Saintes Félicité et Perpétuese

Avancée Information

Saints Félicité et Perpétue ont été martyrs, ont souffert à Carthage, 7 Mars 203, avec trois compagnons, Revocatus, Saturus, et Saturnin. Les détails du martyre de ces cinq confesseurs dans l'Eglise d'Afrique du Nord sont parvenues jusqu'à nous à travers une véritable description contemporaine, l'un des plus touchant les comptes de la guerre glorieuse du martyre chrétien dans les temps anciens. Par un rescrit de Septime Sévère (193-211) tous les sujets impériaux étaient interdites sous peine de sanctions sévères pour devenir chrétiens. En conséquence de ce décret, cinq catéchumènes à Carthage ont été saisis et jetés en prison, à savoir. Vibia Perpetua, une jeune femme mariée de noble naissance, la Félicité esclave, et ses compagnons esclaves Revocatus, également Saturninus et Secundulus. Bientôt une Saturus, qui, délibérément, se déclara chrétien devant le juge, a également été incarcéré. Père de Perpétue était un païen, sa mère, cependant, et ses deux frères étaient chrétiens, l'une étant encore simple catéchumène, un troisième frère, l'enfant Dinocrate, était mort d'un païen.

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Après leur arrestation, et avant qu'ils ont été emmenés à la prison, les cinq catéchumènes ont été baptisés. Les souffrances de la vie carcérale, les tentatives du père de Perpétue de la décider à apostasier, les vicissitudes des martyrs avant leur exécution, les visions de Saturus et Perpétue dans leurs donjons, ont tous été fidèlement commis à l'écriture par les deux derniers. Peu de temps après la mort des martyrs un fervent chrétien ajoute à ce document un compte rendu de leur exécution. L'obscurité de leur prison et l'atmosphère oppressante parut affreuse Perpétue, dont la terreur a été augmenté par l'anxiété de son jeune enfant. Deux diacres réussi, par corrompre suffisamment le geôlier, à se faire admettre aux chrétiens emprisonnés et quelque peu atténuées leurs souffrances. La mère Perpétue aussi, et son frère, encore catéchumène, leur a rendu visite. Sa mère a dans ses bras pour Perpétue son petit fils, dont elle a été autorisée à l'infirmière et de conserver en prison avec elle. Une vision, dans laquelle elle se voyait monter une échelle menant à de vertes prairies, où un troupeau de moutons en train de naviguer, lui a assuré de son martyre approcher.

Quelques jours plus tard le père de Perpétue, l'audition d'une rumeur que le procès des chrétiens emprisonnés allait bientôt avoir lieu, encore une fois visité leur donjon et la pria par le cher tout pour elle de ne pas mettre cette honte sur son nom, mais Perpetua restée ferme dans sa foi . Le lendemain, le procès des six confesseurs ont eu lieu, avant la Hilarianus Procureur. Tous les six résolument confessé leur foi chrétienne. Père de Perpétue, portant son enfant dans ses bras, s'approcha d'elle et a tenté à nouveau, pour la dernière fois, pour la décider à apostasier; le procureur a également protesté avec elle, mais en vain. Elle a refusé de sacrifier aux dieux pour la sécurité de l'empereur. Le procureur avait alors le père avait enlevé par la force, à l'occasion duquel il a été frappé avec un fouet. Les chrétiens ont alors été condamné à être déchiré par les bêtes sauvages, pour lequel ils rendu grâce à Dieu. Dans une vision Perpetua a vu son frère, qui avait fait Dinocrate à l'âge de sept ans, au premier abord semblant d'être tristes et dans la douleur, mais peu après, heureux et en santé. Une autre apparition, dans lequel elle se voyait battre avec une éthiopienne sauvage, dont elle a conquis, fait comprendre à elle qu'elle n'aurait pas à en découdre avec les bêtes sauvages, mais avec le Diable. Saturus, qui a également écrit ses visions, a vu lui-même et Perpetua transportés par quatre anges, vers l'Est pour un beau jardin, où ils ont rencontré quatre autres chrétiens d'Afrique du Nord qui avaient souffert le martyre durant la persécution même, à savoir. Jocundus, Saturnin, Artaius, et Quintus. Il a également vu dans cette vision Optat évêque de Carthage et le Aspasius prêtre, qui priait les martyrs d'organiser une réconciliation entre eux. En attendant le festival anniversaire de l'empereur Géta approché, à cette occasion, les chrétiens ont été condamnés à se battre avec les bêtes sauvages dans les jeux militaires, ils ont donc été transférés à la prison dans le camp. Le geôlier Pudens avait appris à respecter les confesseurs, et il a permis à d'autres chrétiens à leur rendre visite. Père de Perpétue a également été admis et a fait une autre tentative infructueuse à son pervers.

Secundulus, l'un des confesseurs, est mort en prison. Felicitas, qui, au moment de son incarcération était avec enfant (dans le huitième mois), craignait qu'elle ne serait pas autorisée à souffrir le martyre en même temps que les autres, puisque la loi interdit l'exécution des femmes enceintes. Heureusement, deux jours avant les Jeux, elle a donné naissance à une fille, qui a été adoptée par une femme chrétienne. Le 7 Mars, les cinq confesseurs furent conduits dans l'amphithéâtre. À la demande de la foule païenne, ils ont d'abord été flagellé, puis un sanglier, un ours et un léopard, ont été fixés à des hommes, et une vache sauvage chez les femmes. Blessé par les animaux sauvages, ils se donnaient le baiser de paix et ont ensuite été mis à l'épée. Leurs corps ont été enterrés à Carthage. Leur fête a été solennellement commémoré même en dehors de l'Afrique. Ainsi moins de 7 Mars les noms de Félicité et Perpétue sont entrés dans le calendrier Philocalian, c'est à dire le calendrier des martyrs vénérés publiquement dans le quatrième siècle à Rome. Un magnifique basilique fut ensuite érigé sur leur tombe, la Basilique Majorum; que le tombeau était en effet dans cette basilique a été récemment prouvé par Pere Delattre, qui a découvert il ya une ancienne inscription portant les noms des martyrs.

La fête de ces saints est toujours célébrée le 7 Mars. La description latine de leur martyre a été découvert par Holstenius et publié par Poussines. Les chapitres III-X contient le récit et les visions de Perpétue; chapitres XI-ciii la vision de Saturus; chapitres I, II et XIV-XXI ont été écrites par un témoin oculaire, peu après la mort des martyrs. En 1890 Rendel Harris a découvert un récit similaire écrit en grec, qu'il publia en collaboration avec Seth K. Gifford (Londres, 1890). Plusieurs historiens affirment que ce texte grec est l'original, d'autres que les deux le grec et le latin sont des textes contemporains, mais il ne fait aucun doute que le texte latin est l'original et que le grec est simplement une traduction. C'est Tertullien est l'auteur de ces actes est une affirmation non prouvée. L'affirmation que ces martyrs ont été en tout ou en partie Montanistes manque aussi la preuve, au moins il n'ya pas d'allusions dans les actes.

Publication d'informations
Rédigé par JP Kirsch. Transcrit par Michael T. Barrett. Dédié à JoAnn Smull L'Encyclopédie Catholique, Volume VI. Publié 1909. New York: Robert Appleton Société. Nihil obstat, Septembre 1, 1909. Remy Lafort, Censeur. Imprimatur. + John M. Farley, Archevêque de New York

Bibliographie
Holstenius, Passio SS. MM. Perpetuae et Felicitatis, éd. POSSINUS (Rome, 1663); RUINART, Acta martyrum sincera (Ratisbonne, 1859), 137 sqq;. Acta SS, Mars, I, 633-38;. HARRIS et Gifford, Les Actes du Martyre de Perpétue et Félicité (Londres, 1890 ); ROBINSON, La Passion de S. Perpetua de textes et études, je (Cambridge, 1891), 2; FRANCHI DE'CAVALIERI, La Passio SS. Perpetuae et Felicitatis dans la ROM. . Quartalschr, supplément V (Rome, 1896); Bibliotheca hagiographica Latina, éd. Bollandistes, II, 964; Analecta Bollandiana (1892), 100-02; 369-72; ORSI, Dissertatio Apologétique Pro SS. Perpetuae, Felicitatis et sociorum martyrum orthodoxiâ (Florence, 1728); PILLET, Les martyrs d'Afrique, Histoire de Sainte-Perpétue et de Ses compagnons (Paris, 1885); AUBÉ, Les Actes des SS. Félicité, Perpétue et de Luers compagnons dans Les Chretiens La DANS L'Empire Romain (Paris, 1881), 509-25; NEUMANN, Der Staat und die ramische allgemeine Kirche, I (Leipzig, 1890), 170-76, 299-300; ALLARD, Histoire des persécutions, II (Paris, 1886), 96 ss;. Monceaux, Histoire littéraire de l'Afrique chrétienne, I (Paris, 1901), 7 0-96; DELATTRE, maiorum La Basilica, Tombeau des SS. Perpétue et Félicité COMPLES-rendus de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1907), 516-31.



Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'