Evangile selon Marcse

Informations générales

Marc est le second évangile dans le Nouveau Testament de la Bible. Elle est la première et la plus courte des quatre Évangiles. Papias, un Père de l'Eglise au début, attribué cet évangile de Marc, interprète de Pierre, qui est souvent identifié avec Marc, le cousin de Barnabé Saint et compagnon de Barnabé et Saint Paul sur leur premier voyage missionnaire. Irénée dit que Marc a écrit cet évangile après Pierre et Paul était mort. La plupart des savants d'aujourd'hui, par conséquent, la date de l'an 65 livres - 70.

L'Evangile a probablement été écrit à Rome pour un public païen principalement, de les convaincre que Jésus de Nazareth, en dépit de ses souffrances et sa mort, était le Fils de Dieu. Il a été appelé un évangile de l'action car elle enregistre 18 miracles (similaire du nombre de Matthieu et Luc), mais seulement 4 paraboles (Matthieu comprend 18 paraboles et Luc 19). La victoire de Jésus sur le mal grâce à ses exploits et la mort reçoit l'accent. beaucoup de matériel dans Marc est répété dans Matthieu et dans Luc, conduisant la plupart des savants à conclure que Marc a été écrit en premier et utilisée indépendamment par les autres écrivains.

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Douglas Ezell

Bibliographie
RH Lightfoot, le message évangélique de Saint-Marc (1950); CFD Moule, L'Évangile selon Marc (1965); Taylor V, L'Évangile selon saint Marc (1966); E Trocmé, la formation de l'Evangile selon Marc (1975).


Evangile selon Marc

Bref aperçu

  1. Baptême et la tentation de Jésus (1:1-13)
  2. Galiléen ministère (1:14-9:50)
  3. Ministère de Perea (10)
  4. Semaine de la Passion et la Résurrection (11-16)


Marc

Informations avancées

Marc, l'évangéliste: «John surnommé Marc" (Actes 12:12, 25). Marc (Marcus, le colonel 4:10, etc) était son nom romain, qui peu à peu remplacent son nom juif John. Il s'appelle Jean dans Actes 13:05, 13 ans, et Marc en 15:39, 2 Tim. 4:11, etc Il était le fils de Marie, une femme apparemment de certains moyens et d'influence, et est probablement né à Jérusalem, où résidait sa mère (Actes 12:12). De son père, nous ne savons rien. Il était cousin de Barnabas (Colossiens 4:10). Il était dans la maison de sa mère que Pierre trouve «beaucoup se sont réunis prier" quand il a été libéré de prison, et il est probable que c'est ici qu'il a été converti par Pierre, qui l'appelle son «fils» (1 Pierre 5:. 13). Il est probable que le «jeune homme» dont parle Marc 14:51, 52 était lui-même Marc. Il est d'abord mentionné dans Actes 12: 25. Il est allé avec Paul et Barnabas leur premier voyage (environ AD 47) que leur «ministre», mais de quelque cause refoulés quand ils ont atteint Perga en Pamphylie (Actes 12:25; 13:13).

Trois ans après, une «affirmation forte» a surgi entre Paul et Barnabas (15:36-40), car Paul ne prendrait Marc avec lui. Il a, cependant, était évidemment à bout de vous réconcilier avec l'apôtre, car il était avec lui dans son premier emprisonnement à Rome (Col. 4:10; Philémon 24). A une période plus tard, il était avec Pierre à Babylone (1. Pet 5:13), alors, et pendant quelques siècles après, l'un des sièges en chef de l'érudition juive, et il était avec Timothée à Ephèse où Paul l'a écrit pendant son deuxième emprisonnement (2 Tim. 4:11). Il disparaît alors de la vue.

(Easton Illustrated Dictionary)


Évangile selon Marc

Informations avancées

C'est la tradition actuelle et apparemment bien fondée que Marc tirait ses informations essentiellement des discours de Pierre. Dans la maison de sa mère, il aurait de nombreuses occasions d'obtenir des informations des autres apôtres et de leurs coadjuteurs, et pourtant il était "le disciple et l'interprète de Pierre" spécialement. Comme à l'époque où elle a été écrite, l'Evangile nous fournit aucune information précise. Marc ne fait aucune mention de la destruction de Jérusalem, où il doit avoir été écrite avant cet événement, et probablement environ AD 63. L'endroit où il était écrit était probablement Rome. Certains ont supposé Antioche (comp. 15:21 Marc avec Actes 11:20). Il était principalement destiné aux Romains.

Cela semble probable si l'on considère qu'il ne fait aucune référence à la loi juive, et que l'écrivain prend soin d'interpréter les mots qui un Gentil serait susceptible de se méprendre, comme "Boanerges" (3:17); «Talitha koumi »(5:41);" Corban "(7:11);" Bartimée "(10:46);« Abba »(14:36)," Eloi ", etc (15:34). Usages juifs sont également expliquées (7:3; 14:03; 14:12; 15:42). Marc utilise aussi certains mots latins ne trouve dans aucun des autres évangiles, comme "spéculateur" (06h27, rendu, AV, "bourreau;« RV », soldat de sa garde"), "xestes" (une corruption de sextarius , rendu «pots», 7:4, 8), "quadrans" (12h42, a rendu "un sou»), «Centurion» (15:39, 44, 45). Il cite seulement deux fois dans l'Ancien Testament (1:02; 15:28).

Les caractéristiques de cet Evangile sont: (1) l'absence de la généalogie de notre Seigneur, (2) qu'il représente comme revêtus de la puissance, le «lion de la tribu de Juda." (3.) Marc enregistre également avec une minutie merveilleuse des mots très (3:17; 5:41; 7:11, 34; 14h36) ainsi que la position (09h35) et les gestes (3:5, 34 ; 05:32; 09:36; 10:16) de notre Seigneur. (4.) Il est également prudent d'enregistrer les détails de la personne (1:29, 36; 3:06, 22, etc), numéro (5:13; 6:07, etc), place (2:13; 04h01; 07h31, etc), et le temps (1:35; 02:01; 04:35, etc), ce qui les autres évangélistes omettre. (5.) L'expression «et aussitôt» se produit près de quarante fois dans cet évangile, alors que dans l'Evangile de Luc, qui est beaucoup plus long, il est utilisé seulement sept fois, et dans Jean que quatre fois. «L'Évangile de Marc," dit Westcott, "est essentiellement une transcription de la vie.

Le cours et la délivrance de faits sont imagés en elle avec le plus clair contour. "" En Marc, nous avons aucune tentative d'élaborer un récit continu. Son Evangile est une succession rapide d'images vives vaguement enfilées, sans tentative de beaucoup à les lier dans un ensemble ou donner les événements dans leur ordre naturel. Cette puissance picturale est ce qui caractérise spécialement cet évangéliste, de sorte que «si quelqu'un désire connaître un fait évangélique, non seulement dans ses principales caractéristiques et les grands résultats, mais aussi dans sa délimitation plus graphique les plus infimes et pour ainsi dire, il doit se réfugier à Marc "Le principe directeur qui traverse cet Evangile peut être exprimé dans la devise:«. Jésus est venu ...... prêchant l'évangile du royaume Sur un total de "(Marc 1:14)." 662 versets, Marc a 406 en commun avec Matthieu et Luc, 145 avec Matthew, 60 avec Luc, et au plus 51 qui lui sont propres. »(Voir Matthieu).

(Easton Illustrated Dictionary)


Evangile de Saint Marc

Information catholique

Le sujet sera traité sous les rubriques suivantes:

Sommaire I., sélection et l'agencement de la matière;

II. Paternité;

III. Langue d'origine, de vocabulaire et de style;

IV. État de texte et d'intégrité;

V. Place et de la date de composition;

VI. Destination et le but;

VII. Relation avec Matthieu et Luc.

SOMMAIRE I., DE SÉLECTION ET arrangement de la matière

Le second évangile, comme les deux autres synoptiques, traite principalement avec le ministère galiléen de Jésus-Christ, et les événements de la semaine dernière à Jérusalem. Dans une brève introduction, le ministère du Précurseur et la préparation immédiate du Christ pour son travail de fonctionnaire par son baptême et la tentation sont abordés: (i, 1-13); suit alors le corps de l'Évangile, traitant avec le ministère public, Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus (I, 14-xvi, 8), et enfin le travail dans sa forme actuelle donne un compte rendu sommaire de quelques apparitions du Seigneur ressuscité, et se termine avec une référence à l'Ascension et la prédication universelle de l'Evangile (XVI, 9-20). Le corps de l'Evangile tombe naturellement en trois divisions: le ministère en Galilée et dans les districts adjacents: la Phénicie, la Décapole, et le pays vers le nord Cæarea Philippes (i, 14-IX, 49); le ministère en Judée et (kai Peran, avec B, Aleph, C *, L, Psi, en x, 1) Peræ, et le voyage à Jérusalem (x, 1-XI, 10); les événements de la semaine dernière à Jérusalem (XI, 11-xvi, 8) .

En commençant par le ministère public (cf. Actes 1:22; 10:37), Saint-Marc passe sous silence les événements préliminaires enregistrées par les Synoptiques d'autres: la conception et la naissance du Baptiste, la généalogie, la conception et la naissance de Jésus, la venue des mages, etc Il est beaucoup plus préoccupés par les actes du Christ que par ses discours, seuls deux d'entre eux étant donné à n'importe quelle longueur considérable (IV, 3-32; XIII, 5-37). Les miracles sont racontés les plus graphiquement et jeté dans une large place, presque un quart de tout l'Évangile (dans le vulg., 164 versets sur 677) étant consacré à eux, et il semble y avoir un désir d'impressionner les lecteurs dès le début avec la toute-puissance du Christ et la domination sur toute la nature. Les enregistrements tout premier chapitre trois miracles: l'expulsion d'un esprit impur, la cure de Pierre-mère loi, et la guérison d'un lépreux, outre allusion sommairement à beaucoup d'autres (i, 32-34), et des les dix-huit miracles enregistrés au total dans l'Évangile, tous sauf trois (ix, 16-28; x, 46-52; XI, 12-14) se produisent dans les huit premiers chapitres. Seulement deux de ces miracles (vii, 31-37; VIII, 22-26) sont propres à Marc, mais, à l'égard de presque tous, il ya des touches graphiques et les moindres détails ne se trouve pas dans les autres synoptiques. Parmi les paraboles Marc correcte n'a que quatre: le semeur (IV, 3-9), les semences de plus en plus secrètement, (iv, 26-29), les graines de moutarde (IV, 30-32), et le méchant laboureur (XII, 1 -9), le second de ces manque dans les autres Evangiles. Une attention particulière est portée à travers les sentiments et les émotions humaines du Christ, et à l'effet produit par ses miracles sur la foule. Les faiblesses des Apôtres sont beaucoup plus apparents que dans les récits parallèles de Matt. et Luc, ceci étant probablement dû au discours graphique et franche de Pierre, sur lequel la tradition représente Marquer comme reposant.

Les notes répétées du temps et de lieu (par exemple, i, 14, 19, 20, 21, 29, 32, 35) semblent montrer que l'évangéliste veut organiser dans l'ordre chronologique d'au moins un certain nombre d'événements qu'il enregistre. Parfois la note de temps manque (par exemple I, 40; III, 1; IV, 1; x, 1, 2, 13) ou imprécises (par exemple, ii, 1, 23; IV, 35), et dans de tels cas, il peut Bien entendu s'écarter de l'ordre des événements. Mais le fait même que dans certains cas, il parle ainsi vaguement et indéfiniment le rend d'autant plus nécessaire de prendre ses notes de temps déterminée et la séquence dans d'autres cas comme indiquant l'ordre chronologique. Nous sommes ici confrontés, cependant, avec le témoignage de Papias, qui cite un ancien (presbytre), avec qui il accepte apparemment, que de dire que Marc n'a pas écrit dans l'ordre: «Et l'aîné dit aussi: Marc, devenu l'interprète de Pierre, écrit avec précision tout ce qu'il se souvenait, sans, toutefois, l'enregistrement en ordre ce qui a été dit ou fait par le Christ. Car ni at-il entendu le Seigneur, et il n'a pas le suivre, mais après, comme j'ai dit, (il assisté) Pierre, qui a adapté ses instructions aux besoins (de ses auditeurs), mais n'a pas eu dessein de donner un compte relié des oracles du Seigneur [vl "mots"]. Alors Marc n'a fait aucune erreur [Schmiedel, «pas commis de faute »], alors qu'il écrivait ainsi le bas certaines choses (comme il le rappeler Enia eux, car il a fait son unique soin de ne rien omettre qu'il avait entendu, ni dépose une fausse déclaration à cet égard» (Eusèbe, ".. Hist Eccl" , III, xxxix). Certains en effet ont bien compris ce passage célèbre pour signifier simplement que Marc n'a pas écrit une œuvre littéraire, mais simplement une chaîne de notes relié dans le plus simple de la mode (cf. Swete, "Le CAC Evangile. à Marc", pp LX-LXI). L'auteur du présent article, cependant, est convaincu que ce que Papias et l'aîné nient à notre Évangile est l'ordre chronologique, puisque pour aucun autre ordre aurait-il été nécessaire que Marc devraient avoir entendu ou suivi le Christ. Mais le le passage n'est pas nécessaire, on entend plus que Marc quitte occasionnellement de l'ordre chronologique, une chose nous sommes prêts à admettre Que Papias et l'aîné considéré comme le véritable ordre, nous ne pouvons pas dire;. ils ne peuvent guère avoir imaginé qu'il soit représenté dans le premier évangile, qui si évidemment groupes (p. ex VIII-IX), ni, il semblerait, dans le troisième, puisque Luc, comme Marc, n'avait pas été un disciple du Christ. Il se pourrait bien que, appartenant comme ils le faisaient à l'Asie Mineure, ils avaient l'Evangile de saint Jean et sa chronologie à l'esprit. En tout cas, leur jugement sur l'Évangile Deuxièmement, même si être juste, ne nous empêche pas de tenir que Marc, dans une certaine mesure, organise des événements du Christ, comme dans l'ordre chronologique.

II. AUTEUR

Tous ancienne tradition relie le second évangile avec deux noms, ceux de saint Marc et saint Pierre, Marc étant tenu d'avoir écrit ce que Pierre avait prêché. Nous venons de voir que c'était la vue de Papias et l'aîné à qui il se réfère. Papias a écrit plus tard sur AD 130, de sorte que le témoignage de l'aîné apporte sans doute nous ramène au premier siècle, et montre le second évangile connue en Asie Mineure et attribué à Saint-Marc à ce moment-tôt. Ainsi Irénée dit: "Marc, le disciple et l'interprète de Pierre, lui aussi légué par écrit ce qui a été prêché par Pierre» («Adv Haer..», III, i, ibid, X, 6.). Saint Clément d'Alexandrie, en s'appuyant sur l'autorité de «les prêtres aînés», nous raconte que, lorsque Pierre avait publiquement prêché à Rome, beaucoup de ceux qui ont entendu l'exhortaient Marc, comme celui qui avait longtemps suivi Pierre et rappeler ce qu'il avait dit, de l'écrire, et que Marc ", composé de l'Evangile et le donna à ceux qui avaient demandé pour elle» (Eusèbe, "Hist. Eccl.", VI, xiv). Origène dit (ibid., VI, xxv) que Marc a écrit que Peter l'a dirigé (OS Petros huphegesato automatique), et Eusèbe lui-même les rapports de la tradition que Pierre approuvé ou autorisé de travail de Marc ("Hist. Eccl.», II, XV). A ces premiers témoins de l'Est peuvent être ajoutés, de l'Occident, l'auteur du Fragment de Muratori qui, dans sa première ligne presque certainement se réfère à la présence de Marc à des discours de Pierre et de sa composition de l'Evangile en conséquence (Quibus tamen interfuit et ita posuit); Tertullien, qui stipule: «L'Evangile, qui marque publiée (edidit est affirmé comme Pierre, dont l'interprète a été Marc" (". Contra Marc», IV, V); Saint-Jérôme, qui en un seul endroit, dit que Marc a écrit une courte Evangile à la demande des frères à Rome, et que Peter l'a autorisé à être lu dans les églises ("De Vir. Ill", viii), et un autre qui l'évangile de Marc a été composé, Peter et Marc narrant l'écriture (Petro narrante et illo scribente -.. ". Annonce Hedib", EP cxx) Dans chacun de ces anciennes autorités Marc est considéré comme l'auteur de l'Évangile, qui est considéré au même moment comme ayant autorité apostolique, parce que nettement moins qu'il était venu de Saint-Pierre. A la lumière de ce sujet traditionnel de l'Evangile, il avec saint Pierre, il ne fait aucun doute qu'il est de saint Justin martyr, écrit au milieu du deuxième siècle, renvoie (" Composer »., 106), quand il s'affaisse que le Christ a donné le titre de« Boanerges "pour les fils de Zébédée (un fait mentionné dans le Nouveau Testament que dans Marc 3:17), et que cela est écrit dans les« mémoires » de Peter (en tois apopnemaneumasin autou - après qu'il avait juste nommé Peter). Bien que saint Justin ne nomme Marc comme l'écrivain des mémoires, le fait que son disciple Tatien utilisé nos Marc présents, y compris même les douze derniers versets, dans la composition de la «Diatessaron», rend pratiquement certain que saint Justin savions que notre évangile présents Deuxièmement, et comme les autres Pères qu'elle relié à St Pierre.

Si, donc, une tradition constante et généralisée au début est de compter pour rien, Saint-Marc a écrit un ouvrage basé sur la prédication de saint Pierre. Il est absurde de chercher à détruire la force de cette tradition en proposant que toutes les autorités suivantes fier Papias, qui peuvent avoir été trompé. En dehors de l'improbabilité absolue que Papias, qui avait parlé avec de nombreux disciples des apôtres, aurait pu être trompés sur une telle question, le fait que Irénée semble placer la composition du travail de Marc après la mort de Pierre, tandis que d'Origène et d'autres représentent l'Apôtre que l'approbation de celui-ci (voir ci-dessous, V), montre que tous ne tirent pas de la même source. Par ailleurs, Clément d'Alexandrie mentionne comme sa source, non pas une autorité unique, mais "les anciens depuis le début" (tonne anekathen presbuteron - "... Hist Eccl« Eusèbe, VI, xiv). La seule question, alors, qui peut être soulevée avec l'ombre de la raison, est de savoir si le travail de Saint-Marc était identique à notre Evangile Deuxième présent, et sur ce il n'ya pas de place pour le doute. Début de la littérature chrétienne ne connaît pas de trace d'un Evangile différent de notre présent Urmarkus, et il est impossible qu'une œuvre donnant le prince de compte des apôtres des paroles du Christ et les actes pourrait avoir disparu complètement, sans laisser aucune trace derrière lui. On ne peut pas dire que la marque d'origine a été travaillé jusqu'à dans notre second évangile actuel, car alors, Saint-Marc ne pas être l'auteur réel de l'ouvrage actuel et sa substance étant dû à saint Pierre, il n'y aurait eu aucune raison d'attribuer à Marc, et il aurait sans doute été connu dans l'Eglise, non pas par le titre qu'il porte, mais comme l '"Evangile selon Peter".

Preuve interne confirme l'opinion selon laquelle notre Evangile présents Seconde est le travail visé par Papias. Ce travail, comme on l'a vu, était basé sur les discours de Pierre. Maintenant, nous apprenons des Actes (i, 21-22; x, 37-41) que la prédication de Pierre traitait essentiellement de la vie publique, la Mort, la Résurrection et l'Ascension du Christ. Donc, notre Marc présents, se bornant à les mêmes limites, en omettant toute référence à la naissance du Christ et la vie privée, comme on en trouve dans les premiers chapitres de Matthieu et de Luc, et en commençant par la prédication du Baptiste, se termine par la Résurrection du Christ et de l'Ascension . Encore une fois (1) de la touche graphique et vivante propre à notre second évangile présent, sa note minute en ce qui concerne (2) personnes, (3) places, (4) fois, et (5) chiffres, le point d'un témoin oculaire, comme Pierre, comme la source d'information de l'écrivain. Ainsi on nous dit (1) comment Jésus prend avec lui Pierre, la mère-frère par la main et la fit lever (i, 31), comment la colère Il regarda autour de ses critiques (III, 5), comment il a eu des petits enfants dans ses bras et les bénit et posa sa main sur eux (IX, 35; X, 16), comment ceux qui ont exécuté au paralytique découvrirent le toit (II, 3, 4), comment le Christ a ordonné que la multitude devraient s'asseoir sur la l'herbe verte, et comment ils se sont assis dans les entreprises, dans cent et cinquante (vi, 39-40); (2) comment Jacques et Jean ont quitté leur père dans la barque avec les mercenaires (i, 20), comment ils sont venus dans la maison de Simon et André, avec Jacques et Jean (i, 29), comment l'aveugle de Jéricho était le fils de Timée (x, 46), comment Simon de Cyrène était le père d'Alexandre et de Rufus (XV, 21 ), (3) comment il y avait pas de place même devant la porte de la maison où était Jésus (II, 2), comment Jésus s'assit dans la mer et toute la foule était par la mer sur la terre (IV, 1), comment Jésus était dans la poupe du bateau endormi sur l'oreiller (IV, 38); (4) comment, le soir du Sabbat, quand le soleil était couché, les malades ont été amenés pour être guéri (i, 32), comment Le matin, bien avant le jour, le Christ se leva (i, 35), comment il a été crucifié à la troisième heure (XV, 25), comment les femmes sont venues au tombeau très tôt, lorsque le soleil s'était levé (xvi, 2) (5); comment le paralytique était porté par quatre (II, 3), comment les porcs ont été environ deux mille en nombre (v. 13), comment le Christ a commencé à envoyer les apôtres, deux et deux (VI, 7). Cette masse d'information qui manque dans les autres synoptiques, et dont les instances ci-dessus ne sont qu'un échantillon, a prouvé hors de tout doute que l'auteur du second évangile doit avoir tiré de quelque source indépendante, et que cette source doit avoir été un témoin oculaire . Et quand nous réfléchissons que les incidents liés à Peter, comme la guérison de sa mère-frère et ses trois négations, sont racontées avec des détails spéciaux dans cet évangile, que les comptes de l'élever à la vie de la fille de Jaïre, de la la Transfiguration, et de l'agonie dans le Jardin, trois occasions au cours desquelles seuls Pierre et Jacques et Jean étaient présents, montrent des signes particuliers des connaissances de première main (cf. Swete, op. cit., p. XLIV) qui pourraient être attendus dans le travail d'un disciple de Pierre (Matthieu et Luc peut aussi se sont appuyés sur la tradition de Pierre pour leurs comptes de ces événements, mais naturellement disciple de Pierre serait plus intimement connaissance avec la tradition), et enfin, quand on se souvient que, bien que les dossiers Evangile Seconde spéciale plénitude Pierre trois reniements, il le seul parmi les Evangiles omettre toute référence à la promesse ou l'effusion sur lui de la primauté (cf. Mt 16:18-19; Luc 22:32; Jean 21:15-17 ), nous sommes amenés à conclure que le témoin à qui Saint-Marc était redevable de son information particulière a été Saint-Pierre lui-même, et que notre évangile présents Deuxièmement, comme le travail de Marc visés par Papias, est basé sur le discours de Pierre. Cette preuve interne, si elle n'a pas vraiment prouver la vision traditionnelle sur l'origine pétrinien de l'Evangile Deuxièmement, est tout à fait compatibles avec elle et tend fortement à le confirmer.

III. Langue originale, VOCABULAIRE, ET STYLE

Il a toujours été l'opinion commune que le second évangile a été écrit en grec, et il n'ya aucune raison solide de douter de la justesse de cette vue. Nous apprenons de Juvénal (sam., III, 60 sq;. VI, 187 sqq) et Martial (Epig., XIV, 58) que le grec a été très largement parlé à Rome au premier siècle. Diverses influences étaient à l'œuvre pour diffuser la langue dans la capitale de l'Empire. «En effet, il y avait une double tendance qui embrassaient à des cours une fois aux deux extrémités de l'échelle sociale. D'une part parmi les esclaves et les classes commerciales, il y avait des essaims d'Orientaux grecs et de langue grecque. D'autre part dans les grades supérieurs c'était la mode de parler grec, les enfants ont appris par les infirmières qu'elle grecques et dans la vie, après l'utilisation de celui-ci a été réalisée à la hauteur de l'affectation »(Sanday et Headlam,« Romains », p. LII). Nous savons, aussi, qu'il était en grec écrit saint Paul aux Romains, et de Rome Saint-Clément a écrit à l'Eglise de Corinthe dans la même langue. Il est vrai que certains manuscrits cursifs grecs du Xe siècle ou plus tard parler de l'Evangile comme second écrit en latin (egrathe Romaisti fr Rome, mais peu de preuves et à la fin de ce genre, qui est probablement seulement une déduction sur le fait que l'Evangile a été écrit à Rome, peut être autorisé sur le poids. semble tout aussi improbable l'opinion de Blass (Philol. de l'Gosp., 196 sqq.) que l'Evangile a été écrit en araméen. Les arguments avancés par Blass (cf. aussi Allen dans " . Expositor ", 6e série, I, 436 sqq) montrent simplement tout au plus que Marc peut-être pensé en araméen;. et, naturellement, son simple, familier grecs révèle une grande partie de la teinte natif araméenne Blass exhorte en effet que les diverses lectures dans les manuscrits de Marc, et les variations de citations patristiques de l'Evangile, sont des reliques de différentes traductions d'un original araméen, mais les cas, il invoque à l'appui de cette situation sont assez concluants. Un original araméen est absolument incompatible avec le témoignage de Papias, qui contraste évidemment le travail de l'interprète de Pierre avec le travail en araméen de Matthieu. Elle est incompatible, aussi, avec le témoignage de tous les autres Pères, qui représentent l'Evangile comme écrit par l'interprète de Pierre pour les chrétiens de Rome.

Le vocabulaire de l'Évangile Seconde embrasse 1330 mots distincts, dont 60 sont des noms propres. Quatre-vingts mots, à l'exclusion des noms propres, on ne trouve pas ailleurs dans le Nouveau Testament, ce qui, cependant, est un petit nombre en comparaison avec plus de 250 mots particuliers dans l'Evangile de saint Luc. Des mots de Saint-Marc, 150 sont partagés que par les deux autres synoptiques, 15 sont partagés que par Saint-Jean (Evangile), et 12 autres par l'un ou l'autre des Synoptiques et de saint Jean. Bien que les mots trouvés, mais une fois dans le Nouveau Testament (hapax Apax) ne sont pas assez nombreux dans le second évangile, ils sont souvent remarquables, nous nous réunissons avec des mots rares tard grecs tels que (Eiten, paidiothen, avec des expressions familières comme (kenturion, xestes , spekoulator), et avec translittérations tels que Korban, Taleitha koum, Effata, rabbounei (cf. Swete, op. cit., p. XLVII). Parmi les mots propres à Saint-Marc près d'un quart sont des non-classiques, tandis que parmi celles particulières à saint Matthieu ou à Saint-Luc, la proportion de non-classique des mots n'est que d'environ un septième (cf. Hawkins, "Hor. Synopt.", 171). Dans l'ensemble, le vocabulaire du second évangile points à l'écrivain comme un étranger qui connaissait bien le grec familier, mais un étranger relative à l'utilisation de la langue littéraire.

Style de Saint-Marc est clair, direct, concis, pittoresque et, si parfois un peu rudes. Il fait un usage très fréquent des participes, aime le présent historique, de la narration directe, des doubles négations, de l'utilisation abondante de adverbes de définir et de mettre l'accent ses expressions. Il varie son temps du très librement, parfois pour faire ressortir les différentes nuances de sens (VII, 35; XV, 44), parfois apparemment pour donner vie à un dialogue (IX, 34; XI, 27). Le style est souvent la plus comprimée, beaucoup étant transmis en quelques mots (i, 13, 27; xii, 38-40), mais au adverbes d'autres temps et synonymes et même les répétitions sont utilisées pour accentuer l'impression et la colorent l'image. Des clauses sont généralement enchaînées dans la manière la plus simple par Kai; n'est pas utilisé de moitié aussi souvent que dans Matthieu ou Luc, tandis que oun survient seulement cinq fois dans l'Évangile tout entier. Latinismes sont rencontré plus fréquemment que dans les autres Evangiles, mais cela ne prouve pas que Marc a écrit en latin ou même compris la langue. Cela prouve simplement qu'il était familier avec le grec commun de l'Empire romain, qui librement adopté mots latins et, dans une certaine mesure, la phraséologie latine (cf. Blass, «Philol. Gosp de l'.", 211 sq), en effet ces familiarité avec ce qu'on pourrait appeler romains grecs confirment fortement l'idée traditionnelle que Marc était un «interprète», qui a passé quelque temps à Rome.

IV. ÉTAT DE TEXTE ET L'INTÉGRITÉ

Le texte de l'Evangile Deuxièmement, comme d'ailleurs de tous les évangiles, est parfaitement attestée. Elle est contenue dans tous les manuscrits primaires Unical, C, cependant, ne pas avoir le texte complet, dans tous les unicals plus importantes plus tard, dans la grande masse des cursives; dans toutes les anciennes versions:.. Latin (deux Vet Il en ses meilleurs manuscrits, et Vulg), syriaque (Pesh., Curet, Sin, Harcl Palest,), copte (Memph. et THEB), l'arménien, le gothique, et l'éthiopien;...... et il est largement attestée par patristique citations. Certains problèmes textuels, cependant, demeurent, par exemple, si Gerasenon ou Gergesenon est à lire dans v, 1, eporei ou epoiei dans vi, 20, et si les difficultés autou, attestée par B, Aleph, A, L, ou autes sont pour être lu dans vi, 20. Mais le grand problème textuel de l'Evangile concerne l'authenticité de ces douze derniers versets. Trois conclusions de l'Evangile sont connus: la conclusion de long, comme dans nos Bibles, des versets contenant 9-20, la courte se terminant par le verset 8 (ephoboumto Gar), et une forme intermédiaire qui (avec quelques légères variations) fonctionne comme suit: "Et ils ont immédiatement fait connaître tout ce qui avait été commandé à ceux de Pierre. Et après cela, Jésus Lui-même leur apparut, et à travers les envoya de l'Est à l'Ouest de la proclamation sainte et incorruptible du salut éternel." Maintenant cette troisième forme peut être rejetée à la fois. Quatre manuscrits Unical, datant du VIIe au IXe siècle, il donne, en effet, après xvi, 9, mais chacun d'eux fait aussi référence à la plus longue se termine comme une alternative (pour détails cf. Swete, op. Cit., Pp . CV-CVII). Il se distingue également dans la marge du manuscrit cursif 274, en marge de l'Harclean syriaque et de deux manuscrits de la version Memphitic et, dans quelques manuscrits de l'Éthiopien qu'il tient entre le verset 8, et la conclusion ordinaire. Une seule autorité, la k Vieux latin, il donne seul (dans un rendu très corrompu), sans aucune référence à la forme plus longue. Ces éléments de preuve, surtout lorsque comparée à celle des deux autres terminaisons, ne peut avoir aucun poids, et en fait, aucun érudit qui concerne cette conclusion intermédiaires comme ayant tous les titres à l'acceptation.

Nous pouvons passer, ensuite, d'examiner comment le cas se situe entre la conclusion de long et le court, c'est à dire entre accepter XVI, 9-20, comme une partie authentique de l'Evangile d'origine, ou de faire la fin originale avec xvi, 8. En faveur de la Eusèbe se termine court ("Quaest. Ad Marin.") Est appelé à dire que l'apologie pourrait se débarrasser de toute difficulté découlant de la comparaison de Matt. XXVIII, 1, avec Marc, xvi, 9, en ce qui concerne l'heure de la résurrection du Christ, en faisant remarquer que le passage au début de Marc avec le verset 9 n'est pas contenue dans tous les manuscrits de l'Évangile. L'historien passe ensuite sur lui-même à dire que dans presque tous les manuscrits de Marc, au moins, dans les précis (schedon fr apasi tois antigraphois... Ta M'goun akribe, l'Evangile se termine avec xvi, 8.

Il est vrai, Eusèbe donne une deuxième réponse, qui pourrait faire l'apologiste, et qui suppose l'authenticité du passage contesté, et il dit que cette réponse-ci pourrait être faite par celui «qui n'a pas osé mettre de côté quelque chose qui a été trouvé en aucune manière dans l'écriture Evangile ". Mais tout le passage montre assez clairement que Eusèbe était enclin à rejeter tout ce qui suit XVI, 8. Il est communément admis, aussi, qu'il ne s'applique pas ses canons aux versets litigieux, ce qui montre clairement qu'il n'a pas les considérer comme une partie du texte original (voir, cependant, Scriv. "Introd.», II, 1894, 339). Saint Jérôme dit aussi dans un seul endroit («Ad. Hedib.") Que le passage manquait dans presque tous les manuscrits grecs (omnibus Græciæ libris capitule poene hoc in fine habentibus non), mais il cite d'ailleurs ("Commentaire. Matt . ";" Ad Hedib »), et, comme nous le savons, il a incorporé dans la Vulgate.. Il est clair que tout le passage, où Jérôme fait la déclaration sur les versets litigieux étant absent de manuscrits grecs, est emprunté presque textuellement par Eusèbe, et on peut douter si sa déclaration ajoute vraiment aucune valeur probante indépendante à la déclaration d'Eusèbe. Il semble plus probable aussi que Victor d'Antioche, le premier commentateur de l'Évangile Deuxièmement, considéré XVI, 8, que la conclusion.

Si on ajoute à cela que l'Évangile se termine par XVI, 8, dans les deux plus anciens manuscrits grecs, B et Aleph, dans le péché. Syriaque et en quelques manuscrits éthiopiens, et que le manuscrit cursif 22 et quelques manuscrits arméniens indiquent doute quant à la vraie fin est au verset 8 ou le verset 20, nous avons mentionné toutes les preuves qui peuvent être invoquées en faveur de la conclusion de courte . La preuve externe en faveur de la longue, ou ordinaire, la conclusion est extrêmement forte. Le passage se trouve dans toutes les grandes unicals sauf B et Aleph - en A, C, (D), E, ​​F, G, H, K, M, (N), S, U, V, X, gamma, delta , (Pi, Sigma), Omega, Beth - dans tous les cursives, dans tous les manuscrits latins (. OL et Vulg) sauf k, dans toutes les versions sauf le syriaque (Sinaï dans le Pesh, Curet, Harcl... , Palest.), dans les manuscrits coptes, gothique, et la plupart des Arméniens.

Il est cité ou fait allusion, dans le quatrième siècle, par Aphraate, le tableau syriaque de chanoines, Macaire Magnes, Didyme, les Actes des Apôtres syriaques, Léonce, le Pseudo-Éphrem, Cyrille de Jérusalem, Épiphane, Ambroise, Augustin, et Chrysostome, dans le troisième siècle, par Hippolyte, Vincentius, les "Actes de Pilate», les «Constitutions apostoliques», et probablement par Celse, dans le second, par Irénée plus explicitement que la fin de l'évangile de Marc («In fine autem Evangelii ACI Marcus et quidem Dominus Jesus », etc - Marc XVI, 19), par Tatien dans le" Diatessaron ", et très probablement par Justin (« Apol I ", 45) et Hermas (Pasteur, IX, xxv, 2. ). Par ailleurs, dans le quatrième siècle certainement, et probablement dans le troisième, le passage a été utilisé dans la liturgie de l'Église grecque, une preuve suffisante que ce qui était sans aucun doute divertir quant à son authenticité. Ainsi, si l'authenticité du passage devaient être jugés par des preuves externes seuls, il pouvait difficilement y avoir aucun doute à ce sujet.

Beaucoup a été fait le silence de certains Père troisième et quatrième siècle, leur silence soit interprété comme signifiant qu'ils ne savaient pas le passage ou l'a rejeté. Ainsi Tertullien, SS. Cyprien, Athanase, Basile le Grand, Grégoire de Nazianze, et Cyrille d'Alexandrie sont appelé. Dans le cas de Tertullien et de Cyprien il ya place pour quelques doutes, car ils pourraient assez naturellement à attendre d'avoir cité ou fait allusion à Marc, XVI, 16 ans, si elles l'ont reçu, mais le passage ne peut guère avoir été inconnus à Athanase ( 298-373), car il a été reçu par Didyme (309-394), son contemporain à Alexandrie (PG, XXXIX, 687), ni de Basile, voyant qu'il a été reçu par son jeune frère Grégoire de Nysse (PG, XLVI, 652 ), ni à Grégoire de Nazianze, car il était connu pour son jeune frère Cæsarius (PG, XXXVIII, 1178), et quant à Cyrille d'Alexandrie, il cite réellement à partir de Nestorius (PG, LXXVI, 85). Les seules difficultés sérieuses sont créés par son omission dans B et Aleph et par les déclarations d'Eusèbe et de Jérôme.

Mais Tischendorf prouvé jusqu'à la démonstration (Proleg., p. xx, 1 ss.) Que les deux fameux manuscrits ne sont pas ici deux témoins indépendants, parce que le scribe de B copie la feuille dans Aleph sur lequel se trouve notre passage. Par ailleurs, dans les deux manuscrits, le scribe, bien que concluant avec le verset 8, trahit quelque chose de plus que les connaissances suivie soit dans son archétype ou dans d'autres manuscrits, dans B, contrairement à son habitude, il laisse plus d'une colonne vacant après le verset 8, et au verset 8 Aleph est suivie par un complexe d'arabesques, comme se rencontre nulle part ailleurs dans l'ensemble du manuscrit, en montrant que le scribe était au courant de l'existence d'une conclusion dont il voulait délibérément à exclure (cf. Cornely, "Introd. », iii, 96-99; Salmon,« Introd », 144-48).. Ainsi, les deux manuscrits témoignent de l'existence d'une conclusion, après le verset 8, où ils omettent. Que B et Aleph sont deux des cinquante manuscrits qui Constantin a commandé Eusèbe d'avoir des copies pour sa nouvelle capitale nous ne pouvons pas être sûr, mais en tout cas, ils ont été écrits à une époque où l'autorité d'Eusèbe a été primordiale dans la critique biblique, et probablement leur l'autorité est l'autorité, mais d'Eusèbe. La vraie difficulté, par conséquent, contre le passage, à partir de preuves externes, se réduit à ce Eusèbe et saint Jérôme dire sur son omission dans de nombreux manuscrits grecs, et ceux-ci, comme Eusèbe dit, les précise.

Mais quel que soit l'explication de cette omission, il faut se rappeler que, comme nous l'avons vu précédemment, les versets litigieux étaient largement connues et ont reçu bien avant l'époque d'Eusèbe. Dean Burgon, tout en soutenant pour l'authenticité de ces versets, a suggéré que l'omission auraient pu venir au sujet comme suit. Une des leçons ancienne église s'est terminée avec Marc, xvi, 8 et Burgon suggéré que le telos, qui se situerait à la fin de ces leçons, peut-être trompé certains scribe qui avait devant lui une copie des quatre Evangiles dans laquelle Marc se dernier, et dont la dernière feuille, contenant des versets litigieux, était absente. Compte tenu d'une copie tels défectueux, et en supposant qu'il est tombé dans les mains de scribes ignorants, l'erreur pourrait facilement se propager. D'autres ont suggéré que l'omission est sans doute d'être tracée à Alexandrie. Cette Eglise a mis fin au jeûne du Carême et a commencé la célébration de Pâques, à minuit, contrairement à la coutume de la plupart des Eglises, qui ont attendu pour le chant du coq (cf. Denys d'Alexandrie dans PG, X, 1272 sq.) Maintenant Marc, xvi, 9: «Mais il se lever tôt", etc, pourraient facilement être prises pour favoriser la pratique des autres Églises, et il est suggéré que les Alexandrins peuvent avoir omis le verset 9 et ce qui suit à partir de leur lectionnaires, et à partir de ces omission pourrait passer dans les manuscrits de l'Évangile.

Qu'il y ait une force dans ces suggestions, ils soulignent en tout cas les moyens par lesquels il était possible que le passage, bien réelle, doit avoir été absent d'un certain nombre de manuscrits à l'époque d'Eusèbe, tandis que, sur l'autre et, si les versets n'ont pas été écrites par saint Mar, il est extrêmement difficile de comprendre comment ils auraient pu être si largement reçue dans le deuxième siècle pour être accepté par Tatien et Irénée, et probablement par Justin et Hermas, et trouver une place dans Les anciennes versions latines et syriaques.

Lorsque nous nous tournons vers les éléments internes, le nombre, et plus encore le caractère, des particularités est certes frappante. Les mots ou expressions suivants se produisent nulle part ailleurs dans l'Evangile: prote sabbaton (v. 9), ne se trouve pas encore dans le Nouveau Testament, au lieu de te [s] mia [s] [tonnes] sabbaton (v. 2), utilisé ekeinos absolue (10, 11, 20), poreuomai (10, 12, 15), theaomai (11, 14), apisteo (11, 16), les méta tauta et eteros (12), et une salle d'parakoloutheo onomati (17), ho kurios (19, 20), pantachou, sunergeo, bebaioo, epakoloutheo (20). Au lieu de la connexion d'habitude par kai et une occasionnelle de, nous avons de méta tauta (12), husteron [de] (14), les hommes ho oun (19), ekeinoi de (20). Ensuite, il est instamment demandé que le sujet du verset 9 n'a pas été mentionnée immédiatement avant; que Marie-Madeleine semble maintenant être introduit pour la première fois, mais en fait elle a été mentionné trois fois dans les seize versets précédents; qu'aucune référence n'est faite d'une apparition du Seigneur en Galilée, bien que cela était à prévoir en vue du message du verset 7. Comparativement peu d'importance attachée à ces trois derniers points, pour le sujet du verset 9 est suffisamment évident d'après le contexte, la référence à la Madeleine comme la femme sur qui le Christ avait chassé sept démons est explicable ici, comme montrant l'amour miséricordieux du Seigneur pour celui qui auparavant avait été si misérable, et la mention d'une apparition en Galilée n'était guère nécessaire.

L'important étant de prouver, comme ce passage ne, que le Christ était vraiment ressuscité des morts, et que ses apôtres, presque contre leur volonté, ont été obligés de croire le fait. Mais, même quand cela est dit, la force cumulée de la preuve contre l'origine du passage Marcan est considérable. Quelques explications peuvent en effet être proposés sur presque tous les points (cf. Knabenbauer, "Comm. De Marc.", 445-47), mais elle est le fait que dans le court espace de douze versets tant de points nécessitent des explications qui fait la force de la preuve. Il n'ya rien d'étrange à propos de l'utilisation, dans un passage comme celui-ci, de nombreux mots rares qu'il auteur. Seulement dans le dernier caractère est utilisé apisteo par saint Luc aussi (Luc 24:11, 41), eteros est utilisé une seule fois dans l'Evangile de Saint Jean (XIX, 37), et parakoloutheo n'est utilisé qu'une seule fois par saint Luc (i , 3). Par ailleurs, dans d'autres passages de Saint-Marc utilise beaucoup de mots qui ne figurent pas dans l'Évangile en dehors du passage particulier. Au cours des dix versets, Marc, IV, 20-29, l'auteur a constaté quatorze mots (quinze, si phanerousthai du xvi, 12, soit ne pas Marcan) qui n'existent nulle part ailleurs dans l'Evangile. Mais, comme l'a dit, c'est la combinaison de tant de caractéristiques particulières, non seulement du vocabulaire, mais de la matière et de la construction, qui laisse place à aucun doute quant à la paternité Marcan des versets.

En pesant les preuves internes, cependant, compte doit être de prendre de l'improbabilité de la conclusion de l'évangéliste au verset 8. En dehors de l'invraisemblance de sa fin avec la gar Participe, il n'aurait jamais volontairement fermer son compte sur les «bonnes nouvelles» (I, 1) avec la note de la terreur attribué au xvi, 8, à certains des disciples du Christ. Ne pouvait pas non un évangéliste, surtout un disciple de saint Pierre, volontairement conclure son Evangile, sans mentionner quelque apparence du Seigneur ressuscité (Actes 1:22; 10:37-41). Si, alors, Marc conclu avec le verset 8, il doit avoir été parce qu'il est mort ou a été interrompu avant qu'il ait pu écrire plus. Points de la tradition Mais pour sa vie sur l'Evangile, après a été achevée, car il le représente comme apportant le travail avec lui en Egypte ou en tant que de le remettre aux chrétiens de Rome qui avait demandé pour lui. Il n'est pas facile de comprendre comment, si il vivait, il aurait pu être interrompue pour être efficacement empêchée d'ajouter, tôt ou tard, même une courte conclusion. Non beaucoup de minutes auraient été nécessaires pour écrire un tel passage comme XVI, 9-20, et même si c'était son désir, comme Zahn suggère sans raison (Introd., II, 479), d'ajouter quelques portions considérables pour le travail, il est encore inconcevable comment il aurait pu soit distribué lui-même ou ses amis a permis de la faire circuler, sans lui fournir au moins une conclusion temporaire et provisoire. En toute hypothèse, alors, XVI, 8, semble une fin impossible, et nous sommes forcés de conclure soit que la vraie fin est perdu ou que nous l'avons dans les versets litigieux. Maintenant, il n'est pas facile de voir comment il aurait pu être perdu. Zahn affirme qu'il n'a jamais été établie ni fait probable que même une seule phrase complète du Nouveau Testament a totalement disparu du texte transmis par l'Église (Introd., II, 477). En l'espèce, si la vraie fin ont été perdus pendant la durée de vie de Marc, la question à la fois se produit: Pourquoi n'at-il pas le remplacer? Et il est difficile de comprendre comment il pourrait avoir été perdu après sa mort, car avant cette date, sauf si il est mort en quelques jours de l'achèvement de l'Evangile, il doit avoir été copié, et il est peu probable que les mêmes versets pourraient ont disparu de plusieurs copies.

On verra de cette enquête sur la question qu'il n'y a aucune justification pour l'énoncé confiant de Zahn: «Il peut être considéré comme l'un des plus certaines des conclusions de critique, que les mots ephobounto gar, XVI, 8, sont les derniers mots dans le livre ont été écrits par l'auteur lui-même "(Introd., II, 467). Quelle que soit la réalité, il n'est pas du tout certain que Marc n'a pas écrit les versets litigieux. C'est peut-être qu'il n'a pas, qu'ils sont de la plume d'un autre écrivain inspiré, et ont été annexées à l'Evangile dans le premier siècle ou au début de la seconde. Un manuscrit arménien, écrit en AD 986, les attribue à un prêtre nommé Ariston, qui peut être le même avec le Aristion prêtre, cité par Papias comme un contemporain de Saint-Jean en Asie. Catholiques ne sont pas liés à tenir que les versets ont été écrits par Saint-Marc. Mais ils sont l'Ecriture canonique, par le Concile de Trente (Sess. IV), dans la définition que toutes les parties des Livres Saints doivent être reçus comme sacrés et canoniques, avait surtout en vue les parties contestées de l'Évangile, dont le présent conclusion de Marc est un (cf. Theiner, "Acta gen. Conc. Trid.", I, 71 sq). Ainsi, celui qui a écrit les couplets, ils sont inspirés, et doit être reçu comme tel par tous les catholiques.

LIEU ET DATE DE V. COMPOSITION

Il est certain que l'Evangile a été écrit à Rome. Saint Jean Chrysostome parle en effet de l'Egypte comme le lieu de composition ("Hom. I. sur Matt.", 3), mais il a probablement mal compris Eusèbe, qui affirme que Marc a été envoyé en Egypte et a prêché l'Evangile n'y lequel il avait écrit ( "Hist. Eccl.", II, XVI). Quelques rares savants modernes ont adopté la suggestion de Richard Simon ("Hist. Crit. Texte du du NT», 1689, 107) que l'évangéliste peut avoir publié à la fois une romaine et une édition égyptienne de l'Evangile. Mais cette vue est suffisamment réfutée par le silence des Pères de l'Alexandrin. D'autres avis, comme celle de l'Evangile a été écrit en Asie Mineure ou à Antioche syrienne, ne sont pas dignes d'aucune considération.

La date de l'Evangile est incertain. La preuve externe n'est pas décisif, et les internes n'aide pas beaucoup. Saint Clément d'Alexandrie, Origène, Eusèbe, Tertullien et Saint Jérôme signifie qu'il a été écrit avant la mort de Saint-Pierre. La souscription de nombreux états manuscrits tard Unical et cursive qu'il a été écrit dans le dixième ou douzième année après l'Ascension (AD 38-40). La «Chronique pascale" qu'il assigne à AD 40, et la "Chronique" d'Eusèbe à la troisième année de Claudius (AD 43). Peut-être ces dates précoce peut être seulement une déduction de la tradition que Pierre est venu à Rome en l'an deux de Claudius, AD 42 (cf. Eusèbe, II, xiv. "Hist Eccl..";. Jr, "De Vir. Ill ", i). Saint Irénée, d'autre part, semble placer la composition de l'Évangile après la mort de Pierre et Paul (méta de dix exodon Touton - ".. Adv Haer", III, i). Papias, aussi, en affirmant que Marc a écrit en fonction de son souvenir des discours de Pierre, a été interprétée comme signifiant que Pierre était mort. Ceci, cependant, ne suit pas nécessairement des paroles de Papias, pour Peter aurait été absent de Rome. Par ailleurs, Clément d'Alexandrie (Eusèbe, "Hist. Eccl.", VI, xiv) semble dire que Pierre était vivant et à Rome à l'époque a écrit Marc, mais il a donné l'évangéliste aucune aide dans son travail. Il est laissé, par conséquent, le témoignage de saint Irénée contre celle de tous les autres témoins au début, et il est un fait intéressant que la plupart des savants d'aujourd'hui rationaliste et protestante préfère suivre Irénée et d'accepter la date plus tard pour l'évangile de Marc, mais Ils rejettent presque à l'unanimité le témoignage de la sainte, donné dans le même contexte et soutenu par toute l'antiquité, en faveur de la priorité de l'évangile de Matthieu au-Marc. Diverses tentatives ont été faites pour expliquer le passage dans Irénée, afin de le mettre en accord avec les autorités d'autres précoce (voir, par exemple, Cornely, "Introd.", Iii, 76-78; Patrizi, «De Evang.", I, 38), mais à l'auteur du présent article, ils apparaissent échoue si le texte existant doit être considérée comme correcte. Il semble beaucoup plus raisonnable, cependant, de croire que Irénée s'est trompé que toutes les autres autorités sont dans l'erreur, et donc la preuve externe serait montrer que Marc a écrit avant la mort de Pierre (AD 64 ou 67).

De la preuve interne, nous pouvons conclure que l'Evangile a été écrit avant l'an 70, car il n'y a aucune allusion à la destruction du Temple de Jérusalem, comme cela peut naturellement s'attendre compte tenu de la prédiction dans XIII, 2, si cet événement avait déjà eu lieu. D'autre part, si XVI, 20: «Mais ils vont de suite prêcher partout», se de la plume de Saint-Marc, l'Evangile ne peut bien avoir été écrite avant la clôture du premier voyage apostolique de saint Paul (AD 49 ou 50 ), car il est vu d'Actes, XIV, 26; XV, 3, que seul avait alors la conversion des païens commencé sur une grande échelle. Bien sûr, il est possible que les précédents à ce les apôtres avaient prêché loin parmi les Juifs dispersés, mais, dans l'ensemble, il semble plus probable que le dernier verset de l'Evangile, se produisant dans un ouvrage destiné aux lecteurs européens, ne peut pas avoir été écrit avant l'arrivée de saint Paul en Europe (AD 50-51). Prendre les preuves externes et internes ainsi, nous pouvons conclure que la date de l'Évangile se situe probablement entre 50 et 67 après JC.

VI. Destination et le but

Tradition représente l'Evangile comme écrit principalement pour les chrétiens romains (voir ci-dessus, II), et la preuve interne, si elle n'est pas tout à prouver la véracité de ce point de vue, est tout à fait en accord avec elle. La langue et les coutumes des Juifs sont supposés être inconnus à au moins quelques-uns des lecteurs. Ainsi des termes comme Boanerges (III, 17), Korban (VII, 11), Ephphatha (VII, 34) sont interprétés; coutumes juives sont expliqués afin d'illustrer le récit (VII, 3-4; XIV, 12); de la situation des Mont des Oliviers en relation avec le Temple est souligné (XIII, 3), la généalogie du Christ est omis, et l'Ancien Testament est cité une seule fois (i, 2-3; xv, 28 ans, est omis par B, Aleph, A, C, D, X). Par ailleurs, la preuve, dans la mesure où il va, les points aux lecteurs romains. Pilate et son bureau sont censés être connus (15h01 - cf Matthieu 27:2;. Luc 03:01); d'autres pièces sont réduits à leur valeur en monnaie romaine (XII, 42); Simon de Cyrène est dit être le père d'Alexandre et de Rufus (XV, 21), un fait sans importance en soi, mais probablement parce que mentionnés Rufus était connu pour les chrétiens romains (Romains 16:13), et enfin, latinismes, ou des utilisations de vulgaires grec, tels que doit avoir été particulièrement fréquente dans une ville cosmopolite comme Rome, se produisent plus fréquemment que dans les autres Evangiles (v, 9, 15, vi, 37; XV, 39, 44; etc.)

Le second évangile n'a pas de déclaration, de son but est que l'on trouve dans les troisième et quatrième (1,1-3 Luc; Jean 20:31). Les critiques de Tübingen temps il considéré comme une «tendance» écrit, composé dans le but de la médiation entre les parties et de concilier pétrinien et Pauline dans l'Église primitive. Les rationalistes autres y ont vu une tentative d'apaiser la déception des chrétiens face au retard de la Venue du Christ, et ont jugé que son objet était d'exposer la vie terrestre du Seigneur de manière à montrer qu'en dehors de son retour glorieux, il avait suffisamment attestée le caractère messianique de sa mission. Mais il n'est pas nécessaire d'avoir recours à des rationalistes à apprendre dans le but de l'Evangile. Le témoin Pères qu'il a été écrit pour mettre en forme permanente pour l'Eglise romaine les discours de saint Pierre, ni de raison d'en douter. Et l'Evangile lui-même montre assez clairement que Marc voulait dire, par la sélection, il fait des discours de Pierre, pour prouver aux chrétiens de Rome, et plus encore peut-être pour ceux qui pourraient penser des chrétiens deviennent, que Jésus était le Fils de Dieu Tout-Puissant. À cette fin, au lieu de citer la prophétie, comme Matthew fait pour prouver que Jésus était le Messie, il expose dans la langue puissance graphique du Christ sur toute la nature, comme en témoigne par ses miracles. La note dominante de tout l'Evangile retentit dans le tout premier verset: «Le commencement de l'évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu» (les mots «Fils de Dieu" sont retirés du texte par Westcott et Hort, mais très mal .. - cf Knabenb, ".. Comm en Marc", 23), et le but principal de l'évangéliste à travers semble être de prouver la vérité de ce titre et du verdict du centurion: «En effet, cet homme était (le fils) de Dieu »(XV, 39).

VII. RELATION AVEC Matthieu et Luc

Les trois évangiles synoptiques couvrent une large mesure le même terrain. Marc, cependant, n'a rien correspondant aux deux premiers chapitres de Matthieu ou les deux premiers de Luc, très peu pour représenter la plupart des longs discours du Christ dans Matthieu, et peut-être rien de parallèle à la longue section dans Luc, IX, 51 -XVIII, 14. D'autre part, il a très peu qui ne se trouve dans l'une ou l'autre des deux autres synoptiques, la quantité de matière qui est propre à l'Evangile Deuxièmement, si tout cela était mis ensemble, s'élevant seulement à moins de soixante versets. Dans l'arrangement de la question commune aux trois évangiles diffèrent très sensiblement à l'endroit où Hérode Antipas est dit avoir entendu parler de la renommée de Jésus (Matthieu 13:58; Marc 04:13, Luc 09:06). À partir de ce point de l'ordre des événements est pratiquement la même dans les trois, sauf que Matthieu (xxvi, 10) semble dire que Jésus purifia le temple le jour de son entrée triomphale à Jérusalem et maudit le figuier que le jour suivant , tandis que Marc assigne deux événements pour le jour suivant, et les lieux de la malédiction du figuier avant la purification du Temple, et, tandis que Matthew semble dire que l'effet de la malédiction et l'étonnement des disciples là-dessus immédiatement suivi. Marc dit que c'était seulement le jour suivant, les disciples ont vu que l'arbre était desséchée par les racines (Matthieu 21:12-20; Marc 11:11-21).

Il est souvent dit, aussi, qui part Luc de l'arrangement de Marc en plaçant la divulgation de ce traître, après l'institution de l'Eucharistie, mais il semble que certains, le traître a été renvoyé à plusieurs reprises au cours de la Cène, cette différence peut être plus apparente que réelle (Marc 14:18-24, Luc 22:19-23). Et non seulement il ya cet accord considérable quant au sujet et arrangement, mais dans de nombreux passages, certains d'une longueur considérable, il ya coïncidence des mots et des phrases qu'il est impossible de croire que les comptes soient totalement indépendants. D'autre part, aux côtés de cette coïncidence, il est étrange et fréquemment des divergences récurrentes. «Que tout passage commun aux trois Synoptiques être mis à l'épreuve les phénomènes présentés sera beaucoup comme suit: d'abord, peut-être, nous aurons trois, cinq, ou plusieurs mots identiques; alors autant totalement distinctes, puis deux clauses ou. plus exprimé dans les mêmes termes, mais différentes dans le but, puis une clause contenue dans un ou deux, et non dans le troisième, puis plusieurs mots identiques, puis une clause ou deux, non seulement totalement distinctes, mais apparemment incompatibles, et ainsi de suite; avec des récurrences de l'arbitraire et mêmes altérations anormales, des coïncidences, et les transpositions.

La question se pose alors, comment allons-nous expliquer cette relation très remarquable des trois évangiles à l'autre, et, en particulier, pour notre but actuel, comment pouvons-nous expliquer la relation de Marc des deux autres? Pour une discussion complète de ce problème le plus important littéraires voir synoptiques. Il peut à peine être abordé ici, mais ne peut pas être totalement passée sous silence. Au départ peut être mis de côté, de l'avis de l'auteur, la théorie de la dépendance commune aux trois évangiles sur la tradition orale, pour, sauf sous une forme très modifiée, elle est incapable à elle seule d'expliquer tous les phénomènes à être comptabilisées pour. Il semble impossible que la tradition orale pouvait rendre compte de la similitude extraordinaire entre, par exemple, Marc, II, 10-11, et ses parallèles. Dépendance littéraire ou connexion d'un certain type doit être admis, et les questions, quelle est la nature de cette dépendance ou connexion? Marc ne dépendent Matthieu, ou sur les deux Matthieu et Luc, ou était-ce avant et utilisés dans les deux, ou sont tous les trois, peut-être, reliés par leur dépendance commune sur des documents antérieurs ou par une combinaison de certaines de ces causes? En réponse, il est à noter, en premier lieu, que toutes les traditions précoce représente l'Évangile de saint Matthieu que la première communication écrite, et cela doit être compris de notre présent Matthieu, pour Eusèbe, avec le travail de Papias avant lui, avait aucun doute que c'était notre présent Matthieu dont Papias censé avoir été écrit en hébreu (araméen). L'ordre des évangiles, selon les Pères et les premiers écrivains qui se réfèrent à ce sujet, a été Matthieu, Marc, Luc, Jean. Clément d'Alexandrie est le seul à qui signifie que Luc a écrit avant Marc (Eusèbe, "Hist. Eccl.", VI, XIV, dans PG, XX, 552), et pas un seul écrivain antique a estimé que Marc a écrit avant Matthieu. Saint Augustin, en supposant que la priorité de Matthieu, a tenté de rendre compte des relations entre les deux premiers Evangiles en estimant que le second est un recueil de la première (Matthaeum secutus tanquam breviator pedisequus et - "De Consens Evang..», Je , ii). Mais, dès que l'étude sérieuse du problème synoptique a commencé, on a vu que ce point de vue ne pouvait pas expliquer les faits, et il a été abandonné. La dépendance de l'évangile de Marc sur Matthieu cependant, mais pas à la manière d'un recueil, est toujours farouchement défendu. Zahn estime que l'Evangile deuxième est dépendante de la Matthieu araméen ainsi que sur les discours de Peter pour sa matière, et, dans une certaine mesure, par son ordre, et que le Matthieu grec est à son tour dépend de Marc pour sa phraséologie. Alors, trop, Besler («Einleitung in das NT», 1889) et Bonaccorsi ("I Tre primi Vangeli", 1904). On verra tout de suite que ce point de vue est conforme à la tradition en ce qui concerne la priorité de Matthieu, et il explique aussi les similitudes dans les deux premiers évangiles. Sa principale faiblesse semble à l'auteur de se situer dans son incapacité à expliquer certains des omissions Marc. Il est très difficile de voir, par exemple, pourquoi, si Saint-Marc avait le premier évangile devant lui, il a omis toute référence à la guérison du serviteur du centurion (Matthieu 8:5-13). Ce miracle, en raison de sa relation à un officier romain, aurait dû avoir un intérêt tout particulier pour les lecteurs romains, et il est extrêmement difficile de rendre compte de son omission par saint Marc, s'il avait l'Évangile de saint Matthieu avant lui. Encore une fois, saint Matthieu raconte que lorsque, après l'alimentation des cinq mille hommes, Jésus était venu, les disciples, marchant sur l'eau, ceux qui étaient dans le bateau »est venu et l'adoraient, en disant: Tu es en effet [le] Fils de Dieu "(Matthieu 14:33). Maintenant, le rapport de Marc de l'incident est: «Et il monta vers eux dans la barque, et le vent cessa, et ils furent très étonnés en eux-mêmes: car ils ne comprirent pas sur la multiplication des pains, mais leur cœur était aveuglé» (Marc 6 :51-52). Ainsi Marc ne fait aucune référence à l'adoration, ni à la confession frappante des disciples que Jésus était [le] Fils de Dieu. Comment pouvons-nous compte de cela, s'il avait le rapport de Matthieu devant lui? Une fois de plus, Matthieu raconte que, à l'occasion de la confession de Pierre du Christ près de Césarée de Philippe, Pierre lui dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant" (Matthieu 16:16). Mais le rapport de Marc de cette magnifique confession est simplement: «Pierre, répondant lui dit: Tu es le Christ» (Marc 8:29). Il semble impossible d'expliquer l'omission d'ici les mots: «le Fils du Dieu vivant», des mots qui font la gloire particulière de cette confession, si Marc fait usage de l'Evangile d'abord. Il semblerait donc que le point de vue qui rend le second évangile dépend du Premier n'est pas satisfaisante. L'opinion qui prévaut à l'heure actuelle parmi les érudits protestants et non pas un peu de catholiques, en Amérique et en Angleterre ainsi qu'en Allemagne, c'est que l'Evangile de saint Marc est antérieur à saint Matthieu, et utilisé en elle, ainsi que de Saint-Luc. Ainsi Gigot écrit: «L'Evangile selon Marc a été écrit en premier et utilisée par les deux autres synoptiques» («The New York Review», septembre-décembre 1907.). De même Bacon, Yale Divinity School: «Il semble que le matériel récit de Matthieu est tout simplement celui de Marc transféré à former un cadre pour les masses de discours». . . "Nous trouvons la preuve ici positifs de la dépendance par notre Matthieu sur notre marque» (Introd. au NT, 1905, 186-89). Allen, de l'art. "Matthieu" dans "The International Critical Commentary", parle de la priorité de la deuxième pour les deux autres évangiles synoptiques comme «le seul résultat solide de la critique littéraire», et de Burkitt dans "L'Histoire Evangile" (1907), 37 ans, écrit : «Nous sommes obligés de conclure que Marc contient l'ensemble d'un document qui Matthieu et Luc ont utilisé de manière indépendante, et, en outre, que Marc contient très peu de chose à côté de cette conclusion est extrêmement important, c'est la contribution d'un solide constitué par l'. bourse d'études du XIXe siècle vers la solution du problème synoptique ». Voir aussi Hawkins, "horae Synopt." (1899), 122; Salmond au Hast, III, 261. "Dict de la Bible."; Plummer, "Evangile de Matthieu" (1909), p. xi; Stanton, «Les évangiles comme des documents historiques" (1909), 30-37; Jackson, "Essais Cambridge biblique" (1909), 455.

Pourtant, malgré la large acceptation de cette théorie a gagné, on peut douter si elle peut nous permettre d'expliquer tous les phénomènes des deux premiers, les Évangiles; Orr, "La Résurrection de Jésus" (1908), 61-72, n'a pas pense qu'il peut, ni ne Zahn (Introd., II, 601-17), dont certains des arguments contre elle n'ont pas encore été aux prises avec. Il offre en effet une explication toute prête des similitudes dans le langage entre les deux évangiles, mais le fait la théorie de Zahn de la dépendance de la Grèce lors de Matthieu Marc. Il contribue également à expliquer l'ordre des deux évangiles, et pour tenir compte de certaines omissions dans Matthieu (cf. notamment Allen, op. Cit., Pp XXXI-XXXIV). Mais elle laisse beaucoup de différences inexpliquées. Pourquoi, par exemple, devrait Matthieu, s'il avait l'évangile de Marc, avant lui, omettent référence au fait singulier enregistré par Marc que le Christ dans le désert était avec les bêtes sauvages (Marc 1:13)? Pourquoi devrait-il omettre (Matthieu 4:17) du résumé de Marc de la première prédication du Christ, "Repentez-vous et croyez à l'Evangile» (Marc 1:15), les mots très importants "croire à l'Evangile", qui ont été si appropriée à la occasion? Pourquoi devrait-il (IV, 21) omettent OLIGON et tautologiquement ajouter "deux frères" à Marc, I, 19, ou l'échec (IV, 22) à mentionner «les mercenaires» avec lesquels les fils de Zébédée quitté leur père dans le bateau (Marc 1:20), surtout depuis que, comme le remarque Zahn, la mention aurait aidé à sauver leur désertion de leur père à l'apparence d'être piété filiale. Pourquoi, encore, doit-il omettre VIII, 28-34, le fait curieux que, bien que l'Gadarene démoniaque, après sa guérison voulu suivre dans la compagnie de Jésus, il n'a pas été autorisé, mais a dit de rentrer chez eux et annoncer à ses amis ce grand choses que le Seigneur avait fait pour lui (Marc 5:18-19). Comment est-il que Matthieu a aucune référence à l'obole de la veuve et y toucher Christ commentaires (Marc 12:41-44) ni le nombre de porcs (Matthieu 8:3-34; Marc 5:13), ni le désaccord des témoins qui ont comparu contre le Christ? (Matthieu 26:60; 14:56 Marc, 59).

Il est sûrement étrange aussi, s'il avait l'évangile de Marc, avant lui, qu'il semble représenter de façon si différente au moment de la visite des femmes au tombeau, la situation de l'ange qui leur apparut et le but pour lequel ils sont venus (Matthieu 28:1-6; Marc 16:1-6). Encore une fois, même si nous admettons que Matthieu est le regroupement dans les chapitres VIII et IX, il est difficile de voir quelque raison satisfaisante pourquoi, s'il avait l'évangile de Marc, avant lui, il devrait donc disposer de ce compte Marcan des premiers Christ miracles enregistrés non seulement comme d'omettre le premier en tout, mais pour rendre la troisième et la seconde avec Marc respectivement la première et la troisième avec lui-même (Matthieu 8:1-15; Marc 1:23-31; 40-45). Allen effet. (Op. cit., P. XV-XVI) tente une explication de cette étrange omission et une inversion dans le huitième chapitre de Matthieu, mais il n'est pas convaincante. Pour voir d'autres difficultés Zahn, "Introd.», II, 616-617. Dans l'ensemble, alors, il apparaît prématuré de considérer cette théorie de la priorité de Marc comme définitivement établi, surtout quand on se rappelle qu'il est opposé à toutes les preuves au début de la priorité de Matthieu. La question est encore sub judice, et malgré l'immense travail qui lui sont dévolues, enquête patiente supplémentaire est nécessaire.

Il peut éventuellement être que la solution des relations particulières entre Matthieu et Marc se trouve ni dans la dépendance de deux sur la tradition orale, ni dans la dépendance soit sur l'autre, mais dans l'utilisation par un ou deux documents précédents. Si on peut supposer, et Luc, I, 1, donne terrain pour la supposition, que Matthieu a eu accès à un document écrit sans doute en araméen, incarnant la tradition pétrinien, il peut avoir combiné avec l'un ou de plusieurs autres documents, contenant principalement du Christ discours, pour former son Évangile araméen. Mais la tradition pétrinienne mêmes, peut-être dans une forme grecque, aurait été connu pour Marc a également, pour les autorités au début à peine nous obligent à tenir qu'il n'a pas fait usage des documents pré-existants. Papias (apud Eus, «il» III, 39;. PG XX, 297) parle de lui comme écrire certaines choses comme il les rappeler, et si Clément d'Alexandrie (ap. Eus, «il» VI, 14;. PG XX, 552) représente les Romains comme en pensant qu'il pouvait tout écrire de mémoire, il n'est pas du tout suivi ce qu'il faisait. Supposons donc que Matthieu incarné la tradition de Pierre dans son évangile araméen, et que Marc la suite utilisé, il ou plutôt une forme grecque de cela un peu différent, combinant avec lui des réminiscences de discours de Pierre. Si, en plus de cela, on suppose que le traducteur grec de Matthieu pour avoir fait usage de notre marque présents pour sa phraséologie, nous avons un moyen possible de la comptabilité pour les similitudes et les différences de nos deux premiers évangiles, et nous sommes libres au en même temps à accepter le point de vue traditionnel en ce qui concerne la priorité de Matthieu. Luc pourrait alors être tenu d'avoir utilisé nos Marc présents ou peut-être une forme antérieure de la tradition pétrinienne, se combinant avec une source ou des sources dont il n'appartient pas au présent article à envisager.

Bien sûr, l'existence de documents au début, comme ici, sont censés, ne peuvent pas être directement prouvée, sauf si la bêche devraient chance de les divulguer, mais il n'est pas du tout improbable. Il est raisonnable de penser que pas beaucoup d'années écoulées après la mort du Christ avant les tentatives ont été faites pour mettre en forme écrite des compte de ses paroles et ses œuvres. Luc nous dit que de nombreuses tentatives avaient été faites avant qu'il n'écrive et ne nécessite aucun effort pour croire que la forme pétrinien de l'Evangile avait été commis à l'écriture, avant les Apôtres séparés; qu'il a disparu par la suite ne serait pas merveilleux, voyant qu'il est inscrit dans les Evangiles. Il est à peine nécessaire d'ajouter que l'utilisation de documents plus tôt par un auteur inspiré est assez intelligible. Grace ne dispense pas de la nature, ni, en règle générale, l'inspiration avec ordinaires, des moyens naturels. L'auteur du second livre des Macchabées états distinctement que son livre est un abrégé d'un travail antérieur (2 Maccabées 02:24, 27), et saint Luc nous dit que, avant d'entreprendre d'écrire son évangile qu'il avait demandé diligence en toutes choses depuis le début (Luc 1:1).

Il n'ya aucune raison, par conséquent, pourquoi les catholiques devraient être timide d'admettre, si nécessaire, la dépendance des évangélistes d'inspiration sur des documents antérieurs, et, compte tenu des difficultés contre les autres théories, il est bon de garder cette possibilité à l'esprit dans tente de rendre compte des relations énigmatique de Marc pour les deux autres synoptiques.

Publication d'informations écrites par J. Macrory. Transcrit par Ernie Stefanik. L'Encyclopédie catholique, tome IX. Publié 1910. New York: Robert Appleton Société. Nihil obstat, Octobre 1, 1910. Remy Lafort, Censeur. Imprimatur. + John M. Farley, Archevêque de New York

Bibliographie

Voir l'article EVANGILE DE ST. LUC pour la décision de la Commission biblique (26 Janvier, 1913).



Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'