Adamse

Informations générales

Selon la Bible, Adam a été le premier homme. Son nom, qui signifie «homme» en hébreu, est probablement dérivé du mot hébreu pour «terre». Les trois premiers chapitres de la Genèse racontent que Dieu a créé Adam de la poussière, insufflé la vie à lui, et le plaça dans le jardin d'Eden, où il vivait avec sa femme, Eve, jusqu'à ce qu'ils ont mangé le fruit défendu de l'arbre de la connaissance du bien et le mal. Le récit biblique est semblable aux comptes égyptiens et mésopotamiens, dans lequel le premier homme a été faite à partir d'argile, imprégné de la vie d'un être divin, et placés dans un paradis de délices.


Adam

Advanced Information

Adam, rouge, un mot de Babylone, le nom générique de l'homme, ayant la même signification dans les langues hébraïque et assyrienne. Il était le nom donné au premier homme, dont la création, l'automne et l'histoire ultérieure et que ses descendants sont détaillées dans le premier livre de Moïse (Genèse 1:27-ch. 5). "Dieu créa l'homme [. He, Adam] à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa." Adam était absolument le premier homme que Dieu a créé. Il a été formé de la poussière de la terre (et donc son nom), et Dieu insuffla dans les narines ce souffle de vie, et lui donna la domination sur toutes les créatures inférieures (Genèse 1:26; 2:7).

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Il a été placé après sa création dans le Jardin d'Eden, pour le cultiver, et de jouir de ses fruits en vertu de cette interdiction une: «De l'arbre de la connaissance du tu bien et le mal n'en mangeras pas, car dans la journée que tu mangeras, tu mourras tu de celle-ci. " Le premier acte a été enregistré Adam son donnant des noms aux bêtes des champs et les oiseaux du ciel, que Dieu a à lui pour cette fin. Par la suite, le Seigneur causé un profond sommeil de tomber sur lui, et tandis que dans un état inconscient a pris une de ses côtes et referma la chair à nouveau, et de cette nervure, il a fait une femme, qu'il a présenté à lui quand il se réveilla. Adam reçut comme son épouse, et dit: «Ce qui est os de mes os et chair de ma chair: elle sera appelée femme, car elle a été prise de l'homme." Il l'appelait Eve, parce qu'elle était la mère de tout vivant.

Étant induit par le tentateur sous la forme d'un serpent à manger le fruit défendu, Eve persuadé Adam, et il a aussi fait manger. Ainsi l'homme est tombé, et attiré sur lui-même et sa postérité toutes les tristes conséquences de sa transgression. Le récit de la Chute comprend en elle la grande promesse d'un libérateur (Genèse 3:15), l '«évangile premier message à l'homme. Ils ont été expulsés de l'Éden, et à l'orient du jardin Dieu a placé une flamme, qui tournait çà et là, pour empêcher l'accès à l'arbre de vie (Genèse 3). Depuis combien de temps ils étaient dans le paradis est question de pure conjecture.

Peu de temps après leur expulsion Eve mit au monde son premier-né, et l'appela Cain. Bien que nous ayons seuls les noms de trois des fils d'Adam, à savoir., Caïn, Abel, et Seth pourtant il est évident qu'il avait plusieurs fils et filles (Genèse 5:4). Il mourut âgée de 930 ans. Adams et Eve étaient les ancêtres de la race humaine tout entière. Preuves de types variés sont abondants à prouver l'unité de la race humaine. Les investigations de la science, tout à fait indépendante de preuves historiques, conduisent à la conclusion que Dieu «a fait d'un seul sang toutes les nations des hommes pour habiter sur toute la surface de la terre» (Actes 17:26 Comp Rm 5,...: 12-12, 1 Cor 15:22-49)..

(Easton Illustrated Dictionary)


Adam

Advanced Information

Le mot hébreu translittéré "Adam" se trouve environ 560 fois dans l'AT. Dans l'écrasante majorité des cas, il signifie «homme» ou «l'humanité». Cela est vrai de quelques-unes des références au début de la Genèse (dans la création et histoires Eden), et de nombreux chercheurs soutiennent que jusqu'à Gen. 4:25 toutes les occurrences de "Adam" doit être compris comme se référant à «l'homme» ou «l'homme». Mais il ne fait aucun doute que l'écrivain à l'occasion utilisé le mot que le nom propre de l'homme d'abord, et c'est avec cet usage, que nous sommes concernés. Il se trouve en dehors de la Genèse dans 1 Chr. 1:1 et éventuellement dans d'autres passages tels que Deut. 32:8 (où «les fils des hommes» peut être compris comme «les fils d'Adam") et, dans certains passages NT important.

Adam OT enseignement

On nous dit que Dieu créa l'homme «à son image» et qu'il a créé les "hommes et femmes" (Genèse 1:27), les déclarations faites sur aucune autre créature. L'homme a été ordonné: "Soyez féconds et multipliez, et remplissez la terre et soumettez-la» (Genèse 1:28). Il ne devait pas être inactif, mais a été donné la tâche de s'occuper du jardin d'Eden. Il était interdit de manger «de l'arbre de la connaissance du bien et du mal» (Gen. 2:15-17). L'homme a eu le privilège de nommer tous les animaux (Gen. 2:20), mais aucune aide semblable à lui a été trouvé parmi eux, afin que Dieu fait la femme d'une côte prise de corps de l'homme (Gen. 2:21-23 ). Le serpent séduisit la femme en rupture commandement de Dieu de ne pas manger de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, et elle persuade alors son mari à faire de même. Ils ont été punis en étant expulsés du jardin, et en plus la femme était d'avoir la douleur de l'accouchement et être soumise à son mari, tandis que Adam aurait trouver un terrain maudit pour qu'il apporterait des épines et des chardons, et il faudrait peiner dur toute sa vie (Genèse 3). Mais la malédiction n'est pas tout, il ya la promesse d'un libérateur qui écrasera le serpent (Genèse 3:15). On nous dit de la naissance de deux fils d'Adam, Caïn et Abel; d'assassiner d'Abel par Caïn (Genèse 4:1-16), et de la naissance de Seth (Genèse 4:25).

La signification de ces passages est contestée. Certains chercheurs OT les considérer comme des mythes primitifs, donnant à l'homme au début des réponses à des questions comme «Pourquoi les jambes serpents manque?" ou "Pourquoi les hommes meurent?" D'autres les considèrent comme mythologiques, mais comme exprimant des vérités de validité permanente concernée avec l'origine de l'homme et de la constitution ou, comme d'autres détiennent, avec "une chute vers le haut." Ce dernier point de vue voit l'homme comme à l'origine pas plus que l'un des animaux. À ce stade, il pourrait ne plus pécher que tout autre animal pourrait. Il a donc été une étape importante lorsque l'homme a pris conscience de quelque chose qu'il faisait aussi mal. Mais il est très douteux que l'auteur avait à l'esprit de telles idées. Il est clair qu'il pensait d'Adam et Eve comme les premiers parents de la race humaine, et qu'il nous dit du dessein de Dieu que ceux en qui il avait soufflé le «souffle de vie» doit vivre en communion avec lui. Mais Adam et Eve ont diminué de leur état de béatitude initiale à la suite de leur premier péché. Et que le péché a des conséquences pour continuer toute la race humaine. Plus tard, l'ampleur de la chute a parfois été souligné en affirmant que Adam a été doté de merveilleux dons surnaturels, perdu quand il a péché (en Sir Adam 49:16 C'est un honneur "ci-dessus chaque être vivant dans la création";. Cf. le stress médiévale grâces surnaturelles d'Adam). Mais c'est de la spéculation.

Les récits de la création nous dire au moins que l'homme est lié au reste de la création (il est fait «de la poussière du sol,« Genèse 2:7; pour la bête et le FC oiseaux contre 19.), Et qu'il est également liée à Dieu (il est «à l'image de Dieu," le général 1:27; cf 02:07.). Il a «domination» sur la création inférieure (Genèse 1:26, 28), et ce qui est symbolisé par son appellation des autres créatures. Le passage automne parle de la gravité de son péché et de ses effets permanents. Ce n'est pas un sujet sur lequel il est fréquemment fait référence dans l'Ancien Testament, mais il sous-tend tout. Il s'agit d'un présupposé fondamental que l'homme est un pécheur, et ceci marque au large de la littérature des Hébreux de l'd'autres littératures de l'antiquité. La solidarité d'Adam avec ses descendants est en arrière-plan dans les écrits OT, comme c'est la pensée qu'il ya un lien entre le péché et la mort. Quel que soit les problèmes que cela pose aux exégètes modernes, il ne peut y avoir aucun doute sur le fait que les OT prend au sérieux des péchés ou que le péché est considéré comme faisant partie de la nature humaine.

Adam dans la pensée intertestamentaire et NT

Au cours de la période intertestamentaire il ya des expressions de solidarité frappant avec Adam, comme d'exclamation passionnée d'Esdras: "O Adam, qu'as-tu fait pour que c'était vous qui ont péché, la chute n'était pas toi seul, mais aussi le nôtre qui sont vos descendants »(II Esd 7:48 [118];. cf 3,21;. 4:30; 2:23-24 Wisconsin, le blâme est attribué à Eve dans Sir 25:24.). Adam n'a pas été considéré comme un pécheur solitaire, mais comme un qui a influencé toute l'humanité.

Dans le NT Adam est mentionné dans la généalogie de Luc (Luc 3:38) et dans une référence similaire à Jude, où Enoch est «le septième depuis Adam" (Jude 14). Ya peu à dire sur ces passages. Ils mentionnent simplement le nom d'Adam de le localiser à sa place généalogique. Il est peut-être une référence implicite à Adam, mais sans mention de son nom (Matthieu 19:4-6; Mark 10,6-8). Ensuite, il ya trois passages importants à portée théologique (1 Tim 2:13-14;.. Rom 5:12-21, 1 Cor 15:22, 45.).

En 1 Tim. 2:13-14 la place subalterne de la femme est soutenu par deux faits: (1) Adam a été créé en premier, et (2) Ève a été trompée si Adam était pas. Ce passage suppose que les histoires Genèse nous dire quelque chose d'une importance permanente de tous les hommes et les femmes.

Romains 5 insiste sur la relation de l'humanité dans son ensemble avec Adam. Il a été par lui seul que le péché est entré dans le monde, et la conséquence de son péché est la mort. Cela s'est produit bien avant la loi a été donnée, si la mort ne peut être mis à enfreignaient la loi. Et même si les gens n'ont pas le péché de la même manière comme Adam, ils ont été capturés dans les conséquences du péché: «la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse" (Romains 5:12-14). Cela porte Paul à la pensée que Adam était un «type» du Christ, et il passe à une comparaison soutenue de ce qu'Adam a fait avec ce que le Christ a fait. Il ya des ressemblances, principalement en ce que les deux ont agi de manière représentative de sorte que ce que chacun fait a des conséquences incalculables pour ceux qu'il dirige. Mais les différences sont plus importantes. le péché d'Adam a apporté la mort et la condamnation à tous, il fait pécheurs personnes. Quand la loi est entré, qui n'a augmenté que de l'intrusion. Il a montré le péché pour ce qu'il était. Le résultat final est un désastre. En revanche le Christ a apporté la vie et l'acquittement, des mots tels que «don gratuit», «grâce», et «justification» soulignent l'importance de la mort du Christ. Le résultat final est une bénédiction. Paul conclut en comparant le règne du péché dans la mort avec le règne de la grâce "par la justice pour la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur."

Dans le traitement magnifique de Paul de la résurrection, nous lisons: "Comme tous meurent en Adam, de même aussi dans le Christ tous seront rendus vivants" (1 Cor 15:22.). La pensée n'est pas sans rappeler que, dans Rom. 5. Adam était à la tête de la course et a apporté la mort à tout le monde en elle, le Christ est la tête de la nouvelle humanité et redonné vie à tous en son sein. Certains ont soutenu que les deux usages de «tous» doit se référer à la totalité même, toute la race humaine. Il ne fait aucun doute que c'est le sens en ce qui concerne Adam. L'argument est que, de même Christ soulève toutes de la tombe, même si certains sont élevés uniquement pour la condamnation. Toutefois, "rendu à la vie» semble vouloir dire plus "élevé à affronter le jugement." Il est probablement mieux de comprendre "rendus à la vie» pour désigner à la vie éternelle, afin que «tous» signifie «tous ceux qui sont dans le Christ." Tous ceux-ci seront rendus à la vie, tout comme tous ceux qui sont en Adam mourir.

Un peu plus tard, Paul écrit: «le premier homme, Adam, devint un être vivant», le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant »(I Cor 15:45.). Adam est devenu "un être vivant" où Dieu a insufflé la vie en lui (Genèse 2:7). La vie physique a été toute la vie d'Adam et avait tout ce qu'il pouvait léguer à sa postérité. Mais "le dernier Adam" a donné la vie au sens plein, la vie éternelle. Là encore, il est la pensée que le Christ annule le mal fit Adam. Mais l'accent n'est pas négatif. C'est sur la vie du Christ donne.

L'utilisation scripturaire d'Adam, puis, souligne la solidarité de la race humaine, une solidarité dans le péché. Il nous rappelle que la race humaine a un début et que toute son histoire dès le début est marqué par le péché. Mais "le dernier Adam" a changé tout cela. Il a remplacé le péché avec la justice et de la mort avec la vie.

L Morris

(Elwell évangélique Dictionary)

Bibliographie
CK Barrett, depuis Adam First to Last, K. Barth, le Christ et Adam; Childs BS, la BID, I, 42-44; WD Davies, Paul et le judaïsme rabbinique; J. Jeremias, TDNT, I, 141-43; A. Richardson, Introduction à la théologie du NT; Seebass H., NIDNTT, 1, 84-88; Weddeburn AJM, IBD, I, 14-16.


Adam

Advanced Information

Ad'am, un type.

L'apôtre Paul parle d'Adam comme «la figure de celui qui devait venir." A ce titre, notre Seigneur est parfois appelé le second Adam. Cette relation typique est décrit en Rom. 5:14-19.

(Easton Illustrated Dictionary)


Le dernier Adam

Advanced Information

En I Cor. 15:45 Paul fait référence à Jésus-Christ comme «le dernier Adam" (ho eschatos Adam) par opposition à «le premier homme Adam" (anthropos protos ho Adam). Dans ce paralelism antithétiques il ya une continuité de l'humanité, mais la deuxième personne qui représente la nouvelle humanité jusqu'à excelle le premier qu'il est décrit comme celui qui est devenu un actif "qui donne la vie l'esprit" (pneuma zoopoioun), où l'original Adam (Genèse 2:7) est devenu seulement "un être vivant naturel" (psychen zosan). Le contraste est accentué par Paul style antithétique fait, la mise sur Adam contre le Christ dans I Cor. 15:46-49:

Première Adam 46: "naturel" (psychikon) 47: «le premier homme" (ho anthropos protos) "de la terre, de poussière» (ek ges, choikos) 48: "comme cela a été l'homme de la poussière, ainsi que ceux qui sont de la poussière »(hoios choikos ho, toioutoi kai hoi choikoi) 49:" comme nous l'avons porté l'image de l'homme de la poussière "(kathos dix ephoresamen eikona choikou tou)

Deuxième Adam 46: "spirituel" (pneumatikon) 47: "le deuxième homme" (ho anthropos deuteros) "du ciel" (ex ouranou) 48: "comme l'homme du ciel, sont donc ceux qui sont du ciel" (hoios epouranios ho, toioutoi kai hoi epouranioi) 49: "nous porterons aussi l'image de l'homme du ciel» (phoresomen dix kai eikona epouraniou tou)

Le même contraste a également été faite plus tôt dans I Cor. 15:21-22 et liée à la mort et la résurrection:

Première Adam 21: "puisque, par un homme venu de la mort" (epeide gar thanatos antropou di ') 22: «Car, comme tous meurent en Adam" (hosper gar en pantes à Adam apothneskousin)

Deuxième Adam 21: "ainsi, par un homme est venu la résurrection des morts» (kai di 'nekron anastasis anthropou) 22: «de même, dans le Christ tous seront rendus vivants" (houtos kai en à Christo pantes zoopoiethesontai)

Le contraste est à nouveau exprimée Rom. 5:14-19, où Paul décrit le premier Adam comme suit: la désobéissance, les intrusions, le jugement, la condamnation, la mort, de nombreuses = all. Mais Jésus-Christ comme le second Adam est décrit dans les termes suivants antithétiques: l'obéissance, la grâce, don gratuit, la justification, l'acquittement, la justice, la vie, de nombreux / all. Le puissant effet de Christ comme le second Adam est résumé dans l'une des expressions favorites de Paul, «combien plus» (Mallon pollo, 5:15, 17, et 8, 10), ce qui rend explicite les implications christologiques du «comment beaucoup plus "dans la proclamation de Jésus (Matthieu 6:30; 7:11). Ces idées peuvent également être trouvés dans Jean 5:21-29; Rom. 1:3-5; 6:5-11; Cor II. 5:1-4, 17; Phil. 2:5-11.

RG Gruenler
Elwell évangélique Dictionary

Bibliographie
CK Barrett, d'Adam à jour; Cullmann O., La christologie du NT; Scroggs R., Le dernier Adam; Davis WD, Paul et le judaïsme rabbinique.


Adam

Information catholique

Le premier homme et le père de la race humaine.

Étymologie et utilisation de Word

Il n'est pas un peu de divergence d'opinion entre les savants antisémites quand ils tentent d'expliquer la signification étymologique du adam en hébreu (qui selon toute probabilité, a été utilisé à l'origine comme un bien commun plutôt que d'un nom propre), et jusqu'à présent, aucune théorie semble être pleinement satisfaisante. Une cause d'incertitude en la matière est le fait que la racine adam comme signifiant «homme» ou «l'humanité» n'est pas commun à toutes les langues sémitiques, même si bien sûr le nom est adopté par eux dans les traductions de l'Ancien Testament. Comme un terme autochtones, avec la signification ci-dessus, il se produit uniquement en phénicien et Sabean, et probablement aussi en assyrien. Dans Genèse 2:7, le nom semble lié avec le mot-ha adamah («le terrain»), auquel cas la valeur du terme serait de représenter l'homme (ratione materiae), comme nés de la terre, une grande partie les mêmes que dans latine, où le mot homo est censé être proches de l'humus. C'est un fait généralement reconnu que les étymologies proposées dans les récits qui composent le livre de la Genèse sont souvent divergents et pas toujours philologiquement correct, et si la théorie (fondée sur la Genèse 2:7) qui se connecte avec adam adamah a été défendue par certains chercheurs, il est à l'heure actuelle généralement abandonnée. D'autres expliquent le terme comme signifiant "être rouge", un sentiment dont la racine porte en divers passages de l'Ancien Testament (par exemple la Genèse 25:50), comme en arabe et en éthiopien. Dans cette hypothèse, le nom semble avoir été appliquées à l'origine à une race typiquement rouge ou rougeâtre. Dans ce cadre Gesenius (Thesaurus, sv, p. 25) remarque que sur les anciens monuments de l'Egypte les personnages représentant les Egyptiens sont toujours représentées en rouge, tandis que ceux qui étaient là pour les autres races sont noirs ou d'une autre couleur. Quelque chose d'analogue à cette explication se révèle dans l'expression assyrienne Calmat qaqqadi, à savoir «la tête noire», qui est souvent utilisé pour désigner les hommes en général. (Cf. Delitsch, Assyr. Handwörterbuch, Leipzig, 1896, p. 25.) Certains auteurs associent cette explication avec le précédent, et de céder à l'adam mot la signification double de «terre rouge», ajoutant ainsi à la notion de l'homme l'origine des matières une connotation de la couleur de la terre à partir de laquelle il a été formé. Une troisième théorie, qui semble être celle qui prévaut à l'heure actuelle (cf. Pinches, L'Ancien Testament à la lumière des documents historiques et des légendes de l'Assyrie et en Babylonie, 1903, p. 78, 79 Old), explique l'adam root comme signifiant «faire», «produire», la reliant à la adamu assyrienne, dont le sens est sans doute "à construire", "à construire", d'où adam signifierait «homme» soit dans le sens passif, comme fait, produit , créé, ou dans le sens actif, en tant que producteur.

Dans l'Ancien Testament, le mot est utilisé à la fois comme un bien commun et un nom propre, et dans l'acception ancienne qu'elle a des significations différentes. Ainsi, dans Genèse 2:5, il est employé pour désigner un être humain, homme ou femme, rarement, comme dans la Genèse 2:22, il signifie l'homme par opposition à la femme, et, enfin, il est parfois pour l'humanité collectivement, comme dans Genèse 1:26. L'utilisation du terme, comme un bon et un nom commun, est commun aux deux sources désignées dans les milieux critiques que P et J. Ainsi, dans le premier récit de la Création (P), le mot est utilisé en référence aux la production de l'humanité dans les deux sexes, mais dans la Genèse 5:14, qui appartient à la même source, il est également considéré comme un nom propre. De la même manière le second récit de la création (J) parle de «l'homme» (ha-adam), mais plus tard (Genèse 4:25) le même document emploie le mot comme un nom propre sans l'article.

ADAM DANS L'ANCIEN TESTAMENT

Pratiquement toutes les informations de l'Ancien Testament concernant Adam et les débuts de la race humaine est contenue dans les premiers chapitres de la Genèse. Dans quelle mesure ces chapitres devraient être considérés comme strictement historique est une question très controversée, dont l'examen ne relève pas du champ d'application du présent article. Attention, cependant, doit être attirée sur le fait que l'histoire de la création est racontée deux fois, à savoir. dans le premier chapitre et dans le second, et que même s'il ya un accord substantiel entre les deux comptes il ya, néanmoins, une divergence considérable en ce qui concerne le réglage de la narration et les détails. Il a été la coutume des écrivains qui étaient très réticents à reconnaître la présence de sources indépendantes ou des documents dans le Pentateuque pour expliquer le fait de ce récit double en disant que l'écrivain sacré, avoir exposé systématique dans le premier chapitre les phases successives de la Création, revient sur le même sujet dans le deuxième chapitre, afin d'ajouter quelques détails supplémentaires spéciaux en ce qui concerne l'origine de l'homme. Il doit être accordée, cependant, que très peu de chercheurs d'aujourd'hui, même parmi les catholiques, sont satisfaits de cette explication, et que parmi les critiques de chaque école, il ya une forte prépondérance de l'opinion à l'effet que nous sommes ici en présence de une phénomène assez commun dans l'Oriental compositions historiques, à savoir. la combinaison ou la juxtaposition de deux ou plusieurs documents indépendants plus ou moins étroitement soudés ensemble par l'historiographe, qui, parmi les Sémites est essentiellement un compilateur. (Voir Guidi, L'historiographie chez les Sémites dans la Revue biblique, Octobre, 1906.) Les motifs sur lesquels cette opinion est fondée, ainsi que les arguments de ceux qui s'opposent à lui, peut être trouvée dans Introduction spécial M. Gigot à l'étude de l'Ancien Testament, Pt. I. Il suffit de mentionner ici que la répétition même des principaux événements racontés est clairement perceptible dans toutes les parties historiques du Pentateuque, et même des livres plus tard, tels que Samuel et des Rois, et que la conclusion tirée de ce phénomène constant est confirmé non seulement par la différence de style et les caractéristiques du point de vue de récits exemplaires, mais aussi par les divergences et les antinomies qui ils présentent généralement. Quoi qu'il en soit, il sera pertinent à l'objet du présent article d'examiner les principales caractéristiques du récit de la Création double avec une référence particulière à l'origine de l'homme.


Dans le premier récit (i Ch., ii, 4 bis) Dieu est représenté comme la création de diverses catégories d'êtres jours de suite. Ainsi, le règne végétal est produit le troisième jour, et, après avoir mis le soleil et la lune dans le firmament du ciel sur la quatrième, Dieu le cinquième jour crée les êtres vivants de l'eau et les oiseaux de l'air qui reçoivent une spéciale bénédiction, avec la commande d'augmenter et de se multiplier. Le sixième jour, Dieu crée d'abord, toutes les créatures vivantes et les bêtes de la terre, puis, dans les mots du récit sacré,

il a dit: Faisons l'homme à notre image et ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, et les oiseaux du ciel, et les bêtes, et la terre entière, et chaque créature rampante qui se meut sur la terre . Et Dieu créa l'homme à son image: à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa.

Vient ensuite la bénédiction accompagnée de la commande pour augmenter et remplissez la terre, et, enfin, le règne végétal est affecté à eux pour la nourriture. Considéré de façon indépendante, ce récit de la Création ne laisserait place à aucun doute quant à savoir si le mot adam, "homme", employé ici a été entendu par l'écrivain comme désignant une personne ou de l'espèce. Certaines indications semble favorable à cette dernière, par exemple, le contexte, puisque les créations déjà enregistrée sans doute se référer à la production non d'un individu ou d'une paire, mais d'un grand nombre d'individus appartenant à différentes espèces, et même en cas de l'homme peut en outre être déduit de l'expression, «homme et femme il les créa." Toutefois, un autre passage (Genèse 5:15), qui appartient à la même source que ce premier récit, et en partie le répète, complète les informations contenues dans celui-ci et offre une clef de son interprétation. Dans ce passage qui contient la dernière référence du document soi-disant prêtre d'Adam, nous lisons que Dieu

les créa mâle et femelle. . . et a demandé leur nom Adam, le jour où ils ont été créés.

Et l'auteur continue:

Et Adam vécut cent trente ans, et engendra un fils à son image et ressemblance, et appela son nom Seth. Et les jours d'Adam, après qu'il eut engendré Seth, furent de huit cents ans et il engendra des fils et des filles. Et tout le temps qu'Adam vécut vint à 930 années, et il est mort.

Ici évidemment le adam ou homme de récit de la Création est identifié avec une personne en particulier, et par conséquent les formes plurielles qui pourrait causer d'autres doute doivent être compris en référence à la première paire d'êtres humains.

Dans la Genèse, II, 4b-25, nous avons ce qui semble être un récit, nouvelle et indépendante de la création, pas une simple amplification du compte déjà donné. L'écrivain en effet, sans avoir l'air de présupposer quoi que ce soit préalablement enregistré, remonte à l'époque où il n'y avait pas encore de pluie, pas de plantes ou les animaux des champs, et, tandis que la terre est encore stériles, les déchets inertes, l'homme est formé à partir du la poussière par Yahvé, qui l'anime par la respiration dans ses narines un souffle de vie. Dans quelle mesure ces termes doivent être interprétés au sens propre ou au figuré, et si la création du premier homme a été directe ou indirecte, voir Genèse, création, l'homme. Ainsi, la création de l'homme, au lieu d'occuper la dernière place, comme il le fait dans l'échelle ascendante du premier compte, est placé avant la création des plantes et des animaux, et ils sont représentés comme ayant été produite par la suite afin de satisfaire l'homme besoins. L'homme n'est pas commandé de dominer la terre entière, comme dans le premier récit, mais est de prendre soin du jardin d'Eden, avec la permission de manger de son fruit, à l'exception de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, et le formation de la femme comme une compagne pour l'homme est représenté comme un coup de la part de Yahvé en reconnaissance de l'incapacité de l'homme à trouver de la compagnie appropriée à la création brute. Dans l'exposé qui précède, après chaque étape progressive "Dieu vit que cela était bon», mais ici Yahvé perçoit, pour ainsi dire, qu'il n'est pas bon pour l'homme d'être seul, et il procède pour combler le déficit en façonnant la femme Eve partir de la côte de l'homme alors qu'il est dans un profond sommeil. Selon le même récit, ils vivent dans l'innocence enfantine jusqu'à la veille est tenté par le serpent, et ils ont tous deux partager le fruit défendu. Ils ont ainsi pris conscience du péché, le mécontentement de l'Éternel, et de peur qu'ils devraient manger de l'arbre de vie et de devenir immortel, ils sont chassés du jardin d'Eden. Désormais, leur sort est d'être l'un des douleurs et des difficultés, et l'homme est condamné à la tâche pénible de gagner sa subsistance d'un sol qui, à son compte a été maudit de stérilité. Le même document nous donne quelques détails liés à nos premiers parents après la chute, à savoir:. La naissance de Caïn et Abel le fratricide, et la naissance de Seth. L'autre récit, qui semble ne rien savoir de Caïn et Abel, Seth parle (chap. v, 3) comme s'il était le premier-né, et ajoute que, pendant les huit cents ans après la naissance du fils Seth engendra Adam et les filles.

Malgré les différences et les divergences notables dans les deux comptes de l'origine de l'humanité, les récits sont néanmoins d'accord substantiel, et dans l'estime de la majorité des savants, ils sont plus faciles a expliqué et réconcilié s'il est considéré comme représentant les deux traditions différentes chez les Hébreux - - traditions qui sous une forme différente et la mise en incarné l'homonyme central des faits historiques, avec une présentation plus ou moins symbolique de certaines vérités morales et religieuses. Ainsi, tant chez l'homme des comptes est clairement distingué de, et subordonné à Dieu le Créateur, et pourtant il est directement relié avec lui par l'acte créateur, à l'exclusion de tous les êtres intermédiaires ou demi-dieux comme on en trouve dans les différentes mythologies païennes. Cet homme au-delà de toutes les autres créatures participe de la perfection de Dieu se manifeste dans le premier récit, en ce qu'il est créé à l'image de Dieu, à laquelle correspond, dans le compte d'autres la figure tout aussi important de l'homme reçoit sa vie de la souffle de Yahvé. Cet homme, d'autre part a quelque chose en commun avec les animaux est impliqué dans un cas dans sa création le même jour, et dans l'autre par sa tentative, mais sans effet, de trouver parmi eux un compagnon convenable. Il est le seigneur et le couronnement de la création, comme cela est clairement exprimé dans le premier récit, où la création de l'homme est le point culminant des travaux successifs de Dieu, et où sa suprématie est explicitement indiqué, mais le même est implicite non moins clairement dans le second récit. Ces effet peut être l'importance de placer la création de l'homme avant que des animaux et des plantes, mais, quoi qu'il en soit, les animaux et les plantes sont manifestement créé pour son utilité et les avantages. La femme est présenté comme secondaire et subordonné à l'homme, quoique identiques avec lui dans la nature, et la formation d'une seule femme pour un seul homme implique la doctrine de la monogamie. En outre, l'homme a été créé innocent et bon, le péché est venu pour lui de l'extérieur, et il a été rapidement suivie d'une punition sévère qui affecte non seulement les deux coupables, mais leurs descendants et d'autres êtres aussi. (Cf. Bennett à Hastings, Dict. De la Bible, sv) Les deux comptes sont donc pratiquement à un par rapport à des fins didactiques et d'illustration, et c'est sans doute pour cette fonction que nous devrions accorder leur signification en chef. Il est à peine nécessaire de remarquer en passant que la hauteur des vérités doctrinales et éthiques exposées ici place le récit biblique, infiniment au-dessus des histoires extravagantes création actuelle parmi les nations païennes de l'antiquité, bien que certains d'entre eux, notamment le Babylonien, porter une plus ou une ressemblance frappante avec moins elle dans la forme. À la lumière de cette excellence doctrinal et moral, la question du caractère strictement historique du récit, en ce qui concerne le cadre et les détails, devient d'une importance relativement faible, surtout quand on se rappelle que dans l'histoire telle qu'elle est conçue par les autres auteurs bibliques, comme ainsi que par des écrivains antisémites en général, la présentation et l'agencement des faits - et en fait leur rôle entier - est habituellement subordonnée aux exigences d'une préoccupation didactique.

En ce qui concerne les sources extra-bibliques qui éclairent le récit de l'Ancien Testament, il est bien connu que le compte de l'hébreu de la création trouve un parallèle dans la tradition babylonienne comme le révèlent les écrits cunéiformes. Il est au-delà du champ d'application du présent article pour discuter des relations de dépendance historique généralement admis qu'il existe entre les deux cosmogonies. Qu'il suffise de dire en ce qui concerne l'origine de l'homme, que, bien que le fragment de l'Epopée de création ", qui est censée le contenir, n'a pas été trouvé, il ya néanmoins de bonnes raisons indépendantes de supposer qu'il appartenait à l'origine de la tradition incarnée dans le poème, et qu'il doit avoir occupé une place dans le dernier juste après le compte rendu de la production des plantes et les animaux, comme dans le premier chapitre de la Genèse. Parmi les raisons de cette hypothèse sont:

les mises en garde divine adressée aux hommes après leur création, vers la fin du poème;

le compte de Bérose, qui mentionne la création de l'homme par l'un des dieux, qui se sont mélangés avec de l'argile le sang qui coulait de la tête coupée de Tiamat, une non-sémitiques (ou pré-sémitique) compte traduit par Pinches à partir d'un texte bilingue , et dans lequel Marduk est dit avoir fait l'humanité, avec la coopération de la déesse Aruru.

(Cf. Encyclopédie Biblica, art. "Création", aussi Davis, Genèse et tradition sémitique, p. 36-47.) En ce qui concerne la création d'Eve, aucun parallèle n'a encore été découvert parmi les archives fragmentaires de l'histoire de la création de Babylone . Que compte de l', tel qu'il figure dans la Genèse, ne doit pas être pris à la lettre comme descriptif de fait historique a été l'opinion d'Origène, de Cajetan, et il est désormais assurée par des savants tels que Hoberg (Die Genesis, Freiburg, 1899, p. 36) et Hummelauer von (Comm. in Genesim, p. 149 sqq.). Ces et d'autres auteurs voient dans ce récit l'enregistrement d'une vision symbolique de l'avenir et analogue à celle daigné Abraham (Genèse 15:12 ss.), Et à Saint-Pierre à Joppe (Actes 10:10 ss.). (Voir Gigot, spécial Introduction à l'étude de l'Ancien Testament, pt. I, p. 165, sqq.)

Les références à Adam comme un individu dans les derniers livres de l'Ancien Testament sont très peu, et ils n'ajoutent rien à l'information contenue dans la Genèse. Ainsi, le nom est sans commentaire à la tête de la généalogie au début du I Paralipomenon, il est mentionné également dans Tobias, viii, 8; Osée, vi, 7;. Ecclus, xxxv, 24, etc adam hébreu se produit dans divers autres passages, mais dans le sens de l'homme ou l'humanité. La mention d'Adam dans Zacharias, xiii, 5, selon la version Douay et de la Vulgate, est due à une erreur de traduction de l'original.

ADAM DANS LE NOUVEAU TESTAMENT

Dans le Nouveau Testament références à Adam comme un personnage historique se produire que dans quelques passages. Ainsi, dans le troisième chapitre de l'Evangile de Luc de la généalogie du Sauveur est remonte à Adam, qui fut de Dieu ". Cette prolongation de la lignée terrestre de Jésus au-delà d'Abraham, qui constitue le point de départ à Saint-Matthieu, est sans doute dû à l'esprit plus universel et caractéristique sympathie de notre troisième évangéliste, qui écrit non pas tant du point de vue de la prophétie juive et l'attente que pour l'instruction des recrues Gentile au christianisme. Une autre mention du père historique de la race se trouve dans l'épître de Jude (verset 14), où une citation est insérée par le livre apocryphe d'Enoch, qui, assez étrange à dire, est attribuée au patriarche antédiluvien de ce nom, «le septième depuis Adam." Mais les références les plus importantes à Adam se trouvent dans les épîtres de saint Paul. Ainsi, dans 1 Timothée 2:11-14, l'apôtre, après fixant certaines règles pratiques se référant à la conduite des femmes, en particulier en ce qui concerne le culte public, et inculquer le devoir de subordination à l'autre sexe, fait usage d'un argument du poids qui repose davantage sur les méthodes logiques en vigueur au moment que sur sa valeur intrinsèque en tant apprécié par l'esprit moderne:

Pour Adam fut formé le premier, puis Eve. Et Adam n'a pas été séduit, mais la femme séduite, était dans la transgression.

Une argumentation similaire est poursuivi dans I Cor., Xi, 8, 9. Plus important encore est la doctrine théologique formulé par saint Paul dans l'épître aux Romains, v, 12-21, et dans I Cor., Xv, 22-45. Dans le dernier passage de Jésus-Christ est appelé par analogie et le contraste ou la nouvelle «dernier Adam». C'est compris dans le sens que l'original Adam était à la tête de toute l'humanité, le père de tous, selon la chair, de même Jésus-Christ a été constituée en chef et chef de la famille spirituelle de l'élu, et peut-être de toute l'humanité, puisque tous sont invités à prendre part à son salut. Ainsi, le premier Adam est un type de la seconde, mais alors que les anciens transmet à sa descendance un héritage de la mort, celle-ci, au contraire, devient le principe vivifiant de la justice rétablie. Christ est le «dernier Adam» dans la mesure où «il n'y a pas d'autre nom sous le ciel donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4:12); pas de chef ou père de la race est à prévoir. Le premier et le second Adam occuper la position de tête en ce qui concerne l'humanité, mais que la première par sa désobéissance entachée, pour ainsi dire, en lui-même l'Stirps de toute la race, et de gauche à sa postérité un héritage de la mort, le péché , et la misère, l'autre par ses mérites d'obéissance pour tous ceux qui deviennent ses membres une nouvelle vie de sainteté et d'une récompense éternelle. On peut dire que le contraste ainsi formulé exprime un principe fondamental de la religion chrétienne et incarne en quelques mots toute la doctrine de l'économie du salut. C'est principalement sur ces passages et d'importance similaire (par exemple Matthieu 18:11) qui est basée la doctrine fondamentale que nos premiers parents ont été soulevées par le Créateur à un état de justice surnaturelle, dont la restauration a été l'objet de l'Incarnation. Il va sans dire que le fait de cette élévation n'a pas pu être clairement déduit du compte de l'Ancien Testament prises de manière indépendante.

ADAM EN Tradition juive et chrétienne

C'est un fait bien connu que, en partie à partir d'un désir de satisfaire la curiosité de pieux en ajoutant des détails sur les comptes trop maigres bibliques, et en partie avec l'intention éthique, il a grandi à côté juif ainsi que dans la tradition chrétienne et musulmane au début une luxuriante des cultures de tradition légendaire autour des noms de tous les personnages importants de l'Ancien Testament. Il était donc naturel que l'histoire d'Adam et Eve doivent recevoir une attention particulière et être largement développée par ce processus d'embellissement. Ces ajouts, dont certains sont extravagants et puérils, sont principalement imaginaire, ou, au mieux, basée sur une compréhension de certains détails fantaisistes léger du récit sacré. Inutile de dire qu'ils ne comportent pas toutes les informations historiques réels, et de leur utilité principale est de permettre un exemple de la crédulité populaire pieuse de l'époque ainsi que de la valeur faible pour être attachés aux traditions que l'on appelle juifs quand ils sont invoqué comme argument dans une discussion critique. Beaucoup de légendes rabbiniques concernant nos premiers parents se trouvent dans le Talmud, et beaucoup d'autres ont été contenues dans le livre apocryphe d'Adam aujourd'hui perdu, mais dont des extraits sont parvenus jusqu'à nous dans d'autres œuvres de caractère analogue (voir MAN). Le plus important de ces légendes, dont il n'est pas le champ d'application du présent article se reproduire, peut être trouvée dans la Jewish Encyclopedia, I, art. "Adam", et en ce qui concerne les légendes chrétiennes, dans l'affaire Smith et Wace, Dictionnaire de Biographie Christian, sv

Informations sur la publication écrite par James F. Driscoll. L'Encyclopédie Catholique, Volume I. Publié 1907. New York: Société Appleton Robert. Nihil obstat, Mars 1, 1907. Lafort Remy, STD, Censeur. Imprimatur. John Farley + Cardinal, Archevêque de New York

Bibliographie

PALIS dans VIG., Dict. de la Bible, sv; BENNETT et Adeney dans HAST, Dict.. de la Bible, sv Pour les références du Nouveau Testament, voir les commentaires, pour l'Ancien Testament, Gigot, spécial Introduction à l'étude de l'Ancien Testament, I, iv; von Hummelauer, Comm. dans la Genèse.


Adam

Information Point de vue juif

Données bibliques:

Le nom hébreu biblique et pour l'homme, et aussi pour l'ancêtre de la race humaine. Dans le récit de la Création dans la Genèse donnée i. l'homme a été mis en cours à la fin du sixième jour de création, "fait à l'image de Dieu», et investi de la domination sur le reste du monde vivant. L'homme a donc été créé, mâle et femelle, chargé de remplir la terre avec les siens et pour le soumettre à son propre usage. En Gen.ii. un compte rendu plus particulier de la création de l'homme est donné. La scène est à Babylone, près du confluent de l'Euphrate et du Tigre, dans le pays d'Eden. Après le sol avait été préparé par l'humidité: «Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint une âme vivante" (Genèse II 7.). Il a ensuite été placé dans un jardin planté pour lui dans l'Eden, à «cultiver et le soigner." De tout ce qui poussaient dans le jardin, il était permis de manger librement, sauf "le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal." Man suivante fait la connaissance de tous les animaux inférieurs, l'apprentissage de leurs qualités, et leur donner des noms. Mais parmi ces il n'a pas trouvé de compagnie en forme. C'est pourquoi Dieu, par un acte de création express, fait pour lui un compagnon, en prenant une côte de son côté et la construction d'une femme.

Malédiction de la désobéissance.

Dans Genèse III. le premier chapitre dans l'histoire morale de l'humanité est donné. La femme a été tentée par le serpent, qui lui a dit que si elle et son mari partager le fruit défendu leurs yeux seraient ouverts, et qu'ils "seraient comme des dieux, connaissant le bien et le mal» (Gen. iii. 5). Elle mangeait du fruit, et donna à son mari, qui a aussi mangé de celui-ci. Cet acte de désobéissance a été suivie par un jugement divin. Le serpent a été maudit parce qu'il avait tenté de la femme, et entre lui et ses descendants y avait à l'inimitié perpétuelle. La femme a été condamnée à les affres de la procréation et de soumission à son mari. En punition de l'homme au sol a été maudit: épines et des chardons devaient surgir, le travail dur qui serait nécessaire pour assurer la production d'alimentation humaine et labeur serait le lot de l'homme de l'enfance à la tombe. Enfin, l'homme et son épouse ont été expulsés du jardin "pour cultiver le sol à partir de laquelle il a été pris." D'Adam et sa femme, maintenant appelé "Eve" () parce qu'elle était la mère de tout vivant () on sait seulement que, après leur exil du jardin qu'ils avaient des enfants nés à eux (voir le général v. 3, 4) . JF McC.

-Dans la littérature apocryphe et rabbinique:

Bien que le caractère générique que le nom d'Adam a dans les parties plus anciennes de l'Écriture, où il apparaît avec l'article («l'homme»), a été peu à peu perdu de vue, son caractère typique comme le représentant de l'unité de l'humanité a été constamment souligné (iv comparer Sanh 5; la lecture correcte dans Tosef, Sanh viii 4-9.....):

"Pourquoi un seul spécimen de l'homme créé en premier pour nous enseigner que celui qui détruit une seule âme détruit tout un monde et que celui qui sauve une seule âme sauve tout un monde;? Par ailleurs, afin qu'aucune race ou de classe peuvent prétendre une ascendance noble, en disant: «Notre père est né en premier" et, enfin, pour rendre témoignage à la grandeur du Seigneur, qui a causé la merveilleuse diversité de l'humanité d'émaner d'un type Et pourquoi a été créé Adam dernière de tous les êtres. ? Pour lui apprendre l'humilité, car s'il est autoritaire, qu'il se souvienne que la petite mouche l'a précédé dans l'ordre de la création ".

Dans un litige, donc, à qui verset biblique exprime le principe fondamental de la Azkai ben loi, Simon maintenu contre R. Akiba, qui, après Hillel, avait distingué la règle d'or (Lévitique xix. 18)-que le principe de l'amour doit avoir comme base c. Gen. 1, qui enseigne que tous les hommes sont les descendants de celui qui a été fait à l'image de Dieu (Sifra, Kedoshim, iv;.. Yer Ned ix 41c;.. Genèse R. 24). Cette idée, exprimée également par Paul dans son discours à Athènes, «[Dieu] a fait d'un seul sang toutes les nations des hommes pour habiter sur toute la surface de la terre» (Actes, xvii. 26), trouvé son expression dans de nombreuses caractéristiques formes. Selon Targ. Yer. au général ii. 7, Dieu prit de la poussière du lieu saint (comme «le centre de la terre";. Compare Pirḳe R. Eliezer xi, xx.) Et les quatre parties du monde, se mêlant avec l'eau de toutes les mers, et a fait lui rouge, noir et blanc (sans doute plus correctement Pirḳe R. El xi et Chronique de Jerachmeel, vi 7:... «Blanc, noir, rouge et vert-blanc os et de nerfs; intestins noir, rouge sang, la peau de le corps ou le foie vert "); comparer Philo," Création du Monde,. "xlvii;. Abulfeda," Historia Ante-Islamica " Les Oracles sibyllins (iii. 24-26) et, en suivant le même, le Livre d'Hénoch slave trouver le caractère cosmopolite d'Adam, son origine dans les quatre régions de la terre, exprimé dans les quatre lettres de son nom: Anatole (Est ), Dysis (Ouest), Arktos (Nord), et Mesembria (Sud). R. Johanan interprète comme étant un acrostiche de (cendres), (le sang), et (fiel; voir Soṭah, 5a). Mais cette interprétation semble avoir son origine dans d'autres milieux, car nous trouvons Isidore de Séville («De Natura Rerum,« ix.) Déclare que Adam a été fait de sang (sanguis), de la vésicule (chole), la vésicule noire (la mélancolie), et flegme: les quatre pièces qui constituent le tempérament, qui correspondent aux quatre éléments de la nature, tout comme le microcosme au macrocosme (voir Piper, "Symbolique der Kirche Christlichen», 90, 469). R. Meir (IIe siècle) a la tradition que Dieu a fait Adam de la poussière recueillie du monde entier, et Rab (IIIe siècle) dit: «Sa tête a été faite de la terre de Terre Sainte; son corps principal, de la Babylonie; et les différents membres de différents pays "(Sanh. 38a et suivants;. comparer Gen R. viii;. Midr Le cxxxix 5;... et Tan, Peḳude, 3, fin.).

Deux natures en Adam.

Il ya, cependant, deux points de vue sur la nature présentés dans les deux récits bibliques de la création de l'homme de l'homme, et ils ne sortent plus de force dans la Haggadah, et plus encore dans l'ancienne littérature hellénistique. "Les deux mondes, le ciel et la terre, ont été d'avoir une part dans la création de l'homme, d'où l'armée d'anges ont été consultés par le Seigneur quand il dit:« Faisons l'homme »(Gen. i. 26, le général R. viii .). Mais la vieille haggadists aimait surtout d'insister sur la gloire de Dieu le premier créé avant sa chute. Il était «comme l'un des anges" (slave Livre d'Enoch, xxx 11;. Compare livre Christian d'Adam, I, 10; aussi Papias dans Genèse R. xxi;. Pirḳe R. El xii;... Ex R xxxii;.... Targ Yer iii Genèse 22).. "Son corps a atteint la terre au ciel [ou d'un bout du monde à l'autre] avant que le péché lui a fait couler" (Ḥag. 12a, 38b Sanh;. Comparez aussi Philo, "Création du monde", ed Mangey. , i. 33, 47). «Il était d'une extrême beauté et la luminosité sunlike" (BB 58a). "Sa peau était un vêtement lumineux, brillant comme ses ongles, quand il péché cette luminosité a disparu, et il apparaissait nu" (Gen. iii Targ. Yer 7;.. Gen. R. xi;. Adam et Eve, xxxvii.) . Quand Dieu a dit: "Faisons l'homme à notre image," les anges dans le ciel, rempli de jalousie, a déclaré: "?! Quel est l'homme que tu penses de lui une créature pleine de mensonge, la haine et les conflits" Mais Love a plaidé en sa faveur, et le Seigneur a parlé: «Que le printemps vérité sortir de la terre!" (Gen. R. viii;. Midr Le viii...). Beaucoup plus ancienne, et mélangés avec la mythologie babylonienne (xiv Ésaïe. 12), est le raconte l'histoire de Adam et Eve, le Livre d'Hénoch slave, xxxi. 3-6 (comparer Bereshit Rabbati, éd Epstein, p. 17;. Pirḳe R. El xiii;.. Chronique de Jerachmeel, xxii;. Et le Coran, sourate II 34;.. Xv 30), selon laquelle tous les anges de la ont été commandés par l'archange Michel pour rendre hommage à l'image de Dieu, sur quoi tous se prosternèrent devant Adam, sauf Satan, qui, en punition de sa révolte, il fut précipité de ses hauteurs célestes à la profondeur de l'abîme, tandis que son trône vacant a été réservé pour Adam, à lui être donnée au moment de la résurrection à venir. Désormais, Satan est devenu l'ennemi de l'homme, lui apparaissant sous les traits d'un ange de lumière pour le séduire (comparer II Cor. Xi. 14). Une légende midrashique quelque peu modifiée (Gen. R. viii.) Rapporte que les anges ont été tellement émerveillé et d'admiration à la vue d'Adam, l'image de Dieu, qu'ils voulaient rendre hommage à lui et crier: «Saint!" Mais le Seigneur fait le sommeil de tomber sur lui alors qu'il gisait comme un cadavre, et le Seigneur a dit: «Cessez-vous de l'homme, dont le souffle est dans ses narines:? Pour laquelle il est à être pris en compte de" (Ésaïe ii. 22). Une autre version (... Pirḳe R. El xi; Tan, Peḳude, 3) est que toutes les autres créatures, émerveillé par la grandeur d'Adam, se prosternèrent devant lui, en prenant lui à leur créateur; lequel il pointe vers le haut à Dieu, en s'écriant: "Le Seigneur règne, Il est revêtu de majesté! (Psaume XCIII. 1). Pourtant, le Livre de la Sagesse (II, 23, 24) semble faire allusion à l'ancienne légende en disant, "Dieu créa l'homme pour l'immortalité, mais par l'envie de la mort, Satan entra dans le monde» (comparer Josephus, «Ant». I . 1, § 4;. Ab RN i.;. Gen. R. xviii, où le serpent est représenté comme proposé par la jalousie).

The Fall.

Adam au paradis des anges avait (agathodæmons ou serpents) à attendre sur la danse et avant lui (Sanh. 59b, 75a BB, Pirḳe R. El. Xii.). Il a mangé "ange du pain" (cf. Ps lxxiii 26;.. Yoma, 75b; Vita Adae et Evæ, § 4). Toute la création se prosternèrent devant lui dans la crainte. Il était la lumière du monde (Yer. Shab ii 5b..), Mais le péché l'a privé de toute gloire. La terre et les corps célestes ont perdu leur éclat, qui ne reviendra que dans les temps messianiques (Gen. xii R.;. Vita Adae et Evæ, § 21; Philo, "Création du monde», p. 60; Zohar, iii. 83b). La mort est venue sur Adam et toute la création. jour de Dieu étant un millier d'années (Ps. XC. 4), Adam a été autorisé à vivre 930 années-soixante-dix de moins de mille (Livre des Jubilés, iv. 28, et le général R. xix.), de sorte que la déclaration "dans la journée où tu en mangeras, tu mourras" pourrait être remplies. Les brutes ne tenait plus dans la crainte de l'homme comme leur chef, mais plutôt, ils l'ont attaqué. Mais tandis que le péché a été de conséquence fatale, et l'effet du poison du serpent est encore ressentie par toutes les générations suivantes, à moins qu'ils devraient être libérés de par l'alliance du Sinaï ("Ab Zarah, 22b;. IV livre d'Esdras; . Apoc Mosis, xx;. voir les articles Sin et à l'automne), le haggadists juive insister sur un point non mentionné dans la Bible, mais de grande importance doctrinale en comparaison avec les enseignements de Paul et ses disciples. L'effet du péché mortel peut être retiré par le repentir. Ainsi, Adam est représenté comme un type d'un pécheur repentant. Ainsi, il est décrit dans Vita Adae et Evæ, ainsi que par les rabbins du deuxième siècle ("Er 18b;.. Ab Zarah, 8a;. Ab RN i.;. Pirḳe R. El), comme étant en terrible épreuve tout en jeûnant, priant, et se baigner dans la rivière pour sept jours et quarante (sept semaines, Pirḳe R. El.), ou deux fois sept semaines, le raccourcissement des jours après Tishri prises par Adam comme un signe de la colère de Dieu , jusqu'à ce que après le solstice d'hiver, les journées de nouveau progressé plus, quand il a apporté un sacrifice d'action de grâces. Un autre point de vue est que, lorsque le soleil se leva le lendemain matin il a offert son action de grâces, dans lequel les anges se joignirent à lui, le chant du Psaume Sabbath (Ps. xcii.). A propos d'Adam et le bœuf à une corne (l'gaiomarth persan), voir Kohut, dans "ZDMG" xxv. 78, n. 6.

En raison du sabbat le soleil conserve sa luminosité de la journée, mais que l'obscurité a été mis en Adam saisi par la peur, la pensée de son péché. Alors le Seigneur lui a appris comment faire du feu en frappant des pierres ensemble. Dès que le feu est accueillie avec une bénédiction à la fin de chaque jour du sabbat (Pesiḳ. R. xxiii;.. Pirḳe R. El xx;. De même, Pes 54a.).

Quand Adam a entendu la malédiction, "Tu mangeras de l'herbe de la terre», il chancela, en disant: "O Seigneur, dois-je et mon cul manger à l'extérieur de la crèche même?" Puis la voix de Dieu est venu rassurant: «Avec la sueur de ton front tu mangeras ton pain!" Il est réconfortant de travail. Les anges apprit à Adam le travail de l'agriculture, tous les métiers, et aussi comment travailler en fer (Livre des Jubilés, iii 12;. Gen. R. XXIV;. Pes 54a.). L'invention de l'écriture a été attribuée à Adam.

Adam dans le monde futur.

D'Adam jour couvert son corps nu pour la première fois, il vit dans les vêtements d'une marque de la dignité humaine, et a offert à Dieu une action de grâces de l'encens (Livre des Jubilés, iii. 22). Les vêtements fabriqués par Dieu n'était pas de la peau, mais de la lumière (Gen. R. xx.), Et des robes de gloire ont été faites de la peau du serpent (Targ. Yer. Gen. 21). Adam, «le premier à entrer dans l'Hadès" (Sibylline Oracles, i. 81), a également été le premier à recevoir le ofresurrection promesse (Gen. R. xxi. 7, après Ps. Xvii. 15). Selon le Testament d'Abraham, Adam est assis à la porte, regardant les larmes de la multitude des âmes en passant par la porte large pour répondre à leur châtiment, et avec joie les quelques entrant par la porte étroite pour recevoir leur récompense. Le point de vue juif sur le péché d'Adam est le mieux exprimé par Ammi (Shab. 55a, basé sur Ézéchiel xviii 20..): «Aucun homme ne meurt sans péché de sa propre conséquence, tous les pieux, étant admis à contempler la Shekinah (gloire. de Dieu) avant leur mort, Adam reproche (comme ils le passent à la porte) pour avoir semé la mort sur eux, à quoi il répond: «je suis mort avec, mais un péché, mais que vous avez commis de nombreuses: en raison de ces vous ont trouvé la mort, non pas sur "mon compte" (Tan., Ḥuḳḳat, 16).

Pour Adam sont attribués Ps. c., xix., xxiv., et xcii. (Midr. Le v. 3;. Gen. R. xxii, fin;. Pesiḳ xlvi R.;.. Voir Bacher, "Ag. Pal Amor..." Ii 337 et suiv..). Son corps, fait un objet de culte par une secte semi-païen Melchisedician, selon le Livre d'Adam Christian, a été montré à l'époque talmudique à Hébron, dans la grotte de Machpelah (BB 58a, le général R. lviii.), Tandis que La tradition chrétienne a placé dans le Golgotha, près de Jérusalem (Origène, les voies 35 à Matt., et l'article Golgotha). C'est une belle et certainement une idée originale des rabbins que "Adam a été créé de la poussière de l'endroit où le sanctuaire fut de me lever pour l'expiation de tous les péchés humains», de sorte que le péché ne doit jamais être un élément permanent ou intrinsèque de la nature de l'homme (Gen. R. xiv., Yer. Naz. vii. 56b). La légende correspondante chrétienne du Golgotha ​​a été formé après l'autre juif.

Bibliographie:
Ginzberg, Kirchenvätern Die Haggada bei den, dans Monatsschrift, 1899; Kohut, dans ZDMG xxv. 59-94; Grünbaum, Neue Beiträge zur Sagenkunde Semitischen, p. 54,79; Dillman, Adambuch Christliche Das; Malan, livre d'Adam et Eve, 1882; Bezold, Schatzhöhle Die, 1883, 1888; Siegfried, Philo von Alexandrien. Pour de plus amples références bibliographiques voir Schurer, Geschichte, 3e éd. iii. 288-289.K.

-Dans la littérature musulmane:

Aucune mention n'est faite d'Adam dans les sourates du Coran au début. Bien que Mahomet parle de la création de l'homme en général à partir d'un «caillot de sang» ou une «goutte d'eau" (sourates lxxv. 34, lxxvii. 20, xcvi. 1), ce n'est que dans les sourates mecquoises plus tard que l'original création de l'homme est lié à une personne en particulier. Mais dans ces sourates la théorie est déjà développé, qui conçoit de Satan contre l'homme sont la suite de l'expulsion de l'ancien du paradis au moment de la création de l'homme. Geiger a mal fait remarquer ("Est-Hat Mohammed aus dem Judenthume aufgenommen?", P. 100) que ce n'est pas une idée juive (voir Vita Adae et Evæ, § 16). Il appartient aussi au cycle du Midrash-chrétien syriaque (voir Budge, «Le Livre de l'abeille», p. 21, trans;. Bezold, "Die Schatzhöhle», p. 5, 6, trad.). Dans le premier compte rendu le nom d'Adam ne se produit pas, ni ne la vengeance vœu Iblis sur un seul individu, mais plutôt sur toute la race de l'humanité:

Iblis, le Diable, répit.

«Lorsque ton Seigneur dit aux anges:« En vérité, je suis sur le point de créer un mortel à de l'argile, et quand je l'ai façonné et insufflé en lui de Mon Esprit, puis l'automne avant de vous adorer. " Et les anges adoré, tous les sauver Iblis, qui était trop grand avec fierté, et a été d'mécréants. Dit-il, O Iblis! Ce qui empêche toi d'adorer ce que j'ai créé avec mes deux mains? Es-tu trop gros avec tu orgueil? ou l'art parmi les exaltés? Dit-il, «Je suis meilleur que lui; Tu m'as créé de feu, et lui Tu as créé d'argile». Dit-il, ensuite aller de l'avant-ci; pour l'art en vérité, tu bombardé, et en vérité sur toi est mon jusqu'à maudire le jour du jugement. " Dit-il, «Mon Seigneur! Puis me donnais du répit jusqu'au jour où ils seront ressuscités." Dit-il, l'art alors tu parmi les répit jusqu'au jour de l'heure indiquée. Dit-il, alors, par ta puissance, je vais sûrement les séduire tous ensemble, sauf Tes serviteurs d'entre eux qui sont sincères! Il a dit: «C'est la vérité, et la vérité je parle, je vais sûrement remplir l'enfer avec toi et avec ceux qui te suivent parmi eux tous ensemble» (sourate xxxviii 70-85.).

Plus tard, Mohammed développe le caractère personnel du premier homme et sa relation directe à Dieu, dont le vicaire (Khalifa, calife), il doit être sur la terre. Dans le même temps Satan est représenté comme étant celui qui conduit Adam du paradis: Adam comme vicaire de Dieu.

«Et lorsque ton Seigneur dit aux anges:« Je suis sur le point de placer un vicaire sur la terre, disaient-ils, «Tu y désigner un qui fera le mal et qui répandra le sang? Nous célébrons ta louange, et c'est Toi sanctifier." Said [du Seigneur], je sais ce que vous ne savez pas. " Et Il apprit à Adam les noms, tous les autres; puis Il les proposé aux anges et dit: «Déclarez-moi les noms de ceux-ci, si vous êtes véridiques." Ils dirent: "Gloire à Toi pas savoir est le nôtre, mais ce que toi-même tu nous as enseigné;!. Vérité, Tu es l'Omniscient, le Sage" Le Seigneur a dit, «O Adam, déclarer à leur nom», et quand il avait déclaré à leur nom, il dit: «N'ai-je pas vous dire, je connais les secrets des cieux et de la terre, et je sais ce spectacle vous et ce que vous cachez? Et quand il a dit aux anges, "Adore Adam", ils adoraient mettre seulement Iblis, qui a refusé et il était trop fier, et est devenu l'un des mécréants.

"Et Il dit:« O Adam, habite, toi et ta femme, dans le paradis, et manger-ci largement que vous le souhaitez;. Mais ne pas s'approcher de cet arbre ou que vous serez des transgresseurs » Et Satan fait reculer, et les chassa de ce qu'ils étaient dans, et Il dit: «Descendez, l'un de vous l'ennemi de l'autre;. Et sur la terre il ya une demeure et une provision pour un temps» Et Adam pris certaines paroles de son Seigneur, et Il se tourna vers lui, car Il est le Compatissant facilement transformés Il dit: «Descendez-ci tout à fait, et haply il peut venir de moi un guide, et quiconque suit Mon orientation pas à craindre. est à eux, ne seront point affligés »(sourate II. 29-36).

Dans la sourate VII. 10 et suiv. la même histoire se répète, mais avec plusieurs ajouts. En particulier, Mohammed a maintenant appris la manière dont Satan a tenté Adam:

Satan séduit Adam.

»Mais Satan chuchota à eux pour afficher leur ce qui a été gardé en arrière d'eux de leur honte, et il dit:« Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous devrait être anges TWAIN ou devraient devenir des immortels », et il jura pour les deux: «En vérité, je suis pour vous un conseiller sincère», et il les séduit par la tromperie, et quand ils twain goûté de l'arbre de la honte a été à leur égard, et ils ont commencé à broder sur eux-mêmes les feuilles du jardin. Et leur Seigneur les appela: «N'ai-je pas vous interdire de cet arbre là-bas, et vous le dis, en vérité, Satan est pour vous un ennemi déclaré? Ils dirent: "O notre Seigneur, nous nous sommes fait du tort et si Tu ne nous pardonnera pas et ayez pitié de nous, nous serons sûrement de ceux qui sont perdus! Il dit: «Allez vers le bas, l'un de vous à l'autre un ennemi,. Mais pour vous dans la terre il ya une demeure et une provision pour une saison" Il dit: «C'est là que doit vous vivez et qui y est vous ne mouriez; d'elle vous être présenté." (. Sourate VII 19-24) Dans sourates xvii. 63, xviii. 48, les références sont également faites à un refus d'Iblis d'adorer Adam. Ce dernier a été créé de la terre (iii. 51) ou de l'argile (xxxii. 5). C'est Adam est le premier des prophètes est seulement esquissée dans le Coran. Dans le passage (II, 35) cité ci-dessus, «Et Adam pris certains mots [kalimat] venant de son Seigneur», la référence peut être à une supposée révélation à Adam. Pour cette raison, iii. 30, Mohammed dit: «En vérité, Dieu a choisi Adam, Noé et les gens, et les gens d'Abraham, et Imram de [les chrétiens]"; faire Adam le représentant de la période antédiluvienne.

Création d'Adam.

Pour ces comptes un peu maigre tard écrivains arabes et les commentateurs ont ajouté des détails différents qui trouvent leur parallèle dans le Midrash juive et chrétienne. Hamza al-Ispahani dit expressément que, un rabbin juif à Bagdad, Sédécias par son nom, lui a dit, entre autres choses, que Adam a été créé à la troisième heure du sixième jour, et Eve dans la sixième heure, qu'ils ont fait d'habiter Gan-Eden (), à partir de laquelle ils ont été expulsés après la neuvième heure, que Dieu envoya un ange pour eux, qui apprit à Adam la façon de semer et d'accomplir tous les autres travaux liés à l'agriculture. Le même ange chargé Eve la façon d'effectuer toutes sortes de tâches ménagères. Les historiens Tabari, Masudi, Al-Athir, etc, ont évidemment abattus à partir de sources similaires. Ils nous disent que lorsque Dieu a voulu pour former Adam Il envoya Gabriel premier, puis Michael, pour aller chercher du sol à cet effet. La terre, cependant, a refusé de donner le sol, et ne céda qu'à l'Ange de la Mort, qui a apporté trois types de sol, noir, blanc et rouge. descendants d'Adam, par conséquent, appartiennent soit au blanc, le noir, ou la race rouge.

L'âme d'Adam avait été créé des milliers d'années auparavant, et d'abord refusé d'entrer dans le corps d'argile. Dieu l'a forcée violemment par le nez d'Adam, qui le fit éternuer. Comme il est descendu dans sa bouche, il a commencé à prononcer les louanges de Dieu. Il essaya de se lever, mais l'âme n'avait pas encore descendu dans ses pieds. Quand il a fait tenir debout, il atteint de la terre vers le trône de Dieu, et avait à l'ombre les yeux avec sa main en raison de l'éclat du trône de Dieu. Sa taille a été progressivement diminué, en partie comme une punition pour son péché, et en partie par le deuil à la mort d'Abel.

L'avenir dévoilé à Lui.

Adam a souhaité que les générations qui devaient venir de lui. Dieu les a appelé tous de l'extérieur de son dos; ils se tenaient en deux rangées, l'une des droites, l'autre des pécheurs. Quand Dieu dit à Adam la durée de vie donnée à chacun, il a été surpris de constater que seul un petit nombre d'années avaient été attribués à David, et lui fit un présent de quarante ans; qui présente, dit le Midrash musulmane, un officiel document a été rédigé et signé.

Quand Adam a été chassé du paradis, il a d'abord mis pied à terre sur l'île de Sarandib (Ceylan). Voici son empreinte (soixante aunes de long) est encore à voir, comme celle d'Abraham à la Mecque. De Ceylan Adam se rendit à la ville sainte en Arabie, où il a construit la Kaaba, ayant par le jeûne et le silence gagné la remise partielle de Dieu.

Une autre légende relie le bâtiment de la Kaaba avec Abraham. Lorsque le temps est venu pour Adam de mourir, il avait oublié le don de quarante ans pour David, et a dû être rappelé par l'Ange de la Mort. Il aurait été enterré dans la "Grotte des Trésors», un chrétien, plutôt que d'une juive, l'idée. Plusieurs de ces caractéristiques particulières se retrouvent dans le Eliezer Pirḳe de-rabbin, un travail qui a été compilé sous l'influence arabe (Zunz, "GV" 2d ed., P. 289 et suiv.).

J. McCurdy Frédéric, Kohler Kaufmann, Richard Gottheil
Jewish Encyclopedia, publiés entre 1901-1906.

Bibliographie:
Coran, sourates XXXVIII. 71-86. ii. 28-32, vii. 10-18, xv. 28-44, xvii. 63-68, xviii. 48, xx. 115, et les commentaires sur ces passages; Gottwaldt, HamzœIspahanensis Annalium Libri x. p. 84 et suiv;. Tabari, Annales, ii. 115 et suivants;. Ibn al-Athir, Chronicon, éd. Tornberg, i. 19 et suivants;. Al-Nawawi, Dict biographiques. des hommes illustres, éd. Wüstenfeld, p. 123 et suiv;. Iakoute, Wörterbuch Geographisches, éd. Wüstenfeld, vi. 255 (indice). Comparer Geiger, était Hat Mohammed aus dem aufgenommen Judenthume? p. 100 et suiv;. Weil, Biblische der Legenden Muselmänner, p. 12 et suiv;.. Grünbaum, Beiträge zur Neue Semitischen Sagenkunde, p. 54 et suiv, où un grand nombre de parallèles rabbiniques sera found.G.

-Voir critique:

Selon les critiques modernes, l'histoire de la création de l'homme est présenté en deux sources. Une de ces formes au début du document connu sous le nom de code sacerdotal (P), et l'autre est écrit par le soi-disant Jahvist (J). Le premier fait de la création à la première d'une série d'étapes dans le développement de l'histoire d'Israël et de la théocratie, qui est la grande fin du gouvernement divin. Chaque événement est à l'homme une gradation menant à un acte final de la Providence. Cette première étape se termine dignement avec la réalisation de l'homme à l'image de Dieu, qui fait suite à la création de la lumière, le ciel, la terre et la mer; des plantes et des animaux de l'eau, l'air et la terre . Ce récit que l'on trouve sous la forme définitive de l'Hexateuque est interrompue dans ii Gen. 4 par le second narrateur, et n'est pas repris jusqu'à Gen v. 1, lorsque la deuxième étape commence par les «générations [Toledot] d'Adam."

Le second récit (Genèse II. 4-iv.) Est le début d'une histoire écrite beaucoup plus tôt que le document sacerdotal. Ses centres d'intérêt en Adam non pas comme le premier maillon de la chaîne de l'histoire d'Israël, mais comme le fondateur de la race humaine. Les descriptions sont naïfs et anthropomorphes, révélateur de la maison de l'homme dans l'Eden, son compagnon divinement donné, ses progrès dans la connaissance, son péché, son bannissement du paradis, et le sort de ses enfants.

Etymologie de "Adam".

L'étymologie du mot "Adam" est d'une importance. L'auteur de Genèse II. 7 donne sa propre explication quand il dit: «Dieu forma l'homme de la poussière de la terre." C'est-à-dire, l'homme a été appelé "homme" ou "Adam" parce qu'il a été formé à partir du sol (adamah). Comparer Gen III. 19. Cette association d'idées est plus que d'une explication du mot: il est aussi suggestive de la conception primitive de la vie humaine. Selon les anciennes notions antisémites, toute la nature était l'instinct de vie, de sorte que non seulement les hommes venaient et retourné à la terre, mais en fait, tenait de sa substance. La notion même se déclare dans le latin homo et humanus, par rapport à l'humus et le χαμαί grecque, dans la gam allemande (en Bräutigam), et le groom anglais, et aussi dans l'έπιχθόνιος grecs et autres expressions similaires. Les critiques modernes sont les moins enclins à ridiculiser cela comme une simple fantaisie barbare maintenant que la doctrine de l'évolution a fait qu'ils se familiarisent avec l'unité de la nature. Ce point de vue du mot implique qu'il était à l'origine pas un nom propre; pour les noms de personnes (dont étymologies fantaisistes sont souvent données par les écrivains sacrés) ne sont pas constitués après un tel mode.

Un examen plus approfondi du récit montrera que le mot est principalement utilisé dans un sens générique, et non comme le nom d'un individu. En général i. son emploi est totalement générique. Dans Genèse II. et iii. l'écrivain tisse le générique et le sens personnel de la parole. Dans tout ce qui concerne le premier homme que le sujet passif de l'action créatrice et providentielle de la référence est exclusivement génériques. En effet, il est douteux que "Adam" comme un nom propre est utilisé à tous les avant iv général. 25 (J) et c. 3 (P). Voici le même usage est manifeste: à l'ouverture deux versets du chap. c. le mot est utilisé de façon générique. Il peut également être observé que l'écrivain en général ii., Iii. dit toujours «l'homme» au lieu de «Adam», même si la référence personnelle est destiné, sauf après une préposition, où, cependant, une voyelle a probablement été supprimé du texte. L'explication de la variation de l'utilisation est apparemment que, comme dans le cas de la plupart des premiers récits de la Genèse, le matériau de la tradition populaire, qui a commencé avec la formation de l'homme de la terre, a été repris et travaillé au cours de plus utilise religieux par des penseurs de l'école prophétique. Adam n'est pas mentionnée dans les livres plus tard, l'Ancien Testament, sauf dans la généalogie de I Chron. JF McC.


Livre d'Adam

Information Point de vue juif

Le Talmud ne dit rien sur l'existence d'un livre d'Adam, et l'affirmation largement acceptée Zunz à l'effet contraire («GV», 2e éd., P. 136) est erronée, tel qu'il appert d'une inspection du passage dans "Ab. Zarah, 5a, et le général R. XXIV. 2. Il ne fait aucun doute, cependant, qu'il existait à une date rapprochée, peut-être même avant la destruction du Second Temple, une collection de légendes d'Adam et Eve qui ont été en partie conservé, non pas dans leur langue originale, mais quelque peu changé. Il est possible de prouver que les apocryphes, Apocalypsis Mosis-que Tischendorf, suite de l'inscription erronée d'un copiste, appelé le livre et Vita Adae et Evæ, et dans une certaine mesure, même leurs ramifications slave, le syriaque, éthiopienne et arabe, sont des identiques origine juive. Selon ces œuvres apocryphes et de l'Est et les formes occidentales de l'Apocalypsis, la partie juive du Livre d'Adam doit avoir lu un peu comme suit (les parallèles dans la littérature apocryphe et rabbiniques sont placés entre parenthèses):

Adam dans le Jardin d'Eden.

Adam, l'œuvre du Seigneur (Ab. RN i. à la fin), a vécu avec Eve dans le Jardin d'Eden, qui était située à l'Est (Livre d'Enoch, xxxii;. BB ​​84a). Leur nourriture, dont ils sont également distribués aux animaux inférieurs (Gen. R. xix. 5), se composait du fruit des arbres dans le jardin, la seule nourriture a ensuite permis aux êtres vivants (Sanh. 59b). Pour leur protection deux anges furent mises de côté (Ḥag. 16a), connu (Ber. 60b) que les convives ou de la majesté () (kabod), appelé dans virtutes latine, de virtus, correspondant à kabod. Mais un jour où les anges gardiens avaient monté au ciel pour chanter leur hymne () pour le Seigneur (Ḥul. 91b), Satan jugea le moment opportun pour s'acquitter de ses mauvais desseins contre Adam. Satan haï Adam, car il le considérait comme la cause de sa chute. Après que Dieu avait créé l'homme, Il a ordonné à tous les anges de se prosterner devant Adam, mais Satan se révolta contre le commandement de Dieu, en dépit de l'appel d'offres directes de Michael "à adorer l'image de YHW" (), et répondit fièrement: «Si Dieu est en colère contre moi, j'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu "(cf. Isa. xiv. 13). Alors Dieu "le chasser du ciel avec toute son armée d'anges rebelles" (slave Livre d'Hénoch, xxxi. 18, et Mek., Shirah, § 2). Et Satan l'adversaire (Suk. 52a) a choisi le serpent de son outil, que ce n'était pas seulement le plus subtil de tous les animaux, mais aussi très semblable à l'homme, car il avait été doué avec les mains et les jambes comme lui (Genèse R . xix. 1). Et Satan a parlé au serpent: «Sois mon instrument, et par la bouche de ta volonté que je prononce un mot qui doit permettre de te séduire l'homme» (R. El Pirḳe. xiii..). Après quelques plaidé le serpent a réussi à convaincre Eve de manger du fruit défendu de l'arbre de la connaissance d'un figuier (Gen. R. xv. 7)-qui avait secoué le serpent pour son RN (Ab. i. 4, ed. Schechter). Mais le serpent avait infusé la luxure dans le fruit, et quand Eve avaient mangé de lui le désir sexuel se réveilla dans son (slave Livre de Baruch, xcvii;... Apoc Abraham, xxiii, et Pirḳe R. El xxi..), Et au même moment elle a pris conscience qu'elle avait été annulée et «avait perdu le vêtement de la justice dans lequel elle avait été habillée" (Gen. R. xix. 6, R. El Pirḳe.. xiv.). Adam, lui aussi, après avoir mangé du fruit défendu, a connu un sentiment de perte et cria: "Qu'as-tu fait Tu m'as retiré de la gloire du Seigneur?" (Ab. RN I, 6, éd Schechter. ).

Le verdict divin.

Peu de temps après qu'ils eurent péché, ils entendu le coup de trompette (chofar) de Michael ("BH" ed Jellinek, ii 61..) Appelle les anges: "Ainsi parle le Seigneur:« Viens avec moi dans le jardin d'Eden et d'entendre les phrase que je vais passer sur Adam "(Gen. R. xix. 8). Et le Seigneur parla à Adam, en disant:??? [... Targ Yer à iii Genèse 9]. "Où es-tu caché Crois-tu que je ne peux pas te trouver une maison peut se dissimuler dans son constructeur Parce que tu as cassé mon commandement: Je vais infliger des soixante-douze maux sur ton corps "(Mishna Neg. i. 4). Et pour la femme il dit: «Parce que tu as pas écouté mon commandement: Je multiplierai ta main-douleurs, et vainement [ἐν ματαιοīς du grec, par une erreur dans la lecture (habalim) pour (ḥabalim) en hébreu] tu tu puis confesser et crier: «Seigneur, sauve-moi, et je ne tourne plus au péché charnel. Mais ton désir sera de nouveau à ton mari »(une explication midrashique de Gen. 16, fondé sur la primauté de l'herméneutique semikot-explication par le contexte et mot à mot dans trouvés pour Gen. R. xx. 7). N'a pas non plus échapper à la punition serpent, car il a perdu ses mains et les jambes, et un esprit d'hostilité a été établi entre elle et vers l'homme le jour du jugement (Gen. R. xx 5.); Selon Targ. Yer. Gen. 15, «jusqu'à ce que le temps du Messie" (voir Soṭah, 49b).

Adam en exil du jardin d'Eden.

Toutefois, la peine la plus lourde pour Adam était son expulsion du jardin d'Eden. Toutes ses supplications, ainsi que celles des anges, pour atténuer la peine seulement induite par Dieu de lui promettre, en disant: «Si après avoir quitté la garde Jardin d'Eden-tu contre le mal jusqu'à ce que tu meurs" ["être prêt à mourir" n'est pas correct, étant basée sur la confusion de l'hébreu (die tu) avec l'araméen (préparé)], "je vais te ressuscite au moment de la résurrection" (un vieux Targum haggadic à Gen. 17, 22, qui se retrouve également dans Targ Yer i. et le général R. xx 10;..... comparer les meḥayye ha bénédiction-metim (Il ressuscite les morts), Apost dans Const vii chap xxxiv)... Dans le monde futur Dieu sera parmi les hommes (Tan., Num. 145, éd. Buber), et l'Esprit du Mal sera pas plus (Gen. R. xlviii. 11).

La sentence de Dieu a été réalisée en vigueur. Banni du jardin, qui était désormais entouré d'une mer de glace (Livre d'Hénoch, version en hébreu;. "BH" iv 132), Adam et Eve installés dans le quartier d'Eden dans le xxi-Orient (Gen. R. 9. ). Ils ne furent pas plus tôt hors de leur demeure bienheureuse de la terreur paralysante s'est abattue sur eux. Peu habitués à la vie terrestre et peu familiers avec les changements de la journée et de la météo en un paradis pour la lumière éternelle avait entouré (Gen. R. xi. 2)-ils étaient terrifiés lorsque l'obscurité de la nuit commençait à tomber sur la terre ("Ab. Zarah, 8a), et l'intercession de la Parole de Dieu () a été nécessaire pour les explainto le nouvel ordre des choses. Dès ce moment, les souffrances de la vie a commencé, pour Adam et Eve ont eu peur de prendre de la nourriture terrestre, et jeûné pendant les sept premiers jours après leur expulsion du paradis, qui est prescrite dans la loi talmudique, avant une famine imminente (Mishna Ta'anit, i. 6).

Le repentir d'Adam.

Humilié et affaibli par la faim et la souffrance, Adam a pris conscience de la gravité de son péché, pour lequel il était maintenant prêt à racheter ("Er. 18b, Gen. R. xxii. 13). Il a donc, comme Moïse, Elie, et Abraham (Apoc. Abraham, 12), jeûné pendant quarante jours, au cours de laquelle il se leva à son cou dans les eaux de la rivière Gihon (), dont le nom est étymologiquement relié par l'écrivain avec les racines "se pencher" et "à prier à haute voix" (R. El Pirḳe.. xx.). Selon la Vita Adae et Evæ, Adam était dans le Jourdain, une version qui peut être attribuée aux copistes chrétiens, qui, pour des raisons évidentes, a voulu représenter Adam comme ayant eu son baptême dans le Jourdain, en oubliant que, depuis Eve, ils eux-mêmes indiqué, baigné dans le Tigre, Adam aurait choisi un autre des rivières du paradis à cet effet.

Les jours de repentir après avoir passé, les jumeaux Caïn et Abel étaient nés d'Adam et Eve (Gen. R. xxii. 2). Et bientôt, Caïn se leva, se sont enfuis, et mis un roseau à sa mère (; comparer Gen R. xxii 8.): «Caïn a tué son frère avec un roseau ()", car, selon l'avis unanime de la Haggadah, les enfants d'Adam et Eve sont nés pleinement développé (Gen. R. xxii. 2). Eve vit dans un rêve que Caïn a assassiné son frère, Abel et a été retrouvé tué par une pierre (Gen. R. xxii 8;. Livre des Jubilés, iv 31.), Mais la terre a refusé de recevoir son sang (Giṭ. 57b ). A titre de compensation pour le meurtre d'Abel, Dieu a promis un fils d'Adam qui devraient «faire tout ce que sait que tu fais."

Maladie et la mort d'Adam.

Adam, à l'âge de 930 années, est devenu très malade, car Dieu avait maudit avec soixante-deux maux. Il envoya son fils, Seth avec Eve, du Jardin d'Eden pour le pétrole de la guérison, à lui rendre la santé (Pirḳe R. El. Xxxv). Sur le chemin du paradis Seth a été attaqué par un animal sauvage. Sur Eve exigeants comment un animal pourrait oser attaquer une image de Dieu, l'animal a répondu qu'elle-même, par son péché, avait perdu le droit de statuer sur le règne animal (v. 44b Pesiḳ., éd. Buber, et Sanh. 106b). Ce n'est que Seth s'est exclamé: "Attendez jusqu'à ce que le jour du jugement" ou, "Stop! Sinon, tu seras amené en jugement devant Dieu» (les deux lectures sur la base) ne l'animal le laisser aller. Toutefois, la mission de Seth fut en vain, pour l'ange Michael, à qui Dieu avait donné le contrôle sur le corps humain, car il était celui qui avait recueilli la poussière pour la création d'Adam (Midr. Konen, dans "BH" ii. 27), lui a dit que la vie de son père était à une extrémité, et son âme reviendrait à s'écarter de lui dans le cours d'une semaine.

Funérailles d'Adam.

Trois jours après la mort d'Adam (Genèse R. vii), qui a eu lieu, comme dans le cas de Moïse et Aaron, en présence de beaucoup d'anges et même dans la présence du Seigneur, son âme a été remis par Dieu Michael, qui lui a donné une demeure dans le troisième ciel (Ḥag. 12b) jusqu'à ce que le jour de la résurrection. Le corps a été enterré avec des honneurs exceptionnels, les quatre archanges, Michel, Gabriel, Uriel et Raphaël (dans l'ordre exact de l'énumération proposée par le Haggadah, voir Kohut, «Angelologie», p. 25), de l'enterrer dans le voisinage de le paradis, l'endroit précis d'être (R. El Pirḳe. XII et XX...) d'Hébron, près de Jérusalem; pour le site de l'autel dans le Temple, où la poussière d'Adam a été prise, est la porte du paradis. Quelques jours après l'enterrement d'Adam par le virtutes, Eve a estimé que sa fin approchait. Elle a appelé ses enfants ensemble et leur a ordonné d'écrire les noms des deux premiers êtres humains sur deux plaques d'argile et de pierre, car elle avait appris de Michael que Dieu avait décidé d'introduire une inondation et un feu meurtrier sur la terre et que seulement de ces plaques était échapper à la destruction (Josephus, «Ant». i. 2, § 3). Eve est décédé après une interruption de six jours, soit après la semaine de deuil d'Adam, comme l'(shib'ah) peut être constituée, conformément à la loi talmudique, de six jours seulement et quelques instants du septième jour (M. Ḳ. 19b). Eve a été enterré par les anges au côté d'Adam, et les anges chargé Seth de ne pas pleurer plus de six jours, et de se reposer et se réjouir le septième jour, pour le jour même Dieu et les anges reçoivent dans la joie de l'âme qui est soulevée au-dessus toute la matière terrestre (Sanh. 65b), et, en outre, reposer sur le septième jour devait être le symbole de la résurrection dans les siècles futurs (Sanh. 97a).

La reconstruction de la Jewish Book d'Adam tenté ici peuvent être hypothétiques dans certains points, car ni l'Apoc. Mosis ni la Vita peut être considéré comme présentant une copie conforme de l'original. Mais il est clair que ces deux apocryphes sont fondées sur l'hébreu ou l'araméen Livre d'Adam et que ce dernier appartient à la littérature midrashique, comme beaucoup de ses allusions ne peut s'expliquer que par le Midrash. Les légendes d'Adam dont regorge la littérature rabbinique semblent pointer vers la même source. Ainsi, la déclaration en Abot de-Rabbi Nathan (i. 6, éd. Shechter) qui veille toujours adressée Adam comme «seigneur» n'est apparemment pas intelligible, jusqu'à ce que par rapport à la Vita et le Livre slave d'Adam, qui contiennent tous deux des déclarations similaires , qui, par conséquent, doit avoir existé dans l'original, à partir de laquelle ils ont tous deux appelé indépendamment les uns des autres. En ce qui concerne les éléments allégués chrétienne et souvenirs du Nouveau Testament dans l'Apoc. Mosis et Vita, ils seront suffisamment caractérisés par les exemples suivants: Apoc. Mosis, iii., "Enfant de colère», est basée sur une étymologie du nom haggadic Cain, et n'a rien à voir avec Eph. ii. 3, et Apoc. Mosis, xix. "Lust est le commencement de tout péché», est bien juive (voir ci-dessus), et ne doivent donc pas avoir été pris d'une telle source comme James, i. 15. C'est d'ailleurs le cas avec tous les autres prétendus passages chrétienne dans le Apoc. Mosis, qui ne prouvent rien, même si elles étaient d'origine chrétienne, car il ne peut pas être surprenant de trouver des allusions chrétiennes dans la langue d'un livre si largement lus par les chrétiens comme les apocryphes. Même les passages où l'on s'attendrait à ce que d'un éditeur chrétien ou compilateur intervenir notions christologique sont tout à fait libres de leur part; ce qui tend à montrer que ni l'Apoc. Mosis ni la Vita a été en aucune façon altéré par les écrivains chrétiens.

Louis Ginzberg
Jewish Encyclopedia, publiés entre 1901-1906.

Bibliographie:
Schurer, Gesch. . 3e éd, iii, 288 et suivants;.. Fuchs, dans Die Apokryphen und Pseudepigraphen des Alten Testaments (trad. et éd par E. Kautzsch.), Ii. 506-529; Ginzberg, Die Kirchenvätern Haggada bei den, dans Monatsschrift, 1899, p. 63 et suiv. Les éditions les plus importants des livres d'Adam sont: Apoc. Mosis, dans Apocalypses Apocryphœ, éd. Tischendorf, 1866; Vita MÉA et Évohé, éd. H. Meyer, in der Akademie Bayrischen Abhandlungen der Wissenschaften; Klasse Philosophisch-Philologische, xiv. (1878), le Livre slave d'Adam; Jagic, dans Wissenschaften der Wiener Akademie der Denkschriften, Klasse Philosophisch-Historische (1893), i. et suivants, xlii;.. Malan, livre d'Adam et Eve, traduit de l'éthiopien, Londres, 1882.LG

Aussi, voir:
Péché Originel
Eden, Eve

Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'