Conseils Latran

Informations générales

Les conseils de Latran avait cinq conciles œcuméniques de l'Eglise catholique romaine a tenu au cours des siècles 12ème, 13ème, et 16ème au Palais du Latran à Rome. Le premier Concile du Latran (1123) a été appelé par le pape Calixte II à ratifier le concordat de Worms (1122), qui a officiellement mis fin à la longue controverse investiture. Le deuxième concile du Latran (1139) a été convoqué par le pape Innocent II de réaffirmer l'unité de l'Eglise après le schisme (1130-1138) de l'antipape Anaclet II (d. 1138). Il a également condamné les enseignements d'Arnold de Brescia. Le troisième concile du Latran (1179), convoqué par le pape Alexandre III, a pris fin au schisme (1159-1177) de l'antipape Calixte III et ses prédécesseurs. Elle a également limité les électeurs du Pape aux membres du Collège des Cardinaux.

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Bien que chacun des trois premiers conciles du Latran décrète un certain nombre de mesures de réforme, le quatrième Concile de Latran (1215), convoqué par le pape Innocent III, était le plus important des conseils Latran. Assisté par plus de 1000 hommes d'Église de toute la chrétienté, le Conseil a sanctionné une définition de l'Eucharistie dans laquelle la transsubstantiation mot a été utilisé officiellement pour la première fois. Le Conseil a également tenté d'organiser une nouvelle croisade en Terre Sainte et d'encourager les efforts en croisade contre les Albigeois et les Vaudois. Beaucoup de préceptes toujours contraignant sur les catholiques romains (comme l'obligation de Pâques, ou par obligation, de la confession annuelle et la Sainte Communion) ont été adoptées lors de ce conseil. À bien des égards, le Conseil a marqué un sommet dans la puissance et le prestige de la papauté médiévale. Le cinquième concile du Latran (1512-1517), convoqué par le pape Jules II et poursuivi par le pape Léon X, a été convoquée dans le but de la réforme, mais les principales causes de la Réforme ont été laissés intacts. Son décret le plus significatif était une condamnation de Conciliarisme.

T. Tackett


Conseils Latran

Informations avancées

Les Conseils Latran étaient cinq conciles œcuméniques de l'Eglise catholique romaine, qui s'est tenue au Palais du Latran, à Rome.

Premier Concile du Latran

Le premier de ces conseils a été tenue en 1123 sous le pontificat de Calixte II, il fut le premier concile général tenu à l'Ouest. Sa décision la plus importante a été la confirmation du concordat de Worms (1122), qui a pris fin à la controverse entre les autorités ecclésiastiques et laïques sur l'investiture. Le Conseil a également adopté les canons interdisant la simonie et le mariage des prêtres, et il a annulé les ordonnances de l'antipape Grégoire VIII (qui régna de 1118 à 1121).

Second Concile du Latran

Le deuxième Concile a eu lieu en 1139 sous le pape Innocent II (r. 1130-1143). Il a été appelé pour guérir le schisme provoqué par l'antipape Anaclet II (r. 1130-1138) et l'excommunication décrétée pour ses disciples. Le Conseil a renouvelé les canons contre le mariage des prêtres et interdit les tournois dangereux.

TROISIÈME concile du Latran

Le troisième conseil a eu lieu en 1179 sous le pape Alexandre III. Il a établi la procédure pour l'élection d'un nouveau pape par un conclave de cardinaux, décrétant que le vote des deux-tiers du conclave était nécessaire pour l'élection.

Concile de Latran IV

Le quatrième conseil a eu lieu en 1215 sous le pape Innocent III. Le plus important des conseils Latran, il a été assisté par deux patriarches orientaux, des représentants de plusieurs princes séculiers, et plus de 1200 évêques et des abbés. Parmi ses 70 décrets ont été une condamnation de deux sectes religieuses, les Cathares et les Vaudois, une confession de foi contenant, pour la première fois, une définition de la transsubstantiation; une ordonnance interdisant la fondation de nouveaux ordres monastiques; une exigence que tous les membres de l'Église d'Occident confesser et communiquer au moins une fois par an, et des dispositions pour la convocation d'une nouvelle croisade.

CINQUIÈME concile du Latran

Le cinquième concile a été appelé par le pape Jules II en 1512 et poursuivi par le pape Léon X, se terminant en 1517. Il interdisait l'impression de livres, sans l'autorité ecclésiastique et approuvé le concordat entre Léon X et François I er, roi de France, qui a abrogé les libertés de l'Église française.


Premier Concile du Latran (1123)

Informations générales

Le Conseil de 1123 est comptée dans la série des conciles œcuméniques. Elle avait été convoquée en Décembre, 1122, immédiatement après le concordat de Worms, laquelle entente entre le pape et l'empereur avait causé une satisfaction générale dans l'Eglise. Il a mis un terme à l'arbitraire de l'attribution des bénéfices ecclésiastiques par des laïques, rétabli la liberté des élections épiscopales et abbatiales, séparé du spirituel affaires temporelles, et ratifié le principe que l'autorité spirituelle peut émaner que de l'Eglise, enfin c'est tacitement aboli la prétention exorbitante de les empereurs de s'immiscer dans les élections papales. Si profond était l'émotion causée par ce concordat, le premier jamais signé, que dans de nombreux documents de l'époque, l'année 1122 est mentionnée comme le début d'une ère nouvelle. Pour sa confirmation solennelle de plus et en conformité avec l'ardent désir de l'archevêque de Mayence, Calixte II convoqua un conseil à laquelle tous les archevêques et évêques de l'Ouest ont été invités. Trois cents évêques et plus de six cents abbés assemblés à Rome en Mars, 1123; Calixte II a présidé en personne. Les originaux (instrumenta) du concordat de Worms ont été lus et ratifié, et vingt-deux canons disciplinaires ont été promulguées, la plupart d'entre eux des renforts de précédents décrets conciliaires.

H. LECLERCQ
Transcrit par Tomas Hancil
De: L'Encyclopédie Catholique, Volume IX
Nihil obstat, Octobre 1, 1910.
Remy Lafort, Censeur
Imprimatur. John M. Farley, Archevêque de New York


Le premier Conseil général de Latran, 1123

Informations avancées

Dans le 550 ou de tant d'années entre le premier des Conseils généraux et que, dont l'histoire vient d'être dit, il n'a jamais été plus de 130 ans sans avoir été convoqué le Conseil général [1] Mais entre ce huitième de 869. - 70 et que nous sommes maintenant à considérer, il s'étend sur un intervalle deux fois plus longtemps - assez de temps pour une révolution pour avoir appelé un nouveau monde en étant, et pour ce nouveau monde d'avoir oublié que l'ancien avait jamais été; un intervalle légèrement supérieure à celle qui sépare Luther de Napoléon, ou Elizabeth II de la reine Anne.

Dans ce long espace, 870 - 1123, la révolution il y avait eu, et l'Eglise catholique grandement affectée. Le Conseil général de 1123 est, en fait, une sorte de célébration de la victoire, proclamant sans équivoque que l'Église a survécu à la révolution, a tiré se dédouaner de tous les dangers, mais fatal inséparable de l'générations longue crise sociale. C'est comme une partie de l'histoire de cette époque où «l'Église a été à la merci des seigneurs laïcs," [2] que le premier Conseil général du Latran doivent être décrits, ou nous serons à se demander ce qu'il y avait, dans sa réalisation d'une vingtaine de textes juridiques de routine, de provoquer sa mémoire à survivre là où tant d'autres choses a péri.

Tout d'abord, le système politique que les historiens appellent l'empire de Charlemagne s'était écrasé - il était tout sauf par 870 - quitter l'Italie, la France et l'Allemagne un fatras de petits Etats ayant la plus forte de l'homme sera partout la loi. Depuis le nord, il y avait alors descendu sur cette chrétienté en ruines les païens pirates féroces de la Scandinavie; venus d'Orient arrivèrent les Slaves pas moins agressive païens et les Magyars, au sud les mahométans étaient tout-puissants et la mer Méditerranée un lac sarrasine. Le siège a duré à travers une bonne centaine ans et plus, que «siècle de fer» (888-987) quand il semblait vraiment que si les derniers restes de manières civilisées doivent être englouti dans ces marées brutale et barbare. Un grand roi guerrier émerge en Allemagne, Otton Ier (936-72), autour duquel la résistance commence à faire un gain permanent, et les subventions anarchie, et une génération plus tard, le même bonheur vient de l'Ouest avec l'apparition de Hugues Capet , roi des Français de 987.

Dans ces affligés rien générations souffre si horriblement que la religion - le délicat, le christianisme peine adolescentes de l'encore semi-barbare époque carolingienne. Ici aussi, la volonté de l'homme locales fortes - le chef de la résistance locale dans la longue lutte avec les envahisseurs, et le plus puissant des roitelets locaux petite - est la loi. Le système de l'église, au-dessus de tous les rendez-vous aux abbayes et voit, ces potentats, demi-héros, mi-canaille, prendre à eux-mêmes. Pillage, assassiner, la brutalité de vie général - les prélats nommés par les princes sont trop souvent impossibles à distinguer de la baronnie d'où elles sont prises.

Et, de tous les sièges de la chrétienté, c'est Rome qui fournit le plus spectaculaire de l'horreur, où une centaine d'années et plus sauvage, les barons de la campagne environnante par intermittence se rendre maître, et élire, destituer, restaurer, déposer à nouveau, et assassiner les papes en fonction de leurs propres desseins politiques. Et certains de ces papes sont aussi méchants que leurs maîtres. Ce sont les classiques "mauvais papes» en effet, et même dépouillé de la décoration habituelle rhétorique du récit de ce qu'ils ont fait est vraiment terrible.

Mais la marée de la bonté qui était allé si loin qu'il semblait avoir disparu à jamais transformé à la fin. Les Normands ont été progressivement transformés, et les Magyars et les Slaves. Le chaos des roitelets ont commencé à céder la place à la règle de mieux ordonnée d'une douzaine de plus grande seigneurs, ducs, et ce n'est pas, vassaux des nouveaux rois de France et l'Allemagne - et le roi allemand étant, depuis Otton Ier, le empereur, l'empereur romain, que ce soit dans la revendication légitime ou par le fait accompli de l'acceptation et le couronnement pontifical, le meilleur jour était arrivé pour l'Italie aussi.

C'est à travers les rois allemands qui étaient l'empereur romain que le Siège romain était délivré de ses tyrans; à deux reprises très notablement, en 963 et à nouveau en 1046. Mais le bon Allemand qui l'a nommé bons évêques et des abbés où il était vraiment maître, et qui maintenant, de 1046 à 1056 [3], lui-même nommé une succession de bons papes allemands - ce bon empereur était bonne pour les papes du début d'une nouvelle problème, et les hommes de bien, à Rome aussi, ont été divisés par elle: le problème comment l'Eglise pourrait profiter de la inespérée pour le phénomène des empereurs et des rois qui étaient des hommes bons et pourtant arrivent à être indépendant d'eux dans le contrôle de la vie ecclésiale , en particulier dans les affaires vitales du choix de ses dirigeants, les évêques, et de son chef suprême du pape.

La solution de ce problème a pris des années à résoudre. Il a fallu encore plus de temps à gagner l'acceptation pour elle, depuis les rois catholiques. Le neuvième Conseil général, avec laquelle ce chapitre est concerné, a été décrit fort justement que «la conclusion et la synthèse de ce qu'est un demi-siècle ensemble de dur combat avait provoqué". [4]

Les deux plus flagrants, les maux qui affligeaient universellement visible la vie religieuse comme ces papes nouveau style ont commencé leur grande tâche était la simonie et l'immoralité de bureau. Les rois et les princes prenaient de l'argent (ou des terres ou des biens) que le prix de la nomination d'un homme d'être évêque ou un abbé, l'évêque ou un abbé prenait l'argent, etc, des hommes qui ont voulu être ordonné, et de prêtres qui voulaient paroisses, canonicats, et ainsi de suite; les prêtres, à leur tour, étaient seulement son ministère pour un prix, tel est la simonie, et la vie d'église, par le témoignage de chaque écrivain, chaque réformateur, chaque saint de ces temps, a été saturé avec du le poison, et qu'il avait été depuis des générations.

L'immoralité de bureau: il avait été, depuis des temps très tôt en effet, la règle dans l'Église latine (mais pas dans l'Est) qu'aucun homme marié pouvait recevoir les ordres sacrés, et qu'aucun homme dans les ordres sacrés pourrait se marier, c'est à dire, pas de sous-diacre, diacre, prêtre. Cette règle ancienne a beaucoup souffert dans la transformation de la vie sociale d'un système où les villes ont dominé, éducation systématique, la surveillance facile, et une bonne tradition des mœurs, à une économie rurale - la vie de l'arrière-pays - où la «civilisation» allé peu plus loin que la capacité de l'individu à se débrouiller par lui-même. Avec le baron évêques plus de père-en-Dieu, et les prêtres aussi rudes que les serfs illettrés à qui ils servaient, un tel raffinement de la discipline ecclésiastique que le célibat mystique a été exposée à tout inouïe de pertes.

A partir du moment où le premier "Barbare" rois catholiques devenus, les Francs au sixième siècle, semi-catholiques de tous, mais leurs bonnes intentions, la vie d'église a subi une brutalisation croissante. Saint Grégoire de Tours, qui a tout vu, l'a décrit dans les pages qui sont une collection classique des histoires d'horreur. Progressivement, à travers les septième et huitième siècles, les questions améliorée. Le génie de Charlemagne offert, pour un bref espace, l'illusion que le mauvais temps avait disparu pour toujours. Avec l'éclatement de son système, et la nouvelle invasion plus terrible de tous, les diables retournée - mais sept fois. Un des démons était le mauvais prêtre-vivants. Et ici, il faut distinguer, comme nous regardons le problème avant la réforme de pape ou évêque.

C'était la loi que l'homme dans les ordres sacrés ne doivent pas se marier. Mais si il l'a fait - et s'il n'y avait pas d'obstacle, dites de parenté - le mariage a été un vrai mariage. Il eut le tort de se marier, le mariage était le plus strict lui interdit. Mais lui et la femme qu'il épousa étaient mari et femme. Il y avait aussi la question du vivant prêtre avec quelqu'un pour qui il n'était pas marié. Et qui était de dire si la paire de vie dans la maison église étaient d'une sorte ou l'autre - les mariages de bureau étant, forcément, les affaires clandestines, comme souvent sans témoin? Le scandale au peuple fidèle a été aussi mauvais dans un cas comme dans l'autre - où le scandale a été donné.

C'est le scandale était moins, dans ces Backwoods, que nous pourrions le supposer au premier abord semble être suggéré par le langage d'une violence inouïe dont les réformateurs utilisé à l'égard de ces malheureux, sinistres et horribles à un diplôme; de ​​l'universalité du mal dans tous les pays de la chrétienté, et de la longue campagne de plus d'un siècle, quand tant de braves nécessaires pour donner autant de leur vie à la restauration de l'idéal de la normale de l'Église de continence cléricale. Que c'est précisément cette restauration d'un idéal qui les ont touchés, leurs exhortations très montrent, mais il y avait, aussi, une relation entre le mariage des prêtres et le système de rendez-vous - un autre objet principal de zèle des réformateurs - qui doit être mentionné, c'est-à-dire la tendance pour le fils du prêtre de devenir prêtre, formant une caste cléricale au sein de l'Eglise et pour le fils ordonné de reprendre bénéfice de son père, propriété de l'église devient une dotation famille - n'a jamais, bien sûr, promettant une telle culture du mal comme lorsque le bénéfice est un voir. Et il ya eu des efforts dans ces dixième et onzième siècles pour rendre certains des plus grands voit héréditaire.

Le tiers des maux chroniques dont les réformateurs se sont battus - l'investiture laïque, comme on l'appelait - était pas, au premier abord, vu par tous comme une chose mauvaise en soi, ou même comme la raison principale pourquoi les autres maux avaient été impossibles à réformer. «Investiture», le mot, signifie à peu près ce que nous qui avons été au collège ou qui appartiennent à un ordre fraternel d'une sorte ou d'une autre par «initiation» - quelque chose de devenir l'un n'était pas saisi; l'acquisition d'un nouveau statut , avec ses droits et devoirs, avec le rituel par lequel cela est acquis, et qui symbolise ce qui est acquis. Le seigneur féodal se propose d'apporter sur son manoir de Beauseigneur - terrains, bâtiments, village, un moulin, des serfs, des bois, des ruisseaux, poisson, gibier, la chasse - à un Smith, ou le Maréchal. Smith accepte et, s'agenouillant devant son bienfaiteur, devient son «homme», à savoir, jure d'être fidèle à lui, d'être à ses côtés dans tous les différends et à rendre les services habituels d'un vassal. Le seigneur, en signe visible de la subvention, puis les mains Smith peut-être un morceau de gazon, ou un bâton. Smith est maintenant en possession de son fief - la susdite manoir - et est devenu un seigneur à son tour, en vertu de la cérémonie d'investiture. Ces pactes, leurs serments et leurs investitures, se déroulaient quotidiennement dans des centaines d'endroits à travers l'Europe occidentale, pendant des siècles avant la grâce de Dieu l'a ressuscité nos réformateurs ecclésiastiques et des siècles après qu'elles ont disparu. Il y avait là la base de toute organisation sociale - la relation juré de seigneur à vassal.

Au moment où nos réformateurs sont nés, ce fut aussi, assez universellement, la relation de la règle ecclésiastique pour le prince temporel - à l'Etat, nous tenons à dire, sauf pour le risque d'un score de malentendus générés par l'anachronique terme. Nouveaux évêques et abbés, avant toute cérémonie a eu lieu à leur sujet dans l'église, s'agenouilla devant leur prince, ont fait leur serment, et ont ensuite été investis - le prince de mettre un doigt de sa main droite l'anneau épiscopal, et dans leur main gauche de la épiscopale Crozier. Smith était maintenant évêque de Chartres, ou de Mayence, ou de Winchester. Et puis il entra dans sa cathédrale où son métropolitain, ou quelques autres évêques, effectué le rite sacré de la consécration, la dernière étape dans le sacrement appelé Ordre. Et la raison initiale et permanente influents, pour cette investiture royale a été la même raison que de tous ces - ces prélats lieu, «le roi», vastes seigneuries, et il était vital pour la stabilité du pays que le roi se assuré de la compétence et la loyauté des prélats à qui ils ont été accordés. Et il était venu à être, par une longue pratique, une question bien sûr qu'il était le roi qui a réellement choisi, avec la finalité, qui devrait être évêque ou un abbé - et, par abus de long, combien le prêtre doit payer pour le profit . Pas tous les rois étaient des hommes mauvais - Henri III, le père de l'empereur dont Grégoire VII tant lutté, était un homme excellent, un nominateur des évêques de bonnes (et les papes), de sorte aussi était Guillaume le Conquérant, qui s'est tenue près de la vénération apud curiam Romanam si ce n'est que pour cela, qu'il n'a jamais, en Normandie ou en Angleterre a vendu une nomination ecclésiastique, dans tous ses quarante ans de règne. Dans l'investiture laïque, cependant, la stricte école de réformateurs discerné la racine de tous les maux. Ils ont décrété l'abolition, une racine et l'extirpation de branche. Le neuvième Conseil général a été la confirmation de leur victoire.

La grande réforme a commencé à Rome même, et l'agent principal était l'empereur Henri III (1039-1056). Lors du Conseil de Sutri (1046), il envoya les trois rivaux "papes", et a nommé un de ses propres bons évêques allemands, Clément II. Ce pape mourut bientôt, et son successeur également, et puis en 1049 est venu troisième nomination de l'empereur, Bruno, évêque de Toul, qui a pris le nom de Léon IX, et est devenu dans sa vie, ses perspectives et les méthodes, le modèle pour toutes les bonnes les hommes qui allaient suivre.

La méthode était la simplicité même, la convocation en place après place des conseils des évêques locaux, présidée par un ecclésiastique de confiance envoyé de Rome, vêtu avec toute la plénitude des pouvoirs du du pape. A ces conseils tout ce qui était mauvais au niveau local a été étudié, les évêques ont rappelé le genre d'hommes ils étaient censés être, en effet obligés d'être par la loi de Dieu, l'ancienne réglementation au sujet simonie et la continence cléricale ont été renouvelés, les prélats incorrigibles ont été déposés, et une reprise générale de la vie religieuse inaugurée. Et, plus concrètement, l'appel du légat était constante à la réalité qu'il parlait avec l'autorité de celui qui fut le successeur du bienheureux Pierre, et doit donc être obéi sans discuter. Déplaisant que le rappel doit avoir été à l'récalcitrants, malvenue que la résurrection de ce fait trop longtemps ignoré fondamentaux de la vie peut avoir été - et misérable du bout des lèvres qu'elle a rendu - n'est nulle part contesté. Avec Léon IX était le pape lui-même qui ainsi «est allé sur le circuit", à travers l'Italie et en France et en Allemagne. Et autres papes ne sont pas moins constamment «sur la route" à travers les soixante-dix ans qui ont suivi, très notablement Alexandre II, Urbain II, Pascal II, Honorius II, qui avaient tous déjà été actives pendant des années dans ce mouvement conciliaire comme légats du pape en un pays ou d'une autre.

C'est en effet l'âge réel de ces conseils - le Conseil des Églises dans son sens traditionnel, à savoir, un rassemblement des évêques locaux pour planifier une action commune dans la poursuite de la vie religieuse;. La tradition qui remontait, à travers les Eglises orientales, tellement plus dans l'organisation que de l'Occident, à l'époque de Constantin et même avant. C'est trois générations d'une telle constante, et avec succès, une action conciliaire devrait donner lieu tôt ou tard à une renaissance de l'idée d'un Conseil général, et ensuite à la pratique de la convocation de ces assez régulièrement, a été très naturel. La rupture de 250 ans entre le huitième et le neuvième des Conseils généraux est suivie d'une période similaire dans lequel il ya pas moins de six conseils généraux.

Pour restaurer le passé en noir et blanc - qui est ce que toutes les synthèses historiques doit faire -, c'est risquer, à chaque étape, non seulement fausses déclarations, mais aussi une énigme incompréhensible pour le lecteur, où, en permanence, le deuxième chapitre semble soit d'être sur un sujet différent du premier, ou d'être fondée sur l'hypothèse qu'il n'ya jamais eu une première. L'histoire de la querelle des investitures est extrêmement compliqué, et l'attention croissante accordée au cours des cinquante dernières années à la vaste littérature polémique du moment, à l'élaboration des traités de droit canonique, puis à réétudier les documents officiels et la correspondance à la lumière de les nouvelles connaissances, tout cela a conduit à une nouvelle représentation de l'histoire - pour ne rien dire de l'effet de ce nouveau type de savant qui est seulement intéressé à l'événement pour son propre bien.

Il a toujours été connu que le concordat de Worms de 1122, dans laquelle le pape et l'empereur finalement venu à une entente, a été un compromis. Et ceux d'entre nous dont l'initiation à ces mystères est antérieure à l'arrivée sur la scène du génie re-créer de Augustin Fliche, peut rappeler les misérables piètre figure Calixte II a été faite pour couper (pour sa "signature" du concordat), par le côté des piliers tels que Grégoire VII et le cardinal Humbert. Noûs changement Avons Tout CELA. Les réformateurs commencé unis dans le zèle, dévoué, à la toute dernière, à des fins qui ont été purement spirituel, des hommes de prière tout le temps. Mais tous n'étaient pas aussi lucide quant à la théologie, ils ont fait usage, ou l'implication des cris partie sacrée. Pas tous eu, dans la mesure requise, ce qu'on appelle un sens politique, le don de faire la bonne chose dans le droit chemin, de distinguer l'essentiel du reste, et pour éviter de stresser aussi l'. Essentiels et non essentiels de leur thèse Les premiers pionniers des idées qui ont finalement triomphé à Worms ne sont pas toujours les bienvenus pour les chefs du personnel. La guerre était allumée, et contre des hommes mauvais, et il a été la cause de Christ contre ces derniers, et après vingt ans de souffrance et de perte, il ne faisait aucun doute difficile d'être invité à réexaminer toute une partie de son cas!

La guerre contre le contrôle des princes de nominations ecclésiastiques ont commencé dans le principal de tous les voir, à Rome même. Il fut l'empereur qui avait mis un terme à la mauvaise papes, et maintenant le clergé romain se mettre une fin à tenir l'empereur sur les élections papales. Quand le pape Victor II mourut, en 1057, leurs dirigeants n'ont pas attendu des nouvelles de ce que l'Allemagne a proposé Overlord, mais aussitôt, dans les quatre jours, a élu un pape, le cardinal qui était abbé du Mont Cassin, Frédéric de Lorraine, Etienne IX . Et quand Stephen est mort, très soudainement, sept mois plus tard, le nouveau pape, Nicolas II, encore une fois n'était pas le candidat de simples de la cour. Ce nouveau pape était à peine installée avant de s'installer, une fois pour toutes, la manière légitime de choisir papes. Ce fut la loi promulguée en un conseil du Latran en 1050, ce qui restreint l'élection aux cardinaux. [4a] à eux seuls qu'il appartient, désormais, pour élire le pape, et une majorité de leurs voix est essentielle et suffisante. La loi ne fait aucune référence à ce que l'approbation de l'empereur ou la confirmation.

Le pape d'abord été élu dans le nouveau système a été Alexandre II (1061), le second était Hildebrand, Grégoire VII, en 1073. C'est lui qui, deux ans plus tard, a lancé le défi à l'ensemble du système de l'investiture laïque, l'acte qui a commencé la longue guerre dont la fin, le Conseil général de 1123 célèbre. Ce défi a été l'interdiction, dans le synode du Latran de 1075, au clergé de tous les rangs d'accepter une nomination ecclésiastique des mains d'un laïc. Si un évêque, pour l'avenir, a accepté un évêché du prince, l'archevêque n'est pas pour lui donner une consécration. Grégoire VII ne fait aucune distinction entre l'évêché considéré comme un remède des âmes et comme un état féodal. Il n'a rien à dire de toute réclamation, le prince peut faire à part dans la nomination en raison de la possessions temporelles de la voir. Ce sont des biens de l'église, donné à l'évêché pour le bien des pauvres de Dieu, donc quelque chose de sacré. L'évêché est considéré comme une unité, et puisque c'est une unité sacrée de l'État ne doit pas le toucher en aucune manière. Élection libre d'un homme bon par les électeurs légitimes, la confirmation de l'élection et la consécration sacramentelle par l'archevêque - cela est nécessaire, et tout ce qui est nécessaire.

La loi ne prévoit pas de sanctions pour avoir offensé les princes. Il n'ya vraiment pas de plus qu'une reformulation de l'idéal primitif, l'idéal pour tout développement futur. N'a pas non plus le pape envoie une notification officielle de la loi, comme une sorte d'avertissement ou de menace, les divers rois. Et dans la pratique, son application de la loi varie considérablement, selon que l'abus qu'elle a été conçue pour vérifier étaient plus fréquents ou moins, ou inexistant. Ce que le pape était combats simonie, et la seule façon (à certains endroits) afin de mettre un terme à cela était de mettre fin à tout lien du prince et les nominations ecclésiastiques. Guillaume de Normandie, un partisan inconditionnel de la réforme, avec Lanfranc, l'archevêque de modèle du siècle, à Canterbury, Grégoire VII laissée entièrement serein. Même pour l'Allemand voit de l'empereur, de Henri IV, [5] une règle mal, le pape n'a pas pris la ligne agressive à laquelle la déclaration racines et branches pourrait avoir semblé le prélude. Il a été avec le grand voit l'Italie du Nord, qui ressemblait à Henry comme patron, et surtout Milan, que les ennuis ont commencé.

A Milan, les hommes mauvaise organisé et ont riposté, soutenu par l'empereur, et le bien ont été extrêmement militante aussi. D'où une longue histoire d'émeutes et, en 1075, la moitié de la ville a brûlé, et la cathédrale avec elle. Les grands événements maintenant suivre rapidement: l'empereur se procurer la consécration de son candidat comme archevêque (contre le pape interdiction expresse); réprimandes sévères du pape, les évêques de l'empereur, en synode, déposer le pape [5a], et les réponses pape avec une phrase déposition de l'empereur, un acte sans précédent dans l'histoire. Les extrêmes avait enfin entrés en collision. Les évêques empereur élu un nouveau, soigneusement choisis, impériale d'esprit "pape" - l'dernièrement déposé archevêque de Ravenne, l'empereur vint avec une armée pour lui installation à Saint-Pierre, et depuis des années Grégoire VII fut assiégée à Sant'Angelo. Les Normands l'a sauvé, à la fin, et douze mois plus tard il est mort, un exil (mai 25,1085), son âme et inébranlable but. Depuis trois ans, le Saint-Siège est resté efficace vacants.

La guerre, l'emprisonnement, l'exil - nous voyons en opération, cette fois encore, la vieille tactique du tyran catholique: Constance contre saint Athanase, Constantin IV contre Saint-Martin I, Justinien contre le pape Vigile, Léon III (s'il avait été ) mesure contre Grégoire II; pas la répudiation du spirituel, mais la violence jusqu'à ce que le consentement spirituel pour être un instrument du gouvernement du tyran. Et ce qui le tyran actuel, Henri IV, ses désirs est une continuation du système mauvaise où il est le maître absolu de l'Eglise, libres de choisir qui il va pour les évêques, et de fixer leur prix, à quelle heure de la renaissance de la religion peut prendre sa hasard.

Lors de l'élection du successeur de Grégoire VII efficaces d'abord, Urbain II, en 1088, la fin de la guerre de trente ans d'absence et plus encore - les années où les papes pouvaient faire des erreurs graves dans ce qu'ils ont dit et ce qu'ils faisaient: la coûteuse, espiègle vacillation du loin d'lucide Pascal II (1099-1118), par exemple, qui ont déménagé d'une position extrême à son opposé. En attendant la peine en France et en Angleterre avait été terminé par une logique, solution convenue où les véritables intérêts de l'Eglise et l'Etat ont été protégés, bien que la cérémonie d'investiture a condamné fut abandonné. C'est à partir de l'intelligence française que la solution ultime est venu pour le conflit avec l'Allemagne, du génie théologico-juridiques d'Ivo, évêque de Chartres, et le sens réaliste du pape nouvellement élu français, Guy, archevêque de Vienne, Calixte II ( 1119-1124), un extrémiste seule fois, et le plus amer de tous les critiques de son prédécesseur Pascal II, lorsque ce pape (sous pression) a fait sa reddition fatale gros.

Yves de Chartres (1035-1115) et ses élèves ont attiré l'attention sur le fait que la simonie n'est pas une hérésie, et que personne n'avait jamais considéré l'investiture royale, comme un sacrement. Il a insisté sur la réalité de la distinction entre l'autorité religieuse de l'évêque et les pouvoirs et de ses droits temporels, les fonctions et les propriétés, dans tout ce qui appartenait à la partie féodale de l'évêché, le roi avait le droit, en ce qui appartenait à l'aspect spirituel du roi pourrait n'ont pas le droit à tout. C'est cette façon de regarder le problème aigris qui avait produit le pacte de 1106 qui avait mis fin au conflit en Angleterre entre Henri I et son archevêque saint Anselme.

Ce nouveau pape était un noble, de Bourgogne, et de la parenté à l'empereur. [6] Il avait été archevêque de Vienne depuis trente ans et pendant tout ce temps un réformateur de premier plan. Il a pris la grande tâche où son éphémère prédécesseur, le fort d'esprit, mais conciliante Gélase II [7], l'avait laissé, qui était mort à Cluny, sur son chemin à une rencontre avec le roi français. La première apparition de Calixte II comme pape était à un grand conseil des évêques du sud de la France à Toulouse. Un deuxième conseil a été convoqué pour répondre à Reims en Octobre, 1119. Pendant ce temps, le pape et le roi de France se sont réunis, et l'empereur a convoqué une réunion des princes allemands à Mayence, à leur demande, à examiner la meilleure façon de mettre fin à la longue guerre civile, et de faire une paix durable avec l'Eglise. Pour cette rencontre est venu des messagers avec les nouvelles officielles de l'élection du nouveau pape, et l'invitation aux évêques allemands de prendre part au conseil, à Reims. L'empereur et les princes décidé d'attendre le conseil avant de prendre toute décision.

Le pape, encouragés par ces signes inhabituels de grâce, a envoyé deux prélats français à l'empereur, qui pourrait lui expliquer comment, en France, le roi aimé de tous les droits féodaux sur les évêques et les abbés comme vassaux sans avoir besoin d'une cérémonie d'investiture. L'empereur lui répondit qu'il ne demandait plus que cela. Sur quoi le pape a envoyé une délégation avec des pouvoirs accrus, deux de ses cardinaux. Un accord a été conclu, les formules trouvées, et une réunion organisée entre le pape et l'empereur au cours de laquelle les deux seraient des signes. L'empereur était maintenant prêt à dire, explicitement, «Pour l'amour de Dieu et de Saint-Pierre et du seigneur pape Calixte, je renonce à l'ensemble du système d'investiture, en ce qui concerne l'Eglise." Et maintenant venu d'un attelage, à cause de du pape en ajoutant de nouvelles conditions à la veille de la réunion, refusant de laisser le temps de l'empereur supplémentaires pour étudier ces derniers et, bien que les deux hommes étaient en réalité sur le terrain, pour ainsi dire, en refusant de le rencontrer . Plus, le pape fut tellement irrité que l'empereur avait omis de présenter, qu'il a renouvelé l'excommunication.

Ce qu'il y avait, dans tout cela, en plus de tempérament personnel n'est pas connue. Mais l'incident est survenu alors que le grand conseil était en session, à Reims, avec Calixte président, soixante-six évêques de France, Allemagne, Angleterre et Espagne. Il a été entre les sessions du conseil qu'il gaffé dans la nouvelle rupture, et il est écrit que quand il est retourné de l'aventure, il était trop épuisée pour procéder aux affaires du conseil et a pris à son lit. Peut-être la pensée du pape possédait que l'empereur sombre et perfide était sur le point de répéter le traitement infligé à Pascal II, huit ans avant, que cet empereur avait emporté un prisonnier, et forcé de renoncer à sa cause.

C'est seulement après deux ans de guerre que les deux parties se sont réunies à nouveau, quand lors d'une conférence de paix en Allemagne les princes demandé au pape de libérer l'empereur de l'excommunication, et de convoquer un conseil général », où le Saint-Esprit pouvait résoudre ces problèmes qui ont été au-delà des compétences des hommes »(Septembre 1121). Le pape désormais envoyé à son parent une lettre impériale, gentiment, l'essentiel de ce qui est l'expression, "Que chacun de nous se contenter de son propre bureau, et ceux qui devraient montrer la justice envers tous les hommes ne sont plus ambitieusement efforçons de piller les uns les autres. "

C'était à Worms que les envoyés de ces Hautes Parties contractantes réunies, et sur Septembre 23, 1122, ils ont produit les deux déclarations, papale et impériale, qui, ensemble, constituent le concordat de Worms. La guerre au sujet des investitures fut terminé, après quarante-sept ans.

A Worms l'empereur, «hors de l'amour de Dieu et de la sainte Église romaine», a déclaré explicitement: «J'abandonne ... toutes les investitures avec l'anneau et la crosse et je promets que dans tous les sièges de la sphère et de la élections empire et consécrations sont libres. je restaurer l'église Saint Empire romain les propriétés et les droits temporels [insignes] du bienheureux Pierre, qui ont été enlevés depuis le début de cette querelle, que ce soit en temps de mon père ou mon propre ... . Je vous garantis une paix véritable à l'Calixte pape, à l'église Saint Empire romain et à tous ceux qui ont pris ce côté ...."

Le pape, pour sa part: «Je Calixte, l'évêque, serviteur des serviteurs de Dieu vous accorder Henry, mon cher fils, par la grâce de Dieu empereur des Romains, Auguste, que l'élection des évêques et des abbés de l' royaumes allemands aura lieu en votre présence, sans simonie et sans force ... que le personnage a élu recevra de vous ses insignes par la [touche de l'] sceptre, et doit remplir toutes ces tâches auxquelles il est lié à votre égard par la loi. Comme dans d'autres parties de l'empire, l'évêque étant consacré, reçoit ses insignes ... par le sceptre, dans les six mois et qu'il doit remplir toutes ces fonctions [etc, comme ci-dessus ].... Je vous garantis une paix véritable à vous et à ceux qui appartenaient à votre parti dans cette querelle. "

Les documents ont été dûment signé, le cardinal évêque d'Ostie - agent principal du pape dans tout cela - a chanté la messe, l'empereur a été donné le baiser de paix et a reçu la sainte communion. Les cérémonies d'habitude de la soumission publique humiliante ont été, pour une fois, passer.

Le grand acte avait ses imperfections - un certain flou dans les questions importantes, la part du roi en l'élection, par exemple. Il y avait la place pour de nouveaux troubles à croître hors de lui. Mais le grand principe était sûr que le roi n'avait pas ce qu'il avait réclamé était de son droit légitime, le choix et la nomination des dirigeants spirituelle de son peuple et les enseignants. Quant à la colonie elle-même, dans son ensemble, nous pouvons convenir avec l'autorité de premier plan, «C'était la solution de bon sens». [8]

Ce Conseil général de 1123 a été, hors de tout doute, le plus grand spectacle de Rome, et tout l'Occident, avait vu des centaines d'années. Les évêques et les abbés étaient comptés ensemble à quelque chose comme un millier, il y avait une foule de moindre ecclésiastiques, et le train majorité des chevaliers, des soldats et agents de l'autre de ces seigneurs ecclésiastiques, ainsi que des notables laïcs qui y ont assisté. Tellement nous apprend que les chroniqueurs contemporains. Quant à la procédure du Conseil, quelle méthode a été adoptée pour proposer de nouvelles lois, pour en discuter, pour le vote - tout cela, nous ne savons rien du tout, pour les procédures officielles ont disparu bien avant l'époque où il y avait une chose telle que la postérité intéressés dans le passé. Il n'est même pas certain qu'il y avait deux ou trois séances publiques. Mais le Conseil a ouvert le troisième dimanche de Carême, Mars 18, 1123, dans la basilique du Latran, et la dernière séance a eu lieu soit sur Mars 27, ou le 6 avril. L'empereur avait été invitée à envoyer des représentants, et l'un des actes du Conseil a été la ratification du concordat. Les canons promulgués au conseil, qui couvrent tous les problèmes sociaux et religieux de l'époque, ne sont guère de nature à provoquer des discussions - des remèdes, sévèrement déclaré sous la forme d'interdictions, de tous les maux divers morale de la vie publique et privée. Si Calixte II a adopté la méthode simple d'annoncer ces canons, et en demandant à l'Assemblée de la sanction, il ne serait pas plus que ce que d'une série de papes et leurs légats avaient été faites, dans un pays après l'autre, à tous les conseils de la dernière 75 années. Il n'y avait rien pour surprendre ou provoquer des évêques de cette génération en suivant ainsi la pratique qui avait été le moyen de l'amélioration tant de choses, dans les mœurs et dans la vie religieuse. Calixte II avait aucune soumission despote ordonnant aux nouveautés désormais décrété, mais le chef victorieux de l'épiscopat, et le représentant d'autres dirigeants aujourd'hui disparu, grâce à leur intelligence et le courage de l'épiscopat partout avaient été libérés de l'emprise des tyrans en effet, sa dignité restaurée et son prestige spirituel renouvelé.

Les canons de vingt à deux cotées que la législation du Conseil de 1123 sont une collection curieusement mixte. Ils traitent indifféremment des questions générales et des questions locales, il ya un règlement permanent mélangé avec temporaires, énoncés dans aucune sorte d'ordre, et presque tous sont des répétitions de canons promulgué dans les différents conseils papally dirigé des trente années précédentes. En ce qui concerne la longue lutte contre les seigneurs laïcs »de contrôle, la simonie est de nouveau condamné, évêques ne pas légitimement élus ne doivent pas être consacrées, les laïcs ne sont pas à détenir ou contrôler les biens église, les curés, l'évêque seul peut nommer, ils ne sont pas à la de prendre les paroisses comme cadeau un profane, les ordinations effectuées par les antipapes (et leurs transferts de propriété de l'église) sont déclarés nuls. Une spéciale Canon renouvelle l'indulgence accordée à tous ceux qui aident la croisade, et renouvelle la protection de l'Église, avec la sanction d'excommunication, des biens de la croisade absent. Il existe une loi d'excommunier monnayeurs de fausse monnaie, et aussi (un reflet de la maladie chronique sociale) des brigands qui pèlerins molester. Une règle générale est faite au sujet de la nouvelle pratique appelée "La Trêve de Dieu» - une pratique visant à réduire, pour l'homme ordinaire, les horreurs de la guerre n'a jamais cessé entre les seigneurs locaux. Selon la loi d'Urbain II fait au concile de Clermont en 1095, lundi, mardi et mercredi ont été les seuls jours où la lutte était légitime, et ce uniquement entre dimanche de la Trinité et de l'Avent. La règle de 1123 ne traite que le devoir de l'évêque d'excommunier ceux qui violent la trêve. Il ya deux canons sur le mariage des prêtres. Le premier (canon 3) renouvelle l'ancienne loi que ceux de l'Ordre sacré ne doit pas se marier. La seconde (canon 21) répète ce en autant de mots et ajoute que «les mariages déjà contractés par ces personnes doivent être ventilés, et les parties liées à la pénitence». [9]

Cette loi - qui ne peut être une loi de la neuvième Conseil général à tous, mais un règlement d'un des conseils provinciaux d'Urbain II qui apparaît dans la liste de 1123 par une certaine confusion - est souvent considéré comme le premier commencement de la nouvelle la règle en la matière qui fait la contractualisation de mariage impossible pour les clercs dans les ordres sacrés. Lors du prochain Conseil général ce sera plus explicite.

NOTES

1. Deuxième Concile de Constantinople, 553 - troisième Concile de Constantinople, 680.

2. Cf. le titre de l'ouvrage classique de Monseigneur Amann, L'Eglise de l'UA Pouvoir des Laiques, 888-1057 (1945), pp 544. Ceci est le volume 7 de F. et M.

3. L'empereur Henri III.

4. Fliche, dans La Réforme grégorienne et la reconquête Chrétien, 1057, 1950, c'est à dire, F. et M., vol. 8, 394.

4a. Barry, non. 45, imprime une traduction de ce décret.

5. Fils de Henri III, empereur de 1056 à 1106.

5a. Barry, non. 47, imprime une traduction des lettres de l'empereur et ses évêques au pape.

6. Henri V, depuis 1106, le fils de l'adversaire de Grégoire VII.

7. Pape de Janvier 24, 1118, à Janvier 28, 1119.

8. Fliche, comme avant, 389. Barry, non. 48, imprime une traduction du concordat.

9. Contracta quoque ab Matrimonia huiusmodi personis disjungi ... iudicamus.

De: L'ÉGLISE EN CRISE: Une histoire des Conseils généraux: 325-1870
CHAPITRE 9
Mgr. Philip Hughes


Le Conseil général de la Deuxième Latran, 1139

Informations avancées

Le dixième du Conseil général, le Conseil général de la Deuxième Latran, a eu lieu seulement quinze ans après que nous venons de décrire. C'était un conseil de bien le même genre, dans sa procédure, dans sa législation, et dans l'intérêt vaste qu'il a suscité, et il devrait être considéré comme complémentaire au conseil de 1123. Comme le lecteur peut le deviner, il n'aurait jamais été convoqué, mais pour une nouvelle crise dans les affaires religieuses. La crise, cette fois, était une double élection pontificale, à Rome, faite par les cardinaux, et un schisme qui a suivi où, depuis quelques années deux rivaux, chacun prétendant être le pape légitime, divisé l'Eglise.

Lorsque Calixte II mourut, en 1124, il a été élu à sa place, le cardinal Lambert qui avait négocié le concordat grande, un vétéran du service du Pape et l'un des derniers survivants de la bande qui avait tenaient autour Urbain II dans les années sombres qui ont suivi la mort de Grégoire VII. Il prit le nom d'Honorius II, et a vécu toute son pontificat à Rome - le premier pape à vivre en permanence à Rome pendant près d'une centaine d'années. Il n'était nullement une ville paisible. Les vieilles querelles des barons avait relancé au cours des années où il avait si rarement un dirigeant résident. Il y avait là la source de la double élection après la mort d'Honorius en 1130. Le Pierleoni provoqué l'élection d'un de cette famille - il a pris le nom Anaclet II. La faction Frangipani élus Innocent II. Que le meilleur homme des deux était innocent semble certain. Mais ce qui a été légitimement élu de l'? Ni avait été élu précisément que la loi de 1059 un peu vague prescrits.

Anaclet, cependant, le rejeton d'un clan de riches romains, était le maître de Rome, et Innocent fui pour le soutien au-delà des Alpes. Merci à Louis VI de France, et surtout au génie spirituel qui domine tous les hommes de cet âge, saint Bernard, abbé de Clairvaux, il a rapidement eu le soutien de la France et l'Empire, de l'Angleterre, et de l'espagnol royaumes aussi. Mais, sauf par intermittence, Innocent n'a jamais été maître de Rome - le roi normand de Sicile étant le fervent partisan de son rival - jusqu'en 1138, quand Anaclet mourut et son successeur, cédant à l'influence de saint Bernard, a fait sa soumission à Innocent. Une fois encore le spectacle d'une errance pape avait été tourné au profit du mouvement de réforme, et quatre grands conciles sont associés à la présence d'Innocent, Clermont en 1130, Reims en 1131, Piacenza en 1132 et à Pise en 1135.

Débarrasser du fardeau du schisme, le pape aujourd'hui convoqué le Conseil général de 1139, mais en aucun un tel esprit aimable envers ses adversaires tard Calixte II avait montré. Saint Bernard a plaidé pour eux, mais en vain. Innocent se montra singulièrement ONU-romaine pape quand il traité durement l'ennemi soumis.

Il y avait plus de cinq cents évêques présents au conseil et, dit-on, mille abbés - la mention du rôle de Saint Bernard dans le schisme est un rappel que ce siècle est le siècle de l'expansion la plus remarquable soudaine des ordres monastiques jamais connue, le siècle cistercien. Encore une fois l'ACTA du conseil ont péri. Nous savons qu'il a été ouvert le 4 avril 1139, dans l'église de Latran, et qu'il y avait trois séances. Tout ce qu'il reste de nous sont les trente chanoines promulguée, et une histoire chroniqueur de réception de feu le pape de l'un de ses adversaires récents. Cet évêque a fait son chemin au trône pontifical, et fixées sa mitre aux pieds du pape, en signe de soumission. Mais le pape se leva, et a lancé la mitre bas de l'église, criant: «Loin, désormais vous n'êtes pas d'évêque du mien."

Les canons de ce concile, ou la liste que nous possédons plutôt, c'est le même genre de omnium gatherum que la liste de 1123. Sur les trente chanoines demi se contentent de répéter les canons de cette liste, et une moitié du reste guère faire plus que répéter mot à mot les canons promulguée par Innocent dans les grands conciles provinciaux de 1130 à 1135.

Il ya cinq nouveaux canons de la vie cléricale. En ce qui concerne la peine vieille de membres du clergé qui se marient, il ya la déclaration très important que ces syndicats ne sont pas vrais mariages. [1] Les gens fidèles sont interdits à la messe dit par exemple clergé marié, dont les fils ne doivent pas être ordonnés à moins ils deviennent des moines ou des chanoines réguliers. Tous sont avertis que dans l'Église il n'ya pas de choses telles que bénéfices héréditaires. Clercs qui mettent en avant les revendications de ce type seront sévèrement punis pour leur impudence. Habit ecclésiastique doit être convenable, pas de couleurs ou de la débauche modes indécentes de la journée. Et le clerc est protégé par une loi qui frappe avec une excommunication ipso facto, celui qui lui malicieusement agressions -. Une excommunication que le pape seul peut supprimer [2]

En ce qui concerne le rapport de la catholique avec le monde dans lequel il vit - la vertu de justice sociale au sens large - le Conseil a six lois à proposer. L'ancienne coutume que la population piller la maison de l'évêque défunt doit cesser. Usuriers, c'est à dire ceux qui - en ce jour où l'argent est un morceau de métal non productive, utile seulement en échange de biens-charge d'un intérêt emprunteur pour la commodité, il a connu, quand il ramène la pièce d'or empruntés, sont à la être tenu (dit le concile) comme ils ont toujours eu lieu, aussi infâme et d'être rejetées par tous. Ils sont interdits les sacrements, et s'ils meurent impénitents ne doivent pas être donnés sépulture chrétienne. La «trêve de Dieu» est désormais fixés pour l'ensemble de la chrétienté dans le détail de la loi d'Urbain II du 1095, [3] et les évêques sont avertis que négligence dans excommunier pour les violations de la trêve peut leur coûter leur place. Il ya une interdiction particulière contre les marchands de molester, les gens de pays engagés dans l'agriculture et leurs actions, ainsi que le clergé. Une autre classe de criminels (au sujet desquels il ya trois canons) est l'incendiaire. Ceux qui se repentent de ce crime ne doivent pas être absous sans pénitence lourde, c'est à dire, une année de service à la croisade, en Espagne ou en Terre Sainte. Les tournois sont plus rigoureusement interdite. Chevaliers tués dans ces "joutes détestable» ne doivent pas être donnés sépulture chrétienne. Et la nouvelle arme militaire de la catapulte, qui précipite d'immenses masses de pierre sur les murs des châteaux assiégés et les villes, et sur les murs, est condamné comme une chose "détesté par Dieu». Il ne doit jamais être utilisé contre les hommes chrétiens sous peine d'excommunication.

Il ya deux canons qui ont à voir avec la croyance d'un chrétien. Dans un de ces évêques (canon 22) sont commandés pour instruire leur peuple que les actes extérieurs de pénitence sont d'aucune utilité à l'intérieur de la repentance vraie. Les pratiques de cette sorte sont la route tout droit en enfer. La seconde (canon 23) condamne toute une série d'anti-chrétienne des notions, le sous-jacent qui n'a jamais cessé d'affecter la vie médiévale. Ceux qui détiennent ces idées présenter l'apparence d'un grand zèle pour la vraie religion, dit le concile, mais ils rejettent le sacrement de l'Eucharistie, le baptême des enfants, le sacerdoce et le mariage. Ceux qui détiennent ces croyances hérétiques, l'Etat doit contraindre. Ceux qui défendent les hérétiques sont excommuniés avec eux.

NOTES

1. Huiusmodi namque copulationem, quam contre ecclesiasticam regulam constat esse contractam, matrimonium non esse censemus. Qui etiam ab invicem separati Pro tantis excessibus condignam poenitentiam agant (canon 7). Ceci est une répétition d'un canon promulgué à Pise, 1135.

2. Le premier exemple d'une réservation d'une censure papale par la loi.

3. Voir la page précédente 196.

De: L'ÉGLISE EN CRISE: Une histoire des Conseils généraux: 325-1870
CHAPITRE 10
Mgr. Philip Hughes


Troisième Concile de Latran - 1179 AD

Informations avancées

chanoines

Présentation

Par un accord conclu à Venise en 1177, le conflit amer qui avait surgi une vingtaine d'années plus tôt entre le pape Alexandre III (1159-1181) et l'empereur Frédéric Ier (1152-1190) a été mis fin. Pour quand le pape Adrien IV était mort en 1159, les cardinaux ont élu deux papes ensemble, à savoir Roland de Sienne, qui prit le nom d'Alexandre III, et Octave de Rome qui, bien qu'il a été nommé par moins de cardinaux, néanmoins, avec l'appui de l'empereur Frédéric usurpé le nom du pape Victor IV. L'empereur, voulant enlever tout ce qui se trouvait dans la voie de son autorité en Italie, a déclaré la guerre aux États italiens et surtout l'église romaine qui, après sa lutte pour la liberté ecclésiastique pendant tant d'années, jouissait d'une grande autorité. L'empereur fit la guerre pendant une longue période. Un schisme graves avaient surgi de ce conflit, et après deux antipapes Victor IV ont été nommés en opposition à Alexandre III, à savoir Pascal III (1164-1168) et Calixte III (1168-1178). Enfin, quand Alexandre avait remporté la victoire, il a promis à l'empereur à Venise qu'il convoque un concile général.

L'objet particulier de ce conseil était de mettre fin au schisme au sein de l'église et la querelle entre l'empereur et la papauté. Il a été convoqué par le pape Alexandre en 1178, «afin que, selon la coutume des anciens pères, les bons doivent être recherchés et confirmé par de nombreuses et que, avec la coopération de la grâce de l'Esprit saint, par les efforts de tous, il devrait être réalisé ce qui était nécessaire pour la correction des abus et à la création de ce qui était agréable à Dieu ". Le conseil a eu lieu à Rome en Mars 1179. Environ trois cents pères assemblés à partir des provinces de l'Europe et certains de l'Orient latin, et un légat unique à partir de l'église grecque. Il a commencé le 5 Mars, selon l'archevêque Guillaume de Tyr, notre principale autorité. Les évêques d'abord entendu Rufin, évêque d'Assise, qui dans un discours très polie fait l'éloge du pontife romain et l'église romaine, «cette église à laquelle seule appartient la décision et le pouvoir de convoquer un concile général, de fixer de nouveaux canons et d'annuler la ancienne: en effet, si les pères avaient convoqué un conseil solennel à plusieurs reprises dans le passé, et pourtant l'obligation et la raison de faire cela n'a jamais été plus opportun qu'au présent ".

Nous n'avons pas les mêmes raisons de douter de la nature œcuménique de ce conseil que nous avons pour Latran I et II. Car, la manière dont le conseil a été convoqué et dirigé par le pape, et le nombre de pères qui se sont rassemblés du monde entier latine et consacré leurs efforts à renforcer l'unité de l'Eglise et en condamnant les hérétiques, ressemblent plutôt les anciens conciles de Latran que les I et II et illustrent le conseil typiques du Moyen Age, présidé par le pontife romain. Pour cette raison, il n'est pas surprenant que chroniques de l'époque font souvent référence à ce conseil que Latran I.

Bien que nous ne possédons pas les actes du Conseil, nous avons des preuves à partir des chroniques et annales et surtout des canons dont les pères prévue à la dernière séance, le 19 Mars. En conséquence, pour éviter des schismes avenir, il a d'abord été prévu que personne ne devait être considéré comme pontife romain, sauf qu'il avait été élu par les deux tiers des cardinaux (canon 1); toutes les nominations par les antipapes ont été jugées non valides (canon 2), les hérétiques appelés Cathares furent excommuniés et également étaient les bandes de mercenaires, ou plutôt des criminels, qui étaient à l'origine destruction totale dans certaines parties de l'Europe, il a été déclaré, et cela semble une innovation, que les armes devraient être prises contre eux (canon 27), il a également été décidé de ne pas porter un jugement sur ​​la prédication des Vaudois. Tout cela semble avoir été dirigés vers le renforcement de l'unité de l'église. En outre, Alexandre III et les pères, en renouvelant le précédent de Latran I et II, prévue pour plusieurs chanoines de la réforme de l'église et quelques moeurs concernant les affaires civiles.

Les canons de ce conseil a joué un rôle notable dans le futur gouvernement de l'église. Ils étaient fréquemment inclus dans les collections de décrétales compilées dans la fin du 13e siècle et du début du 12e, et ensuite tous ont été insérés dans Décrétales pape Grégoire IX. Walter Holtzmann et d'autres savants ont estimé que ces collections décrétales, en fait issus de cette concile du Latran et de ses canons. Certes, les canons, contrairement à ceux du Latran I et II et de nombreux conciles précédents, semblent avoir été élaborés par un esprit excellent cadre juridique pour qu'il est probable qu'ils ont été composés sous l'autorité d'Alexandre III lui-même, qui était un avocat expert. Les chanoines, sauf pour ceux qui se réfèrent à Latran II ou le concile de Reims en 1148 (voir les canons 2, 11, 20-22) ou à des décrets de Gratien (voir les canons 1-4, 7, 11, 13-14, 17 - 18), sont nouveaux et originaux.

La tradition des canons n'a pas encore été suffisamment examinés et demeure très incertain. Codex manuscrit Beaucoup survivent de ce conseil (contrairement à Latran I et II). Cependant, ils ne semblent pas pour nous donner la version des canons qui a été confirmé par l'autorité ecclésiastique et qui archevêque Guillaume de Tyr, avec l'autorité des pères, s'était établi. Fréquemment, les chanoines se trouvent dans les chroniques et les collections décrétale. Ils sont inclus dans quatre contemporains chroniques anglais: ceux de l'abbé Benoît de Peterborough, Gervase de Canterbury, William de Newburgh, et Roger de Hoveden. Et dans les collections suivantes des décrétales: la collection appelée l'annexe du concile de Latran, les collections de Bamberg, Berlin I, Canterbury I-II, Kassel, Cheltenham, Claudien, Coton, Dertosa, Douai, Durham, Eberbach, Erlangen, Florian , Klosterneuburg, Leipzig, Oriel II, Paris I, Peterhouse, Rochester, Sangerman, et Tanner, et il ya un nombre considérable de collections encore être examinée. Les canons sont également contenues dans le livre intitulé "Rommersdorfer Briefbuch", le Cartulaire de Rievaulx, et le codex de Florence Ricc. 288 (Day-book), Innsbruck Univ. 90 (décrets de Gratien), et (ce qui semble avoir été jusqu'ici inaperçu) du Vatican Regin. lat. 596, 12e siècle (fos. 6V-8V), et 984, 12e siècle (fos. 2r-7v). Nous pouvons dire avec certitude que les canons du concile ont été répandue dans toute l'Église latine, et ont été d'un grand poids dans ses préoccupations et ses opérations.

La première édition imprimée a été faite par Cr2 (2, 1551, 836-843). Il a édité, à partir d'un manuscrit aujourd'hui perdu ou inconnu, tout le recueil connu sous le nom de l'Annexe concile de Latran, qui est divisé en cinquante parties, tous les 27 chanoines de Latran III sont dans la première partie. Ce texte a été copié par SU (3, 1567, 626-633) et Bn (3, 1606, 1345-1350), bien que Su a introduit quelques erreurs. Bn qui fut le premier à donner le nom de «Annexe du concile de Latran» à la collecte, ajouté quelques variantes et les rubriques où il avait trouvé dans la chronique de Roger de Hoveden. Les éditeurs romains (Rm 4, 1612, 27-33), utilisant également le codex manuscrit de Antonio Augustin de Tarragone, a produit un texte plus précis et des variantes plus. Éditions plus tard, tous que nous avons exarnined, suivi du texte romain, narnely: ER27 (1644) 439-463; LC10 (1671) 1507-1523; Hrd 6 (1714) 1673-1684; Cl 13 (1730) 416-432 ; Msi 22 (1778) 217-233. Boehmer, qui a publié son édition en 1747, avant Msi, est une exception. Il a pris les canons de la collection des décrétales Kassel, où l'ordre et quelques lectures sont différents. Enfin Herold, dans sa thèse de doctorat non publiée à Bonn de 1952, a examiné à fond toute la tradition et a établi l'ordre des chanoines; utilisant des sources 36, at-il conclu, il y avait 34 différentes traditions!

Dans la situation actuelle, il est impossible d'utiliser toutes les sources connues de notre édition. Car, ces sources ne révèlent qu'une partie limitée de toute la tradition et, ce qui est encore plus important, nous ne comprenons pas encore les relations entre les traditions individuelles. Même Herold n'a pas examiné ces relations suffisamment. Nous avons donc préféré publier le texte d'une tradition unique, à savoir celle de l'annexe du concile de Latran, en utilisant Cr2 et Rm comme le meilleur texte de cette tradition et y compris les variantes énumérées dans RRN. Cette «annexe» est un bon texte, comme le montre même le texte de Herold (= H). Nous avons donné des variantes Herold dans l'appareil critique, et nous avons noté dans les notes de l'ordre dans lequel il place le 23 canons qu'il comprend.


CANONS

1. Bien assez clair décrets ont été transmis par nos prédécesseurs afin d'éviter la dissension dans le choix d'un souverain pontife, pourtant, en dépit de ces derniers, parce que grâce à l'ambition méchant et irresponsable de l'église a souvent souffert de graves dissensions, nous aussi, afin d'éviter ce le mal, sur les conseils de nos frères et avec l'approbation du saint Concile, ont décidé que certains addition doit être faite. Par conséquent nous décrétons que si par hasard, à travers quelques semer de l'ivraie ennemi, il ne peut pas être entièrement d'accord parmi les cardinaux sur un successeur à la papauté, et si les deux tiers sont d'accord d'un tiers n'est pas disposé à s'entendre avec eux ou présume de nommer quelqu'un d'autre pour lui-même, cette personne doit être tenue comme pontife romain qui a été choisi et reçu par les deux tiers.

Mais si quelqu'un de confiance à sa nomination par le tiers prend le nom de l'évêque, car il ne peut pas prendre la réalité, lui et ceux qui le reçoivent sont d'encourir l'excommunication et d'être privés de tout ordre sacré, de sorte que le viatique leur être refusé, sauf à l'heure de la mort, et s'ils ne se repentent, qu'ils reçoivent le lot de Dathan et Abiron, qui ont été engloutis vivants par la terre. Par ailleurs, si quelqu'un est choisi pour le ministère apostolique par moins des deux tiers, sauf si dans l'intervalle, il reçoit un grand soutien, le laisser en aucun cas l'assumer, et qu'il soit soumis à la peine susdits s'il n'est pas disposé humblement à s'abstenir . Toutefois, en raison de ce décret, laissez aucun préjudice surgissent les canons et autres constitutions ecclésiastiques selon laquelle la décision de la plus grande et des hauts {1} une partie devrait prévaloir, car le moindre doute que peuvent surgir en eux peut être réglé par une autorité supérieure, tandis que dans l'église romaine il ya une constitution particulière, puisque aucun recours peut être dû à un supérieur.

2. Renouveler la décision prise par notre prédécesseur d'heureuse mémoire, Innocent, nous décrétons que les ordonnances faites par l'Octave hérésiarques {2} et {3} Guido, et aussi par Jean de Struma {4} qui les ont suivis, et par ceux ordonnés par eux, sont nuls, et en outre que, s'ils ont reçu des dignités ecclésiastiques ou des bénéfices à travers les schismatiques susdits, qu'ils soient privés. Par ailleurs aliénations ou des saisies de biens ecclésiastiques, qui ont été faites par ces schismatiques ou par des laïcs, sont à l'absence de toute validité et sont à retourner à l'église sans aucune charge pour elle. Si quelqu'un prétend agir contre cela, lui faire savoir qu'il est excommunié. Nous décrétons que ceux qui de leur propre gré ont prêté serment de rester dans le schisme sont suspendus des ordres sacrés et des dignités.

3. Puisque dans les ordres sacrés et les ministères ecclésiastiques fois la maturité de l'âge, un caractère sérieux et la connaissance des lettres devraient être tenus, beaucoup plus de ces qualités doivent être tenus dans un évêque, qui est nommé pour le soin des autres et doit montrer en lui-même comment les autres doivent vivre dans la maison du Seigneur. Par conséquent, de peur que ce qui a été fait à l'égard de certaines personnes par les besoins de l'heure doit être considéré comme un précédent pour l'avenir, nous déclarons par le présent décret que personne ne devrait être élu évêque à moins qu'il ait déjà atteint l'âge de trente , né en légitime mariage et il est également démontré être digne par sa vie et d'apprentissage. Quand il a été élu et son élection a été confirmée, et il a l'administration des biens ecclésiastiques, après le temps a passé pour la consécration des évêques comme prévu par les canons laisser la personne à qui les bénéfices qu'il tenait appartiennent, ont la libre disposition d'eux.

En outre, en ce qui concerne les ministères inférieurs, par exemple celle du doyen ou archidiacre, et d'autres qui ont le soin des âmes annexé, que personne ne les recevoir du tout, ou même la règle des églises paroissiales, à moins qu'il n'ait déjà atteint ses vingt cinquième année d'âge, et peut être approuvé pour son apprentissage et son caractère. Quand il a été nommé, si l'archidiacre n'est pas ordonné diacre, et les doyens (le reste après avertissement) ne sont pas ordonnés prêtres dans le délai fixé par les canons, qu'ils soient retirés de ce bureau et qu'il soit conféré à un autre qui est à la fois capables et désireux de le remplir correctement, et qu'ils ne soient pas permis à l'évasion de recourir à un appel, s'ils le souhaitent par un appel à se protéger contre une transgression de la Constitution.

Nous ordonnons que ce qui devrait être observée en ce qui concerne les nominations à la fois passées et futures, sauf s'il est contraire aux canons. Certes, si les clercs nommer quelqu'un contraires à cette règle, leur faire savoir qu'ils sont privés de la puissance de l'élection et sont suspendus à des bénéfices ecclésiastiques pendant trois ans. Car il est bon qu'au moins la rigueur de la discipline ecclésiastique devrait empêcher ceux qui ne sont pas rappelés de mal par la crainte de Dieu. Mais si tout évêque a agi contrairement intérêt de personne de ce décret, ou a consenti à de telles actions, laissez-lui faire perdre le pouvoir de conférer les bureaux susdits, et laisser ces nominations soient faites par le chapitre, ou par la métropole si le chapitre ne peut pas d'accord.

4. Depuis l'apôtre a décidé qu'il devait subvenir à ses besoins et ceux qui l'accompagnaient de ses propres mains, afin qu'il puisse retirer l'occasion de la prédication de faux apôtres et pourrait ne pas être un fardeau à ceux à qui il prêchait, il est reconnu qu'il est une question très grave et appelle à la correction que certains de nos frères et collègues évêques sont tellement lourdes à leurs sujets dans les procurations exigé que parfois, pour cette raison, les sujets sont obligés de vendre ornements d'église et d'une petite heure consomme la nourriture de plusieurs jours . Par conséquent, nous décret que les archevêques de leurs visites de leurs diocèses ne sont pas d'apporter avec eux plus de quarante ou cinquante chevaux ou d'autres supports, selon les différences des diocèses et des ressources ecclésiastiques; cardinaux ne doit pas dépasser vingt ou vingt-cinq ans, les évêques ne sont jamais dépasser vingt ou trente, archidiacres cinq ou sept, et les doyens, comme leurs délégués, doivent être satisfaits avec deux chevaux.

Ils ne devraient pas partir avec les chiens de chasse et les oiseaux, mais ils devraient procéder de telle manière qu'ils sont perçus comme cherchant pas la leur, mais les choses de Jésus-Christ. Qu'ils ne cherchent banquets riche mais laissez les recevoir avec gratitude ce qui est dûment et convenablement pourvu {5}. Défendons aussi aux évêques de la charge de leurs sujets avec les taxes et impositions. Mais nous leur permettre, pour les nombreux besoins qui viennent parfois sur eux, si la cause est claire et raisonnable, pour demander de l'aide animée par la charité. Car, puisque l'apôtre dit que les enfants ne devraient pas à amasser pour leurs parents, mais les parents pour leurs enfants, il semble être loin de l'affection paternelle si supérieurs sont lourdes à leurs sujets, comme un berger quand ils doivent les garder dans toutes leurs besoins. Archidiacres ou doyens ne doivent pas présumer d'imposer des redevances ou taxes sur les prêtres ou clercs. En effet, ce qui a été dit ci-dessus par voie d'accord sur le nombre de chevaux peuvent être observées dans ces lieux où il ya davantage de ressources ou de revenus, mais dans les endroits les plus pauvres que nous souhaitons mesure afin d'être observé que la visite de plus de personnages ne doit pas être un fardeau pour le plus humble, de peur que par une telle subvention à ceux qui étaient habitués à utiliser moins de chevaux doivent penser que les pouvoirs les plus étendus ont été accordées.

5. Si un évêque ordonne quelqu'un comme diacre ou le prêtre, sans un titre définitif à partir de laquelle il peut tirer les nécessités de la vie, que l'évêque lui apporter ce dont il a besoin jusqu'à ce qu'il lui attribuer le salaire approprié de services de bureau dans une église, à moins qu'il arrive que la personne est ordonné dans une telle position qu'il ne peut trouver le soutien de la vie de son propre héritage ou en famille.

6. Une coutume plus répréhensibles s'est établie dans certains endroits où nos frères et collègues évêques et même archidiacres ont passé sentence d'excommunication ou de suspension, sans aucune mise en garde précédente sur ceux qui pensent se pourvoir en cassation. D'autres aussi, alors ils ont peur de la peine et la discipline canonique d'un supérieur hiérarchique, déposer un recours, sans aucun motif réel et permettent donc l'utilisation d'un moyen ordonné pour l'aide de l'innocent comme une défense de leurs propres méfaits. Par conséquent, pour prévenir les prélats surcharger leurs propres sujets, sans raison, ou sujets à leur volonté d'être en mesure d'échapper à la correction des prélats sous couvert d'un appel, nous nous sommes couchés par le présent décret que les prélats ne devraient pas passer la peine de suspension ou de l'excommunication sans précédent avertissement canonique, sauf si la faute est telle que par sa nature, il encourt la peine d'excommunication {6}, et que les sujets ne devraient pas avoir recours téméraire à un appel, contrairement à la discipline ecclésiastique, avant l'introduction de leur cas.

Mais si quelqu'un croit qu'en raison de son propre besoin, il devrait faire appel, laissez une limite appropriée soit fixé pour son qu'elle fait, et si cela arrive qu'il omet de le faire dans ce délai, que l'évêque utiliser librement sa propre autorité. Si dans n'importe quelle entreprise quelqu'un fait un appel, mais ne s'affiche pas lorsque le défendeur est arrivé, lui faire faire un remboursement adéquat des frais du défendeur, s'il est en mesure de le faire; de ​​cette façon, au moins par la crainte, une personne peut être dissuadés de faire un appel à la légère la blessure de l'autre. Mais nous souhaitons que dans les maisons religieuses en particulier ce qui devrait être observé, à savoir que des moines ou des religieuses d'autres, quand ils sont à corriger d'un défaut, ne devraient pas présumer de recours contre la discipline régulière de leur supérieur ou d'un chapitre, mais ils devraient humblement et dévotement soumettre à ce qui est utilement leur enjoignit pour leur salut.

7. Puisque dans le corps de l'Église, tout ce doit être traitée avec un esprit de charité, et ce qui a été reçu gratuitement doit être donné librement, il est absolument scandaleux que dans le trafic de certaines églises est dit d'avoir une place, de sorte qu'une accusation est portée pour l'intronisation des évêques, des abbés ou des personnes ecclésiastiques, pour l'installation de prêtres dans une église, des enterrements et des funérailles, pour la bénédiction de mariages ou d'autres sacrements, et que celui qui a besoin d'eux ne peut pas les gagner à moins qu'il fait d'abord une offre à la personne qui les accorde. Certains pensent que cela est permis dans la croyance que la coutume de longue date lui a donné force de loi. Ces personnes, aveuglé par l'avarice, ne sont pas conscients que le plus une âme malheureuse est lié par les crimes du burin ils sont.

Par conséquent, afin que ce ne peut être fait à l'avenir, nous interdisent sévèrement que tout être exigé pour l'intronisation de personnes ecclésiastiques ou à l'institution des prêtres, pour enterrer les morts, ainsi que pour les mariages bénédiction ou pour toute autre sacrement. Mais si quelqu'un prétend agir contre cela, lui faire savoir qu'il aura son lot d'Giezi {7}, dont l'action qu'il imite par sa demande d'un présent honteux. Par ailleurs, nous interdisons les évêques, abbés ou autres prélats d'imposer de nouvelles églises cotisations, augmentation de la vieille ou de présumer de s'approprier à leur propre usage une partie des revenus, mais laissez-les facilement préserver pour leurs sujets ces libertés que les supérieurs veulent être préservés pour eux-mêmes . Si quelqu'un agit autrement, son action doit être jugée non valide.

8. Que personne ne ministères ecclésiastiques ou même des bénéfices ou des églises peut être cédé ou promis à quiconque avant qu'ils ne soient vacants, afin que personne ne semble souhaiter la mort de son voisin, dont la position ou bénéfice, il croit être le successeur. Car, puisque nous trouvons ce même interdit dans les lois des païens eux-mêmes, il est absolument scandaleux et appelle à la punition du jugement de Dieu, si l'espérance de la succession future devrait avoir aucune place dans l'église de Dieu quand même les païens ont pris soin de le condamner. Mais chaque fois prébendes ecclésiastiques ou de toute bureaux arriver à devenir vacants dans une église, ou sont même désormais vacants, qu'ils ne restent plus sans affectation et laissez-les être conféré dans les six mois sur les personnes qui sont capables de les administrer dignement. Si l'évêque, quand il le concerne, les retards à la nomination, que ce soit fait par le chapitre, mais si l'élection appartient au chapitre et il ne fait pas la nomination dans le délai prescrit, que l'évêque procède selon Dieu sera, avec l'avis des hommes religieux, ou si par hasard tous échouent à le faire, laissez-le Metropolitan disposer de ces questions sans opposition de leur part et conformément à la volonté de Dieu.

9. Depuis que nous devons à la fois à l'usine sainte religion et de toute façon à le chérir lorsqu'il est planté, nous ne serons jamais remplir ce mieux que si nous prenons soin de nourrir ce qui est juste et de corriger ce qui se tient dans la façon dont les progrès de la vérité par des moyens de l'autorité qui nous sont confiés {8}. Maintenant que nous avons appris à partir des plaintes très ferme de nos frères et collègues évêques que les Templiers et les Hospitaliers, et d'autres religieuses professes, dépassant les privilèges qui leur sont accordées par le Siège Apostolique ont souvent ignoré l'autorité épiscopale, provoquant scandale pour le peuple de Dieu et de graves danger pour les âmes. On nous dit qu'ils reçoivent églises des mains des laïcs, qu'ils admettent ceux de moins de excommunication et d'interdit aux sacrements de l'église et à l'inhumation, que dans leurs églises, ils nommer et de révoquer les prêtres à l'insu de l'évêque, que lorsque les frères d'aller chercher l'aumône, et il est acquis que les églises devraient être ouvertes à leur arrivée une fois par an et les services divins devrait être célébrée en eux, plusieurs d'entre eux d'une ou plusieurs maisons sont souvent aller à un endroit en interdit et les abus les privilèges accordés {9} pour eux en organisant le service divin, et ensuite prétendre à enterrer les morts dans la dite église.

A l'occasion aussi des confréries dont ils établissent dans de nombreux endroits, elles affaiblissent l'autorité des évêques, car contrairement à leur décision et sous la couverture de certains privilèges dont ils cherchent à défendre tous ceux qui souhaitent se joindre à leur approche et de fraternité. En ces matières, parce que les défauts ne se posent pas tellement avec les connaissances ou les conseils de ses supérieurs que de l'indiscrétion de certains sujets, nous avons décrété que les abus doivent être enlevés et les points douteux réglée. Nous interdisons absolument que ces ordres et de tous les religieux d'autres devraient recevoir des églises et des dîmes des mains des laïcs, et nous avons même les commander de mettre de côté ce qu'ils ont récemment reçu contraires au présent arrêté. Nous déclarons que ceux qui sont excommuniés ou interdits par leur nom, doivent être évités par eux et tous les autres, selon la sentence de l'évêque. Dans les églises qui ne leur appartient pas de plein droit, leur permettre de présenter aux évêques, les prêtres à être institué, afin que pendant qu'ils sont responsables devant les évêques pour le soin des gens, ils peuvent donner à leurs propres membres un compte bon des questions temporelles.

Qu'ils pas la prétention de supprimer ces prêtres qui ont été nommés sans d'abord consulter les évêques. Si les Templiers ou les Hospitaliers venir à une église qui est un interdit, qu'ils soient autorisés à détenir les services de l'église qu'une fois par année et ne les laisse pas y enterrer les corps des morts. En ce qui concerne les confréries, nous déclarons ce qui suit: si quelqu'un ne se donne tout entier à ladite frères, mais décident de garder leurs possessions, ils sont en aucune façon sur ce compte exemptés de la sentence des évêques, mais les évêques peuvent exercer leur pouvoir sur eux comme sur les autres paroissiens quand ils sont à corriger de leurs fautes. Qu'est-ce qui a été dit au sujet des frères dit, nous déclarons doivent être observées à l'égard d'autres religieuses qui prétendent revendiquer pour eux-mêmes les droits des évêques et osent violer leurs décisions canoniques et la teneur de nos privilèges. Si elles ne respectent pas ce décret, laisser les églises dans lesquelles ils osent afin d'agir être placé en interdit, et laissez ce qu'ils ne soient considérés comme nuls.

10. Moines ne doivent pas être reçus dans un monastère pour de l'argent, ni l'argent sont-ils autorisés de leurs propres. Ils ne doivent pas être stationnés séparément dans des villes ou des églises paroissiales, mais ils doivent rester dans les grandes collectivités ou avec certains de leurs frères, ils ne sont pas à attendre le seul parmi les gens du monde de l'attaque de leurs ennemis spirituels, puisque Salomon dit: Malheur à celui qui est seul quand il tombe et n'a pas une autre pour le relever. Si quelqu'un peut être exigé donne quelque chose pour sa réception, ne le laissez pas passer à l'ordre sacré et de laisser celui qui a reçu lui être puni par la perte de son bureau. S'il a de l'argent en sa possession, sauf s'il lui a été accordé par l'abbé pour un but spécifique, qu'il soit retiré de la communion de l'autel, et toute personne qui se trouve à sa mort avec de l'argent en sa possession {10} est de ne pas recevoir de sépulture parmi ses frères et la masse ne doit pas être offert pour lui. Nous ordonnons que ce doit aussi être observée à l'égard d'autres religieuses. Laissez l'abbé qui n'exerce pas de soins dans des questions telles sais qu'il va encourir la perte de son bureau. Ni prieurés, ni obédiences doivent être remis à n'importe qui pour une somme d'argent, sinon à la fois donneur et le receveur doivent être privés du ministère dans l'église. Prieurs, quand ils ont été nommés à des églises conventuelles, ne doivent pas être changé, sauf pour une cause claire et raisonnable, par exemple si elles sont vauriens ou de vivre des vies immorales ou ont commis une infraction pour laquelle ils devraient clairement être retiré, ou si le compte des demandes des plus hautes fonctions qu'ils doivent être transférés sur les conseils de leurs frères.

11. Clercs dans les ordres sacrés, qui en concubinage ouverte garder leurs maîtresses dans leurs maisons, doivent soit les rejeter et de vivre continently ou être privé de son office ecclésiastique et de bénéfice. Que tous ceux qui sont trouvés coupables de ce vice contre nature pour lequel la colère de Dieu est descendu sur les fils de la désobéissance et détruit les cinq villes avec le feu, si elles sont clercs être expulsé du clergé ou confinés dans des monastères à faire pénitence; si elles sont laïcs, ils sont d'encourir l'excommunication et être complètement séparée de la société des fidèles. Si tout autre clerc, sans cause évidente et nécessaire prétend couvents de religieuses fréquentes, que l'évêque l'éloigner, et s'il ne s'arrête pas, qu'il soit admissible à un bénéfice ecclésiastique.

12. Clercs dans le sous-diaconat et au-dessus et également ceux dans les ordres mineurs, s'ils sont soutenus par les revenus ecclésiastiques, ne doivent pas présumer à devenir des défenseurs en matière juridique devant un juge laïque, à moins qu'ils se trouvent défendre leur propre cause ou celle de leurs l'église, ou agissant pour le compte de l'impuissance qui ne peuvent pas défendre leurs propres causes. Laissez-religieux prétend pas se faire sur eux-mêmes la gestion des villes ou même juridiction séculière sous les princes ou les laïcs de manière à devenir leurs ministres de la justice. Si quelqu'un ose agir contrairement à ce décret, et si contraire à l'enseignement de l'Apôtre qui a dit, aucun soldat de Dieu devient empêtré dans les affaires profanes, et agit comme un homme de ce monde, qu'il soit privé de ministère ecclésiastique, sur les au motif que négliger son devoir comme un clerc, il plonge dans les vagues de ce monde à ses princes s'il vous plaît. Nous décrétons dans la plus stricte des termes qui les religieux qui suppose d'essayer l'une des choses ci-dessus doivent être punis.

13. Parce que certains, pas de limite à la mise leur avarice, s'efforcer d'obtenir plusieurs dignités ecclésiastiques et plusieurs églises paroissiales contraire aux décrets des saints canons, de sorte que si elles ne sont guère en mesure de remplir un bureau suffisamment qu'ils prétendent les revenus des très nombreux, nous interdisent formellement pour le futur. Par conséquent, quand il est nécessaire de confier une église ou un ministère ecclésiastique à personne, la personne recherchée pour ce bureau devrait être de nature qu'il est capable de résider dans le lieu visité et exercer ses soins pour lui-même. Si au contraire se fait à la fois celui qui la reçoit est d'en être privé, parce qu'il a reçus, il contraire aux saints canons, et celui qui l'a donné, c'est de perdre son pouvoir de conférer l'.

14. Parce que l'ambition des uns a fait tant qu'ils sont dit de tenir non pas deux ou trois mais six églises ou plus, et comme ils ne peuvent pas consacrer les soins appropriés à deux, nous ordonnons, à travers nos frères et les plus chères collègues évêques, que ce soit corrigé, et à l'égard de ce pluralisme, si contraire aux canons, et qui donne lieu à un comportement lâche et l'instabilité, et les causes danger certain pour les âmes de ceux qui sont capables de servir les églises dignement, c'est notre souhait pour soulager leurs souhaitez en bénéfices ecclésiastiques. En outre, puisque certains des laïcs sont devenus si gras que le mépris de l'autorité des évêques qu'ils nomment clercs des églises et même les supprimer quand ils le souhaitent, et de distribuer les biens et les autres biens de l'église pour la plupart, en fonction de leurs propres désirs, et osent même le fardeau des églises elles-mêmes et leur peuple avec les taxes et impositions, nous décrétons que ceux qui à partir de maintenant sont rendus coupables de tels comportements doivent être punis par anathème.

Prêtres ou clercs qui reçoivent la charge d'une église des mains de laïcs {11}, sans l'autorité de leur évêque, seront privés de la communion, et si elles persistent, elles doivent être déposés auprès du ministère ecclésiastique et de ordre. Nous sommes fermement arrêté que parce que certains des ecclésiastiques vigueur laïcs et même des évêques de venir devant leurs tribunaux, ceux qui prétendent le faire à l'avenir doivent être séparés de la communion des fidèles. En outre, nous interdisons les personnes laïques, qui détiennent les dîmes au danger de leurs âmes, de les transférer de quelque manière que {12} à d'autres personnes laïques. Si quelqu'un les reçoit et ne les remettre à l'église, qu'il soit privé de sépulture chrétienne.

15. Bien que dans devoirs de la charité, nous sommes particulièrement dans l'obligation de ceux dont nous savons que nous avons reçu un cadeau, sur les clercs contraire certains, après avoir reçu de nombreux biens de leurs églises, ont présumé de transférer ces biens à d'autres usages. Nous interdisons cela, sachant qu'il est également interdit par des canons anciens. Par conséquent, comme nous le souhaitons pour éviter d'endommager les églises, nous ordonnons que ces biens doivent rester sous le contrôle des églises, que les clercs meurent intestat ou si vous souhaitez les donner aux autres. Par ailleurs, puisque dans certains endroits de certaines personnes appelées doyens sont nommés pour une redevance et exerce sa juridiction épiscopale pour une somme d'argent, par le présent décret, nous déclarons que ceux qui présument de l'avenir pour ce faire devraient être privés de leur bureau et l'évêque perdent le pouvoir de conférer cette fonction.

16. Depuis, dans chaque Eglise ce qui est approuvé par la plus grande et des hauts {13} une partie des frères devraient être observées sans hésitation, c'est une question très grave et condamnable que dans certaines églises de quelques personnes, parfois non pas tant pour une bonne raison pour que leur propre volonté, empêchent souvent d'une élection et ne permettent pas la nomination ecclésiastique pour aller de l'avant. Par conséquent, nous déclarons par le présent décret à moins que quelque objection raisonnable est montré par le petit parti et junior, en dehors de l'appel, ce qui est déterminé par la plus grande et des hauts {14} le cadre du chapitre devrait toujours prévaloir et doit être mis en vigueur . Ni la laisser reposer dans la voie de notre décret si par hasard quelqu'un dit qu'il est sous serment de préserver la coutume de son église. Pour cela n'est pas d'être appelé un serment, mais plutôt le parjure, qui est opposé à l'avantage de l'église et les décrets des saints pères. Si quelqu'un prétend maintenir sous douane serment, qui ne sont ni pris en charge par la raison ni en accord avec le sacré décrets, qu'il soit nié la réception du corps du Seigneur jusqu'à ce qu'il effectue la pénitence est nécessaire.

17. Puisque dans certains endroits, les fondateurs d'églises ou de leurs héritiers les abus du pouvoir dans laquelle l'Eglise les a soutenus jusqu'à présent, et bien il devrait y avoir un supérieur dans l'église de Dieu ils ont néanmoins s'ingénient à en choisir plusieurs, sans égard à la subordination, et bien il devrait y avoir une recteur dans chaque église ils ont néanmoins présenté plusieurs en vue de protéger leurs propres intérêts; pour ces raisons, nous déclarons par le présent décret que si les fondateurs de soutien de plusieurs candidats, que l'on devrait être en charge de l'église qui est soutenu par une plus grande mérites et est choisi et approuvé par le consentement du plus grand nombre. Si cela ne peut se faire sans scandale, que l'évêque organiser de la manière qu'il voit le mieux en fonction de la volonté de Dieu. Il devrait également le faire si la question du droit de patronage se pose entre plusieurs personnes, et il n'a pas été réglé à qui il appartient, dans les trois mois {15}.

18. Depuis l'église de Dieu est tenu de fournir, comme une mère pour ceux qui en veulent, en ce qui concerne à la fois aux choses qui concernent le soutien du corps et celles qui conduisent à des progrès de l'âme, donc, afin que la possibilité d'apprendre de lire et de progrès dans l'étude n'est pas retirée aux enfants pauvres qui ne peuvent pas être aidés par le soutien de leurs parents, dans chaque église cathédrale un maître doit être affecté certains bénéfice appropriée afin qu'il puisse enseigner les clercs de cette église et les savants pauvres . Ainsi, les besoins de l'enseignant doivent être fournies et le chemin vers la connaissance ouverte pour les apprenants. Dans d'autres églises et monastères aussi, si quelque chose dans le passé de temps a été attribué en eux à cet effet, il devrait être rétabli. Que personne ne demande pas d'argent pour une licence d'enseigner, ou sous couvert de quelque coutume cherchent quelque chose de professeurs, ou interdire à quiconque d'enseigner qui est convenable et a demandé une licence. Quiconque prétend agir contre ce décret est d'être privés de bénéfice ecclésiastique. En effet, il semble juste que dans l'église de Dieu d'une personne ne devraient pas avoir le fruit de son travail, si l'auto-cherche, il cherche à empêcher la progression des églises en vendant la licence d'enseigner.

19. Elle est reconnue comme une affaire très grave, en ce qui concerne le péché de ceux qui le font pas moins que la perte de ceux qui la subissent, que dans plusieurs parties du monde, les gouverneurs et les fonctionnaires des villes, et d'autres aussi qui sont perçus comme ont le pouvoir, imposent souvent des églises afin de nombreux fardeaux et les accabler de telles impositions lourdes et fréquentes, que sous eux le sacerdoce semble être dans un état pire qu'elle ne l'était sous le Pharaon, qui n'avait aucune connaissance de la loi divine. Il a en effet, bien qu'il réduit tous les autres à l'esclavage, a quitté ses prêtres et leurs possessions dans leur ancienne liberté, et leur a fourni avec le soutien de fonds publics. Mais ces autres imposent des charges de près de toutes sortes sur les églises et les affliger des exactions tant que les lamentations de Jérémie semble s'appliquer à eux, le prince des provinces est devenue tributaire. Pour toutes les fois qu'ils pensent que les retranchements ou des expéditions ou toute autre chose doit être fait, ils souhaitent que presque tout doit être saisi des biens affectés à l'usage des églises, les clercs et les pauvres du Christ.

Ils ont même afin de réduire la compétence et l'autorité des évêques et autres prélats que ces semblent conserver aucun pouvoir sur leurs propres sujets. Mais si nous devons dans ce deuil soit pour les églises, nous devons pleurer pas moins pour ceux qui semblent avoir complètement mis de côté la crainte de Dieu et le respect de l'ordre ecclésiastique. C'est pourquoi nous leur interdisent strictement sous peine d'anathème pour tenter de tels actes à l'avenir, à moins que l'évêque et le clergé voir la nécessité ou l'avantage d'être si grande qu'ils croient que lorsque les moyens de les laïcs sont insuffisants, l'aide doit être donné volontairement par les églises pour soulager les besoins communs. Mais si dans les futurs fonctionnaires ou autres présument de poursuivre de telles pratiques et après avertissement refuser de s'arrêter, laisser les deux, eux et leurs partisans savent qu'ils sont excommuniés, et ne les laisse pas être restauré à la communion des fidèles, sauf qu'ils font la satisfaction due.

20. Sur les traces de nos prédécesseurs d'heureuse mémoire, Innocent et Eugène papes, nous interdisons ces joutes abominables et des foires, qui sont communément appelés tournois, dans lesquels les chevaliers se réunissent par un accord et témérairement s'engager dans exhibant leurs prouesses physiques et audacieux, et qui entraînent souvent des décès humains et de danger pour les âmes. Si l'un d'eux meurt sur ces occasions, bien que le pardon {16} ne doit pas être renié quand il le demande, il sera privé d'un enterrement religieux.

21. Nous décrétons que les trêves sont à inviolablement observés par tous à partir après le coucher jusqu'au lever du soleil le mercredi, le lundi, et de l'Avent jusqu'à l'octave de l'Epiphanie, et de la Septuagésime jusqu'à l'octave de Pâques. Si quelqu'un essaie de rompre la trêve, et il ne se conforme pas, après le troisième avertissement, que son évêque, prononcer la sentence d'excommunication et de communiquer sa décision par écrit aux évêques voisins. Par ailleurs, laissez aucun évêque reçoit dans la communion de la personne excommuniée, mais plutôt qu'il soit confirmer la peine reçue par écrit. Si quelqu'un suppose de porter atteinte à cela, il va le faire au risque de sa position. Depuis une corde à trois fils ne sont pas rapidement rompu, nous enjoignons les évêques, vu que pour Dieu et le salut du peuple, et mettant de côté toute timidité, de fournir de l'autre avec l'avocat de mutuelle et d'aider à maintenir fermement la paix, et de ne pas omettre cette devoir en raison de toute affection ou d'aversion. Car, si quelqu'un se trouve être tiède dans l'œuvre de Dieu, laissez-le encourent la perte de sa dignité.

22. Nous renouvelons notre décret que les prêtres, moines, clercs, frères laïcs, les commerçants et les paysans, dans leur va et vient et leur travail sur le terrain, et les animaux qui portent des graines sur le terrain, devrait jouir d'une sécurité adéquate, et que personne ne doit imposer à quiconque de nouvelles exigences pour les péages, sans l'approbation des rois et des princes, ou à renouveler celles déjà imposées ou en aucune façon augmenter la vieille. Si quelqu'un prétend agir contre ce décret et ne s'arrête pas après l'avertissement, qu'il soit privé de la société chrétienne, jusqu'à ce qu'il fait de la satisfaction.

23. Bien que les Apôtres dit que nous devrions accorder plus d'honneur à nos membres les plus faibles, certains ecclésiastiques, en cherchant ce qui est le leur et non pas les choses de Jésus-Christ, ne permettent pas de lépreux, qui ne peuvent pas demeurer avec les saines ou viennent à l'église avec d'autres, ont leurs propres églises et les cimetières ou d'être aidé par le ministère de leurs prêtres. Comme il est reconnu que cela est loin de la piété chrétienne, nous décrétons, en conformité avec la charité apostolique, que partout où tant de gens sont rassemblés sous un mode de vie commun qu'ils sont capables d'établir une église pour eux-mêmes avec un cimetière et se réjouir de de leur propre prêtre, ils devraient être autorisés à en avoir sans contradiction. Laissez-les prendre soin, toutefois, de ne pas nuire en aucune façon les droits paroissiaux des églises établies. Pour nous ne souhaitons pas que ce qui est leur a accordé sur le score de la piété doit causer un préjudice à autrui. Nous déclarons également que ils ne devraient pas être obligés de payer la dîme de leurs jardins ou le pâturage des animaux.

24. L'avarice cruelle a donc saisi le cœur de certains qui si elles gloire dans le nom de chrétiens, ils fournissent les Sarrasins avec les bras et le bois pour les casques, et de devenir leurs égaux ou même leurs supérieurs dans la méchanceté et de leur fournir des armes et des nécessités d'attaquer les chrétiens. Il ya même certains qui agissent pour le gain comme capitaines ou pilotes dans les cuisines ou les vaisseaux pirates sarrasins. Par conséquent, nous déclarons que ces personnes doivent être coupés de la communion de l'Église et être excommunié pour leur méchanceté, que les princes catholiques et des magistrats civils devraient confisquer leurs biens, et que si ils sont capturés, ils doivent devenir les esclaves de leurs ravisseurs. Nous ordonnons que tout au long des églises de villes maritimes excommunication solennelle fréquentes et doivent être prononcées contre eux. Que ceux aussi être sous l'excommunication qui osent Romains voler ou d'autres chrétiens qui naviguent pour le commerce ou d'autres fins honorables. Que ceux aussi qui dans les plus vils suppose l'avarice de voler les chrétiens naufragés, dont la règle de la foi qu'ils sont tenus d'aider, savent qu'ils sont excommuniés à moins qu'ils ne restituer les biens volés.

25. Presque partout, le crime de l'usure est devenue tellement ancrée que beaucoup, en omettant d'autres affaires, l'usure la pratique comme si elle était autorisée, et en aucune façon d'observer comment il est interdit à la fois dans l'Ancien Testament et Nouveau. Nous avons donc déclarer que les usuriers notoires ne devraient pas être admis à la communion de l'autel ou recevoir une sépulture chrétienne, s'ils meurent dans ce péché. Quiconque les reçoit ou leur donne sépulture chrétienne devrait être contraint de donner en retour ce qu'il a reçu, et qu'il demeure suspendu de l'exercice de ses fonctions jusqu'à ce qu'il a fait de la satisfaction, selon le jugement de son propre évêque.

26. Juifs et les Sarrasins ne doivent pas être autorisés à avoir des serviteurs chrétiens dans leurs maisons, soit sous prétexte de nourrir leurs enfants ou pour un service ou pour toute autre raison. Que ceux qui prétendent être excommunié à vivre avec eux. Nous déclarons que la preuve des chrétiens est d'être accepté contre les Juifs dans tous les cas, puisque les Juifs emploient leurs propres témoins contre les chrétiens, et que ceux qui préfèrent les juifs aux chrétiens dans cette affaire sont de mentir sous peine d'anathème, car les Juifs doivent être soumises à chrétiens et d'être soutenus par eux pour des raisons d'humanité seul. Si toute l'inspiration de Dieu sont convertis à la foi chrétienne, ils ne sont en aucune façon d'être exclus de leurs biens, puisque la condition de convertis doivent être mieux qu'avant leur conversion. Si cela n'est pas fait, nous enjoignons aux princes et les souverains de ces lieux, sous peine d'excommunication, le devoir de rétablir pleinement à ces convertis de la part de leur héritage et des biens.

27. Comme dit saint Léon, bien que la discipline de l'église devrait être satisfait du jugement du prêtre et ne devrait pas causer l'effusion de sang, mais il est aidé par les lois des princes catholiques afin que les gens cherchent souvent un remède salutaire quand ils crainte que les châtiments corporels seront les dépasser. Pour cette raison, puisque dans la Gascogne et les régions d'Albi et Toulouse et dans d'autres endroits de l'infâme hérésie de ceux que certains appellent les Cathares, les autres l'Patarenes, d'autres publicains et d'autres par des noms différents, a connu une croissance si forte qu'ils ne plus pratiquer leur méchanceté en secret, comme les autres, mais proclament publiquement leur erreur et en tirer les simples et faibles pour se joindre à eux, nous déclarons que eux et leurs défenseurs et ceux qui les reçoivent sont sous peine d'anathème, et nous interdisent, sous peine d'anathème que quiconque doit garder ou de les soutenir dans leurs maisons ou des terres ou devrait le commerce avec eux. Si quelqu'un meurt dans ce péché, alors ni sous couvert de nos privilèges accordés à personne, ni pour toute autre raison, c'est la masse qui seront offerts pour eux ou sont-ils à recevoir de sépulture parmi les chrétiens.

En ce qui concerne les Brabançons, les Aragonais, Navarrais, Basques, Coterelli et Triaverdini {17}, qui pratiquent une telle cruauté sur les chrétiens qu'ils respectent ni églises, ni monastères, et n'épargnant ni les veuves, les orphelins, vieux ou jeune, ni n'importe quel âge ou le sexe, mais comme les païens détruire et dévaster tout, nous avons même décret que ceux qui embauchent, de garder ou de les soutenir, dans les districts où ils rage autour, doit être dénoncé publiquement les dimanches et autres jours solennels dans les églises, qu'ils devraient être soumis dans toutes les moyen de la même peine et peine que les hérétiques mentionnés ci-dessus et qu'ils ne doivent pas être reçus dans la communion de l'Église, à moins qu'ils abjurer leur pernicieuse de la société et de l'hérésie. Tant que ces personnes persistent dans leur méchanceté, que tous ceux qui sont liés à eux par aucun pacte savent qu'ils sont libres de toute obligation de loyauté, d'hommage ou toute obéissance. Sur ces {18} et sur ​​tous les fidèles, nous enjoignons, pour la rémission des péchés, qu'ils s'opposent à ce fléau de toutes leurs forces et par les armes de protéger le peuple chrétien à leur encontre. Leurs biens sont confisqués et les princes libres de les soumettre à l'esclavage.

Ceux qui, dans une vraie douleur de leurs péchés mourir dans un tel conflit ne doit pas douter qu'ils recevront le pardon de leurs péchés et le fruit d'une récompense éternelle. Nous aussi nous faire confiance en la miséricorde de Dieu et l'autorité du bienheureux Apôtres Pierre et Paul, accorder aux fidèles chrétiens qui prennent les armes contre eux, et qui sur les conseils d'évêques ou autres prélats cherchent à les chasser, une rémission pendant deux ans de pénitence qui leur sont imposées, ou, si leur service est plus long, nous le confions à la discrétion des évêques, à qui cette tâche a été commise, à accorder une plus grande indulgence, selon leur jugement, en proportion du degré de leur labeur. Nous ordonnons que ceux qui refusent d'obéir à l'exhortation des évêques dans cette affaire ne devrait pas être autorisé à recevoir le corps et le sang du Seigneur.

En attendant que nous recevons sous la protection de l'église, comme nous le faisons ceux qui visitent le tombeau du Seigneur, ceux qui ont tiré par leur foi ont pris sur eux la tâche de chasser ces hérétiques, et nous décrétons qu'il doit rester intact de toute inquiétude à la fois dans leurs biens et des personnes. Si quelqu'un d'entre vous suppose de les molester, il encourra la peine d'excommunication de l'évêque du lieu, et que la sentence soit observée par tous jusqu'à ce ce qui a été enlevé a été restauré et la satisfaction convenable a été faite de la perte infligée . Les évêques et les prêtres qui ne résistent pas les torts sont d'être punis par la perte de leur mandat jusqu'à ce qu'ils aient le pardon du siège apostolique.


NOTES

  • 1 sondeur en Cr, LC-Msi, H
  • 2 antipape Victor IV (1159-1164)
  • 3 antipape Pascal III (1164-1168)
  • 4 antipape Calixte III (1168-1178)
  • 5 Laissez-pas ... fourni omis dans Cr Su.
  • 6 lecture de la suspension ou la variante de l'excommunication dans Rm, H
  • 7 Voir 4 kg, 20-27
  • 8 par Dieu ajoute en H
  • 9 par nous ajouter dans H
  • 10 et ne s'est pas repenti de manière montage ajouté dans H
  • 11 si sous couvert de mécénat ou de toute autre manière ajoutée dans H
  • 12 sans le consentement de leur évêque ajouté dans H
  • 13 sondeur dans H
  • 14 lecture de la variante plus solide en Rm
  • 15 Quatre lecture de variante dans Rm, deux en H
  • 16 H pénitence
  • 17 omis dans H
  • 18 princes H
    Introduction et traduction prise de décrets des conciles œcuméniques, éd. Norman P. Tanner.


    Concile de Latran IV - 1215 AD

    Informations avancées

    CONSTITUTIONS

    1. Confession de foi
    2. Sur l'erreur de l'abbé Joachim
    3. Sur Hérétiques
    4. Sur la fierté des Grecs envers les Latins
    5. La dignité de la patriarcale voit
    6. Sur les conseils provinciaux annuels
    7. La correction des infractions et la réforme des mœurs
    8. Sur enquêtes
    9. Sur les rites différents dans la même foi
    10. Sur la nomination des prédicateurs
    11. Sur les maîtres d'école pour les pauvres
    12. Sur chapitres généraux des moines
    13. Une interdiction de nouveaux ordres religieux
    14. L'incontinence des clercs
    15. Commis aux écritures et la gourmandise ivresse
    16. Le décorum à la tenue et du comportement des clercs
    17. Dissolue prélats
    18. Clercs de dissocier de verser du sang
    19. Que les objets profanes ne peuvent être conservées dans les églises
    20. Chrismale et de l'Eucharistie pour être gardé sous clé
    21. Sur la confession annuelle à son propre prêtre, la communion annuelle, le sceau confessionnel
    22. Les médecins de l'organisme à conseiller aux patients de médecins de garde de l'âme
    23. Les églises sont d'être sans un prélat pour pas plus de 3 mois
    24. L'élection démocratique de pasteurs
    25. Élections invalide
    26. Nominés pour les prélatures d'être soigneusement examinés
    27. Les candidats au sacerdoce doivent être soigneusement formés et contrôlés
    28. Qui demande de démissionner doit démissionner
    29. Bénéfices multiples nécessitent dispense papale
    30. Pénalités pour conférer des bénéfices sur le ecclésiastique indigne
    31. Canons fils ne peut pas être chanoines où leurs pères sont
    32. Les curés d'avoir des revenus suffisants
    33. Rémunération pour les visites à être raisonnables
    34. Prélats interdit de procurer des services à un bénéfice ecclésiastique
    35. Sur les procédures d'appel
    36. Sur phrases interlocutoires
    37. Sur convocation par la Lettre apostolique
    38. Les documents écrits des essais pour être maintenu
    39. Sur sciemment recel
    40. Véritable propriétaire est le possesseur vrai même si ne possédant pas l'objet d'une année
    41. Personne n'est sciemment prescrire un objet à la mauvaise partie
    42. Clercs et laïcs ne sont pas à usurper les droits de chaque autres
    43. Clercs ne peuvent pas être forcés de prêter serment de fidélité à ceux dont elles ne disposent pas des temporalités
    44. Seuls les clercs peuvent disposer des biens d'église
    45. Pénalités pour les clients qui volent les biens église ou blesser physiquement leurs clercs
    46. Impôts ne peuvent être prélevées sur l'Église, mais l'Eglise ne peut verser des contributions volontaires pour le bien commun
    47. Sur excommunication injuste
    48. Défier le juge ecclésiastique
    49. Pénalités pour l'excommunication de l'avarice
    50. Interdiction du mariage est désormais restreint perpétuellement jusqu'au quatrième degré
    51. Mariages clandestins interdites
    52. Sur le rejet des preuves par ouï-dire un costume au matrimoniaux
    53. Sur ceux qui donnent leurs champs pour les autres à être cultivées de manière à éviter les dîmes
    54. La dîme doit être payée avant impôts
    55. Les dîmes doivent être payés sur les terres acquis, nonobstant les privilèges
    56. Un prêtre de la paroisse ne doit pas perdre une dîme sur compte de certaines personnes faisant un pacte
    57. Interpréter les mots de privilèges
    58. Sur le même en faveur des évêques
    59. Religieux ne peut pas donner de cautionnement sans l'autorisation de son abbé et le couvent
    60. Abbés de ne pas empiéter sur le ministère épiscopal
    61. Religieux ne peuvent pas recevoir les dîmes de mettre la main
    62. En ce qui concerne les reliques du saint
    63. Sur la simonie
    64. Simony en ce qui concerne les moines et les nonnes
    65. Simonie et d'extorsion
    66. Simony et l'avarice des clercs
    67. Juifs et l'usure excessive
    68. Juifs se montrer en public
    69. Juifs de ne pas tenir les bureaux publics
    70. Juifs convertis ne peuvent conserver leur ancien rite
    71. Croisade pour reprendre la Terre sainte

    Présentation

    Durant le pontificat d'Innocent III (1198-1216) il semble y avoir eu une croissance beaucoup plus dans la réforme de l'Église et dans sa liberté de la soumission à l'empire, ainsi que dans la primauté de l'évêque de Rome et de la convocation d'ecclésiastiques d'affaires à la curie romaine. Innocent lui-même, tournant son esprit tout entier aux choses de Dieu, s'est efforcé de construire la communauté chrétienne. Les choses spirituelles, et donc de l'église, ont été d'avoir la première place dans cette entreprise, de sorte que les affaires humaines devaient être dépendant, et d'attirer leur justification, de telles considérations.

    Le conseil peut donc être considéré comme un excellent résumé des travaux du pontife et aussi sa plus grande initiative. Il n'a pas pu, cependant, pour l'amener à son terme car il mourut peu après (1216). Catastrophes chrétienne en Terre sainte sans doute fourni l'occasion d'Innocent à l'appel du Conseil. Ainsi, le souverain pontife a ordonné une nouvelle croisade pour être proclamé. Mais il a aussi utilisé la croisade comme un instrument de l'administration ecclésiastique, combinée avec la réforme de l'église, à savoir dans une guerre acharnée contre les hérétiques, qui, pensait-il rétablir la société ecclésiastique.

    Le conseil a été convoqué le 19 avril 1213 à répondre en Novembre 1215. Tous les évêques et les abbés de l'église ainsi que les prieurs et même (ce qui était nouveau) chapitres des églises et des ordres religieux - Cisterciens savoir Prémontrés, Hospitaliers et Templiers - et les rois et les autorités civiles à travers l'Europe ont été invités. Les évêques ont explicitement demandé de proposer des sujets de discussion au Conseil, quelque chose qui ne semble pas avoir eu lieu au sein des conseils Latran précédent. Cela a été fait par les légats qui avaient été envoyés dans toute l'Europe pour prêcher la croisade. Dans chaque province seulement un ou deux évêques ont été autorisés à rester à la maison, tout le reste ont été condamnés à être présents. Les buts du Conseil ont été clairement énoncées par Innocent lui-même: "pour éradiquer les vices et les vertus d'usine, afin de corriger les défauts et à réformer les mœurs, pour enlever les hérésies et de renforcer la foi, de régler les discordes et d'établir la paix, pour se débarrasser de l'oppression et à favoriser la liberté, pour inciter les princes et le peuple chrétien à venir à l'aide et le secours de la Terre Sainte ... ». Il semble que, quand Innocent convoqué le conseil qu'il voulait observer les coutumes des premiers conciles œcuméniques, et en effet ce quatrième concile du Latran a été considéré comme un conseil œcuménique par tous les savants et religieux de l'époque.

    Lorsque le conseil a commencé dans la basilique du Latran en Novembre 1215, il y avait 404 évêques présents venus de toute l'Église occidentale, et de l'église latine de l'Est un grand nombre d'abbés, chanoines et des représentants du pouvoir séculier. Pas de Grecs étaient présents, même ceux qui sont invités, à l'exception du patriarche des Maronites et un légat du patriarche d'Alexandrie. Le lien avec l'Eglise grecque était en effet négligé, et les questions sont devenues plus sérieuses à travers les actions des évêques latino vivant dans l'Est ou à travers les décrets du conseil.

    Le conseil a débuté le 11 Novembre avec le sermon du pontife. Il était particulièrement à la recherche d'une issue religieuse pour le conseil. Bientôt, cependant les questions laïques et la politique du pouvoir s'est imposée. À la deuxième session (le 20 Novembre) la lutte pour l'empire entre Frédéric II et Otton IV a été portée devant le Conseil et a donné lieu à un débat âpre et controversée. Ceci a affecté la nature du conseil d'une manière qui n'avait pas été prévue et a révélé une certaine inefficacité dans les Innocent plans pour gouverner l'Église. Enfin, la troisième session (le 30 Novembre) a été consacrée à la lecture et l'approbation des constitutions qui ont été proposées par le pontife lui-même. Le dernier décret traités avec des préparations pour une croisade - «business Jésus-Christ" - et fixe 1 Juin 1217 pour son départ, si cela a été empêché par la mort du pape.

    Les constitutions seventy semblerait donner une preuve d'excellents résultats par le Conseil. Le travail d'Innocent apparaît clairement dans les même si elles ne sont probablement pas directement composés par lui. Il les considérait comme des lois universelles et comme un résumé de la juridiction de son pontificat. Peu de liens avec les conseils antérieurs survivre, ceux avec le troisième concile du Latran être les seuls concernés dont nous connaissons.

    Ainsi,

    Les constitutions ont d'abord été édité par Cr 2 (1538) CLXV-CLXXIIv, dont le texte a été utilisé dans Cr 2 (1551) 946-967, Su 3 (1567) 735-756, et Bn 3 / 2 (1606) 1450 - 1465. Éditeurs romaine a produit une édition plus précise (Rm 4 [1612] 43-63), collationner le texte commun »avec codex manuscrit du Vatican». RM a été suivie par Bn 3 / 2 (1618) 682-696 et ER 28 (1644) 154-225. LC 11 / 1 (1671) 142-233 fourni un texte "en grec et en latin à partir d'un codex ..... Mazarin" (= M) avec diverses lectures à partir d'un codex d'Achery (= A). La traduction grecque, cependant, qui LC avait pensé être contemporain, ne fournit pas un texte complet et a été prise à partir d'un codex tard. LC a été suivie par la DRH 7 (1714) 15-78, Cl 13 (1730) 927-1018, et MSI 22 (1778) 981-1068. Il ya beaucoup de manuscrits survivants des constitutions, comme cela a été démontré par Garcia, qui prépare une édition critique. C'est-à-dire vingt manuscrits contenant les constitutions et les douze autres contenant les constitutions ainsi que les commentaires, et il ya probablement d'autres qui ne sont pas encore connues. Les constitutions ont été pris en Compilatio IV, sauf 42 et [71], et dans Decretalia de Grégoire IX, sauf 42, 49 et [71]. La présente édition suit l'édition romaine, mais toutes les variantes qui ont jusqu'à présent été portée à la lumière par les savants ont été cités avec {n} référence à la fin de texte.


    CONSTITUTIONS

    1. Confession de foi

    Nous croyons fermement et simplement avouer qu'il ya un seul vrai Dieu, éternel et infini, tout-puissant, immuable, incompréhensible et ineffable, Père, Fils et Saint Esprit, trois personnes, mais une essence absolument simple, la substance ou de la nature {1}. Le Père est de zéro, le Fils du Père seul, et l'Esprit Saint à la fois de la même façon, éternellement, sans commencement ni fin; l'générant Père, le Fils de naître, et la procédure Esprit Saint; consubstantielle et égales, co-omnipotent et coéternelle; seul principe de toutes choses, créateur de toutes choses invisibles et visibles, spirituelle et corporelle; qui par son pouvoir tout-puissant au début de l'époque ont créé à partir de rien à la fois spirituelle et corporelle créatures, c'est-à-dire angélique et terrestre, et a ensuite créé êtres humains composée comme elle était à la fois l'esprit et le corps en commun. Le diable et autres démons ont été créés par Dieu naturellement bons, mais ils sont devenus mauvais par leur propre faute. L'homme, cependant, ont péché à l'instigation du diable.

    Cette sainte Trinité, qui est indivise selon son essence commune mais distincte en fonction des propriétés de ses personnes, a donné l'enseignement de salut pour la race humaine par Moïse et les prophètes saints et de ses autres serviteurs, en fonction de la disposition la plus appropriée du fois. Enfin, le Fils unique de Dieu, Jésus-Christ, qui s'est incarné par l'action de la Trinité tout entière dans la commune et a été conçu dès le plus vierge Marie à travers la coopération de l'Esprit saint, devenu vrai homme, composé d'une âme rationnelle et de la chair humaine, une personne en deux natures, ont montré plus clairement le mode de vie. Bien qu'il est immortel et incapable de souffrir selon sa divinité, il a été fait capable de souffrir et de mourir selon son humanité. En effet, après avoir souffert et est mort sur le bois de la croix pour le salut de la race humaine, il est descendu aux enfers, est ressuscité des morts et monté au ciel. Il est descendu dans l'âme, a augmenté dans la chair, et est monté dans les deux. Il viendra à la fin des temps pour juger les vivants et les morts, pour rendre à chaque personne selon ses œuvres, à la fois aux réprouvés et les élus. Tous d'eux se lèveront avec leur propre corps, dont ils portent désormais, de façon à recevoir en fonction de leurs déserts, qu'ils soient bons ou mauvais, car le châtiment derniers perpétuelle avec le diable, pour l'ancienne gloire éternelle avec le Christ.

    Il ya en effet une église universelle des fidèles, à l'extérieur dont personne à tout est sauvé, dans laquelle Jésus-Christ est à la fois prêtre et le sacrifice. Son corps et son sang sont vraiment contenus dans le sacrement de l'autel sous la forme du pain et du vin, le pain et le vin ayant été modifié en substance, par la puissance de Dieu, dans son corps et son sang, de sorte que pour parvenir à ce mystère de l'unité que nous recevons de Dieu, ce qu'il a reçu de nous. Personne ne peut l'effet de ce sacrement, sauf un prêtre qui a été correctement ordonnés selon des clés de l'église, où Jésus Christ s'est donné aux apôtres et leurs successeurs. Mais le sacrement du baptême est consacré dans l'eau à l'invocation de la Trinité indivise - à savoir le Père, Fils et Esprit Saint - et apporte le salut aux enfants et aux adultes quand il est correctement effectué par n'importe qui dans la forme prévue par le église. Si quelqu'un tombe dans le péché après avoir reçu le baptême, il ou elle peut toujours être restauré par la pénitence vraie. Pour ne pas vierges uniquement et le continent, mais aussi les personnes mariées à trouver grâce auprès de Dieu par la foi droite et les bonnes actions et méritent d'atteindre à la béatitude éternelle.

    2. Sur l'erreur de l'abbé Joachim

    Nous condamnons par conséquent, et reprends, ce petit livre ou un traité dont l'abbé Joachim a publié contre le maître de Pierre Lombard concernant l'unité ou l'essence de la Trinité, dans lequel il appelle Pierre Lombard un hérétique et un fou parce qu'il a dit dans ses phrases, "Car il ya une certains réalité suprême qui est le Père et le Fils et l'Esprit saint, et il n'engendre ni engendré ni ne procéder ". Il affirme par là que Pierre Lombard attribue à Dieu non pas tant une Trinité comme une quaternité, c'est-à-dire trois personnes et une essence commune comme s'il s'agissait d'une quatrième personne. L'abbé Joachim protestations clairement qu'il n'existe pas une réalité qui est le Père et le Fils et le Saint-Esprit, ni une essence ni une substance ni une nature - bien qu'il concède que le Père et le Fils et le Saint-Esprit sont une même essence , une substance et une seule nature.

    Il professe, cependant, qu'une telle unité n'est pas vrai et bon, mais plutôt collective et analogues, dans la façon dont beaucoup de personnes sont dit être un peuple et de nombreuses églises fidèle, selon ce disant: Parmi la multitude des croyants il a été un seul cœur et qu'une âme, et Celui qui adhère à Dieu est un seul esprit avec lui, de nouveau Celui qui plante et celui qui arrose sont un, et nous sommes tous un seul corps en Christ, et à nouveau dans le livre des Rois, mon peuple et ton les gens sont un. À l'appui de cette opinion, il utilise en particulier le disant que le Christ a prononcées dans l'évangile sur les fidèles: Je souhaite, Père, qu'ils soient un en nous, tout comme nous sommes un, afin qu'ils soient parfaits en un seul.

    Car, dit-il, les fidèles du Christ ne sont pas un dans le sens d'une unique réalité qui est commune à tous. Ils sont seul dans ce sens, qu'elles forment une seule église à travers l'unité de la foi catholique, et enfin un royaume par une union de charité indissoluble. Ainsi nous lisons dans la lettre canonique de Jean: Pour qu'il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père et le Verbe et l'Esprit Saint, et ces trois sont un, et il ajoute aussitôt, et les trois qui rendent témoignage sur la terre sont l'esprit, de l'eau et le sang, et les trois sont un, selon certains manuscrits.

    Nous, cependant, avec l'approbation de ce sacré et universel du Conseil, croyons et confessons avec Pierre Lombard qu'il existe une certaine réalité suprême, incompréhensible et ineffable, qui est vraiment le Père et le Fils et l'Esprit saint, les trois personnes ensemble et chacun d'eux séparément. Donc en Dieu il ya seulement une Trinité, non pas une quaternité, puisque chacune des trois personnes est cette réalité - c'est-à-dire la substance, l'essence ou nature divine, qui seule est le principe de toutes choses, sans compter que pas d'autre principe peut être trouvé. Cette réalité n'engendre ni engendré, ni produit, le Père engendre le Fils est engendré et le Saint-Esprit procède. Il ya donc une distinction entre les personnes, mais une unité de la nature. Bien que par conséquent le Père est une personne, le Fils d'une autre personne et l'Esprit Saint d'une autre personne, ils ne sont pas des réalités différentes, mais plutôt ce qui est le Père est le Fils et le Saint Esprit, tout à fait le même; donc selon les orthodoxes et les foi catholique, ils sont considérés comme consubstantiels.

    Pour le Père, en engendrant le Fils de toute éternité, lui donna sa substance, comme lui-même témoigne: Ce que le Père m'a donné est plus grand que tout. Il ne peut pas être dit que le Père lui a donné une partie de sa substance et gardé une partie pour lui-même puisque la substance du Père est indivisible, dans la mesure où il est absolument simple. On ne peut pas dire que le Père a transféré sa substance le Fils, dans l'acte d'engendrement, comme si il l'a donné au Fils de telle manière qu'il n'a pas le retenir pour lui-même, car sinon il aurait cessé d'être substance. Il est donc clair qu'en étant engendré le Fils a reçu la substance du Père sans qu'il soit diminuée en aucune façon, et donc le Père et le Fils ont la même substance. Ainsi le Père et le Fils et le Saint-Esprit aussi procéder à la fois sont la même réalité.

    Lorsque, par conséquent, la Vérité prie le Père pour ceux qui lui sont fidèles, en disant: Je souhaite qu'ils soient un en nous, comme nous sommes un, ce mot signifie pour les fidèles d'une union d'amour dans la grâce, et pour le divin personnes d'une unité de l'identité dans la nature, comme la Vérité dit ailleurs, vous devez être parfaits comme votre Père céleste est parfait {2}, comme s'il était de dire plus clairement, vous devez être parfaite dans la perfection de la grâce, tout comme votre Père est parfait dans la perfection qui lui est propre en nature, chacun à sa manière. Car entre le créateur et la créature ne peut y avoir noté aucune similitude si grande qu'une plus grande dissemblance ne peuvent être vus entre eux. Si quelqu'un ose donc défendre ou d'approuver l'opinion ou la doctrine de Joachim susmentionnée à ce sujet, qu'il soit réfutée par tous comme un hérétique. En cela, cependant, nous n'avons pas l'intention chose au détriment du monastère de Fiore, dont Joachim fondée, car il ya tant de l'instruction est conforme à la règle et le respect est sain; surtout depuis Joachim a ordonné à tous ses écrits pour être remis à nous, pour être approuvée ou corrigée, selon le jugement du Siège Apostolique. Il a dicté une lettre, qu'il a signé de sa propre main, dans lequel il confesse fermement qu'il détient la foi tenu par l'église romane, qui est par le plan de Dieu de la mère et maîtresse de tous les fidèles.

    Nous avons également rejeter et condamner cette doctrine la plus perverse de l'impie Amalric, dont l'esprit le père du mensonge aveuglé à un point tel que son enseignement est à considérer comme fou, plus que comme hérétiques.

    3. Sur Hérétiques

    Nous excommunier et jeter l'anathème sur toute hérésie se soulever contre cette sainte, la foi orthodoxe et catholique dont nous avons exposé ci-dessus. Nous condamnons tous les hérétiques, quelle que soit les noms qu'ils peuvent faire faillite. Ils ont des visages différents, certes, mais leurs queues sont liés ensemble dans la mesure où ils se ressemblent dans leur orgueil. Que ceux condamnés soient remis aux autorités laïques présents, ou à leurs baillis, pour les peines dues. Les clercs sont d'abord être dégradés à partir de leurs commandes. Les biens des condamnés sont confisqués, si elles sont des laïcs, des religieux et si elles doivent être appliquées aux églises dont ils ont reçu leurs bourses. Ceux qui sont suspects d'hérésie ne se trouve que soient frappés par l'épée d'anathème, à moins qu'ils ne prouvent leur innocence par une purgation appropriée, eu égard aux raisons de la méfiance et le caractère de la personne. Que ces personnes soient évités par tous jusqu'à ce qu'ils aient fait une satisfaction adéquate. Si elles persistent dans l'excommunication pendant un an, ils doivent être condamnés comme hérétiques.

    Laissez les autorités laïques, quelle que soit bureaux, ils peuvent être de déchargement, être conseillé et a exhorté et si nécessaire être contraint par la censure ecclésiastique, si elles veulent être réputés et a tenu à être fidèle, de prendre publiquement un serment pour la défense de la foi à l'effet qu'ils vont chercher, dans la mesure où ils peuvent, d'expulser de la réserve des terres à leur juridiction tous les hérétiques désignés par l'église en toute bonne foi. Ainsi chaque fois que quelqu'un est promu à l'autorité spirituelle ou temporelle, il est obligé de confirmer cet article par un serment. Si toutefois une temporelle seigneur, nécessaire et instruits par l'Église, néglige de nettoyer son territoire de cette saleté hérétiques, il doit être lié par le lien de l'excommunication des évêques métropolitains et d'autres de la province. S'il refuse de donner satisfaction dans un an, cela doit être rapporté au Souverain Pontife, afin qu'il peut alors déclarer ses vassaux déliés de leur fidélité à lui et à rendre le terrain disponible pour l'occupation par les catholiques afin qu'elles puissent, après avoir expulsé les hérétiques, le posséder sans opposition et le conserver dans la pureté de la foi - sauf le droit du suzerain à condition qu'il ne fait aucune difficulté en la matière et met aucun obstacle à la voie. La même loi doit être observée en ce qui concerne pas moins ceux qui n'ont pas un suzerain.

    Catholiques qui prennent la croix et se ceindre de l'expulsion des hérétiques jouissent de la même indulgence, et être renforcée par le même privilège sacré, comme il est accordé à ceux qui vont à l'aide de la Terre Sainte. Par ailleurs, nous déterminons à soumettre aux croyants qui reçoivent l'excommunication, défendre ou appuyer hérétiques. Nous ordonnons que strictement si une telle personne, après qu'il a été désigné comme excommunié, refuse de rendre la satisfaction d'ici un an, puis par la loi elle-même, il doit être stigmatisés comme infâme et ne pas être admis aux fonctions publiques ou des conseils ou d'élire d'autres à la même ou de faire une déposition. Il doit être intestable, c'est qu'il ne doit pas avoir la liberté de faire un testament, ni parviendrons à un héritage. D'ailleurs personne ne doit être contraint à répondre à lui sur qui que ce soit d'affaires, mais il peut être contraint à répondre pour eux. S'il est un juge a prononcé des peines par lui n'ont aucune force et les cas ne peut être intentée devant lui, si un avocat, il ne peut pas être autorisés à défendre quiconque, si un notaire, les documents établis par lui sont inutiles et condamnés le long avec leur auteur condamné, et en semblables matières nous commandons les mêmes à être observées.

    Si toutefois il est un clerc, qu'il soit déposé de chaque bureau et bénéfice, de sorte que plus la faute de la plus grande sera la punition. Si aucun refus pour éviter de telles personnes après qu'elles aient été souligné par l'église, qu'ils soient punis avec la sentence d'excommunication jusqu'à ce qu'ils fassent la satisfaction convenable. Clercs ne doit pas, bien sûr, donner les sacrements de l'église pour de telles personnes pestilentielle, ni leur donner une sépulture chrétienne, ni accepter l'aumône ou des offrandes de leur part; s'ils le font, qu'ils soient privés de leur bureau et non pas restaurée à elle sans une spéciale indult du Siège apostolique. De même avec les habitués, qu'ils soient punis de perdre leurs privilèges dans le diocèse dans lequel ils présument qu'ils commettent de tels excès.

    "Il ya certains qui tenant à la forme de religion, mais nier son pouvoir (comme le dit l'Apôtre), revendiquent pour eux l'autorité de prêcher, alors que le même Apôtre dit, Comment prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés? Laissez donc tous ceux qui ont été interdits ou non envoyé pour prêcher, et pourtant, osent publiquement ou en privé pour usurper l'office de la prédication, sans avoir reçu l'autorité du Siège apostolique ou des évêques catholiques de l'endroit », être lié par le lien de l'excommunication et, à moins qu'ils repentir très rapidement, être sanctionné par une autre sanction appropriée. Nous ajoutons en outre que chaque archevêque ou l'évêque, soit en personne ou par son archidiacre ou par l'intermédiaire adaptée des personnes honnêtes, devrait visiter deux fois ou au moins une fois dans l'année une paroisse de son dans lequel les hérétiques sont dit qu'ils vivent. Là, il devrait obliger les trois ou plus d'hommes de bonne réputation, ou même si il semble opportun l'ensemble du quartier, de jurer que si quelqu'un sait d'hérétiques ou de tout il ya des personnes qui détiennent le secret conventicules ou qui diffèrent dans leur vie et les habitudes de la normale mode de vie des fidèles, alors il prendra soin de les signaler à l'évêque.

    L'évêque lui-même devrait faire appel à l'accusé de sa présence, et ils devraient être punis canoniquement si elles sont incapables de se dédouaner de l'accusation ou si après purgatoire qu'ils retombent dans leurs anciennes erreurs de la foi. Si toutefois l'un d'eux avec obstination condamnable refuser d'honorer un serment et ne sera donc pas le prendre, laissez-les par ce fait même être considérés comme des hérétiques. Nous avons donc la volonté et le commandement et, en vertu de l'obéissance, au sens strict de commande que les évêques voir attentivement l'exécution efficace de ces choses à travers leurs diocèses, si elles souhaitent éviter peines canoniques. Si un évêque a fait preuve de négligence ou de négligence dans le nettoyage de son diocèse de l'effervescence de l'hérésie, puis quand cela se manifeste par des signes incomparable, il doit être destitué de ses fonctions d'évêque et il doit être remis à sa place une personne compétente qui souhaite à la fois et est capable de renverser le mal de l'hérésie.

    4. Sur la fierté des Grecs envers les Latins

    Bien que nous souhaitons à chérir et à honorer les Grecs qui, de nos jours sont de retour à l'obéissance du Siège apostolique, en préservant leurs coutumes et rites, autant que nous pouvons dans le Seigneur, néanmoins nous ne voulons ni ne doit s'en remettre à eux en questions qui amènent un danger pour les âmes et porter atteinte à l'honneur de l'église. Car, après l'église grecque en collaboration avec les associés et sympathisants certains retiré de l'obéissance du Siège apostolique, les Grecs ont commencé à détester les Latins autant que, parmi d'autres choses mauvaises qu'ils ont commis par mépris pour eux, quand les prêtres latino célébrée le leurs autels qu'ils ne seraient pas offrir un sacrifice sur eux jusqu'à ce qu'ils les avait lavés, comme si les autels ont été souillés-ci. Les Grecs avaient même la témérité de rebaptiser ceux qui sont baptisés par les Latins, et certains, comme nous dit-on, n'ont toujours pas peur de le faire. Souhaitant donc de supprimer un tel grand scandale de l'église de Dieu, nous suivons strictement l'ordre, sur les conseils de ce saint Concile, que dorénavant ils ne prétendent pas faire de telles choses, mais plutôt se conformer comme des fils obéissants à la sainte église romaine, leur mère, de sorte qu'il peut y avoir qu'un seul troupeau et un berger. Si quelqu'un ne toutefois oser faire une telle chose, qu'il soit frappé par l'épée d'excommunication et d'être privé de tout office ecclésiastique et de bénéfice.

    5. La dignité de la patriarcale voit

    Renouveler les anciens privilèges de l'sièges patriarcaux, nous décrétons, avec l'approbation de ce Concile universel, après l'église romaine, qui, grâce à la disposition du Seigneur a une primauté de pouvoir ordinaire sur toutes les autres églises dans la mesure où c'est la mère et la maîtresse de tous les fidèles du Christ, l'Église de Constantinople doit avoir la première place, l'église d'Alexandrie la seconde place, l'église d'Antioche la troisième place, et l'église de Jérusalem, la quatrième place, chacun conservant son rang. Ainsi, après leurs pontifes ont reçu du pontife romain, le pallium, qui est le signe de la plénitude de l'office pontifical, et nous avons pris un serment de fidélité et d'obéissance à lui, ils peuvent légalement confère le pallium sur leurs suffragants propres, en recevant d'eux pour eux-mêmes la profession canonique et pour l'église romaine, la promesse d'obéissance. Ils peuvent avoir un niveau de la croix du Seigneur réalisé avant eux n'importe où, sauf dans la ville de Rome ou partout où il est présent au Souverain Pontife ou son légat porter les insignes de la dignité apostolique. Dans toutes les provinces soumises à leur juridiction d'appel laisse être fait pour eux, quand il est nécessaire, sauf pour les appels faits au Siège apostolique, à laquelle tous doivent humblement différer.

    6. Sur les conseils provinciaux annuels

    Comme il est connu pour avoir été ordonné autrefois par les saints Pères, des métropolites ne devrait pas manquer de tenir les conseils provinciaux chaque année avec leurs suffragants à laquelle ils considèrent avec diligence et dans la crainte de Dieu la correction des excès et la réforme des mœurs, surtout chez les le clergé. Laissez-les réciter les règles canoniques, en particulier ceux qui ont été fixées par le présent Conseil général, de manière à garantir leur respect, infliger la peine due transgresseurs. Pour que cela peut être fait plus efficacement, laissez-les nommer, pour chaque diocèse des personnes appropriées, c'est-à-dire des personnes prudentes et honnêtes, qui sera tout simplement et sommairement, sans aucune juridiction, pendant toute l'année, soigneusement enquêter sur ce qui doit être corrigée ou la réforme et sera ensuite fidèlement le rapport de ces questions à la métropole et suffragants et d'autres lors du prochain Conseil, afin qu'ils puissent procéder à un examen attentif et contre ces autres questions selon ce qui est rentable et décente. Laissez-les voir à l'observance des choses qu'ils décret, en les publiant dans les synodes épiscopaux qui doivent avoir lieu annuellement dans chaque diocèse. Quiconque omet d'exécuter cette loi salutaire est d'être suspendu de ses bénéfices et de l'exécution de son bureau, jusqu'à ce que son supérieur décide de le libérer.

    7. La correction des infractions et la réforme des mœurs

    Par cette constitution inviolable, nous décrétons que les prélats des églises devraient avec prudence et diligence participer à la correction des infractions de leurs sujets en particulier des clercs, et à la réforme des mœurs. Sinon, le sang de ces personnes sera nécessaire à leurs mains. Afin qu'ils puissent être en mesure d'exercer librement ce bureau de correction et de réforme, nous décrétons qu'aucune coutume ou de l'appel peut empêcher l'exécution de leurs décisions, à moins qu'ils vont au-delà de la forme qui est à observer dans ces questions. Les infractions de chanoines de l'église cathédrale, cependant, qui ont habituellement été corrigé par le chapitre, doivent être corrigées par le chapitre dans ces églises qui jusqu'à présent ont eu cette coutume, à la demande et sur les ordres de l'évêque et à l'intérieur une adaptée délai que l'évêque va décider. Si cela n'est pas fait, alors l'évêque, conscient de Dieu et de mettre fin à toute opposition, est d'aller de l'avant avec la correction des personnes par la censure ecclésiastique, selon que le soin des âmes l'exige, et il ne doit pas omettre de corriger leurs fautes d'autres selon que le bien des âmes l'exige, avec ordre cependant être observées en toutes choses {3}. Pour le reste, si les canons cesser de célébrer les offices divins, sans manifester et cause raisonnable, surtout si c'est au mépris de l'évêque, puis l'évêque lui-même peut célébrer dans l'église cathédrale, s'il le souhaite, et sur la plainte de sa part, la région métropolitaine, que notre délégué en la matière, peut, quand il a appris la vérité, de punir les personnes concernées de telle façon que, par crainte du châtiment qu'ils ne me risquerai pas une telle action dans l'avenir. Laissez prélats des églises donc soigneusement veiller à ce qu'ils ne se transforment pas cette loi salutaire dans une forme de gain financier ou exiger d'autres, mais plutôt les laisser mener assidûment et fidèlement, si elles veulent éviter la punition canonique, puisque dans ces questions, l'apostolat voir, dirigés par le Seigneur, sera très vigilante.

    8. Sur enquêtes

    «Comment et de quelle manière un prélat devrait procéder à une enquête et punir les infractions de ses sujets peut être clairement établi par les autorités du Nouveau Testament et vieux, à partir de laquelle les sanctions ultérieures en droit canonique tirer», comme nous l'avons dit distinctement certains Il ya le temps et maintenant confirmer avec l'approbation de ce saint concile.

    «Pour nous le lisons dans l'évangile que le steward qui a été dénoncé à son seigneur pour perdre ses biens l'ai entendu dire: Qu'est-ce que j'entends dire de toi?

    Donner un compte de ton administration, car tu ne pourras plus être mon intendant. Et dans la Genèse, le Seigneur dit: Je vais descendre et voir s'ils ont agi entièrement selon le tollé qui en est venu à moi.

    A partir de ces autorités, il est clairement démontré que non seulement quand un sujet a commis quelques excès, mais aussi quand un prélat l'a fait, et que l'affaire arrive aux oreilles du supérieur grâce à un tollé ou une rumeur qui est venu non pas de la malveillance et diffamatoires, mais des personnes prudentes et honnêtes, et n'est pas venu une seule fois mais souvent (comme le tollé et la rumeur suggère prouve), puis le supérieur devrait diligence pour chercher la vérité avant que les personnes âgées de l'église.

    Si la gravité de la question exige, alors la faute du délinquant doit être soumis à des châtiments canoniques. Cependant, le supérieur doit effectuer le devoir de sa charge n'est pas comme s'il était l'accusateur et le juge, mais plutôt avec la rumeur fournissant l'accusation et le tollé faire la dénonciation.

    Alors que cela devrait être observé dans le cas de sujets, d'autant plus attentivement devrait-il être observé dans le cas des prélats, qui sont définies comme une marque de la flèche.

    Prélats ne peut pas s'il vous plaît tout le monde car ils sont liés par leur bureau, non seulement de convaincre mais aussi à le reprendre, et parfois même de suspendre et de se lier. Ainsi ils ont souvent engager la haine de beaucoup de gens et les embuscades des risques.

    Par conséquent, les saints pères ont sagement décrété que les accusations portées contre les prélats ne devraient pas être admis immédiatement, sans provision attention étant prises pour fermer la porte à faux non seulement mais aussi à des accusations malveillantes, de peur que les colonnes étant secoué le bâtiment lui-même s'effondre.

    Ils ont ainsi voulu s'assurer que les prélats ne sont pas accusés injustement, et pourtant dans le même temps ils prennent soin de ne pas pécher d'une manière arrogante, de trouver un médicament adapté à chaque maladie, à savoir: une accusation criminelle qui entraîne la perte de statut, qui c'est à dire la dégradation, doit nullement être autorisée que si elle est précédée par une charge sous une forme légale. Mais quand quelqu'un est si connu pour ses infractions qui va jusqu'à un tollé qui ne peuvent plus être ignorés sans scandale et sans être toléré sans danger, alors sans la moindre hésitation laisse des mesures soient prises pour enquêter sur et punir ses crimes, non par haine, mais plutôt par charité. Si l'infraction est grave, même si ne comportant pas de sa dégradation, qu'il soit retiré de toute l'administration, conformément à la parole de l'évangile que le délégué doit être retiré de sa direction s'il ne peut pas donner un compte exact de celui-ci ".

    La personne sur laquelle l'enquête est en cours devraient être présents, à moins qu'il ne s'absente hors de contumace. Les articles de l'enquête devrait être montré à lui afin qu'il puisse être en mesure de se défendre. Les noms des témoins ainsi que leurs dépositions sont faites pour être connues de lui afin que les deux ce qui a été dit et par qui seront apparents; exceptions et légitimes et les réponses doivent être admis, de peur que la suppression des noms conduit à la audacieuses apportant de fausses accusations et l'exclusion des exceptions conduit à de fausses dépositions faites.

    Un prélat doit donc agir avec diligence dans le plus corriger les infractions de ses sujets, à mesure qu'il serait digne de condamnation ont été, il les laisser sans correction. Des cas notoires de côté, il peut procéder à leur encontre de trois façons: à savoir, par l'accusation, de dénonciation et de l'enquête. Laissez les précautions attention néanmoins être prises dans tous les cas de peur que la perte sérieuse est engagée pour l'amour d'un petit gain. Ainsi, tout comme une charge dans la forme légale doit précéder l'accusation, donc un avertissement de bienfaisance doit précéder la dénonciation, et la publication de la charge doit précéder l'enquête, avec le principe étant toujours observé que la forme de la peine sera accord avec les règles de procédure juridique. Nous ne pensons pas, toutefois, que cet ordre doit être observé à tous égards comme des habitués qui concerne, qui peut être plus facilement et librement démis de leurs fonctions par leurs propres supérieurs, lorsque le cas l'exige.

    9. Sur les rites différents dans la même foi

    Puisque, dans de nombreux endroits, les peuples de langues différentes vivent dans la même ville ou diocèse, ayant une seule foi, mais des rites et des coutumes différentes, nous avons donc strictement évêques ordre des villes et diocèses tels de fournir aux hommes qui ne conviennent ce qui suit dans les différents rites et des langues : célébrer les offices divins pour eux, administrer les sacrements de l'église, et les instruire par la parole et l'exemple. Nous totalement interdit une seule et même ville ou du diocèse d'avoir plus d'un évêque, comme s'il s'agissait d'un corps à plusieurs têtes comme un monstre. Mais si pour les raisons susmentionnées urgente nécessité l'exige, l'évêque du lieu peut nommer, après mûre délibération, un évêque catholique qui est approprié pour les nations en question et qui sera son vicaire dans les questions précitées et seront obéissants et soumis à lui en toutes choses. Si une telle personne se comporte autrement, de lui faire savoir qu'il a été frappé par l'épée de l'excommunication et s'il ne revient pas à son sens, qu'il soit destitué de tout ministère dans l'église, avec le bras séculier d'être appelé en cas nécessaire pour apaiser ces grands insolence.

    10. Sur la nomination des prédicateurs

    Parmi les diverses choses qui sont propices au salut du peuple chrétien, la nourriture de la Parole de Dieu est reconnue pour être particulièrement nécessaire, car tout comme le corps est nourri avec des aliments matériels afin que l'âme est nourri avec de la nourriture spirituelle, selon les mots , l'homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Il arrive souvent que les évêques eux-mêmes ne sont pas suffisantes pour le ministre de la parole de Dieu au peuple, en particulier dans les grands diocèses et dispersés, que ce soit en raison de leurs nombreuses occupations ou des lésions corporelles ou en raison d'infirmités incursions de l'ennemi ou pour d'autres raisons- ne disons pas par manque de connaissances qui, à des évêques est d'être totalement condamné et ne doit pas être toléré à l'avenir. Nous avons donc arrêté par cette constitution générale que les évêques sont à nommer des hommes adaptés à réaliser avec profit ce devoir de la prédication sacrée, des hommes qui sont puissants en paroles et en actes et qui se rendra avec soin les peuples qui leur sont confiées à la place des évêques, puisque ces par eux-mêmes sont incapables de le faire, et va les construire par la parole et l'exemple. Les évêques doivent convenablement leur fournir ce qui est nécessaire, quand ils sont dans le besoin de lui, de peur que, faute de besoins, ils sont forcés d'abandonner ce qu'ils ont commencé. Nous ordonnons donc qu'il n'y soit nommé dans les deux cathédrales et autres églises conventuelles des hommes conviennent que les évêques peuvent avoir comme coadjuteurs et coopérateurs non seulement dans le bureau de la prédication, mais aussi à entendre les confessions et les pénitences et les enjoignant à d'autres questions qui sont propices au salut des âmes. Si quelqu'un néglige de le faire, qu'il soit soumis à un châtiment sévère.

    11. Sur les maîtres d'école pour les pauvres

    Zèle pour l'apprentissage et la possibilité de faire des progrès est refusée à un certain manque de moyens grâce. Le concile du Latran donc consciencieusement décrété que «dans chaque église cathédrale, il devrait être fourni un bénéfice adapté à un maître qui doit informer sans frais les clercs de l'église cathédrale et d'autres savants pauvres, donc à la fois satisfaire les besoins de l'enseignant et ouvrant la voie des connaissances aux apprenants ". Ce décret, cependant, est très peu observé dans de nombreuses églises. Nous avons donc le confirmer et ajouter que non seulement dans chaque église cathédrale, mais aussi dans d'autres églises avec des ressources suffisantes, un maître adaptée élu par le chapitre ou la partie plus grande et plus solide de celui-ci, sont nommés par le prélat pour enseigner la grammaire et les autres branches d'étude, autant que possible, pour les clercs de ces églises et d'autres. L'église métropolitaine doit avoir un théologien d'enseigner les Ecritures pour les prêtres et les autres et surtout pour les instruire dans les matières qui sont reconnus comme appartenant à la cure des âmes. Le revenu d'une prébende doit être attribué par le chapitre à chaque maître, et autant sont affectés par la métropole au théologien. Le titulaire n'a pas par ce devenu un canon, mais il reçoit le revenu de l'un, tant qu'il continue à enseigner. Si l'église métropolitaine trouve prévoyant deux maîtres un fardeau, le laisser prévoir le théologien de la manière susmentionnée, mais se fait provision suffisante pour le grammairien dans une autre église de la ville ou du diocèse.

    12. Sur chapitres généraux des moines

    Dans chaque royaume ou province qu'il y ait lieu tous les trois ans, sauf le droit des évêques diocésains, un chapitre général des abbés et prieurs qui n'ont pas les abbés sur eux, qui n'ont pas été habitués à en organiser une. Tous doivent participer, à moins qu'ils n'aient un empêchement canonique, à l'un des monastères qui est approprié pour le but, avec cette limitation, qu'aucun d'entre eux apporte avec lui plus de six monts et huit personnes. Laissez-les inviter dans la charité, au début de cette innovation, deux abbés cisterciens voisins pour leur donner des conseils appropriés et d'aider, depuis une longue pratique des cisterciens sont bien informés sur la tenue des chapitres tels. Les deux abbés sont alors coopter sans opposition deux personnes conviennent parmi eux. Les quatre d'entre eux sont ensuite présider l'ensemble du chapitre, de manière toutefois qu'aucun d'entre eux assume la direction, de sorte qu'ils peuvent si nécessaire être modifié après mûre réflexion. Ce genre de chapitre doit être détenu de façon continue pendant un certain nombre de jours, selon cistercienne personnalisés. Ils doivent traiter avec soin de la réforme de l'ordre et le respect de la règle. Quelle a été décidé, avec l'approbation du président quatre ans, doit être observé inviolablement par tous sans aucune excuse ou de contradiction ou d'appel. Ils doivent également décider où le prochain chapitre se déroulera. Les participants doivent mener une vie commune et se divisent proportionnellement à toutes les dépenses communes. Si elles ne peuvent pas tous vivre dans la même maison, laissez-les au moins vivent en groupes dans des maisons différentes.

    Laissez-religieuses et les personnes circonspects être nommé à ce chapitre qui font leur affaire à visiter en notre nom toutes les abbayes du royaume ou de la province, des moines et de moniales, selon la manière prescrite pour eux. Laissez-les corriger et réformer ce qui semble avoir besoin de correction et de réforme. Ainsi, si ils savent le supérieur d'un lieu qui doit certainement être démis de ses fonctions, qu'ils dénoncent la personne concernée à l'évêque, afin qu'il puisse voir à son renvoi. Si l'évêque ne le feront pas, laissez les visiteurs eux-mêmes porter l'affaire devant le Siège apostolique pour l'examen. Nous souhaitons et chanoines réguliers de commande d'observer cette fonction de leur ordre. S'il n'y émerge de cette innovation toute difficulté qui ne peuvent pas être résolus par les personnes précitées, que ce soit fait état, sans infraction étant donné, au jugement du Siège apostolique, mais laissez les autres questions, sur lesquelles, après mûre délibération, ils étaient en accord, être observées sans violation.

    Les évêques diocésains, par ailleurs, devrait prendre soin de réformer les monastères placés sous leur juridiction, de sorte que quand les visiteurs arrivent précitées, ils trouveront en eux plus à saluer que de corriger. Qu'ils soient très prudents de peur que l'a déclaré monastères sont alourdis par eux avec des charges injustes, car comme nous souhaitons que les droits des supérieurs d'être confirmée si nous ne voulons pas d'un soutien torts causés aux sujets. Par ailleurs, nous suivons strictement commande deux évêques diocésains et ceux qui président aux chapitres de restreindre par la censure ecclésiastique, sans appel, les avocats, patrons, députés des seigneurs, les gouverneurs, les fonctionnaires, les magnats, les chevaliers, et toute autre personne, d'oser porter préjudice à monastères à l'égard de leurs personnes et leurs biens. Qu'ils ne manquera pas de contraindre ces personnes, si par hasard ils ne causent du tort, de faire de satisfaction, de sorte que Dieu tout-puissant peut être servi plus librement et plus pacifique.

    13. L'interdiction de nouveaux ordres religieux

    Lest une trop grande variété des ordres religieux conduit à une confusion grave dans l'église de Dieu, nous interdisons formellement quiconque désormais trouvé un nouvel ordre religieux. Celui qui veut devenir religieuse devrait entrer dans une des commandes déjà approuvée. De même, quiconque veut fonder une nouvelle maison religieuse doit prendre la règle et instituts déjà approuvé des ordres religieux. Nous nous en préserve, en outre, quiconque tente d'avoir un endroit comme un moine en plus d'un monastère ou un abbé pour présider pendant plus d'un monastère.

    14. Incontinence des clercs

    Afin que les mœurs et la conduite des clercs peut être réformé pour le mieux, que tous d'entre eux s'efforcent de vivre dans un continent et la manière chaste, en particulier ceux dans les ordres sacrés. Qu'ils prennent garde de tous les vices impliquant la convoitise, notamment celle sur le compte de laquelle la colère de Dieu descendit du ciel sur les fils de la désobéissance, afin qu'ils puissent être dignes de ministre à la vue de Dieu tout-puissant avec un cœur pur et sans tache une corps. De peur que la facilité du pardon reçu prouver une incitation au péché, nous décrétons que ceux qui sont pris place à la vice d'incontinence doivent être punis conformément aux sanctions canoniques, en proportion de la gravité de leurs péchés. Sanctions afin Nous telle soit effectivement et strictement observée, afin que ceux que la crainte de Dieu ne vous retenez pas de mal peut au moins être empêché de pécher par la peine temporelle. Ainsi quiconque a été suspendu pour cette raison et présume de célébrer les offices divins, ne doit pas seulement être privé de ses bénéfices ecclésiastiques, mais doit aussi, en raison de sa faute double, être déposé à perpétuité. Prélats qui osent soutenir ces personnes dans leur méchanceté, surtout si ils le font pour l'argent ou pour quelque autre avantage temporel, doivent être soumis aux mêmes peines. Ceux clercs qui n'ont pas renoncé à le lien du mariage, suivant la coutume de leur région, sera puni encore plus sévèrement si elles tombent dans le péché, car pour eux il est possible de faire usage légal du mariage.

    15. Gloutonnerie de bureau et l'ivresse

    Tous les prêtres doivent soigneusement s'abstenir de la gourmandise et l'ivrognerie. Ils doivent tempérer le vin pour eux-mêmes et eux-mêmes pour le vin. Que personne ne soit invité à boire, car l'ivresse obscurcit l'intelligence et attise la convoitise. En conséquence nous décrétons que cet abus est d'être entièrement aboli dans lequel certains buveurs lieux eux-mêmes se lient à boire des quantités égales, et que l'homme est le plus loué qui fait la plupart des gens ivres et se draine le plus profond tasses. Si quelqu'un se montre digne de blâme en ces matières, qu'il soit suspendu de son bénéfice ou au bureau, sauf après avoir été averti par son supérieur, il fait de la satisfaction convenable. Nous interdisons tous les clercs de chasser ou de volaille, de sorte qu'ils ne présument d'avoir des chiens ou des oiseaux pour les fusils de chasse {4}.

    16. Décorum à la tenue et du comportement des clercs

    Clercs ne devraient pas pratiquer appels ou des affaires de nature séculière, en particulier ceux qui sont déshonorantes. Ils ne devraient pas regarder les mimes, artistes et acteurs. Laissez-les tavernes d'éviter tout à fait, sauf si par chance ils sont obligés, par nécessité, sur un voyage. Ils ne doivent pas jouer aux jeux de hasard ou de dés, ni être présents à ces jeux. Ils doivent avoir une couronne adaptée et la tonsure, et laissez-les soigneusement appliquer eux-mêmes aux services divins et autres occupations bien. Leurs vêtements extérieurs doivent être fermées et ni trop court ni trop long. Qu'ils ne se livrent à chiffons rouges ou verts, manches longues ou des chaussures avec des broderies ou des orteils pointés, ou dans des brides, selles, des cuirasses et des éperons dorés qui sont ou ont d'autres ornements superflus. Qu'ils ne portent manteaux aux manches au service divin dans une église, ni même d'ailleurs, s'ils sont prêtres ou pasteurs, sauf si une crainte justifiée nécessite un changement de robe. Ils ne sont pas à l'usure des boucles ou des ceintures ornées d'or ou d'argent, ou même des anneaux sauf pour ceux dont la dignité qu'il sied de les avoir. Tous les évêques doivent porter les vêtements extérieurs de linge en public et à l'église, à moins qu'ils aient été des moines, dans ce cas ils doivent porter l'habit monastique, et qu'ils ne portent leurs manteaux en vrac dans attachées ensemble du public, mais plutôt derrière la nuque ou à travers le poitrine.

    17. Dissolue prélats

    Nous avons le regret rapportent que non seulement certains ecclésiastiques, mais aussi moins quelques prélats des églises passent près de la moitié de la nuit à festoyer inutiles et la conversation interdite, pour ne pas mentionner d'autres choses, et en laissant ce qui reste de la nuit pour dormir, ils sont à peine réveillé à la dawn chorus des oiseaux et passeront toute la matinée dans un état continu de stupeur. Il ya d'autres qui célèbrent la messe à peine quatre fois par an et, ce qui est pire, ne vous embêtez pas à y participer; s'il leur arrive d'être présent quand il est célébré, ils fuient le silence de la chorale et de prêter attention aux conversations des laïcs l'extérieur et donc pendant qu'ils assistent à parler ce qui est inutile pour eux, ils ne donnent pas une oreille attentive aux choses de Dieu. Nous totalement interdit ces choses et même sous peine de suspension. Nous stricte commande de telles personnes, en vertu de l'obéissance, afin de célébrer l'office divin, jour et nuit comme, autant que Dieu leur permet, à la fois avec zèle et dévouement.

    18. Clercs à dissocier de verser du sang

    Aucun décret religieux peut ou prononcer une peine impliquant l'effusion de sang, ou effectuer une peine comportant le même, ou être présent lors de ces sanctions est effectuée. Si quelqu'un, cependant, sous couvert de ce statut, ose infliger des blessures sur les églises ou les personnes ecclésiastiques, qu'il soit retenu par la censure ecclésiastique. Un religieux ne peuvent pas écrire ou dicter des lettres qui demandent des peines impliquant l'effusion de sang, dans la cour des princes de cette responsabilité devrait être confiée à des laïcs et non aux clercs. De plus, aucun dignitaire religieux peut être mis en commandement de mercenaires ou arbalétriers ou des hommes suchlike de sang, ni un prêtre peut-diacre, diacre ou pratiquer l'art de la chirurgie, qui consiste à cautériser et faire des incisions, ni quiconque peut conférer un rite de bénédiction ou de consécration une purgation par épreuve de l'eau bouillante ou à froid ou du fer rouge, sauvant néanmoins les interdictions concernant les promulguée antérieurement combats singuliers et les duels.

    19. Que les objets profanes ne peuvent être conservées dans les églises

    Nous sommes peu disposés à tolérer le fait que certains dépôts religieux dans les églises de leurs meubles et même d'autres propres », afin que les églises ressemblent à des maisons plutôt que jeter basiliques de Dieu, indépendamment du fait que le Seigneur ne serait pas autoriser un navire à être réalisée à travers le temple. Il ya d'autres qui non seulement quitter leurs églises sans soins, mais aussi laisser les vaisseaux de service et vêtements ministres et nappes d'autel et même les caporaux si sale que, parfois, ils horrifier certaines personnes. Parce que le zèle pour la maison de Dieu nous consume, nous interdisons formellement objets de ce type à être admis dans les églises, sauf si elles doivent être prises dans le compte d'incursions ennemies ou incendies soudains ou d'autres nécessités urgentes, puis de telle manière que lorsque le d'urgence est sur les objets sont ramenés à l'endroit où ils sont venus. Nous avons également pour ce qui précède les églises, les bateaux, les caporaux et les vêtements pour être gardé propre et net. Car il semble trop absurde pour ne pas prendre l'avis de la misère dans les choses sacrées quand elle est indigne, même dans les choses profanes.

    20. Chrismale et de l'Eucharistie pour être gardé sous clé

    Nous décrétons que le chrême et l'eucharistie sont gardés sous clé dans un endroit sûr dans toutes les églises, de sorte qu'aucune main audacieuse peut atteindre à rien faire horrible ou impie. Si celui qui est responsable de leur conservation les feuilles autour négligemment, qu'il soit suspendu de ses fonctions pour trois mois; si quelque chose arrive indicibles en raison de sa négligence, le laisser faire l'objet de graves sanctions.

    21. Sur la confession annuelle à son propre prêtre, la communion annuelle, le sceau confessionnel

    Tous les fidèles des deux sexes, après qu'ils ont atteint l'âge de discernement, doivent individuellement confesser tous leurs péchés d'une manière fidèle à leur propre prêtre au moins une fois par an, et laissez-les prendre soin de faire ce qu'ils peuvent pour accomplir la pénitence qui leur sont imposées. Laissez-les religieusement recevoir le sacrement de l'Eucharistie au moins à Pâques, sauf qu'ils pensent, pour une bonne raison et sur les conseils de leur propre prêtre, qu'ils devraient s'abstenir de le recevoir pour un temps. Sinon, ils doivent être empêchés d'entrer dans une église pendant leur vie et ils ne se voie refuser une sépulture chrétienne à la mort. Laissez ce décret salutaire être fréquemment publiées dans les églises, afin que personne ne peut trouver le prétexte d'une excuse de l'aveuglement de l'ignorance. Si des personnes souhaitent, pour de bonnes raisons, pour confesser leurs péchés à un autre prêtre laisser d'abord demander et obtenir la permission de leur propre prêtre, car autrement le prêtre d'autres n'auront pas le pouvoir d'absoudre ou de les lier. Le prêtre doit être plus exigeants et prudente, de sorte que comme un médecin compétent, il peut verser le vin et l'huile sur les plaies de l'autre blessé. Qu'il attentivement renseigner sur les circonstances des deux le pécheur et le péché, afin qu'il puisse prudemment discerner ce genre de conseils il doit donner et quel remède à appliquer, en utilisant divers moyens de guérir la personne malade. Qu'il prenne le plus grand soin, toutefois, de ne pas trahir le pécheur à tout par la parole ou signe ou de toute autre manière. Si le prêtre a besoin de sages conseils, qu'il le cherche prudemment, sans aucune mention de la personne concernée. Car, si quelqu'un prétend révéler un péché révélé à lui dans la confession, nous décrétons qu'il ne s'agit pas seulement d'être déchu de ses fonctions sacerdotales, mais aussi d'être confiné dans un monastère strictes pour faire pénitence perpétuelle.

    22. Médecins de l'organisme à conseiller aux patients de médecins de garde de l'âme

    Comme la maladie du corps peut parfois être le résultat du péché - que le Seigneur a dit à l'homme malade dont il avait guéri, Va et ne pèche plus, de peur que quelque chose de pire t'arrivera - afin que nous par cet ordre présent décret et strictement commande les médecins du corps, quand ils sont appelés aux malades, d'avertir et de les convaincre d'abord de faire appel à des médecins de l'âme de telle sorte que leur santé spirituelle a été vu pour qu'ils puissent mieux répondre à la médecine pour leur corps, pour quand la cause cesse fait l'effet. Cette entre autres choses a occasionné ce décret, à savoir que certaines personnes sur leur lit de douleur, quand ils sont conseillés par les médecins à prendre des dispositions pour la santé de leurs âmes, tomber dans le désespoir et donc le plus facilement engager le danger de mort. Si tout médecin transgresse cette constitution de notre, après qu'il a été publié par les prélats locaux, il sera interdit d'entrer dans une église jusqu'à ce qu'il a fait adapté à la satisfaction d'une transgression de ce genre. Par ailleurs, puisque l'âme est plus précieuse que le corps, nous interdisons à tout médecin, sous peine d'anathème, de prescrire quoi que ce soit pour la santé physique d'une personne malade qui peut mettre en danger son âme.

    23. Eglises doivent être sans un prélat pour pas plus de 3 mois

    De peur que d'une attaque rapaces loups troupeau du Seigneur, faute d'un berger, ou peur d'une église veuves subissent un préjudice grave pour son bien, nous décrétons, désireux d'affronter le danger pour les âmes dans cette affaire et pour fournir une protection pour les églises, une cathédrale église ou d'une église du clergé régulier est de ne pas rester sans un prélat de plus de trois mois. Si l'élection n'a pas eu lieu dans ce délai, s'il n'y a pas juste empêchement, puis ceux qui devraient avoir fait le choix sont à perdre le pouvoir d'élire pour cette époque et il est de déléguer à la personne qui est reconnue comme le supérieur immédiat. La personne à qui le pouvoir est dévolue, conscient de l'Éternel, ne doivent pas retarder au-delà de trois mois en fournissant canoniquement l'église veuve, avec les conseils de son chapitre et d'autres hommes prudents, avec une personne compétente de la même église, ou à partir de l'autre si un candidat digne ne peut être trouvée dans le premier, s'il veut éviter de peine canonique.

    24. Élection démocratique des pasteurs

    En raison des différentes formes d'élections que certains tentent d'inventer, surgissent de nombreuses difficultés et de grands dangers pour les églises endeuillées. Nous avons donc arrêté que lors de la tenue d'une élection, quand tous sont présents qui devraient, veulent et peuvent prendre part idéalement, trois personnes de confiance doivent être choisis parmi le collège qui va avec diligence le savoir, en toute confiance et individuellement, les opinions des tout le monde. Après qu'ils ont commis le résultat à l'écriture, ils sont ensemble rapidement l'annoncer. Il doit y avoir aucun autre appel, de sorte qu'après un examen minutieux de cette personne doit être élue sur qui tous ou la plus grande partie ou sondeur du chapitre d'accord. Ou bien le pouvoir d'élire doit être commis à certaines personnes appropriées qui, agissant au nom de tout le monde, doit fournir de l'église en deuil avec un pasteur. Sinon, le choix fait ne sera pas valable, sauf peut-être elle a été faite par tous ensemble, comme si, par inspiration divine et sans faille. Ceux qui tentent de faire une élection à l'encontre des formes précitées ne peut être privé du pouvoir d'élire à cette occasion. Nous devons absolument interdire à quiconque de désigner un mandataire en la matière d'une élection, sauf s'il est absent de l'endroit où il doit recevoir la convocation et est détenu de venir par un empêchement légitime. Il doit prêter serment à ce sujet, si nécessaire, et il peut alors engager sa représentation à l'un des collèges, s'il le souhaite. Nous condamnons également les élections clandestines et afin que dès que l'élection a eu lieu, il devrait être publiée solennellement.

    25. Élection invalide

    Quiconque suppose de consentir à son élection par l'abus du pouvoir séculier, contre la liberté canonique, à la fois perd l'avantage d'être élu et devient inéligible, et il ne peut pas être élu à une dignité sans une dispense. Ceux qui se hasardent à prendre part aux élections de ce genre, que nous déclarons être invalide par la loi elle-même, doivent être suspendus de leurs offices et des bénéfices pendant trois ans et pendant ce temps ne peut être privé du pouvoir d'élire.

    26. Nominés pour les prélatures d'être soigneusement examinés

    Rien n'est plus nuisible à l'Église de Dieu que pour les prélats indignes de se voir confier le gouvernement des âmes. Souhaitant donc de fournir le remède nécessaire pour cette maladie, nous décrétons par cette constitution irrévocable que lorsque quelqu'un a été confiée avec le gouvernement des âmes, alors celui qui détient le droit de le confirmer avec diligence devrait examiner à la fois le processus de l'élection et le caractère de la personne élue, de sorte que lorsque tout est en ordre, il peut le confirmer. Car, si la confirmation a été accordée à l'avance quand tout n'était pas dans l'ordre, alors non seulement la personne mal promus doivent être rejetées, mais aussi l'auteur de la promotion inappropriée devrait être puni. Nous décrétons que ce dernier sera puni de la façon suivante: si sa négligence a été prouvé, surtout s'il a approuvé un homme de l'apprentissage insuffisant ou vie malhonnête ou d'âge illicite, il doit non seulement perdre le pouvoir de confirmer premier successeur de la personne mais doit aussi, de peur que par hasard il échappe punition, être suspendu de recevoir les fruits de son bénéfice propre jusqu'à ce qu'il est bon pour lui de se voir accorder un pardon. S'il est reconnu coupable d'avoir commis une erreur intentionnelle dans l'affaire, alors il doit être soumis à la punition plus grave.

    Évêques aussi, si elles souhaitent éviter la punition canonique, doit prendre soin de promouvoir aux ordres sacrés et ecclésiastiques des hommes dignités qui sera en mesure de s'acquitter dignement le bureau qui leur sont confiées. Ceux qui sont immédiatement soumis au pontife romain doit, pour obtenir confirmation de leur bureau, se présenter personnellement à lui, si cela peut commodément être fait, ou d'envoyer des personnes appropriées à travers lequel une enquête minutieuse peut être faite au sujet du processus de l'élection et les personnes élues. De cette façon, sur la force d'un jugement éclairé du pontife, ils peuvent enfin entrer dans la plénitude de leurs fonctions, quand il n'y a aucun obstacle en droit canonique. Pour une fois, cependant, ceux qui sont dans des régions très éloignées, à savoir hors de l'Italie, s'ils étaient élus paisiblement, peut, par dérogation, compte tenu des besoins et au profit des églises, administrer les choses spirituelles et temporelles, mais dans un tel manière à ce qu'ils aliènent absolument rien des biens de l'église. Ils peuvent recevoir la consécration coutumière ou une bénédiction.

    27. Les candidats au sacerdoce doivent être soigneusement formés et contrôlés

    Pour guider les âmes est un art suprême. Nous avons donc évêques ordre strictement soin à préparer ceux qui doivent être promus au sacerdoce et à les instruire, soit par eux-mêmes ou par d'autres personnes appropriées, dans les services divins et les sacrements de l'Église, afin qu'ils puissent être en mesure de célébrer entre eux correctement. Mais si elles supposent dorénavant d'ordonner les ignorants et les informe, qui peuvent en effet facilement être détecté, nous décrétons que les deux ordonnateurs et ceux ordonnés doivent être soumis à de lourdes peines. Car il est préférable, surtout dans l'ordination des prêtres, pour avoir quelques ministres de bien que de nombreuses mauvaises, car si un aveugle conduit un autre aveugle, ils tomberont tous deux dans la fosse.

    28. Qui demande de démissionner doit démissionner

    Certaines personnes avec insistance demander la permission de démissionner et de l'obtenir, mais alors ne pas démissionner. Puisque dans une telle demande de démissionner, ils semblent avoir à l'esprit ni le bien des églises qu'ils président ou de leur propre bien-être, qui ne voulons-nous être entravé ni par les arguments de toutes les personnes cherchant leur propre intérêts ou même par une inconstance certaine, nous avons donc arrêté que ces personnes doivent être contraints à démissionner.

    29. Bénéfices multiples nécessitent dispense papale

    Avec beaucoup de prévoyance, il était interdit dans le concile du Latran pour quiconque de recevoir plusieurs dignités ecclésiastiques et plusieurs églises paroissiales, contrairement à la réglementation des sacrés canons, sous peine de perdre à la fois le destinataire ce qu'il avait reçu et le conferrer être privé de la puissance à conférer. En raison de la présomption et la cupidité de certaines personnes, cependant, aucune ou peu de fruits est issu de cette loi. Nous avons donc, voulant remédier à la situation plus clairement et expressément, ordonner par le présent décret que celui qui reçoit un bénéfice à la cure des âmes attachées, s'il était déjà en possession d'un tel bénéfice, ne peut être privé par la loi même de la bénéfice d'abord eu lieu, et si par hasard il essaie de conserver ce qu'il doit également être privé du bénéfice secondes. Par ailleurs, la personne qui a le droit de conférer le premier bénéfice qu'il peut librement concéder, après que le destinataire a obtenu un bénéfice seconde, sur quelqu'un qui semble le mériter. S'il retards pour la lui conférer plus de trois mois, cependant, alors non seulement la collecte de déléguer à une autre personne, selon le Statut du Conseil de Latran, mais aussi qu'il ne peut être contraint à affecter à l'usage de l'église appartenant à la bénéfice autant de son propre revenu est établi que comme ayant été reçues de la bénéfice alors qu'il était vacant. Nous décrétons que le même est d'être observées à l'égard de presbytères ajoutant que personne ne doit présumer de tenir dignités de plusieurs ou de presbytères dans la même église, même si elles n'ont pas la cure d'âmes. Comme pour les personnes exaltées et lettres, cependant, qui doit être honoré avec plus de bénéfices, il est possible pour eux d'être dispensés par le Siège Apostolique, quand la raison l'exige.

    30. Pénalités pour conférer des bénéfices sur le ecclésiastique indigne

    Il est très sérieux et absurde que les prélats des églises, où ils peuvent promouvoir des hommes adaptés aux bénéfices ecclésiastiques, n'ont pas peur de choisir des hommes indignes qui manquent à la fois l'apprentissage et l'honnêteté de comportement et qui suivent les exhortations de la chair plutôt que le jugement de la raison . Personne d'un esprit sain est ignorant de combien de dégâts aux églises découle de cela. Souhaitant donc de remédier à ce mal, nous ordonnons qu'ils passent sur des personnes indignes et de nommer des personnes appropriées qui sont désireux et capables d'offrir un service agréable à Dieu et aux églises, et que l'enquête minutieuse soit faite à ce sujet chaque année au conseil provincial . C'est pourquoi celui qui a été reconnu coupable après une première correction et la seconde est d'être suspendu de ses bénéfices conférant par le conseil provincial, et une personne prudente et honnête doit être nommé au sein du même conseil pour rattraper l'échec de la personne suspendue dans cette affaire . La même chose doit être observée à l'égard de chapitres qui offensent en ces matières. L'infraction d'une métropole, cependant, doit être laissé par le conseil d'être signalés à l'arrêt de la supérieure. Afin que cette disposition salutaire peut-être plus pleinement effet, une peine de suspension de ce genre ne peut être assouplie à tous, sans l'autorité du pontife romain ou du patriarche appropriée, de sorte que dans ce voit trop patriarcal quatre doivent être spécialement honorés .

    Fils 31. Canons 'ne peut pas être chanoines où leurs pères sont

    Afin d'abolir une très mauvaise pratique qui a grandi dans de nombreuses églises, nous interdisons formellement les fils de chanoines, surtout si elles sont illégitimes, pour devenir chanoines dans les églises séculaires dans lesquelles leurs pères exercer ses fonctions. Si le contraire est tenté, nous déclarons qu'il est invalide. Ceux qui tentent de faire une telle chanoines personnes doivent être suspendus de leurs bénéfices.

    32. Curés d'avoir des revenus suffisants

    Il a grandi dans certaines régions une coutume vicieux qui doit être éradiqué, à savoir que les patrons des églises paroissiales et de certaines autres personnes prétendent les revenus des églises entièrement pour eux-mêmes et laisser les prêtres, pour les services désignés, comme une petite portion qui ils ne peuvent vivre dignement sur elle. Pour certaines régions, comme nous avons appris pour certains, les curés reçoivent pour leur subsistance seulement un quart de quart, c'est-à-dire un seizième de la dîme. D'où vient à propos dans ces régions que presque aucun curé ne peut être trouvée, qui est même modérément appris. Comme la bouche du bœuf ne doit pas être muselés quand il foule le grain, et celui qui sert à l'autel doit vivre de lui, nous avons donc arrêté que, nonobstant les usages d'un évêque ou d'un patron ou quelqu'un d'autre, un nombre suffisant partie doit être attribuée au prêtre. Celui qui a une église paroissiale est de le servir et non par un vicaire, mais en personne, dans la bonne et due forme dont les soins de cette église exige, à moins par hasard, l'église paroissiale est annexée à une prébende ou une dignité. Dans ce cas, nous permettons que celui qui a une telle prébende ou à la dignité doit faire son affaire, car il doit servir dans la grande église, d'avoir un vicaire adaptée et permanente canoniquement institué dans l'église paroissiale, et le second est d'avoir, comme cela a été dit, une portion de montage à partir des recettes de l'église. Sinon laissez-lui savoir que par l'autorité de ce décret, il est privé de l'église paroissiale, qui est librement d'être conféré à quelqu'un d'autre qui est disposé et capable de faire ce qui a été dit. Nous condamnons interdire à quiconque d'oser trompeusement à conférer une pension à une autre personne, pour ainsi dire comme un bénéfice, à partir des recettes d'une église qui a pour maintenir son propre prêtre.

    33. Rémunération pour les visites à être raisonnables

    Procurations qui sont dus, en raison d'un droit de visite, aux évêques, archidiacres ou toute autre personne, ainsi que des légats ou nonces du Siège apostolique, doit en aucun cas être exigé, sans une raison claire et nécessaire, sauf si les visites ont été effectué en personne, et puis laissez-les observer la modération dans les transports et cortège prévues dans le concile du Latran. Nous ajoutons de la modération suivante à l'égard des légats et nonces du Siège apostolique: que quand il est nécessaire pour eux de rester en tout lieu, et afin que le lieu-dit ne peut pas être trop lourdes pour leur compte, ils peuvent recevoir modérée procurations d'autres églises et les personnes qui n'ont pas encore été accablés par procurations qui leur sont propres, à condition que le nombre de procurations ne-pas dépasser le nombre de jours dans le séjour, et quand l'une des églises ou des personnes n'ont pas les moyens suffisants de leurs, deux ou plusieurs d'entre eux peuvent être combinés en un seul. Ceux qui exercent la charge de la visitation, d'ailleurs, ne cherchent pas leurs propres intérêts mais plutôt ceux de Jésus-Christ, en se consacrant à la prédication et l'exhortation, à la correction et de réforme, afin qu'ils puissent faire revenir les fruits qui ne périt pas. Celui qui ose faire le contraire est à la fois de rétablir ce qu'il a reçu et de payer une somme en compensation, comme à l'église où il a donc surchargé.

    34. Prélats interdit de procurer des services à un bénéfice ecclésiastique

    Beaucoup de prélats, afin de couvrir le coût d'une procuration ou un service à un légat ou quelque autre personne, extorquer de leurs sujets plus que ce qu'ils paient, et en essayant d'extraire un profit de leurs pertes qu'ils recherchent butin plutôt que de contribuer dans leurs sujets. Nous interdisons que cela se produise dans l'avenir. Si par hasard quelqu'un ne tente, il doit restituer ce qu'il a extorqué et être obligé de donner la même somme pour les pauvres. Le supérieur hiérarchique à qui une plainte à ce sujet a été soumis doit en subir la peine canonique s'il fait preuve de négligence dans l'exécution de cette loi.

    35. Sur les procédures d'appel

    Afin que l'honneur en raison peut être donnée aux juges et compte montrer aux justiciables en matière d'ennuis et des dépenses, nous avons arrêté que lorsque quelqu'un poursuit un adversaire devant le juge compétent, il ne doit pas appeler à un juge supérieur avant jugement a été rendu , sans motif raisonnable, mais plutôt le laisser procéder à son costume avant la baisse juge, sans qu'il soit possible pour lui de faire obstruction en disant qu'il a envoyé un messager à un juge supérieur ou même procuré des lettres de lui avant qu'ils ne soient affectés à la délégué juge. Lorsque, toutefois, il pense qu'il a un motif raisonnable pour interjeter appel et a déclaré les raisons probables de l'appel devant le même juge, par exemple à savoir que si elles étaient prouvées, ils seraient comptés légitime, le juge supérieur doit examiner l'appel. Si ce dernier pense que le recours est déraisonnable, il doit renvoyer l'appelant vers le bas le juge et le condamner aux dépens de l'autre partie, sinon il doit aller de l'avant, sauvant toutefois les canons sur les cas importants étant renvoyé au Siège Apostolique .

    36. Sur phrases interlocutoires

    Puisque l'effet cesse lorsque la cause cesse, nous décrétons que si un juge ordinaire ou d'un délégué juge a prononcé un comminatoires ou une sentence interlocutoire qui serait préjudiciable à l'une des parties si son exécution a été ordonnée, et ensuite agir sur les refrains de bons conseils de mettre il en vigueur, il doit procéder librement à la saisie de l'affaire, nonobstant tout appel interjeté contre une telle sentence comminatoire ou interlocutoire, à condition qu'il ne soit pas ouverte à la suspicion pour tout autre motif légitime. Ceci afin que le processus n'est pas tenu pour des raisons frivoles.

    37. Sur convocation par la Lettre apostolique

    Certaines personnes, abusant de la faveur du Siège apostolique, essayez d'obtenir des lettres de convocation aux gens de l'juges lointains, de sorte que le défendeur, fatigué par le travail et les charges de l'action, est contraint de céder ou acheter le porteur importuns de l'action. Un procès ne devrait pas ouvrir la voie à des injustices qui sont interdites par respect pour la loi. Nous avons donc arrêté que personne ne peut être convoqué par lettres apostoliques à un procès qui est plus que deux jours de voyage hors de son diocèse, à moins que les lettres ont été achetés avec l'accord des deux parties ou ne mentionnent pas expressément la présente Constitution. Il ya d'autres personnes qui, se tournant vers un nouveau type de commerce, afin de relancer les plaintes qui sont en sommeil ou d'introduire de nouvelles questions, font des costumes pour qu'ils procurent des lettres du siège apostolique sans l'autorisation de leurs supérieurs. Ils offrent ensuite les lettres à la vente soit à la partie défenderesse, en échange de son pas de se fâcher avec peine et les frais à cause d'eux, ou pour le demandeur, afin que par le biais d'eux, il peut porter son adversaire à la détresse excessives. Les poursuites devraient être limitées plutôt que encouragées. Nous avons donc arrêté par cette constitution générale que si quelqu'un suppose désormais de chercher les lettres apostoliques sur toute question, sans un mandat spécial de son supérieur, puis les lettres ne sont pas valides et il doit être puni comme un faussaire, sauf par des personnes de chance sont concernés pour lesquels un mandat ne doit pas en droit, être exigé.

    38. Les documents écrits des essais pour être maintenu

    Un justiciable innocents ne peut jamais prouver la vérité de son refus d'une fausse affirmation faite par un juge injuste, car un refus par la nature des choses ne constitue pas une preuve directe. Nous avons donc le décret, de peur que la vérité le mensonge ou la méchanceté préjugés prévalent sur la justice, que dans les essais à la fois ordinaire et extraordinaire le juge doit toujours employer soit un agent public, s'il peut trouver un ou deux hommes conviennent à écrire fidèlement tous les actes judiciaires - - c'est-à-dire les citations, les ajournements, les objections et exceptions, des pétitions et des réponses, des interrogatoires, des confessions, des dépositions de témoins, les productions de documents, interlocutions {5}, les appels, les renoncements, les décisions finales et les autres choses qui doivent être écrites dans le bon ordre - en indiquant les lieux, des temps et des personnes.

    Tout ce qui écrit doit être donné aux parties en question, mais les originaux doivent rester avec les scribes, de sorte que si un différend survient sur la façon dont le juge a mené l'affaire, la vérité peut être établie à partir des originaux. Avec cette mesure appliquée, cette retenue sera versée aux juges honnêtes et prudents que la justice pour les innocents ne seront pas lésés par les juges imprudent et méchants. Un juge qui néglige d'observer cette constitution doit, si une certaine difficulté découle de sa négligence, être puni comme il le mérite par un juge supérieur; ni la présomption être faite en faveur de son traitement de l'affaire, sauf dans la mesure où elle est conforme à des documents juridiques .

    39. Sur sciemment recel

    Il arrive souvent, quand une personne a été injustement dépouillés et l'objet a été transféré par le voleur à un tiers, qu'il n'est pas aidé par une action de restitution contre le nouveau possesseur, car il a perdu l'avantage de la possession, et il perd en effet le droit de propriété sur le compte de la difficulté de prouver son cas. Nous avons donc arrêté, malgré la force du droit civil, que si quelqu'un reçoit désormais en connaissance de cause une telle chose, puis la volée doit être favorisée par sa restitution étant adjugés contre l'une en possession. Pour ce dernier comme il avait réussit le voleur dans son vice, dans la mesure où il n'ya pas beaucoup de différence, surtout que le danger ce qui concerne l'âme, entre injustement suspendu aux biens d'autrui et de le saisir.

    40. Vrai propriétaire est le possesseur vrai même si ne possédant pas l'objet d'une année

    Il arrive parfois que lorsque la possession de quelque chose est remis au demandeur dans un costume, en raison de la contumace de l'autre partie, mais en raison de la force ou la fraude sur la chose qu'il est incapable d'obtenir la garde de celui-ci dans une année, ou ayant il a gagné il la perd. Ainsi, les bénéfices défendeur de sa méchanceté, parce que dans l'avis de beaucoup le demandeur n'est pas admissible que le possesseur vrai à la fin d'une année. De peur que par conséquent une partie récalcitrante est dans une meilleure position que une une obéissants, nous décrétons, au nom de l'équité canonique, que dans le cas précité le demandeur doit être établie comme vraie au possesseur après l'année écoulée. Par ailleurs, nous émettons une interdiction générale en promettant de respecter la décision d'un laïque en matière spirituelle, car il n'est pas convenable pour un profane d'arbitrer dans ces questions.

    41. Nul n'est sciemment prescrire un objet à la mauvaise partie

    Depuis tout ce qui ne procède pas de la foi est péché, et, depuis, en général toute constitution ou de la coutume qui ne peuvent pas être observés sans péché mortel n'est pas tenu compte, nous avons donc définir par ce jugement synodal qu'aucune prescription, soit canonique ou civile, est valable sans une bonne la foi. Il est donc nécessaire que la personne qui prescrit doit, à aucun moment être conscient que l'objet appartient à quelqu'un d'autre.

    42. Clercs et laïcs ne sont pas à usurper les droits de chaque autres

    Tout comme nous le désir des laïcs à ne pas usurper les droits des clercs, donc nous devons nous souhaitons ecclésiastiques ne pas prétendre à des droits des laïcs. Nous avons donc interdire tout clerc désormais à étendre sa juridiction, sous prétexte de la liberté ecclésiastique, au préjudice de la justice séculière. Plutôt, qu'il soit satisfait des constitutions écrites et les coutumes approuvées jusqu'ici, de sorte que les choses de César peut être rendu à César, et les choses de Dieu peuvent être rendues à Dieu par un droit de distribution.

    43. Clercs ne peuvent pas être forcés de prêter serment de fidélité à ceux dont elles ne disposent pas des temporalités

    Certains laïcs tentent d'empiéter trop sur le droit divin quand ils la force ecclésiastiques qui ne détiennent pas les temporalités de leur part à faire prêter serment de fidélité à eux. Depuis un serviteur tient ou tombe avec son Seigneur, selon l'Apôtre, nous avons donc interdire, à l'autorité de ce Concile, que les religieux soient obligés de prêter un serment de ce genre à des personnes laïques.

    44. Seuls les clercs peuvent disposer des biens d'église

    Les laïcs, cependant pieux, n'ont aucun pouvoir de disposer des biens de l'église. Leur sort est d'obéir, de ne pas être aux commandes. Nous avons donc pleurer que la charité se refroidit certains d'entre eux de sorte qu'ils n'ont pas peur d'attaquer par le biais de leurs ordonnances, ou plutôt leurs fabrications, l'immunité de la liberté ecclésiastique, qui a dans le passé été protégé avec de nombreux privilèges, non seulement par les pères saints mais aussi par des princes laïques. Ils le font non seulement en s'aliénant fiefs et autres biens de l'église et par les juridictions, mais aussi par usurpant illégalement mettre la main sur les morgues et d'autres choses qui sont considérées comme appartenant à la justice spirituelle. Nous tenons à assurer l'immunité des églises dans ces questions et de se prémunir contre de telles blessures grands. Nous avons donc arrêté, avec l'approbation de ce Saint Concile, que les ordonnances de ce genre et prétend fiefs ou autres biens de l'église, faite au moyen d'un décret du pouvoir laïque, sans le consentement adéquat des personnes ecclésiastiques, sont invalides depuis ils peuvent être considérés comme non des lois, mais plutôt des actes de destruction et de misère ou d'usurpations de compétence. Ceux qui osent faire ces choses doivent être freinée par la censure ecclésiastique.

    45. Pénalités pour les clients qui volent les biens église ou blesser physiquement leurs clercs

    Patrons des églises, des députés des seigneurs et des défenseurs ont affiché une telle arrogance dans certaines provinces que non seulement ils introduisent des difficultés et des dessins mal quand églises vacantes devraient être fournis avec les pasteurs convenable, mais ils ont aussi la prétention de disposer des biens et autres produits de la l'église comme ils veulent et ce qui est terrible à porter, ils n'ont pas peur de mettre à tuer des prélats. Quel a été conçu pour la protection ne doit pas être tordue en un moyen de répression. Nous avons donc expressément interdit patrons, avocats et députés seigneurs désormais plus appropriée dans les matières précitées que ce qui est permis dans la loi. Si elles osent faire le contraire, laissez-les être freinée avec les peines les plus sévères canonique. Nous décrétons, en outre, avec l'approbation de ce Saint Concile, que si des mécènes ou des défenseurs ou des feudataires ou députés seigneurs »ou d'autres personnes avec risque de bénéfices avec audace innommable de tuer ou de mutiler, personnellement ou par d'autres, le recteur de toute église ou autre clerc de cette église, puis le patron perd complètement son droit de patronage, l'avocat de son advocation, le fief de son fief, le seigneur de son adjoint députation et la personne bénéficiers son bénéfice. Et de peur que la punition dans les mémoires pour moins de temps que le crime, rien de ce qui précède, descendra à leurs héritiers, et leur postérité à la quatrième génération ne doit en aucune façon être admis dans un collège de clercs ou de tenir l'honneur de toute une prélature maison religieuse, sauf quand par miséricorde ils sont dispensés de le faire.

    46. ​​Impôts ne peut pas être prélevée sur l'Église, mais l'Eglise ne peut verser des contributions volontaires pour le bien commun

    Le concile de Latran, qui souhaitent fournir de l'immunité de l'église contre les fonctionnaires et les gouverneurs des villes et des autres personnes qui cherchent à opprimer les églises et les ecclésiastiques avec tallages et taxes et autres exactions, interdit une telle présomption, sous peine d'anathème. Il a ordonné les transgresseurs et leurs partisans à être excommunié jusqu'à ce qu'ils fassent une satisfaction adéquate. Si à un moment donné, toutefois, un évêque avec son clergé prévoir un si grand besoin ou l'avantage qu'ils considèrent, sans aucune contrainte, que les subventions doivent être donnés par les églises, pour le bien commun ou la nécessité commune, lorsque les ressources du les laïcs ne sont pas suffisantes, alors les laïcs mentionnés ci-dessus peuvent les recevoir humblement et dévotement et avec grâce. En raison de l'imprudence de certains, cependant, le pontife romain, dont le métier est de fournir pour le bien commun, doivent être consultées au préalable. Nous ajoutons, d'ailleurs, puisque la malice de certains contre l'Église de Dieu ne s'est pas démenti, que les ordonnances et les peines promulguées par des personnes excommuniées, ou sur leurs ordres, sont réputés nuls et non avenus et ne doit jamais être valide. Depuis la fraude et la tromperie ne devrait pas protéger quiconque, personne ne se laisser tromper par de fausses erreurs de supporter un anathème pendant son mandat de gouvernement, comme si il n'est pas obligé de faire la satisfaction par la suite. Pour nous décrétons que lui qui a refusé de donner satisfaction et son successeur, s'il ne fait pas de satisfaction dans un mois, est de rester lié par censure ecclésiastique jusqu'à ce qu'il fait de la satisfaction convenable, puisque celui qui succède à un poste réussit également à ses responsabilités.

    47. Sur excommunication injuste

    Avec l'approbation de ce conseil sacré, nous interdisant à quiconque de promulguer une sentence d'excommunication à quiconque, sauf si un avertissement adéquat a été donné à l'avance, en présence de personnes compétentes, qui peuvent si nécessaire témoigner de l'avertissement. Si quelqu'un ose faire le contraire, même si la sentence d'excommunication est juste, qu'il sache qu'il est interdit d'entrer dans une église pendant un mois et il doit être puni avec une autre pénalité si cela semble opportun. Qu'il soigneusement éviter de procéder à excommunier quiconque, sans cause manifeste et raisonnable. S'il le fait procéder et, après avoir été demandé humblement, ne prend pas soin de révoquer la procédure sans imposer la punition, la personne lésée peut déposer une plainte pour excommunication injuste avec un juge supérieur. Ce dernier transmet ensuite la personne devant le juge qui l'a excommunié, si cela peut être fait sans le danger d'un retard, avec des ordres qu'il doit être absous dans un délai convenable. Si le danger d'un retard ne peut être évitée, la tâche d'absoudre lui doit être effectuée par le juge supérieur, soit en personne ou par quelqu'un d'autre, comme cela semble opportun, après qu'il a obtenu des garanties suffisantes.

    Chaque fois qu'il est établi que le juge a prononcé une excommunication injuste, il peut être condamné à verser une indemnité pour des dommages à l'un excommunié, et être néanmoins puni d'une autre manière, à la discrétion du juge supérieure si la nature de la faute des appels pour elle, car elle n'est pas une faute banale d'infliger une si grande punition sur une personne innocente - à moins que par hasard il a commis une erreur, pour des raisons qui sont crédibles - surtout si la personne est de renommée louable. Mais si rien de raisonnable n'est prouvé contre la sentence d'excommunication par celui qui dépose la plainte, le plaignant ne peut être condamné à la peine, pour la peine déraisonnables causés par sa plainte, à verser une indemnité ou d'une autre manière en fonction de l'appréciation du juge supérieur, sauf si par hasard son erreur a été basée sur quelque chose qui est crédible et si des excuses lui, et il doit en outre être contraint à une promesse de donner satisfaction en la matière pour laquelle il était justement excommunié, ou bien il sera soumis à nouveau pour la phrase ancienne qui doit être inviolablement observée jusqu'à pleine satisfaction a été faite.

    Si le juge, cependant, reconnaît son erreur et est prêt à révoquer la sentence, mais la personne à qui elle a été adoptée appels, de crainte que le juge pourrait la révoquer sans satisfaction, alors l'appel ne doit pas être admis à moins que l'erreur est telle qu'elle peut mériter d'être interrogé. Puis le juge, après qu'il a donné une garantie suffisante qu'il va comparaître devant le tribunal avant que la personne à laquelle l'appel avait été fait ou d'un délégué par lui, doit absoudre la personne excommuniée et donc ne sont pas soumis à la peine prescrite. Qu'on en juge totalement méfiez-vous, s'il le souhaite afin d'éviter la punition stricte canoniques, de peur que d'une intention perverse de nuire à quelqu'un qu'il prétend avoir fait une erreur.

    48. Défier le juge ecclésiastique

    Depuis une interdiction particulière n'a été retenue contre quiconque présumant de promulguer une sentence d'excommunication contre quelqu'un, sans avertissement adéquat étant donné à l'avance, nous souhaitons donc de se prémunir contre la personne a averti être capable, au moyen d'une objection frauduleuse ou d'appel, pour échapper à l'examen par la délivrance de l'avertissement. Nous avons donc arrêté que si la personne prétend avoir détient le suspect juge, laissez-le faire comparaître devant le même juge d'une action de tout soupçon, et il lui-même en accord avec son adversaire (ou avec le juge, s'il arrive de ne pas avoir un adversaire) ne choisissent ensemble des arbitres, ou, si par hasard ils sont incapables de s'entendre ensemble, il doit choisir un arbitre et l'autre d'autres, de prendre connaissance de l'action de tout soupçon. Si elles ne peuvent s'entendre sur un jugement qu'ils doivent appeler une tierce personne afin que ce que deux d'entre eux décident doit avoir force obligatoire. Faites-leur savoir qu'ils sont tenus d'effectuer cette fidèlement, en conformité avec la commande strictement enjoint par nous en vertu de l'obéissance et sous l'attestation du jugement divin. Si l'action de la suspicion n'est pas prouvé dans le droit, avant eux dans un temps convenable, le juge doit exercer sa compétence; si l'action est prouvée, puis avec le consentement de l'opposant le juge dont la récusation est renvoyer l'affaire à une personne appropriées ou c'est se référer à un juge supérieur afin qu'il puisse mener l'affaire comme elle doit être menée.

    Quant à la personne qui a été prévenu, mais s'empresse alors de faire appel, si son infraction est rendue manifeste dans le droit par la preuve de l'affaire ou par sa propre confession ou d'une autre manière, alors la provocation de ce genre est de ne pas être tolérées, car le remède d'un recours n'a pas été créé pour défendre la méchanceté, mais pour protéger l'innocence. S'il ya quelque doute sur son infraction, l'appelant doit, de peur qu'il ne gêne l'action du juge par le subterfuge d'un appel frivole, mis devant le même juge la raison crédible pour son appel, comme savoir que s'il était prouvé, il serait considérée comme légitime. Alors si il a un adversaire, le laisser poursuivre son appel dans le délai fixé par le même juge en fonction des distances, des temps et la nature de l'entreprise impliquée. S'il ne poursuit pas son appel, le juge lui-même procède nonobstant l'appel. Si l'adversaire ne s'affiche pas lorsque le juge est de procéder en vertu de son bureau, puis une fois la raison pour laquelle l'appel a été vérifiée devant le juge celui-ci est supérieure exercer sa compétence. Si l'appelant ne parvient pas à obtenir le motif de son appel vérifié, il doit être renvoyé au juge dont il a été établi qu'il a fait appel malicieusement. Nous ne souhaitons pas les deux ci-dessus des constitutions d'être étendu à des habitués, qui ont leurs propres célébrations spéciales. »

    49. Pénalités pour l'excommunication de l'avarice

    Nous interdisons absolument, sous la menace du jugement divin, quiconque d'oser se lier n'importe qui avec le lien de l'excommunication, ou d'absoudre quiconque lié de la sorte, hors de l'avarice. Nous interdisons ce surtout dans les régions où la coutume une personne excommuniée est puni par une peine d'argent quand il est absous. Nous décrétons que quand il a été établi qu'une sentence d'excommunication a été injuste, le excommunicator ne peut être contraint par la censure ecclésiastique pour restaurer l'argent ainsi extorqué, et doit payer autant à nouveau à sa victime pour le préjudice que s'il a été trompé par une compréhensibles erreur. Si, par hasard, il est incapable de payer, il sera puni d'une autre manière.

    50. Interdiction du mariage est désormais restreint perpétuellement jusqu'au quatrième degré

    Il ne devrait pas être jugée répréhensible si humaine décrets sont parfois modifiés en fonction de l'évolution des circonstances, surtout lorsque la nécessité urgente ou avantage évident qu'elle exige, puisque Dieu lui-même a changé dans le Nouveau Testament certaines des choses dont il avait ordonné dans l'Ancien Testament. Depuis l'interdiction de contracter le mariage dans les deuxième et troisième degré d'affinité, et contre unissant les descendants d'un second mariage avec la famille du premier mari, conduisent souvent à des difficultés et parfois en danger les âmes, nous avons donc, afin que lorsque l'interdiction cesse l'effet peut également cesser, révoquer, avec l'approbation de ce saint Concile les constitutions publiées sur ce sujet et nous décrétons, par la présente Constitution, que, désormais, les parties contractantes liées à ces façons peut librement assembler. Par ailleurs l'interdiction contre le mariage ne doit pas à l'avenir vont au-delà du quatrième degré de consanguinité et d'affinité, puisque l'interdiction ne peut désormais être généralement observés à des degrés plus loin sans grave dommage. Le numéro quatre est en bon accord avec l'interdiction concernant union des corps dont l'Apôtre dit que le mari n'a pas autorité sur son corps, mais la femme ne, et la femme ne se prononce pas sur son corps, mais c'est le mari; car il ya des quatre humeurs dans le corps, qui est composé des quatre éléments. Bien que l'interdiction du mariage est désormais limitée à la quatrième degré, nous souhaitons que l'interdiction est perpétuelle, malgré les décrets antérieurs sur ce sujet délivrés soit par d'autres ou par nous. Si toutes les personnes osent se marier contrairement à cette interdiction, ils ne doivent pas être protégés par la longueur des années, depuis le passage du temps ne diminue pas le péché, mais elle augmente, et plus que les défauts tenir l'âme malheureuse dans la servitude au burin ils sont.

    51. Mariages clandestins interdites

    Depuis l'interdiction contre le mariage dans les trois degrés plus reculées a été révoquée, nous souhaitons qu'il soit strictement observée dans les autres degrés. Suivant les traces de nos prédécesseurs, nous avons totalement interdit les mariages clandestins, et nous interdisent tout prêtre de présumer d'être présent à un tel mariage. Étendre la coutume particulière de certaines régions à d'autres régions en général, nous décrétons que lorsque les mariages sont contractés à elles doivent être annoncées publiquement dans les églises par des prêtres, avec un temps convenable étant fixé à l'avance dans lequel celui qui veut et est capable de produire une peut empêchement légal. Les prêtres eux-mêmes doivent également étudier si il existe quelque empêchement. Quand il apparaît une raison crédible pour lesquelles le mariage ne doit pas être sous contrat, le contrat doit être expressément interdite jusqu'à ce qu'il n'y a été établi à partir des documents clairement ce qui doit être fait en la matière. Si toutes les personnes présument d'entrer dans les mariages clandestins de ce type, ou mariages interdits au sein d'un diplôme interdite, même si cela se fait dans l'ignorance, la progéniture de l'union sont réputées illégitimes et n'ont aucune aide de l'ignorance de leurs parents, puisque les parents dans les contrats le mariage pourrait être considéré comme n'étant pas dépourvu de connaissances, ou même comme affecters de l'ignorance.

    De même les descendants sont considérés comme illégitimes si les deux parents savent d'un empêchement légitime et pourtant osent contracter un mariage en présence de l'église, contrairement à toutes les interdictions. Par ailleurs, le curé qui refuse d'interdire de telles unions, ou même un membre du clergé régulier qui ose y assister, doit être suspendu de ses fonctions pendant trois ans et doit être puni encore plus sévèrement si la nature de la faute qu'elle exige. Ceux qui prétendent être unis de cette manière, même si elle est autorisée au sein d'un diplôme, doivent être donnés une pénitence appropriée. Quiconque propose malicieusement un obstacle, pour éviter un mariage légitime, ne sera pas échapper à la vengeance de l'église.

    52. Sur le rejet des preuves par ouï-dire un costume au matrimoniaux

    Il a été à un moment décidé d'un certain besoin, mais contrairement à la pratique normale, c'est la preuve par ouï devrait être valable dans compter les degrés de consanguinité et d'affinité, car en raison de la brièveté de la vie humaine témoins ne serait pas en mesure de témoigner à partir de connaissances de première main dans un règlement de comptes dans la mesure où le septième degré. Cependant, parce que nous avons appris de plusieurs exemples et des preuves précis qui beaucoup de dangers à des mariages légaux ont découlé de cela, nous avons décidé que dans les futurs témoins par ouï-dire ne doit pas être accepté dans cette affaire, puisque l'interdiction ne dépassent maintenant le quatrième degré , sauf si il ya des personnes de poids qui sont dignes de confiance et qui ont appris de leurs aînés, avant que l'affaire a commencé, les choses qu'ils témoignent: pas en effet d'une telle personne car on ne suffirait pas, même si il ou elle était vivante, mais à partir de deux au moins, et non pas de personnes qui sont mal famés et suspects, mais de ceux qui sont dignes de confiance et au-dessus chaque objection, car il semble plutôt absurde d'admettre en preuve ceux dont les actions seraient rejetés.

    Ne devrait pas y être admis en preuve une personne qui a appris ce qu'il témoigne de plusieurs, ou des personnes de mauvaise réputation qui ont appris ce qu'ils témoignent de personnes de bonne réputation, comme si elles étaient plus d'un et témoins appropriés, puisque même en fonction de la pratique normale des tribunaux de l'affirmation d'un témoin ne suffit pas, même s'il est un resplendissante personne ayant autorité, et depuis les actions juridiques sont interdits aux personnes de mauvaise réputation. Les témoins sont affirmons sur l'honneur que dans le témoignage dans le cas où ils n'agissent pas de la haine ou la peur ou l'amour ou pour l'avantage, ils doivent désigner les personnes par leur nom exact ou en soulignant ou par une description suffisante, et doit distinguer par un compter claires chaque degré de la relation de chaque côté, et ils incluent dans leur serment la déclaration qu'il a de leurs ancêtres qu'ils ont reçu ce qu'ils témoignent et qu'ils croient que c'est vrai. Ils sont encore moins qu'ils ne suffisent pas déclarer sous serment qu'ils ont su que les personnes qui se tiennent en moins d'un des diplômes précités de la relation, se considèrent mutuellement comme le sang-relations. Car il est préférable de laisser seul quelques personnes qui ont été unis à l'encontre des décrets humains que de séparer, contrairement aux décrets du Seigneur, les personnes qui ont été réunis légitimement.

    53. Sur ceux qui donnent leurs champs pour les autres à être cultivées de manière à éviter les dîmes

    Dans certaines régions, il ya certains peuples entremêlés, qui par la coutume, en conformité avec leurs propres rites, ne pas payer les dîmes, même si elles sont comptées en tant que chrétiens. Certains propriétaires cèdent leurs terres à leur disposition afin que ces seigneurs peuvent obtenir des revenus plus importants, en trichant les églises de la dîme. Souhaitant donc à assurer la sécurité des églises dans ces questions, nous avons arrêté que lorsque les seigneurs font sur leurs terres à ces personnes de cette manière pour la culture, les seigneurs doivent payer la dîme aux églises dans leur intégralité et sans objection, et si nécessaire, ils ne peut être contraint à le faire par la censure ecclésiastique. Ces dîmes sont en effet à payer de la nécessité, dans la mesure où ils sont dus en vertu de la loi divine ou de la coutume locale approuvée.

    54. Dîmes doivent être payés avant impôts

    Il n'est pas dans le pouvoir humain que les semences doivent répondre au semeur, car, selon la parole de l'Apôtre, ni celui qui plante ni celui qui arrose n'est rien, mais plutôt celui qui donne la croissance, à savoir Dieu, qui se fait sortir beaucoup de fruit de la semence morte. Maintenant, certaines personnes de l'excès de la cupidité efforçons de tricher sur les dîmes, déduction faite des cultures et des premiers fruits des loyers et redevances, qui entre-temps échapper au paiement de la dîme. Puisque le Seigneur a réservé la dîme à lui-même comme un signe de sa seigneurie universelle, par un certain titre spécial pour ainsi dire, nous décrétons, désireux de prévenir les blessures aux églises et de danger pour les âmes, que, en vertu de cette seigneurie générale le versement des dîmes doit précéder l'imposition de cotisations et des loyers, ou du moins ceux qui reçoivent des rentes et redevances untithed ne peut être contraint par la censure ecclésiastique, voyant que quelque chose porte en elle sa charge, à leur dîme pour les Eglises à qui, par droit, ils sont dus.

    55. Dîmes doivent être payés sur les terres acquis, nonobstant les privilèges

    Récemment abbés de l'ordre cistercien, réunis dans un chapitre général, sagement décrété dans notre exemple, que les frères de l'ordre ne sont pas dans les possessions achètent l'avenir à partir de laquelle les dîmes sont dues à des églises, sauf si par chance il est pour fonder de nouveaux monastères, et que Si ces possessions ont été donnés par la dévotion des fidèles pieux, ou ont été achetés pour la fondation de nouveaux monastères, ils seraient les assigner à la culture à d'autres personnes, qui paierait la dîme aux églises, de peur que les églises soient encore accablés sur le compte de des privilèges des Cisterciens. Nous avons donc arrêté que sur les terres affectées à d'autres et sur les acquisitions futures, même si elles les cultivent avec leurs propres mains ou à leurs propres frais, ils doivent payer la dîme aux églises qui, auparavant, reçu les dîmes des terres, à moins qu'ils ne décident de composés d'une autre manière avec les églises. Puisque nous considérons ce décret pour être acceptable et à droite, nous souhaitons qu'il soit étendu à d'autres habitués qui jouissent de privilèges similaires, et les prélats des églises afin que nous d'être plus facile et plus efficace dans leur donnant pleinement justice à l'égard de ceux qui fausse eux et de prendre la peine de maintenir leurs privilèges plus attentivement et complètement.

    56. Un prêtre de la paroisse ne doit pas perdre une dîme sur compte de certaines personnes faisant un pacte

    Nombreux habitués, comme nous l'avons appris, et les religieux, parfois laïque, où laisser les maisons ou l'octroi de fiefs, ajouter un pacte, au préjudice des églises paroissiales, à l'effet que les locataires et les vassaux doivent payer la dîme à leur connaissance et choisir d'être enfouis dans leur sol. Nous rejetons complètement pactes de ce genre, car elles sont enracinées dans l'avarice, et nous déclarons que ce qui est reçu par ces centres doivent être retournés à l'église paroissiale.

    57. Interprétation des mots de privilèges

    Afin que les privilèges dont l'église romaine a accordés à certains religieux peut demeurer intact, nous avons décidé que certaines choses en elles doivent être clarifiées par leur peur ne pas être bien compris, ils conduire à des abus, en raison de laquelle ils pouvaient à juste être révoqué. Car, une personne mérite de perdre un privilège s'il abuse du pouvoir qui lui est confié. Le Siège apostolique a justement accordé un indult de certains habitués à l'effet que la sépulture ecclésiastique ne doit pas être refusé aux membres décédés de leur fraternité, si les églises à laquelle ils appartiennent arrive d'être un interdit en ce qui concerne les services divins, sauf si les personnes ont été excommuniés ou interdits par leur nom, et qu'ils peuvent emmener pour l'enterrement de leurs propres églises de leurs confraters dont prélats des églises ne permettra pas d'être enterré dans leurs propres églises, à moins que le confraters ont été excommuniés ou interdits par leur nom.

    Toutefois, nous comprenons cela de se référer à confraters qui ont changé leur robe laïque et ont été consacrés à l'ordre tout en restant en vie, ou qui dans leur vie ont vu leur propriété à eux tout en conservant pour eux-mêmes tant qu'ils vivent l'usufruit . Seules ces personnes peuvent être enterrés dans les églises non-interdits de ces habitués et d'autres dans lesquelles ils ont choisi d'être enterré. Car si elle était comprise de toute personne de rejoindre leur fraternité pour le paiement annuel de deux ou trois sous, la discipline ecclésiastique serait desserrée et mis en mépris. Même ce dernier peut, toutefois, obtenir une rémission de certains qui leur est accordée par le Siège Apostolique. Il a également été accordée à des habitués tels que si un de leurs frères, qu'ils ont envoyé pour établir fraternités ou de recevoir des impôts, vient d'une ville ou un château ou un village qui est sous une interdiction en ce qui concerne les services divins, puis les églises peuvent être ouvert une fois dans l'année à leur «entrée joyeuse» de sorte que les services divins peut être célébrée là-bas, après avoir excommunié personnes ont été exclues.

    Nous souhaitons que cela soit compris comme signifiant que dans une ville, un château ou une ville donnée une seule église sera ouverte pour les frères d'un ordre particulier, comme indiqué ci-dessus, une fois dans l'année. Car bien qu'il a été dit au pluriel que les églises peuvent être ouverts à leur «entrée joyeuse», ce sur une véritable compréhension ne se réfère pas à chaque Eglise particulière d'un lieu donné, mais plutôt aux églises des endroits susmentionnés pris ensemble. Sinon, si ils ont visité toutes les églises d'un lieu donné de cette façon, la sentence d'interdit serait mis en trop de mépris. Ceux qui osent usurper quoi que ce soit pour eux-mêmes contraires aux déclarations ci-dessus doivent être soumis à des châtiments sévères.

    58. Sur le même en faveur des évêques

    Nous tenons à exprimer aux évêques, en faveur de la charge épiscopale, l'indult qui a déjà été donné à certaines religieuses. Nous avons donc fais que quand un pays est sous un interdit général, les évêques peuvent parfois célébrer le service divin, à huis clos et en baissant la voix, sans la sonnerie des cloches, après excommuniés et les interdits ont été exclues, sauf si cela a été expressément interdit d'eux. Nous accordons cela, cependant, de ces évêques qui n'ont donné aucune cause pour l'interdit, de peur qu'ils utilisent la ruse ou la fraude de toute sorte et ainsi de transformer une bonne chose dans une perte dommageable.

    59. Religieuse ne peut pas donner de cautionnement sans la permission de son abbé et le couvent

    Nous souhaitons et pour pouvoir être étendue à toutes les religieuses qui a déjà été interdit par le Siège apostolique pour certains d'entre eux: à savoir qu'aucun religieux, sans la permission de son abbé et la majorité de son chapitre, peut se porter caution pour quelqu'un ou d'accepter un emprunt d'une autre au-delà d'une somme fixée par l'opinion commune. Sinon, le couvent ne doit pas être tenue responsable de quelque manière que pour ses actions, sauf si par hasard, la question a clairement revenait à l'avantage de sa maison. Quiconque prétend agir contrairement à cette loi doit être sévèrement disciplinée.

    60. Abbés de ne pas empiéter sur le ministère épiscopal

    De ces plaintes qui nous sont parvenues par les évêques dans diverses parties du monde, nous avons appris à connaître des dérives graves et les grands abbés de certains qui, non contents avec les limites de leur propre autorité, tendent leurs mains vers les choses appartenant à la dignité épiscopale: audition affaires matrimoniales, enjoignant pénitences publiques, même l'octroi des lettres d'indulgences et de présomptions, comme. Il arrive parfois de ce que l'autorité épiscopale est déprécié aux yeux de beaucoup. Souhaitant donc de fournir à la fois pour la dignité des évêques et le bien-être des abbés de ces questions, nous nous interdisons formellement par le présent décret toute l'abbé d'atteindre de telles choses, s'il veut éviter le danger pour lui-même, sauf si par chance aucun d'entre eux peuvent se défendre par une concession spéciale ou toute autre raison légitime à l'égard de telles choses.

    61. Religieuses ne peuvent pas recevoir les dîmes de mettre la main

    Il était interdit au concile de Latran, comme on le sait, pour tout habitués à oser recevoir des églises ou des dîmes de mettre la main sans le consentement de l'évêque, ou en aucune façon à admettre les services divins ces excommuniés ou ceux interdits par son nom. Nous avons maintenant l'interdit encore plus fortement et prendra soin de voir que les délinquants soient punis de peines proportionné. Nous décrétons, cependant que dans les églises qui ne leur appartient pas de plein droit les habitués, conformément aux statuts de ce conseil, présent à l'évêque, les prêtres qui sont à instituer, pour examen par lui au sujet du soin de la les gens, mais comme pour la capacité des prêtres dans les choses temporelles, les habitués doivent apporter la preuve eux-mêmes. Qu'ils n'osent pas retirer ceux qui ont été instituées sans consultation de l'évêque. Nous ajoutons, en effet, qu'ils doivent prendre soin de présenter ceux qui sont soit connues pour leur mode de vie ou recommandés par les prélats sur les raisons probables.

    62. En ce qui concerne les reliques du saint

    La religion chrétienne est souvent décrié à cause de certaines personnes mises reliques de saints en vente et les afficher indistinctement. Afin qu'il ne peut pas être décrié dans l'avenir, nous ordonnons par le présent décret que les reliques anciennes dorénavant ne seront pas affichés à l'extérieur d'un reliquaire ou être mis en vente. Comme pour les reliques nouvellement découvert, que personne ne présument une à les vénérer publiquement à moins qu'elles n'aient été préalablement approuvés par l'autorité du pontife romain. Prélats, d'ailleurs, ne devrait pas permettre à l'avenir ceux qui viennent à leurs églises, afin de vénérer, d'être trompés par des histoires mensonge ou de faux documents, comme cela a souvent arrivé dans de nombreux endroits en raison de la soif de profit. Défendons aussi la reconnaissance de quêteurs, dont certains tromper d'autres personnes en proposant diverses erreurs dans leur prédication, à moins qu'ils montrent lettres authentiques du Siège apostolique ou de l'évêque diocésain. Même alors, ils ne doivent pas être autorisés à mettre quoi que ce soit avant que le gens au-delà ce qui est contenu dans les lettres.

    Nous avons cru bon de montrer la forme de la lettre que le Siège apostolique général des subventions aux quêteurs, afin que les évêques diocésains peuvent le suivre dans leurs propres lettres. Il est ceci: «Puisque, comme le dit l'Apôtre, nous serons tous debout devant le trône du jugement de Christ pour recevoir en fonction de ce que nous avons fait dans le corps, qu'il soit bon ou mauvais, il nous incombe de préparer pour le jour de la récolte finale avec des œuvres de miséricorde et de semer sur terre, avec une vue de l'éternité, ce qui, avec Dieu en le retournant avec des fruits multiplié, nous devons nous rassembler dans le ciel; gardant une ferme espérance et de confiance, car celui qui sème peu récolte avec parcimonie, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment sera la vie éternelle. Comme les ressources d'un hôpital peut ne pas suffire pour le soutien des frères et les nécessiteux qui affluent vers elle, nous avertir et vous exhorter tous dans le Seigneur, et enjoindre sur vous pour la rémission de vos péchés, de donner l'aumône pieuse et reconnaissante assistance charitable à eux, des biens que Dieu vous a accordés, de sorte que leur besoin d'être soignés grâce à votre aide, et vous pouvez atteindre le bonheur éternel à travers ces et autres bonnes choses que vous pouvez avoir fait sous l'inspiration de Dieu. "

    Que ceux qui sont envoyés pour chercher l'aumône être modeste et discret, et ne les laisse pas rester dans les tavernes ou autres lieux impropres ou engager des dépenses inutiles ou excessives, en faisant attention de ne surtout pas de porter l'habit de la fausse religion. Par ailleurs, parce que les clefs de l'église sont mis en mépris et la satisfaction par la pénitence perd de sa force aveugle et grâce des indulgences excessives, qui certains prélats des églises ne craignent pas de subvention, nous avons donc arrêté que quand une basilique est dédiée, l'indulgence ne doit pas être de plus d'un an, si elle est consacrée par un évêque ou par plus d'un, et pour l'anniversaire de la dédicace de la rémission des pénitences imposées ne doit pas dépasser quarante jours. Nous ordonnons que les lettres de l'indulgence, qui sont accordées pour des raisons diverses à des moments différents, sont à fixer ce nombre de jours, puisque le pontife romain lui-même, qui possède la plénitude du pouvoir, est habitué à observer cette modération dans de telles choses.

    63. Sur la simonie

    Comme nous l'avons certainement appris, les exactions honteuses et méchant et extorsions sont prélevées dans de nombreux endroits et par de nombreuses personnes, qui sont comme les vendeurs de colombes dans le temple, pour la consécration des évêques, la bénédiction des abbés et l'ordination des clercs. Il est fixé à quel point est d'être payé pour ceci ou cela et pour encore une autre chose. Certains vont même jusqu'à chercher à défendre cette disgrâce et de méchanceté pour des raisons de coutume établie de longue date, ce qui entasser pour eux-mêmes la damnation encore plus loin. Souhaitant donc d'abolir un si grand abus, nous rejetons totalement cette coutume qui devrait plutôt être qualifié de corruption. Nous sommes fermement arrêté que personne n'osera exiger ou d'extorquer quoi que ce soit sous aucun prétexte pour l'attribution de telles choses ou pour leur avoir été conférés. Sinon fois celui qui reçoit et celui qui donne par exemple un paiement absolument condamné doit être condamné avec Guéhazi et Simon.

    64. Simony en ce qui concerne les moines et les nonnes

    La maladie de simonie a infecté de nombreuses religieuses, à tel point qu'ils admettent guère comme des sœurs, sans paiement, qui souhaitent couvrir ce vice avec le prétexte de la pauvreté. Nous condamnons interdisent que cela se produise dans l'avenir. Nous décrétons que quiconque commet la méchanceté à l'avenir, à la fois l'un et l'admettant on admettait, qu'elle soit un sujet ou de l'autorité, doit être expulsée de son couvent, sans espoir de réintégration, et d'être jeté dans une maison d'un respect plus strict de faire pénitence perpétuelle. En ce qui concerne ceux qui ont été admis dans cette façon avant cette loi synodale, nous avons décidé d'offrir leur être déplacé des couvents où ils tort entré, et être placés dans d'autres maisons du même ordre. Si, par hasard, ils sont trop nombreux pour être commodément placé ailleurs, ils peuvent être admis à nouveau au couvent même, par dérogation, après la prieure et moins officiels ont été modifiés, de peur ils vont errer dans le monde au danger de leurs âmes. Nous commandons les mêmes à être observée à l'égard des moines et des religieuses autres. En effet, de peur que ces personnes soient en mesure de s'excuser pour des raisons de simplicité ou de l'ignorance, nous évêques diocésains afin d'avoir ce décret publié au long de leur diocèse chaque année.

    65. Simony et extorsion

    Nous avons entendu que certains évêques, à la mort de recteurs d'églises, de mettre ces églises d'interdit et ne pas permettre à quiconque d'être instituées pour eux jusqu'à ce qu'ils ont été payés une certaine somme d'argent. Par ailleurs, quand un chevalier ou un clerc entre dans une maison religieuse ou choisit d'être enterré avec les chefs religieux, les évêques soulèvent des difficultés et des obstacles jusqu'à ce qu'ils reçoivent quelque chose dans la manière d'un présent, même lorsque la personne n'a rien laissé à la maison religieuse. Puisque nous sommes devraient s'abstenir non seulement de mal lui-même mais aussi de toute apparence de mal, comme dit l'Apôtre, nous interdisent totalement les exactions de ce genre. Tout contrevenant doit rétablir le double du montant exigé, et ce n'est d'être fidèlement utilisé pour le bénéfice des endroits lésés par les exactions.

    66. Simony et l'avarice des clercs

    Il a souvent été rapporté que le Siège apostolique que la demande de certains clercs et extorquer de l'argent pour les rites funéraires pour les morts, la bénédiction de ceux marier, etc, et s'il arrive que leur cupidité n'est pas satisfaite, ils ont mis en place pour tromper les obstacles fausses . D'autre part quelques laïcs, agité par un ferment de la méchanceté hérétique, s'efforcent de porter atteinte à une coutume louable de sainte église, introduite par la pieuse dévotion des fidèles, sous le prétexte de scrupules canoniques. Nous avons donc deux interdisent exactions méchants à faire dans ces domaines et des douanes afin pieuse à observer, ordonner que les sacrements de l'Église doivent être donnés librement, mais aussi que ceux qui malicieusement essayer de changer une coutume louable doivent être retenus, quand la vérité est connu, par l'évêque du lieu.

    67. Juifs et l'usure excessive

    Plus la religion chrétienne est empêché de pratiques usuraires, d'autant plus ne la perfidie des Juifs poussent dans ces questions, de sorte que dans un court laps de temps ils sont épuiser les ressources des chrétiens. Souhaitant donc de voir que les chrétiens ne sont pas sauvagement opprimée par les juifs dans cette affaire, nous ordonnons par ce décret synodal que si les Juifs dans l'avenir, sous aucun prétexte, extorquer de l'oppression et l'intérêt excessif des chrétiens, alors ils doivent être retirés de tout contact avec des chrétiens jusqu'à ce qu'ils aient fait une satisfaction adéquate de la charge immodérée. Chrétiens aussi, si besoin est, ne peut être contraint par la censure ecclésiastique, sans la possibilité d'un appel, de s'abstenir de commercer avec eux. Nous enjoignons aux princes de ne pas être hostile aux chrétiens sur ce compte, mais plutôt d'être zélé à restreindre les Juifs de l'oppression si grand. Nous décrétons, sous la même peine, que les Juifs ne peut être contraint de faire la satisfaction des églises pour les dîmes et les offrandes dues aux églises, dont les églises étaient habitués à recevoir des chrétiens pour les maisons et autres biens, avant leur passage par quelque titre à la Juifs, afin que les églises peuvent ainsi être préservées de la perte.

    68. Juifs se montrer en public

    Une différence de robe qui distingue les juifs ou les Sarrasins de chrétiens dans certaines provinces, mais dans d'autres une certaine confusion s'est développée de sorte qu'ils sont indiscernables. D'où il arrive parfois que les chrétiens se joindre à tromper les femmes juives ou sarrasines, et les Juifs ou les Sarrasins avec des femmes chrétiennes. Pour que l'infraction d'une telle mélangeant damnable ne peut pas répandre davantage, sous prétexte d'une erreur de ce genre, nous décrétons que ces personnes des deux sexes, dans toutes les provinces chrétiennes et à tous moments, sont à distinguer en public, à partir d'autres personnes par le caractère de leur robe - voir par ailleurs que ce fut enjoint à eux par Moïse lui-même, comme nous le lisons. Ils ne doivent pas apparaître en public à tout les jours des lamentations et le dimanche de la Passion, parce que certains d'entre eux ces jours-là, comme nous l'avons entendu, ne rougissent pas de défilé en robe très ornée et n'ont pas peur de se moquer des chrétiens qui présentent un mémorial de la passion la plus sacrée et montrent des signes de deuil. Ce que nous interdisons formellement la plus cependant, c'est qu'ils n'osent en aucune façon de sortir de la dérision du Rédempteur. Afin princes Nous laïque à retenir avec châtiment mérité ceux qui le font présumer, de peur qu'ils n'osent pas blasphémer en aucune façon celui qui a été crucifié pour nous, puisque nous ne devons pas ignorer les insultes à son encontre qui ont expié nos fautes.

    69. Juifs de ne pas tenir les bureaux publics

    Il serait trop absurde pour un blasphémateur du Christ d'exercer un pouvoir sur les chrétiens. Nous renouvelons donc dans ce canon, en raison de l'audace des délinquants, ce que le concile de Tolède prévoyante décrété en cette matière: nous interdisons les Juifs d'être nommé à des fonctions publiques, car sous couvert d'entre eux, ils sont très hostiles aux chrétiens. Si, cependant, quelqu'un ne commettre un tel bureau pour le laisser entre eux, après un avertissement, être freinée par le conseil provincial, dont nous afin de se tenir annuellement, par le biais d'une sanction appropriée. Tout fonctionnaire ainsi désigné se verra refuser le commerce avec les chrétiens dans les affaires et dans les autres matières, jusqu'à ce qu'il s'est converti à l'utilisation de pauvres chrétiens, en conformité avec les directives de l'évêque diocésain, tout ce qu'il a obtenus à partir de chrétiens en raison de son bureau ainsi acquis , et il doit remettre à la honte du bureau dont il irrévérencieusement supposé. Nous étendons la même chose pour les païens.

    70. Convertis juifs ne peuvent pas conserver leur ancien rite

    Certaines personnes qui sont venus volontairement dans les eaux sacrées du baptême, comme nous avons appris, ne pas rabattre entièrement la personne âgée afin de mettre sur le nouveau plus parfaitement. Car, en gardant des vestiges de leur rite ancien, elles bouleversent le décorum de la religion chrétienne par un tel mélange. Comme il est écrit: Maudit est celui qui pénètre dans la terre par deux chemins, et un vêtement qui est tissée à partir de lin et de laine ensemble ne doivent pas être mis sur, nous avons donc arrêté que ces personnes sont totalement empêchée par les prélats des églises de l'observation de leur ancien rite, afin que ceux qui se sont offerts gratuitement à la religion chrétienne peut être maintenue à son respect par une contrainte salutaire et nécessaire. Car c'est un moindre mal de ne pas connaître le chemin du Seigneur que de revenir sur elle après l'avoir connu.

    71. Croisade pour reprendre la Terre sainte

    Il est de notre ardent désir de libérer la Terre sainte des mains infidèles. Nous avons donc déclarer, avec l'approbation de ce conseil sacré et sur l'avis d'hommes prudents qui sont pleinement conscients des circonstances de temps et de lieu, que les croisés sont prêts à se rendre afin que tous ceux qui ont arrangé pour aller par mer sont rassemblés dans du royaume de Sicile, le 1er Juin, après la prochaine: certains comme nécessaire et pose à Brindisi et d'autres à Messine et la place voisine de chaque côté, où nous avons aussi arrangé pour être en personne à ce moment-là, si Dieu le veut, de sorte que, avec nos conseils et aider l'armée chrétienne peut être en bon d'énoncer avec la bénédiction divine et apostolique. Ceux qui ont décidé d'aller par terre devrait également prendre soin d'être prêt d'ici la même date. Ils doivent nous informer quant à afin que nous puissions leur accorder un légat a latere adaptés pour les conseils et l'aide. Les prêtres et autres clercs qui seront dans l'armée chrétienne, tant ceux sous l'autorité et les prélats, sont diligemment se consacrer à la prière et l'exhortation, l'enseignement des croisés par la parole et l'exemple d'avoir la peur et l'amour de Dieu toujours devant leurs yeux, de sorte que qu'ils disent ou ne rien faire qui pourrait offenser la majesté divine. Si jamais ils tombent dans le péché, laissez-les vite se relever par la pénitence vraie.

    Qu'ils soient humbles de cœur et dans son corps, en gardant à la modération tant dans les aliments et dans la robe, éviter complètement les dissensions et les rivalités, et mettant de côté toute amertume ou de jalousie, de sorte qu'ainsi armés avec des armes spirituelles et matérielles, ils peuvent plus courageusement la lutte contre les ennemis de la foi, en s'appuyant non pas sur leur propre pouvoir, mais plutôt confiants dans la force de Dieu. Nous accordons à ces clercs qui ils peuvent recevoir les fruits de leurs bénéfices dans leur intégralité pendant trois ans, comme si elles étaient résidentes dans les églises et, si nécessaire, ils peuvent les laisser en gage à la même heure.

    Pour éviter cette proposition sainte entravée ou retardée, nous suivons strictement pour tous les prélats des églises, chacun dans sa propre localité, avec diligence pour prévenir et inciter ceux qui ont abandonné la croix de la reprendre, et eux et d'autres qui ont pris la croix, et ceux qui peuvent encore le faire, pour mener à bien leurs vœux au Seigneur. Et si besoin, ils doivent les obliger à le faire sans aucun retour en arrière, par sentences d'excommunication contre leurs personnes et d'interdit sur leurs terres, à la seule exception des personnes qui se trouvent confrontés à un obstacle d'une telle sorte que leur vœu juste titre devrait être commuée ou différée en conformité avec les directives du Siège apostolique.

    Afin que rien lié à cette activité de Jésus-Christ être omis, nous et les patriarches ordre, archevêques, évêques, abbés et autres personnes qui ont le soin des âmes de prêcher la croix avec zèle à ceux qui leur sont confiées. Laissez-les rois supplie, ducs, princes, margraves, comtes, barons et autres magnats, ainsi que les communautés de villes, villes et vills - au nom de l'Esprit, Père, Fils et saint, l'une, seule, vraie et Dieu éternel - que ceux qui ne vont pas en personne à l'aide de la Terre Sainte doit contribuer, selon leurs moyens, un nombre approprié de lutte contre les hommes, avec leurs dépenses nécessaires pour trois ans, pour la rémission de leurs péchés en conformité avec ce qui a déjà été expliqué dans des lettres en général et sera expliqué ci-dessous pour l'assurance encore plus grande. Nous souhaitons partager cette remise, non seulement ceux qui contribuent de leurs propres navires, mais aussi ceux qui sont zélés assez pour les construire à cet effet. Pour ceux qui refusent, s'il ya lieu d'être tous ceux qui sont si ingrats envers le Seigneur notre Dieu, nous sommes fermement déclare au nom de l'apôtre qu'ils doivent savoir qu'ils auront à répondre de nous pour cela sur le dernier jour du jugement dernier devant le juge craintif.

    Qu'ils considèrent l'avance, cependant avec quelle conscience et avec quelle sécurité il a été qu'ils étaient capables de confesser devant le Fils unique de Dieu, Jésus-Christ, à qui le Père a donné toutes choses entre ses mains, si dans cette affaire, qui est comme singulièrement son, ils refusent de le servir qui a été crucifié pour les pécheurs, dont la bienfaisance par elles sont soutenues et même par le sang qui ont été rachetés.

    Souvenons-nous semblent être la pose sur les épaules des hommes de lourds fardeaux et insupportable dont nous ne sommes pas disposés à éclaircir, comme ceux qui disent oui, mais ne rien faire, nous voici, de ce que nous avons pu économiser plus et au-dessus des nécessités et des dépenses modérées, de subvention et donner trente mille livres pour ce travail, outre l'expédition qui nous donnons aux Croisés de Rome et les districts voisins. Nous attribuerons à cette fin, d'ailleurs, trois mille marcs d'argent, que nous avons laissés par l'aumône de certains fidèles, le reste ayant été fidèlement distribués pour les besoins et bénéficier de la Terre précités par les mains de l'abbé patriarche de Jérusalem, d'heureuse mémoire, et des maîtres du Temple et de l'Hôpital. Nous souhaitons, cependant, que d'autres prélats des églises et tous les clercs peuvent participer et partager à la fois dans le mérite et la récompense. Nous avons donc arrêté, avec l'approbation générale du conseil, que tous les clercs, tant ceux sous l'autorité et de prélats, doit donner un vingtième de leurs revenus ecclésiastiques pendant trois ans à l'aide de la Terre sainte, par l'intermédiaire des personnes nommées par le Siège apostolique à cette fin; les seules exceptions étant certains religieux qui sont à juste titre, être exempté de cette taxation et même les personnes qui ont pris ou vont prendre la croix et ainsi de se rendre en personne. Nous et nos frères, les cardinaux de la sainte Église romaine, doit verser un dixième plein.

    Laissez le savons tous, d'ailleurs, qu'ils sont obligés d'observer cette fidélité, sous peine d'excommunication, de sorte que ceux qui, sciemment tromper dans cette affaire encourent la peine d'excommunication. Parce qu'il est juste que ceux qui persévèrent dans le service du souverain céleste devrait en toute justice jouissent du privilège spécial, et parce que le jour du départ est un peu plus d'un an d'avance, les croisés doivent donc être. exemptés de taxes ou de prélèvements et d'autres fardeaux. Nous prenons leurs personnes et des biens sous la protection de saint Pierre et nous-mêmes une fois qu'ils ont pris la croix. Nous ordonnons qu'ils soient protégés par les archevêques, évêques et tous les prélats de l'église, et que les protecteurs de leurs propres doivent être spécialement désigné à cette fin, de sorte que leurs marchandises sont destinées à rester intact et tranquille jusqu'à ce qu'ils soient connus pour certains d'être mort ou de faire renvoyer. Si quelqu'un ose agir contrairement à ce, qu'il soit freiné par la censure ecclésiastique.

    Si aucun de ces hors cadre sont tenus par serment à payer des intérêts, nous ordonnons que leurs créanciers ne peut être contraint par la même punition pour les libérer de leur serment et de renoncer à l'intérêt exigeants; si l'un des créanciers ne les forcer à payer l'intérêt, nous commande qu'il soit forcé par la punition semblable à la restaurer. Nous ordonnons que les Juifs soient obligés par le pouvoir séculier pour faire remise des intérêts, et que jusqu'à ce qu'ils le fassent tous les rapports doivent leur être refusé par tous les fidèles sous peine d'excommunication. Princes séculiers doit fournir un report approprié pour ceux qui ne peuvent pas maintenant payer leurs dettes envers les Juifs, de sorte que, après qu'ils ont entrepris le trajet et jusqu'à il ya une connaissance certaine de leur mort ou de leur retour, ils ne doivent pas supporter les inconvénients de payer des intérêts. Les Juifs ne peut être contraint à ajouter à la capitale, après avoir déduit de leurs dépenses nécessaires, le chiffre d'affaires dont ils sont quant à la réception des biens détenus par eux sur la sécurité. Car, un tel avantage semble entraîner la perte n'est pas beaucoup, dans la mesure où elle reporte le remboursement, mais n'annule pas la dette. Prélats des églises qui sont négligents à montrer la justice de croisés et de leurs familles doivent savoir qu'ils seront sévèrement punis.

    En outre, depuis les corsaires et les pirates entravent considérablement l'aide pour la Terre sainte, en capturant et en pillant ceux qui voyagent vers et à partir, nous lient avec la caution de tout le monde l'excommunication qui aide ou les soutient. Nous interdire à quiconque, sous la menace d'anathème, sciemment de communiquer avec eux en sous-traitant d'acheter ou de vendre, et nous les dirigeants afin de villes et de leurs territoires de restreindre et de limiter ces personnes de cette iniquité. Sinon, puisque pour être peu disposés à malfaiteurs inquiétude n'est autre que de les encourager, et depuis celui qui échoue à s'opposer à un crime manifeste n'est pas sans une touche de complicité secrète, il est notre souhait et de commandement que les prélats des églises d'exercice de sévérité contre les ecclésiastiques leurs personnes et leurs terres. Nous excommunier et jeter l'anathème, par ailleurs, ces faux chrétiens et impies qui, en opposition au Christ et le peuple chrétien, de transmettre des armes aux Sarrasins et du fer et du bois pour leurs galères.

    Nous décrétons que ceux qui vendent les galères ou navires, et ceux qui agissent en tant que pilotes dans les navires des pirates sarrasins, ou leur donner des conseils ou une aide par voie de machines ou de toute autre chose, au détriment de la Terre Sainte, doivent être punis avec la privation de leurs biens et sont devenus les esclaves de ceux qui les ont capturés. Nous commandons cette phrase doit être renouvelé le dimanche et les jours de fête dans toutes les villes maritimes, et le giron de l'Eglise n'est pas d'être ouvert à de telles personnes à moins qu'ils envoient dans l'aide de la Terre Sainte dans l'ensemble de la richesse damnable laquelle ils ont reçu et la même quantité de leurs propres, de sorte qu'ils soient punis en proportion de leur infraction. Si, par hasard ils ne paient pas, ils doivent être punis par d'autres moyens, afin que par leurs autres sanctions peuvent être dissuadés de s'aventurer sur des actions éruption cutanée semblable. De plus, nous interdire et sous peine d'anathème interdire tous les chrétiens, pendant quatre ans, d'envoyer ou de prendre leurs navires à travers les terres des Sarrasins qui habitent à l'Est, de sorte que par cet apport d'une plus grande expédition peut être préparé pour ceux qui veulent traverser pour aider la Terre Sainte, et que les Sarrasins précités peuvent être privés de l'aide non négligeable dont ils ont été habitués à recevoir de cette situation.

    Bien que les tournois ont été interdits de façon générale sur la douleur d'une pénalité fixée à différents conseils, nous leur interdisent strictement d'être occupé pendant trois ans, sous peine d'excommunication, parce que l'entreprise de la croisade est bien gêné par eux au temps présent . Parce qu'il est de la nécessité cruciale pour la réalisation de cette activité que les gouvernants du peuple chrétien maintenir la paix les uns avec les autres, nous avons donc ordonner, sur les conseils de ce saint Concile général, que la paix soit généralement conservés dans le monde chrétien tout entier pour les au moins quatre ans, de sorte que ceux en conflit ne peut être intentée par les prélats des églises à conclure une paix définitive ou d'observer une trêve inviolablement ferme. Ceux qui refusent de se conformer plus strictement sera obligé de le faire par une excommunication contre leurs personnes et un interdit sur leurs terres, à moins que leur faute est si grande qu'ils ne doivent pas jouir de la paix. Si il arrive qu'ils fassent la lumière de la censure de l'église, ils peuvent à juste peur que le pouvoir séculier ne peut être invoquée par l'autorité ecclésiastique contre eux comme perturbateurs de l'entreprise de celui qui a été crucifié.

    Nous avons donc, confiant dans la miséricorde de Dieu tout-puissant et dans l'autorité du bienheureux Apôtres Pierre et Paul, ne octroi, par la puissance de lier et de délier que Dieu a conféré à nous, quoique indigne, à tous ceux qui entreprennent ce travail en personne et à leurs propres frais, pardon complet de ses péchés dont ils sont cordialement contrit et ont parlé de la confession, et nous leur promettons une augmentation de la vie éternelle à la récompenser du juste, et aussi à ceux qui ne vont pas là en personne mais envoyer des hommes adaptés à leurs propres frais, selon leurs moyens et leur statut, et également à ceux qui vont en personne mais au détriment des autres, nous accorder le pardon complet pour leurs péchés. Nous souhaitons et nous accorder à part dans cette remise, selon la qualité de leur aide et l'intensité de leur dévouement, tous ceux qui doivent contribuer convenablement de leurs biens à l'aide de la dite terre ou qui donnent des conseils utiles et vous aider. Enfin, ce synode général confère au profit de ses bénédictions à tous ceux qui pieusement énoncées sur cette entreprise commune afin qu'elle puisse contribuer dignement à leur salut.


    NOTES
    1. trois personnes ... omis dans la nature Cr.
    2. comme si ... parfaite omis dans Cr.
    3. et il ... les choses omises dans AM
    4. Nous interdisons ... fusil omis dans Cr M.
    5. confessions ... interlocutions omis dans Cr.

  • Cr = P. Crabbe, Concilia omnia, generalia tam, quam particularia ..., 2 vol. Cologne, 1538, 3 vol. ibid 1551
  • M = le codex Mazarin utilisée par P. Labbé et G. Cossart, Sacrosancta conciliation ad regiam editionem exacta quae nunc quarta parte prodit auctior studio de Philippes Labbei et Gabrieli Cossartii ..., 17 vol. Paris, 1671-1672
  • A = le codex d'Achery utilisé par Labbe et Cossart
    Introduction et traduction prise de décrets des conciles œcuméniques, éd. Norman P. Tanner

    Cinquième Concile de Latran de 1512 à 1517 après JC

    Informations avancées

    INTRODUCTION

    Ce conseil a été convoqué par le pape Jules II par le taureau Ecclesiae Sacrosanctae Romanae, publié à Rome le 18 Juillet 1511, après plusieurs cardinaux schismatiques, officiellement soutenu par Louis XII, roi de France, avait réuni une quasi-concile de Pise. Deux fois reporté, le Conseil a tenu sa première session, en la solennité pleine à Rome dans la résidence du Latran, le 10 mai 1512, à laquelle la session une adresse des précisions sur les maux de l'église a été faite par Gilles de Viterbe, général de l'ordre des ermites augustins.

    Il y avait douze séances. Les cinq premiers d'entre eux, qui s'est tenue au cours du pontificat de Jules II, a porté principalement sur la condamnation et le rejet de la quasi-concile de Pise, et avec la révocation et l'annulation du français «Pragmatique Sanction». Après l'élection du pape Léon X en Mars 1513, le Conseil avait trois objectifs: premièrement, parvenir à une paix générale entre les dirigeants chrétiens, en deuxième réforme de l'Église, et, troisièmement, la défense de la foi et l'extirpation de l'hérésie. Les sept séances après l'élection de Leo a donné son approbation à un certain nombre de constitutions, parmi lesquels sont à noter la condamnation de l'enseignement du philosophe (session 8) Pomponazzi, et l'approbation de l'accord accomplies en dehors du Conseil entre le pape Léon X et le roi François Ier de France (session 11).

    Tous les décrets de ce concile, à laquelle le pape a présidé en personne, sont en forme de taureaux. Au début d'entre eux sont ajoutés les mots «avec l'approbation du Conseil du sacré», et à la fin "solennellement en séance publique tenue à la basilique du Latran». Les pères ont confirmé tous les décrets par leurs votes. Si quelqu'un voulait rejeter une proposition, il a fait son opinion dissidente connue verbalement ou par écrit brièvement. Le résultat fut que les questions proposées, après divers débats, ont parfois été modifiés.

    Les décisions sur la réforme de la curie produit presque aucun effet à cause de la timidité et l'insuffisance des recommandations, en particulier depuis la papauté a montré légère inclinaison pour mener l'affaire. D'autre part, le conseil totalement supprimée le schisme de Pise. Il est clair que les évêques n'ont jamais été présents en grand nombre dans le conseil, et que les prélats qui vivaient hors de l'Italie ont été les grands absents à un point tel qu'il ya eu des litiges fréquents pour savoir si le conseil était œcuménique.

    Les décrets et autres actes du Conseil ont d'abord été publié à Rome peu après la fin du conseil, à savoir le 31 Juillet 1521 par le cardinal Antonio del Monte, agissant sur les ordres du pape Léon X. Le titre de cette édition est: SA. Lateranense concilium novissimum sous Iulio II et Léon X celebratum (= Lc). Il a ensuite été utilisé dans diverses collections conciliaires du Cr2 3 (1551) 3-192 à MSI 32 (1802) 649-1002. Nous avons suivi cette édition de 1521 et ont pris les titres des constitutions de la synthèse qui la précède.

    SESSION 1 s'est tenue le 10 mai 1512

    [Le taureau convoquer le conseil, Sacrosancta Romanae Ecclesiae, et les taureaux de la reporter, Inscrutabilis et Romanus Pontifex, sont lus OUT1 {Msi 32, 681-690}. Des messes sont commandés à être célébrée, et les prières qui seront offerts, à mendier l'aide de Dieu; divers arrangements sont à observer dans le conseil et les décrets sont énoncées; avocats, procureurs, les notaires, les gardes et le vote-scrutateurs sont choisis; cessionnaires des lieux , et la localisation des lieux dans leur ordre d'échéance, sont établis.]

    SESSION 2 s'est tenue le 17 mai 1512

    [La quasi-concile de Pise est condamné, et tout faire à elle est déclarée nulle et non avenue. Le concile du Latran et de tout ce qui a été à juste titre, fait à elle sont confirmés]

    Jules, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Nous avons l'intention, avec l'aide de la plus haute, de procéder à la tenue de ce concile du Latran, qui sacrées a désormais commencé à la louange de Dieu, la paix de l'Église tout entière, l'union des fidèles le renversement des hérésies et des schismes, la réforme des mœurs, et la campagne contre les dangereux ennemis de la foi, de sorte que la bouche de tous les schismatiques et les ennemis de la paix, ces chiens hurlants, peuvent être réduits au silence et les chrétiens peuvent être en mesure de se maintenir sans tache d'une telle pernicieuse et la contagion empoisonnée .

    En conséquence, dans cette deuxième session légitimement assemblé dans le Saint Esprit, après mûre délibération détenus par nous avec nos vénérables frères, les cardinaux de la sainte église romaine, par l'avis et du consentement unanime des frères mêmes de la connaissance certaine et par la plénitude de pouvoir apostolique, nous confirmons d'approuver et de renouveler, avec l'approbation du Conseil du sacré, le refus des condamnations, des révocations quashings, invalidations et les nullités de la convocation, convoquer et de déclarations publiques de cette assemblée schismatique, l'vantée quasi-concile de Pise, avec son objectif d', déchirant et entravant l'union de l'église susmentionnée et des citations, des avertissements, des décrets, les grâces, les peines, les actes, les legs, les créations, obédiences, les retraits, les censures et les applications émission enjoint de lui, et du transfert de l' dit quasi-conseil pour les villes de Milan ou de Verceil ou tout autre lieu, et de chacun et de tous les actes et décisions de la dite quasi-conseil, qui ont été exprimées dans nos différentes lettres achevé et publié par ordre, en particulier ceux émis en vertu de la date de 18 Juillet, la huitième année de notre pontificat, et de 3 Décembre et le 13 avril dans la neuvième année de notre pontificat.

    De même, nous confirmons, approuver et de renouer avec l'approbation du saint Concile, les lettres elles-mêmes avec leurs décrets, déclarations, interdictions, des commandes, des exhortations, des avertissements, des applications d'interdits ecclésiastiques, et les autres peines, censures et peines, que ce soit par des sanctions canoniques ou par notre propre loi, en particulier ceux de la lettre convoquant ce sacré concile universel, et chacun et de tous les autres clauses contenues dans lesdites lettres, dont la signification nous souhaitons être considérés comme exprimés comme s'ils étaient insérés mot présentes pour mot, même si, comme étant définitive et valable, ils ne nécessitent pas de confirmation ou d'approbation pour une garantie plus étendue et la démonstration de la vérité. Nous souhaitons, d'un décret et ordonnons qu'ils soient observées sans altération, et nous faisons chaque bien et tous les défauts en eux, devrait-il y avoir aucun.

    Nous condamnons et rejetons ce qui précède quasi-conseil et son transfert, et chaque chose faite par lui, et aussi ceux qui y participent ou en donnant un soutien, une approbation ou le consentement, directement ou indirectement, à quelque degré et de quelque façon, à partir de le jour de la convocation de la quasi-conseil jusqu'à l'heure actuelle, si les choses ont déjà été réalisés ou sont à faire dans l'avenir, même si elles sont ou ont été tels que particuliers, spécifiques, la mention précise et distincte devrait être faites à leur sujet, car nous considérons leur signification et les caractéristiques aussi clairement exprimé. Nous condamnons et rejetons l'instar des autres conseils de contrefaçon qui s'écartent de la vérité et dont les actes ont été condamnés et rejetés par la loi et les saints canons. Nous proclamons que ces choses soient nulles, nulles et vides, comme d'ailleurs ils sont, d'être ou d'avoir été d'aucune force ou de l'importance, et, autant que nécessaire, nous les déclarons nulle, invalide et nulle, et nous leur souhaitons être considérée comme nulle, invalide et nulle.

    Nous décrétons et déclarons, avec l'approbation de ce même conseil sacré, que ce conseil oecuménique sacré, justement, raisonnablement, et à des fins de véritable et légitime dûment convoqués et à juste titre, a commencé à être célébrée, et que chaque chose qui a été et doit être réalisé et exécuté en elle, sera juste, raisonnable, se sont installés et valables, et qu'il possède et détient la même force, pouvoir, autorité et la stabilité dont les autres conseils généraux approuvés par les canons sacrés, en particulier le concile de Latran, possèdent et maintenez.

    Par ailleurs, dans l'arrangement des saisons, comme chaleurs de l'été approche, afin de tenir compte de la commodité et la santé des prélats, et afin que ceux-ci peuvent être attendue qui vivent au-delà des montagnes et à travers la mer et qui ont été jusqu'ici incapables de venir à ce conseil sacré, et pour d'autres causes justes et raisonnables connues et approuvées par le Conseil a déclaré sacrée, nous convoquant la troisième session de ce même conseil qui aura lieu le 3 Novembre prochain, avec l'approbation du conseil a déclaré également de donner . Et pour chaque prélat et d'autres personnes présentes à ce même conseil, nous subvention et reconnaissent la liberté et la permission de se retirer de la curie romaine et de rester là où ils veulent, tant qu'ils sont présents au sein du Conseil susmentionnée du Latran sur le dit 3 Novembre, toute entrave manifestement légitime ayant été retirée, sous réserve de l'infliction des peines indiquées dans la lettre convoquant le conseil et dans les peines canoniques contre ceux défaut de comparaître à des conseils, le Conseil a également déclaré approuver sacrée. Ne laissez personne donc. . . Si quelqu'un cependant. . 0.2 {2 Lors de cette session, compte tenu de l'arrivée de l'évêque de Gurk, représentant de l'empereur le plus serein, un report de la troisième session a été faite jusqu'au 3 Novembre.}

    SESSION 3 tenue le 3 Décembre 1512

    [Chacune et toutes les mesures parrainées par les cardinaux schismatiques sont rejetées]

    Jules, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. À la louange et gloire de celui dont les œuvres sont parfaites, nous continuons le conseil sacré du Latran, légitimement assemblé par la faveur de l'Esprit saint, dans cette troisième session. Nous avions convoqué cette session à une autre occasion, lors de la deuxième session, pour la troisième journée de ce qui suit Novembre. Plus tard, par le conseil et l'accord unanime de nos vénérables frères, les cardinaux de la sainte Église romaine, pour des raisons a ensuite déclaré et pour d'autres causes légitimes, nous l'avons reporté et a convoqué sa tenue d'aujourd'hui, avec le même conseil sacrée donner son approbation à la fois le report et la convocation pour les raisons qui ont déclaré qu'elle connaissait. Ce fut après l'adhésion heureuse et favorable à, et l'union avec ce très saint concile du Latran sur la partie de notre fils le plus cher dans le Christ, Maximilien, toujours vénéré empereur élu des Romains

    Nous condamnons, de rejeter et détester, avec l'approbation de ce même Concile, chaque chose faite par ces fils de la damnation, Bernard Carvajal, Guillaume Briçonnet, René de Prie, et Frédéric de San Severino, ancien des cardinaux, et leurs partisans, adhérents, des complices et des disciples - qui sont schismatiques et hérétiques et ont travaillé furieusement pour leur propre ruine et autres, visant à se fendre de l'unité de la sainte Mère Eglise à la quasi-concile réuni à Pise, Milan, Lyon et ailleurs - ce que les choses étaient en nombre et en genre qui ont été promulguées, réalisé, fait, écrit, publié ou ordonnés jusqu'à ce jour, y compris l'imposition de taxes effectués par eux dans le royaume de France, ou doit être fait dans le l'avenir. Même si elles sont effectivement nulles, inutiles et de nul effet et ont déjà été condamnés et rejetés par nous avec l'approbation du susdit Conseil sacré, nous avons néanmoins conserver cette condamnation actuelle et le rejet pour des raisons de plus grande précaution. Nous souhaitons la signification et les caractéristiques des choses, ou à faire, pour être considérés comme des mots exprimés ici pour mot, et pas seulement par des clauses générales. Nous décrétons et les déclarer et d'avoir été nul, sans but et sans effet, d'aucune force, l'efficacité, l'effet ou l'importance.

    Nous renouvelons notre lettre datée du 13 août 1512, à Saint-Pierre, à Rome, dans la neuvième année de notre pontificat, par laquelle, sur les conseils des Dominicains, à cause de l'appui, des faveurs, la subsistance et aider notoirement fournis aux schismatiques et hérétiques dans la promotion du condamné et rejeté déclaré quasicouncil de Pise, par le roi de France et non pas quelques prélats d'autres, les fonctionnaires, les nobles et les barons du royaume de France, nous avons placé en interdit ecclésiastiques du royaume de France et particulièrement à Lyon, à l'exception du duché de Bretagne, et nous interdisait l'usage des salons de Lyon, qui se tiendra dans cette ville et nous les avons transférés à la ville de Genève. Nous renouvelons également les décrets, déclarations, interdictions et toutes les clauses contenues dans la lettre, le Conseil a déclaré sacrée même avoir une information complète à leur sujet et de donner son approbation. Comme indiqué, nous avons soumis le royaume susmentionnée et de ses villes, les terres, les villes et tous les autres territoires à cet interdit, et nous transférons les foires de Lyon à la cité de Genève.

    Pour que ce sacré concile du Latran peut être amené à une conclusion fructueuse et bénéfique, et que les nombreux autres problèmes graves en raison du traitement et de discussion dans le conseil peut procéder à la louange de Dieu tout-puissant et l'exaltation de l'Église universelle, nous déclarons , avec la pleine approbation de la dite sacrée du conseil, que la quatrième session de la célébration continue du conseil aura lieu le dixième jour du mois de Décembre présents. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant ...

    SESSION 4 s'est tenue le 10 Décembre 1512

    [La Pragmatique est abrogé et les actes de la quasi-concile de Pise sur les mêmes sont annulled1 {Avant cette constitution, dans la même session, il y avait également lu: Une mise en garde contre la Pragmatique et ses partisans}

    Jules, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Donner une attention particulière par la considération paternelle et sérieux à la sécurité du troupeau qui nous est confiée par le haut, à la réforme de la morale et la défense de la liberté de l'Eglise, et à la paix et le développement de la foi catholique, nous approuvons et de renouveler, avec l'approbation de ce saint concile, pour la louange et la gloire de Dieu tout-puissant et l'indivisible Trinité, la lettre récemment publiée par nous, d'où le même conseil est conscient, par laquelle nous avons fait une réforme générale des fonctionnaires de la curie romaine et de leur impostes. Nous avons commandé la lettre soit rendue publique par certaines personnes, qui furent ensuite désignés, pour le bénéfice des fidèles, et conformément à nos souhaits. Nous l'avons maintenant pour être rendu public dans le détail par les personnes désignées a déclaré conjointement avec d'autres prélats de diverses nations qui sont présents au sein du Conseil précitées et doivent être nommés. Tout ce qui peut pervertir jugement humain est de cesser, comme il est juste et opportun. Nous commandons, par ailleurs, que les déclarations doivent être transmises à nous dans d'autres sessions de ce conseil sont sacrés et doivent être approuvées par le même conseil, afin qu'ils puissent être dûment effectué.

    Par ailleurs, pour des périodes de temps considérable, il ya eu beaucoup de dénigrement du Siège apostolique et de la tête, la liberté et l'autorité de la sainte Église romaine universelle, ainsi que d'une limitation des sacrés canons, par un certain nombre de prélats de la nation française et par des laïcs nobles et d'autres qui les soutiennent, en particulier sous prétexte d'une sanction certaine qu'ils appellent le {2 Cette pragmatique Pragmatique Sanction avait été promulguée par le roi Charles VII de France à Bourges, le 7 Juillet 1438, avec le but d'éliminer les abus dans l'église, voir DThC 12 / 2 (1935) 2780-2786, DDRC 7 (1958) 109-113, et RCE 11 (1967) 662-663}. Nous ne voulons pas d'endurer encore une chose si pernicieuse et offensant pour Dieu, un avilissement claire et des dommages à l'église dit. Car c'est seulement dans ces régions que la sanction, menée par ceux qui manquent de tout pouvoir légitime pour cette fin et sans l'autorité des papes ou légitime conseils généraux, a été introduite et observée par le biais d'un abus. Il doit être à juste titre, avec son contenu, être déclarés nuls et non avenus et être abrogé. Louis XI, roi de France, de la mémoire distingué, a abrogé cette sanction, comme cela est clairement contenue dans ses lettres patentes déjà fait.

    Par conséquent, avec l'approbation du même conseil, nous nous engageons à les réunions de nos vénérables frères, les cardinaux de l'église susmentionnée, et d'autres prélats, qui se tiendront dans la salle supérieure du Latran, dans la mesure où cela est nécessaire, les affaires de la déclaration et l'abrogation dont nous voulons faire, ainsi que le rapport qui doit être fait pour nous et le même conseil sainte sur les sujets abordés dans les premières séances et d'autres, dans la mesure où cela peut commodément être fait. Nous déterminons et le décret que les prélats de France, chapitres d'églises et de monastères, et les laïcs les favoriser, de quelque rang qu'ils soient, même royale, qui approuvent l'utilisation ou faussement déclaré la sanction, de concert avec tous et chacun pensant l'autre personne, que ce soit individuellement ou en groupe, que cette sanction est à son avantage, être prévenu et a cité, dans une durée déterminée suffisante pour être établie, par un édit public - qui est d'être fixés sur les portes des églises de Milan, Asti et Pavie, car une approche sécuritaire de la France n'est pas disponible - qu'ils sont à comparaître devant nous et dudit conseil et de déclarer les raisons pour lesquelles ladite sanction et son effet corrupteur et l'abus en matière de l'autorité, la dignité et l'unité de l'Empire romain l'église et le Siège apostolique, et la violation des saints canons et de la liberté ecclésiastique, ne doit pas être déclarée et jugée nulle et non avenue et être abrogée, et pourquoi ces soi averti et cité ne doit pas être retenu et a tenu, comme s'ils avaient été avertis et a cité en personne.

    Par ailleurs, en ce qui concerne les dispositions de chaque et tous les classements et des bénéfices ecclésiastiques, les confirmations des élections et des pétitions, des subventions de concessions, les mandats et indults, quelle qu'elle soit, concernant à la fois les faveurs et les questions de justice ou les deux ensemble, quelle que soit leur sens, ils peuvent être - dont les choses que nous souhaitons être considérés comme clairement indiqué dans la présente lettre - qui ont été faites par la synagogue ou quasi-concile de Pise et ses adhérents schismatique, dépourvus de toute autorité et le mérite, même si elles sont effectivement nuls et non avenus, et pourtant , pour plus de prudence, nous décrétons, avec l'approbation de la dite sacrée du conseil, qu'ils sont nuls et de nul effet, la force ou l'importance, et que chaque individu, quelle que soit leur rang, le statut, le grade, la noblesse, l'ordre ou condition, de auxquels ils ont été accordés, ou pour qui la commodité, un avantage ou un honneur qu'ils rapportent, sont à abandonner leurs fruits, les revenus et les profits, ou pour organiser pour que cela soit fait, et ils sont tenus de restaurer ces deux choses et leurs bénéfices et à abandonner les autres concessions précitées, et que si elles ont réellement et complètement abandonné l'bénéfices eux-mêmes et les autres choses qui leur est accordée, dans les deux mois à compter de la date de la présente lettre, ils sont automatiquement privés de l'autres bénéfices ecclésiastiques dont ils tenir par titre légitime.

    Par ailleurs, nous appliquons ce qui a été ou doit être obtenue de la manière de fruits, les loyers et les profits de ce genre, et l'argent-taxes imposées par ladite quasi Conseil, à la campagne qui sera menée contre les infidèles.

    Afin que la déclaration de la réforme, et de la nullité de la sanction a déclaré, ainsi que d'autres activités peuvent être effectuées en temps voulu, et que les prélats qui sont encore à venir à ce conseil sacré (que nous avons reçu des nouvelles que certains ont déjà mis sur leur voyage pour assister à) peut être en mesure d'arriver sans inconvénient, nous déclarons, avec l'approbation du conseil, que la cinquième session aura lieu le 16 Février, qui sera mercredi après le premier dimanche du prochain carême. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant ...

    SESSION 5 tenue le 16 Février 1513

    [Bull renouvelle et confirme la Constitution contre le mal ne pas commettre de simonie lors de l'élection du pontife romain]

    Jules, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Le fabricant suprême des choses, le créateur du ciel et la terre, a voulu par sa providence ineffable, que le pontife romain présider le peuple chrétien dans la chaise de la suprématie pastorale, afin qu'il puisse gouverner le saint, romain, l'église universelle en la sincérité de cœur et les actes et peut viser après les progrès de tous les fidèles. Nous avons donc la considérer comme convenable et salutaire que, lors de l'élection du pontife dit, afin que les fidèles peuvent le considérer comme un miroir de pureté et d'honnêteté, de toute souillure et de toute trace de simonie sera absent, que les hommes doivent être suscité pour ce bureau lourde qui, ayant embarqué dans la manière appropriée et dans un ordre raisonnable, bon sens et canonique, peut entreprendre la direction de la barque de Pierre et peut-être, une fois établi dans un si haut la dignité, un support pour le droit et de bonnes personnes et une terreur pour les personnes mal, que par leur exemple, le reste des fidèles puissent recevoir un enseignement sur le bon comportement et être dirigé dans la voie du salut, que les choses qui ont été déterminés et établis par nous pour cela, dans Conformément à l'ampleur et la gravité de l'affaire, peut être approuvé et renouvelé par le conseil général sacrée, et que les choses ainsi approuvé et renouvelé peut être communiquée, de sorte que le plus souvent elles sont confirmées par ladite autorité, le plus fortement qu'ils doivent endurer et plus résolument qu'ils doivent être observés et défendu contre les attaques multiples du diable.

    Autrefois, en effet, pour des raisons de grande et urgente, à la suite de discussions importantes et matures et de délibération avec les hommes de grand savoir et d'autorité, y compris les cardinaux de l'église romaine, les personnes excellentes et très expérimenté, un document sur les lignes suivantes a été émis par nous.

    Inséré Constitution

    Jules, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, pour un enregistrement éternel. De la considération que le crime abominable de simonie est interdite par la loi à la fois divine et humaine, en particulier dans le domaine spirituel, et qu'il est particulièrement odieux et destructeur pour l'Eglise tout entière à l'élection du pontife romain, vicaire de Notre Seigneur Jésus Christ , nous avons donc, placé par Dieu en charge du gouvernement de la même église universelle, en dépit d'être des peu de mérite, le désir, pour autant que nous sommes capables, avec l'aide de Dieu, de prendre des mesures efficaces pour l'avenir à l'égard des choses susdites, que nous sommes tenus d', en conformité avec la nécessité d'une question aussi importante et la grandeur du danger. Avec l'avis et du consentement unanime de nos frères, les cardinaux de la sainte Église romaine, par le biais de cette constitution de notre qui aura une validité permanente, nous établissons, ordonnons, décrétons et définir, par l'autorité apostolique et la plénitude de notre puissance, que si il arrive (ce qui peut empêcher Dieu dans sa miséricorde et de bonté envers tous), après que Dieu a libéré nous ou nos successeurs par le gouvernement de l'Église universelle, que par les efforts de l'ennemi de la race humaine et en suivant l'envie d'ambition ou de la cupidité, l'élection du pontife romain est faite ou effectuée par la personne qui est élue, ou par un ou plusieurs membres du collège des cardinaux, donnant leur voix d'une manière qui implique en aucune façon la simonie commis

    - Par le don, la promesse ou la réception de l'argent, des biens de toute sorte, des châteaux, des bureaux, des bénéfices, des promesses ou des obligations - par la personne élue ou par une ou plusieurs autres personnes, de quelque manière ou forme que ce soit, même si le l'élection a entraîné une majorité des deux tiers ou dans le choix unanime de tous les cardinaux, ou même dans un accord spontané de la part de tous, sans un examen en cours, alors non seulement cette élection ou le choix se nulle, et ne donne pas sur la personne élue ou choisie de cette façon tout droit de l'administration soit spirituel ou temporel, mais aussi il peut être présumé et a présenté, à l'encontre de la personne élue ou choisie de cette façon, par l'un des cardinaux qui a pris part à l'élection, l'accusation de simonie, comme une véritable hérésie et incontestable, de sorte que l'élu n'est pas considéré par personne comme le pontife romain.

    Une autre conséquence est que la personne élue de cette manière est automatiquement privés, sans avoir besoin de toute autre déclaration, de rang cardinalice et de tous les autres honneurs que ce soit ainsi que des églises cathédrales, même métropolitaine et patriarcale, les monastères, dignités et tous les autres bénéfices et des pensions de toute nature dont il était alors le tenant par titre ou en commende ou autrement, et que la personne élue doit être considéré comme, et c'est en fait, pas un disciple des apôtres, mais un apostat, et, comme Simon , une magicianl et un hérésiarque, et perpétuellement empêché de chacun et toutes les choses ci-dessus. Une élection simoniaque de ce type n'est jamais à tout moment pour être valide par une intronisation subséquente ou le passage du temps, ou même par l'acte d'adoration ou de l'obéissance de tous les cardinaux.

    Il sera loisible à chacun et de tous les cardinaux, même ceux qui ont consenti à l'élection simoniaques ou de promotion, même après l'intronisation et l'adoration ou l'obéissance, ainsi que pour tout le clergé et le peuple romain, ainsi que ceux servant préfets , châtelains, capitaines et autres responsables au château Saint-Ange à Rome et tout autres places fortes de l'église romaine, nonobstant toute soumission ou serment ou promesse donnée, de se retirer sans pénalité et à tout moment de l'obéissance et la fidélité à la personne ainsi élue même si il a été intronisé (alors qu'eux-mêmes, malgré cela, rester pleinement engagés dans la foi de l'Église romaine et à l'obéissance envers un pontife romain futures entrant dans le bureau en conformité avec les canons) et à l'éviter comme un magicien, un païen , un publicain et un hérésiarque. Pour lui, l'inconfort encore, s'il utilise le prétexte de l'élection de s'immiscer dans le gouvernement de l'Église universelle, les cardinaux qui souhaitent s'opposer à l'élection susmentionnée peut demander l'aide du bras séculier contre lui.

    Ceux qui se détachent de lui obéir ne doivent pas être soumis à des pénalités et des censures pour ladite séparation, comme s'ils se déchiraient vêtement du Seigneur. Toutefois, les cardinaux qui l'ont élu par des moyens simoniaques doivent être traités sans autre déclaration que privés de leurs commandes ainsi que de leurs titres et l'honneur que les cardinaux et de toute patriarcale, l'archevêché, prélatures épiscopale ou autre, dignités et bénéfices qui, à cette époque, ils détenus par titre ou en commende, ou dans lequel ou pour lequel ils ont désormais le prétendent certains, à moins qu'ils entièrement et efficacement l'abandonner et de se réunir sans prétention ni la ruse pour les autres cardinaux qui n'ont pas consenti à cette simonie, dans les huit jours après avoir reçu la demande d'autres cardinaux, en personne si ce doit être possible ou sinon par une annonce publique. Puis, si elles se sont joints en pleine union avec ladite autres cardinaux, ils doivent immédiatement se réinsérer, restaurés, réhabilités et rétablis dans leur ancien état, honneurs et dignités, même du cardinalat, et dans les églises et les bénéfices qui ils avaient en charge ou de lieu, et se tiendra absous de la tache de simonie et de toutes censures ecclésiastiques et des pénalités.

    Les intermédiaires, les courtiers et les banquiers, que ce soit clercs ou laïcs, de quelque rang, de qualité ou de l'ordre qu'ils ont été, même patriarcale ou archiépiscopal ou épiscopal, ou profiter d'autres laïques, de l'état du monde ou ecclésiastiques, y compris les porte-parole ou envoyés de toute rois et des princes, qui avaient participé à cette élection simoniaque, sont par le fait même privés de tous leurs églises, les bénéfices, prélatures et les fiefs, et tout les autres honneurs et possessions. Ils sont soustraits à quelque chose de ce genre et de faire ou de bénéficier d'un testament, et leurs biens, comme celle de ceux qui sont condamnés pour trahison, est immédiatement confisqué et attribué à la trésorerie du siège apostolique. si les criminels susmentionnés sont des ecclésiastiques ou des sujets de l'église romaine. Si elles ne sont pas des sujets de l'église romaine, leurs biens et leurs fiefs dans les régions sous contrôle laïques sont immédiatement attribuées à la trésorerie de la règle laïque dans le territoire duquel se trouve la propriété; de telle manière, cependant, que si dans les trois mois à partir de le jour où il était connu qu'ils avaient commis simonie, ou avaient participé, les gouvernants n'ont pas, en fait alloué desdites marchandises à leur propre trésor, puis les produits sont de cette date considérée comme attribuée à la trésorerie de la Romaine église, et sont immédiatement considérés comme sans avoir besoin de toute déclaration autre dans le même sens.

    Aussi pas contraignant et invalides, et inefficace pour prendre des mesures, sont des promesses et des promesses ou des engagements solennels pris à tout moment à cette fin, même si, avant l'élection en question et même si elle est faite de quelque façon que par des personnes autres que les cardinaux, avec une certaine solennité étrange et forme, y compris celles qui sont faites sous serment ou conditionnellement ou dépendant de l'issue, ou sous la forme d'obligations convenues dans le cadre la réception, un cadeau tout incitatif, qu'il s'agisse d'un dépôt, de prêt, d'échange, a reconnu, gage, vente, échange ou tout autre type de contrat, même dans la forme la plus complète de la caméra apostolique. Personne ne peut être lié ou sous pression par la force de ces derniers dans une cour de justice ou ailleurs, et tous peuvent légitimement s'en retirer sans pénalité ni aucune crainte ou de stigmatisation de parjure.

    Par ailleurs, les cardinaux qui ont été impliqués dans une telle élection simoniaque, et ont abandonné la personne ainsi élue, peuvent se joindre avec les cardinaux, même ceux qui ont consenti à l'élection simoniaque, mais a ensuite rejoint avec les cardinaux qui n'ont pas commis la simonie dit, si ces derniers sont prêts à se joindre à eux. Si ces cardinaux ne sont pas prêts, ils peuvent librement et canoniquement procéder sans eux dans un autre endroit pour l'élection d'un autre pape, sans attendre une nouvelle déclaration formelle à l'effet que l'élection était simoniaque, mais il reste toujours en vigueur même de notre constitution actuelle. Ils peuvent annoncer et convoquer un conseil général dans un endroit approprié comme ils jugeront opportun, nonobstant les constitutions et ordonnances apostoliques, surtout celle du pape Alexandre III, d'heureuse mémoire, qui commence Licet de evitanda Discordia, et ceux des autres pontifes romains, nos prédécesseurs, y compris ceux émis dans les conseils généraux, et toutes autres choses le contraire qui imposent la retenue.

    Enfin, chacun des cardinaux de la sainte église romaine dans le bureau à l'époque, et leur sacré collège, sont sous peine d'excommunication immédiate, où ils encourir de plein droit et dont ils ne peuvent être absous que par le pontife canoniquement élus romaine , sauf en cas de danger immédiat de mort, de ne pas oser, pendant la vacance du siège apostolique, de contrevenir à la susdit, ou de légiférer, d'aliéner ou d'ordonner ou d'agir ou tenter quoi que ce soit en aucune façon, sous quelque prétexte allégué ou une excuse, contrairement aux choses susdites ou à l'un d'eux. A partir de ce moment, nous décrétons qu'il soit invalide et sans valeur si il devrait y arriver à être, par quiconque, sciemment ou non, même par nous, une attaque sur ces ou l'un quelconque des dispositions qui précèdent. Alors que le sens de la présente notre constitution, du présent décret, loi, règlement et la limitation peut être portée à la connaissance de tous, c'est notre volonté que notre présente lettre soit apposée sur les portes de la basilique du prince des apôtres et des la Chancellerie et dans un coin du Campo dei Fiori, et qu'aucune autre formalité de la publication de cette lettre soit exigé ou attendu, mais il suffit du susmentionnés affichage public pour sa publication solennelle et la force perpétuel. Ne laissez personne donc. . . Si quelqu'un cependant. . Donné à Rome, à Saint-Pierre, le 14 Janvier 1505 / 6, dans la troisième année de notre pontificat.

    [. . .] Comme nous réfléchissons combien lourde est la charge et comment la perte dommageable pour les vicaires du Christ sur la terre que les élections seraient contrefaites, et combien grande la douleur qu'ils pouvaient apporter à la religion chrétienne, surtout en ces temps très difficiles lorsque l'ensemble religion chrétienne est perturbé dans une variété de façons, nous souhaitons mettre des obstacles aux ruses et les pièges de Satan et à la présomption humaine et de l'ambition, pour autant qu'il est permis de nous, de sorte que la lettre susmentionnée sera mieux observée le plus il est clairement établi qu'il a été approuvé et renouvelé par la discussion mature et saine de la dite sacrée Conseil, par laquelle il a été décrété et ordonné, même si elle n'a besoin d'aucune autre approbation de sa permanence et sa validité. Pour une sauvegarde plus ample, et de supprimer tous excuse pour la ruse et la malice de la part des penseurs mal et ceux qui luttent pour renverser une constitution si solide, avec une vue à la lettre étant observée avec plus de détermination et d'être plus difficiles à éliminer, à Dans la mesure où il est défendu par l'approbation de tant de pères, nous avons donc, avec l'approbation de ce concile du Latran et avec l'autorité et la plénitude de la puissance indiquée ci-dessus, confirmer et renouveler ladite lettre, ainsi que toutes les lois, règlements, décret, la définition, la pénalité, de retenue, et toutes les autres clauses et individuels qu'elle contient;

    nous commandons qu'il soit maintenu et observé sans changement ou de rupture et de préserver l'autorité d'un fermeté immuable, et nous décrétons et déclarons que les cardinaux, les médiateurs, porte-parole, envoyés et autres énumérés dans ladite lettre sont et doivent être liés à l'observance de ladite lettre et de chaque point exprimée en elle, sous peine des censures et peines et d'autres choses qu'il contient, conformément à sa signification et sa forme; nonobstant les constitutions apostoliques et les ordonnances, ainsi que toutes ces choses qui nous souhaitait pas d'empêcher dans ladite lettre, et d'autres choses de toute sorte à l'effet contraire. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant. . . {1 Lors de cette session d'autres mesures contre la Pragmatique Sanction ont également été enregistrés, en particulier de Jules II, entre autres la constitution (MSI 32, 772-773).}

    SESSION 6 tiendra le 27 avril 1513

    [SafeConduct pour ceux qui veulent et doivent venir au conseil, pour leur venir, la résidence, des échanges de vues et retour]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Par l'ordonnance suprême de l'omnipotent qui gouverne les choses du ciel et de la terre par sa providence, nous présider son Église sainte et universelle, bien que nous sommes indignes. Instruit par l'enseignement d'économie et de la plus sainte du médecin des Gentils, nous dirigeons notre attention en chef, parmi les nombreuses inquiétudes à partir de laquelle nous avons sans cesse souffrent de détresse, vers ces choses, en particulier au moyen de laquelle l'unité et la charité infinie souillée peut se conformer à la église; le troupeau qui nous peuvent aller de l'avant le long des cours à droite vers le chemin du salut, et le nom de chrétiens et le signe de la croix la plus sacrée, dans laquelle les fidèles ont été sauvegardées, peuvent être plus largement répandue, après le infidèles ont été expulsés avec l'aide de la droite de Dieu.

    En effet, après la tenue de cinq sessions du sacré conseil général de Latran, le pape Jules II d'heureuse mémoire, notre prédécesseur, par le conseil et l'accord de nos vénérables frères les cardinaux de la sainte église romaine, dont le nombre d'nous étions alors, dans une louable et de façon légale et pour des raisons sonores, guidé par l'Esprit Saint, a convoqué la sixième session du Conseil aura lieu le onzième jour de ce mois. Mais après qu'il eut été pris à partir de notre milieu, nous avons reporté la sixième session jusqu'à aujourd'hui, avec l'avis et du consentement de nos frères a dit, pour des raisons qui ont ensuite été exprimées et pour d'autres raisons influencer l'attitude de nous et de nos frères a dit. Mais depuis il ya toujours eu une détermination intérieure en nous, alors que nous étions de moindre rang, pour voir le conseil général est célébré (en tant que principal moyen de cultiver le champ du Seigneur), maintenant que nous avons été élevés au plus haut point de la apostolat, considérant que l'obligation qui résulte de l'Office de la pastorale enjoint à nous a coïncidé avec notre souhait honorable et profitable, nous avons entrepris cette question avec un désir plus sincère et totale disponibilité d'esprit.

    Par conséquent, avec l'approbation du Conseil les mêmes sacrés Latran nous approuvons le report que nous avons fait et le conseil lui-même, jusqu'à ce que les objectifs pour lesquels il a été convoqué ont été réalisés, en particulier celle d'une paix générale et se sont installés peuvent être organisées entre les princes chrétiens et gouvernants, après les violences des guerres a été calmé et les conflits armés mis de côté. Nous avons l'intention d'appliquer et de diriger tous nos efforts à cette paix, avec les soins infatigables et ne laissant rien pour les prévenus si salutaire d'un bien. Nous déclarons qu'il est et doit être notre attitude immuable et l'intention que, après ces choses qui affectent la louange de Dieu et l'exaltation de l'église susmentionnée et l'harmonie des fidèles du Christ ont été atteints, la campagne sainte et nécessaire contre les ennemis de la foi catholique peut être effectuée et peut atteindre (à la faveur de la plus haute) un résultat triomphal.

    Afin, toutefois, que ceux qui devraient participer si très utile d'un conseil ne peut être retenu d'aucune manière à venir, nous accordez et de concéder, avec l'approbation de la dite sacrée du conseil, à chacune et chacun de ceux convoqués au Conseil par le dit Julius, notre prédécesseur, ou qui devraient y prendre part, par le droit ou la coutume, dans les réunions des conseils généraux, en particulier ceux de la nation française, et à ceux schismatiques et d'autres qui viennent à ladite Latran Conseil par le droit commun ou spéciales, à cause d'une déclaration ou une lettre apostolique de nos prédécesseurs ou du siège apostolique (sauf, bien sûr, ceux de moins d'interdiction), et pour les agents et d'associés de ceux qui viennent, de quelque état, grade , l'état ou la noblesse qu'ils soient, ecclésiastiques ou laïques, pour eux-mêmes et tous leurs biens, une société libre,

    garantis et SafeConduct très complet, pour venir par terre ou par mer à travers les États, les territoires et les lieux qui sont soumis à la dite église romaine, à ce concile du Latran à Rome, et de résider dans la ville et librement échanger des vues, et de le laisser aussi souvent qu'ils le souhaitent, avec complète, libre et la sécurité totale et avec une vraie garantie et incontestable papale, nonobstant toute imposition de censures ecclésiastiques ou laïques et des pénalités qui peuvent avoir été promulguée en général contre eux, pour diverses raisons, par la loi ou par la susdite voir, sous toute forme de mots ou de clauses, et dont ils peuvent en général ont encourues. Par nos lettres, nous encouragent, avertir et demander à chaque chrétien et chaque roi, prince et souverain qui, par révérence pour Dieu tout-puissant et le Siège apostolique, ils ne sont pas à molester ou faire molester, directement ou indirectement, de quelque manière dans leurs personnes ou de marchandises, celles sur le chemin de ce conseil sacré de Latran, mais ils sont pour leur permettre de venir en toute liberté, de sécurité et de paix.

    En outre, pour la réalisation de la célébration de ce conseil, nous déclarons que la septième session se tiendra le 23 mai prochain. Ne laissez personne donc. . . Si quelqu'un cependant ...

    SESSION 7 tenue le 17 Juin 1513

    La constitution Meditatio cordis nostri1 {Msi 32, 815-818}, le report de la huitième session au 16 Novembre, est lu et approuvé.]

    SESSION 8 s'est tenue le 19 Décembre 1513

    [Condamnation de toute proposition contraire à la vérité de la foi chrétienne éclairée]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Le fardeau du gouvernement apostolique disques ne nous a jamais sur de sorte que, pour les faiblesses des âmes nécessitant d'être guéri, dont le Créateur Tout-Puissant d'en haut nous a voulu avoir le soin, et pour les maux, en particulier, qui sont désormais considérés comme appuyant sur le plus urgent sur les fidèles, on peut exercer, comme le Samaritain de l'Evangile, la tâche de guérir avec de l'huile et du vin, de peur que les reproches de Jérémie peuvent être exprimées à nous: Y at-il pas de baume en Galaad, il n'y a aucun médecin n'y ? Par conséquent, puisque de nos jours (ce qui nous endurons avec tristesse) le semeur d'ivraie, l'ancien ennemi de la race humaine, a osé se disperser et de se multiplier dans le champ du Seigneur des erreurs très pernicieuse, qui ont toujours été rejetées par les fidèles, en particulier sur la nature de l'âme rationnelle, avec l'affirmation qu'il est mortel, ou un seul parmi tous les êtres humains, et puisque certains, pour faire le philosophe, sans soin, affirmer que cette proposition est vraie du moins selon la philosophie, il est notre désir d'appliquer des remèdes appropriés contre cette infection et, avec l'approbation du saint Concile, nous condamnons et rejetons tous ceux qui insistent pour que l'âme intellectuelle est mortel, ou qu'il est seulement un parmi tous les êtres humains, et ceux qui suggèrent des doutes sur ce sujet.

    Pour l'âme, non seulement existe vraiment de lui-même et essentiellement la forme du corps humain, comme il est dit dans le canon de notre prédécesseur d'heureuse mémoire, le pape Clément V, promulguée dans le conseil général de la Vienne, mais il est aussi immortelle; et de plus, pour le nombre énorme de corps dans lequel il est infusé individuellement, il peut et doit être et est multiplié. Ceci est clairement établi à partir de l'évangile où le Seigneur dit: Ils ne peuvent tuer l'âme, et dans un autre endroit, celui qui hait sa vie dans ce monde, la conservera pour la vie éternelle, et quand il promet des récompenses éternelles et les punitions éternelles à ceux qui vont être jugés selon les mérites de leur vie, sinon l'incarnation et d'autres mystères du Christ serait d'aucune utilité pour nous, ni résurrection, serait quelque chose à espérer, et les saints et les justes seraient (comme dit l'Apôtre ) le plus misérable de tous les peuples.

    Et puisque la vérité ne peut pas contredire la vérité, nous définissons que chaque déclaration contraire à la vérité de la foi éclairée est totalement faux et nous interdisons formellement l'enseignement autrement d'être autorisée. Nous décrétons que tous ceux qui s'accrochent à des déclarations erronées de ce type, donc semer des hérésies qui sont totalement condamnées, devrait être évité dans tous les sens et punis comme hérétiques détestable et odieux et infidèles qui portent atteinte à la foi catholique. Par ailleurs, nous est strictement défendu le philosophe, tous et chacun qui enseigne publiquement dans les universités ou ailleurs, que quand ils expliquent ou l'adresse à leur public les principes ou les conclusions des philosophes, lorsqu'ils sont connus, de s'écarter de la vraie foi - comme dans l'affirmation de la mortalité de l'âme ou de l'existence d'une seule âme ou de l'éternité du monde et d'autres sujets de ce genre - ils sont obligés de consacrer tous leurs efforts pour clarifier leurs auditeurs la vérité de la religion chrétienne, de l'enseigner par la arguments convaincants, pour autant que cela est possible, et à se consacrer à la pleine mesure de leurs énergies à la réfutation et l'élimination des arguments des philosophes opposés, puisque toutes les solutions sont disponibles.

    Mais il ne suffit pas à l'occasion de couper les racines des ronces, si le sol n'est pas creusé profondément, afin de les vérifier recommencer à se multiplier, et s'il n'y a pas enlevé leurs graines et les causes profondes d'où ils poussent si facilement. C'est pourquoi, depuis l'étude prolongée de la philosophie humaine - que Dieu a fait vide et insensé, comme dit l'Apôtre, quand cette étude n'a pas la saveur de la sagesse divine et la lumière de la vérité révélée - conduit parfois à des erreurs plutôt que de la découverte de la vérité, nous décrétons et règle par cette constitution salutaire, afin de supprimer toutes les occasions de tomber dans l'erreur en ce qui concerne les questions mentionnées ci-dessus, que partir de cette époque aucun de ceux dans les ordres sacrés, religieux ou laïcs ou de tant d'autres commis, quand ils suivent des cours dans les universités ou autres institutions publiques, peut se consacrer à l'étude de la philosophie ou la poésie pendant plus de cinq ans après l'étude de la grammaire et la dialectique, sans leur donner un peu de temps à l'étude de la théologie ou de droit pontifical. Une fois ces cinq années sont passées, si quelqu'un veut faire suer ces études, il peut le faire que si dans le même temps, ou de quelque autre manière, il se consacre activement lui-même à la théologie ou les canons sacrés, de sorte que les prêtres du Seigneur peut trouver les moyens, dans ces saintes occupations et utile, pour le nettoyage et la guérison des sources infectées de la philosophie et la poésie.

    Nous commande, en vertu de la sainte obéissance, que ces canons sont publiés chaque année, au début du cours, par les Ordinaires locaux et les recteurs des universités où les instituts d'études générales s'épanouir. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant ...

    [Sur l'organisation de la paix entre les princes chrétiens et ramener les Bohémiens qui rejettent la foi]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Nous poursuivons le sacré concile du Latran à la louange du Tout-Puissant et Trinity indivise et pour la gloire de celui dont la place que nous représentons sur terre, qui développe la paix et l'harmonie dans son ciel élevé, et qui, à son départ de ce monde, à gauche la paix comme un héritage légitime à ses disciples. Car, dans la session précédente septième, le Conseil a été confronté, entre autres choses, le danger menaçant et très évidente des infidèles et l'effusion du sang chrétien, qui, même alors, était versé à cause de nos fautes flagrantes. Les querelles entre les rois et les princes chrétiens et les peuples doivent aussi être supprimés. et nous étions forcés de chercher de toutes nos forces pour la paix entre eux. C'est la raison pour avoir à organiser l'une des réunions les plus importantes dudit Conseil: afin que la paix doit suivre et être maintenu comme ininterrompue et conduisant à sa réalisation en raison, surtout en ces temps où la puissance des infidèles est reconnu pour avoir grandi à un point remarquable. Par conséquent, avec l'approbation du même conseil, nous avons organisé et décidé d'envoyer à la susdite rois, princes et chefs d'alerte et légats envoyés de paix, qui sont en circulation dans l'apprentissage, l'expérience et la bonté, avec une vue de la négociation et de la paix .

    Et, afin que ces hommes peuvent mettre de côté leurs armes, nous avons appelé de leurs porte-paroles qui sont présents au conseil, dans la mesure où nous avons été capables de faire avec l'aide de Dieu, de consacrer toute leur énergie et de force, par révérence pour le Siège apostolique et l'union des fidèles, pour donner avis de ces questions à leurs rois, princes et souverains. Ce sont invitées, en notre nom, à négocier et à écouter avec la bonne volonté et l'honneur de les légats apostoliques eux-mêmes, et à agir en faveur de nos désirs justes et saints, qui doivent être mis devant eux par ces messagers.

    Nous avons été nous-mêmes persuadant qu'ils vont le faire, afin que nos légats peut être en mesure d'assumer la tâche de l'ambassade aussi rapidement que possible et vaillamment complète de l'entreprise, et afin que, par la faveur du Père des lumières (à partir de auxquels vient tous plus beau cadeau) la paix peut être négocié et organisé, et une fois cela a été réglé, l'expédition sainte et nécessaire contre la frénésie des infidèles, haletant d'avoir à leur faim de sang chrétien, ne peut avoir lieu et être porté à un avis favorable conclusion pour la sécurité et la paix de l'ensemble de la chrétienté. Après ce que nous espérions des profondeurs de notre cœur, à cause de notre charge pastorale, pour la paix et l'union au sein du peuple chrétien tout entier, et en particulier parmi les rois mêmes, les gouvernants et les princes de la discorde, dont on craignait que des dommages graves et prolongées pourraient quotidiennes affectent l'état chrétien. Un espoir a commencé à monter que l'État chrétien seraient soignés d'une manière utile et salutaire de cette paix et l'unité, à cause de l'autorité de ces hommes. Nous avons envoyé nos messagers et des lettres à la susdite rois, princes et souverains - à cette époque dans la désunion avec l'autre - pour eux d'être exhortés, requis et averti. Nous ne négligea rien (pour l'instant en tant que laïcs dans notre alimentation) d'organiser et de produire par chacun de nos efforts qui, une fois la discorde et des désaccords de toute nature avaient été enlevés, ils souhaiteraient éventuellement de revenir, en complet accord, la grâce et l'amour, à l'universel paix, l'harmonie et l'union. De cette façon, les pertes à venir ne serait pas infligée aux chrétiens des mains de la règle sauvage de Turcs ou d'autres infidèles, mais il y aurait un ralliement des forces pour écraser la fureur terrible et les efforts vantards de ces peuples.

    Dans cette situation, que nous nous efforçons avec toute la pensée, de soins, d'efforts et de zèle pour que tout soit apporté à la fin désirée, et avec confiance dans le don de Dieu, nous avons décrété que les légats avec une mission spéciale de notre part - qui sera des cardinaux de la sainte Église romaine et qui vont bientôt être nommé par nous, sur les conseils de nos frères, dans notre consistoire secret - sont nommés et envoyés avec autorité et avec les facultés nécessaires et appropriées, comme des messagers de paix, pour le préparer, négocier et régler de cette paix universelle parmi les chrétiens, pour les lancer dans une expédition contre les infidèles, avec l'approbation de ce Saint Concile, et pour induire ladite rois, sur la générosité de l'âme conforme à leur rang et hors de dévotion envers la foi catholique, de se déplacer avec un esprit prêt et désireux vers les tâches sainte de la paix et l'expédition, pour la protection totale et parfaite, la défense et la sécurité de l'Etat chrétien.

    En outre, depuis infraction très grande est donnée à Dieu de la longue et multiforme hérésie des Bohémiens, et le scandale causé au peuple chrétien, la charge de ramener ces gens à la lumière et l'harmonie de la vraie foi a été entièrement confiée par nous pour l'avenir immédiat de notre cher fils, Thomas d'Esztergom, le cardinal-prêtre du titre de Saint-Martin, dans les collines, comme légat de nous-même et le Siège apostolique à la Hongrie et de Bohême. Nous exhortons ces personnes dans le Seigneur de ne pas négliger d'envoyer certains de leurs porte-parole, avec un mandat adéquat, que ce soit pour nous et ce sacré concile du Latran ou au même Thomas, le cardinal-légat, qui sera plus proche d'eux. Le but sera d'échanger des vues au sujet d'un recours approprié pour qu'ils puissent reconnaître les erreurs auxquelles ils ont longtemps été sous l'emprise et peut être reconduit, avec l'aide de Dieu, à la véritable pratique de la religion et dans le sein de sainte Église mère. Avec l'approbation du conseil de sacré, par la teneur de la présente lettre, nous subvention et leur accorder, par la foi d'un pontife, une garantie publique et un coffre-fort gratuit, la conduite de leur venue, va, en restant aussi longtemps que la négociation des matières susdites doit durer, et ensuite de s'écarter et de retourner à leurs propres territoires, et nous allons consentir à leur souhaite autant que nous pouvons en Dieu.

    Alors que cette sacrée concile du Latran peut être intentée à l'achèvement de la prestation désirée fructueuse, puisque de nombreux autres sujets sérieux restent à être discutées et débattues à la louange de Dieu et le triomphe de son Église, nous déclarons avec l'approbation du Conseil du sacré , que la neuvième session de la célébration permanente de ce conseil doit être sacrée Latran tenue le 5 avril 1514, dans la première année de notre pontificat, qui sera mercredi après dimanche de la Passion. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant ...

    [Bull sur la réforme]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Placé par le don de la grâce divine au point suprême de la hiérarchie apostolique, nous avons pensé que rien n'était plus en accord avec notre mission officielle que de sondage, avec un zèle et de soins, tout ce qui pouvait se rapportent à la protection, la solidité et l'extension de l'Église catholique troupeau qui nous est confié. À cette fin, nous avons appliqué toute la force de notre activité et la force de notre esprit et de talent. Notre prédécesseur d'heureuse mémoire, le pape Jules II, car il était préoccupé par le bien-être des fidèles et soucieux de le protéger, avait convoqué le concile œcuménique du Latran pour de nombreuses autres raisons, certes, mais aussi parce qu'une plainte a été constamment pressé sujet les fonctionnaires de la curie romaine. Pour ces raisons, il y avait nommé un certain nombre de comités composés de ses vénérables frères, les cardinaux de la sainte église romaine, dont le nombre d'nous étions alors, et aussi de prélats, d'enquêter minutieusement sur ces plaintes. Afin que ceux qui sont attachés à la curie et les autres, il s'approche de faveurs ne serait pas dans l'intervalle, être tourmenté par le poids excessif de dépenses et que, dans le même temps, la mauvaise réputation par lesquelles lesdits agents ont été profondément perturbés pourrait être apaisé par un prompt remède, il publia une bulle de la réforme par laquelle ils étaient tenus à nouveau, sous une lourde peine, pour garder les termes juridiques de leurs bureaux. Parce que la mort est intervenue, il a été incapable de légiférer, en particulier sur les excès ou pour compléter le conseil.

    Nous, en tant que successeur de la préoccupation non moins que du bureau, dès le début de notre pontificat, ne tarda pas à reprendre le synode, pour promouvoir la paix entre les princes chrétiens et pas moins, car il est de notre intention d'achever un système universel réforme, visant à renforcer par des aides nouvelles ce qui était d'abord fourni par notre prédécesseur concernant les bureaux de la Curie, et de suivre cette grâce avec les comités élargis. Pour aucune inquiétude plus pressant pèse sur nous que les épines et les ronces être arrachées par le champ du Seigneur, et s'il ya quelque chose qui entravent sa culture, il doit être retiré racine et de branche. Par conséquent, après un rapport minutieux avaient été reçus des comités, avec l'avis de ce qui a été déviée par lequel les personnes, nous avons restauré à la norme ce qui avait dévié soit d'une coutume saine et louable ou d'une institution de longue date.

    Nous avons recueilli ces ensemble dans un taureau de la réforme a publié à ce sujet avec l'approbation du saint Concile; {Ce taureau Pastoralis officii a été publié le 13 décembre 1513, mais il n'a jamais été soumise à un vote des pères} et nous avons nommé à la l'exécuter ceux qui insistent sur les décisions qui sont conservés. Avec l'approbation de ce conseil sacré, nous commandons que cela soit observé sans altération et sans tromperie par les fonctionnaires eux-mêmes ainsi que par d'autres, selon qu'elle affecte chacun, sous peine d'excommunication immédiate à partir de laquelle ils ne peuvent être absous par les romains pontife (sauf en danger immédiat de mort), de telle manière que, en plus de cela et d'autres pénalités précisées dans le taureau, ceux qui agissent contre elle sont automatiquement suspendu pour six mois à partir du bureau où ils ont commis la faute. Et si elles ont échoué pour une deuxième fois dans le même bureau, ils sont privés à jamais parce qu'ils ont contaminé le bureau lui-même. Après ils ont été ramenés à la bonne conduite à l'aide de notre constitution, et les dégâts générale a été vérifié et enlevé, nous procéderons aux étapes restantes de la réforme.

    Si le Tout-Puissant dans sa miséricorde nous permet de régler la paix entre les dirigeants chrétiens, nous allons appuyer sur non seulement à détruire complètement les mauvaises graines, mais aussi pour élargir les territoires du Christ, et, soutenu par ces réalisations, nous irons de l'avant, avec Dieu favorisant ses propres fins, pour l'expédition la plus sainte contre les infidèles, dont le désir est profondément fixée dans notre cœur.

    Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant ...

    SESSION 9 s'est tenue le 5 mai 1514

    [Le pape exhorte les dirigeants chrétiens à faire la paix entre eux de telle sorte que d'une expédition contre les ennemis de la foi chrétienne peut-être possible]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Après avoir été appelé par dispense divine aux soins et à la règle de l'Église universelle, même si nous sommes indignes d'un si grand responsabilité, nous avons commencé depuis le point culminant de l'apostolat, comme du haut du mont Sion, de transformer nos le regard direct et immédiat de notre esprit à des choses qui semblent être d'une importance primordiale pour le salut, la paix et l'extension de l'église elle-même. Lorsque nous avons concentré tous nos soins, la pensée et de zèle dans cette direction, comme un berger expérimenté et attentif, nous avons trouvé rien de plus sérieux ou dangereux pour l'État chrétien et plus opposé à notre saint désir que la folie féroce de conflits armés. Car, à la suite d'entre eux, l'Italie a été presque anéantie par intestines abattage, les villes et les territoires ont été défigurés, en partie annulée et partiellement nivelé, provinces et royaumes ont été frappées, et les gens ne cessent d'agir avec la folie et de fatras dans les sang chrétien. C'est pourquoi nous avons jugé que rien ne doit être donné plus d'importance, de considération et d'attention que l'écrasement de ces guerres et de la réorganisation de la discipline ecclésiastique en fonction des ressources et des circonstances, de sorte que avec Dieu apaisé par un changement de vie, après des querelles ont été mis de côté, nous pourrions être en mesure de réunir et rassembler en un seul troupeau du Seigneur a confié à nos soins, et d'encourager et de susciter ce troupeau plus facilement, dans une union de la paix et l'harmonie, comme par une force très forte liaison, contre les ennemis communs de la foi chrétienne qui sont maintenant en danger.

    Ce désir intense de notre cadre de cette campagne contre les méchants ennemis et implacable de la croix du Christ est en effet si implanté dans notre coeur que nous avons déterminé à poursuivre et à assurer le suivi du sacré concile du Latran - qui a été convoqué et a commencé par notre prédécesseur d'heureuse mémoire , Jules II, et interrompue par sa mort - pour cette raison particulière, comme il ressort de toutes les différentes sessions tenues par nous dans le même conseil. Ainsi, avec les princes chrétiens ou leurs porte-parole réunis au même conseil, et les prélats de différentes parties du monde à venir à elle, une fois la paix entre ces princes chrétiens avaient été réglées et (comme à droite) les ronces nocives des hérésies avait d'abord été déracinés de champ du Seigneur, alors les choses nécessaires pour la campagne contre les mêmes ennemis, et ce qui concerne la gloire et le triomphe de la foi orthodoxe, et diverses autres questions, peut être heureux décidée par les conseils en temps opportun et de l'accord de tous.

    Bien que beaucoup d'hommes distingués, remarquables dans chaque branche de l'apprentissage, venus de différentes parties de l'Europe à ce conseil, qui avait été solennellement convoqué et dûment proclamé, beaucoup aussi, légitimement empêché, a envoyé ses instructions dans le formulaire officiel. Toutefois, en raison des difficultés des guerres et des circonstances à la suite de laquelle de nombreux territoires ont été bloqués par les armes hostiles pendant une longue période, les ressources et un grand nombre dont nous avons désiré n'a pas pu être rassemblés. Par ailleurs, que nous n'avons pas encore envoyé les légats nommés spécialement aux rois et aux princes à promouvoir l'union et la paix entre les dirigeants mêmes - ce qui semble peut-être nécessaire pour beaucoup et que nous aussi nous pensons est particulièrement opportun - ne peuvent être attribuées à nous . La raison, bien sûr, pourquoi nous nous sommes abstenus de le faire est le suivant: presque tous les princes ont fait savoir par des lettres et des messages pour nous, que l'envoi de légats n'était pas du tout nécessaire ou opportun.

    Néanmoins, nous avons envoyé des hommes de discrétion et de loyauté avérée, doté du rang d'évêque, que nos envoyés à ces princes qui ont été très graves entreprendre une activité armés entre eux et, autant que pouvait être deviné, les guerres plutôt amer. Il est venu à propos, notamment par l'action de ces envoyés, que des trêves ont été convenues entre quelques-uns des princes et le reste sont pensés pour être sur le point de donner leur consentement. Par conséquent nous ne serons pas mis hors d'envoyer des légats spéciaux, comme nous avons décidé à la dernière session, lorsque cela est nécessaire et profitable pour la mise en place d'une paix stable et durable entre eux, et comme nous l'avons précédemment proposé. En attendant, nous ne cesserons d'agir et de réfléchir sur ce qui est pertinent à la situation, avec les porte-parole des princes mêmes qui négocient avec nous, et d'appuyer sur les exhortons, eux et leurs princes à cette action par le biais de notre émissaires et des lettres.

    Oh que le tout-puissant et miséricordieux de Dieu aiderait d'en haut de nos plans pour la paix et de nos pensées constantes, aurait égard du peuple des fidèles avec des yeux plus bienveillant et favorable et, pour des raisons de sécurité commune et de la paix et pour la suppression de la folie altière des ennemis méchants du nom chrétien, lui donnerait une audience propice à leurs prières pieuses! Par notre autorité apostolique, nous enjoignons le primate tous et chacun, patriarche et archevêque, sur les chapitres des églises cathédrales et des collégiales, à la fois laïque et ceux appartenant à l'un des ordres religieux, sur les collèges et les couvents, les dirigeants des peuples, des doyens, recteurs d'églises et d'autres qui ont charge d'âmes, et sur les prédicateurs, quêteurs et ceux qui exposent la parole de Dieu au peuple, et nous ordonnons, en vertu de la sainte obéissance, que dans la célébration des messes, pendant le temps que les Parole de Dieu est mis devant le peuple ou à l'extérieur cette époque, et dans les prières où l'on dira dans le chapitre ou des couvents, ou à un autre moment dans n'importe quel type de rassemblement, ils sont pour garder le recueille spéciales suivantes pour la paix de les chrétiens et pour la confusion des infidèles, respectivement: O Dieu, de qui les saints désirs, et, ô Dieu, dans les mains duquel sont tous les pouvoirs et l'autorité sur les royaumes, se tournent vers l'aide de chrétiens.

    Et ils ne sont pas moins d'enjoindre les membres de leurs diocèses et à toutes autres personnes des deux sexes, que ce soit ecclésiastiques ou laïques, sur lesquels ils ont autorité en raison d'une prélature ou de toute autre position d'autorité ecclésiastique, et d'encourager dans le Seigneur ceux à qui la parole de Dieu est proposé par leurs propres moyens ou d'une autre la responsabilité, qu'ils devraient se déverser dans le privé dévotes prières à Dieu lui-même et à sa mère la plus glorieuse, dans la prière du Seigneur et l'Ave Maria, pour la paix des chrétiens (comme mentionné ci-dessus) et pour la destruction complète des infidèles.

    En outre, quiconque d'entre ceux qui sont mentionnés ci-dessus pense que, par l'influence ou la faveur des princes laïques de tout rang, de distinction ou de la dignité, ou avec leurs conseillers, associés, agents ou fonctionnaires, ou avec les magistrats, les recteurs et les lieutenants des villes, des universités ou de toute les institutions laïques, ou avec d'autres personnes des deux sexes, ecclésiastiques ou laïques, ils peuvent prendre des mesures vers une paix universelle ou particulière entre les princes, les dirigeants et les peuples chrétiens, et vers la campagne contre les infidèles, les laisser utiliser encouragement fort et conduire entre eux à cette paix et à la campagne. Par la miséricorde de notre Dieu et le mérite de la passion de son Fils unique, Jésus Christ, nous exhortons toutes avec toutes les émotions possibles de notre cœur, et nous les avocats par l'autorité de la charge pastorale dont nous exerçons , à jeter les inimitiés de côté privé et public et à se tourner vers embrassant l'effort pour la paix et de décider de la campagne susmentionnée.

    Nous interdisons formellement prélat tous et chacun, prince ou particulier, qu'il soit ecclésiastiques ou laïques, de quelque état, grade, dignité, prééminence ou la condition qu'ils puissent être, sous la menace du jugement divin, de présumer d'introduire de quelque façon, directement ou indirectement, ouvertement ou secrètement, tout obstacle à la paix a déclaré ce qui doit être négocié par nous ou par nos agents, qu'ils soient envoyés ou légats du siège apostolique doté (comme dit précédemment) avec le grade épiscopal, pour la défense des chrétiens Etat des fidèles. Ceux qui, en travaillant vers cette paix, pense qu'il ya quelque chose d'un impliqués privées ou à caractère public qui est d'une importance à leurs princes, des villes ou des États, le soin de qui ou qui se rapporte à eux à cause de certains bureaux ou de la fonction publique devraient, autant que ce sera possible dans le Seigneur, avec modération et le calme en raison de prendre le contrôle de la matière dans la mesure où elle implique le soutien et la bienveillance envers la paix à venir.

    En effet, ceux qui souhaitent réveiller les fidèles par les dons spirituels du Christ, lorsque ces derniers sont dûment contrit et absous, et à verser des prières pieuses pour l'obtention de la paix et de décider de l'expédition, afin que la paix a dit et la campagne contre ladite ennemis de la foi chrétienne peut être provoquée et être fixé par Dieu lui-même, va consacrer les efforts utiles et bien considéré comme le plus souvent ils le font. Ces prières, offerte avec dévotion, devrait avoir lieu dans les masses, sermons et autres services religieux, en collégiale, conventuelle et autres prières publiques ou communales, et parmi les princes, les conseillers, les fonctionnaires, les gouverneurs et les autres personnes nommées ci-dessus, qui semblent avoir une certaine influence dans la fabrication ou l'organisation de la paix et à décider (comme dit précédemment) sur la campagne contre les ennemis de la croix invaincu.

    Confiants en la miséricorde de Dieu et l'autorité de son bénie apôtres Pierre et Paul, nous accordons une remise de cent jours de pénitences imposées à ceux qui, individuellement et en privé, offrir des prières pour obtenir la précède de Dieu; sept fois chaque jour si ils le font si souvent, ou, si moins, aussi souvent qu'ils doivent faire; jusqu'à ce que la paix universelle - ce qui est de recevoir notre attention constante, entre les princes et les peuples à l'heure actuelle en litige armés a été établi, et la campagne contre les infidèles a été décrété avec notre approbation. Nous posons une obligation pour nos vénérables frères, les primates, les patriarches, archevêques et évêques, à qui la présente lettre ou des copies de celui-ci, précisément imprimé soit à Rome ou ailleurs, sont venus sous les sceaux officiels, à sa publication à toute vitesse possible en leurs provinces et les diocèses, et de donner des instructions fermes pour son exécution en raison.

    En attendant, avec l'approbation du conseil de sacré, nous avons décrété que nous avons proposé et souhaité de tout notre cœur, la réforme ecclésiastique de notre curie et de nos vénérables frères, les cardinaux de la sainte église romaine, et d'habitation autres à Rome, et bien d'autres choses nécessaires, qui seront contenues dans nos lettres d'autres en raison des fins de publication dans cette même session. Il a été Julius, notre prédécesseur, qui a convoqué à ce conseil à tous ceux qui étaient habitués à assister aux conseils. Il leur donna un sauf-conduit complètes afin qu'ils puissent faire le trajet et arriver en toute sécurité et sains et saufs. Cependant, de nombreux prélats qui aurait dû venir n'ont pas encore arrivé, peut-être à cause des obstacles déjà dit. Dans notre désir d'aller de l'avant avec l'entreprise les plus graves en raison de la prochaine session, nous faisons appel à dans le Seigneur, et nous demandons et l'avocat de la tendre miséricorde du même, des prélats, rois, ducs, marquis, comtes et autres qui ont l'habitude venir ou envoyer quelqu'un à un conseil général, mais qui n'ont pas encore fourni porte-parole ou des instructions légitimes, de décider avec toute la rapidité possible, soit de venir en personne ou envoyer des émissaires choisis et compétent, avec des instructions valides, à cette sacrée concile du Latran qui est si bénéfique à l'état chrétien.

    En ce qui concerne ces vénérables frères, patriarches, archevêques, évêques, abbés et des prélats - en particulier ceux liés par serment à visiter l'endroit des apôtres Pierre et Paul à certaines heures fixes, et d'assister la personne dans les conseils généraux qui ont été convoqués, y compris au titre de cette obligation au moment de leur promotion - dont l'entêtement comme étant non-pratiquants à diverses sessions est devenue un sujet d'accusation fréquente par le parrain du même conseil, il se trouve en la forme solennelle à la fois une pétition pour des poursuites contre eux et une déclaration des censures et des sanctions encourues. C'est nonobstant tous privilèges, concessions et indults prédécesseurs qui ont été accordés ou renouvelés confirmée par nous ou nos déclaré en faveur d'entre eux et leurs églises, monastères et bénéfices. Nous les annuler et d'invalider grâce à notre connaissance de certains et la plénitude du pouvoir, en les considérant comme parfaitement indiqués ici. Nous imposons en vertu de la sainte obéissance, et nous suivons strictement la commande sous les peines de l'excommunication et le parjure et d'autres dérivés de loi ou la coutume, et en particulier de la lettre qui a convoqué et a proclamé le dit concile du Latran et a été promulguée par notre prédécesseur, Jules lui qu'ils doivent assister en personne à ladite concile du Latran et de rester à Rome jusqu'à ce qu'il ait atteint sa conclusion et a été résilié par notre autorité, sauf s'ils sont empêchés par une excuse légitime. Et si (comme nous l'avons dit), ils ont en quelque sorte été empêchés, ils sont à envoyer leurs représentants qualifiés convenablement avec un mandat complet sur les questions qui devront être traités, traités et conseillés sur.

    Afin d'enlever complètement tous les excuse et ne laisser aucun prétexte de tout obstacle à toute personne qui est obligée d'assister, en plus de la garantie publique qui a été clairement accordée à la convocation de ce conseil à tous venir à elle, nous donner, céder et de subvention, agissant sur les conseils et la puissance mentionnée ci-dessus avec l'approbation du même conseil, pour chacun et tous ceux qui ont été habitués à être présents lors des réunions des conseils généraux et viennent à présent concile de Latran, ainsi que pour les membres de leur personnel, quelle que soit leur rang, l'ordre et l'état ou la noblesse qu'ils soient, ecclésiastiques et laïques, un libre, sûr et sécurisé de sauf-conduit et, par l'autorité apostolique, dans le sens de la présente lettre, une protection complète dans tous ses aspects, pour eux et pour toutes leurs possessions de quelque nature que ce qu'ils passent à travers les villes, les territoires et les lieux, par mer et terre, qui sont soumises à la dite église romane, pour le voyage au concile de Latran à Rome, pour rester dans la ville de la liberté, pour échange de vues en fonction de leurs opinions, de s'en écarter aussi souvent qu'ils le souhaitent peuvent aussi, après quatre mois de la conclusion et la dispersion dudit conseil, et nous promettons de donner facilement les autres sauf-conduits et des garanties à ceux désireux de les avoir. Chacun et tous ces visiteurs, nous traiterons avec et accueillent avec gentillesse et de charité.

    Sous la menace de la majesté divine et de notre mécontentement, et des sanctions contre ceux qui entravent la tenue des conseils, en particulier le dit concile du Latran, qui sont contenues et énoncées dans la loi ou dans la lettre de la citation ci-dessus de notre prédécesseur, nous demandons à chacun et tous les princes laïques, quelle que soit exalté rang qu'ils soient, y compris impériales, royales, de reine, ducale ou de tout autre, les gouverneurs des villes et des citoyens ou d'une décision qui régissent leurs états, d'accorder aux prélats et aux autres à venir au dit concile du Latran avec une permission et une licence, un sauf-conduit pour venir et revenir, et un libre transit et saufs à travers les dominations, les terres et les biens de leurs travers lesquelles ces personnes doivent passer avec leurs équipements, biens et des chevaux ; toutes les exceptions et les excuses d'être complètement mis de côté et sans force.

    En outre, nous commande et de commande, sous peine de notre mécontentement et d'autres sanctions qui peuvent être infligées à notre volonté, tous et chacun de nos gens qui portent des armes, infanterie et cavalerie, leurs commandants et les capitaines, les châtelains de nos forteresses, les légats, gouverneurs, chefs, des lieutenants, des autorités, des responsables et des vassaux des villes et des territoires qui sont soumis à la dite église romaine, et tous les autres de quelque rang, état, la condition ou la distinction qu'ils soient, de donner la permission, et de être responsable de l'octroi de l'autorisation, pour ceux qui viennent à l'concile de Latran, de passer à travers en toute liberté, sécurité et sûreté, pour y rester et de revenir, de sorte qu'un tel saint, louable et très nécessaire du conseil ne peut pas être frustrée de tout raison ou prétexte, et que ceux qui viennent à elle peut être capable de vivre dans la paix et le calme et sans retenue et de dire et de développer dans les mêmes conditions les choses qui concernent l'honneur de Dieu tout-puissant et la réputation de toute l'Église.

    C'est ce que nous enjoignons nonobstant toute constitutions, ordonnances apostoliques, les lois impériales ou des règlements municipaux et les coutumes (même ceux renforcée par le serment et la confirmation apostolique ou par toute autre autorité) qui pourrait modifier à aucun égard ou entraver de quelque façon que ladite sauf-conduits et de la garantie , même si les constitutions ont été etc d'une telle nature que l'individu, précise, claire et distincte de la parole, ou une autre expression clairement indiqué, devraient être employées à leur égard, et pas seulement des clauses générales, qui impliquent seulement la question, pour nous considérons l'importance de toutes les choses ci-dessus pour être clairement énoncées par la présente lettre, comme si elles avaient été incluses mot pour mot. Ne laissez personne donc. . . Si quelqu'un cependant. . .

    [Bull sur la réforme de la curie]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Il est éminemment approprié pour le pontife romain pour mener à bien le devoir d'un pasteur de prévoyance, afin de prendre soin et garder en sécurité le troupeau du Seigneur qui lui est confié par Dieu, puisque, par la volonté de l'ordonnance suprême par lequel les choses du ciel et de la terre sont arrangées par la providence ineffable, il agit sur le trône de saint Pierre nobles comme vicaire sur terre du Christ, le Fils unique de Dieu. Lorsque nous remarquons, sur la sollicitude pour notre dite charge pastorale, que la discipline ecclésiastique et le modèle d'une vie saine et honnête sont aggravation, de disparition et d'aller plus loin égarés du droit chemin à travers presque tous les rangs des fidèles du Christ, avec un mépris pour la loi et avec exemption de peine, en raison des troubles de l'époque et la malice des êtres humains, il est à craindre que, à moins contrôlé par une amélioration du bien-guidés, il y aura une quotidienne de tomber dans une variété de défauts dans la sécurité du péché, et bientôt, avec l'apparition des scandales publics, une panne complète.

    Nous désirons, alors, comme la mesure où il nous est permis d'en haut, pour vérifier les maux de devenir trop forte, pour restaurer un grand nombre de choses à leur respect tôt des sacrés canons, de créer avec l'aide de Dieu une amélioration dans le respect à la pratique établie des saints Pères, et de donner - avec l'approbation du sacré concile du Latran initiée pour cette raison, entre autres, par notre prédécesseur d'heureuse mémoire, le pape Jules II, et a continué par nous-saine orientation à tous les ces questions.

    Afin de prendre un nouveau départ, nous prenons les points qui pour l'instant semblent plus appropriées et qui, ayant souvent été négligés pendant des générations notamment, ont apporté une grande perte pour la religion chrétienne et produit des scandales très grande dans l'église de Dieu. Nous avons donc décidé de commencer par preferment aux dignités ecclésiastiques. Notre prédécesseur de mémoire pieuse, le pape Alexandre III, également dans un concile de Latran, a décrété que l'âge, un caractère sérieux et la connaissance des lettres doivent être examinées avec soin dans l'avancement des individus aux évêchés et abbayes. Par ailleurs, rien n'empêche l'Église de Dieu plus que quand prélats indignes sont acceptés pour le gouvernement des églises.

    Par conséquent, dans l'avancement des prélats, les pontifes romains doit donner beaucoup d'attention à la question, notamment parce qu'ils auront à rendre compte à Dieu au jugement dernier de ceux donnés par eux à preferment églises et monastères. Par conséquent, nous règle et d'établir que, désormais, conformément à la constitution de la III susmentionnée Alexandre, pour les églises et les monastères vacants de l'état patriarcal, le métropolite et de la cathédrale, la personne doit être fournie d'âge mûr, l'apprentissage et le caractère sérieux, comme l'a dit ci-dessus, et la prestation ne doit pas être faite à l'instigation de quelqu'un, par le biais de recommandation, la direction ou d'exécution, ou de toute autre manière, sauf si elle a semblé bon d'agir différemment sur la base de l'avantage pour les Eglises, la prudence, la noblesse, droiture, son expérience, contact prolongé avec la curie (avec un apprentissage adéquat), ou d'un service au Siège Apostolique. Nous souhaitons la même chose pour être observée au sujet des personnes élues et élus lors d'élections et les choix qui ont habituellement été admis par le Siège Apostolique. Mais si la question se pose de fournir des églises et des monastères de ce genre avec des personnes de moins de trente ans, il peut y avoir aucune dérogation pour eux d'être en charge des églises avant leur vingt-septième année d'âge ou de monastères avant leur vingt-deuxième année.

    En effet, afin que les personnes appropriées peuvent être avancés avec plus d'exactitude et de soin, nous décidons que le cardinal à qui le rapport sur une élection, la nomination ou la fourniture d'une église ou un monastère a été confiée, doit, avant qu'il donne un compte rendu dans le sacré Consistoire (comme c'est la coutume) de sa réalisation d'un tel examen ou un rapport qui lui est assigné, pour faire son rapport connu pour l'un des cardinaux plus âgés de chaque grade, personnellement dans le consistoire réelle, ou, s'il n'y avait pas de consistoire le jour fixé pour lui donner son compte, puis par le biais de son secrétaire ou un autre membre de son cabinet, et les trois cardinaux plus âgés en question sont tenus de communiquer le rapport dès que possible pour les autres cardinaux de leur grade. Le cardinal a déclaré avoir fait le rapport examiner personnellement les affaires de l'élection, l'administration, la nomination ou la promotion, en résumé et extra-judiciaires de la mode. Si quelqu'un a parlé contre lui, il est obligé de faire appel, après les objecteurs ont été convoqués, compétents, responsables et témoins dignes de confiance et, si elle doit être nécessaire ou approprié, d'autres d'office.

    Il est tenu d'apporter avec lui pour le consistoire, le jour où le rapport doit être fait, les étapes et les décisions du rapport avec les déclarations des témoins, et il ne peut donner son rapport, sous quelque forme jusqu'à ce que la personne à être promu, si il est à la curie, a d'abord visité la majorité des cardinaux afin qu'ils puissent être capables d'apprendre de première main, dans la mesure où il est pertinent de son caractère, ce qu'ils doivent bientôt apprendre à partir du rapport du leur collègue. Par ailleurs, la personne promue est obligé, par la pratique de longue date et louable coutume, à visiter dès que possible les cardinaux mêmes, qui sont alors dans la curie. Cette coutume pratique et louable, en effet, nous renouveler et de commande pour être maintenu sans changement.

    Depuis qu'il est juste de maintenir intacte la dignité épiscopale, et pour qu'il soit protégé de l'exposition aux attaques indiscriminées des personnes méchants et les fausses accusations des accusateurs, nous décrétons que personne ne évêque ou un abbé ne peut être privé de son rang quand quelqu'un engage une exigences de charge ou de presses (à moins que la possibilité d'une défense légitime est offerte à lui), même si les accusations ont été largement connues et, après que les parties ont été entendues attentivement, l'affaire a été pleinement démontré; ni ne peut être muté contre prélat sa volonté, sauf pour d'autres raisons justes et efficaces et les causes, en conformité avec les termes et le décret du concile de Constance.

    En outre, en raison de commende pour les monastères, les monastères eux-mêmes (comme l'expérience, une maîtresse pratique, a souvent enseigné) sont gravement endommagés dans les affaires spirituelles et temporelles, car leurs bâtiments tombent en ruine, en partie grâce à la négligence de l'commendatories et en partie grâce à la cupidité ou manque d'intérêt, le culte divin est progressivement réduite, et la matière pour outrage est généralement offerte en particulier aux personnes laïques, non sans une diminution de la date du Siège apostolique, à partir de laquelle des commendes de ce type proviennent. Afin que les mesures sondeur peuvent être prises pour sécuriser ces monastères de tout dommage, nous et le décret que lorsque survient une vacance par la mort de l'abbé en charge, ils ne peuvent pas être donnée en commende à quiconque par un accord à moins qu'il semble bon pour nous de décident autrement, en conformité avec la situation réelle et avec l'avis de nos frères, afin de protéger l'autorité du Siège apostolique et de s'opposer aux desseins maléfiques de ceux qu'il attaque.

    Mais laissez ces monastères être fournis avec des personnes compétentes, conformément à la constitution ci-dessus, de sorte que les abbés adaptée aura charge de leur (comme il se doit). Ces monastères peuvent être donnés en commende, quand la commende d'origine n'existe plus en raison de la démission ou de décès du commendataire, que pour les cardinaux et aux qualifiés et méritants personnes, et de telle manière que le commendatories des monastères, quel que soit leur rang de dignité, d'honneur et élevé peut être, même si elles bénéficient du statut et la dignité de cardinal, sont obligés, s'ils ont des repas en privé, en dehors de la table commune, d'attribuer un quart de leur conseil d'administration pour le renouvellement des le tissu, ou pour l'achat ou la réparation de meubles, vêtements et ornements, ou pour le maintien ou la subsistance des pauvres, comme l'exige besoin de plus ou suggère.

    Si, toutefois, ils partagent tout conseil d'administration, une troisième partie de toutes les ressources du monastère a commis à l'commendataire doit être attribué, après tout autres impôts ont été déduits, aux charges ci-dessus et à la subsistance des moines. Par ailleurs, des lettres qui sont établis au sujet des commendes ces monastères doivent contenir une clause spécifique attestant cette situation. S'ils sont rédigés en une autre forme, ils ne sont d'aucune valeur ou de valeur.

    Comme il est approprié pour de telles églises à fournir pour sans aucune perte de revenus, de telle manière que les deux l'honneur de ceux en charge et la nécessité des églises et des bâtiments sont considérés, nous décrétons et la règle que les pensions ne peut jamais être réservés partir des revenus de ces églises, sauf en raison d'une démission ou pour quelque autre raison qui a été considérée comme crédible et honorable dans notre consistoire secret.

    Nous avons aussi la règle que les églises paroissiales dorénavant, les dignités majeurs et principaux et les autres bénéfices ecclésiastiques dont les loyers, les revenus et produire à l'estime ordinaires ne constituent pas une valeur annuelle de deux cents ducats d'or de la trésorerie, et aussi les hôpitaux, leperhouses et auberges de toute importance qui ont été mis en place pour l'utilisation et l'approvisionnement des plus démunis, ne doit pas être donnée en commende à des cardinaux de la sainte Église romaine, ou qui leur sont conférés par tout autre titre, à moins qu'ils sont devenus vacants par le décès d'un membre du leur ménage. Dans ce dernier cas ils peuvent être donnés en commende à des cardinaux, mais ils sont tenus de disposer d'eux dans les six mois pour le bénéfice de ces personnes comme le sont approprié et en bonnes relations avec eux. Nous ne souhaitons pas, cependant, de préjuger les cardinaux à l'égard de bénéfices à laquelle ils peuvent avoir une réclamation de réserve.

    Nous avons également ordonner que les membres des églises, des monastères ou des ordres militaires ne peuvent être détachés ou séparés de leur tête - ce qui est absurde - sans motif légitime et raisonnable. Perpetual syndicats, hormis les cas autorisés par la loi ou sur certains des motifs raisonnables, ne sont pas autorisés du tout. Dispenses pour plus de deux bénéfices incompatibles ne doivent pas être accordée, sauf pour des raisons importantes et urgentes ou pour des personnes qualifiées selon la forme du droit commun. Nous avons fixé une limite de deux ans sur des personnes de tout rang qui obtiennent plus de quatre églises paroissiales et de leurs presbytères perpétuelle, ou dignités majeurs et principaux, même si par voie de syndicat ou commende pour la vie. Ils sont tenus de libérer le reste, seules quatre d'être conservé dans l'intervalle. Ces bénéfices, dont la sortie, peut être démissionné dans les mains des Ordinaires de sorte qu'ils peuvent être fournis avec des personnes désignées par eux; nonobstant toutes réserves, même ceux de nature générale ou résultant de la qualité des personnes démissionnant. Une fois la période de deux ans est passé, tous les bénéfices qui n'ont pas été éliminés peuvent être comptés comme vacant et peut librement être demandée à titre vacant. Ceux qui détiennent sur eux encourent les peines de la Constitution de notre prédécesseur Execrabilis mémorable, le pape Jean XXII. Nous avons aussi la règle que les réserves spéciales de tout bénéfice sont en aucune façon être accordée à la demande de quiconque.

    Sur cardinaux

    Depuis les cardinaux de la sainte église romaine préséance en l'honneur et la dignité sur tous les autres membres de l'église après le souverain pontife, il est bon et juste qu'ils se distinguent-delà de toutes les autres par la pureté de leur vie et l'excellence de leur vertus. Sur ce compte, non seulement nous exhortons et les conseiller, mais aussi décret et arrêté que désormais chacun des cardinaux suivant l'enseignement de l'Apôtre, afin de vivre une sobre, vie chaste et pieuse qu'il brille devant les hommes que celui qui s'abstient pas simplement du mal, mais de toute apparence de mal. En premier lieu, laissez-lui d'honorer Dieu par ses œuvres. Laissez tous être vigilants, constante à l'office divin et la célébration des messes, et de maintenir leurs chapelles dans un endroit digne, comme ils avaient coutume de faire.

    Leur maison et d'établissement, de table et du mobilier, ne doit pas attirer blâme par l'affichage ou la splendeur ou superflu d'équipement ou de toute autre manière, afin d'éviter toute promotion de péché ou de l'excès, mais, comme il est à droite, laissez-les méritent d'être appelés miroirs de modération et de frugalité. Donc, laissez-les trouver satisfaction dans ce qui contribue à la modestie sacerdotale; laissez-les agir avec gentillesse et respect à la fois en public et en privé, en vue de prélats et d'autres éminentes personnalités qui viennent à la curie romaine, et les laisser entreprendre avec la grâce et la générosité de l'entreprise commis à leur disposition par nous-mêmes et nos successeurs.

    Par ailleurs, ne les laisse pas employer des évêques ou prélats humiliant tâches dans leurs maisons, afin que ceux qui ont été désignés pour donner une orientation aux autres et qui ont été vêtu d'un caractère sacré, ne se sont inférieurs aux tâches ingrates et généralement apporter une manque de respect pour la charge pastorale. Par conséquent, laissez-les traiter avec honneur comme des frères, et comme il sied à leur état de vie, ceux qu'ils ont ou auront dans leurs maisons. Depuis les cardinaux aider le pontife romain, le père commun de tous les chrétiens, il est très mauvais pour eux d'être patrons de plaideurs ou spéciaux pour les particuliers. Nous avons donc décidé, de peur qu'ils adoptent la partialité de toute nature, qu'elles ne sont pas à mettre en place en tant que promoteurs ou les défenseurs des princes ou des collectivités ou de toute autre personne contre quiconque, sauf dans la mesure où les demandes de justice et d'équité et de la dignité et le rang de ces personnes requiert. Plutôt, séparé de tous les intérêts privés, qu'ils soient disponibles et engager avec toute la diligence à calmer et règlement des différends. Laissez les promouvoir avec piété en raison du maintien de l'entreprise vient de princes et de toutes autres personnes, surtout les pauvres et les religieuses, et les laisser offrir de l'aide en fonction de leurs ressources et leurs responsabilités officielles à ceux qui sont opprimés et injustement accablés.

    Ils sont à visiter au moins une fois par an - en personne s'ils ont été présents dans la curie, et par un député convient si elles ont été absentes - les lieux de leur basilique titulaire. Ils sont, avec le soin, de se tenir informés sur le clergé et le peuple des églises soumises à leur basilique, ils sont à suivre de près le culte divin et les propriétés de la dite église, et surtout, laissez-les examiner avec soin la vie du clergé et les paroissiens, et avec affection d'un père d'encourager tout un chacun de vivre une vie droite et honorable. Pour le développement du culte divin et le salut de son âme, chaque cardinal devrait donner à sa basilique pendant sa vie, ou de léguer au moment de sa mort, une quantité suffisante pour la subsistance adaptés il d'un prêtre, ou, si le la basilique a besoin de réparations ou d'une autre forme d'aide, le laisser partir ou de donner autant qu'il peut, en conscience, de décider. Il est entièrement pas convenable de passer sur les personnes qui leur sont liées par le sang ou par mariage, surtout si elles sont méritants et ont besoin d'aide. Pour venir à leur aide est juste et louable. Mais nous ne considérons pas qu'il est approprié de tas sur eux un grand nombre des bénéfices ou des revenus de l'église, avec le résultat que d'une générosité incontrôlée de ces questions peuvent porter tort aux autres et peuvent causer du scandale. Par conséquent, nous avons déterminé qu'ils ne sont pas à gaspiller inconsidérément les biens des églises, mais sont pour les appliquer dans des ouvrages de dévotion et de piété, pour laquelle de bons rendements et riches ont été assignés et ordonnés par les saints Pères.

    Il est aussi notre souhait qu'ils prennent soin, sans faire aucune excuse, des églises qui leur sont confiées en commende, qu'il s'agisse des cathédrales, abbayes, prieurés, ou tout autres bénéfices eeclesiastical qu'ils prennent des mesures, avec tous les effets personnels, à voir que les cathédrales sont dûment signifiée par la nomination de vicaires dignes et compétents ou suffragants, selon ce qui a été coutumière, avec un salaire approprié et adéquat, et qu'ils prévoient les autres églises et monastères en leur possession en commende avec le bon numéro des clercs ou des aumôniers, religieux ou moines, pour le service adéquat et louable de Dieu. Laissez-les également maintenir en bon état les bâtiments, propriétés et droits de toute nature, et réparer ce qui s'est effondré, en conformité avec le devoir de prélats et de bonne commendatories. Nous avons également le juge a déclaré que les cardinaux sont à utiliser une grande discrétion et la prévoyance attentive à l'égard du nombre de leurs serviteurs personnels et les chevaux de peur en ayant un plus grand nombre que de permettre leurs ressources, la situation et de dignité, ils peuvent être accusés de l'étau de plus d'affichage et d'extravagance. Qu'ils ne se représentait avides et sordides au motif qu'ils jouissent de grands revenus et abondante tout en offrant de subsistance, très peu, car la maison d'un cardinal doit être un hébergement ouvert, un port et un refuge pour les personnes debout et a appris, en particulier hommes, pour les nobles qui sont maintenant pauvres et pour les personnes honorables. Ainsi les laisser être prudent quant à la manière et la quantité de ce qui doit être maintenu, et de vérifier soigneusement la nature de leurs assistants personnels, de peur qu'ils ne se sont engager des vices des autres de la tache honteuse du déshonneur et de fournir de réelles opportunités pour les contradictions et les fausses accusations .

    Depuis disposition très particulière doit être faite que nos actes soient approuvées non seulement devant Dieu, que nous devons nous s'il vous plaît, en premier lieu, mais aussi avant peoplel sorte que nous puissions offrir aux autres un exemple à imiter, nous ordonnons que chaque spectacle cardinaux lui-même un chef d'excellentes et de surveillant de sa maison et assistants personnels, en ce qui concerne à la fois ce qui est ouvert à tous de voir et de ce qui se cache à l'intérieur. Ainsi donc, que chacun d'entre eux ont des prêtres et des diacres vêtus de vêtements respectables, et de faire attention à ce que personne dans sa maison qui détient un bénéfice de tout type, ou est dans les ordres sacrés, porte des vêtements multicolores ou d'un vêtement qui a peu connexion avec un statut ecclésiastique. Ceux dans le sacerdoce, en conséquence, doivent porter des vêtements de couleurs qui ne sont pas interdits aux clercs par la loi et sont de longueur cheville au moins. Ceux qui occupent des fonctions élevées dans les cathédrales, les canons de la dite cathédrales ceux qui détiennent les postes principaux dans les collèges, et les aumôniers des cardinaux lors de la célébration des masses, sont obligés de porter un couvre-chef en public. Bouclier-porteurs sont autorisés vêtements peu plus courte que la cheville. Grooms, car ils sont généralement se déplacer et d'effectuer un service peu onéreux, peuvent utiliser des vêtements plus courts et plus approprié, même s'il leur arrive d'être religieux, tant qu'ils ne sont pas ordonnés prêtres, mais de telle manière qu'ils ne remettent pas en côté décence et qu'ils se conduire que leur comportement est en accord avec leur position dans l'église. Autres clercs doivent tout faire avec une proportion raison et de retenue. Les deux ecclésiastiques tenant bénéfices et ceux dans les ordres sacrés ne sont pas à porter une attention particulière à leurs cheveux et la barbe, ni de posséder des mules ou des chevaux avec des pièges et des ornements de velours ou de soie, mais pour les articles de ce genre les laisser utiliser un chiffon ordinaire ou en cuir.

    Si quelqu'un de l'équipe susmentionnée agit autrement, ou porte des vêtements tels interdit trois mois après l'annonce de la réglementation actuelle, en dépit d'être un avertissement légitime, il encourt l'excommunication. S'il ne s'est pas corrigée dans les trois mois de plus, il est entendu à être suspendu de recevoir les fruits de l'bénéfices dont il est titulaire. Et s'il reste fixé dans cette obstination pour un autre six mois, après un avertissement juridique similaire, il est d'être privés de tous les bénéfices dont il détient, et il doit être considéré comme tant privés. Les bénéfices ainsi laissé vacant peut être librement recherchée par le Siège apostolique. Nous souhaitons tous et chacun de ces arrangements à appliquer aux ménages de nous-même et tout pontifes romains à venir, et également à tous les autres clercs bénéficiers ou des personnes dans les ordres sacrés, même ceux de la curie. Il ya une seule exception: les préposés dit de nous-même et futurs pontifes romains peuvent porter des vêtements rouges, en accord avec ce qui est propre et habituel de la dignité papale.

    Depuis la prise en charge de l'entreprise la plus importante est la préoccupation particulière des cardinaux, il est pour eux d'utiliser leur capacité de savoir quelles régions ont été infectées par les hérésies, erreurs et des superstitions par opposition à la vraie foi orthodoxe, où la discipline ecclésiastique de l'Éternel commandements fait défaut et où les rois et les princes ou les peuples sont en difficulté, ou la crainte d'être troublé par les guerres. Cardinaux doivent appliquer eux-mêmes pour obtenir des informations sur ces questions et similaires et faire un rapport à nous ou le pontife romain actuel de sorte que, par un effort sérieux, remèdes opportuns et d'épargner pour des maux tels et afflictions peuvent être pensés. Puisque, par fréquentes, presque quotidiennes, l'expérience, on sait que de nombreux maux surviennent assez souvent aux provinces et aux villes en raison de l'absence de leurs propres légats nommés officiellement, et divers scandales qui surgissent ne sont pas sans inconvénients pour le Siège apostolique, nous décret et ordonnons que les cardinaux qui sont en charge des provinces ou des villes, sous le titre de légats, ne peut les administrer par le biais des lieutenants ou des fonctionnaires, mais ils sont obligés d'être présents en personne pour la plus grande partie du temps, et à se prononcer et les gouverner avec toute la vigilance. Ceux qui détiennent désormais le titre de légat, ou va le tenir pour un temps, sont obligés d'aller à leurs provinces - dans les trois mois à compter de la date de la présente proclamation, si les provinces sont en Italie, et dans les cinq mois si elles sont dehors de l'Italie - et à y résider pour la plus grande partie du temps, à moins que, par une commande auprès de nous ou nos successeurs, ils sont freinés dans la curie romaine pour une affaire de grande importance ou sont envoyés à d'autres endroits que la demande a besoin . Dans ce dernier cas, leur laisser des provinces et des villes a déclaré le vice-légats, les vérificateurs, les lieutenants et les autres fonctionnaires d'habitude avec les arrangements et les salaires dus. Quiconque ne respecte pas tous et chacun des règlements ci-dessus est d'être privés de tous les émoluments de son poste en tant que légat. Ces règlements ont été élaborés et mis en place il ya longtemps avec cet objet: que la présence des légats prêts serait bénéfique pour les peuples, non pas que, étant libre de fatigues et de soucis, sous couvert d'être le légat, ils fixent leur attention uniquement sur les but lucratif.

    Depuis le devoir d'un cardinal est principalement lié à une assistance régulière au pontife romain et les questions d'affaires du Siège apostolique, nous avons décidé que tous les cardinaux doivent résider à la curie romaine, et ceux qui sont absents sont de retour dans six mois si ils sont en Italie, ou dans un an à partir de la date de promulgation de la présente Constitution si elles sont hors d'Italie. Si elles ne sont pas perdre les fruits de leurs bénéfices et les émoluments de tous leurs bureaux, et ils perdent complètement, aussi longtemps qu'ils l'arc absent, tous les privilèges accordés en général et en particulier aux cardinaux. Ceux cardinaux sont exceptés, toutefois, qui arrive d'être absent en raison d'une obligation imposée par le Siège Apostolique, ou d'une commande ou la permission du pontife romain, ou de la crainte raisonnable ou tout autre motif, qui à juste titre d'excuses, ou pour des raisons de santé . Par ailleurs, les privilèges, indults et immunités accordés aux cardinaux dit et contenus ou déclarés dans notre taureau sous la date de notre coronation1 {Bull Licat pontificis Romani, le 9 avril 1513; voir Regesta Leonis X non. 14} restent pleinement en vigueur. Nous avons également décidé que les frais d'obsèques des cardinaux, lorsque tous les coûts sont inclus, ne doit pas dépasser le total de 1500 florins, à moins que l'arrangement précédent des exécuteurs - après seulement motifs et raisons ont été énoncées - a calculé que plus devraient être dépensés. Les rites funéraires et le deuil sont formels d'être sur le premier et le neuvième jour; dans l'octave, cependant, des masses peut être célébré comme d'habitude.

    Sortie de révérence envers le Siège apostolique, pour l'avantage et l'honneur du pontife et des cardinaux, afin que la possibilité de scandales qui pourraient venir à la lumière peut être enlevée et une plus grande liberté de votes au Sénat saints peuvent exister, et que , est que le droit, il peut être légitime pour chaque cardinal de dire librement et sans pénalité tout ce qu'il ressent devant Dieu et devant sa propre conscience, nous nous sommes couchés qu'aucun cardinal peut révéler par écrit ou par la parole ou de toute autre manière, sous peine de être un parjure et désobéissants, les votes qui ont été donnés dans le consistoire, ou tout ce qui était fait ou dit il ya ce qui pourrait entraîner la haine ou à scandale ou les préjugés à l'égard de quiconque, ou lorsque le silence sur tout point au-delà de ce qui précède a été spécialement et clairement enjoint par nous-mêmes ou le pontife romain de l'époque. Si des actes contraires à quiconque de l'il encourt, ainsi que les peines déclaré, l'excommunication immédiate à partir de laquelle, sauf en danger immédiat de mort, il ne peut être absous par soi-même ou le pontife romain de l'époque, et avec une déclaration de la raison .

    Les réformes de la curie et d'autres choses

    Puisque chaque génération à pentes du mal de sa jeunesse, et pour qu'il s'habitue à partir tendres années vers le bien est le résultat d'un travail et le but que nous règle et l'ordre que ceux en charge des écoles, et ceux qui enseignent aux jeunes enfants et les jeunes, ne doit pas seulement pour les instruire dans la grammaire, la rhétorique et des sujets similaires, mais aussi d'enseigner les matières qui concernent la religion, tels que les commandements de Dieu, les articles de la foi, des hymnes et des psaumes sacrés, et la vie des saints. Les jours de fête, ils devraient se limiter à l'enseignement ce qui a référence à la religion et les bonnes habitudes, et ils sont obligés d'instruire, encourager et obliger leurs élèves à ces questions dans la mesure où ils peuvent. Ainsi, les laisser assister aux églises, non seulement pour les masses, mais aussi d'écouter les vêpres et les offices divins, et laissez-les encourager l'audition des instructions et des sermons. Qu'ils ne rien enseigner à leurs élèves ce qui est contraire aux bonnes mœurs ou peut conduire à un manque de respect.

    Pour effacer la malédiction de blasphème, qui a augmenté démesurément vers un mépris souverain pour le nom divin et pour les saints, nous ordonnons que la règle et celui qui maudit Dieu ouvertement et publiquement, et par un langage insultant et offensant, a expressément blasphémé notre seigneur Jésus-Christ ou de la glorieuse Vierge Marie, sa mère, s'il a tenu une charge publique ou une juridiction, il est de perdre émoluments de trois mois de son bureau a déclaré pour la première infraction et la deuxième, et s'il a commis la faute une troisième fois , il est automatiquement privé de son poste. S'il est un clerc ou un prêtre, il doit être puni encore comme suit pour avoir été trouvé coupable d'un tel défaut: pour la première fois qu'il a blasphémé, il est de perdre le fruit de ce que des bénéfices qu'il a occupé pendant un an; pour la deuxième fois, il a offensé et a été reconnu coupable, il doit être privé de son bénéfice, s'il occupait seul, et si il a occupé plusieurs alors il doit être contraint de perdre celui que son ordinaire, décide, s'il est accusé et condamné pour une troisième fois, il est automatiquement privés de tous les bénéfices et les dignités qu'il détient, il est rendu incapable de leur plus longtemps, et ils peuvent être librement demandé et alloué à d'autres. Un laïc qui blasphème, s'il est noble, est d'être condamné à une amende d'une peine de vingt-cinq ducats; pour la deuxième infraction l'amende est de cinquante ducats, qui doivent être appliquées au tissu de la basilique du prince des Apôtres, à Rome; pour d'autres infractions, il doit être puni comme indiqué ci-dessous; pour une troisième faute, cependant, il est de perdre son statut de noble. S'il est d'aucun rang et un plébéien, il doit être jeté en prison. S'il a été pris en flagrant délit de blasphème en public, plus de deux fois, il sera obligé de se présenter à une journée entière en face de l'entrée de l'église principale, portait une cagoule signifiant son infamie; mais si il est tombé à plusieurs reprises dans le même défaut, il doit être condamné à l'emprisonnement permanente ou aux galères, à la décision du juge désigné. Dans le forum de la conscience, toutefois, personne coupable de blasphème peut être absous, sans une pénitence lourde imposée par la décision d'un confesseur rigoureux. Nous souhaitons à ceux qui blasphèment contre les autres saints d'être puni un peu plus légère, à la décision d'un juge qui tiendra compte des individus.

    Nous avons également arrêté que les juges laïques qui n'ont pas pris des mesures contre ces blasphémateurs condamnés et n'ont pas imposé des sanctions qui lui revient sur eux, dans la mesure où ils sont capables, doivent être soumis aux mêmes peines que si elles avaient été impliquées dans le crime dit. Mais ceux qui ont exercé les soins et la gravité de leurs examens et des punitions, aura gain pour chaque occasion une indulgence de dix ans et peut garder un tiers de l'amende infligée. Toutes les personnes qui ont entendu le blasphémateur sont obligés de lui faire des reproches fortement dans les mots, s'il arrivait que cela peut être fait sans danger pour eux-mêmes, et ils sont obligés d'en faire rapport ou de le porter à la connaissance d'un juge ecclésiastique ou laïque dans les trois jours. Mais si plusieurs personnes ont dans le même temps entendu le dire blasphémateur commettre la faute, chacun est obligé de porter une accusation contre lui, sauf peut-être qu'ils sont tous d'accord que l'on va effectuer la tâche pour tous. Nous exhortons et le conseil dans le Seigneur toutes les personnes a déclaré, en vertu de la sainte obéissance, qu'ils commandent et d'assurer, pour le respect et l'honneur du nom divin, que tout ce qui précède sont conservés et très exactement réalisées dans leurs seigneuries et terres . Ainsi, ils auront de Dieu lui-même une récompense abondante pour un tel acte bon et pieux, et eux aussi obtenir de siège apostolique une indulgence de dix ans, et un tiers de l'amende à laquelle le blasphémateur est puni, aussi souvent qu'ils le ont pris la peine d'avoir un tel crime puni. Il est également notre volonté que cette indulgence et le tiers restant de l'amende infligée être accordé et assigné à la personne signalant le nom du blasphémateur. Par ailleurs, d'autres sanctions établies dans les canons sacrés contre les blasphémateurs telle demeurent en vigueur.

    Afin que les clercs, en particulier, peuvent vivre dans la continence et la chasteté, selon la législation canonique, nous décidons que les contrevenants seront sévèrement punies que les canons se coucher. Si quelqu'un, laïcs ou religieux, a été trouvé coupable d'une accusation à l'égard desquelles la colère de Dieu vient sur les fils de la désobéissance, qu'il soit puni par les sanctions imposées respectivement par les saints canons ou par la loi civile. Les personnes impliquées dans le concubinage, qu'ils soient laïcs ou religieux, doivent être punis par des peines des canons mêmes. Le concubinage n'est pas d'être autorisé par la tolérance des supérieurs, ou comme une coutume mal d'un grand nombre de pécheurs, qui devrait plutôt être appelé une corruption, ou sous toute autre excuse, mais laissez ceux qui sont impliqués être sévèrement punis conformément à l'arrêt de la loi.

    Par ailleurs, pour le bon gouvernement et pacifique de villes et tous les endroits soumis à l'église romaine, nous renouvelons les constitutions publié il ya quelque temps par Giles, l'évêque bien-souvenir de Sabina, et nous enjoignons et de commandement qu'ils soient conservés sans altération.

    Alors que la tache et la maladie de simonie abominables peuvent être chassés à jamais non seulement de la curie romaine, mais aussi de toute règle chrétienne, nous renouvelons les constitutions émises par nos prédécesseurs, également dans les conseils sacrés, contre les simoniaques de ce genre, et nous prescrivent qu'ils soient observés inchangés. Nous souhaitons les sanctions qu'ils contiennent doivent être considérées comme clairement indiqué aux présentes et inclus, et les contrevenants d'être punis par notre autorité.

    Nous règle et l'ordre que quiconque détient un bénéfice, avec ou sans le soin des âmes, s'il n'a pas récité l'office divin, après six mois de la date de son obtention du bénéfice, et tout empêchement légitime est venu à une fin ne peut pas recevoir les revenus de ses bénéfices, en raison de son omission et la longueur de temps, mais il est tenu de les dépenser, comme étant injustement reçu, sur le tissu de l'bénéfices ou sur l'aumône aux pauvres. S'il reste obstinément dans une telle négligence delà de ladite période, après un avertissement légitime a été donnée, qu'il soit privé du bénéfice, car il est dans l'intérêt de l'Office que le bénéfice est accordé. Il doit être compris comme négligeant le bureau, de sorte qu'il peut être privé de son bénéfice, s'il omet de le réciter au moins deux fois pendant quinze jours. Cependant, en plus de ce qui vient d'être dit, il sera obligé d'offrir à Dieu une explication de l'omission dit. La pénalité sur les bénéfices la tenue de plusieurs peut être répété aussi souvent qu'ils le sont prouvé à agir contrairement à ces obligations.

    L'élimination complète et l'administration des revenus des églises cathédrales et métropolitaines, les monastères et autres bénéfices ecclésiastiques toute appartiennent exclusivement à nous et le pontife romain de l'époque, et à ceux qui détiennent légalement et canoniquement églises, monastères et bénéfices de ce genre. Princes séculiers doivent en aucun cas de s'interposer dans ladite églises, monastères et bénéfices, puisque toutes les lois divines interdit également. Pour ces raisons, nous règle et commande que les fruits et revenus des églises, des monastères et des bénéfices ne devrait pas être séquestrés, détenus ou détenues en aucune façon par les souverains séculiers, même si elles sont de l'empereur, des rois, des reines, des républiques ou autres pouvoirs , ou par leurs représentants, ou par les juges, même ecclésiastique, ou par toute autre personne publique ou privée, agissant à la commande de ladite empereur, les rois, les princes des reines, des républiques ou des pouvoirs. Ceux qui détiennent de telles églises, monastères et bénéfices ne devrait pas être entravée - sous le prétexte de la restauration du tissu (sauf autorisation expresse donnée par le pontife romain de l'époque) ou d'aumône ou sous tout autre signe ou prétexte - de sorte qu'ils ne peuvent pas librement et sans restriction, comme avant, disposer des fruits et revenus.

    S'il ya eu des séquestrations, des convulsions ou des rétentions, puis la restauration des fruits et revenus doivent être rendues totalement, librement, et sans exception ni délai, aux prélats à qui ils appartiennent de plein droit et par la loi. Si elles ont été dispersées et peut nulle part être trouvé, c'est notre volonté, soutenu par la peine d'excommunication ou d'interdit ecclésiastique pour être automatiquement encourus par les terres et le domaine de la règle, qui, après une estimation a été faite juste à leur sujet, ladite prélats reçoivent satisfaction par ceux qui ont effectué ladite séquestrations, des applications ou des dispersions ou qui donna des ordres pour eux d'être réalisées, et en outre, que leurs biens et les biens de ceux soumis à eux, où ils peuvent être trouvés, peut être saisis et détenus si, après avoir été averti, ils refusent d'obéir. Ceux qui agissent de façon contraire le faire sous peine de deux les peines mentionnées ci-dessus et ceux de la privation des fiefs et des privilèges dont ils ont obtenu pour un temps de nous et des églises romaines ou autres, et de ceux émis à l'encontre des contrevenants et oppresseurs des libertés ecclésiastiques, y compris ceux dans les constitutions extraordinaires et les autres, même s'ils sont inconnus et peut-être pas maintenant en utilisation réelle. Nous renouvelons toutes ces pénalités comme indiqué et inclus aux présentes, nous décrétons et déclarons qu'ils ont perpétuelle de force et nous voulons et ordonnons que la condamnation, le jugement et l'interprétation sont à donner selon eux par tous les juges, même cardinaux de la sainte Église romaine , avec tout pouvoir de juger et déclarer contraire être enlevé et emmené loin d'eux.

    Comme aucun pouvoir sur les personnes ecclésiastiques est accordée aux laïcs ni par la loi divine ou humaine, nous renouvelons la constitution du pape Boniface VIII, notre prédécesseur d'heureuse mémoire, qui commence Felicis, et celui du pape Clément V qui commence Si quis suadente, et également toute autre ordonnance apostolique, toutefois émis, en faveur de la liberté ecclésiastique et contre ses violations. Par ailleurs, les sanctions contre ceux qui osent faire de telles choses, contenues dans la bulle In cœna Domini3, doivent rester en vigueur. Il a de même été interdit dans les conseils de Latran et général, sous peine d'excommunication, pour les rois, princes, ducs, comtes, barons, républiques et toutes autres autorités exercent un contrôle sur les royaumes, provinces, villes et territoires, d'imposer et de contributions en argent exacte , les dîmes et autres impôts similaires sur ou à partir de clercs, prélats et autres personnes de l'église, ou même de les recevoir de ceux qui ont librement leur offrir et de donner leur consentement. Ceux qui ouvertement ou non fournir une aide, une faveur ou des conseils dans les matières susdites automatiquement passible de la peine d'excommunication immédiate, et les Etats, les communautés et les universités qui sont en faute en aucune manière sur ce point sont par ce fait même d'être soumis à interdire les ecclésiastiques .

    Prélats aussi, qui ont donné leur consentement à ce qui précède, sans l'autorisation claire du pontife romain, automatiquement encourir la sanction d'excommunication et de destitution. Pour ces raisons, nous décrétons et ordonnons que dorénavant ceux qui tentent de telles choses, même si (comme mentionné), ils sont qualifiés, en plus des pénalités précitées qui nous renouvelons et nous leur souhaitons engager par le fait même de leur violation, doivent être considéré comme incapable de tous les actes juridiques et comme intestable.

    La sorcellerie, par le biais d'enchantements, de divinations, les superstitions et l'invocation de démons, il est interdit à la fois par les lois civiles et les sanctions des sacrés canons. Nous règle, décret et ordonnons que les clercs qui sont trouvés coupables de ces choses doivent être flétri au jugement de ses supérieurs. Si elles ne renoncent pas, ils doivent être rétrogradés, de force dans un monastère pour une période de temps qui doit être fixé par la volonté du supérieur, et privés de leurs bénéfices et offices ecclésiastiques. Laïcs, hommes et femmes, cependant, doivent être soumis à l'excommunication et autres peines à la fois civil et droit canon. Tous les faux chrétiens et ceux qui ont les mauvais sentiments envers la foi, à quelque race ou nation qu'ils soient, ainsi que les hérétiques et ceux colorés avec une souillure de l'hérésie, ou judaïsants, doivent être totalement exclus de la société des fidèles du Christ et expulsé à partir de n'importe quelle position, en particulier de la curie romaine, et puni d'une peine adéquate. Pour ces raisons, nous décidons que les procédures doivent être prises à leur encontre, avec enquête minutieuse partout et particulièrement dans la dite curie, par des juges nommés par nous, et que les personnes accusées et à juste titre reconnus coupables de ces infractions doivent être sanctionnés par des peines de montage , et nous souhaitons que ceux qui ont rechuté doivent être traités sans aucun espoir de pardon ou de pardon.

    Depuis ces constitutions et ordonnances qui nous sommes en train d'établir la vie concernent, de la morale et la discipline ecclésiastique, il est normal que nos propres fonctionnaires et des autres, tant ceux de la curie romaine et ceux partout ailleurs, doivent être des modèles de et lié à eux, et il C'est notre volonté et la décision qu'ils se tiendra à leur respect par un lien intangible. De peur que ces constitutions semblent à tout point de nuire à d'autres censures et pénalités imposées par les lois anciennes et constitutions contre ceux qui agissent autrement, même si elles ont été pensés et publié comme un développement, nous déclarons en outre que rien ce qui a été enlevé commune la loi ou par d'autres décrets des pontifes romains par ces règlements et ordonnances. En effet, si des pièces d'entre eux ont perdu leur force à travers la corruption, mal de temps, des lieux et des personnes, ou par l'abus, ou pour toute autre raison unapprovable, nous, ici et maintenant de renouveler et de les confirmer et de les commander pour être observée sans altération. Nous décrétons et déclarons que ces constitutions bien réfléchi de notre doivent être d'une force contraignante à partir de deux mois après la publication, et nous interdisent formellement toute prétention de faire de gloses ou des commentaires ou des interprétations sur eux, sans autorisation spéciale de notre part ou le Siège apostolique. Quiconque ose s'opposer inconsidérément cela, encourt la peine d'excommunication immédiate par cet acte même. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant .. .

    SESSION 10 s'est tenue le 4 mai 1515

    [Sur la réforme des organisations de crédit (Montes pietatis)]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Nous devons donner la première place dans notre bureau de pastorale, parmi nos nombreux soucis anxieux, pour s'assurer que ce qui est sain, digne d'éloges, en harmonie avec la foi chrétienne, et en harmonie avec les bonnes coutumes peuvent être non seulement clarifié dans notre temps, mais aussi connus pour les générations futures, et que ce qui pourrait offrir matière à scandale être totalement coupé, entièrement déraciné et nulle part autorisés à se répandre, tout en permettant en même temps ces graines à planter dans le champ du Seigneur et dans la vigne du Seigneur des armées ce qui peut nourrir les esprits spirituellement les fidèles, une fois la coque a été déracinés et l'olivier sauvage abattu. En effet, nous avons appris que chez certains de nos chers fils qui étaient les maîtres en théologie et docteurs de droit civil et canonique, il a récemment éclaté à nouveau une controverse particulière, non sans scandale et malaise pour les gens ordinaires, à l'égard de l'allègement de la les pauvres au moyen de prêts qui leur sont faites par les pouvoirs publics. Ils sont populairement appelé les organismes de crédit et ont été mis en place dans de nombreuses villes de l'Italie par les magistrats des villes et par d'autres chrétiens, pour aider par ce type de prêt le manque de ressources parmi les pauvres afin qu'ils ne soient engloutis par la cupidité des usuriers Ils ont été félicités et encouragés par de saints hommes, des prédicateurs de la Parole de Dieu, et approuvé et confirmé également par un certain nombre de nos prédécesseurs que les papes, à l'effet que les dits organismes de crédit ne sont pas en harmonie avec le dogme chrétien, même s'il ya La controverse et les opinions différentes sur la question.

    Certains de ces maîtres et les médecins disent que les organismes de crédit sont illégales. Après une période fixe de temps a passé, disent-ils, ceux qui sont attachés à ces organisations la demande des pauvres à qui ils font un prêt tant par livre, en plus de la somme en capital. Pour cette raison, ils ne peuvent pas éviter le crime d'usure ou de l'injustice, c'est-à-dire un mal clairement définis, car notre Seigneur, selon l'évangéliste Luc, nous a liés par une commande clair que nous ne devons pas attendre tout ajout à la capitale somme quand nous accorder un prêt. Car, qui est la véritable signification de l'usure: quand, de son utilisation, une chose qui ne produit rien est appliqué à l'acquisition de gain et de profit sans aucun travail, aucune dépense ou tout risque. Les mêmes maîtres et les médecins d'ajouter que dans ces organismes de crédit, ni justice ni commutative distributive est observée, même si les contrats de ce genre, si elles doivent être dûment approuvées, ne doit pas aller au-delà des limites de la justice. Ils s'efforcent de le prouver sur le motif que les frais de l'entretien de ces organisations, qui doivent être payés par de nombreuses personnes (comme ils disent), sont extraites uniquement à partir des pauvres à qui un prêt est consenti, et en même temps certaines autres personnes sont donnés plus que leurs dépenses nécessaires et modérées (comme ils semblent impliquer), non sans une apparence de mal et un encouragement à des actes répréhensibles.

    Mais beaucoup d'autres maîtres et les médecins disent le contraire et, à la fois par écrit et dans le discours, unissez-vous en parlant dans la plupart des écoles en Italie dans la défense d'un si grand profit et une si nécessaire à l'Etat, au motif que rien n'est demandé ni souhaité de l'emprunt en tant que tels. Néanmoins, affirment-ils, pour la compensation des organisations - qui est, à défrayer les dépenses des personnes employées et de toutes les choses se rapportant nécessairement à l'entretien de ladite organisations - ils peuvent légalement demander et recevoir, en plus de la capital, une somme modérée et nécessaire de ces profits découlant de l'emprunt, à condition qu'aucun profit n'est fait celle-ci. C'est en vertu de la règle de droit que la personne qui éprouve bénéficient devraient aussi répondre à l'accusation, surtout quand il est ajouté le support de l'autorité apostolique. Ils soulignent que cette opinion a été approuvée par nos prédécesseurs d'heureuse mémoire, les pontifes romains Paul II, Sixte IV, Innocent VIII, Alexandre VI et Jules II, ainsi que par des saints et des personnes consacrées à Dieu et tenu en haute estime pour leur la sainteté, et a été prêché dans les sermons au sujet de la vérité de l'Évangile.

    Nous souhaitons prendre des dispositions appropriées sur cette question (en accord avec ce que nous avons reçue d'en haut). Nous félicitons le zèle pour la justice affiché par l'ancien groupe, qui désire empêcher l'ouverture du gouffre de l'usure, ainsi que l'amour de la piété et la vérité représentée par le dernier groupe, qui souhaite aider les pauvres, et en effet le sérieux des deux côtés. Since, therefore, this whole question appears to concern the peace and tranquility of the whole christian state, we declare and define, with the approval of the sacred council, that the above-mentioned credit organisations, established by states and hitherto approved and confirmed by the authority of the apostolic see, do not introduce any kind of evil or provide any incentive to sin if they receive, in addition to the capital, a moderate sum for their expenses and by way of compensation, provided it is intended exclusively to defray the expenses of those employed and of other things pertaining (as mentioned) to the upkeep of the organisations, and provided that no profit is made therefrom.

    Ils ne devraient pas, en effet, d'être condamné en aucune façon. Au contraire, un tel type de prêt est méritoire et doit être salué et approuvé. Il ne devrait certainement pas être considérés comme usuraires, il est licite de prêcher la piété et la miséricorde de ces organisations à la population, y compris les indulgences accordées à cet effet par le Saint-Siège Apostolique, et dans l'avenir, avec l'approbation du Siège Apostolique , d'autres organismes de crédit similaire peut être établi. Il serait, toutefois, être beaucoup plus parfaite et plus sainte, si les organismes de crédit tels étaient totalement gratuite: c'est, si ceux qui les place à condition définie avec des sommes qui seraient payées, sinon le total des dépenses, alors au moins la moitié du salaire de ces employées par les organisations, avec le résultat que la dette des pauvres serait allégé par là. Nous avons donc arrêté qui devrait les fidèles du Christ pour être invité, par une subvention substantielle des indulgences, pour donner l'aide aux pauvres en leur fournissant les sommes dont nous avons parlé, d'ordre m pour couvrir les coûts des organisations.

    C'est notre volonté que toutes les personnes religieuses ainsi que des ecclésiastiques et laïques qui désormais osent prêcher ou dire le contraire par la parole ou par écrit, contraire au sens de la présente déclaration et de sanction, encourir le châtiment de l'excommunication immédiate, nonobstant toute sorte de privilège, ce qui est dit ci-dessus, les constitutions et les ordonnances du Siège apostolique, et rien d'autre à l'effet contraire.

    [Bull contre les personnes exonérées, dans lequel sont inclus quelques points concernant la liberté ecclésiastique et à la dignité épiscopale]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Présidant le gouvernement de l'Église universelle (le Seigneur, afin élimination), nous avons pour objectif de sécuriser facilement les avantages de sujets, en conformité avec l'obligation de notre charge pastorale. Afin de préserver la liberté de l'église, pour enlever les scandales, d'établir l'harmonie, et pour favoriser la paix entre les prélats des églises et ceux qui sont soumis à eux, nous appliquons l'effort des soins apostoliques à mesure que l'expérience montre que le désaccord entre ces groupes sera nocif . Ainsi nous sommes heureux de réglementer la indults et privilèges accordés aux mêmes sujets à la fois par nos prédécesseurs et le Siège apostolique, au détriment des prélats concernés, de telle manière scandales ne se posent pas d'eux, ou du matériel être fournis à quiconque pour favoriser la mauvaise volonté, ou des personnes ecclésiastiques être quelque peu détournée du bénéfice de l'obéissance ainsi que de la persévérance dans le service divin.

    Récemment, en effet, un rapport de confiance a atteint nos oreilles que les canons des Églises patriarcales, métropolitaines, cathédrales et des collégiales et d'autres clercs séculiers sont des réclamations trop nombreux, en raison de laquelle ils donnent lieu à beaucoup des mauvais rapport les concernant, ont une atteinte effet sur les autres de leurs demandes de dérogation et de la liberté obtenue à partir du siège apostolique, échapper à la correction et la réglementation des Ordinaires, et de fuir devant leurs tribunaux et des jugements. Certains d'entre eux, dans l'espoir d'obtenir la liberté de la punition pour leurs écarts par le privilège de l'exemption, ne craignent pas de commettre des infractions dont ils auraient certainement jamais commis s'ils ne croient pas qu'ils étaient protégés par leur exemption. Le résultat est que, en raison de la confiance de ceux brashness qu'ils obtiendront la liberté de la punition pour leurs infractions, à cause du privilège de l'exemption, ils commettent des outrages à de nombreuses reprises à la suite de laquelle l'église est très décriée et sérieux scandales surviennent, surtout quand les responsables de corriger et de les punir ne parviennent pas à le faire. Dans notre volonté de fournir le remède nécessaire de peur que, sous le prétexte plus haut, leurs défauts restent impunis, nous règle, avec l'approbation du saint Concile, que, désormais, ceux à qui la correction et la punition des personnes exonérées a été commise par le Siège Apostolique , sont soigneusement d'assister à ces devoirs et diligence à exécuter les obligations du bureau qui leur sont confiées. Dès qu'il est légalement clair pour eux que les personnes exemptées ont été en faute, ils sont pour les punir de telle manière qu'ils sont empêchés de leurs actes d'arrogance par la peur d'une sanction et que les autres, effrayés par leur exemple, à juste titre rétrécissent de commettre défauts similaires.

    Si elles sont négligentes dans cette affaire, les Ordinaires diocésains et les autres locaux sont à avertir ces personnes, qui ont la responsabilité de corriger ceux qui sont exemptés, qu'ils devraient punir ces personnes qui ont exempté fautes commises et sont coupables et doivent leur censure au sein de un temps convenable, qui est à déterminer par le jugement de ceux qui donnent l'alerte. L'avertissement doit être donné en personne (si les ressources et le statut de la personne qui le donne que cela soit possible), ou sinon, si on ne devrait pas juger clairement reconnu dans la région de l'exempter des personnes, ils sont pour avertir ceux qu'ils considèrent comme responsables de ce qui précède par l'intermédiaire d'un édit public, qui est d'être fixés aux portes des cathédrales ou des églises d'autres où ces juges de personnes exemptées peut arriver à résider, ou s'il n'y a pas de juges des personnes exemptées il , alors où les personnes exemptées ont commis des fautes. Si ceux qui ont reçu l'avertissement sont négligents dans cette affaire, et ne trouble pas ou ont refusé de le réaliser, alors, de sorte qu'ils peuvent être pénalisés pour leur faute, ils doivent être privés de l'audition de l'enquête pour cette heure et sont désormais de ne pas être impliqué en aucune manière dans ces enquêtes. Puis le Ordinaires diocésains et les autres locaux peuvent procéder, sur notre autorité, soit à une enquête ou par le biais d'une accusation, à l'exclusion de l'usage de la torture, contre de telles infractions et de personnes criminous et peut examiner personnellement les témoins.

    Ils doivent voir que le processus lui-même - pour lesquels, en raison de la solennité de la loi, nous interdisons rien à dire, sauf présumée ou sur le compte d'un citation omise (à condition que le délit a été correctement prouvé ailleurs) - est tenu , fermé et scellé par eux et rapidement envoyé au Siège Apostolique, soit par eux-mêmes ou par un autre messager, afin d'être examiné attentivement par le Siège Apostolique, soit par le Pontife Romain ou par quelqu'un d'autre à qui il doit renvoyer l'affaire; au détriment des personnes en cause exemptées, y compris les dépenses engagées dans le processus lui-même, dont les dépenses les Ordinaires peuvent contraindre les personnes qui ont été étudiées et portées à payer. Et ceux trouvés dignes de blâme, soit à la mesure d'être condamné ou pour le compte de l'existence de preuves suffisantes pour justifier le recours à la torture afin que la vérité pourrait être extraite, doivent être retournés à l'diocésains ou des Ordinaires de telle sorte que ceux-ci peuvent légalement procéder plus loin, sur notre autorité, dans l'enquête ou l'accusation et peut résilier le cas selon ce qui est juste.

    Notaires du siège apostolique, dont le bureau est connu pour avoir été instituée par le pape Clément Ier, de vénérée mémoire aux débuts de l'Église primitive, dans le but d'enquêter et d'enregistrement des actes des saints, et qui ont été élevés à la charge de protonotaire et porter un vêtement officiel et un rochet, de concert avec d'autres fonctionnaires qui sont attachés à nous et aux dites voir, quand ils sont réellement engagés dans leurs fonctions, sont exonérés de toute juridiction des ordinaires tant en matière civile et pénale. D'autres notaires, cependant, ne portait pas la robe de la protonotariate, à moins qu'ils ne l'ont adoptée dans les trois mois après la publication du présent document, à la fois eux-mêmes et d'autres dus à être élevée au bureau à l'avenir qui ne portent régulièrement le fonctionnaire robe et un rochet, ainsi que d'autres responsables, les nôtres et ceux de ladite voir, quand il n'est pas effectivement engagés dans leurs fonctions, doivent être soumis à la juridiction de l'diocésains dit et Ordinaires dans les cas à la fois civiles et pénales qui impliquent des sommes ne dépassant pas vingt-cinq ducats d'or de la trésorerie.

    Mais dans les affaires civiles portant sur des sommes dépassant ce montant, ils doivent jouir de l'exonération totale et d'être totalement exclus de la compétence de la diocésains dit et Ordinaires. Nous avons également juge digne et approprié que parmi le personnel des personnels cardinaux de la sainte église romaine, seuls ceux qui jouissent du privilège d'exemption qui appartiennent au personnel de ménage et sont réguliers qui partagent de son conseil, ou ont été envoyés par les cardinaux mêmes pour mener à bien leurs affaires personnelles, ou peut-être sont absents pour un moment de la curie romaine pour se rafraîchir. Mais pour d'autres, même quand ils sont enregistrés comme appartenant à l'état-major personnel, le privilège d'être membre du personnel en aucune façon leur donne le droit d'être hors du contrôle de leurs diocésains et les ordinaires.

    Par la constitution publiée au concile de Vienne, qui commence Attendentes, il a été donné aux facultés précitées diocésains complète pour visiter une fois par an dans les couvents de religieuses, dans leurs diocèses, qui sont immédiatement soumis au Siège Apostolique. Nous renouvelons cette constitution et nous prescrire et commande qu'elle soit strictement gardé, malgré toutes les exemptions et privilèges. Par ce qui précède, d'ailleurs, le même diocésains Ordinaires ne doivent pas être lésés par les cas dans lesquels la juridiction sur les personnes exemptées a été accordé par la loi. Plutôt, nous définissons que, désormais, les exemptions accordées pour un temps, sans motif raisonnable, et sans aucune citation de ceux qui sont impliqués, ne sont d'aucune force ou de valeur.

    Depuis ordre dans l'église est confus si la compétence de chaque personne n'est pas préservée, nous règle et ordonnons, dans un effort pour soutenir la juridiction des Ordinaires (pour autant que nous pouvons avec la grâce de Dieu), d'imposer plus rapidement un terme à des poursuites , et à restreindre les dépenses immodérées des plaideurs, que les cas individuels, spirituelle, civile et mixte, impliquant en aucune façon un forum ecclésiastiques et soucieux de bénéfices - à condition que les bénéfices réels n'ont pas été sous une réserve générale et les revenus, les loyers et de produire de l'bénéfices individuels ne dépassent pas en valeur, à l'estime commune, vingt-quatre ducats d'or du trésor - sont en première instance soit examiné et réglé en dehors de la curie romaine et avant les Ordinaires locaux. Ainsi, personne ne peut faire appel avant la sentence définitive, ni un appel (si elle est faite) être en aucun cas admis, sauf d'un jugement interlocutoire qui peuvent avoir la force d'une sentence définitive, ou par voie d'une plainte qui en aucun cas concerne l'activité principale.

    Car, réparation ne peut être obtenu de la sentence définitive au moyen d'un appel, sauf si l'une des parties au litige n'ose pas aller à la loi devant les tribunaux ordinaires en raison d'une crainte réelle de la puissance de son adversaire, ou pour quelque autre raison acceptable et honorable qui doit être au moins partiellement prouvé autrement que par son serment personnel. Dans ces cas exceptionnels, l'appel peut être commencé, a enquêté et conclu dans la curie romaine, même en première instance. Dans d'autres cas, les appels et les commissions de ces costumes et d'autres telles, et quel que soit en découle, sera désormais d'aucune force ou de valeur. Les juges et les conservateurs nommés par le Siège apostolique, si elles ne sont pas diplômés en civil ou le droit canon, sont tenus, sur leur demande par les parties concernées ou par l'un d'eux, de prendre un évaluateur qui n'est pas soupçonné avec les parties et de juger l'affaire selon son rapport.

    Nous avons appris, par des rapports nombreux et fréquents, que de très nombreuses églises et les évêques qui préside sur eux, sur les deux côtés des Alpes, sont troublés et perturbés dans leurs juridictions, les droits et seigneuries par les écuyers, les princes et les nobles. Ces sous couleur d'un droit de patronage dont ils font semblant de tenir en bénéfices ecclésiastiques, sans le soutien de tous les privilèges apostoliques, ou des classements ou des lettres de l'Ordinaires, ou même de toute prétention d'un titre, la prétention de conférer des bénéfices non seulement le clergé, mais aussi sur les laïcs; pour punir les prêtres à leur propre caprice et de clercs qui sont en faute; d'enlever, dérober et usurpent de façon arbitraire, soit directement, soit par d'autres commandes, la dîme de tout objet sur lequel ils sont obligés par la loi à payer, ainsi que les dîmes appartenant à des cathédrales, et autres choses qui se rapportent au droit diocésain et juridiction et sont l'affaire exclusive des évêques; d'interdire ces dîmes et tous les fruits d'être sortis de leurs villes, les terres et territoires; à saisir et injustement tenir fiefs, possessions et des terres; pour inciter et contraindre, par des menaces, la terreur et d'autres moyens indirects, l'octroi d'entre eux des fiefs et des biens d'églises et de l'attribution de bénéfices ecclésiastiques sur les personnes désignées par eux, et non seulement pour permettre mais même expressément au commandement de très nombreuses autres pertes, dommages et les blessures infligées à être les clercs et les églises précitées et leurs prélats.

    Nous prenons la pensée, alors, qu'aucun pouvoir n'a été accordée à des laïcs sur les clercs et les ecclésiastiques, ou sur des biens appartenant à l'église, et qu'il est juste et bon que les lois devraient être portées contre ceux qui refusent d'observer cela. Nous avons également considérer combien de telles actions nuisent, avec des résultats désastreux qui doit être condamnée, non seulement de l'honneur de nous-mêmes et le Siège apostolique, mais aussi de l'état pacifique et prospère des hommes d'Église. Nous désirons aussi, de retenir des actes irréfléchis de témérité, non pas tant par de nouvelles peines que par la crainte renouvelée de celles déjà existantes qui devraient être appliqués, ceux que les récompenses des vertus ne pas faire observer les lois.

    Nous renouvelons par conséquent à chaque et tous les constitutions jusqu'ici émis concernant le paiement de la dîme; contre les contrevenants et les seizers des églises; contre les incendiaires et les pillards des champs; contre ceux saisie et la tenue des cardinaux de la sainte Église romaine, nos frères évêques et vénérable d'autres personnes de l'église, séculiers et réguliers, et illégalement en prenant plus en aucune façon de leur juridiction et les droits, ou de déranger ou de les molester dans l'exercice de leur juridiction, ou présomptueusement les forçant à conférer des bénéfices ecclésiastiques sur les personnes nommées par eux, ou à disposer d'eux d'une autre manière à leur choix arbitraire, ou d'accorder ou non vendre des fiefs et des biens de l'église de la tenure perpétuelle, contre la prise de règlements en conflit avec la liberté ecclésiastique, contre fournir une aide, conseils et appui pour les pratiques ci-dessus.

    Étant donné que ces actes ne sont pas seulement opposés à la loi mais sont aussi au plus haut degré injurieux et contraires à la liberté ecclésiastique, nous avons donc, afin que nous puissions être en mesure de donner un compte rendu honnête à Dieu du bureau qui nous sont confiés, sincèrement envie de le Seigneur, par des sentiments paternels et conseille, l'empereur, des rois, princes, ducs, marquis, comtes, barons et autres de n'importe quelle autre noblesse, la prééminence, la souveraineté, le pouvoir, l'excellence ou la dignité qu'ils puissent être, et nous leur commande en vertu de la sainte obéissance, d'observer les constitutions qui précède et afin de les rendre inviolablement observés par leurs sujets, malgré toutes les coutumes tout au contraire, si elles veulent éviter le courroux divin et la réaction de montage du siège apostolique. Nous décrétons que les nominations faites dans la manière ci-dessus à l'bénéfices a déclaré nulles et non avenues, et ceux qui utilisent faisant d'eux étant incapables d'obtenir d'autres bénéfices ecclésiastiques jusqu'à ce qu'ils aient été délivrés en la matière par le Siège Apostolique.

    Nous avons également été soigneusement réfléchir que, après l'Ascension du Christ au ciel, les apôtres attribué aux évêques de chaque ville et du diocèse, et la sainte Église romaine s'est établie à travers le monde en invitant ces mêmes évêques à un rôle de responsabilité, et en mettant graduellement en partageant les charges par le biais des patriarches, primats, archevêques et évêques, et qu'il a également été prévue par les canons sacrés que les conseils provinciaux et les synodes épiscopaux devrait être mis en place par ces personnes pour la correction des mœurs, le règlement et la limitation des controverses, et l'observance des commandements de Dieu, afin que les corruptions peuvent être corrigées et celles négliger de faire ces choses peuvent être soumis à des sanctions canoniques. Dans notre désir que ces canons soient fidèlement observées, car il est bon pour nous d'être intéressés en ce qui concerne l'État chrétien, nous accordons une obligation stricte sur les patriarches dit, primats, archevêques et évêques, afin qu'ils puissent être en mesure de rendre à Dieu un compte digne de ce bureau qui leur sont confiées, afin qu'elles les canons, les conseils et des synodes à observer inviolablement, nonobstant tout privilège que ce soit. Par ailleurs, nous ordonnons que dorénavant un conseil provincial se tiendra tous les trois ans, et nous décrétons que même les personnes exonérées sont d'y assister, malgré tout privilège ou toute coutume contraire. Ceux qui sont négligents dans ces questions sont de savoir qu'ils encourent des amendes contenues dans les canons mêmes.

    Afin que le respect de la dignité papale pourrait être préservé, il a été déterminé par la constitution délivré à la concile de Vienne, qui commence dans plerisque qu'aucune personne, surtout pas de religion, peuvent être fournis aux églises cathédrales, qui sont privés des biens temporels, sans lequel les choses spirituelles ne peuvent pas exister pour longtemps, et qui manquent à la fois le clergé et le peuple chrétien. Nous renouvelons cette constitution, et nous le ferons et commande qu'elle doit être observée inviolablement à moins que nous jugerons autrement pour une raison quelconque, juste pour être approuvée dans notre consistoire secret.

    Nous décrétons que tout tenté contre ce qui précède, tout ou partie, est nulle et non avenue, nonobstant toute constitution ou d'un privilège à l'effet contraire. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant .. .

    [Sur l'impression de livres]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Parmi les angoisses nous reposer sur nos épaules, nous revenons avec la pensée constante de la façon dont nous pouvons ramener à la voie de la vérité ceux qui s'égarent, et à acquérir de Dieu (par sa grâce, qui agit en nous). C'est ce que nous cherchent vraiment après avec empressement; à ce que nous relâche directe désirs de notre esprit, et sur ce que nous montre avec ferveur anxieux.

    Il est certainement possible d'obtenir sans difficulté un certain apprentissage par la lecture de livres. La compétence d'impression de livres a été inventé, ou plutôt amélioré et perfectionné, avec l'aide de Dieu, surtout à notre époque. Sans doute il a apporté de nombreux avantages pour les hommes et les femmes puisque, à peu de frais, il est possible de posséder un grand nombre de livres. Ces esprits permettent de se consacrer très facilement à des études savantes. Ainsi, il peut facilement se traduire, en particulier chez les catholiques, des hommes compétents dans toutes sortes de langues, et nous désirons voir dans l'église romaine, en bonne quantité, les hommes de ce type qui sont capables d'instruire, même incroyants dans les saints commandements, et de les rassembler pour leur salut dans le corps des fidèles par l'enseignement de la foi chrétienne. Les plaintes de nombreuses personnes, cependant, ont atteint nos oreilles et celles du siège apostolique. En fait, certaines imprimantes ont l'audace d'imprimer et de vendre au public, dans différentes parties du monde, des livres - dont certains traduits en latin, du grec, hébreu, arabe et chaldéen, ainsi que certains émises directement en latin ou en langue vernaculaire - contenant des erreurs opposées à la foi ainsi que des vues pernicieuses contraires à la religion chrétienne et à la réputation de personnalités de rang. Les lecteurs ne sont pas édifiés. En effet, ils tomber dans des erreurs très grande non seulement dans le domaine de la foi mais aussi dans celui de la vie et la morale. Cela a souvent donné lieu à divers scandales, comme l'expérience a enseigné, et il ya la peur quotidienne que les scandales encore plus grands sont en développement.

    C'est pourquoi, pour éviter ce qui a été une découverte saine pour la gloire de Dieu, l'avance de la foi, et la propagation des bonnes compétences, d'être détournés à des fins opposées et de devenir un obstacle au salut des chrétiens, nous avons jugé que les soins doivent être exercées sur l'impression des livres, justement pour que les épines ne grandissent pas avec la bonne semence ou des poisons deviennent mixtes avec des médicaments. Il est de notre désir de fournir un remède approprié à ce danger, avec l'approbation de ce Saint Concile, de sorte que l'entreprise d'impression de livres peuvent aller de l'avant avec une plus grande satisfaction de plus qu'il n'y est employée dans l'avenir, avec plus de zèle et de prudence , une surveillance plus attentive. Nous avons donc établir et ordonnons que dorénavant, pour tous les temps à venir, nul ne peut oser imprimer ou faire imprimer un livre ou un autre écrit de toute nature, à Rome ou dans d'autres villes et diocèses, sans le livre ou les écrits ayant d'abord été examiné de près , à Rome par notre vicaire et le maître du sacré palais, dans d'autres villes et diocèses par l'évêque ou quelque autre personne qui connaît l'impression de livres et d'écrits de ce genre et qui a été déléguée à ce bureau par l'évêque en question, et aussi par l'inquisiteur de l'hérésie pour la ville ou du diocèse où l'impression dudit doit avoir lieu, et à moins que les livres ou les écrits ont été approuvés par un mandat signé de leur propre main, qui doit être donnée, sous peine d'excommunication , librement et sans retard.

    En plus des livres imprimés étant saisis et brûlés publiquement, le paiement de cent ducats pour le tissu de la basilique du prince des apôtres à Rome, sans espoir de secours, et la suspension pour une année entière de la possibilité de s'engager dans l'impression , il doit être imposée à quiconque d'agir autrement présumant la sentence d'excommunication. Enfin, si les augmentations contumace du délinquant, il doit être puni avec toutes les sanctions de la loi, par son évêque ou par notre vicaire, de telle manière que les autres ne seront pas incités à essayer de suivre son exemple. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant .. .

    [Sur fixer une date pour ceux reconnaissant la Pragmatique Sanction]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Parmi les autres questions à réaliser grâce à ce conseil sacré, nous avons surtout le désir de faire connaître et annoncer ce qui doit être décidé et annoncé concernant la sanction appelée la pragmatique, qui a été émis par un certain nombre de dirigeants de la nation française, les deux clercs et laïcs ainsi que d'autres nobles et les soutenir. Ceci est en conformité avec les souhaits de notre prédécesseur le pape Jules II, d'heureuse mémoire, qui a convoqué ce conseil. Les prélats et les autres membres du clergé et les laïcs précitées ont été convoqués à plusieurs reprises de se présenter devant nos deux prédécesseurs dit Julius, et nous-mêmes, et leur obstination a souvent été allégué ou fait l'objet d'accusations dans le dit conseil. Il a ensuite été allégués au nom des prélats, clercs et laïcs, y compris les nobles, et leurs partisans dit, qui ont été légitimement convoqué (comme vient de le dire) à cette fin, qu'il n'y avait aucune route qui leur permettrait de voyager en toute sécurité à l' ledit conseil. Afin qu'ils ne peuvent pas être en mesure de faire cette excuse, nous avons pris des mesures pour une complète sauf-conduit pour être accordées et qui leur sont communiquées par les Génois, à travers le territoire duquel ils peuvent voyager en toute sécurité à la curie romaine, de sorte qu'ils peut être en mesure de présenter les vues qu'ils pourraient souhaiter présenter à la défense de cette Pragmatique Sanction.

    Pour les empêcher d'être en mesure d'apporter jusqu'à un certain point supplémentaire contre ce qui a été énoncée et de réclamer une ignorance légitime, et afin que leur obstination peut être surmonté, nous avons de nouveau, avec l'approbation du conseil de sacré, donner un préavis et d'alerte , au sujet d'une finale et définitive morts-ligne, pour le clergé et les laïcs, y compris les nobles, les prélats et leurs partisans, et aux collèges de clercs et de laïcs de l', qu'ils doivent légalement assembler (en mettant de côté toutes les excuses et de retarder l'action) avant que je Octobre prochaine. Nous prolongeons la date limite, pour les raisons précitées et afin d'éliminer toutes les excuses, à la dite I Octobre, au moyen d'un report de finale, et nous accordons et assignons le à nouveau. Une fois la ligne de mort a passé, cependant, la procédure ira de l'avant à la prochaine session d'autres matières, et la conclusion de l'entreprise dit, même au moyen de la sentence définitive, malgré leur obstination et le refus d'apparaître. Cette onzième session suivante, nous convoque à ces questions et bien d'autres utiles. avec l'approbation du Conseil du sacré, pour 14 Décembre après la date de la prochaine fête de sainte Lucie. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant .. .

    SESSION 11 tenue le 19 Décembre 1516

    [Sur la façon de prêcher]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Sous la protection de la majesté suprême par qui ineffables choses providence dans le ciel et sur terre sont guidés, comme nous nous chargeons de la charge de gardien de plus le troupeau du Seigneur engagés à nous, dans la mesure où cela est accordée à notre faiblesse, nous réfléchissons au sein de nous-mêmes dans grande profondeur que, parmi beaucoup d'autres questions importantes, le bureau de la prédication est aussi notre préoccupation. La prédication est de première importance, très nécessaire et de grand effet et l'utilité dans l'église, tant qu'il est exercé à juste titre, d'une vraie charité envers Dieu et notre prochain, et selon les préceptes et les exemples des saints pères, qui a beaucoup contribué à l'église par professant publiquement de telles choses au moment de l'établissement et la propagation de la foi. Car, notre Rédempteur et de première n'a enseigné, et par son commandement et, par exemple, le collège des douze apôtres - les cieux comme proclamant la gloire du vrai Dieu par toute la terre - a conduit de retour de l'obscurité de la race humaine tout entière, qui a été détenus par le vieil esclavage sous le joug du péché, et l'a guidé vers la lumière du salut éternel. Les apôtres et leurs successeurs, puis propagé loin et profondément enraciné le mot lui-même par toute la terre et jusqu'aux extrémités du monde. Donc ceux qui sont maintenant porter ce fardeau devrait se souvenir et reflètent souvent qu'à leur tour ils, à l'égard de cet office de la prédication, entrons dans le maintien et que la succession de l'auteur et fondateur de ce bureau, Jésus-Christ notre Très Saint Rédempteur, de Pierre et Paul, et des autres apôtres et les disciples du Seigneur.

    Nous avons appris de sources sûres que certains prédicateurs de notre temps (nous enregistrons ce avec tristesse) ne fréquentent pas le fait qu'ils effectuent le bureau de ceux que nous avons nommé, des médecins saints de l'église et des autres qui professent sacrée la théologie, qui, toujours debout par les chrétiens et de confronter les faux prophètes s'efforcent de renverser la foi, ont montré que l'Église militante demeure intacte par sa nature même, et qu'ils devraient adopter que ce que les gens qui se pressent dans leurs sermons seront utiles, par le biais de la réflexion et l'application pratique, pour extirper les vices, louant les vertus et sauver les âmes des fidèles. Rapport fiable qu'il a, plutôt, qu'ils prêchent beaucoup de choses et de divers contraires aux enseignements et aux exemples dont nous avons parlé, avec parfois scandale pour le peuple. Ce fait influence notre attitude très profondément quand nous réfléchissons au sein de nous-mêmes que ces prédicateurs, oublieux de leur devoir, s'efforcent dans leurs sermons non pour le bénéfice des auditeurs, mais plutôt pour leur propre écran. Ils flattent les oreilles d'inactivité de certaines personnes qui semblent avoir déjà atteint un état qui rendrait vraie la parole de l'Apôtre écrit à Timothée: Pour un temps viendra où les gens ne supporteront pas la saine doctrine, mais, ayant la démangeaison d'entendre, ils seront s'accumulent pour eux-mêmes enseignants à gré de leurs passions, et se détourneront l'oreille de la vérité et de se promener dans les mythes.

    Ces prédicateurs ne font aucune tentative de quoi ramener les esprits trompés et vide de ces personnes sur la voie de droit et la vérité. En effet, ils les impliquer dans des erreurs encore plus grande. Sans aucun respect pour le témoignage de droit canonique, en effet contraire aux censures canoniques, tordant le sens de l'Écriture en de nombreux endroits, souvent en lui donnant des interprétations fausses et téméraires, ils prêchent ce qui est faux, ils menacent, de décrire et de faire valoir d'être présent, totalement étayée par des preuves légitimes et se contenter de suivre leur propre interprétation privée, les terreurs diverses, menaces et beaucoup d'autres maux, dont ils disent sont sur le point d'arriver et sont déjà de plus en plus, ils introduisent très souvent à leurs congrégations certaines idées futiles et inutiles et d'autres questions de ce la nature, et, ce qui est plus déplorable, ils osent prétendre qu'ils possèdent cette information de la lumière de l'éternité et par la direction et la grâce de l'Esprit saint.

    Lorsque ces prédicateurs répandre ce mélange de fraudes et d'erreurs, soutenu par les faux témoignages de miracles présumés, les congrégations qui ils doivent être soigneusement instruire dans le message évangélique, et de conserver et de préserver dans la vraie foi, sont retirés par leurs sermons de la l'enseignement et les commandes de l'Église universelle. Quand ils se détournent de l'enseignement officiel sacrée, dont ils doivent en particulier de suivre, ils se séparent et se déplacer loin du salut ceux qui les écoutent. Car, à la suite de ces activités et similaires, les personnes moins instruites, comme étant plus exposés à la tromperie, sont très facilement amené en erreurs multiples, comme ils errent à partir du chemin du salut et de l'obéissance à l'Eglise romaine. Grégoire, par conséquent, qui a été remarquable dans cette tâche, ému par la chaleur de sa charité, a donné une forte exhortation et l'avertissement aux prédicateurs qui, quand parler, ils approchent les gens avec prudence et circonspection de peur que, pris dans l'enthousiasme des leur oratoire, qu'ils enchevêtrent les cœurs de leurs auditeurs avec des erreurs verbales, comme si avec des nœuds coulants, et alors peut-être qu'ils veulent paraître sages, dans leur aveuglement, ils stupidement déchirer le nerf de la vertu espéré. Car, le sens des mots est souvent perdu quand le cœur du public sont meurtris par des formes trop urgente et insouciant de la parole.

    En effet, dans aucune autre manière ces prédicateurs ne causer plus de tort et de scandale pour les moins instruits que quand ils prêchent sur ce qui devrait être laissé implicite ou quand ils introduisent des erreurs, par l'enseignement ce qui est faux et inutile. Depuis ces choses sont connues pour être totalement opposé à cette sainte religion et divinement instituée, comme étant des nouveautés et des étrangers pour lui, il est sûrement juste pour eux d'être examinée sérieusement et attentivement, de peur qu'ils provoquent scandale pour le peuple chrétien et la ruine pour les âmes de leurs auteurs et des autres. Nous avons donc le désir, en accord avec la parole du prophète, qui fait l'harmonie habiter dans la maison, pour restaurer l'uniformité qui a perdu l'estime, et à préserver comme la demeure, dans la mesure où nous pouvons avec l'aide de Dieu, dans la sainte Église de Dieu, qui par la divine Providence, nous présider et qui est effectivement un, prêche et adore un seul Dieu et fermement et sincèrement professe une foi.

    Nous souhaitons que ceux qui prêchent la parole de Dieu au peuple être telle que l'église de Dieu souffre pas de scandale de leur prédication. Si elles sont susceptibles d'être corrigés, laissez-les s'abstenir à l'avenir de ces questions dans lesquelles ils ont récemment aventurés. Car il est clair que, en plus des points que nous avons mentionné, un certain nombre d'entre eux ne sont plus prêcher la voie du Seigneur dans la vertu et ne sont pas exposer le gospel, comme c'est leur devoir, mais plutôt des miracles inventés, de nouveaux et de fausses prophéties et autres frivolités à peine différenciable des contes de vieilles femmes. De telles choses donnent lieu à un grand scandale car il n'est tenu compte de la dévotion et d'autorité et de ses condamnations et les rejets. Il ya ceux qui font des tentatives d'impressionner et de gagner le soutien de brailler partout, n'épargnant même pas ceux qui sont honorés avec le rang pontificales et autres prélats de l'Église, à qui ils devraient plutôt être montrant l'honneur et révérence. Ils attaquent leurs personnes et leur état de vie, avec audace et sans discrimination, et commettent d'autres actes de ce genre. Notre objectif est que si dangereux et contagieux et donc un mal mortel, une maladie peut être complètement effacé et que ses conséquences peuvent être si complètement balayé que pas même sa mémoire demeure.

    Nous décrétons et ordonnons, avec l'approbation du Conseil du sacré, que personne, que ce soit un clerc séculier ou un membre d'un des ordres mendiants ou quelqu'un avec le droit de prêcher par la loi ou la coutume ou d'un privilège ou autrement - peuvent être admis à mener à bien cette fonction à moins qu'il n'ait d'abord été examinés avec soin par son supérieur, qui est une responsabilité que nous posons sur la conscience du supérieur, et à moins qu'il se trouve être en forme et adapté à la tâche par son comportement debout, l'âge, la doctrine , l'honnêteté, de prudence et de vie exemplaire. Où qu'il aille prêcher, il doit fournir une garantie à l'évêque et les autres Ordinaires locaux au sujet de son examen et la compétence, au moyen de lettres d'origine ou d'autres de la personne qui a examiné et approuvé lui. Nous commandons tous ceux qui d'entreprendre cette tâche de la prédication, ou plus tard, il s'engage, à prêcher et à exposer la vérité évangélique et les Écritures saintes, conformément à l'exposition, d'interprétation et les commentaires que l'église ou l'utilisation à long a approuvé et a accepté d'enseigner jusqu'à maintenant , et accepter à l'avenir, sans aucune contre plus de son sens véritable ou en conflit avec elle.

    Ils sont toujours à insister sur les significations qui sont en harmonie avec les paroles de l'Écriture Sainte et les interprétations, correctement et sagement compris, des médecins mentionnés ci-dessus. Ils sont en aucune façon présumer de prêcher ou de déclarer une heure fixe pour maux à venir, la venue de l'Antéchrist ou le jour précis du jugement; pour la Vérité dit, ce n'est pas pour nous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Que l'on sache que ceux qui ont jusqu'ici osé déclarer de telles choses sont des menteurs, et que à cause d'eux n'est pas un peu d'autorité a été enlevé de ceux qui prêchent la vérité.

    Nous plaçons une restriction à tous et à chacun des ecclésiastiques dit, séculiers et réguliers et d'autres, quelle que soit leur statut, le rang ou l'ordre, qui se chargent de cette tâche. Dans leurs sermons publics, ils ne sont pas à garder sur la prédiction des événements futurs que sur la base des écrits sacrés, ni la prétention de déclarer qu'ils les connaissent par l'Esprit Saint ou de la révélation divine, ni que les prédictions étranges et vides sont des questions qui doivent être fermement affirmé ou détenus d'une autre manière. Plutôt, à la commande de la parole divine, laissons-les exposer et proclamez l'Evangile à toute créature, les vices et les vertus louant rejeter. Favoriser partout la paix et l'amour mutuel tant loué par notre Rédempteur, ne les laisse pas déchirer le vêtement sans couture du Christ et de les laisser s'abstenir de toute calomnie scandaleuse des évêques, des prélats et autres supérieurs hiérarchiques et de leur état de vie. Pourtant, ces reproches qu'ils et blessé avant que les gens en général, notamment les laïcs, non seulement insouciance et extravagante, mais aussi par la réprimande ouverte et claire, avec les noms des malfaiteurs étant parfois indiqué par eux.

    Enfin, nous décrétons que la constitution du pape Clément d'heureux religiosi début de la mémoire, que nous renouveler et approuver par le présent décret, doivent être observées par les prédicateurs, sans altération, de sorte que, prêchant dans ces termes pour l'avantage du peuple et de les gagner pour la Seigneur, ils peuvent mériter de gagner des intérêts sur le talent reçu de lui et de gagner sa grâce et sa gloire. Mais si le Seigneur révèle à certains d'entre eux, par quelque inspiration, certains événements futurs dans l'église de Dieu, comme il promet par le prophète Amos et comme l'apôtre Paul, le chef de prédicateurs, dit N'éteignez pas l'Esprit, ne méprisez pas les prophéties, nous ne souhaitons pas pour eux d'être compté avec l'autre groupe de conteurs et de menteurs ou d'être autrement gêné. Car, comme Ambroise témoigne, la grâce de l'Esprit lui-même est éteinte si la ferveur dans ceux qui commencent à parler est calmé par la contradiction. Dans ce cas, un mauvais est certainement fait pour l'Esprit saint.

    La question est importante dans la mesure où de crédibilité ne doivent pas être facilement donnés à chaque esprit et, comme le dit l'Apôtre, les esprits doivent être testés pour voir s'ils viennent de Dieu. Il est donc notre volonté qu'à partir de maintenant, par le droit commun, des inspirations présumés de ce genre, avant qu'ils ne soient publiés, ou prêché au peuple, doivent être compris comme étant réservés pour examen par le Siège apostolique. S'il est impossible de le faire sans danger d'un retard, ou un besoin pressant d'action suggère d'autres, puis, en gardant la même disposition, l'avis doit être donné à l'Ordinaire du lieu afin que, après qu'il a convoqué trois ou quatre hommes compétents et sérieux et soigneusement examiné la question avec eux, ils peuvent accorder l'autorisation si ce qui leur paraît être approprié. Nous posons la responsabilité de cette décision sur leurs consciences.

    Si toutes les personnes osent mener à rien de contraire à tout ce qui précède, c'est notre volonté qui, en plus des peines prévues contre ces personnes vers le bas par la loi, ils encourent la peine d'excommunication à partir de laquelle, sauf à l'approche imminente de mort , ils peuvent être absous que par le pontife romain. Afin que d'autres ne peuvent pas être poussés par leur exemple pour connaître des faits similaires, nous décrétons que le bureau de la prédication est interdit à ces personnes pour toujours; nonobstant les constitutions, les ordonnances, les privilèges, et les lettres apostoliques indults pour les ordres religieux et les personnes précitées , y compris ceux mentionnés dans Mare Magnum, même si par hasard ils ont été approuvés, renouvelés ou même accordée à nouveau en nous, dont aucun dans cette affaire ne nous voulons soutenir à tout moment en leur faveur. Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant .. .

    [Bull contenant les accords entre le pape et le roi très chrétien de France, sur la pragmatique]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. En accord avec la dispensation de la miséricorde divine par laquelle les rois règnent et gouvernent les chefs, établis comme nous sommes, malgré notre manque de mérite dans la tour de guet élevée de l'apostolat et de mettre sur les nations et les royaumes, nous réfléchissons à la manière dont permanente et sans effet peut être donnée à des choses qui ont été accordées, réalisées, établi, ordonné, décrété et fait par notre louable et l'arrangement prudente, en union avec nos vénérables frères, les cardinaux de la sainte église romaine, pour le gouvernement sain et pacifique des royaumes et pour la paix et la justice des peuples, en particulier à l'égard des dirigeants qui sont bien dignes de la foi catholique, l'État chrétien et le Siège apostolique. Néanmoins, nous avons parfois ajouter la force de notre agrément renouvelé à de telles choses, avec l'approbation du conseil de sacré, de sorte que ces choses peuvent persister avec une plus grande constance dans un état intact le plus souvent, ils sont renforcés par notre autorité, ainsi que par le protection d'un conseil général. Nous facilement fournir des soins efficaces pour la préservation de telles choses dans l'ordre que les rois et les peuples des royaumes en question, pleine de joie dans le Seigneur, car de telles concessions, privilèges, statuts et règlements, il peut reposer ensemble dans la douceur de la paix, calme et délice et peut persévérer avec plus de ferveur dans leur dévotion habitués à la même voir.

    Récemment, afin que l'église, notre conjoint, pourrait être conservé dans une union sacrée et de l'utilisation pourrait être faite par les fidèles du Christ des saints canons émis par pontifes romains et les conseils généraux, nous ordonné et décrété, avec l'avis unanime et le consentement de nosdits frères, les cardinaux de la sainte Eglise romaine constitutions de certains qui avaient été traités avec notre fils bien-aimés dans le Christ, François, le roi très chrétien de France, alors que nous étions à Bologne avec nos curie, et qui devaient prendre la place de la Pragmatique Sanction et les choses qu'il contient pour le bien de la paix et l'harmonie dans le royaume de France et à l'avantage général et public du royaume. Ces constitutions ont été soigneusement examinés par nos frères a dit, convenu avec le roi dit à leurs conseils, et accepté par un procureur du roi légitime. Leur contenu est plutôt contenue entièrement dans notre lettre qui suit, Primitiva illa ecclesia. . . {Msi 32, 948-963, Raccolta di materie concordati su ecclesiastiche tra la Santa Sede e le Autorità Civili, édité par A. Mercati. J'ai Rome. 1954. 233-25}

    La lettre a été publiée principalement afin que la charité et de paix ininterrompue continue peut demeurer dans le corps mystique, l'Église, et que tout les membres dissidents peuvent être ré-greffées dans le corps d'une manière pratique. La lettre sera mieux observée, selon qu'elle est plus clairement établi qu'il a été approuvé et renouvelé par nous, après mûre réflexion et en bonne santé, avec l'approbation de ladite concile du Latran. Bien qu'il n'y ait pas besoin d'une autre autorisation de la validité et la réalité de la même lettre, toutefois, de fournir une caution plus ample afin que le respect peut être plus ferme et plus difficile l'abolition, une plus grande force sera donné par l'approbation de tant de pères .

    Par conséquent, avec l'approbation du sacré concile de Latran, par l'autorité apostolique et de la plénitude du pouvoir, nous l'approuvons et renouveler, et afin d'être observés et maintenus dans leur totalité et sans modification, ladite lettre accompagnée d'une loi, une ordonnance tous et chacun, décret, des explications, accord, compact, promesse, souhaitent, une pénalité, de retenue et de la clause contenue dans celle-ci; en particulier la clause par laquelle il a été notre volonté que si le roi de France dit ne pas approuver et de ratifier ladite lettre, et chaque chose contenue en elle, dans les six mois à compter de la date de la présente lettre, et ne pas organiser du contenu pour être lu, publié, juré et enregistré, comme toutes les autres constitutions royales dans son royaume et dans tous autres lieux et seigneuries de dudit royaume, pour tous les temps à venir, sans limite, par tous les prélats et autres personnes ecclésiastiques et des tribunaux de parlements, et s'il ne transmet pas à nous, au sein de ces six mois, des lettres patentes ou authentiques documents écrits concernant toutes et chacune des les questions susmentionnées au sujet de l'acceptation, la lecture, la publication, sous serment et l'enregistrement visé, ou ne les livrons à nos nonce attaché au roi, afin d'être transmise par lui à nous, et ne pas ensuite prendre des dispositions pour la lettre à être lu chaque année, et effectivement observée sans modification exactement comme les autres constitutions et ordonnances contraignantes du roi de France doivent être respectées, alors la lettre elle-même et tout ce qui en découle sont nuls et non avenus et sans force ou de valeur.

    Nous décrétons et déclarons que l'effet durable continue que dans le cas de la dite ratification et approbation, et non le contraire ou de toute autre manière, et que tous ceux qui sont incluses dans ladite lettre, concernant le respect de la lettre réelle et de chaque et chaque chose fixés en elle, sont liés et obligés par les censures et les peines et d'autres choses qu'il contient, conformément à la signification et la forme de la même lettre. C'est nonobstant constitutions apostoliques et les ordonnances, toutes ces choses qui nous ne voulions pas de s'opposer à des choses, et toute les autres de toute nature à l'effet contraire. Ne laissez personne Si quelqu'un cependant .. .

    [Sur l'abrogation de la Pragmatique Sanction]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Le Père éternel, qui n'abandonnera jamais son troupeau jusqu'à la fin de l'âge, a tellement aimé l'obéissance, comme l'Apôtre témoigne, que pour faire l'expiation pour le péché de la désobéissance du premier parent, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort. Par ailleurs, quand il était sur le point de départ du monde à son Père, il a établi Pierre et ses successeurs comme ses propres représentants sur la fermeté d'un rocher. Il est nécessaire de leur obéir comme le livre des Rois témoigne, afin que quiconque n'obéit pas, la mort encourt. Comme nous le lisons dans un autre endroit, la personne qui abandonne l'enseignement du pontife romain ne peut pas être au sein de l'Église, car, sur l'autorité d'Augustin et Grégoire, l'obéissance seule est la mère et la protectrice de toutes les vertus, elle seule possède la récompense de la foi. Par conséquent, sur l'enseignement de la même Pierre, nous devons faire attention que ce qui a été introduit en saison régulière et pour des motifs valables par nos prédécesseurs les pontifes romains, en particulier dans les conseils sacrés, pour la défense de l'obéissance de ce genre, des ecclésiastiques l'autorité et la liberté, et du siège apostolique, doit être dûment libérés par nos efforts, le dévouement et la diligence et être amené à la conclusion désirée. Les âmes des simples, dont nous aurons à rendre compte à Dieu, doivent être libérés de la tromperies et les embûches du prince des ténèbres.

    En effet, notre prédécesseur d'heureuse mémoire, le pape Jules II, convoqué le sacré concile du Latran, pour des raisons légitimes qui ont ensuite été clairement indiqué, sur les conseils et avec le consentement de ses vénérables frères, les cardinaux de la sainte église romaine, parmi lesquels nous ont été alors numérotés. Ensemble, avec le même saint Concile de Latran, il méditait sur le fait que la corruption du royaume de France à Bourges, qu'ils appellent la Pragmatique Sanction, avait été forte dans le passé et était encore vigoureux, résultant en très grand danger et le scandale de âmes, et une perte et entacher de respect pour le Siège apostolique. Il a donc confié la discussion de la Pragmatique Sanction de cardinaux spécifiquement nommés et les prélats de la congrégation de certains.

    Bien que la sanction susmentionnée doit être clairement sous peine de nullité sur de nombreux points, et a été le soutien et la préservation de schisme, et donc il pourrait avoir été déclaré comme étant essentiellement sans effet, nulle et invalide, sans avoir besoin d'aucune citation précédente officielle, et pourtant , à partir d'un grand sens de la prudence, notre prédécesseur Jules mêmes, par un édit public - qui devait être fixé à la porte de l'église de Milan, Asti et de Pavie, car il n'y avait alors aucun accès sûr à la France-ont lancé un avertissement et a convoqué l' prélats de France, les chapitres des églises et des monastères, les Parlements et les laïcs qui les soutiennent et en faisant usage de la sanction a dit, et chacun et de tous les autres qui pensaient qu'il y avait un certain avantage pour eux dans ce qui précède, individuellement ou collectivement, à comparaître devant lui et le dit conseil dans un délai déterminé, qui a ensuite été clairement indiqué, et de déclarer les raisons pour lesquelles la sanction susmentionnée, et son influence corruptrice et abusifs dans des questions touchant à l'autorité de l'Église romaine et les canons sacrés, et sur la violation de la liberté ecclésiastique ne doit pas être déclarée nulle et invalide. Pendant la durée de vie du dit Julius notre prédécesseur, divers obstacles rendaient impossible à mettre en œuvre l'assignation ou de discuter à fond les affaires de l'abrogation, comme cela avait été son intention.

    Après sa mort, cependant, la convocation, en pleine forme légale, a été à nouveau présentée par le promoteur du sacré conseil, le procureur fiscal. Ceux convoqués et ne se présentent pas ont été accusés d'obstination et de la demande a été faite pour les questions à prendre davantage. Au moment où nous, qui ont été portées au plus haut sommet de l'apostolat par la faveur de la miséricorde divine après avoir dûment étudié toute la situation, n'a pas donné de réponse à la demande, pour des raisons définies. Plus tard, quand une série d'obstacles ont été alléguées par les personnes a qui avait été prévenu et a convoqué, pour expliquer pourquoi ils avaient été incapables de se présenter à l'heure convenue (comme indiqué ci-dessus), nous avons reporté plusieurs fois lors de plusieurs sessions, avec l'approbation du conseil sacré de la date fixée par ladite sommation et d'avertissement à des dates ultérieures, qui ont maintenant disparu depuis longtemps passé, afin que tous l'occasion pour juste une excuse et la plainte pourraient être prises loin d'eux.

    Bien que tous les obstacles ont été levés et toutes les lignes morts-ont passé néanmoins les personnes précitées, en dépit d'être averti et convoqué, n'ont pas comparu devant nous et le dit conseil, ni pris aucune mesure pour apparaître, dans le but d'avancer une raison pourquoi les sanctionner dit ne doit pas être déclarée nulle. Il n'est donc plus de place pour aucune excuse. Ils peuvent à juste titre être considéré comme obstinée, comme en effet, par les exigences de la justice, nous compté qu'ils soient. Nous sommes donc à penser sérieusement à cette Pragmatique, ou plutôt la corruption, comme cela a été indiqué, ce qui a été délivré au moment du schisme par ceux qui n'ont pas eu la puissance nécessaire, et qui n'est pas du tout en accord avec le reste du l'État chrétien ou avec sainte église de Dieu. Il a été révoquée, annulée et supprimée par le roi très chrétien de France, Louis XI, de mémoire de marque. Il diminue les dommages et l'autorité, la liberté et la dignité du siège apostolique.

    Il enlève complètement la puissance du pontife romain pour fournir deux cardinaux de la sainte Église romaine, qui travaillent sincèrement au nom de l'Église universelle, et j'ai appris des hommes, avec des églises, monastères et autres bénéfices, en conformité avec les exigences de leur statut, même si ces personnes sont nombreuses dans la curie et c'est par leur avocat que l'autorité et la puissance du Saint-Siège, le pontife romain et l'Église tout entière est conservé en lieu sûr et de ses affaires guidé et encouragé dans un état prospère. Ainsi, il offre des excuses aux prélats église de la faction qui précède pour casser et de violer le nerf sacré d'obéissance à la discipline ecclésiastique et pour la mise en place d'opposition contre nous et le Siège apostolique, leur mère, et elle ouvre la voie pour eux de tenter de telles choses. Manifestement, il est soumis à la nullité et doit être soutenue par aucune prop exception de nature temporaire, ou plutôt d'une sorte de tolérance.

    Nos prédécesseurs comme pontifes romains, pour tous leurs espoirs exprimés dans leurs propres jours, peut-être semblait avoir toléré cette corruption et d'abus, ne pas être capable de l'affronter tout soit en raison de la nature perverse du temps ou parce qu'ils étaient prévoyant c'est une autre manière. Nous nous souvenons, cependant, que presque soixante-dix années se sont écoulées depuis la publication de cette sanction de Bourges, et qu'aucun conseil a été régulièrement tenue dans ce délai, sauf le présent concile du Latran. Puisque nous avons été placés dans ce conseil, par disposition du Seigneur, nous avons donc juge et résoudre, avec Augustin que notre témoignage, que nous ne pouvons pas s'abstenir ou de cesser l'éradication et l'annulation totale de la même sanction vile, si nous voulons éviter de honte pour nous-mêmes et pour les pères de nombreuses assemblées dans le conseil présents, ainsi que pour éviter un danger pour notre propre âme et ceux des personnes mentionnés ci-dessus à l'utiliser.

    Juste en tant que pape Léon Ier, notre prédécesseur de sainte mémoire, dont les traces nous avons facilement suivre dans la mesure où nous le pouvons, donna des ordres et amené à passer que les mesures qui avaient été effectuées à la légère le second synode d'Ephèse, contrairement à la justice et l'Église catholique la foi, ont plus tard été révoquée à l'concile de Chalcédoine, à cause de la constance de la même foi, nous aussi nous jugeons que nous ne pouvons pas, ou ne devrait pas, de s'en retirer ou abandonner la révocation de la sorte le mal de sanction et de son contenu si nous voulons préserver notre propre honneur et celui de l'église, avec une sûreté de conscience. Le fait que la sanction et son contenu ont été publiés au concile de Bâle et, à l'instance du même conseil, ont été reçus et reconnus par la réunion à Bourges, ne doit pas nous influencer puisque tous ces événements après le transfert de la même Conseil de Bâle a eu lieu - le transfert effectué par le pape Eugène IV, notre prédécesseur d'heureuse mémoire - sont restés les actes de la quasi-conseil, ou plutôt le conciliabule de Bâle.

    Car, surtout après que le transfert, il ne méritait pas d'être appelé un conseil plus et donc de ses actes ne pouvait avoir aucune force. Car il est clairement établi que seul le Pontife romain contemporain, comme dépositaire de l'autorité sur tous les conseils, a le plein droit et le pouvoir de convoquer, le transfert et dissoudre les conseils. Ce que nous savons non seulement par le témoignage de l'Écriture Sainte, les déclarations des saints pères et de nos prédécesseurs comme pontifes romains, et les décisions des sacrés canons, mais aussi à partir des déclarations des mêmes conseils. Certains de ces éléments que nous avons décidé de répéter, et certains de passer sous silence comme étant suffisamment connue.

    Ainsi nous lisons que le synode d'Alexandrie, Athanase à laquelle était présent, a écrit à Félix, évêque de Rome, que le concile de Nicée avait décidé que les conseils ne doivent pas être célébré sans l'autorité du pontife romain. Le pape Léon I transférée du second concile d'Ephèse à Chalcédoine. Le pape Martin V a autorisé ses présidents au conseil de Sienne à transférer au Conseil sans mention étant faite du consentement du Conseil. Le plus grand respect a été démontré que nos prédécesseurs comme pontifes romains: à Célestine par le premier synode d'Ephèse; au dit Léon par le concile de Chalcédoine; d'Agathon par le sixième synode; d'Hadrien par le synode septième et Nicolas et Hadrien par le synode huitième de Constantinople. Ces conseils présentés avec révérence et l'humilité pour les instructions et les commandes des pontifes mêmes qui avaient été composées et publiées par eux dans les conseils sacrés. Par ailleurs, le pape Damase et les autres évêques réunis à Rome, écrit aux évêques à l'Illyrie sur le conseil à Rimini, a souligné que le nombre d'évêques réunis à Rimini comptée pour rien, car il était connu que le pontife romain, dont les décrets ont été au être préféré avant tous les autres, n'avait pas donné son consentement à leur rencontre.

    Il semble que le pape Léon I dit la même chose lors de l'écriture à tous les évêques de Sicile. Il était de coutume pour les pères des anciens conciles humblement de demander et d'obtenir un mandat et d'approbation du pontife romain, afin de corroborer les questions traitées dans leurs conseils. Cela ressort clairement de l'synodes et leurs actes tenu à Nicée, Éphèse, Chalcédoine, le sixième synode à Constantinople, le septième à Nicée, le synode romain sous Symmaque et les synodes dans le livre de Haimar. Nous serions certainement sans ces ennuis récents, si les pères à Bourges et à Bâle avaient suivi cette coutume louable, dont il est connu que les pères à Constance aussi finalement adoptée.

    Nous désirons que cette question soit portée à sa conclusion appropriée. Nous procédons de la force de l'nombreuses citations émises par nous et notre dit prédécesseur Jules, et des autres choses mentionnées ci-dessus qui sont si célèbres qu'elles ne peuvent pas être cachés par des excuses ou de faux-fuyants, ainsi que dans la vertu de notre charge pastorale .

    Nous fournissons des défauts tous et chacun, à la fois de droit et de fait, si d'aventure toute arriver à exister dans le haut. Nous dire et juger, à partir de notre certaine science et de la plénitude du pouvoir apostolique, avec l'approbation du Conseil de la même sacré, par le contenu du présent document, que la sanction susmentionnée pragmatique ou la corruption, et ses approbations cependant émises, et chaque et chaque décret, le chapitre, le statut, la constitution ou l'ordonnance qui est incluse, ou même insérées, en aucune façon dans la même et a été publiée par d'autres, ainsi que les coutumes, les expressions et les usages, ou plutôt les abus, de quelque manière que résultant d'elle et observé jusqu'à présent, ont été et sont d'aucune force ou de valeur. De plus, pour une sauvegarde plus étendus, nous révoquer, rendre nul, d'abroger, d'annuler, annuler et condamner cette même sanction ou la corruption de Bourges et de son approbation, explicite ou tacite, comme dit plus haut, ainsi que chaque chose de la quelque nature qu'ils soient inclus ou même insérées dans elle, et l'on en juge, déclarer et à être considéré comme sans effet, révoquée, annulée, abrogée, annulée, annulé et condamné.

    En outre, depuis la soumission au Pontife romain est nécessaire au salut pour tous les fidèles du Christ, comme nous l'enseigne par le témoignage des deux Saintes Ecritures et des saints Pères, et est déclarée par la constitution du pape Boniface VIII d'heureuse mémoire, aussi notre prédécesseur, qui commence Unam sanctam, nous avons donc, avec l'approbation du conseil présents sacré, pour le salut des âmes des fidèles mêmes, pour l'autorité suprême du Pontife romain et de ce Saint-Siège, et pour l'unité et la puissance de l'église, son conjoint, de renouveler et de donner notre approbation à cette constitution, mais sans préjudice de la déclaration du pape Clément V, de sainte mémoire, qui commence meruit.

    En vertu de la sainte obéissance et sous les peines et les censures d'être déclarée ci-dessous, nous interdisons tous et chacun des fidèles du Christ, à la fois des laïcs et clergé séculier, et les habitués de quelque ordre, y compris des mendiants, et autres personnes sans aucune restriction, de n'importe quel état , le rang ou condition qu'ils soient, y compris les cardinaux de la sainte église romaine, les patriarches, primats, archevêques, évêques et tous les autres ecclésiastiques distingués par ou mondain ou tout autre honneur, et chacun et de tous les autres prélats, clercs, chapitres, couvents laïques , habitués des ordres précités, y compris les abbés et prieurs de monastères, ducs, comtes, princes, barons, parlements, fonctionnaires royaux, juges, avocats, notaires et les scribes, les deux ecclésiastiques et séculiers, et tous les autres ecclésiastiques réguliers ou séculiers dans toute grande bureau, comme dit plus haut, qui sont maintenant ou seront vivent dans ledit royaume de France et de la Dauphine et où ladite pragmatique a été en vigueur, directement ou indirectement, silencieusement ou ouvertement, de présumer de faire usage de la sanction susmentionnée Pragmatique, ou plutôt la corruption, de quelque façon ou pour n'importe quelle raison, en gardant le silence ou par un discours clair, directement ou indirectement, ou par toute autre excuse ou d'évasion astucieuse, dans tous les actes judiciaires ou extrajudiciaires, ou même de faire appel à lui ou porter des jugements sur ses termes,

    ou d'annuler, par eux-mêmes ou par un autre ou les autres, tous les actes judiciaires ou extra-judiciaires sur la base de la signification générale de ladite sanction ou de parties de lui, et ils ne peuvent pas autoriser ou commander ces choses à faire par des moyens des autres. Ils ne sont pas à garder la sanction susmentionnée Pragmatique, ou des sections ou des décrets qui y figurent, dans leurs propres maisons ou dans d'autres lieux publics ou privés. En effet, ils sont pour la détruire, ou l'ont détruit, dans les archives, y compris celles royale et capitulaire, et dans les lieux mentionnés ci-dessus dans les six mois à compter de la date de la présente lettre.

    Les peines encourues, automatiquement et sans avoir besoin de toute nouvelle déclaration, pour chacune et toutes les personnes précitées, si elles agissent au contraire (mais peut-on pas!), Sont immédiats excommunication majeure, l'incapacité de tous et chacun actes juridiques de toute nature, étant stigmatisés comme infâme, et les pénalités exprimées dans la loi de la trahison; en outre, pour les personnes précitées ecclésiastiques et religieux, la perte de toutes patriarcales, des églises cathédrale métropolitaine et d'autres, de tous les monastères, prieurés et couvents , et de toutes les dignités laïques et des bénéfices ecclésiastiques, ainsi que l'incapacité de les tenir à l'avenir, et en plus pour les personnes laïques, la perte de tout fiefs pour une raison quelconque de la romaine ou une autre église, et l'incapacité de les tenir à l'avenir. Ils ne peuvent pas être absous de ces pénalités par une quelconque faculté ou par des clauses contenues dans les privilèges concernant l'audience des aveux, peu importe par quelles personnes ou des formules verbales qu'ils pourraient avoir été accordées. Sauf quand au moment de la mort, ils ne peuvent être absous par le pontife romain agissant canoniquement ou par quelqu'un d'autre ayant une faculté de lui spécifiquement à cette fin.

    Par la connaissance, le pouvoir et les déclarations mentionnées ci-dessus nous avons expressément et spécifiquement l'abrogation toute disposition contraire. Ceci est mentionné ci-dessus nonobstant ainsi que les constitutions, ordonnances, décrets et lois, cependant ils peuvent avoir été publiées et accordées, et fréquemment renouvelée, répété, confirmé et approuvé, comme durables dans leur force, par l'autorité apostolique ou de toute autre, même l'autorité conciliaire et même par notre certaine science et de la plénitude du pouvoir apostolique, le ténor de tous que nous considérons comme suffisamment exprimé et compris, pour les fins de ce qui précède, que si elles avaient été inséré mot pour mot aux présentes; nonobstant Si le Siège Apostolique voir a accordé à toute les communautés et les universités, et toutes les personnes individuelles mentionnées ci-dessus, même si elles sont les cardinaux précités, patriarches, archevêques, évêques, des marquis et des ducs, ou tout autres, que ce soit individuellement ou collectivement, qu'ils ne peuvent pas être interdits, suspendus , excommuniés, privés ou d'empêchement par des lettres apostoliques qui ne font mention complète et explicite, mot pour mot, de l'indult en question, et nonobstant tous autres privilèges généraux ou spéciaux, les indulgences et les lettres apostoliques, de quelque ténor ils peuvent être, par au moyen de laquelle, parce qu'ils ne sont pas exprimées ou inclus en totalité dans la présente lettre, l'effet de ce qui précède pourrait être entravée ou différée de quelque manière que, depuis une mention spéciale de leur contenu doit être considéré comme inclus, mot pour mot, dans présent notre lettre. Ne laissez personne donc .. . Si quelqu'un cependant .. .

    [Sur religieux et leurs privilèges]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Nous considérons et diligence méditer le zèle assidu et anxieux, et les travaux sans fin pour la gloire du nom divin, pour le triomphe de la foi catholique et la préservation de l'unité de l'Eglise, et pour la formation et le salut des âmes des fidèles , qui sont menées par les évêques et leurs supérieurs, qui ont été placés par le Siège apostolique à la tête de leurs églises dans différentes parties du monde, ainsi que par les moines de différents ordres, notamment les ordres mendiants, qui sont engagée sans répit ni repos. Si grande est la satisfaction qui a atteint notre cœur, comme un résultat de leur travail fructueux dans la vigne du Seigneur et de leurs actions opportun et louable, que nous consacrons tous les efforts pour encourager les choses que nous savons de contribuer à la préservation de la paix et la tranquilles entre eux. Nous sommes conscients que les évêques sont devenus des partenaires dans notre anxiété. Ambroise témoigne que leur distinction et la grandeur sont sans égal possible. Nous savons aussi que les religieux ont fait beaucoup dans le champ du Seigneur pour la défense et l'avance de la religion chrétienne, et qu'ils ont produit et sont quotidiennement produire des fruits abondants. En conséquence tous les fidèles sont conscients que les bonnes œuvres de ces évêques et religieux ont permis à la vraie foi à faire des progrès et de répandre partout dans le monde entier.

    Ces hommes ont également pas hésité à d'innombrables occasions, avec beaucoup de dévouement et de compétence, de détruire les schismes dans l'Église de Dieu, d'apporter l'unité à cette église et de subir des douleurs innombrables de telle sorte que la même église afin de gagner le calme de la paix. Par conséquent, il est juste que nous dirigeons nos efforts afin de les unir les uns aux autres par le lien de la paix et par une unité fraternelle et de charité qui, relié à l'unité de doctrine et d'actions, ils peuvent favoriser des fruits plus abondants dans l'église de Dieu. L'exercice des droits spirituels, qui concernent la gloire de Dieu et le salut des âmes des fidèles du Christ, a été confiée aux évêques et leurs supérieurs dans leurs diocèses respectifs, car ils ont été choisis pour être partageurs de notre fardeau, comme nous avons déjà dit, et puisque les diocèses avec les frontières définies ont été assignés à chacun des évêques. Nous désirons vraiment, alors, que ces droits spirituels être exercée par les évêques, et que le droit d'exercer librement leur être vraiment, autant que possible, conservés intacts pour eux.

    Si nos prédécesseurs comme pontifes romains et le Siège apostolique ont accordé ces droits spirituels de ladite frères mendiants au préjudice des évêques, nous considérons que ces concessions faites aux religieux doivent à l'avenir être limité, de sorte que les frères eux-mêmes seront soutenus en toute charité par les évêques a déclaré plutôt que d'être troublés et perturbés. Car, les habitués et séculiers, les prélats et les sujets, exempts et non exempts, appartiennent à l'Église une et universelle, en dehors de laquelle aucune personne du tout est sauvé, et ils ont tous un seul Seigneur et une foi. C'est pourquoi il est normal que, appartenant au corps même, ils ont aussi la volonté même; et tout comme les frères sont unis par le lien de la charité mutuelle, de sorte qu'il ne convient pas qu'ils suscitent entre eux l'injustice et blessé , puisque le Sauveur dit: Mon commandement est que vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés.

    Nous voulons conserver la charité et la bienveillance mutuelle entre les évêques, leurs supérieurs, les prélats et les moines, ainsi que pour promouvoir le culte divin et la paix et la tranquillité de l'Eglise universelle. Nous savons que cela peut se faire que si chacun conserve autant que possible sa propre juridiction. Nous avons donc décidé et décrété, avec l'approbation du Conseil du sacré, que les évêques disent, leurs supérieurs et d'autres prélats peut visiter les églises paroissiales qui appartiennent légitimement aux frères mêmes en raison de leurs résidences, à l'égard de ce qui concerne les soins des paroissiens et de la préservation et l'administration des sacrements, sans toutefois la peine et charges exceptionnels des visiteurs officiels. Ils peuvent sanctionner les responsables des églises et à défaut dans cette affaire: si elles sont religieuses, puis en conformité avec les règles de leur ordre dans l'enceinte de la maison religieuse, si elles sont prêtres séculiers ou religieux qui détiennent des bénéfices de ce genre, ils peuvent alors librement les punir comme étant soumis à leur juridiction. Les deux prélats et des prêtres séculiers qui ne sont pas excommuniés peuvent célébrer des messes de la dévotion dans les églises de la dite maisons religieuses, si elles souhaitent le faire, et les frères eux-mêmes devraient les accueillir. Frères qui sont invités par les mêmes prélats de prendre part à des processions solennelles devraient se mettre d'accord, à condition que le couvent de banlieue en question n'est pas plus d'un mile de la ville.

    Supérieurs des Frères sont tenus de préciser et de présenter en personne pour les mêmes prélats les frères auxquels ils ont choisi d'entendre pour un temps les confessions des sujets du prélat, si les prélats demandent pour eux d'être précisé et présenté à eux; s'ils ne sont pas , puis à leurs vicaires; à la condition qu'elles ne sont pas liés à aller aux prélats qui sont voyage de plus de deux jours de marche. Les frères en question peut être examinée par les mêmes évêques et les prélats, au moins quant à la suffisance de leur apprentissage et leurs compétences par rapport à d'autres ce sacrement. Si elles sont acceptées, ou si le refus est injuste, alors, conformément à la Constitution Omnis utriusque sexus, qu'ils soient considérés comme acceptés au moins aussi confesser ce qui concerne, et ils peuvent même entendre les confessions des étrangers. Ils n'ont aucun pouvoir, cependant, d'absoudre les laïques et le clergé séculier des pénalités manimposed. Ils ne peuvent pas administrer l'onction eucharistie et extrême et les autres sacrements de l'Eglise à ceux dont les aveux qu'ils ont entendu, y compris les malades et les mourants, qui disent que leur propre prêtre a refusé de donner les sacrements, sauf si le refus a été faite sans une raison juste et ceci est prouvé par le témoignage de voisins ou par une enquête réalisée avant une pubis notaire.

    Ils n'ont aucune autorité pour administrer ces sacrements aux personnes qui demandent leur ministère, sauf pendant une période de service effectif pour eux. Des accords temporaires et les contrats entre frères et prélats ou curés sont valables que si elles sont rejetées par le prochain chapitre général ou provincial et le rejet est dûment communiquée par le chapitre. Frères ne peuvent pas entrer paroisses portant une croix, afin de mener à bien les funérailles de ceux qui ont choisi d'être enterré à l'église de leurs maisons ou des institutions, à moins que le curé de la paroisse, ayant reçu un avis d'échéance et une demande, ne se refuse pas, et dans ce cas, sans préjudice pour lui-même et de l'ordinaire, ou si il ya une ancienne coutume, sur ce point avec les frères, qui est actuellement en vigueur et est mutuellement convenu. Ceux qui souhaitent être enterrés dans l'habitude des frères a dit, mais qui vivent dans leurs propres maisons et non dans l'enceinte, sont libres de choisir un lieu de sépulture pour eux-mêmes dans leurs dernières volontés.

    Frères raison d'être promus aux ordres doivent être examinés par les Ordinaires sur la grammaire et leur compétence. A condition qu'ils répondent de manière adéquate, ils doivent être facilement admis par les Ordinaires. Ils ne peuvent cependant être ordonné dans leurs églises ou des maisons ou autres endroits par quiconque, sauf l'évêque diocésain ou son adjoint (ce dernier est d'être posée avec la vénération due), à ​​moins que l'évêque refuse pour des motifs insuffisants ou est absent de son diocèse . Ils ne devraient pas demander la consécration d'une église ou un autel, ou la bénédiction d'un cimetière, d'un autre évêque, et ils ne peuvent pas organiser la première pierre d'une église construite pour eux d'être fixées par un évêque étrange, à moins l'ordinaire refuse sans raison, juste après qu'il a été demandé à deux ou trois fois avec révérence et l'urgence. Frères ne peut pas bénir un fiancé et la fiancée sans le consentement des personnes en charge de la paroisse. Afin de rendre à l'église mère de l'honneur dû à elle, frères et clercs séculiers ne peuvent pas sonner les cloches de leurs églises le Samedi Saint, avant ceux de l'église cathédrale ou la mère ont été sonné, même si elles sont appuyées sur ce point par un privilège du siège apostolique. Ceux qui agissent autrement, encourra une pénalité de cent ducats.

    Ils sont à publier et à observer dans les églises de leurs propres maisons les censures qui sont imposées promulguée et publiée solennellement par les Ordinaires dans les églises mère des villes ainsi que dans les églises collégiales et paroissiales des châteaux et des villes, quand ils sont invités à ce faire par les Ordinaires mêmes. Pour fournir plus fructueuse pour le salut des âmes des fidèles du Christ des deux sexes, ils sont obligés de conseiller et d'encourager ceux dont les aveux qu'ils ont entendu pendant un certain temps, peu importe de quelle date ou de l'état qu'ils soient, qu'ils sont liés au la conscience de payer la dîme, ou une partie de leurs biens ou leurs produits, dans les endroits où les dîmes ou les cotisations sont habituellement payés, et ils sont obligés de refuser l'absolution à ceux qui ne veulent pas les payer. Ils sont tenus, en outre, pour l'inclure dans leur prédication publique et des exhortations au peuple quand ils sont invités à le faire.

    Les conservateurs affectés pendant un certain temps aux frères même par le siège apostolique devrait être exceptionnelle dans l'apprentissage et la bonne réputation et d'un rang ecclésiastique établi. Ils ne peuvent pas obliger à comparaître devant eux toute personne vivant périple de plus de deux jours de marche, malgré tous les privilèges donnés aux conservateurs à d'autres moments. Excommunié personnes souhaitant entrer dans un ordre mendiant ne peut pas être absous quand les intérêts d'un tiers sont impliqués, à moins de satisfaction a été effectué auparavant. Les procureurs, agents d'affaires et les travailleurs au service de ladite frères sont soumis à des sentences d'excommunication qui ont été promulguées, si elles ont donné des motifs pour eux ou ont offert leur aide, favoriser ou des conseils au coupable. Frères et sœurs du troisième ordre, et celles qui sont connues comme celles masqué, les annelés et les dévots, et d'autres peu importe comment le nom, vivant dans leur propre maison, ne peut choisir ce lieu de sépulture qu'ils souhaitent.

    Ils sont tenus, toutefois, à recevoir l'Eucharistie à Pâques ainsi que l'extrême-onction et les autres sacrements de l'église, à l'exception du sacrement de pénitence, de leur propre prêtre. Ils sont tenus d'entreprendre les tâches incombant aux laïcs, et ils peuvent être traduits devant des juges non professionnels dans un tribunal séculier. Pour éviter l'avilissement des censures ecclésiastiques, et les peines d'interdit d'être considéré comme de peu d'importance, les membres de la dite tiers-ordres sont en aucune façon d'être admis à entendre les offices divins dans les églises de leurs commandes durant une période d'interdiction, si elles ont donné des raisons pour l'interdiction ou encouragé ou soutenu ces motifs, ou si elles ont de quelque façon offert de l'aide, l'avocat ou une faveur aux coupables. Mais ceux qui vivent dans un groupe officiel, ou d'une habitation avec le joint, et les femmes qui mènent une vie de chasteté, le célibat ou le veuvage chaste sous un voeu exprimé et avec l'habitude, doivent jouir des privilèges de l'ordre dont ils sont Tertiaires .

    Nous souhaitons, et le décret que chacun et de tous les normes ci-dessus doivent être étendus à et observé par tous les autres religieux d'autres ordres. Pour les questions non mentionnées ci-dessus, les droits de la dite évêques et de moines et d'autres religieux doivent être entretenus. Nous ne voulons pas porter atteinte à ces droits en aucune manière par les déclarations ci-dessus, ou à introduire quelque chose de nouveau. C'est nonobstant les constitutions apostoliques et les ordonnances, statuts et coutumes de l'ordre a qui ont été renforcées par le serment, la confirmation apostolique ou toute autre forme de renforcement et privilèges, et les lettres apostoliques indults qui ont été accordés aux mêmes ordres et sont contraires aux ce qui a été fixée au-dessus ou à toute partie de celui-ci, même ce qui était inclus dans Mare Magnum. S'il ya besoin d'une mention ou une autre déclaration qui est spécial, précis, clairs, distinctifs, mot pour mot, et non pas par des clauses générales, au sujet de ces choses et leur signification, ou si une autre forme soigneusement choisis doivent être utilisés, afin que elles pourraient être abrogées, alors nous considérons leur sens à être suffisamment exprimé et compris dans cette présente lettre, nous avons expressément et spécialement abroger toute disposition contraire, et nous décrétons comme nulle et tout ce vide qui est consciemment ou inconsciemment tenté au contraire de ces questions par toute personne agissant sur aucune autorité.

    Nous avertissons les moines, en vertu de la sainte obéissance, aux évêques vénèrent avec honneur de montage et respect, de la révérence envers nous et le Siège apostolique, car ils agissent comme représentants à la place des saints apôtres. Comme pour les évêques, nous exhortons et d'appel par la miséricorde de notre Dieu qui, alors qu'il assistait aux frères avec bien disposés affection, en les traitant avec gentillesse et de les encourager, ils se présentent à eux comme dans aucun sens difficile ou dur ou grognon , mais plutôt comme facile, légère, bien disposés et libérale en aimant la générosité, et que dans tous les domaines mentionnés ci-dessus, ils les accueillent avec gentillesse prête en tant que co-travailleurs dans la vigne du Seigneur et en tant que participants de leurs travaux, et qu'ils garder et défendre leurs droits avec tous la charité, afin que les deux évêques et de moines, dont les œuvres que la combustion des lampes aménagé sur une colline devrait fournir de la lumière à tous les fidèles du Christ, peut aller de l'avant de la force à la force pour la gloire de Dieu, le triomphe de la foi catholique et le salut des peuples, et en conséquence mérite d'obtenir de l'Éternel, le recompenser les plus généreux de toutes les bonnes actions, la récompense de la vie éternelle. Ne laissez personne donc. . . Si quelqu'un cependant. . .

    SESSION 12 tenue le 16 Mars 1517

    [Contre ceux qui attaquent les maisons des cardinaux]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du saint Concile, pour un enregistrement éternel. Certaines personnes audacieuses dédain pour montrer la déférence qui s'impose à des cardinaux de la sainte Église romaine, qui sont les piliers principaux de l'Eglise catholique. Ils ne craignent pas de mettre la main violente, avec l'audace impie, sur leurs biens et propriétés. Leur désir incontrôlé avertit et nous incite à renforcer, d'accroître et d'élargir - en conformité avec le caractère de l'époque et avec ce que nous percevons dans le Seigneur pour être solidement en accord avec si distingué d'un bureau à l'église de Dieu - ces mesures qui, par une sage planification, ont été établis par nos prédécesseurs pour le safe-garde de la haute charge de ladite cardinaux, afin que l'audace de ces personnes peut être maîtrisé avant qu'il ne se prolonge encore plus loin. En effet, il a récemment grandi à Rome un abus condamnable et le manque de retenue dans des actes répréhensibles.

    Ainsi, alors qu'il ya une vacance du siège apostolique et l'élection d'un pontife romain est l'avenir fait l'objet de discussions par les cardinaux en conclave, si quelques fuites rumeur, même si elle est fausse, que l'un des cardinaux a été élu pape , la foule attaque de sa maison avec des armes et soutient par la force, avec son valet-gardes, alors qu'il est encore dans le conclave, au cours de la dépouiller de sa maison. Si une entrée est forcée en brisant les portes ou de creuser sous le mur, la foule se précipite à piller tous les biens qui sont là, sauf si une défense est faite par des gardes armés. Parfois, il ya certains qui sont si audacieux et entêté à ne pas craindre, même en d'autres occasions d'attaquer les maisons des cardinaux d'une manière hostile et avec des armes, sous le couvert de bagarres générales, et de frapper et blesser pendant qu'ils sont là, à la suite de laquelle il ya une perte considérable pour l'honneur du cardinalat, par laquelle l'Église militante la plus sainte est entièrement parée comme par un vêtement de pourpre, le mépris pour les cardinaux est éveillé, et l'occasion est donnée pour des meurtres et d'autres scandales.

    Nous souhaitons supprimer les tendances audacieux de ce genre de punitions raccord. Nous renouvelons donc par cette lettre, avec l'approbation du conseil de sacré et par notre autorité apostolique, les constitutions publiées de nos prédécesseurs que pontifes romains, Honorius III et Boniface VIII d'heureuse mémoire, contre ceux qui poursuivent des cardinaux de la dite église dans un manière hostile, ceux qui aident ces personnes par leur présence, l'avocat ou de soutien, ou sciemment héberger ou les défendre, et ceux qui attaquent leurs maisons ou de logements, comme dit plus haut, et leurs descendants et leurs biens. Nous décrétons que ces constitutions doivent être respectées partout sans altération de tous les temps futurs. Nous avons également étendre ces mêmes constitutions, avec la censure et de chaque sanction qu'ils contiennent, à l'homme vivant chacun de tout état et la distinction, qui attaque avec une bande armée de la maison de l'un des cardinaux dit, les deux à la le temps du conclave dit, même si le cardinal en question a été élu pape, et à d'autres moments et pour toutes raisons, et qui saisit une chose dans la maison avec la violence comme un ennemi ou quelqu'un blessures de ceux qui habitent là-bas, et aussi leurs associés et ceux qui ont donné des ordres pour qu'il soit fait, ou ont donné leur approbation personnelle de l'acte ou ont fourni des conseils et du soutien aux attaquants dans les domaines susmentionnés et de les avoir défendus. C'est nonobstant constitutions apostoliques et les ordonnances et autres mesures de toute nature à l'effet contraire. Ne laissez personne donc. . . Si quelqu'un cependant. . .

    [Constitution imposant des taxes et de clôture du Conseil]

    Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, avec l'approbation du conseil, pour un enregistrement éternel. Nous avons été mis sur les nations et les royaumes, comme le prophète a déclaré, bien que nos mérites sont inégaux à cela. Nous sommes convenablement la réalisation du devoir de notre bureau quand nous renouvelons encore une fois que la réforme de l'Église tout entière et de ses affaires que nous avons accompli avec profit; lorsque nous planifions d'appliquer des remèdes appropriés pour le respect incontesté de la réforme et à prévoir des cathédrales et églises métropolitaines afin qu'elles ne peuvent plus être sans leurs pasteurs, et quand nous encadrons ces remèdes avec toujours présents l'attention et les efforts inlassables, au moyen de laquelle nous pourrions être en mesure de rendre le troupeau du Seigneur, qui a été confiée à nos soins , acceptables et soumis à la vue de la majesté divine. Notre but est aussi d'écraser les Turcs et autres infidèles restant fermes dans les régions orientale et méridionale. Ils traitent le chemin de la vraie lumière et le salut par le mépris et la cécité complète totalement inflexibles, ils attaquent la croix vivifiante sur laquelle notre Sauveur a voulu accepter la mort pour que, en mourant, il pourrait détruire la mort, et par le mystère ineffable de sa très sainte vie, il pourrait redonner vie, et ils se font des ennemis haineux de Dieu et persécuteurs les plus acharnés de la religion chrétienne. Renforcement des défenses non seulement spirituelle mais aussi temporelle, nous pouvons être en mesure, sous la direction de Dieu et la faveur, pour s'opposer à la saillies amères et fréquentes par lesquelles, dans la fureur sauvage, ils se déplacent au milieu sauvagement sang chrétien.

    En effet, le pape Jules II, notre prédécesseur d'heureuse mémoire, agissant en union avec le Saint-Esprit, d'une manière louable et légitime, pour des raisons de bruit, avec l'avis et du consentement de ses vénérables frères, les cardinaux de la sainte église romaine, des dont nous étions alors un, convoqué le sacré concile du Latran. Il a tenu cinq séances et a convoqué une sixième. Il a ensuite disparu de la scène humaine. Nous avons alors été soulevées au sommet de la plus haute apostolat par la faveur de la miséricorde divine. Nous avions toujours eu un désir sincère, même à moindre réunions, de voir un conseil général est célébré comme un développement très important dans le champ du Seigneur. Nous avons réalisé que l'obligation avait été ajouté à notre désir honorable et utile en raison du devoir de sollicitude pastorale désormais jeté sur nous. Nous avons donc entrepris cette question avec un engagement plus brûlant et une totale disponibilité d'esprit. Nous avons donné l'approbation de ladite sixième session, avec l'avis et du consentement de nos frères cardinaux dit et avec l'approbation du Conseil les mêmes sacrés du Latran, le report du conseil à une date fixe, qui a ensuite été clairement indiqué, pour des raisons de fait clairement de la situation et pour d'autres qui affectent notre propre et l'esprit de nos frères cardinaux déclaré. Le conseil a été de continuer vers l'achèvement des objectifs pour lesquels il avait été convoqué, et surtout que, une fois les conflits terribles entre les princes chrétiens et les dirigeants ont été réglées et des armes de guerre mis de côté, une paix universelle et durable ne pouvait être établie. Ne laissant rien prévenus, nous avions l'intention d'utiliser tous nos efforts pour parvenir à cette paix et à le conclure, comme s'il s'agissait d'un bon avantage suprême.

    Nous avons également déclaré qu'il est et sera une partie de notre pensée et l'intention immuable qui, une fois les questions relatives à la louange de Dieu et l'exaltation de l'église susmentionnée ont été achevées, la sainte expédition et les plus nécessaires contre les ennemis de la foi catholique aura lieu et un triomphe avec succès sur eux être accompli avec l'aide du Très-Haut. Afin que les personnes dans l'obligation d'assister à ce conseil le plus utile pourrait ne pas être retenu en aucune manière de venir à lui, et afin qu'ils puissent être incapable de proférer aucune excuse, nous avons fourni et a accordé, avec l'approbation de ladite Latran Conseil, à chacune et à toutes les personnes appelées à la célébration du conseil par notre prédécesseur Jules, et à leurs accompagnateurs, un sauf-conduit alors qu'ils étaient voyagent et séjournent à Rome pour les fins du dit concile du Latran. Nous avons exhorté les rois et les princes, par respect pour le Siège Apostolique, de ne pas molester ceux qui viennent ici, mais pour leur permettre de voyager en toute sécurité.

    Nous avons convoqué la septième session. Nous voulions rien de plus que ces questions utiles et nécessaires sur le compte de laquelle le dit concile du Latran avait été convoqué pourrait être amené à leur conclusion. Nous avons donc mis en place trois comités spéciaux de cardinaux et autres prélats d'écouter et de discuter de questions de ce genre et d'autres activités conciliaires, et nous leur a ordonné de faire rapport au Conseil sur ce qu'ils avaient entendu et discuté. Un des comités ont pour tâche particulière d'établir une paix universelle entre les rois et les princes chrétiens, qui était l'une des principales raisons pour ledit conseil se réunissent, et d'extirper le schisme, le second avait pour tâche particulière d'une réforme générale, y compris la réforme de la curie, et le troisième avait la tâche particulière d'examiner et d'abroger la Pragmatique Sanction et de traiter des questions relatives à la vraie foi. Chaque comité soigneusement examiné de nombreux sujets utiles et nécessaires et rapporté fidèlement à nous à leur sujet. Les sujets abordés et étudiés par eux ont été achevés et a conclu en nous, avec la grâce de Dieu et de l'approbation du saint Concile, dans les cinq autres sessions du Conseil qui nous a tenu.

    Nous avons ensuite su-delà de tout doute que Dieu lui-même, le dispensateur des dons, avait favorisé nos désirs pieux et ceux qui tendent au bien commun, de son extrême bonté et de miséricorde, et qu'il avait accordé à nous ce que nous avions prévu dans notre propre l'esprit et pour lequel nous avions travaillé énormément à savoir qu'une fois que les questions sur le compte de laquelle le conseil avait été convoqué avait été conclu en conformité avec les objectifs du Conseil, le Conseil lui-même pourrait être fermé et évacué.

    L'empereur Maximilien élu, notre cher fils en Jésus-Christ, au temps de nos prédécesseurs a dit Julius, et le roi Louis de France, d'heureuse mémoire, à notre époque, ainsi que d'autres rois et princes adhéré au concile de Latran, légalement assemblés dans l'Esprit Saint, à la grande satisfaction de tous. La quasi-concile de Pise, qui avait été convoqué par certaines personnes sans que l'autorité nécessaire et avait été condamné par le même Jules qui nous ont précédés, a été traité par eux comme condamnés conformément à la décision de ladite Julius. Le schisme qui avait commencé à croître à partir de ce a été terminée (même si elle est c l'oreille que tant que la situation a continué, il a blesse très nombreux prélats et autres fidèles du Christ à plusieurs reprises, ainsi que pour d'autres conseils généraux détenus jusqu'à cette fois-ci). Il y avait la paix pour toute l'Église et un syndicat qui en résulte.

    Les habitudes morales du clergé ainsi que des personnes laïques et d'autres ont été réformés, pour autant que cela semblait approprié, et plusieurs questions concernant la vraie foi ont été définis. Plusieurs autres questions, après avoir été soigneusement examinées et débattues au cours des trois comités de cardinaux et de prélats mentionnés ci-dessus, ont été considérés avec soin et compétence dans le dit conseil et une décision finale a été atteinte. Enfin, il nous a été rapporté à plusieurs reprises, par les cardinaux et les prélats des trois comités, qu'aucun des sujets restés pour le débat et la discussion par eux, et que plus rien ne plusieurs mois à tous les nouveaux avaient été portées devant eux par n'importe qui. Les évêques qui avaient été invités à partager avec nous la responsabilité de l'aide et des soins du troupeau du Seigneur, ainsi que d'autres prélats, était resté à Rome un temps assez long-delà de l'utilisation normale des conseils sacrés, avec les inconvénients et les pertes se et de leurs églises.

    Par conséquent, il semblait rester, de toutes les choses ci-dessus que nous et desdits Comités tant désiré être achevée dans le conseil, que la paix entre les rois et les princes et une harmonie des esprits. Notre attitude en faveur de cela, et nos efforts avec tous les efforts pour sa réalisation, peut être fait très clairement à tous ceux qui lisent nos lettres. Dieu lui-même, qui est la lumière suprême et la vérité de toutes choses, sait que nous n'avons jamais cessé de prier et implorer de lui, par de nombreuses prières et appels constants, qu'il daigne de sa miséricorde pour influencer le troupeau chrétien - dont il a confiés à nos soins, en dépit de notre manque de fond - à entrer dans une paix stable et durable, maintenant que ce même troupeau a été réveillé par la chaleur de la charité mutuelle. Nous avons exhorté cette ferveur dans le Seigneur, dont la cause est principalement en cause, sur les rois et les princes, par des raisons convaincantes, à travers les nonces qui nous tient à la cour de l'empereur Maximilien élu et avec les rois et les princes susmentionnée, et par des lettres, surtout si elles le souhaitent de fournir et de prendre des mesures, c'est que le droit, au nom de la religion chrétienne et la foi catholique, qui ont été mis en grave danger et de risque par le pouvoir a récemment prolongé de la règle des Turcs.

    Nous avons appris par les lettres de la même nonces, rois et princes que nos appels ont été d'une grande puissance et l'efficacité de telles avec lesdits rois et des princes, et ont influencé leurs cœurs et les esprits à un tel point, que la paix si longtemps désirée par nous pour le bien de l'Etat chrétien tout entier a été presque conclu dans l'intention et l'espoir est que si quelque chose reste, il sera bientôt résolu (par la grâce de Dieu). Notre cœur exulte dans notre Seigneur Jésus-Christ que nous méditer sur cela dans notre esprit et l'esprit. Nous rendons grâce pour cela à lui, le dispensateur de toutes grâces, parce qu'il a guidé ces personnes à l'harmonie que nous avions rêvé. Nous pensons que tous les fidèles doivent offrir à Dieu merci et ces signes de joie qui sont habituelles en de telles occasions, et que Dieu sera demandé que la paix obtenue peut endurer.

    Il ne reste donc, pour la campagne sainte et très nécessaire à entreprendre contre la fureur des infidèles assoiffées de sang chrétien, et pour toutes les mesures décidées comme des garanties puissante dans les onze sessions, tenues en partie par nous et en partie par notre prédécesseur Jules, qui sera approuvé et renouvelé et a ordonné d'observer incontesté. En conséquence, après mûre délibération sur ces questions avec nos frères et d'autres prélats, nous approuvons et renouveler par l'autorité apostolique, avec l'approbation du conseil de sacré, tous et chacun des actes et des décisions de ladite onze sessions, et les lettres publiées ci-dessus avec l'ensemble des clauses contenues dans les - en dehors de certaines questions d'exception qui nous juge devrait être concédé à des personnes spécifiées pour le bien de la paix et l'unité de l'Église universelle - ainsi que les activités menées par les comités. Nous décrétons et ordre dans lequel ils doivent être observées sans modification pour toujours, et que ceux qui leur réalisation sont de voir qu'ils et leur contenu sont observés, à savoir: dans la curie romaine, le gouverneur actuel de notre ville mère et que notre vicaire ainsi que le vérificateur général de la Chambre apostolique, qui ont le pouvoir d'obliger et de contraindre les personnes soumises à eux, et en dehors de la curie romaine, nous députer à cet effet tous et chacun Ordinaires locaux. Nous interdisons tous et chacun des fidèles du Christ, sous peine d'excommunication immédiate, pour présumer d'interpréter ou brillant ce qui a été produit et réalisé dans le conseil actuel sans notre permission et celle du siège apostolique.

    Nous décrétons, avec l'approbation du conseil de sacré, que la campagne a déclaré contre les infidèles est d'être entrepris et menés à bien. Le zèle de la foi nous pousse à cela. Il a été si souvent proposé et promis par nous et nos prédécesseurs dans les séances Julius visés, lorsque les affaires du conseil a été expliquée. A plusieurs reprises il a été communiqué à, et discuté avec, porte-parole au représentant notre cour des rois et des princes. Le pape Nicolas V, notre prédécesseur de pieuse mémoire, a convoqué une expédition contre les infidèles en général après la chute désastreuse de Constantinople, afin d'écraser leur fureur et de venger les blessures du Christ. Calixte III et Pie II, d'heureuse mémoire de nos prédécesseurs comme pontifes romains, poussé par le zèle pour la foi, suivi le même chemin avec compétence et énergie. Pendant une période subséquente de trois ans, nous leur avons imité par moyen d'une autorisation de nous-mêmes et de nos frères a déclaré pour imposer et exigeant une dîme sur les revenus des églises, monastères et autres bénéfices à travers le monde et pour faire chaque chose qui est nécessaire et habituel dans une campagne de ce genre. Nous sommes constamment à déverser saints, prières humbles et sérieux pour Dieu tout-puissant que la campagne peut avoir une issue heureuse.

    Nous commandons les mêmes à être fait par tous les fidèles des deux sexes. Nous exhortons Maximilien, l'empereur élu, et les rois, les princes et les souverains chrétiens, dont le courage que Dieu nous offre pour éveiller, les suppliant par la miséricorde de notre Dieu, Jésus-Christ, et faire appel à eux par son jugement terrible que de se rappeler qu'ils auront à rendre compte de leur défense et la préservation - même en donnant leur vie - de l'église elle-même, qui a été racheté par le sang du Christ, et à se soulever en force et en puissance pour la défense de la foi chrétienne, comme leur incombe comme un devoir personnel et nécessaire, avec toute la haine mutuelle étant mis de côté et les querelles et les conflits entre eux étant engagés à l'éternel oubli. A ce moment de grand besoin de telles, qu'ils offrent leur aide avec empressement prêt en conformité avec leurs moyens. Nous exhortons avec affection paternelle et leur demander que, au moins pendant la campagne, dans la crainte du Dieu tout-puissant et pour le siège apostolique, ils assurent le respect ininterrompue de la paix dans laquelle ils sont entrés, alors qu'une telle bonne importante, qui Nous espérons et nous souhaitons sera obtenue avec l'aide de la main droite du Seigneur, ne peut être entravée par des interruptions de la discorde et la dissension.

    Afin que les prélats et les autres à l'heure actuelle du Conseil, qui a duré près de cinq ans, peut-être pas encore lassés par leur labeur et les charges et afin qu'ils puissent être en mesure de visiter et d'apporter des encouragements à leurs églises, et pour d'autres motifs raisonnables et les causes justes, nous apportons du conseil présents à sa fin et nous décharge avec la bénédiction du Seigneur. Avec l'approbation du conseil de même sacré, nous accorder la permission à chacun et à tous ceux qui sont présents au conseil de retourner dans leur propre pays. Afin qu'ils puissent être en mesure de revenir avec toujours plus de joie et renforcée avec les dons spirituels, nous donner à eux et à tous leurs serviteurs une rémission plénière et l'indulgence de tous leurs péchés, une fois dans leur vie et à nouveau à l'heure de la mort . Ne laissez personne donc ... Si quelqu'un cependant ...


    Introduction et traduction prise de décrets des conciles œcuméniques, éd. Norman P. Tanner


    De plus, voir:
    Conciles œcuméniques


    Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


    Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

    Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
    http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'