprouvée. Récits bibliques et rabbiniques abondent. Cette sourate contient l'ordre de changer la Qibla (la prière ou la direction) une dénonciation des citoyens mécontents de la Médina, des injonctions à se battre, la permission de porter les armes dans les mois sacrés et de la matière beaucoup plus de caractère législatif promulgué en premier atteignant Médina, avec passages d'une date ultérieure interpolées.

Sourate 3 appartient en partie à la fois immédiatement après la bataille de Bedr. Les Juifs sont visés en termes d'hostilité. L'entretien avec Christian députation de Najran (versets 57-63) est d'une date ultérieure. Passages portant sur le pèlerinage d'adieu sont introduits avec d'autres (probablement) les textes antérieurs sur les rites du pèlerinage.

Sourate 8 contient des instructions sur le partage du butin à Badr. Certaines parties sont dans le style ancien et le mecquois Qoreich sont fréquemment appelés. Dans la sourate 47 guerre et d'abattage sont enjoint, et idolâtres de la Mecque menacés. Dans la sourate 62, les Juifs sont dénoncés pour leur ignorance; l'office du vendredi est de primer des engagements laïques. Dans la sourate 5, les Juifs sont vilipendés; les doctrines des chrétiens sont contestées; elle contient également les ordonnances civiles et des instructions diverses.

Sourate 59, sur le siège et l'expulsion des Banou Nadhir.

Sourate 4 intitulée «femmes», de la grande partie consacrée au traitement des femmes et la relation des sexes. Il ya aussi des ordonnances relatives au droit des successions et des préceptes généraux, social et politique. Mecquois idolâtres doivent être évités, et il ya animadversion contre les Juifs. Les "mécontents" sont blâmés pour avoir pris de la part des Juifs.

Sourate 65: sur des sujets de divorce et sœurs, avec quelques observations religieuses.

Sourate 63: menances contre «Obéissez à Abdallah ibn pour son langage trahison à l'expédition contre les Banu Mustaliq.

Sourate 24: revendication de «Ayisha, avec le droit de la preuve d'infidélité conjugale, et les préceptes divers.

Sourate 33, composé de portions couvrant l'année AH 5. Le mariage du Prophète avec Zeinab, l'épouse de son fils adoptif, est sanctionné. Il ya différents passages sur les relations conjugales de Mahomet, le siège de Médine, et la chute de l'Qoreitza Banu.

Sourate 57: injonctions à se battre et contribuer aux dépenses de la guerre. Les chrétiens mécontents sont avertis. Sont mentionnés en termes gentiment.

Sourate 61: sur la guerre, la victoire rapide est promis. - Les sourates restantes appartiennent exclusivement aux cinq dernières années de la vie du Prophète.

Sourate 48 se réfère à la trêve de Hodeibia, et la perspective de la victoire et gâter être obtenu ailleurs.

Sourate 60: sur le traitement des femmes qui, après la trêve, sont venus de la Mecque; idolâtres de la Mecque doit être évité.

Sourate 66: sur l'affaire de Mohammed et la servante copte.

Sourate 49: blâmant la profession des Arabes bédouins comme sincère, réprimandant la députation qui a appelé les grossièrement à la porte de Mohammed, et exhortant les croyants contre la méfiance et manque de charité entre eux.

Sourate 9 traite de la campagne pour Tebuk (AH 9). Il s'ouvre avec la «libération» promulguée au pèlerinage de la même année et déclare l'antagonisme de l'islam à toutes les autres religions. Tous les musulmans, mais sont exclus de la Mecque et les rites du pèlerinage. Les idolâtres sont menacés d'abattage et de l'esclavage. La guerre est déclarée contre les Juifs et les Chrétiens jusqu'à ce qu'ils soient humiliés et rendre hommage. Cette sourate est appelée "le chapitre croisade", et dans les premières campagnes a été souvent lu sur le terrain avant la bataille.

DOCTRINE

La doctrine du Coran seront entièrement discutés dans l'article sur la religion de l'Islam. Il suffit de noter ici que la doctrine peut être classé en quatre catégories:

la foi, ou ce qu'il faut croire;

la pratique ou de culte;

l'éthique, ou ce qu'il faut faire et ce qu'il faut éviter;

morale, les leçons historiques et légendaires de la prise canonique, mais surtout apocryphes, Ecritures chrétiennes et juives, et du paganisme arabe contemporaine et ancienne.

L'ordre chronologique et PARTICULARITÉS des sourates

Divers efforts ont été faits par des écrivains et des érudits musulmans européens pour organiser l'ordre chronologique sourates, mais arrangement Noldeke est généralement considérée comme la plus plausible. Il divise les sourates mecquoises et Médine en, à savoir celles livrées à la Mecque avant le vol ou l'Hégire, et ceux livrés à Médine après le vol. Les sourates mecquoises sont divisés en trois périodes. Pour la première (de la première à la cinquième année de la mission de Mahomet) appartiennent les sourates suivantes: - 96, 74, 111 106, 108, 104, 107, 102, 105, 92, 90, 94, 93, 97, 86, 91, 80, 68, 87, 95, 103, 85, 73, 101, 99, 82, 81, 53, 84 100, 79, 77, 78, 88, 89, 75, 83, 69, 5l, 52, 56, 55 , 112, 109, ll3, 114, et 1. Pour la deuxième période (la cinquième année et sixième de sa mission) sont affectés sourates 54, 37, 7L, 76, 44, 50, 20, 26, 15, 19, 38, 36, 43, 72, 67, 23, 21 , 25, 17, 27 et 18. Pour la troisième période (de la septième année à l'Vol) appartiennent les sourates suivantes: 32, 41 45, 16, 30, 11, 14,12, 40, 28, 39, 29, 31, 42, 10, 34, 35 , 7, 46, 6 et 13. Les sourates Médine sont ceux qui restent, dans l'ordre suivant: 2, 98, 64, 62, 8, 47, 3, 61, 57, 4, 65, 59, 33, 63, 24, 58, 22, 48, 66 , 60, 110, 9 et 5.

Les caractéristiques des sourates et des diverses périodes au cours desquelles ils ont été livrés est décrit par M. Palmer comme suit:

En effet une seule et constante de la Mecque sourates Mahomet est d'amener ses auditeurs à une croyance en un Dieu seulement, ce qu'il fait par de puissants affiche rhétoriques plutôt que des arguments logiques, en faisant appel à leurs sentiments plutôt que de leur raison; en énonçant la manifestation de Dieu dans ses œuvres, en appelant la nature pour témoigner de sa présence, et en proclamant sa vengeance contre ceux qui associent d'autres dieux avec lui, ou descendants lui attribuent. L'appel a été renforcé par des images rougeoyante du bonheur dans le magasin pour ceux qui doivent croire, et par des descriptions épouvantables de l'tourments éternels préparé pour les mécréants. Dans les chapitres précédents, aussi, l'inspiration prophétique, la conviction sincère de la vérité de sa mission, et l'émotion violente que son sens des responsabilités lui a causé sont clairement indiquées. Le style est laconique, grandiose, et souvent presque sublime; les expressions sont pleines de sentiment poétique, et les pensées sont sincères et passionnés, bien que parfois faible et confus, indiquant l'excitation mentale et le doute à travers laquelle ils ont lutté pour la lumière.

Dans la seconde période de l'sourates mecquoises, Mohammed semble avoir conçu l'idée de rompre lui-même encore de l'idolâtrie de ses compatriotes, et de donner à la divinité suprême d'Allah un autre titre, Ar-Rahman, "le miséricordieux". Les Mecquois, cependant, semblent avoir pris ces derniers pour les noms de divinités distinctes, et le nom est abandonné dans les derniers chapitres.

Dans les sourates de la période mecquoise seconde nous trouvons d'abord les longues histoires des prophètes d'autrefois, le stress étant particulière déposé sur le châtiment qui s'abattit sur leurs contemporains pour les incrédules, la morale est toujours la même, à savoir que Mohammed est venu précisément dans des circonstances similaires, et que la négation de la vérité de sa mission serait apporter sur ses concitoyens le châtiment auto-mêmes. Ils montrent également l'étape de transition entre l'enthousiasme intense et poétique de l'chapitres mecquois précoce et l'enseignement calme de ceux tard Médine. Ce changement est progressif, et même dans la suite et la plus prosaïque, nous trouvons parfois des passages dans lesquels le feu anciennes prophétiques clignote une fois de plus. Les trois périodes sont de nouveau marquée par les serments qui se produisent à travers le Coran. Dans la première période, ils sont tous fréquents et souvent longs, les pouvoirs de la nature entière est invoquée pour témoigner de l'unité de Dieu et la mission de Son Apôtre, dans la seconde période, ils sont plus courts et des plus rare; dans la dernière période ils sont carrément absents.

Pour comprendre les sourates Médine nous devons garder à l'esprit en position de Mohammed à l'égard des différentes parties dans cette ville. Dans la Mecque, il avait été un prophète avec peu d'honneur dans son propre pays, considérés par certains comme un fou, et par les autres comme un imposteur, tous deux également douloureuse pour lui, tandis que sa suite se composait des plus pauvres et plus humble de ses concitoyens. Son clan propres, pour la raison qu'ils étaient hommes de son clan et à aucune autre, les affronts ressentiment contre lui. Dans Médine, il apparaît comme un chef militaire et un prince, mais encore loin de posséder une autorité absolue. Autour de la ville ont été, d'abord, les vrais croyants qui avaient fui avec lui el Muhagerin; prochain, les habitants de Yathrib, qui avait rejoint lui et qui ont été appelés El Ansar, «les aides», et enfin, une grande classe qui sont parlé par le nom peu flatteur des Munafiqun ou "hypocrites", composé de ceux qui sont allés à sa cause de la peur ou la contrainte, et enfin ceux «dont le cœur est la maladie", qui, tout en croyant en lui, ont été empêchés par des tribus ou des les liens familiaux d'aller vers lui ouvertement. Abdallah ibn Ubai était un chef dont l'influence exploité fortement contre Mahomet, et ce dernier a été obligé de le traiter pendant longtemps presque comme un égal, même après qu'il avait perdu son pouvoir politique.

L'autre partie à Médine était composée des tribus juives installés dans et autour de la ville de Yathrib. Les Juifs furent d'abord regardé comme les partisans les plus naturelles et probables de la nouvelle religion, qui était de confirmer leur. Ces différentes parties avec les Arabes païens de la Mecque et les chrétiens sont les personnes avec lesquelles l'sourates Médine essentiellement affaire. Le style des sourates Médine ressemble à celle de la troisième période de la révélation mecquoise, plus terre-à-fait la nature des incidents liés ou les préceptes donnés s'élevant dans une grande mesure pour le langage plus prosaïque dans laquelle ils sont exprimés.

L'autre partie au Ivledinah était composée des tribus juives installés dans et autour de la ville de Tathrib. Les Juifs furent d'abord regardé comme les partisans les plus naturelles et probables de la nouvelle religion, qui était de confirmer leur. Ces différentes parties avec les Arabes païens de la Mecque et les chrétiens sont les personnes avec lesquelles l'sourates Médine essentiellement affaire. Le style des sourates Médine ressemble à celle de la troisième période de la révélation mecquoise, plus terre-à-fait la nature des incidents liés ou la comptabilité préceptes donnés dans une grande mesure pour le langage plus prosaïque dans laquelle ils sont exprimés. Dans la sourates Médine, le prophète n'est plus d'essayer de convertir ses auditeurs par des exemples, des promesses, et des avertissements, il les traite comme leur prince, en général, les félicitant ou de les blâmer pour leur comportement, et en leur donnant des lois et des préceptes que l'occasion l'exigeait. (Le Coran dans "Livres sacrés de l'Orient», I, Oxford, 1880, p. LXI, LXII, et LXIII).

SOURCES

Les sources du Coran sera réduite à six:

L'Ancien Testament (canoniques et apocryphes) et l'hybride le judaïsme des écoles rabbiniques fin. Pendant l'époque de Mahomet, les Juifs étaient nombreux dans de nombreuses régions d'Arabie, en particulier autour de Médine. Familiarité avec eux est responsable de nombreuses undoubtly histoires de l'Ancien Testament fait allusion dans le Coran. Plus tard, le judaïsme et le rabbinisme sont également bien représentés (Geiger, «Était-chapeau de Mohammed aus dem Judenthum aufgenommen?", Wiesbaden, 1833, tr «Judaïsme et l'Islam", Madras, 1898.).

Le Nouveau Testament (canoniques et apocryphes) et diverses doctrines hérétiques. Dans ses voyages entre la Syrie, Hijaz, et au Yémen, Mohammed avait toutes les chances de venir en contact étroit avec yéménite, Abyssin, Ghassanite, et les chrétiens syriens, particulièrement hérétique. Ainsi, alors que l'influence du christianisme orthodoxe sur le Coran a été légère, apocryphes et hérétiques légendes chrétiennes, d'autre part, sont l'une des sources originelles de la foi coranique. (Voir Muir, op cit infra, 66-239;... Tisdall, «les sources originales du Coran", Londres, 1905, 55-211)

Sabéisme, une combinaison du judaïsme, le manichéisme, et le vieux paganisme défiguré babylonien.

Zoroastrisme. En raison de l'influence politique de Perse dans la partie nord-orientale de l'Arabie, il est naturel de trouver des éléments zoroastriens dans le Coran.

Hanifism, les adhérents d'elle, appelée hanifs, doit avoir été considérable en nombre et en influence, comme il est connu de sources arabes contemporaines que douze des disciples de Mahomet étaient des membres de cette secte.

Natif croyances anciennes et contemporaines païens d'Arabie et les pratiques.

Wellhausen a recueilli dans son "Heidentums Reste des Arabischen" (Berlin, 1897) tout ce qui est connu de pré-islamiques d'Arabie païenne croyances, traditions, coutumes et superstitions, dont beaucoup sont soit fait allusion à ou acceptés et intégrés dans le Coran. De diverses sectes et croyances, et Abul-Fida, l'historien bien connu et géographe du XIIe siècle, il est clair que les croyances et pratiques religieuses des Arabes de la forme jour de Mohammed l'une des nombreuses sources de l'islam. De cette source païenne islam dérivée des pratiques de la polygamie et l'esclavage, où Mohammed sanctionnés par leur adoption.

AUTEUR, COMPILATION

Il est généralement admis que le Coran est sensiblement le travail de Mahomet. Selon les traditionalistes, il contient la révélation pure, il ne savait ni lire ni écrire, mais que, immédiatement après, il pouvait faire les deux, d'autres croient que, même avant la révélation qu'il pouvait lire et écrire, tandis que d'autres, encore, nier qu'il ne pourrait jamais faire ainsi. Ainsi, il est incertain si l'un des sourates ont été écrites par le Prophète lui-même ou le tout livré par lui oralement et par écrit par la suite par d'autres de la mémoire.

Le Coran est écrit en arabe, en prose rimée, le style diffèrent considérablement dans les sourates différentes, selon les différentes périodes de la vie du Prophète. La langue est universellement reconnue comme la forme la plus parfaite de la parole arabe, et est rapidement devenu la norme par laquelle d'autres compositions littéraires arabes devaient être jugés - grammairiens, lexirographers, et des rhéteurs présumant que le Coran, étant la parole de Dieu, ne pouvait pas tort ou imparfaite.

Auditeurs de Mohammed a commencé par faire confiance à leurs souvenirs à conserver les mots de la révélation qu'ils avaient reçue de lui. Plus tard, ceux qui pourraient leur écrire tracée en caractères anciens sur feuilles de palmier, les peaux tannées, ou les os secs. Après la mort du Prophète tous ces fragments ont été recueillis. Zaid ibn Thabit, disciple de Mahomet, a été chargé par Abou Bekr, le calife, à recueillir tout ce qui pouvait être découverte du texte sacré en un seul volume. Les chapitres ont ensuite été classés selon leur longueur et sans égard à la séquence historique. La révision faite vingt ans plus tard les détails concernés du langage du texte. La meilleure édition et la plus accessible du Coran est celle de Flügel, "Al-Coran: Corani textus Arabicus" (Leipzig, 1834 et depuis lors). Maracci est fameuse traduction latine du Coran, avec une réfutation et de commentaires, est toujours unique et utile: «Alcorani textus Universus" (Padoue, 1698). Les versions standard en anglais sont celles de Vente (Londres, 1734) avec un essai toujours utile d'introduction; Rodwel (Londres, 1861), classées par ordre chronologique, et Palmer dans "Livres sacrés de l'Orient" (Oxford, l880).

Publication d'informations écrites par Gabriel Oussani. Transcrit par Joseph P. Thomas. L'Encyclopédie Catholique, Volume VIII. Publié 1910. New York: Robert Appleton Société. Nihil obstat, Octobre 1, 1910. Remy Lafort, STD, Censeur. Imprimatur. + John Farley Cardinal, Archevêque de New York


Le Coran ou le Coran

Point de vue de l'information juive

Les écritures sacrées de l'Islam. Selon la croyance mahométane, fondée sur le témoignage même du livre, le Coran est composé de révélations séparées par Dieu daignait à Mohammed par l'ange Gabriel (sourate II. 91, xxv. 34). Ils ont été prononcés en arabe (xxvi 195) et étaient donc tout d'abord pour les Arabes, qui avaient auparavant reçu aucune manifestation de la volonté de Dieu (XXXIV 43). Ils ont été conçus, aussi, pour confirmer les anciens livres de la Torah et les Evangiles, et de conduire l'humanité dans le droit chemin (III, 2, et al.). Mohammed est, par conséquent, le messager de Dieu (xcviii. 2, etc) et le sceau des Prophètes (XXXIII 40). Dans la fleur de la vie de cet homme remarquable, dont le tracé en aucun developmentis documents authentiques, volontairement retiré dans la solitude. Là, par des vigiles et le jeûne, il tomba en transe religieuse, dans laquelle il se sentait inspiré pour avertir ses congénères d'un jugement imminent.

Forme de révélation.

Les parties les plus anciennes du Coran représentent le résultat matériel de cette inspiration. Ils reflètent un degré extraordinaire d'excitation dans leur langue dans leurs phrases courtes et abruptes et dans leurs transitions soudaines, mais néanmoins ils ont soigneusement maintenir la forme rimée, comme les oracles et les formules magiques des prêtres païens arabes (Al-A ' sha, dans Ibn Hisham). Ce formulaire est conservé dans les sections plus tard aussi, dans certains de laquelle le mouvement est calme et l'expositif style. Le livre, qui est environ égale à la taille du Nouveau Testament, a été mis en place longtemps après la mort du prophète, et ses 114 sections ont été organisées sans aucun égard pour l'ordre chronologique.

Citations du Coran se trouvent dès la période d'activité de Mohammed à La Mecque (Ibn Hisham, ibid. P. 226). Les fragments les plus anciens peuvent avoir été récité par le prophète lui-même devant une bande de disciples, mais probablement une petite, qui ne pouvaient plus facilement les préserver, soit oralement ou par écrit. Les extraits suivants, en se référant aux articles les plus importants de la foi enseignée par le Coran, vous donnera une idée approximative de sa langue et le mode de pensée:

Allah et de création.

"Allah est le Créateur des cieux et la terre; quand il dit:" Sois "il est" (II, 111;. Iii 42, 52). "Lui qui détient les clefs de l'Inconnaissable Aucun sait qu'il lui sauver;. Son est la compréhension de tout ce qui est dans la terre et dans la mer, et aucune feuille ne tombe à son insu» (VI, 59). "Si Dieu te touche mal, il n'y a personne pour l'enlever le sauver, et s'il te veulent du bien, il n'y a pas de restreindre sa générosité" (X. 107). "Ne pas les incrédules voir que les cieux et la terre formaient une masse jusqu'à ce que nous leur gousse en morceaux et faites tout ce qui vit de l'eau" (XXI 31). «C'est lui qui a nommé le soleil pour une luminosité; Il a créé la lune pour la lumière et ordonné son gares, afin que vous sachiez le nombre des années et le calcul d'eux» (X, 5). «Le bétail, de même, Nous avons créé pour vous, en sont la chaleur et beaucoup de profit, et d'eux vous mangez en eux la beauté est là pour vous quand vous les chercher de leurs pâturages, et quand vous les chassez de faire paître.. Ils portent vos fardeaux lourds à des villes dont vous ne pouviez atteindre autrement, sauf avec la misère de l'âme grande: en vérité, votre Seigneur est compatissant et miséricordieux "! «Les chevaux, aussi, at-il créé, et des mules et des ânes, pour vous permettre de monter sur et pour une parure» (xvi, 5-8). «C'est lui qui envoie la pluie du ciel, dont vous buvez, d'où poussent les arbres par lequel vous paître vos troupeaux." "Il fait du maïs de croître, et les olives, et les paumes des mains, et les raisins, et toutes sortes de fruits: en vérité, est présent un signe à ceux qui reflètent" (XVI. 10, 11). "Il est soumis à la mer à vous, que vous pouvez manger leur viande fraîche et faisons sortir des ornements qui vous portez, et tu peux voir les navires qui naviguent sur elle» (xvi, 14). «C'est Lui qui vous a créés de poussière, puis d'une goutte, puis de sang coagulé, et puis vous avoir fait sortir les enfants, puis vous atteindre votre pleine puissance, puis vous deveniez vieux hommes-bien que certains d'entre vous sont pris tôt et alors vous rejoindre l'heure fixée pour vous »(xl. 69).

Jugement dernier; Résurrection.

«O hommes, vous! Craignez votre Seigneur! En vérité, le tremblement de terre de l'Heure est une chose puissante!" «Le jour vous verrez cela, chaque femme allaitant son enfant n'oublierai sucer, et chaque femme avec enfant jeté dehors son fardeau, et tu verras les hommes ivres, alors qu'ils n'ont rien bu» (XXII, 1, 2). «Et le jour où nous déplacer les montagnes, et tu verras la terre une plaine unie, et nous allons rassembler tous les hommes ensemble, et ne laisser aucun d'entre eux en arrière: alors ils seront traduits devant ton Seigneur dans les rangs sont maintenant. Vous êtes venus pour nous que nous que vous avez créée dans un premier Nay, mais vous pensé que nous n'aurions jamais faire Notre promesse de bons et chacun recevra son livre, et tu verras les pécheurs en alarme à ce qui s'y trouve;! et ​​ils diront «Hélas pour nous! quel livre est-ce, en laissant ni petit ni grand non numérotées! Et ils y trouvent ce qu'ils ont fait, et ton Seigneur doit traiter injustement avec rien »(XVIII. 45-47). "Nous allons mettre soldes juste pour le Jour de la Résurrection, et aucune âme ne sera mauvaise; même si elle est le poids d'un grain de moutarde, Nous allons l'amener» (xxi.48). «En vérité, ceux qui croient, et ceux qui sont juifs, et les Sabéens, et les chrétiens, et les mages, et ceux qui se joignent à d'autres dieux avec Dieu, en vérité, Dieu décidera entre eux, au Jour de la Résurrection» (XXII, 17).

Enfer et Paradis.

«En vérité, Nous avons préparé pour les injustes un feu, la fumée de quoi les cernera, et si elles appel à l'aide qu'ils doivent être aidés avec de l'eau comme du métal fondu, qui sera brûlant les visages» (XVIII. 28). «Mais pour ceux qui avoir des doutes, pour eux sont découpés des vêtements de feu, et ce sera versée sur leur tête l'eau bouillante, ce qui est dans leurs ventres et leurs peaux, sera dissoute;. Et pour eux sont des massues de fer dans la mesure du leur douleur ils sortiront, ils doivent être repoussée en elle »(XXII, 20-22). «Non, quand la terre sera écrasé avec concassage sur le broyage, et ton Seigneur viendra, et les anges, rang sur rang, et l'enfer ce jour-là doivent être rapprochés sur cet homme-jour doit être rappelé! Mais comment il a avoir un rappel? Il dira: "Est-ce que j'avais préparé dans ma vie pour ça!" Mais ce jour aucun ne sera puni d'un châtiment comme la sienne, et aucun ne sera lié de chaînes comme sa! " (Lxxxix. 22-27).

"Ce jour-là il n'y aura visages joyeux, bien heureux de leurs actes passés, dans un jardin où les nobles ils entendront aucun discours vains; lequel se trouve une fontaine qui coule; canapés dans lesquels sont élevés et mis en gobelets, et des coussins posés dans l'ordre, et tapis répandre! " (Lxxxviii. 8-16). «En vérité, les justes habiter parmi délices, assis sur des divans, ils doivent le regard sur eux; tu peux reconnaître dans leurs visages, l'éclat de bonheur, ils doivent être donnés à boire du vin qui est scellé, dont le sceau est musc; pour cela laisser le aspirants aspirent! Et il doit être tempéré par Tasnim, un ressort de laquelle thosethat s'approchera de Dieu boire »(lxxxiii. 22-28). «O toi qui es l'âme au repos! Retourne vers ton Seigneur, ainsi le plaisir et lui plaire! Et entrer parmi mes serviteurs, et entrer dans mon paradis» (lxxxix. 27-30).

Ancien et Nouveau Testament Stories.

Bien que les passages cités ici contiennent de nombreuses phrases originales et des chiffres, ils sont souvent pas sans rappeler des passages semblables dans l'Ancien et Nouveau Testaments. Ces points de contact sont les plus nombreux parce que Mahomet répète plusieurs récits bibliques. On les trouve surtout dans les sourates plus tard, qui ont toutes les caractéristiques de sermons. Les principaux sujets tirés de l'Ancien Testament sont: la création; Caïn et Abel; Noé, Abraham et ses fils, Jacob et ses fils; Moïse et Aaron; Saül, David et Salomon, Job et Jonas, mais à partir du Nouveau Testament, outre Jésus et Marie, que John est mentionné. Dans des récits de l'Ancien Testament le Coran suit souvent les légendes de la Haggadah de juifs plutôt que de récits bibliques, comme Geiger a souligné dans son «Était-Hat Muhammad aus dem Judenthume Aufgenommen?" (Bonn, 1834;.. 2e éd Berlin, 1902). Ainsi, l'histoire de la destruction d'Abraham des idoles dans la maison de son père, et sa réponse à ceux qui a demandé qui l'avait fait (XXI 58-64), d'accord avec Gen R. XVII;. Le signe que sobre, Joseph du péché (XII. 24) correspond à Soṭah 36b; le refus de Moïse à accepter la nourriture de la femme égyptienne (XXVIII 11) parallèles Soṭah 12b, et le compte de Salomon et la reine de Saba (XXVII,) harmonise avec le commentaire de Targum Sheni à Esther I. 13.

Pour beaucoup de ces récits empruntés, les sources sont inconnues. Ainsi, par exemple, l'histoire dans le "Sefer ha-Yashar" de la femme égyptienne qui coupent les doigts dans la confusion à la beauté de Joseph (XII. 31) est basé sur le récit mahométan, et aucune source juive plus celle-ci est connue. Pour la légende de Samiri, comp. "ZDMG" lvi. 73.

Dans sa version de l'histoire de Jésus du Coran montre plus de dépendance à l'apocryphe que sur les Évangiles canoniques. Ainsi l'histoire de donner la vie à l'oiseau d'argile (iii. 43, v. 110) se trouve dans l'Évangile de Thomas (dir. Tischendorf, ii. 2). Le récit de la nourriture merveilleuse Mary (iii. 32) est donné dans le Protévangile de Jacob, viii., Ainsi que la coulée de lots pour les soins de son (ch. IX.), Trouvés dans iii. 39.

En outre, il existe de nombreuses variantes, en particulier dans le cas des noms propres, qui sont dues à la confusion de la part de Mahomet lui-même. Ainsi, les désirs Pharaon de construire une tour (XXVIII 38), l'histoire étant basée sur le compte de Nimrod (Josephus, «Ant». I. 4, § § 2-3); par une confusion avec Miriam, Marie est appelée la sœur d'Aaron (xix. 29); Haman est le serviteur de Pharaon (XXVIII 38), et Azar devient le père d'Abraham (VI, 74)-une réminiscence dans l'esprit de Mohammed sur le nom de Eliezer (comp. aussi, pour le compte d'Idris [xix. 57], Nöldeke dans "Zeit Assyr. fourrure». XVII. 83).

Application de citations et de références.

Il ya des anachronismes fréquents dans les enseignements de Mahomet. Ainsi, la réglementation concernant la prière et l'aumône est mentionné en relation avec les compacts de Dieu avec Israël (v. 15), Dieu avait ordonné à Moïse et à Aaron d'offrir des lieux de prière en Egypte (X. 87), et la destruction de la femme de Lot a été préordonné par la Dieu (XV. 60). D'autres ajouts ont été faits pour s'adapter aux conditions arabe, tels que la description du bâton de Moïse (XX. 19), la raison assignée pour son approche de buisson ardent («Je vous apporterai une marque flamboyant d'elle»; xxvii. 7) ; crucifixion sur palmiers comme une punition (XX. 74), et Joseph en tant que gardien des bagages de ses frères (XII. 17;. comp Wellhausen, «Skizzen», iv 157;. pour la description de la gloire de Salomon, "plats aussi grand que les citernes ";. comp Al-A'sha, à Al-Mobarrad, 4, 14).

Une modification fondamentale, qui a une incidence directe sur les Arabes et sur la Mecque, se trouve dans l'histoire d'Abraham et ses fils, le Coran représente le patriarche biblique comme le fondateur du sanctuaire de La Mecque. Ismaël n'est pas mentionnée avec lui jusqu'à la sourates plus tard, alors que, selon les précédentes, Isaac et Jacob sont les fils d'Abraham: sans doute une confusion dans l'esprit de Mahomet (comp. Snouck, «Het Mekkaansche Feest», p. 32 ). Dans tous les récits bibliques qui se trouvent dans le Coran les mots placés dans la bouche des haut-parleurs sont destinés à véhiculer des opinions et des croyances de Mohammed. La relation de Mohammed aux Mecquois, mais c'est à peine déguisée sous les avertissements des prophètes individu à un peuple pécheur, et dans les réponses de ce dernier. Il convient de noter à cet égard sont les mots d'Adam et Eve (VII. 22); d'Abel (v. 32); de Noé (VII. 57, 59;. Xi 27); des mécréants au temps de Noé (VII. 58; xi 34, 45, 48);. de Jacob (XII. 99); de Joseph (XII. 33, 37); de Moïse (VII. 103, xxviii 15);. des magiciens égyptiens (XX. 75), et de Jésus (xix. 31).

Quelques légendes, en plus des récits bibliques, ont été prises dans le Coran, comme la légende d'Alexandre le Grand, avec «les deux cornes» (XVIII. 82 et suiv.), Qui est dérivé d'une source syriaque ( Nöldeke », Beiträge zur Geschichte des Alexanderromans,.», p. 32); la légende des Sept Dormants (XVIII. 8 et suivants;.. comp Koch, «Die Legende Siebenschläfer», Leipzig, 1883; Guidi, «Testi Orientali inediti Sopra I Sette Dormienti di Efeso, "Rome, 1885); de la légende de Moïse et le serviteur de Dieu (XVIII. 64 et suivants);. et l'histoire de sommeil de cent ans (II. 261;. maquette de l'histoire des Honi ha-Me'aggel, Yer Ta'an iii 66d;... Guidi, "Sette Dormienti», p. 103).

Le Coran contient aussi natif légendes arabes, apparemment quelque peu modifié dans la forme, qui sont inclus pour la morale qu'ils véhiculent. A cette catégorie appartiennent les histoires de la destruction de la Thamud (le Θαμουδῆνοι de Diodore de Sicile, III 44;. Ptolémée, VI 7, 21;.. "Notitia dignitatum", éd Seeck, p. 58, 59, 73), sur compte de leur désobéissance à leur prophète (VII. 71, et al.); de l'Madyan (VII. 83, et al;.. le de la Bible et le Mαδιάμα de Ptolémée, VI 7, 27), et de la " Annonce (XI. 62, et al.), un terme général pour un mythologiques, les hommes préhistoriques (comp. Nöldeke, "Fünf Mu'allakat," iii. 31, dans "Sitzungsberichte der Wiener Akademie», 1903). Ici aussi, appartiennent l'histoire de la rupture du barrage, au Yémen (XXXIII 14) et le discours placé dans la bouche de Lukman (xxxi. 12 et suiv.), Qui est dans les vieux poèmes mentionedlikewise arabe. Le Coran, en outre, comprend de nombreux passages d'un caractère législatif et d'une date ultérieure. Celles-ci contiennent des règlements concernant le pèlerinage (II. 185); à jeun (II. 181); l'aumône (II. 273 et suivants, lxiv 17 et suiv...); Le butin de guerre (VIII), le mariage (IV, 23 , et al);. héritage (IV. 2, et al);. etc. Dans ces portions, également, les expressions typiques des passages antérieurs relatifs à des articles de foi se reproduisent comme des interpolations dans le texte lui-même. La langue du Coran est détenu par les Mahométans d'être un modèle inégalé de la perfection. Un observateur impartial, cependant, trouve de nombreuses particularités en elle. Particulièrement remarquable est le fait qu'une phrase dans laquelle quelque chose est dit au sujet d'Allah est parfois suivie immédiatement par une autre dans laquelle Allah est le haut-parleur, des exemples de cela sont sourates xvi. 81, XXVII. 61, xxxi. 9, et xliii. 10 (comp. aussi xvi. 70). Beaucoup de particularités dans les positions des mots sont dus à des nécessités de la Rime (lxix. 31 LXXIV. 3), tandis que l'utilisation de nombreux mots rares et de nouvelles formes peuvent être tracées à la même cause (comp. surtout xix 8, 9. , 11, 16). Voir aussi l'islam, Mohammed.

Bibliographie:
Flügel, Corani Textus Arabicus, Leipzig, 1869; Concordantiœ Corani Arabicœ, ib. 1842; HO Fleischer, Beidhawii Commentarius dans Coranum, i., ii, ib.. 1846-1848; Wherry, un commentaire complet sur le Coran, avec des notes supplémentaires et corrections, 4 vol, Londres, 1883-1886;. Ullmann, Der Coran aus dem Arabischen Uebersetzt, 6e éd, Bielefeld, 1862;. Kasimirski, Le Coran , Traduction Nouvelle, Paris, 1864; EH Palmer, traduction du Coran, dans les volumes SBE. vi. et ix, Oxford, 1880;. Th. Nöldeke, Geschichte des Qorans, Göttingen, 1860.GS Fr.

La dépendance de Mohammed sur ses professeurs juifs ou sur ce qu'il a entendu de la Haggadah juive et les pratiques juives est maintenant généralement admis. Le sujet a d'abord été traitée à partir d'un point de vue général par David Mill, dans son «Oratio Inauguralis de Mohammedanismo e Veterum Hebraeorum SCRIPTIS Magna ex parte Composée" (Utrecht, 1718), et par H. Lyth dans son «Quo Successu Davidicos Imitatus Hymnos Asseyez-Muhammed »(Upsala, 1806-1807). Geiger epoch-making de travail a jeté les bases pour l'étude du Coran dans sa relation aux écritures juives. J. Gastfreund, dans son "Mohamed nach und Talmud Midrasch» (t. I, Berlin, 1875, ii, Vienne, 1877;.. III, Leipzig, 1880), a tenté de montrer les parallèles, également, plus tard, dans la littérature mahométane; mais pas toujours avec succès, comme l'a souligné Sprenger («ZDMG" xxix. 654). Parallèles supplémentaires sont donnés par Grünbaum (ib. xliii. 4 et suiv.). Le sujet a reçu un traitement exhaustif des mains de M. Hartwig Hirschfeld, dans son "Jüdische Elemente im Coran" (1878), dans ses «Beiträge zur Erklärung Coran des" (Leipzig, 1886), et plus particulièrement dans ses "nouvelles recherches dans le la composition et l'exégèse du Coran "(Londres, 1902;. comp les remarques du mois d'août Müller".. Theologische Literaturzeitung », 1887, n ° 12, col 278 et suiv.)

Traductions en hébreu.

Traductions en hébreu du Coran ne sont pas inconnus, et des fragments de ces questions peut être enterré dans genizahs orientales. Avant ces traductions ont été faites une translittération en caractères hébreux simples suffi. Des portions d'une telle translittération se trouvent dans la Bodleian Manuscrit n ° 1221 (n ° 529 = Hunt), les premières parties de ce qui est encore ponctuée; sur la marge sont des traductions en hébreu de certains passages et les références à la Bible et la littérature haggadic ; le manuscrit est dans un script modernes rabbiniques espagnols. Des fragments de manuscrits supplémentaires sont dans les bibliothèques de la Deutsche Gesellschaft Morgenländische (de la Crimée;. Voir Rödiger dans "ZDMG" xiv 485), le Vatican (Cod. 357, 2), et le pari de Vienne ha-Midrash (Pinsker, n ° 17). Dans la liste un libraire cité dans "JQR" xv. 77 est mentionné un volume contenant la Torah, le Targum, et le Coran liés (). Une traduction en hébreu du mot latin a été faite au XVIIe siècle par Jacob b. Israël ha-Levi, rabbin de Zante (d. 1634, voir Neubauer, "Cat Bodl Hebr MSS....» N ° 2207), et, dans les temps modernes, par Herrman Reckendorf (, Leipzig, 1857). Une traduction en espagnol de la sourate 70 («Al-Mi'raj") a été faite au XIIIe siècle, sous l'impulsion d'Alphonse X, par le médecin de Tolède, Don Abraham: une version française de cette suite a été faite par Bonaventura De Sève. Citations du Coran, soit à des fins polémiques ou dans les traductions de l'arabe, se trouvent parfois dans les écrits en hébreu (par exemple, dans ceux de Saadia Gaon et Hai). Simon Duran (1423), dans sa critique du Coran (voir «Keshet u-Magen", éd Steinschneider, dans "Ozar Tob,« 1881.), Des citations du Coran, mais il mêle des citations telles avec d'autres de la Sunna, et prend sans doute eux de traductions d'œuvres d'Averroès. Dans certaines traductions de l'arabe, les citations du Coran ont parfois remplacé par des citations de la Bible (par exemple, à Al-Bataljusi, et dans les traductions Juda Nathan de Ghazali "al-Maḳaṣid Falasifah»).

Richard Gottheil, Siegmund Fränkel
Jewish Encyclopedia, publiés entre 1901-1906.

Bibliographie:
Steinschneider, Hebr. Bibl. pp 309, 339, 591, 854; ZDMG XV. 381, XLVIII. 354; JQR XII. 499; Polemische Literatur, pp 313-316.G.


De plus, voir:
L'islam, Muhammad
Coran, Coran
Piliers de la foi
Abraham
Testament d'Abraham
Allah
Hadiths
Apocalypse - hadiths du livre 1 de al-Bukhari
La conviction - hadiths du livre 2 d'al-Bukhari
Connaissance - hadiths du livre 3 de al-Bukhari
Temps des Prières - hadiths 10 du livre d'al-Bukhari
Le raccourcissement de la prière (Au-Taqseer) - hadiths 20 du livre d'al-Bukhari
Pèlerinage (Hadj) - hadiths 26 du livre d'al-Bukhari
Qui luttent pour la cause d'Allah (djihad) - hadiths 52 du livre d'al-Bukhari
L'unité, l'unicité d'Allah (TAWHEED) - hadiths 93 du livre d'al-Bukhari
Hanafiyyah l'école de théologie (sunnites)
Malikiyyah l'école de théologie (sunnites)
Shafi'iyyah l'école de théologie (sunnites)
Hanbaliyyah l'école de théologie (sunnites)
Maturidiyyah Théologie (sunnites)
Ash'ariyyah Théologie (sunnites)
Mutazilah théologie
Ja'fari Théologie (chiites)
Nusayriyyah Théologie (chiites)
Zaydiyyah Théologie (chiites)
Kharijiyyah
Les imams (chiites)
Druzes
Qarmatiyyah (chiites)
Ahmadiyyah
Ismaël, Ismail
Début de l'histoire islamique Aperçu
Hégire
Averroès
Avicenne
Machpela
La Kaaba, pierre noire
Ramadan
Sunnites, Sunnites
Chiites, chiites
La Mecque
Medina
Sahih al-Bukhari
Soufisme
Wahhabisme
Abu Bakr
Abbassides
Ayyubides
Omeyyades
Fatima
Fatimides (chiites)
Ismaéliens (chiites)
Mamelouks
Saladin
Seldjoukides
Aisha
Ali
Lilith
Calendrier islamique
Interactive calendrier musulman


Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'