Eschatologiese

Informations générales

Eschatologie, un terme dérivé du grec qui signifie littéralement «discours sur les fins dernières," renvoie généralement à la doctrine chrétienne judéo de la venue du royaume de Dieu et de la transformation ou de la transcendance de l'histoire.

La distinction entre la transformation et de la transcendance reflète la différence entre le Vieux Testament messianisme, qui a examiné pour la venue du royaume de Dieu dans un cadre historique, et le Nouveau Testament apocalyptique, qui devrait la dissolution totale du monde au jugement dernier.

La fin de l'histoire dans les religions occidentales, cependant, n'est pas un retour cyclique à un monde primordial dehors de l'histoire telle qu'elle est dans les eschatologies des religions non occidentales, comme le bouddhisme et l'hindouisme. Dans la tradition judéo-chrétienne, même la dissolution de l'histoire est basée dans un avenir historique. Le concept du Nouveau Testament de la parousie («présence à venir") semble faire référence à la fois le présent et la poursuite du salut parmi les croyants en Jésus-Christ et le littéral seconde venue du Christ, qui mettra un monde mal à l'arrêt avant le salut. Le dernier point de vue est reflété dans le millénarisme, qui enseigne également un Antéchrist.

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Eschatologie a été un thème repris parmi les théologiens du 20e siècle. Le «eschatologie conséquente» de Johannes Weiss et Albert Schweitzer, le «eschatologie réalisée» du CH Dodd et Rudolf Otto, le «eschatologie dialectique de Karl Barth et Rudolf Bultmann, et la« mort de Dieu "eschatologie de Thomas JJ Altizer et d'autres théologiens radicaux peuvent représenter la gamme de l'interprétation de la notion biblique.

Bibliographie
TJJ Altizer, La Descente aux enfers (1970); RK Bultmann, présence de l'éternité: l'histoire et l'eschatologie (1957); RH Charles, Eschatologie: La Doctrine de la future vie en Israël, le judaïsme et le christianisme (1899 - 1963); M Eliade, cosmos et l'histoire (1959);. Gloer WH, ed, Eschatologie et le Nouveau Testament (1988); D Gowan, eschatologie dans l'Ancien Testament (1985); Phan PC, éternité dans le temps (1988).


Eschatologie

Informations générales

L'eschatologie est littéralement «discours sur la dernière des choses,« la vie après la mort de la doctrine concernant et la phase finale du monde. L'origine de cette doctrine est presque aussi vieille que l'humanité; preuves archéologiques de la douane dans l'âge de pierre indique un concept rudimentaire de l'immortalité. Même dans les premiers stades du développement religieux, les spéculations sur les choses à venir n'est pas entièrement limitée au sort de l'individu. Ces phénomènes naturels dévastateurs que les inondations, incendies, cyclones, tremblements de terre et éruptions volcaniques ont toujours évoqué la possibilité de la fin du monde. Formes supérieures de la pensée eschatologique sont le produit d'un organisme social complexe et une meilleure connaissance des sciences naturelles. Souvent, les mythes d'origine astrologique, la notion de rétribution, ou l'espoir de la délivrance de l'oppression actuelle a fourni le matériel ou le motif de eschatologies très développé. observation prolongée de mouvement planétaire et solaire rendu possible la conception d'une récidive, à la fin du cycle actuel, des événements liés à l'origine du monde et une rénovation du monde après sa destruction.

Le développement de la spéculation eschatologique, donc, reflète généralement la croissance de l'homme perceptions intellectuelles et morales, la plus grande expérience sociale des hommes et des femmes, et leurs connaissances en expansion de la nature. Les formes extérieures de la doctrine de l'eschatologie varient toutefois en fonction des caractéristiques de l'environnement et des peuples.

Explications Ancient

La croyance en une vie de l'esprit, une substance qui habitent le corps mort aussi longtemps que la nourriture et les boissons sont fournies, est typique de l'eschatologie primitive. Le concept de la vie future s'enrichit alors que les forces cosmiques civilisation avancée et sont devenus des objets de culte associé à mânes. La croyance en jugement après la mort a été introduit lorsque les normes du bien et du mal ont été établis en fonction des particularités des coutumes tribales, les esprits eux-mêmes ont été soumis aux lois de la rétribution. Grâce à cette double évolution de la vie future a donc été fait spirituel et prirent un caractère moral, comme dans l'eschatologie de l'Egypte ancienne. En Perse et Israël, la vieille conception d'une existence d'ombre dans la tombe, ou, dans certains royaume souterrain, en général, conservé son emprise. Escape from une telle existence, mais, en plus la vie, avec la possibilité de distinctions morales entre les individus, a été fournie par la conception d'une restauration et de réanimation du vieux corps, assurant ainsi l'identité personnelle. Dans d'autres cultures, comme en Inde, l'esprit a été conçu comme entrant immédiatement après la mort dans un autre corps, à vivre et à mourir et se réincarnent dans de nouvelles formes. Ce concept de la transmigration, ou métempsycose, rendu possible l'introduction dans la vie future de subtiles distinctions morales, impliquant non seulement des peines et des récompenses pour la conduite dans une étape antérieure de l'existence mais aussi la possibilité de montée ou de chute dans l'échelle de l'être selon conduite actuelle. En dépit de la justice apparemment parfaite ainsi administré à tous les niveaux de l'être, la série sans fin de naissances et de décès de l'individu peut venir se présenter comme un mal; dans lequel cas la délivrance peut être demandée à la roue infinie de l'existence dans le Nirvana . Les anciens Grecs sont arrivés à l'eschatologie en considérant les fonctions de l'esprit comme une essence purement spirituelle, indépendante de l'organisme, et n'ayant ni commencement ni fin; ce concept abstrait de l'immortalité conduit à l'anticipation d'une vie plus concrète personnelle après la mort.

Les idées lieu à travers l'histoire concernant l'avenir du monde et de l'humanité ne sont qu'imparfaitement connus aujourd'hui. La croyance en une destruction à venir du monde par le feu ou une inondation se trouve entre les groupes dans les îles du Pacifique ainsi que chez les aborigènes d'Amérique, cette croyance n'a sans doute pas leur origine dans la spéculation astronomique, mais plutôt engendré par une certaine expérience terrifiante terrestre du passé . Les anciens Perses, qui ont adopté les doctrines de Zoroastre leur professeur de religion, a développé l'idée de base de la destruction à venir du monde par le feu dans le concept d'une grande épreuve morale. Selon cette croyance, à la fin du monde, les fidèles du Seigneur Mazda sera distinguée de toutes les autres personnes en succès durable à l'épreuve de métal fondu, et le bien seront alors récompensés. Ce concept se retrouve dans les Gathas, partie la plus ancienne de l'Avesta, la bible du zoroastrisme. Il n'est pas certain que l'idée d'une résurrection de la mort remonte à la période représentent ed par les Gathas. Mais l'historien grec Hérodote semble avoir entendu parler d'une telle croyance persan dans le 5ème siècle avant JC, et Théopompe de Chios, l'historien de Philippe II, roi de Macédoine, l'a décrite comme une doctrine Mazdayasnian.

Les similitudes peuvent être observées entre les concepts de la Grèce antique du ciel et l'enfer et ceux de la doctrine chrétienne. Les poèmes homériques et ceux d'Hésiode montrer comment l'esprit grec conçu de l'avenir de l'âme dans l'Elysée ou dans l'Hadès. Grâce à la orphiques et les mystères d'Eleusis cette pensée a été approfondie. Que l'avenir des nations et le monde ont également joué un rôle important dans la pensée grecque et romaine est évident dans les prophéties des Sibylles. Une philosophie eschatologique dominé l'époque inaugurée par les conquêtes d'Alexandre le Grand, et pensée gréco-romaine est devenue imprégnée des idées orientales dans ses spéculations sur l'avenir du monde. D'une manière similaire à l'idée scandinave de la destruction de la terre par le feu et sa restauration sous haute-ciel à être peuplée par les descendants de la paire de survivant, Lif et Lifthrasir (comme indiqué dans l'Edda) - reflète un début de l'interprétation des pays nordiques de l'idée de l'enfer et le ciel.

Les croyances juives et chrétiennes

Au début de l'Israël "Jour de Yahvé» est une journée à venir de la bataille qui allait décider du sort du peuple. Bien que le peuple attend avec impatience comme un jour de victoire, les prophètes comme Amos, Osée, Isaïe, Michée, Sophonie, Jérémie et craint que cela entraînerait la destruction de près ou de compléter, en l'associant à la menace militaire croissante de l'Assyrie. Pour Jérémie, cette prévision de jugement était le critère de la prophétie vrai. Plus tard, les livres contenant leurs déclarations ont été interpolées avec les prophéties de la prospérité, qui se sont constitués des signes importants de l'expansion des espérances eschatologiques. Le livre de Daniel voix l'espoir que le royaume du monde sera donnée aux saints du Très-Haut, le peuple juif. Un représentant céleste, sans doute l'archange Michel, est promise, qui, après la destruction de la bête représentant les royaumes hellénistiques du Moyen-Orient, viendra avec les nuages ​​et de recevoir l'empire du monde. Aucun messie apparaît dans cette apocalypse. La première apparition distincte de ce libérateur et roi est dans le Cantique des Cantiques.

Après la conquête de la Palestine par le général romain Pompée le Grand en 63 avant JC, les Juifs aspiraient à un descendant de la lignée de David, roi d'Israël et de Juda, qui briserait le joug romain, d'établir l'empire des Juifs, et la règle comme un roi juste sur les nations en question. Cette volonté a abouti à la rébellion en 66-70 après J.-C. qui a entraîné la destruction de Jérusalem. Quand Jésus-Christ a proclamé la venue du royaume des cieux, il était donc naturel que, malgré son désaveu, il devrait être compris par certains comme un prétendant à la royauté des Juifs. Ses disciples étaient persuadés qu'il serait de retour comme le Messie sur les nuées du ciel. Il est peu probable, cependant, que le jugement final et la résurrection des morts n'a jamais été conçu par un adepte de la foi juive en tant que fonctions du Messie.

Dans la doctrine chrétienne, l'eschatologie est traditionnellement inclus le second avènement du Christ, ou parousie, la résurrection des morts, le jugement dernier, l'immortalité de l'âme, les notions de paradis et l'enfer, et la consommation du royaume de Dieu. Dans l'église catholique romaine, l'eschatologie comprend, en outre, la vision béatifique, le purgatoire et les limbes.

Bien que les grandes religions de la chrétienté affirmer la croyance en un retour au fils de Dieu pour juger les vivants et les morts, et en la résurrection de la variation de juste et l'injuste, le christianisme à travers les siècles a montré large dans son interprétation de l'eschatologie. conviction conservateur a généralement insisté sur le destin d'une personne après la mort et la manière dont la croyance en la vie future affecte une attitude à l'égard de la vie sur terre. Parfois certaines sectes ont prédit la fin imminente du monde.

L'Islam a adopté le judaïsme et le christianisme la doctrine d'un jugement à venir, une résurrection des morts, et des punitions et des récompenses éternelles. Plus tard, le contact avec la pensée persane considérablement enrichi l'eschatologie islamique. Particulièrement important est la croyance en la réincarnation de certains grand prophète du passé. Maintes et maintes fois le monde de l'Islam a été agitée par l'attente du Mahdi, le messie musulman, à révéler plus pleinement la vérité, ou de diriger les fidèles dans de meilleures conditions sociales sur la terre. L'Iran et l'Afrique ont eu beaucoup de mouvements.

Les attitudes actuelles

Libéral de la pensée chrétienne a insisté sur l'âme et le royaume de Dieu, le plus souvent car il vient sur la terre dans chaque individu (en témoigne ce que l'on croyait être des progrès constants vers le haut de l'humanité) que comme un événement apocalyptique à la fin des temps. Vingtième siècle, la pensée théologique a eu tendance à renier ce de nombreux chercheurs ont estimé à une identification de l'eschatologie chrétienne avec les valeurs de la civilisation occidentale. Dans la seconde moitié du 20e siècle, l'eschatologie a été assimilée par certains théologiens de la doctrine de l'espérance chrétienne, y compris non seulement les événements de la fin des temps, mais aussi l'espoir lui-même et son influence en train de révolutionner la vie dans le monde. Le représentant le plus éloquent de cette eschatologie est le théologien allemand Jürgen Moltmann.

Dans le judaïsme moderne, le retour d'Israël à sa terre, la venue du Messie, la résurrection des morts, et le châtiment éternel sont toujours attendus par les orthodoxes, mais la base la plus libérale de la mission religieuse d'Israël sur la régénération de la race humaine et sur l'espoir d'une vie immortelle indépendante de la résurrection du corps.


Eschatologie

Advanced Information

L'eschatologie est traditionnellement définie comme la doctrine de la "dernière chose" (eschata Gr.), par rapport soit à des particuliers de l'homme (comprenant la mort, la résurrection, le jugement et l'au-delà) ou dans le monde. Dans cette eschatologie qui concerne ce dernier est parfois limitée à la fin absolue du monde, à l'exclusion de beaucoup qui tombe souvent dans le cadre du terme. Cette restriction n'est pas justifiée par l'usage biblique: le hayyamim be'aharit hébreu (LXX en tais eschatais hemerais, «dans les derniers jours») peut désigner la fin de la présente ordonnance ou même, plus généralement, "pour la suite."

Le concept biblique de temps n'est pas cyclique (dans lequel cas l'eschatologie peut se référer uniquement à la fin d'un cycle) ou purement linéaire (dans lequel cas l'eschatologie peut se référer uniquement au point terminal de la ligne), il envisage plutôt un motif récurrent dans laquelle le jugement divin et de rachat d'interagir jusqu'à ce modèle atteint sa manifestation définitive. Eschatologie peut donc désigner la consommation du dessein de Dieu si elle coïncide avec la fin du monde (ou de l'histoire) ou non, si la consommation est tout à fait définitif ou marque une étape dans le modèle de déploiement de son but.

Eschatologie individuelle dans l'Ancien Testament

Une existence d'ombre après la mort est envisagée dans une grande partie de l'Ancien Testament. Jésus en effet montré que l'immortalité était implicite chez les hommes et les femmes par rapport à Dieu: le Dieu des pères "n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants; car tous vivent pour lui» (Luc 20:38). Mais cette implication n'a pas été généralement appréciée à l'époque OT. Peut-être en réaction contre les cultes cananéens de la mort, l'Ancien Testament met l'accent sur le peu au-delà. Sheol est un monde souterrain où les morts habite ensemble en tant que nuances; leur ancien statut et le caractère sont peu de chose là-bas. Les louanges de l'Éternel, qui a engagé une grande partie de l'activité d'un Israélite pieux sur la terre, est resté méconnu dans le shéol, qui a été populairement pensé hors de la compétence de Yahvé (Ps 88:10 - 12; Isa 38:18.). De temps en temps une note plus optimiste est frappé.

Selon PSS. 73 et 139 celui qui marche avec Dieu dans la vie ne peut être privé de sa présence dans la mort: «Si je fais mon lit dans le shéol, tu es là!" (Psaume 139:8). Bien que Job et ses amis en général réduit la possibilité de la vie après la mort (Job 14:10 - 12) et ne pense pas que le confort d'une existence future peut compenser les souffrances du présent, Job affirme, dans un moment de foi triomphante , que s'il n'est pas dans cette vie, puis après la mort, il verra Dieu monter vers lui valoir (Job 19:25 - 27).

L'espérance de la résurrection nationale trouve son expression antérieure à celle de la résurrection individuelle. Dans la vision d'Ezéchiel de la vallée des ossements desséchés, où le souffle divin insuffle une nouvelle vie en cadavres, une résurrection nationale est en vue: «Ces os sont toute la maison d'Israël» (Ézéchiel 37:11). la résurrection nationale peut aussi être promis à Isa. 26:19: "Tes morts revivront, leurs cadavres ressusciteront." résurrection individuelle devient le premier explicite dans Dan. 12:02.

La persécution des martyrs sous Antiochus Épiphane a donné une puissante impulsion à l'espérance de la résurrection. Désormais, la croyance en la résurrection à venir d'au moins les morts en Christ est devenu une partie du judaïsme orthodoxe, sauf chez les Sadducéens, qui prétend défendre la religion contre les innovations oldtime pharisaïque. Avec cette nouvelle orientation va une distinction plus nette entre la fortune posthume de la juste et le méchant, dans le Paradis et la Géhenne, respectivement.

Eschatologie mondiale dans l'Ancien Testament

Le jour de Yahvé en début d'Israël a été le jour où Yahvé se justifier publiquement lui-même et son peuple. Il était peut-être associé à un festival d'automne qui la royauté de Yahvé a été célébrée. Si le «psaumes intronisation» (Psaumes 93; 95 à 100) apporter la preuve de ce festival, sa royauté a été commémoré dans son travail de création, ses dons saisonniers de la fécondité et la récolte, ses rapports de la miséricorde et le jugement avec Israël et d'autres pays . Sa souveraineté dans ces domaines sera manifesté pleinement lors de sa venue à «juger le monde avec justice" (Psaumes 96:13; 98:9).

Dans la première mention importante de ce «jour du Seigneur» (Amos 5:18 - 20), les Israélites sont réprimandés pour le désirer si ardemment, car elle apportera pas la lumière et la joie (comme on l'espère), mais l'obscurité et le deuil. Depuis Yahvé est tout à fait justes, son intervention pour faire valoir sa cause doit impliquer son jugement sur l'injustice partout où il apparaît, en particulier parmi les siens, qui ont eu l'occasion exceptionnelle de connaître sa volonté.

Psalmistes et des prophètes a reconnu que, tandis que la royauté de Yahvé a été exercé à bien des égards, la réalité qu'ils voyaient en deçà de ce qu'ils savaient être l'idéal. Même dans la souveraineté d'Israël de Yahweh a été mal reconnu. Mais un jour la tension entre l'idéal et la réalité serait résolu; le jour de Yahvé sa royauté serait universellement reconnu, et la terre sera remplie de "la connaissance de l'Eternel» (Esaïe 11:9; Hab 2.: 14). Sa reconnaissance effective tant que "roi sur toute la terre» est dépeint en des termes d'une théophanie dans Zech. 14:03 - 9.

Le déclin de la monarchie davidique a souligné le contraste entre ce qui fut et ce qui doit être. Que la monarchie représentait la royauté divine sur terre, mais sa capacité à le faire dignement était affaiblie par des troubles politiques, l'injustice sociale et l'oppression étrangère. Comme la fortune de la maison de David a sombré encore plus bas, cependant, il ressort très clairement de porter ce chiffre d'un roi davidique à venir dans lesquels les promesses faites à David seraient remplies et les gloires d'antan a disparu serait restauré et dépassé (Ésaïe 9 : 6 à 7; 11:01 - 10; 32:1 - 8; Mic 05:02 - 4; 9:11 Amos - 12; Jr 23:05 - 6; 33:14 - 22)...

Cet espoir d'un Messie davidique, vicaire permanente de Yahvé, domine une grande partie subséquente eschatologie juive. Dans certaines représentations de l'ère nouvelle, cependant, le souverain davidique est éclipsé par le sacerdoce, comme en république nouvelle Ézéchiel (Ézéchiel 46:1 - 10) et plus tard dans les Manuscrits de la Mer Morte, où le Messie davidique est subordonné au chef prêtre, qui sera chef de l'Etat dans le siècle à venir.

Une autre forme de l'espérance eschatologique apparaît dans Daniel. Aucun roi règne à Jérusalem, mais le Très-Haut règles encore le royaume des hommes et des empereurs du monde successives atteindre le pouvoir par sa volonté et le maintenir aussi longtemps qu'il le permet. L'époque de la domination païenne est limitée; sur ses ruines, le Dieu des cieux suscitera un royaume indestructible. Dans Dan. 07h13 cet empire éternel et universel est donnée à la fin de «comme un Fils d'homme», qui est associé, s'il n'est pas identifié, avec «les saints du Très-Haut" (Dan. 7:18, 22, 27).

NT Eschatologie

l'eschatologie OT sont de nature prospective, ses notes dominantes sont l'espoir et de promesses. Ces notes sont présents dans le NT, mais ici, la note dominante est l'accomplissement, l'accomplissement en Jésus, qui, par sa passion et sa résurrection a engendré son peuple à nouveau à une espérance de vie (1 Pet. 1:3), parce qu'il a «aboli la mort et de la vie Brough et l'immortalité par l'Evangile "(2 Tim. 1:10).

prédication galiléenne de Jésus, résumées dans Marc 1:15 ("Le temps est accompli et le royaume de Dieu est tout proche: repentez-vous et croyez à l'Evangile»), déclare le fulfillemnt la vision de Daniel: "Le temps est venu où l' saints reçu le royaume "(Dan. 7:22). En un sens, le royaume était déjà présent dans le ministère de Jésus: «Si c'est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu qui descendra sur vous» (Luc 11:20; cf Matt 12:.. 28). Mais dans un autre sens, elle est encore à venir. Jésus a enseigné ses disciples à prier, «Que ton règne vienne» (Luc 11:2). En ce sens, il viendrait "avec puissance" (Marc 9:1), un événement diversement associés à la résurrection du Fils de l'homme ou avec son avènement "avec puissance et grande gloire» (Marc 13:26).

L'expression «Fils de l'homme" figure en bonne place dans l'enseignement de Jésus sur le royaume de Dieu, surtout après la confession de Pierre à Césarée de Philippe (Marc 8:29). Elle fait écho à Daniel's "comme un fils de l'homme" (Dan. 7:13). Dans l'enseignement de Jésus lui-même est le Fils de l'homme. Mais pendant qu'il parle de temps en temps, en termes de Daniel, du Fils de l'homme comme «vient avec les nuées du ciel» (Marc 14:62), il parle plus souvent du Fils de l'homme comme destinée à souffrir, en rappelant la langue de la serviteur de Yahvé dans Isa. 52:13 - 53:12. Cette protrayal du Fils de l'homme en termes de la servante est assez caractéristique, que Jésus en a entrepris de remplir personnellement ce qui était écrit à la fois. Comme Daniel's "comme un fils de l'homme" reçoit la domination de l'Ancien des Jours, de même Jésus qu'il reçoit de son Père. Comme Daniel's "saints du Très-Haut" recevoir la domination, si Jésus partage son empire avec ses disciples, le «petit troupeau» (Luc 12:32; 22:29 - 30). Mais sa plénitude, il faut attendre la souffrance du Fils de l'homme (Luc 17:25).

Parfois, Jésus utilise la «vie» ou «vie éternelle» (la vie du siècle à venir) comme synonyme de "le royaume de Dieu", à entrer dans le royaume est à entrer dans la vie. Ce lien entre le royaume avec la nouvelle ère, quand les justes sont ramenés de la mort pour profiter de la vie de résurrection.

Dans l'enseignement apostolique cette vie éternelle peut être apprécié ici et maintenant, bien que son plein épanouissement attend une consommation future. La mort et la résurrection du Christ ont introduit une nouvelle phase du royaume, dans lequel ceux qui croient en lui partager sa vie passée déjà, alors même qu'ils vivent sur la terre dans le corps mortel. Il ya un intervalle de durée indéterminée entre la résurrection du Christ et la parousie, et pendant cet intervalle, l'âge à venir chevauche l'époque actuelle. Les chrétiens vivent spirituellement dans "cet âge" alors qu'ils vivent temporairement dans "cet âge"; par l'inhabitation Esprit de Dieu qu'ils jouissent de la vie de résurrection de «cet âge» en prévision.

Cette perspective a été appelé «eschatologie réalisée». Mais l'eschatologie réalisée du NT n'exclut pas une consommation eschatologique à venir.

Eschatologie réalisée

Si l'eschaton, la "dernière chose" qui est l'objet propre de l'espérance eschatologique, est venu dans le ministère, la passion, et le triomphe de Jésus, alors il ne peut pas être la fin absolue du temps, pour le temps a passé depuis lors. Dans le NT, le "dernière chose" est plus la «dernière», l'eschatos (cf. Ap 1:7; 2:8; 22:13). Jésus lui-même est l'espoir de son peuple, l'Amen à toutes les promesses de Dieu.

Selon Albert Schweitzer «l'eschatologie conséquente», Jésus, se croyant le Messie d'Israël, a constaté que la consommation n'est pas venu quand il s'y attendait (cf. Matt. 10:23) et embrassé la mort pour que sa parousie comme le Fils de l'homme pourrait être amené de force à passer. Depuis la roue de l'histoire ne serait pas répondre à sa main et se retourner pour compléter sa révolution dernière, il s'est jeté sur elle et a été brisée par elle, que de dominer l'histoire de façon plus décisive par son échec que lui aurait pu le faire par la réalisation de son ambition erronée . Son message, tenue Schweitzer, a été soigneusement eschatologique dans le sens illustrés par les plus grossières apocalyptique contemporaine. Son enseignement de l'éthique a été conçu pour l'intervalle entre le début de son ministère et sa manifestation dans la gloire. Plus tard, lorsque sa mort a été vu pour avoir détruit les conditions eschatologique au lieu de les mettre dans la proclamation du royaume a été remplacé par l'enseignement de l'Église.

Schewitzer interprétation de message de Jésus a été en grande partie une réaction contre l'interprétation libérale du XIXe siècle, mais il est tout aussi unilatérale et déformée dans sa sélection à partir des données Évangile.

Plus tard, Rudolf Otto et de CH Dodd proposait une forme d'eschatologie réalisée. Dodd interprété paraboles de Jésus en termes de contestation de la décision dans laquelle se trouvait son auditoire dans son annonce que le royaume de Dieu était arrivé. Dodd considéré comme le royaume à venir dans la vie de Jésus, mort et sa résurrection; d'annoncer ces événements dans leur juste perspective a été de proclamer les bonnes nouvelles du royaume de Dieu. l'avenir la venue de Jésus n'a pas, dans un premier temps, entrent en scène. Son œuvre rédemptrice constitue la manifestation décisive ou eschatologique de la puissance de Dieu d'exploitation pour le salut du monde, la concentration plus tard sur un autre "dernière chose" à l'avenir annonçait une rechute dans l'apocalyptique juive, qui relégués à un simple "préliminaire" le rôle de ces éléments de l'évangile qui ont un caractère distinctif du message de Jésus.

(Comme le temps passait, Dodd fait plus de place pour une consommation future: ce qui est venu sur terre avec l'incarnation du Christ a finalement été décisif pour le sens et la finalité de l'existence humaine, de sorte que, à l'ultime liquidation de l'histoire, l'humanité va rencontrer Dieu dans Christ.)

Joachim Jeremias, qui reconnaît une dette de Dodd, a constaté que paraboles de Jésus expriment une eschatologie est «en cours de réalisation», ils proclament que l'heure de l'accomplissement a heurté et obliger les auditeurs à se faire une opinion sur Jésus et la mission.

élève Dodd, JAT Robinson, interprète parousie du Christ non pas comme un événement littérale de l'avenir, mais comme une présentation symbolique ou mythologique de ce qui se passe chaque fois que le Christ vient dans l'amour et la puissance, en affichant les signes de sa présence et les traces de sa croix. le jour du jugement est un tableau dramatique de tous les jours. Robinson nie que Jésus a utilisé un langage impliquant son retour à la terre du ciel. Ses paroles qui ont été si bien compris exprimer le double thème de la vengeance et de visite, notamment sa réponse à la question du grand prêtre lors de son procès (Marc 14:62), où la phrase ajoutée »à partir de maintenant" (Luc 22:69) ou »ci-après" (Matthieu 26:64) est considéré comme une authentique partie de la réponse. Le Fils de l'homme, condamné par les juges de la terre, sera justifiée dans le palais de justice divine; sa visite en conséquence de son peuple dans le jugement et le rachat aura lieu "à partir de maintenant" aussi sûrement que sa justification.

Au lieu d'eschatologie réalisée, Robinson (ci-après Georges Florovsky) parle d'une «eschatologie inaugurée", une eschatologie inaugurée par la mort de Jésus et sa résurrection, qui a publié et lancé une nouvelle phase du royaume dans lequel "ci-après« fin rédemptrice de Dieu permettrait d'atteindre ses accomplissement. Pour le ministère de Jésus avant sa passion Robinson s'applique le terme «eschatologie proleptique" parce que dans ce ministère, les signes de l'âge à venir étaient visibles dans l'anticipation.

Conclusion

Jésus utilisation de la langue OT a été créative et ne peut pas se limiter à la signification que cette langue avait dans son contexte original. Il a probablement fait le point avec impatience sa venue sur la terre personnelle, non seulement de manifester sa gloire, mais pour partager la gloire avec son peuple, ressuscité des morts par sa shout s'accélère. Lorsque la consommation à laquelle son peuple hâte est décrit comme leur «espérance de la gloire», c'est leur participation dans la gloire la résurrection de Jésus qui est en vue; que l'espoir est maintenu au sein de leur brillante par sa présence à demeure (Col. 1:27 ) et scellé par l'Esprit (Eph. 1:13 - 14, 18 à 21).

Il existe une tension entre le «déjà» et le «pas encore» de l'espérance chrétienne, mais chacune est essentielle à l'autre. Dans la langue du voyant de Patmos, l'Agneau qui a été tué par sa mort a remporté la victoire décisive (Apocalypse 5:5), mais son outworking final, dans la récompense et jugement, se trouve dans le futur (Apoc. 22:12 ). Le fait que nous avons maintenant «voir Jésus couronné de gloire et d'honneur» est une garantie suffisante que Dieu "a tout mis sous ses pieds" (Hébreux 2:08 - 9). Son peuple déjà partager sa vie passée, et ceux qui rejettent lui sont «déjà jugé» (Jean 3:18). Pour le quatrième évangéliste, le jugement du monde a coïncidé avec la passion du Verbe incarné (Jn 12:31); encore une résurrection future de jugement est envisagée ainsi que d'une résurrection à la vie (Jean 5:29).

Quelques questions très sollicités, tels que la relation chronologique de la parousie à la grande détresse de Marc 13:19, à la manifestation de l'homme de péché de 2 Thess. 02h03 - 8, ou pour le règne millénaire du Rev 20, sont marginaux au cours principal de NT enseignement eschatologique, appartenant plutôt à l'exégèse détaillée des passages concernés. La perspective eschatologique du NT est bien résumée dans les mots: «Jésus-Christ notre espérance" (1 Tim 1:1.).

FF Bruce
(Elwell évangélique Dictionary)

Bibliographie
Beasley GR - Murray, Jésus et l'avenir et la venue de Dieu; Charles RH, une histoire critique de la doctrine d'une vie future; Cullmann O, le Christ et de l'heure; Dodd CH, Les Paraboles du Royaume, La prédication apostolique et ses L'évolution et la venue du Christ; Fison JE, l'espérance chrétienne; Glasson TF, Le Second Avènement, J Jeremias, Les Paraboles de Jésus; WG Kummel, Promesse et exécution de contrats; Ladd GE, La Présence de l'avenir; Otto R, Le Royaume de Dieu et Fils de l'homme; Ridderbos H, la venue du Royaume; Robinson TCA, à la fin, Dieu. . . Jésus et sa venue; A Schweitzer, La quête du Jésus historique; Sutcliffe EF, l'Ancien Testament et la vie future; Vos G, l'eschatologie paulinienne.


Eschatologie réalisée

Advanced Information

Ce concept devrait être mis en contraste avec l'eschatologie futuriste ou en profondeur, dans lequel l'enseignement de Jésus sur le royaume de Dieu est considéré comme fortement influencé par apocalyptique juive. Bien bourse continentale a porté sur ce dernier, la tradition anglo-américaine a souvent insisté pour que les aspects futuristes du royaume se réduire à un strict minimum. Certains ont rejeté cette note apocatyptic comme une accrétion des premiers chrétiens, mais de nombreux chercheurs NT ont vu le langage apocalyptique comme symbolique d'une réalité théologique profonde. Au lieu de cela, disent-ils, Jésus vu son ministère de l'inauguration du royaume: qui est, cette réalité eschatologique a été réalisé au sein du ministère du Christ.

CH Dodd est souvent identifié avec l'eschatologie réalisée en raison de son défi epoch-making aux interprètes apocalytic de Jésus. La principale contribution Dodd a été publié en 1935 (Les Paraboles du Royaume), dans lequel il a examiné divers textes qui parle du royaume comme déjà présents. Cela ne signifie pas seulement que Jésus a fait à la souveraineté de Dieu dans l'histoire humaine et étiquetés ce royaume de la, mais plutôt que Jésus vu le royaume comme arrivant dans un hors pair, de façon décisive. La puissance eschatologique de Dieu était venu dans un fonctionnement efficace dans sa vie présente et a été diffusé par sa mort. Ainsi, dans Luc 11:20, nous apprenons que Jésus lui-même est révélateur de ce nouveau pouvoir: «Si c'est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu qui descendra sur vous." Luc 17:20 et suiv. est similaire en ce que Jésus semble nier les signes observables de apocalyptique: «Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous." Dodd a particulièrement insisté sur les paraboles de la croissance (les mauvaises herbes entre le blé, la graine de moutarde, le semeur;.. Esp voir Matt 13), qui trouvent leur sens dans un événement de cette mondaine-d'une importance décisive.

Pour être sûr, cela modifie l'ensemble du régime de l'eschatologie futuriste dans lequel le royaume ouvre la voie à la fin. "L'eschaton est passé de l'avenir au présent, de la sphère de la confiance dans celui de l'expérience réalisée» (Paraboles du Royaume, p. 50). Pour Dodd, cela doit devenir un point fixe dans l'interprétation, car ce sont ces enseignements de Jésus qui sont explicites et sans équivoque. «Il représente le ministère de Jésus comme« eschatologie réalisée », comme l'impact sur ce monde des« puissances du monde à venir »dans une série d'événements sans précédent et unique, actuellement en progrès réels" (ibid., p. 51). Ainsi, lorsque Jésus dit: «Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez» (Lc 10:23), il fait allusion à ses actes messianique qui sont en eux-mêmes avènement du royaume eschatologique de Dieu. "Il n'est plus imminente, il est ici» (ibid., p. 49).

Il faut dire tout de suite que eschatologie réalisée a subi de nombreuses critiques. Les chercheurs ont rapidement fait remarquer que Dodd a été inférieur à leur juste dans son exégèse des textes futuristes nombreuses (par exemple, Marc 9:1; ff 13:1;. 14:25). Pourtant, dans une réponse plus tard à ses détracteurs (The Coming of Christ, 1951) Dodd a accepté la dictons futuriste mais réinterprétés comme des prédictions d'un âge transcendante. Norman Perrin pour un a réussi à démontrer comment le judaïsme n'employait pas de notion transcendante du royaume et que Dodd a dénaturé le nouveau texte en appliquant une catégorie étrangère de la Grèce à l'enseignement de Jésus en hébreu.

La plupart des interprètes ont plaidé en faveur d'une synthèse des composants réalisés et futuriste dans l'eschatologie. Dodd démontré de façon convaincante que l'apparition de Jésus »exercée sur l'histoire d'une crise eschatologique dans le présent, mais nous aimerions ajouter que l'histoire attend encore sa consommation dans l'avenir, lorsque le royaume sera venu en puissance apocalyptique.

GM Burge
(Elwell évangélique Dictionary)

Bibliographie
GE Ladd, des questions essentielles sur le Royaume de Dieu; WG Kummel, promesse et l'accomplissement; Lundstrom G., Le Royaume de Dieu dans l'enseignement de Jésus; N. Perrin, Le Royaume de Dieu dans l'enseignement de Jésus; Schnackenburg R., Dieu la règle et le Royaume.


Eschatologie

Information catholique

Cette branche de la théologie systématique qui traite avec les doctrines des dernières choses (ta eschata). Le titre grec est relativement récente introduction, mais dans l'usage moderne, il a largement supplanté son équivalent latin De Novissimis. Comme les nombreux sujets doctrinaux appartenant à cette section de la théologie seront traitées ex professa sous leur bonne plusieurs titres, il est proposé dans cet article se limite à prendre une telle vision de l'ensemble du domaine comme servira à indiquer le lieu de l'eschatologie dans la population générale cadre de la religion, expliquer son objet et les contours de son contenu dans les diverses religions de l'humanité, et d'illustrer par comparaison la supériorité de l'enseignement eschatologique chrétienne.

Comme une première indication de l'objet, une distinction peut être faite entre l'eschatologie de l'individu et celle de la race et l'univers dans son ensemble. Le premier, en partant de la doctrine de l'immortalité personnelle, ou tout au moins de la survie dans une certaine forme après la mort, cherche à élucider le sort ou d'une condition, temporaire ou éternel, des âmes individuelles, et dans quelle mesure les questions de l'avenir dépendra de la vie présente. La seconde porte sur des événements comme la résurrection et le jugement global, dans lequel, selon la Révélation chrétienne, tous les hommes y participent, et avec les signes et les prodiges dans l'ordre moral et physique qui doivent précéder et accompagner ces événements. Les deux aspects - l'individu et l'universel - appartiennent à la notion suffisante de l'eschatologie, mais c'est seulement dans la doctrine chrétienne que les deux reconnu à sa juste et proportionnée. l'eschatologie juive seulement atteint son achèvement dans l'enseignement du Christ et des apôtres, tandis que dans l'eschatologie religion ethnique s'élevait rarement au-dessus du point de vue individuel, et même alors, était souvent tellement vague, et si peu liée à aucune notion adéquate de la justice divine et de la morale retribu-tion, qu'elle mérite à peine d'être classé comme l'enseignement religieux.

Eschatologies I. ETHNIQUE

sociétés Uncivilized

Même entre les cultures barbares de l'universalité des croyances religieuses, y compris la croyance en une sorte de vie après la mort, est très généralement admis par les anthropologues modernes. Certaines exceptions, il est vrai, ont été revendiquées d'exister, mais sur un examen plus approfondi de la preuve de cette affirmation est en panne dans bien des cas que nous sommes autorisés à penser contre toute exception. Parmi les non-civilisés la vérité et la pureté des croyances eschatologiques varient, en règle générale, avec la pureté de l'idée de Dieu et des normes morales qui prévalent. Certains sauvages semblent limiter existence après la mort de la bonne (d'extinction pour les méchants), selon le Nicaraguas, ou à des hommes de rang, comme les Tongas, tandis que les Groenlandais, Nouvelle Guinée nègres, et d'autres semblent tenir la possibilité d'une seconde mort, dans l'autre monde ou sur la façon de le. Le monde à venir lui-même est diversement situées - sur la terre, dans les cieux, dans le soleil ou la lune - mais le plus souvent sous la terre, tandis que la vie y conduit est conçue soit comme un terne et sombre et plus ou moins impuissant existence , ou que la poursuite active sous une forme plus ou idéalisée du occupations et les plaisirs de la vie terrestre. Dans la plupart des religions sauvages n'y a pas de doctrine très élevée ou définitive de rétribution morale après la mort, mais ce n'est que dans le cas de quelques-unes des cultures les plus dégradées, dont l'état est certes le résultat de la dégénérescence, que la notion de rétribution est revendiquée être tout à fait défaut. Parfois, la simple prouesse physique, que la bravoure ou l'habileté à la chasse ou la guerre, prend la place d'une norme strictement éthique, mais, d'autre part, certaines religions sauvages contiennent des idées claires et de façon inattendue élevées de nombreuses fonctions principales moral.

Cultures civilisées

Venir à la société plus ou civilisés, nous allons brièvement coup d'œil sur l'eschatologie de la babylonienne et assyrienne, égyptienne, indienne, perse, grecque et les religions. Confucianisme ne peut guère être considéré comme ayant une eschatologie, à l'exception de la croyance très indéterminée impliqués dans le culte des ancêtres, dont le bonheur a eu lieu de dépendre de la conduite de leurs descendants vivants. l'eschatologie islamique ne contient rien de distinctif, sauf la glorification de la sensualité barbare.

(A) babylonienne et assyrienne

Dans l'ancienne religion babylonienne (avec qui l'Assyrien est sensiblement identique) eschatologie jamais atteint, dans la période historique, un haut degré de développement. Retribution se limite presque, sinon tout à fait, entièrement à la vie présente, la vertu d'être récompensée par le don divin de la force, la prospérité, longue vie, de nombreux descendants, etc, et la méchanceté punie par contrairement calamités temporelles. Pourtant, l'existence d'un au-delà est cru en une sorte de fantôme semi-matériel, ou à l'ombre, ou double (ekimmu), survit à la mort du corps, et quand le corps est enterré (ou, moins souvent, incinérés) le fantôme descend aux Enfers pour joindre la compagnie du défunt. Dans le "Lay d'Ishtar" ce monde souterrain, où elle descendit à la recherche de son défunt amant et de l'expression «eaux de vie", est décrit dans des couleurs sombres, et la même chose est vraie des autres descriptions que nous possédons. Il est la «fosse», la «terre de non-retour", la "maison des ténèbres", le "lieu où la poussière est leur pain, leur nourriture et de la boue", et il est infesté de démons, qui, au moins en Ishtar cas, sont habilités à infliger des châtiments différents pour les péchés commis dans le monde supérieur.

Bien que le cas d'Ishtar est tenue par certains comme typique à cet égard, il est par ailleurs aucune indication claire d'une doctrine morale de sanctions pour les méchants, et aucune promesse de récompense pour le bien. Bonnes et mauvaises sont impliqués dans un destin commun lamentable. L'emplacement de la région de la mort est un sujet de controverse parmi les assyriologues, tandis que la suggestion d'un meilleur espoir sous la forme d'une résurrection (ou plutôt d'un retour à la terre) d'entre les morts, que d'aucuns voudraient déduire de la croyance en «eaux de vie» et de références à Marduk, ou Mardouk, comme «celui qui apporte la mort à la vie", est une conjecture très douteuse. Dans l'ensemble il n'y a rien d'espoir ou de satisfaction dans l'eschatologie de cette ancienne religion.

(B) égyptienne

D'autre part, dans la religion égyptienne, qui pour l'antiquité en concurrence avec les Babyloniens, nous rencontrons une eschatologie très développé et relativement élevées. Laissant de côté des questions aussi difficiles que la priorité relative et l'influence des différents et même contradictoires, des éléments de la religion égyptienne, il suffira pour le présent objectif de se référer à ce qui est le plus important dans l'eschatologie égyptienne prise à son plus haut niveau et des meilleures. En premier lieu, puis, la vie dans sa plénitude, la vie sans fin avec 0siris, le dieu-soleil, qui déplacements quotidiens à travers le monde souterrain, même identification avec le dieu, avec le droit d'être appelé par son nom, est ce que les égyptiens pieux attend avec impatience que l'objectif ultime après la mort. Les défunts sont habituellement appelé le «vivant», le cercueil est la «poitrine de la vie», et la tombe du «seigneur de la vie". Ce n'est pas seulement l'esprit désincarné, l'âme comme nous le comprenons, qui continue à vivre, mais l'âme de certains organes et fonctions adaptées aux conditions de la vie nouvelle. Dans l'anthropologie élaborée qui sous-tend l'eschatologie égyptienne, et qui nous avons du mal à comprendre, plusieurs constituants de la personne humaine sont distingués, le plus important qui est le Ka, une sorte de matériau semi-double, et à la justification qui passent le jugement après la mort de l'utilisation de ces différents constituants, séparés par la mort est rétablie. Ce jugement, qui subit chaque est décrite en détail dans le chapitre 125 du Livre des Morts. L'examen porte sur une grande variété de devoirs personnels, sociaux et religieux et la pratique, le défunt doit être capable de nier sa culpabilité à l'égard de quarante-deux grandes catégories de péchés, et son coeur (symbole de la conscience et la morale) doit être maintenue l'essai d'être pesé dans la balance contre l'image de Maat, déesse de la vérité ou la justice. Mais la nouvelle vie qui commence après un jugement favorable n'est pas d'abord toute spirituelle mieux ou plus que la vie sur terre. Le justifié est encore un voyageur avec un voyage long et difficile à accomplir avant d'atteindre le bonheur et la sécurité dans les champs fertiles de Aalu. Sur ce chemin, il est exposé à une variété de catastrophes, en vue d'éviter qu'il dépend de l'utilisation de ses pouvoirs revivifié et sur les connaissances qu'il a acquises dans la vie des directions et des charmes magiques enregistrées dans le Livre des Morts, et aussi, et peut-être surtout, sur les aides prévues par survivant amis sur la terre. Ce sont eux qui assurer la conservation de son corps qu'il peut retourner à l'utiliser, qui fournissent une tombe indestructible comme une maison ou un logement pour son Ka, qui fournissent la nourriture et de boissons pour sa subsistance, des prières et des sacrifices à son profit, et l'aide de son mémoire en inscrivant sur les murs de la tombe, ou d'écrire sur des rouleaux de papyrus enfermé dans les enveloppes de la momie, les chapitres du Livre des Morts. Il n'a pas, en effet, apparaître que les morts étaient toujours supposé atteindre un état dans lequel elles étaient indépendantes de ces aides terrestre. En tout cas ils ont toujours été considérés comme libres de revenir sur la tombe de la terre, et en effectuant le voyage de long en large la bienheureuse avait le pouvoir de se transformer à volonté en différents animaux-formes. C'est cette croyance qui, à la dégénérescence stade où il a rencontré, Hérodote pris pour la doctrine de la transmigration des âmes. Il convient d'ajouter que l'identification de la chance d'Osiris ("Osiris NN" est une forme habituelle de l'inscription) n'a pas, du moins dans la phase antérieure et supérieure de la religion égyptienne, signifie l'absorption panthéiste de la divinité ou la perte de la personne personnalité. En ce qui concerne le sort de ceux qui échouent dans le jugement après la mort, ou de succomber dans la seconde probation, l'eschatologie égyptienne est moins précis dans son enseignement. «Seconde mort» et autres expressions qui leur sont appliquées semble suggérer l'anéantissement, mais elle est suffisamment claire de la preuve dans son ensemble que l'existence continue dans un état d'obscurité et la misère était considéré comme leur part. Et comme il ya des degrés dans le bonheur des bienheureux, de même, dans la punition des perdu (Livre des Morts, tr. Budge, Londres, 1901).

(C) les Indiens

Dans le védique, la première forme historique de la religion indienne, la croyance eschatologique est plus simple et plus pure que dans les formes et Brahministic bouddhique qui lui ont succédé. l'immortalité individuelle est clairement enseigné. Il ya un royaume des morts sous le règne de Yama, avec des royaumes distincts pour les bons et les méchants. Le dwell bonne dans un royaume de la lumière et de partager les festins des dieux, les méchants sont relégués dans un lieu de ténèbres nethermost ". Déjà, cependant, dans les Védas plus tard, où ces croyances et d'expression mis au point, la vengeance commence à être régie davantage par les observances rituelles que par des tests strictement moral. D'autre part, il n'ya aucune trace encore de la doctrine de la transmigration morne, mais les critiques prétendent découvrir les germes de panthéisme plus tard.

En représailles brahmanisme gains en importance et la gravité, mais devient désespérément impliqué dans la transmigration, et est de plus en plus dépendant soit sur l'observation du sacrifice ou sur la connaissance théosophique. Bien après la mort il ya de nombreux cieux et des enfers de la récompense et la punition de tous les degrés de mérite et le démérite, ces Etats ne sont pas définitifs, mais seulement préludes tant de renaissances encore sous des formes plus ou moins élevé. absorption panthéiste dans Brahma, l'âme du monde et la seule réalité, avec l'extinction conséquente de la personnalité de chacun - c'est la seule solution définitive du problème de l'existence, le seul salut à laquelle l'homme peut finalement hâte. Mais il est un salut qui seuls quelques-uns peuvent espérer atteindre après la vie présente, les quelques personnes qui ont acquis une parfaite connaissance de Brahma. La majeure partie des hommes qui ne peuvent pas lieu à cette haute sagesse philosophique peut réussir, au moyen d'observances sacrificielle, à obtenir un ciel temporaires, mais ils sont destinés aux naissances et les décès.

l'eschatologie bouddhique se développe encore et modifie le côté philosophique de la doctrine du salut Brahministic, et culmine dans ce qui est, à proprement parler, la négation de l'eschatologie et de toute la théologie - une religion sans Dieu, et un code moral élevé, sans espoir de récompense ou la crainte du châtiment ci-après. Existence elle-même, ou au moins l'existence individuelle, est le mal principal, et le désir de l'existence, avec les nombreuses formes du désir qu'elle engendre, est la source de toute la misère dans laquelle la vie est inextricablement mêlé. Salut, ou l'état de Nirvana, est d'être atteint par l'extinction totale de toute espèce de désir, et cela est possible par la connaissance - n'est pas la connaissance de Dieu ou l'âme, comme dans le brahmanisme, mais la connaissance purement philosophique de la vérité des choses. Pour tous ceux qui n'atteignent pas cet état d'illumination philosophique ou qui ne parviennent pas à la hauteur de ses besoins - c'est-à-dire pour la grande majorité de l'humanité - il n'y a rien dans la perspective de sauvegarder un cycle monotone de morts et de renaissances avec cieux intercalés et des enfers, et dans le bouddhisme cette doctrine prend une crainte encore plus et le caractère inexorable de pré-bouddhique brahmanisme. (Voir le bouddhisme)

(D) persan

Dans l'ancienne religion perse (le zoroastrisme, le mazdéisme, Parseeism) que nous rencontrons avec ce qui est peut-être, dans ses meilleurs éléments, le type le plus élevé de l'eschatologie ethnique. Mais, comme nous le connaissons dans la littérature Parsi, il contient des éléments qui ont probablement été emprunté à d'autres religions, et, comme une partie de cette littérature est certainement post-chrétienne, la possibilité d'idées juives et chrétiennes, même ayant influencé les développements ultérieurs eschatologique n'est pas à être perdue de vue. Le vice radical de la religion perse était sa conception dualiste de la divinité. Le monde physique et moral est le théâtre d'un conflit perpétuel entre Ahura Mazda (Ormuzd), le bon, et Angra-Mainyu (Ahriman), le mal, le principe, co-créateurs de l'univers et de l'homme. Pourtant, le principe du mal n'est pas éternel post ex parte, il sera finalement vaincu et exterminé. Un pur monothéiste promesses Providence à temps pour remplacer le dualisme, mais ne réussit jamais tout à fait - le dernier effort en ce sens étant la croyance en Zvran Akarana, ou de l'heure limite que celle de la divinité suprême dessus des deux Ahriman et Ormuzd. La morale a sa sanction non seulement dans la rétribution future, mais dans l'assurance présente que chaque acte bon et pieux est une victoire pour la cause d'Ahura Mazda, mais l'appel à l'individu de participer activement à cette cause, mais assez vigoureux et précis, n'est jamais tout à fait libre de rituel et les conditions de cérémonie, et que le temps passe devient de plus en plus compliquée par ces observances, en particulier par les lois de pureté. Certains éléments sont d'autres saints (feu, terre, eau), certains profanes ou impur (cadavres, le souffle, et tout ce qui sort du corps, etc), et de souiller soi-même ou les éléments sainte par le contact avec l'impur est l'un de la plus meurtrière péchés. Par conséquent cadavres n'ont pas pu être inhumés ou incinérés, et ont donc été exposés sur les plates-formes érigé à cet effet, afin que les oiseaux de proie pourraient les dévorer. Quand l'âme quitte le corps, il doit traverser le pont de Chinvat (ou Kinvad), le pont de la Gatherer, ou comptable. Pendant trois jours, bon et mauvais esprits se disputent la possession de l'âme, après quoi le calcul est prise et les hommes justes est réjouie par l'apparition, sous la forme d'une belle jeune fille, de ses bonnes actions, des mots et pensées, et passe au-dessus en toute sécurité dans un paradis de bonheur, tandis que le méchant est confronté à une apparition hideuse de ses mauvaises actions, et est entraîné en enfer. Si le jugement est neutre, l'âme est réservée dans un état intermédiaire (donc au moins dans les livres Pahlavi) jusqu'à la décision au dernier jour. La conception développée des derniers jours, tel qu'il apparaît dans la littérature plus tard, a certaines affinités remarquables avec juive messianique et les attentes du millénaire. Un temps pendant lequel Ahriman gagnera l'ascendant doit être suivie de deux périodes de millénaire, dans chacun desquels un grand prophète apparaît pour annoncer la venue de Soshyant (ou Sosioch), le Conquérant et le juge qui va ressusciter les morts à la vie. La résurrection occupera 57 années et sera suivie par le jugement général, la séparation des bons et les méchants, et le passage de deux à travers un feu doux purgatoire pour les justes, terrible pour les pécheurs, mais conduisant à la restauration de tous. Suivant suivra le combat final entre le bien et les mauvais esprits, dans lequel celui-ci périra, tous sauf Ahriman et le serpent, dont la destruction Azhi est réservé à Ahura Mazda et Scraosha, le prêtre-dieu. Et le dernier de tous l'enfer lui-même sera éliminé, et la terre renouvelée par le feu purificateur.

(E) Grec

l'eschatologie grecque comme en témoignent les poèmes homériques reste à un niveau faible. Ce n'est que très vaguement punitive et est tout à fait triste dans ses perspectives. La vie sur terre, malgré toutes ses imperfections, est le plus grand bien pour les hommes, et la mort le pire des maux. Pourtant, la mort n'est pas l'extinction. Le psychisme survit - non pas l'âme purement spirituelle de la pensée grecque et chrétienne plus tard, mais un vaccin atténué, le fantôme semi-matériel, ou à l'ombre, ou l'image, de l'homme terrestre, et la vie de cette ombre dans le monde souterrain est un terne, pauvre , l'existence presque sans fonction. Il n'ya pas non distinction des destins soit par voie de bonheur ou de misère dans l'Hadès. Le bureau judiciaire de Minos est illusoire et n'a rien à voir avec la conduite terrestre, et il n'ya qu'une seule allusion à la Furies suggestifs de leur activité parmi les morts (Iliade XIX, 258-60). Tartare, le bas enfer, est réservé pour quelques rebelles spéciale contre les dieux, et les Champs-Elysées pour quelques favoris particulière choisie par caprice divin.

En plus tard, la pensée grecque touchant la vie future il ya des avancées notables au-delà de l'état d'Homère, mais il est douteux que la foi en moyenne populaire jamais atteint un niveau beaucoup plus élevé. Parmi les premiers philosophes Anaxagore contribue à la notion d'une âme purement spirituelle, mais une contribution plus directement religieux est faite par les mystères d'Eleusis et orphique, à l'influence de qui, dans l'éclaircissement et la morale dans l'espoir d'une vie future, nous avons le témoin simultané de philosophes, poètes, et les historiens. Dans les mystères d'Eleusis il semble y avoir eu aucun enseignement doctrinal précis - simplement la promesse ou une garantie pour les initiés de la plénitude de la vie ci-après. Avec la orphique, d'autre part, l'origine divine et la pré-existence de l'âme, pour laquelle le corps est une prison, mais temporaire, et la doctrine d'une transmigration punitive sont plus ou moins étroitement associés. Il est difficile de voir dans quelle mesure la croyance commune du peuple a été influencée par ces mystères, mais dans la littérature poétique et philosophique leur influence est indéniable. Cela se voit surtout dans Pindare parmi les poètes, et parmi les philosophes Platon. Pindar a une promesse formelle d'une vie future de bonheur pour le bien ou les initiés, et pas seulement pour quelques-uns, mais pour tous. Même pour les méchants qui descendent aux enfers ya de l'espoir; avoir, purgé leur méchanceté qu'ils obtiennent la renaissance de la terre, et si, au cours de trois existences successives, ils se montrer dignes de cette faveur, ils vont enfin parvenir au bonheur dans les îles de l' Blest. Bien que l'enseignement de Platon est entachée par la doctrine de la préexistence, la métempsycose, et d'autres erreurs graves, il représente la plus grande réalisation de la spéculation philosophique païenne sur le thème de la vie future. La dignité divine, la spiritualité et l'immortalité de l'âme essentielle n'est pas établi, les questions de l'avenir pour toutes les âmes sont clairement dépendants de son comportement moral dans la vie présente dans le corps. Il s'agit d'un jugement divin après la mort, le paradis, un enfer, et un état intermédiaire de la pénitence et de purification, et les récompenses et les punitions sont graduées en fonction des mérites et démérites de chacun. Les méchants incurables sont condamnés au châtiment éternel dans le Tartare, les moins méchants ou indifférents vont également dans le Tartare ou au lac Acherusian, mais seulement pour un temps; ces éminents de la bonté aller dans un foyer heureux, la plus haute récompense de tout l'être pour les qui se sont purifiés par la philosophie.

De l'esquisse qui précède, nous sommes en mesure de juger à la fois des avantages et des défauts des systèmes ethniques de l'eschatologie. Leurs mérites sont peut-être améliorée quand ils sont présentés, comme ci-dessus, dans l'isolement des autres caractéristiques des religions à laquelle ils appartenaient. Pourtant, leurs défauts sont assez évidentes, et même ceux d'entre eux qui étaient les meilleurs et les plus prometteurs s'est avéré, historiquement, comme des échecs. Les éléments précieux de la vérité eschatologique contenues dans la religion égyptienne ont été associés avec l'erreur et la superstition, et ont été incapables de sauver la religion de sombrer à l'état de dégénérescence totale dans laquelle elle se trouve à l'approche de l'ère chrétienne. De même, les eschatologies encore plus riche et plus profonde de la religion perse, entachée par le dualisme et d'autres influences corruptrices, a échoué à réaliser les promesses qu'il contenait, et a survécu seulement comme une ruine dans Parseeism moderne. l'enseignement spéculative Platon n'a pas réussi à influencer de quelque degré notable de la religion populaire du monde gréco-romain, il a échoué à convertir même les philosophique peu nombreux, dans les mains de ceux qui ne professent à l'adopter, le platonisme, non corrigée par le christianisme a couru aux semences dans le panthéisme et d'autres formes d'erreur.

II. Ancien Testament ESCHATOLOGIE

Sans entrer dans les détails, soit par voie d'exposition ou de la critique, il suffira de faire remarquer combien Ancien Testament eschatologie compare avec les systèmes ethnique, et comment malgré ses lacunes au point de clarté et d'exhaustivité, il n'était pas indigne d'une préparation à la plénitude de la Révélation chrétienne.

(1) Ancien Testament eschatologie, même dans sa forme la plus ancienne et la plus imparfaite, des actions dans le caractère distinctif qui appartient à Old Testament religion en général. En premier lieu, comme une distinction négative, nous notons l'absence totale de certaines idées fausses et les tendances qui ont une grande place dans les religions ethniques. Il n'ya pas de panthéisme ou dualisme pas de doctrine de la préexistence (Sagesse 8:17-20 n'implique pas nécessairement cette doctrine, comme cela a parfois été soutenu) ou de la métempsycose; et il n'y a aucune trace, comme on pouvait s'y attendre, de la civilisation égyptienne idées ou des pratiques. En second lieu, sur le côté positif, les stands de l'Ancien Testament en dehors des religions ethniques dans sa doctrine de Dieu et de l'homme par rapport à Dieu. Sa doctrine de Dieu est le monothéisme pur et sans compromis, l'univers est gouverné par la sagesse, la justice, et l'omnipotence de l'unique et véritable Dieu. Et l'homme est créé par Dieu à son image et à sa ressemblance, et destiné à des relations d'amitié et de communion avec Lui. Ici, nous avons révélé dans des termes clairs et précis des doctrines basale qui sont à l'origine de la vérité eschatologique, et qui, une fois qu'ils avaient pris possession de la vie d'un peuple, ont été tenus, même en l'absence de nouveaux ajouts à la révélation, de sauvegarder les la pureté d'une eschatologie insuffisante et de mener en temps à l'évolution plus riche et plus. Ces ajouts et des développements se produisent dans l'enseignement de l'Ancien Testament, mais avant de s'en apercevoir, il est bien d'appeler l'attention sur les deux principaux défauts, ou des limitations, qui sont attachées à l'eschatologie plus tôt et de continuer, par leur persistance dans la croyance populaire, d'entraver plus ou moins la bonne compréhension et l'acceptation par le peuple juif dans son ensemble de la plus haute énoncés eschatologique de leurs propres professeurs inspirés.

(2) Le premier de ces défauts est le silence de la première et de certains des livres plus tard, sur le thème de la rétribution morale après la mort, ou du moins l'extrême imprécision de ces passages dans ces livres qui pourraient être compris comme se référant à cette objet. La mort n'est pas l'extinction, mais le séjour des morts, le monde souterrain des morts, dans la pensée hébraïque début n'est pas très différente de la Aralu babylonien ou l'Hadès homérique, sauf que Jahvé est Dieu, même là-bas. C'est un triste séjour où tout ce qui est précieux dans la vie, y compris les relations d'amitié avec Dieu, arrive à son terme sans aucune promesse formelle de renouvellement. Déshonneur engagées dans la vie ou la mort, s'accroche à un homme dans le shéol, comme l'honneur, il peut-être gagné par une vie vertueuse sur terre, mais autrement les conditions de séjour des morts ne sont pas représentés comme punitive, sauf dans la moindre façon. Non pas que un châtiment plus précis ou l'espoir de renouveau à une vie de béatitude est formellement nié et exclues, il ne peut tout simplement de trouver énoncé plus tôt Ancien Testament dossiers. La religion est avant tout une affaire de cette vie, et la rétribution des œuvres ici sur la terre. Cette idée qui nous semble si étrange, doit, pour être assez apprécié, être prises en liaison avec les autorités nationales plutôt que du point de vue individuels [voir sous (3) du présent article], et de l'allocation doit également être prises pour sa valeur pédagogique pour un peuple comme les premiers Hébreux. Christ lui-même explique pourquoi Moïse autorisé le divorce («en raison de la dureté de votre cœur», Matthieu 19:8), la révélation et la législation doit être tempérée à la capacité d'un peuple singulièrement pratique et sans imagination, qui ont confirmé de façon plus efficace dans la culte et le service de Dieu par un sens profond de sa providence rétributive ici sur la terre que ce qu'ils auraient été, mais une doctrine plus élevée et plus complète de l'immortalité future avec son report de récompenses morales. Il ne faut pas exagérer l'insuffisance de ce point de vue au début. Il a donné une valeur religieuse profonde et l'importance de chaque événement de la vie présente, et a soulevé la morale au-dessus des étroites, point de vue utilitariste. Pas monde la prospérité en tant que telle a été l'idéal de l'Israélite pieux, mais la prospérité par Dieu comme la gracieuse récompense de la fidélité en gardant ses commandements. Pourtant, quand tout a été dit, l'insuffisance de cette croyance pour la satisfaction des aspirations individuelles doit être admis, et cette insuffisance a été liée à elle-même se révéler tôt ou tard dans l'expérience. Même le remplacement de la nationale pour le point de vue individuel ne pourrait pas indéfiniment empêcher ce résultat.

(3) La tendance à couler l'individu dans la nation et à traiter ce dernier comme l'unité religieuse a été l'une des caractéristiques les plus marquées de la foi hébraïque. Et cela a beaucoup aidé à soutenir et à prolonger la limitation d'autres viens de remarquer, selon lequel le châtiment a été recherchée dans cette vie. Reportés et déçu les espoirs personnels pourraient être soulagé par la pensée de leur réalisation actuelle ou future de la nation. Ce n'est que lorsque les calamités nationales, aboutissant à l'exil, avait ébranlé pour un temps l'espoir du peuple d'un glorieux royaume théocratique que l'eschatologie de la personne est devenue importante, et à la restauration il ya eu une tendance à revenir au centre national de point de vue. Il est vrai de l'0.T. dans son ensemble que l'eschatologie de l'éclipse gens que de l'individu, s'il est vrai en même temps que, dans et par l'ancien, celui-ci défile à une assurance claire et précise d'une résurrection personnelle d'entre les morts, au moins pour les enfants d'Israël qui sont à partager, s'il est jugé digne, à la gloire de l'ère messianique.

Il est au-delà du champ d'application de cet article pour tenter de retrouver la croissance ou de décrire les différentes phases de cette eschatologie nationale, dont les centres dans l'espoir de la mise en place d'un royaume théocratique et messianique sur la terre (voir MESSIAS). Cependant spirituellement cette idée se trouve exprimée en prophéties de l'Ancien Testament, que nous les lisons aujourd'hui à la lumière de leur réalisation progressive de la dispense du Nouveau Testament, le peuple juif comme un ensemble s'accrochait à un matériau et de l'interprétation politique du royaume, de couplage de leurs domination en tant que peuple avec le triomphe de Dieu et de la mise en place à travers le monde de son règne. Il ya beaucoup, en effet, pour tenir compte de cela dans l'obscurité des prophéties elles-mêmes. Le Messie comme une personne distincte n'est pas toujours mentionnée à l'occasion de l'inauguration du royaume, qui laisse place à l'espoir d'une théophanie de Jahvé dans le caractère de juge et souverain. Mais même lorsque la personne et le lieu du Messie sont nettement annoncée, la fusion ainsi que dans la prophétie de ce que nous avons appris à distinguer en tant que son premier et son second avènement tend à donner à toute l'image du royaume messianique un caractère eschatologique qui appartient à seule réalité à sa phase finale. C'est donc la résurrection des morts dans Isaïe, xxvi, 19 ans, et Daniel, xii, 2, est introduite, et de nombreuses descriptions annonçant "le jour du Seigneur», le jugement sur les Juifs et les Gentils, la rénovation de l' la terre et d'autres phénomènes qui font entrer dans ce jour-là tout en étant applicables dans un sens limité à des événements contemporains et à l'inauguration de l'ère chrétienne, sont beaucoup plus appropriée compris de la fin du monde. Il n'est donc pas surprenant que les espérances religieuses de la nation juive aurait dû être venu si essentiellement eschatologique, et que l'imagination populaire, le raccourcissement de la perspective de la révélation divine, doit avoir appris à regarder pour la mise en place sur la terre de la glorieuse Royaume de Dieu, que les chrétiens sont assurés seront réalisés que dans le ciel à la fin de la dispensation actuelle.

(4) Le passage de ces observations générales qui semblent nécessaires à la compréhension véritable du Vieux Testament eschatologie, une brève référence sera fait pour les passages qui présentent la croissance d'une doctrine plus élevée et plus complète de l'immortalité. La reconnaissance de la personne par opposition à la simple responsabilité d'entreprise et la rétribution peut être compté, au moins à distance, comme un gain à l'eschatologie, même quand le châtiment se limite principalement à cette vie, et ce principe est reconnu à plusieurs reprises dans les premiers livres. (Voir la Genèse 18:25; 32:33 Exode; 16:22 Numéros; 7:10 Deutéronome 24:16, 2 Rois 24:17, 2 Rois 14:6; Esaïe 3:10 carrés; sqq 33:15. ; Jérémie 12:01 carrés; carrés 32:18;; 17:5-10 Ézéchiel 14:12-20; 18:04, 18 ss;. Psaumes, passim; Proverbes 2:21 carrés; 10h02; 11:19, 31; etc) Il est reconnu également dans les termes mêmes du problème traité dans le livre de Job.

Mais, à venir à des choses plus élevées, on trouve dans les Psaumes et dans l'emploi de l'expression claire d'un espoir ou une assurance pour le juste d'une vie de bonheur après la mort. Voici exprimé, sous l'inspiration divine, la soif innée de l'âme juste pour communion éternelle avec Dieu, la manifestation d'une foi forte et vivante contre la conception populaire du séjour des morts. L'omission de passages douteux, il suffit de se référer à XV Psaumes (xvi AV), xvi (AV xvii), xlviii (xlix AV), et lxxii (AV lxxiii). Parmi ceux-ci il n'est pas impossible d'expliquer les deux premières que des prières pour la délivrance d'un danger imminent de mort, mais l'assurance qu'ils expriment est trop absolue et universelle d'admettre cette interprétation comme la plus naturelle. Et cette assurance devient encore plus nette dans les deux autres psaumes, en raison du contraste qui la mort est affirmé d'introduire entre le sort des justes et des impies. La même foi apparaît dans le Livre de Job, d'abord comme un espoir un peu douteuse exprimé, et ensuite comme une conviction assurée. Désespérant de vengeance dans cette vie et se rebeller contre l'idée que la justice doit rester finalement récompensés, le malade cherche une consolation dans l'espoir d'un renouveau de l'amitié de Dieu au-delà de la tombe: «O que tu veux me cacher dans le shéol, que Veux-tu me garder secret, jusqu'à ce que ta colère fût passée, que tu voudrais que tu me nommer un temps déterminé, et rappelez-moi. Si un homme meurt, vivra à nouveau? Tous les jours de mon combat que je attendre, jusqu'à ma libération doit venir »(xiv, 13 sq.) En xvii, 18 - xvii, 9, l'expression de cet espoir est plus absolue, et dans xix, 23-27, elle prend la forme d'une certitude définitive qu'il va voir Dieu, son Rédempteur: «Mais je sais que mon Rédempteur vit et qu'il doit se lever à la dernière sur la terre de la poussière []; [. al sans] et après cette ma peau a été détruite, mais de ma chair, je verrai Dieu, que je vais voir pour moi et mes yeux sont voici, et pas un autre "(25 - 27). Dans son corps ressuscité, il verra Dieu, selon la Vulgate (LXX) de lecture:. "Et le dernier jour je vais sortir de la terre Et je serai vêtu à nouveau avec mes compétences, et dans ma chair, je verrai mon Dieu "(25 - 26).

La doctrine de la résurrection trouve son expression définitive dans les prophètes et dans Ésaïe 26:19: «tes morts vivront, mes cadavres ressusciteront Réveillez-vous et chantez, vous qui habitez dans la poussière." Etc, et Daniel 12: 2: «et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront: un peu de vie éternelle, et d'autres pour la honte éternelle et le mépris", etc, il s'agit clairement d'une résurrection personnelle qui est enseigné - dans une résurrection de Isaias Israélites justes; dans Daniel, tant des justes et les méchants. Le jugement, qui, dans Daniel est lié à la résurrection, est aussi personnelle, et c'est la même chose de l'arrêt de la vie (les Juifs et les Gentils) qui, sous diverses formes les prophéties communiquer avec le "jour du Seigneur". Certains des Psaumes (par exemple 48) semblent impliquer un jugement des individus, des bonnes et mauvaises, après la mort, et la certitude d'un futur jugement de «tous les travaux, que ce soit bien ou mal», est la solution finale de la morale énigmes de la vie terrestre offert par l'Ecclésiaste (xii, 13-14; cf III, 17.). Venant à la suite (deutérocanoniques) livres de la 0. T. nous avons des preuves claires de Mach II. de la foi juive, non seulement dans la résurrection du corps (vii, 9-14), mais dans l'efficacité des prières et des sacrifices pour les morts qui sont morts dans la piété (xi, 43 ss.). Et dans le IIe et Ier siècles avant JC, dans la littérature apocryphe juive, de nouveaux développements apparaissent eschatologique, principalement dans le sens d'une doctrine plus précise de représailles après la mort. Le mot Sheol est encore le plus souvent entendu de la demeure du défunt général attente de la résurrection, cette demeure ayant différentes divisions pour la récompense des justes et la punition des méchants, en référence à ce dernier, le séjour des morts est parfois tout simplement l'équivalent de l'enfer . Géhenne est le nom généralement appliqué à la dernière place de la punition des méchants après le jugement dernier, ou même immédiatement après la mort, tandis que le paradis est souvent utilisé pour désigner la demeure intermédiaire des âmes des justes et le ciel leur maison de la béatitude finale. l'utilisation du Christ de ces termes montre que les Juifs de son époque étaient suffisamment familiarisés avec leurs significations du Nouveau Testament.

III. CATHOLIQUE ESCHATOLOGIE

Dans cet article, il n'ya pas de discussion critique du Nouveau Testament eschatologie, ni aucune tentative de retracer l'évolution historique de l'enseignement catholique de l'Écriture et de données traditionnelles, seule une brève Conspectus est donné du système développé catholique. Pour plus de détails critiques et historiques et pour la réfutation des points de vue opposés, le lecteur est renvoyé aux articles spéciaux traitant les différentes doctrines. Le résumé eschatologique qui parle des "quatre dernières choses" (mort, le jugement, le ciel et l'enfer) est populaire plutôt que scientifique. Pour le traitement systématique, il est préférable de faire la distinction entre (A) eschatologie individuelle et (B) universelle et cosmique, notamment en vertu de (A):

la mort, le jugement particulier, le ciel, ou le bonheur éternel; purgatoire, ou l'état intermédiaire, l'enfer, ou peine éternelle;

et moins (B):

l'approche de la fin du monde, la résurrection du corps, le jugement général, et la consommation finale de toutes choses.

La supériorité de l'eschatologie catholique consiste dans le fait que, sans prétendre répondre à chaque question que peut suggérer une vaine curiosité, il donne une claire, cohérente, la déclaration de tous les satisfaire ce besoin à l'heure actuelle être connu, ou peut utilement être entendu, en ce qui concerne l'éternel questions de vie ou de mort pour chacun de nous personnellement, et la consommation finale du cosmos dont nous faisons partie.

(A) eschatologie individuelle

Death

La mort, qui consiste en la séparation de l'âme et le corps, est présenté sous de nombreux aspects de la doctrine catholique, mais surtout

comme étant effectivement et historiquement, dans l'ordre actuel de la Providence surnaturelle, la conséquence et la peine du péché d'Adam (Genèse 2:17; Romains 5:12, etc);

comme étant la fin de la période de probation de l'homme, l'événement qui décide de son destin éternel (2 Corinthiens 5:10; Jean 9:4; Luc 12:40; sqq 16:19;. etc), même si elle n'exclut pas une état intermédiaire de purification pour l'imparfait qui meurent dans la grâce de Dieu, et

comme étant universel, même si, comme à son universalité absolue (pour ceux qui vivent à la fin du monde) il ya une place pour le doute en raison de I Thess, iv, 14 ss;... I Cor, XV, 51; II Tim. , iv, 1.

Notamment le jugement

C'est le jugement d'un particulier de chaque âme a lieu au moment du décès est impliqué dans de nombreux passages du Nouveau Testament (Luc 16:22 ss;. 1:25 lois;; 23:43, etc), et dans l'enseignement du Concile de Florence (Denzinger, Enchiridion, no. 588) concernant l'entrée rapide de chaque âme dans le ciel, le purgatoire ou l'enfer.

Heaven

Le ciel est le séjour des bienheureux, où (après la résurrection avec le corps glorifié) dont ils bénéficient, en compagnie du Christ et les anges, la vision immédiate de Dieu face à face, étant surnaturellement élevée par la lumière de la gloire de façon à être capable d'une telle vision. Il ya des degrés de la gloire infinie correspondant à des degrés de mérite, mais toutes sont infiniment heureux dans la possession éternelle de Dieu. Seul le parfaitement pur et saint peut entrer au ciel, mais pour ceux qui ont atteint cet état, soit au moment du décès ou après un cours de la purification du purgatoire, entrée dans le ciel n'est pas reportée, comme cela a parfois été erronément jugé, qu'après le jugement général .

Purgatoire

Le purgatoire est l'état intermédiaire d'une durée inconnue dans laquelle ceux qui meurent imparfaite, mais pas dans le péché mortel impénitente, suivre une cure de purification pénale, de se qualifier pour l'admission dans le ciel. Ils partagent la communion des saints et sont avantagés par nos prières et nos bonnes œuvres (voir DEAD, PRIÈRE POUR LA). La négation du purgatoire par les Réformateurs introduit une ébauche lamentable dans leur eschatologie et, à la manière des extrêmes, a conduit à des réactions extrêmes.

Hell

Hell, dans l'enseignement catholique, désigne le lieu ou l'état des hommes (et des anges) qui, à cause du péché, sont exclus définitivement de la vision béatifique. Dans ce sens large, il s'applique à l'état de ceux qui meurent avec le seul péché originel sur leurs âmes (Concile de Florence, Denz, no. 588), mais ce n'est pas un état de misère ou de la peine subjective de toute nature, mais seulement implique la privation objectif de bonheur surnaturel, qui est compatible avec un état de bonheur parfait naturel. Mais au sens strict dans lequel le nom est habituellement utilisé, l'enfer est l'état de ceux qui sont punis éternellement pour unrepented péché mortel personnels. Au-delà de l'affirmation de l'existence d'un tel état, avec des degrés variables de la peine correspondant à des degrés de culpabilité et sa durée éternelle ou sans fin, la doctrine catholique ne va pas. Il est une vérité terrible et mystérieux, mais il est clairement et avec insistance enseignée par le Christ et les apôtres. Rationalistes peut nier l'éternité de l'enfer, en dépit de l'autorité du Christ, et les chrétiens professent, qui ne veulent pas l'admettre, peut essayer d'expliquer les paroles du Christ, mais il reste que la solution divinement révélé le problème du mal moral. (Voir HELL.) Rival solutions ont été recherchées dans une certaine forme de la théorie de la restitution ou, moins fréquemment, dans la théorie de l'anéantissement ou l'immortalité conditionnelle. Le point de vue restitutionniste, qui dans sa forme origéniste a été condamné par le Conseil de Constantinople en 543, et plus tard à la cinquième concile général (voir apocatastase), est le dogme de l'universalisme moderne cardinal, et est plus ou moins favorisée par les protestants et les anglicans libéraux . Basé sur un optimisme exagéré pour lesquels l'expérience actuelle n'offre aucune garantie, ce point de vue où l'efficacité conquérante du ministère de la grâce dans une vie de probation après la mort, et se réjouit de la conversion finale de tous les pécheurs et la disparition volontaire de la morale le mal de l'univers. Annihilationistes, d'autre part, à défaut de trouver soit la raison ou la Révélation aucune raison de cet optimisme, et compte tenu de l'immortalité lui-même comme une grâce et non pas l'attribut naturel de l'âme, pense que les impénitents enfin seront anéanties ou cesser d'exister - que Dieu sera donc finalement être forcé d'avouer l'échec de son objet et de puissance.

(B) Eschatologie universelle et cosmique

L'approche de la fin du monde

Malgré le refus explicite du Christ à préciser l'heure de la fin (Marc 13:32; Actes 1:6 carrés), il a été une croyance commune parmi les premiers chrétiens que la fin du monde était proche. Cela semble avoir un certain soutien dans certaines paroles du Christ en référence à la destruction de Jérusalem, qui sont énoncés dans le côté Evangiles à côte avec les prophéties relatives à la fin (Matthieu 24 et Luc 21), et dans certains passages de la apostolique écrits, ce qui pourrait, non sans raison, ont été si bien compris (mais voir 2 Thessaloniciens 2:02 sqq., où saint Paul corrige cette impression). D'autre part, le Christ avait clairement indiqué que l'Evangile devait être prêché à toutes les nations avant la fin (Matthieu 24:14), et Saint-Paul se réjouit de la conversion finale du peuple juif comme un événement à distance doit être précédée par la conversion des Gentils (Romains 11:25 ss.). D'autres encore sont parlées comme ce qui précède ou inaugurant à la fin, comme une grande apostasie, ou de tomber loin de la foi ou de charité (Luc 18:8; 17:26; Matthieu 24:12) (2 Thessaloniciens 2:3 ss.), le règne de l'Antéchrist, et les grandes calamités sociales et terrifiant convulsions physiques. Pourtant, la fin viendra de manière inattendue et prendre la vie par surprise.

La résurrection de la chair

La venue visible (parousie) du Christ dans la puissance et la gloire sera le signal de la résurrection des morts (voir la résurrection). Il est l'enseignement catholique que tous les morts qui doivent être jugés vont augmenter, les méchants, ainsi que le Juste, et qu'il se lèvera avec les organes qu'ils avaient dans cette vie. Mais rien n'est défini quant à ce qui est requis pour constituer cette identité de la levée et transformée par le corps actuel. Bien que n'étant pas formellement défini, il est suffisamment certain que ce qu'il ya à être une seule résurrection générale, simultanée pour le bien et le mal. (Voir MILLENIUM.) En ce qui concerne les qualités du corps ressuscité dans le cas des justes, nous avons la description de saint Paul dans 1 Corinthiens 15 (cf. Matthieu 13:43; Philippiens 3:21) comme base de la spéculation théologique, mais dans le cas des damnés, nous pouvons seulement affirmer que leur corps sera incorruptible.

Le jugement général

En ce qui concerne le jugement général, il ya rien d'important à ajouter ici à la description graphique de l'événement par le Christ Lui-même, qui est d'être juge (Matthieu 25, etc.) (Voir arrêt, GENERAL.)

La consommation de toutes choses

Il parle aussi de la mise en commun univers physique dans la consommation générale (2 Pierre 3:13; Romains 8:19 ss;.. Apocalypse 21:1 ss). Le ciel et la terre actuels seront détruits, et un nouveau ciel et la terre prennent leur place. Mais ce qui, précisément, ce processus impliquera, ou quel but le monde rénovée servira n'est pas révélé. Il peut éventuellement faire partie de la glorieuse Royaume du Christ qui "il n'y aura pas de fin». règne militante du Christ est de mettre fin à l'accomplissement de ses fonctions de juge (1 Corinthiens 15:24 ss.), mais en tant que Roi des élus qui il a sauvé Il va régner avec eux dans la gloire à jamais.

Informations sur la publication Rédigé par PJ toner. Transcrit par Tinkler C. Michael. L'Encyclopédie Catholique, Volume V. Publié 1909. New York: Société Appleton Robert. Nihil obstat, 1 mai 1909. Remy Lafort, Censeur. Imprimatur. + John M. Farley, Archevêque de New York


Eschatologie

Information Point de vue juif

Le Jour du Seigneur.

Gen. xlix. 1; comp. Genèse xcviii R., "la fin messianique»;. Isa. ii. 1; aussi «la fin», Dent. xxxii. 20; Ps. lxxiii. 17; vii Ben Sira. 36, xxviii. 6; comp. "Didachè", xvi. 3): La doctrine de la «dernière des choses." traite l'eschatologie juive essentiellement et principalement à la destinée finale de la nation juive et le monde en général, et seulement accessoirement avec l'avenir de l'individu; la principale préoccupation du législateur hébreu, prophète et écrivain apocalyptique Israël comme étant le peuple de Dieu et la victoire de sa vérité et la justice sur la terre. Le point de vue eschatologique, qui est, on s'attend à des choses plus à venir dans le futur, sous-tend toute la construction de l'histoire d'Israël et de l'humanité dans la Bible. Le fourmille histoire patriarcale avec de telles prophéties (xii Gen 3, 16;. Xv 14;.. Xviii 18; xxii 18;. Xxvi 4.), La législation mosaïque a plus ou moins explicitement en vue de la relation d'Israël auprès de l'Organisation des Nations et la victoire finale de l'ancienne (Ex. xix .. 5;. Lev xxvi 45;... Num xxiii 10, xxiv 17-24;.. iv Deut 6;. vii 6 et suivants;... xxviii 1, 10; xxx 3 et suivants;.. xxxii 43;. xxxiii 29).. Mais c'était surtout les prophètes qui habitaient avec beaucoup d'emphase sur le Jour du Seigneur, la Journée du jugement à venir. A l'origine parlé comme le jour où Yhwh comme le Dieu de visites ciel sur la terre avec tous ses pouvoirs de dévastation terrible (comp. Gen xix 24;... Ix Ex 23, xi 4, xii 12;.. Josh x.. 11), le terme a été employé par les prophètes dans un sens eschatologique et revêtu d'un caractère double: d'une part, que le temps de la manifestation de pouvoirs de sanction de Dieu de la justice à l'encontre de tout ce qui provoque sa colère, et, sur la D'autre part, que le temps de la justification et le salut des justes. Dans l'esprit populaire le jour du Seigneur apporté le désastre que pour les ennemis d'Israël; à son peuple qu'il a apporté la victoire. Mais cette affirmation est contredite par le prophète Amos (iii. 2, v. 20). Pour Isaïe, de même, le Jour du Seigneur apporte la terreur et la ruine de Juda et d'Israël (Ésaïe ii 12, X, 3, xxii 5;... Comp Micah i. 3) ainsi que d'autres nations (Ésaïe xiv . 25, XXIV-XXV.). Dans la même mesure, cependant, comme Israël subit défaite à la main du grand monde-pouvoirs, le Jour du Seigneur dans la conception prophétique devient un jour de colère pour le monde païen et de triomphe pour Israël. En Zeph. i-iii. c'est un jour de malheur universel pour tous les idolâtres, y compris les habitants de la Judée, mais il se termine par la gloire du reste d'Israël, tandis que les puissances païennes assemblés sont anéantis (iii. 8-12). Cette caractéristique de la destruction finale, avant que la ville de Jérusalem, des païens dans le monde empires devient important et typique dans toutes les prophéties tard (Ézéchiel xxxviii, la défaite de Gog et Magog;... Isa xiii 6-9, automne Babel ; Zech xii 2 et suivants, xiv 1 et suivants;..... Hag i. 6;. Joel iv 2 et suiv. [iii.];. Isa lxvi 15 et suivants), le Jour du Seigneur... dit de venir comme "un feu qui raffine l'argent" (iii Mal. 2 et suivants, 9;.. comp Isa xxxiii 14 et suiv....). Particulièrement forte, c'est le contraste entre le sort qui attend les païens et le salut promis à Israël dans Isa. xxxiv.-xxxv., tandis que d'autres prophéties accentuer plutôt la conversion finale des nations païennes la foi dans le Seigneur ii (Ésaïe. 1 et suiv., xlix. lxvi. 6-21, Zech. viii. 21 et suiv. , xiv. 16 et suiv.).

Résurrection des Morts.

En plus de cette conception du Jour du Seigneur, les prophètes au point l'espoir d'un avenir idéal messianique à travers le règne d'un fils de la maison de David, l'âge d'or de la béatitude paradisiaque, dont les traditions de toutes les anciennes nations parlé (voir le commentaire de Dillmann à Gen II-III., p. 46). Il serait venu sous la forme d'un monde de paix et l'harmonie entre toutes les créatures, l'état angélique de l'homme avant son péché (Ésaïe xi 1-10, 17-25 lxv:.. «De nouveaux cieux et une terre nouvelle») . C'est seulement une étape supplémentaire à prévoir la visite de tous les royaumes de la terre, qui sera suivie par l'ingestion de la mort pour toujours et d'une résurrection des morts en Israël, de sorte que tout le peuple du Seigneur pourrait assister le salut glorieux (Ésaïe xxiv. 21-xxv. 8, xxvi. 19). L'espérance de la résurrection avait été exprimé par Ezéchiel, en référence à la nation juive en tant que telle (Ézéchiel xxxvii.). Sous l'influence persane, cependant, la doctrine de la résurrection a subi un changement, et a fait partie du Jour du Jugement, donc à Dan. xii. 2, la résurrection est étendu à la fois les méchants et les justes: celui-ci «éveillé à la vie éternelle,« l'ex-"à l'horreur et la honte éternelle» (AV "mépris").

La formation d'un système eschatologique.

Il est certainement inexact de parler d'un système eschatologique de la Bible, dans laquelle il n'ya aucune trace d'une croyance établie dans la vie future. Les deux Ben Sira et Tobit adhèrent encore à l'ancienne conception du séjour des morts que la terre des ombres (voir le séjour des morts). Il a été le destin de la nation qui concerne les prophètes et le peuple, et l'espoir exprimé par le prophète, le psalmiste, et poète liturgique était tout simplement que le Seigneur comme la seule établira son royaume sur la terre entière (Ex. xv. 18;. ii Micah 13, iv 7;. Obad 21;. Zech xiv 9;.. Isa xxiv 23;.. Ps xciii 1, xcvi 10, xcvii 1, xcix 1)...... Cela implique non seulement la réunion des douze tribus (Ézéchiel xxxvii 16 et suivants;.... Zeph iii 20), mais la conversion des païens survivant le jour de la colère divine, ainsi que la chute des puissances païennes (Zeph . iii 8-9;. Zech xiv 9-19;.. Isa lvi 6, lxiii 1-6;... Ps ii 8-12)... Il semble que, en raison de la tribulation qui la maison de Zorobabel eut à subir non pas, comme Dalman ("Die Worte Jesu, p. 243) pense," parce que le Messie n'était pas une partie essentielle de l'espérance nationale », le attente d'un Messie de la maison de David a été tenu à l'écart, et le prophète Elie, comme le précurseur du grand Jour du Seigneur qui montons toutes les tribus d'Israël, a été placé au premier plan (Ecclus. [Siracide] xlviii 10;.. I Mace xiv 41).. Voir Élie.

Le "Royaume de Dieu."

Il est difficile de dire dans quelle mesure les Sadducéens ou la maison de Tsadok décision partagée dans l'espoir messianique du peuple (voir Sadducéens). C'est la classe de la Ḥasidim et leurs successeurs, les Esséniens, qui a fait une étude spéciale des écrits prophétiques afin d'en apprendre le destin d'Israël et de l'humanité (Dan. ix 2;. Josephus, "BJ" ii 8,. § § 6, 12; idem, «Ant». xiii 5, § 9, où le εἱμαρμένη terme est de prendre eschatologique).. Tout en annonçant les événements à venir dans les visions et les écrits apocalyptiques cachés à la multitude (cf. Apocalyptic Literature), ils ont fondé leurs calculs sur les prophéties non tenues, comme soixante-dix ans de Jérémie (Jér. xxv. 11, xxix. 10), et donc essayé de fixer " la fin des jours "(Dan. ix 25 et suivants;.. Enoch, lxxxix 59.). Le Talmud appelle reproachingly ces hommes, qui ont souvent apporté déception et wo sur le peuple, "mahshebe ḳeẓim" (calculatrices de l'[messianique] extrémités:.... Sanh 97b; comp 92b, 99a; Ket 111a; Shab 138b; 'Eduy ii 9-10;.. pour l'expression, voir Dan xii 4, 13;.. Assumptio Mosis, I, 18, xii 4;. II Esd iii 14;... Ap syriaque de Baruch, xxvii 15;. Matt xiii. . 39, xxiv. 3). Il ne peut pas être nié, toutefois, que ces Ḥasidean ou écrivains apocalyptiques ont une vue sublime sur toute l'histoire du monde en le divisant en worldepochs grand compte soit après ou empires millénaires, et de voir sa consommation dans la mise en place de «le royaume du Seigneur », appelé aussi, afin d'éviter l'utilisation du nom sacré, (" le royaume des cieux "). Cet objectif prophétique de l'histoire humaine à la fois prêté à toutes les luttes et les souffrances du peuple de Dieu une plus grande signification et le but, et de ce point de vue confort nouvelle a été offert aux saints dans leurs épreuves. C'est l'idée qui sous-tendent le contraste entre les «royaumes des pouvoirs de la terre» et «le royaume de Dieu" qui doit être livré à la fin des temps pour les saints, Daniel ii le peuple d'Israël (44. ; vii 14, 27).. Il est, cependant, tout à fait erroné d'affirmer, comme le font Schurer («Geschichte», ii. 504 et suiv.) Et Bousset («La religion des Judenthums», p. 202 et suiv.), Que ce royaume de Dieu signifie une politique triomphe du peuple juif et l'anéantissement de toutes les autres nations. Comme on peut tirer de Tobit xiii. 11 et suiv., Xiv. 6, cité par Schurer (lc ii. 507), et de l'ancienne liturgie du Nouvel-An (voir aussi «Alenu)," la conversion de toutes les créatures à devenir un seul groupe à faire, la volonté de Dieu "est l'objet principal d'Israël espérance messianique; seulement la suppression de «le royaume de la violence» doit précéder l'établissement du royaume de Dieu. Cet espoir de la venue du royaume de Dieu s'exprime aussi dans le Kaddish (comp. Lord's Prayer) et dans la bénédiction onzième "Esreh Shemoneh», considérant que la destruction du royaume de la méchanceté d'abord trouvé son expression dans la valeur ajoutée ( siècle) la bénédiction (suite dirigées principalement contre les informateurs odieux et hérétiques;. voir Liturgie), et a été dans la littérature de propagande hellénistique, le Sibyllines (iii. 47, 767 et al), a souligné en particulier en vue de la conversion des païens.

World-époques.

En opposant le futur royaume de Dieu avec le royaume des pouvoirs païens du monde des écrivains apocalyptiques ont sans doute été influencé par Parsism, qui a vu le monde divisé entre Ahura Mazda et Angro-mainyush, qui se battent les uns avec les autres jusqu'à ce que finalement ce dernier, à la fin de la quatrième période de douze dans le monde des millénaires, est vaincu par l'ancien après une grande crise dans laquelle le mauvais principe semble gagner la haute main (voir Plutarque, Sur Isis et Osiris, ch 47;. Bundahis, xxxiv . 1; "Yasht Bahman," I, 5, 22 et suiv ii;.. "SBE" v. 149, 193 et ​​suivants;. Stade, «Ueber den Einfluss, des Parsismus auf das Judenthum», 1898, p. 145 et suiv.). L'idée de quatre empires du monde se succèdent et représenté par les quatre métaux (ii Daniel., Vii.), Qui a aussi son parallèle dans Parsism («Bahman Yasht," i. 3), et en hindou, le grec, et les traditions romaine (les «lois de Manès," i. 71 et suivants;. Hésiode, «Travaux et les Jours», p. 109 et suiv;. Ovide, «Métamorphoses», i. 89), semble reposer sur une tradition ancienne qui remonte à Babylone (voir le commentaire de Gunkel sur la Genèse, 1902, p. 241). Gunkel trouve dans les douze millénaires de croyance persan un monde astronomique ans avec quatre saisons, et voit les quatre époques babylonienne monde reproduit dans les quatre périodes successives d'Adam, Noé, Abraham et Moïse. Les quatre périodes se reproduise à Enoch, lxxxix. et suiv. (Voir Kautzsch, "Pseudepigraphen», p. 294) et le pasteur vi. 1; aussi dans Zech. ii. 1 (AV i. 18), VI.1 et Dan. viii. 22; (. Xv Genèse 9) et les quatre animaux indivis dans la vision d'Abraham ont été par la haggadists début (Johanan b. Zakkaï, dans Genèse R. XLIV;.... Apoc Abraham, xv, xxviii) visées à les quatre empires du monde dans un sens eschatologique.

Un monde-Semaine.

Le monde irano-babylonienne ans de douze millénaires, cependant, a été transformé dans l'eschatologie juive dans un monde semaines de sept millénaires correspondant à la semaine de la Création, le verset: «Mille ans devant tes yeux sont comme hier» (Ps. xc. 5 [AV 4]) après avoir suggéré l'idée que le monde actuel de labeur ("'olam ha-Zé") doit être suivie d'un millénaire sabbatique, «le monde à venir" ("' olam ha-ba ' »: vii Tamid 4; 31a RH; Sanh 97a; Ab RN i., éd Schechter, p. 5; Enoch, xxiii 1; II Esdras vii 30, 43; Testament d'Abraham, xix A........ , B. VII;. Vita Adae et Evæ, 42; xx Rev. 1;. iii Peter II 8;. Épître de Barnabé, xv;. Irénée, v. 28, 3). Parmi ces six millénaires ont été à nouveau divisé, comme dans Parsism, en trois périodes: les 2.000 premières années sans la loi; les 2.000 prochaines années en vertu de la règle de la loi, et les 2.000 dernières années la préparation au milieu de luttes et que des catastrophes pour la règle du Messie (Sanh. 97a;. "Ab Zarah 9a; Midr Le XC 17...); l'ère messianique est dit de commencer 4291 années après la création (comp. les 5.500 ans après la création, après l'expiration de laquelle le Messie est attendu, dans Vita Adae et Evæ, 42; aussi Assumptio Mosis, x. 12). Sur un calcul probablement similaire, qui a placé la destruction du Second Temple à 3828 (Sanh. lc), repose également la division du monde en douze époques de 400 ans, neuf ans et demi dont les époques qui s'était passé au moment de la destruction du Temple (Esdras xiv II 11;. comp vii 28..). Douze périodes se produisent aussi dans l'Apocalypse syriaque de Baruch (XXVII, liii.) Et de l'Apocalypse d'Abraham (XXIX), le dix millénaires d'Enoch xxi. 6, cependant, semblent être identiques avec les dix semaines au ch. xciii., soit 10 x 700 ans. Comme une évidence, la chronologie biblique a toujours été interprétée de manière à rendre les six millénaires en harmonie avec les attentes messianiques de l'époque; que par faveur spéciale serait le mystère de la fin, connue de Dieu seul, être révélé à ses saints ( Dan xii 9;... II Esd iv 37, xi 44;... Ap syriaque de Baruch, Liv 1, lxxxi 4;.. Matt xxiv 36;.. Pes 54b).. La fin était censé être provoquée par le mérite d'un certain nombre de saints ou de martyrs (Enoch, xlvii 4;. II Esd iv 36;.. Vii Rev 4.), Ou par l'achèvement du nombre d'âmes humaines envoyé de leur demeure céleste à la terre, le nombre d'âmes créées étant fixé (Ap syriaque de Baruch, xxiii 4;... 'Ab Zarah 5a; Yeb 63b.). Enfin, il a appris que «celui qui annonce les temps messianiques basé sur le calcul perd sa propre part dans l'avenir" (R. Jose, en Ereẓ Derek R. xi.) Et que «l'avènement du Messie dépend de repentance générale provoquée par le prophète Elie "(Sanh. 97b;. Pirḳe R. El xliii;. Assumptio Mosis, i. 18).

Travail du temps messianiques.

Il y règne une harmonie singulière parmi les écrits apocalyptiques et les traditions, en particulier en ce qui concerne les étapes successives du drame eschatologique. Le premier d'entre eux est le "travail" des temps messianiques (, littéralement, «les souffrances du Messie", une maquette Pesiḳ R. 21, 34;.. Shab 118;. Pes 118;. Sanh 98b;.. Mek, Beshallaḥ, Wayassa ', 4, 5, ou, Matt xxiv 8;.. xiii Marc 9, prise de Osée xiii 13)... L'idée que la grande rédemption doit être précédée par une grande détresse, obscurité, et le déclin moral semble être basée sur ces passages prophétiques comme Osée xiii. 13 et suivants;. Joel ii. 10 et suivants;. Vii Micah. 1-6; Zech. xiv. 6 et suivants;. Dan. xii. 1. Le point de vue elle-même, cependant, n'est pas celle des prophètes, dont les perspectives sont tout à fait optimiste et eudémoniste (Ésaïe xi. 1-9, lxv. 17-25), mais plus en accord avec l'ancienne croyance non-juifs dans une constante déclin du monde, de l'or et d'argent à l'âge airain et de fer, jusqu'à ce qu'elle se termine par un cataclysme final ou une conflagration, envisagées comme par les anciens Germains et de la légende grecque. Il a été notamment en raison de l'influence persane que le contraste entre ce monde, où le mal, la mort et le péché prévaloir, et le monde de demain "qui est tout à fait bien» (lc Tamid), a été si fortement souligné, et la vue qui a prévalu la transition de l'un à l'autre pourrait être provoqué que par une grande crise, les signes de la désintégration d'un monde à l'agonie et la naissance-affres d'une nouvelle à faire son entrée dans l'existence. l'eschatologie Persique n'a eu aucune difficulté dans l'utilisation de vieux matériel mythologique et cosmologique de la Babylonie en imaginant la détresse et les troubles des derniers jours du monde (Bundahis, xxx 18 et suivants;.. Plutarque, lc 47;. Bahman, ii lc 23 et suivants ., iii 60);. eschatologie juive a dû emprunter la même chose ailleurs ou améliorer les termes bibliques et des passages un sens nouveau de manière à rendre tous les pouvoirs terrestres et célestes apparaissent comme des participants dans la catastrophe finale. Ce monde, en raison du péché du premier homme (II Esd. Iv. 30), ou par la chute des anges (Enoch, vi.-xi.), a été chargé de malédictions et est sous l'emprise de la puissance .. du mal, et la fin sera donc un combat de Dieu avec ces puissances du mal dans les cieux au-dessus ou sur la terre (Ésaïe xxiv 21 et suivants, xxv 7, xxvii 1;.. vii Dan 11,.. viii 9;. Livre des Jubilés, xxiii 29;.. Test Patr, Asher, 7, Dan 5;.. Assumptio Mosis, x. 1; Psaumes de Salomon, ii 25 et suivants;.. et voir Gunkel, "Schöpfung und Chaos », p. 171-398). Le monde entier, alors, apparaît comme dans un état de rébellion avant sa chute. Une description de ces malheurs messianique est donnée dans le Livre des Jubilés, xx. 11-25; Sibyllines, ii. 154 et suiv., Iii. 796 et suivants;. Enoch, xcix. 4 et suiv., C. 1 et suivants;. Esd II. v.-vi.; Ap syriaque. Baruch xxv.-xxvii., Xlviii. 31 et suivants, lxx;.. Matt. xxiv. 6-29; Rev vi.-ix.; ix Soṭah. 15; Derek Ereẓ Zuṭa x.; Sanh. 96b-97a. "Une troisième partie de tous les malheurs du monde viendra de la génération du Messie» (Le Midr.. Ps. Ii. 9). Dans tous ces passages mal présages sont prévus, tels que les visions d'épées, de sang et de guerre dans le ciel (Sibyllines, iii 795;. Comp Luc xxi 21;.. Josephus, "BJ", vi 5, § 3. ), le désordre dans l'ensemble du système céleste (Enoch, lxxx 4-7;. II Esd v. 4;.. viii comp Amos 9;.. ii Joel 10), dans le produit de la terre (Enoch, lxxx 2.; Livre des Jubilés, xxiii 18;. II Esd vi 22;... Sibyllines, iii 539), et dans la descendance de l'homme (Livre des Jubilés, xxiii 25;. Sibyllines, ii 154 et suivants;.. II Esd v. 8. , vi. 21). Les oiseaux et les bêtes, les arbres, les pierres et puits cessera d'agir en harmonie avec la nature (II Esd. V. 6-8, vi. 24).

Particulièrement important parmi les fléaux de l'époque, dont Baruch xxviii. 2-3 compte douze, sera "l'épée, la famine, tremblement de terre, et le feu»; selon le Livre des Jubilés, xxiii. 13, «la maladie et la douleur, le gel et la peste, la famine et la mort, l'épée et la captivité», mais supérieure à la puissance et la terreur des ravages causés par les éléments seront à la perversion morale corruptionand, la méchanceté et l'impudicité prévu dans des visions prophétiques, et le des mauvais esprits (Ap syriaque de Baruch, lc et lxx 2-8;... Livre des Jubilés, xxiii 13-19). Ce point de vue de la prévalence de l'esprit du mal et la séduction du péché dans les derniers jours reçu une attention particulière dans les écoles Ḥasidean, d'où la ressemblance frappante entre les tannaitic et l'image apocalyptique de l'époque précédant l'avènement messianique: «Dans les derniers jours faux prophètes [pseudo-messies] et corrupteurs va augmenter et les moutons se transformer en loups, l'amour en haine, l'anarchie [voir Belial] prévaudra, ce qui provoque les hommes à la haine, la persécution, et de livrer l'autre, et Satan, le monde- trompeur »(voir l'Antéchrist), sera sous les traits du Fils de Dieu des miracles, et en tant que dirigeant de la terre commettre des crimes inouïs" ("Didachè", xvi 3 et suivants;... Sibyllines, ii 165 et suivants ., III 63;.. Matt xxiv 5-12;. II Tim iii 1 et suivants).... La description rabbinique est semblable: "Les traces du Messie [tirée du Ps lxxxix 52; maquette du terme,..." Les derniers jours de la règle d'Esaü "=" Edom-Rome "; II Esd vi 8.. -10; comp général lxiii R.;... Yalkut et le Midrash ha-Gadol, éd Schechter, le xxv Gen. 26;. Pirḳe R. El xxxii] sont visibles dans la rotation de l'école dans un bordel,.. la désolation de la Galilée et Gaulanitis, le sujet va des scribes et des saints comme des mendiants méprisés, l'insolence et l'anarchie de la population, le manque de respect de la jeune génération vers les plus âgés, et la rotation des dirigeants de l'hérésie »(ix Soṭah. 15; Derek Ereẓ Zuṭa x.; Sanh 97b;.. Cant ii R. 13;. Ket 112b;. dans ces passages amoraim de la deuxième et troisième siècles sont souvent crédités à l'opinion de tannaim de la première;. comp également Shab . 118 avec Mek., Beshallaḥ, lc). Simon ben Yohai (comp. Derek Ereẓ Zuṭa x. Sanh. Lc) compte sept périodes de tribulation qui précède l'avènement du fils de David. L'Apocalypse d'Abraham (xxx) mentionne que les dix plaies en cours de préparation pour les païens de l'époque: (1) de détresse; (2) conflagration; (3) la peste parmi les bêtes; (4) la famine; (5) les tremblements de terre et des guerres; ( 6) la grêle et le gel; (7) les bêtes sauvages; (8) peste et la mort parmi les hommes; (9) la destruction et de vol (comp. Isa xxvi 20;.... Zech xiv 5) et (10) les bruits et les rumeurs (comp. dans la sixième période de Simon b. Yoḥai; une maquette de test Patr, Levi, 17 ans, où sept périodes aussi précéder le royaume de Dieu...).

La guerre de Gog et Magog.

Une partie importante dans le drame eschatologique est attribué à Israël combat final avec les forces combinées des nations païennes, sous la direction de Gog et Magog, les tribus barbares du Nord (Ézéchiel xxxviii-xxxix;. Voir Gog et Magog). Réunis pour une violente attaque contre Israël dans les montagnes près de Jérusalem, ils subiront une terrible défaite et à l'écrasement, et la terre d'Israël sera désormais pour toujours le siège du royaume de Dieu. Que ce soit à l'origine identiques ou identifiés seulement par la suite par l'interprétation biblique de la bataille dans la vallée de Josaphat (Joel iv [aviii.] 12;..... Comp Zech xiv 2 et Isa xxv 6, où la grande guerre contre les armées païennes est. parlé), la guerre contre Gog et Magog formé le prélude indispensable à l'ère messianique dans chaque vision apocalyptique (Sibyllines, iii 319 et suivants, 512 et suivants, 632 et suivants;... xx Rev. v. 101. 8; Enoch, lvi 5 et suivants, lorsque le lieu de Gog et Magog est prise par les Parthes et les Mèdes;... II Esd xiii 5, «une multitude d'hommes sans nombre, des quatre vents de la terre»;. syriaque . Apoc Baruch, LXX 7-10;.. Targ Yer à Num xi 26, xxiv 17, Ex xl 11, Deut 39 xxxii, et Isa xxxiii 25;.......... comp Num xxiv... 7 [Septante, Γὼγ pour "Agag"]; voir Eldad et Medad).

R. Eliezer (Mek., Beshallaḥ, lc) mentionne le Gog et Magog guerre avec les malheurs messianiques et le Jugement dernier que les trois modes de châtiment divin précédent millénaire. R. Akiba affecte à la fois à la guerre de Gog et Magog et le Jugement dernier d'une durée de douze mois («Eduy ii 10..); Lev. R. xix. a sept ans au lieu, conformément à Ézéchiel. xxxix. 9; Ps. ii. 1-9 est visé à la guerre de Gog et Magog ("Ab Zarah 3b;.. Ber 7b; Pesiḥ ix 79a;... Tan, Noah, éd Buber, 24;.. Midr Le Ps ii...).

La destruction de l'armée de Gog et Magog implique pas, comme faussement déclaré par Weber ("Altsynagogale Theologie», 1880, p. 369), suivie par Bousset («La religion des Judenthums», p. 222), l'extermination du monde païen à la fin du règne messianique, mais l'anéantissement des pouvoirs païens qui s'opposent le royaume de Dieu et l'établissement du règne messianique (voir Enoch, lvi.-lvii., selon lequel les tribus d'Israël sont recueillis et portés à la Terre Sainte après la destruction des hôtes païens; Sifre, Deut 343;.... et Targ Yer à Num xi 26)..

Les Gentils qui se soumettent à la loi sont attendus pour survivre (Ap syriaque de Baruch, lxxii 4;.... Apoc Abraham, xxxi), et ces nations qui n'ont pas subjuguer Israël sera admis par le Messie dans le royaume de Dieu (Pesiḥ . R. 1, après Isa. lxvi. 23). Le Messie est appelé «Hadrach", comme celui qui mène le monde païen à la repentance (), bien qu'il soit tendre à Israël et sévère envers les Gentils (Zacharie ix 1.) (:.. Cant vii R. 5). La fidélité de ce dernier sera mis à rude épreuve ("Ab. Zarah 2b et suiv.), Alors que pendant le règne du Messie établi le temps de probation des païens auront passé au-dessus (Yeb. 24b). "Une troisième partie du monde païen seul will survive" (Sibyllines, iii 544 et suivants, v. 103, après Zach xiii 8;...... À Tan, Shofeṭim, éd Buber, 10, cette troisième partie est visée en Israël, qui seul, comme les descendants des trois patriarches, s'échappe le feu de la Géhenne). Selon Apoc syriaque. Baruch, xl. 1, 2, il est le leader des hôtes Gog et Magog qui sera le seul à survivre, à être mis tenu avant le Messie sur le mont Sion et jugé et tué. Selon II Esd. xiii. 9 et suivants., Le feu, ils sortiront de la bouche du Messie et de consommer toute l'armée. Cela indique une identification de Gog et Magog avec "le méchant" de Isa. xi. 4, interprété comme la personnification de la méchanceté, Angro - mainyush (voir Armilus). En Midrash Wayosha (Jellinek, "BH" i. 56) Gog est le leader de la soixante-douze nations du monde, moins un (Israël), et fait la guerre contre le Très-Haut, il est frappé par Dieu. Armilus augmente à mesure que le dernier ennemi de Dieu et Israël.

Rassemblement des exilés.

Le grand événement préparatoire au règne du Messie est le rassemblement des exilés », ḳibbuẓgaliyyot." Cet espoir, exprimé dans Deut. xxx. 3; Isa. xi. 12; iv Micah. 6, vii. 11; Ez. xxxix. 27; Zech. xi. 10-12 et Isa. xxxv. 8, est particulièrement impressionnant par la description dans Isa. xxvii. 13 de la restitution de tous les égarés de l'Assyrie et l'Egypte, et par l'annonce que «les païens eux-mêmes doivent porter les fils d'Israël et des filles sur les bras à Jérusalem avec des cadeaux pour le Seigneur» (Ésaïe xlix. 22, lx 4. -9, lxvi. 20). Il a donc été habité comme un acte miraculeux dans la liturgie synagogale et de la chanson (Esreh Shemoneh '; Meg 17a;.... Cant xi 1, xvii 31), ainsi que dans les visions apocalyptiques (Apoc. Abraham, xxxi;. II Esd xiii 13;... Matt xxiv 31).. Dieu les ramener de l'Est et l'Ouest (Baruch, iv 37, v. 5 et suivants;... Ecclus [Siracide] xxxvi 13;. Xiii Tobit 13.); Élie doit les rassembler et le Messie les convoquer ensemble (Ecclus. [Siracide] xlviii 10;. Sibyllines, ii 171-187;. Cant xvii 26;... Targ Yer à Ex vi 18, xl 9-10, Num xxiv 7, Deut xxx....... . 4, Jer. xxxiii. 13). Dans les wagons transportés par les vents les exilés sont à la charge avec un puissant bruit (Enoch, lvii 1 et suivants;.. Zeb 116a;.. Cant R. et Haggadat Shir ha-Shirim à Cant iv 16;.. Le Midr. . à Ps. LXXXVII. 6), et un pilier de lumière doit les conduire (Philo, "De Execrationibus, 8-9). Les Dix Tribus Perdues est miraculeusement ramené à travers la profondeur des eaux de l'Euphrate (II Esd xiii 39-47;... Ap syriaque de Baruch, lxxvii;. Sanh x. 13;.. Tan, Miḳḳez et Shelah, i. 203, III 79, éd Buber, après Isa xi 15;.... voir Arzareth; Sambation; dix tribus).

Les jours du Messie.

La place centrale dans le système eschatologique, comme une question de cours, occupé par l'avènement du messie. Néanmoins, les jours du Messie ("yemot ha-Mashiaḥ"), le moment où les prédictions prophétiques concernant le règne du descendant de David trouvent leur accomplissement, ne font pas la fin de l'histoire du monde, mais ne sont que la phase préparatoire nécessaire le royaume de Dieu ("shamayim malkut"), qui, une fois établies, durera éternellement (vii Daniel 27;... Sibyllines, iii 47 et suivants, 767 et suivants;.. Mek, Beshallaḥ, «Amalek, fin). Le Messie est tout simplement "l'élu" (Enoch, xlv 3, xlix 2, 3 et suiv li....), Il provoque les gens à chercher le Seigneur iii (Osée 5;. Isa xi 9;.. Zech. xii 8;..... xxxiv Ez 24, 24 et suiv xxxvii), et, comme «le Fils de Dieu,« les causes les nations de l'adorer (Enoch, cv 2;. viii II Esd 28 et suiv... , xiii. 32-52, xiv. 9, après Ps. ii. 7, lxxxix. 27 et suiv.). Le temps de son royaume est donc limitée en fonction de certains à trois générations (Mek., lc, après l'Ex xvii 16,..), Selon d'autres, à 40 ou 70, à 365 ou 400 ans, ou à 1.000, 2.000, années 4000, ou 7.000 (Sanh. 99a, 97b; Pesiḥ R. 1, fin;. Midr Le XC 17...), le nombre 400, cependant, repose sur une combinaison de xv général. 13 et Ps. xc. 15 (voir Pesiḥ. R. 1), est soutenu par II Esd. vii. 28 et suiv., Où il est positivement affirmé que, après le règne de son 400 ans le Messie va mourir à augmenter à nouveau, au bout d'une semaine, avec le reste des justes dans la régénération du monde. C'est sans doute pour souligner son caractère de l'homme que le Messie est souvent appelé le "Fils de l'homme" (Dan. viii 13;. Enoch, xlvi 2 et suivants, xlviii 2, lxii 7;.... Voir Man, Fils de) . Car c'est dans le but de remplir les desseins de Dieu pour Israël et toute la race de l'homme qu'il est d'apparaître comme le roi-guerrier triomphant pour subjuguer les nations (Sibyllines, iii. 653-655), pour mener la guerre contre le Gog et Magog (II Esd xiii 32;...... Targ Yer à Num xxiv 17, 20), pour anéantir tous les pouvoirs de la méchanceté et l'idolâtrie, nettoyer la Terre Sainte et de la ville de tous les éléments païens, de construire la nouvelle maison ... du Seigneur "pure et sainte," et devenir le xxxix Rédempteur d'Israël (Ap syriaque de Baruch, 7 et suivants, lxxii 2;. Cant xvii 21-30;... Targ Yer à Genèse XLIX 11.. , xl Ex 9, Num xi 16, Isa x. 27; comp Philo, "De Præmiis et Pœnis», en référence à Num xxiv 7):...... "il est de racheter toute la création en châtiant.. les méchants et (xiii II Esd 26-38..; Cant xvii 31..) de rendre les nations de toutes les extrémités du monde voir la gloire de Dieu ". "Libre du péché, du désir de richesse ou de pouvoir, un roi pure, sage et saint imprégnée de l'esprit de Dieu, il sera chargé de tous à la justice et la sainteté (xvii Cant. 32-43;.. Sibyllines, iii 49, v. 414 et suiv;.. Test Patr, Levi, 18;. Midr Le lxxii 12;.... Targ Yer à xlix Genèse 12, et Isa xi 2, xli 1)......

Temps de paix universelle.

Les temps messianiques, en conséquence, c'est d'abord la cessation de toute sujétion d'Israël par d'autres puissances (, Ber 34b;. Sanh 91b.), Tandis que les royaumes et les nations apportera hommages au Messie (Pes. 118b; Gen R . lxxviii;. Tan, Yelamdenu, Shofeṭim;.... Sibyllines, iii 350, 145 iv, toutes basées sur Ps lxxii 10 et lxviii 32);.. En outre, il sera un temps de conversion du monde païen au monothéisme (xiv Tobie 6;. Sibyllines, iii 616, 624, 716 et suivants;.. Enoch, xlviii 4 et suivants;.. "Ab Zarah 24a, après Zeph iii 9...), si la Terre Sainte elle-même ne sera pas (Livre des Jubilés, 1 5 xvii Cant. 28.;; Sibyllines, v. 264.) habité par des étrangers. Les deux terre et l'homme seront bénies avec la fécondité merveilleuse et la vigueur (Enoch, x. 17-19, "Ils vivront jusqu'à ce qu'ils aient un millier d'enfants"; Sibyllines, iii 620 et suivants, 743;... Ap syriaque de Baruch, xxix . 5; comp Papias 'description du millénaire donné comme venant directement de Jésus, dans Irénée, «Adversus Haereses», v. 33, 3-4;. Ket 111b;.. Shab 30b, "La terre ne produira des fruits chaque jour de nouveaux , les femmes portent les enfants tous les jours, et la terre donnera des miches de pain et des vêtements de soie », en référence à tous les Ps lxxii 16;.. Deut xxxii 1;.. Genèse XLIX 11;. comp Targ Yer)... . Les jours de la jeunesse de la terre seront renouvelés, les gens vont à nouveau atteint l'âge de 1000 ans (Livre des Jubilés, xxx 27;.. Comp Isa lxv 20..), La naissance des enfants seront exempts de la douleur (syriaque . Apoc Baruch, lxxiii 60 ans, après Isa xiii 8;... Philo, "De Præmiis et Pœnis," 15 et suivants);. il ne sera plus troubles et les maladies, la peste ou de la difficulté, mais la paix, la santé et la joie (Enoch, x. 16-22; Sibyllines, iii 371;... Ap syriaque de Baruch, lxxiii 1-5). Tous les maux physiques et les défauts seront guéris (Gen. R. xcv;.. [. ED Friedmann, p. 177, note] Pesiḥ 42 R.; Midr Le CXLVI 8;.... Eccl R. i. 9, après Isa xxxv 6;.... comp Matt xi 5).. Une régénération spirituelle aura également lieu, et les fils d'Israël et vos filles prophétiseront (Nom. R. xv., Après iii Joel. 1 [ii AV. 28], un passage qui contredit la déclaration de Bousset, lcp 229).

Renouvellement de l'époque de Moïse.

Le Messie sera en outre gagner les païens par l'esprit de sagesse et de justice qui repose sur lui (Sibyllines, iii 780;... Test Patr, Levi, 18 ans; Juda, 24;. Targ Yer à Genèse XLIX 12 et Isa.. . xli. 1). Il enseignera les nations les lois Noachien de l'humanité et faire tous les disciples du Seigneur des hommes (La Midr.. Xxi.). Les merveilles de l'époque de Moïse sera répétée sur une grande échelle dans le temps du Messie (Mek., Beshallaḥ, Shirah, 8, après vii Micah 15;.. Ii comp Osée 17;. Targ;. Tan, Bo. , éd. Buber, 6). Ce que Moïse, le rédempteur d'abord, ne sont typiques de ce que le Messie, le Rédempteur dernière fera (Eccl. R. i. 9). Le rachat sera dans le même mois de Nisan et dans la même nuit (Mek., Bo, 14); le pilier même de nuages ​​conduira Israël (Philo, "De Execrationibus," 8;. Targ Yer à Isa xxxv.. . 10): les mêmes fléaux seront envoyés sur les ennemis d'Israël (Tan., Wa'era, éd Buber, 15; Bo, 6, 19; Midr Wayosha; Jellinek, "BH" i. 45); le rédempteur.. se monter sur un âne (Zacharie ix 9;. comp Ex iv 20...); manne sera de nouveau envoyé du ciel (Ps. LXXII 16;.. comp Ps lxxviii 24;... Ap syriaque de Baruch, xxix . 8), et monter l'eau de dessous par le pouvoir miraculeux (iv Joel 18. [AV iii.]; comp Ps lxxviii 15 et suivants;..... Eccl R. I, 9). Comme Moïse, le Messie va disparaître pendant 90 ou 45 jours après son apparition (Pesiḥ. R. 15;. Pesiḥ v. 49b, après Osée v. 15). Le même nombre de personnes seront rachetées (Sanh. 111a) et le Cantique de Moïse est remplacé par un autre morceau (Mek., Beshallaḥ, Shirah, 1;. Xv Rev. 3). Mais, comme Moïse, le Messie va mourir (II Esd lc.); L'avis que le Messie ne goûtera pas la mort semble être d'origine plus récente, et sera discuté dans le cadre du compte (Midr. Le lxxii 17..) du Messie de la tribu de Joseph ou Ephraim (voir ci-dessous).

Les personnages cosmique du temps messianiques.

la théologie juive a toujours insisté sur le dessin d'une ligne très nette entre les jours messianiques et les derniers jours du royaume de Dieu seul. D'où la caractéristique baraita compter dix monde-dirigeants, à commencer par Dieu avant la Création, puis nommer, Nimrod, Joseph, Salomon, Achab, Nabuchodonosor, Cyrus, Alexandre le Grand, le Messie, et se terminant avec Dieu dernière comme il a été le premier (Pirḳe R. El xi;... Meg 11a est incomplète). Il ya, cependant, dans la personnalité du Messie éléments surnaturels a adopté des Soshians perse («Sauveur») qui a prêté à l'âge messianique ensemble un caractère spécifiquement cosmique. Un rejeton de Zoroastre, né miraculeusement par une vierge d'une graine cachée dans un lac pendant des milliers d'années, Soshians est, avec un certain nombre de collaborateurs, six, ou sept, ou trente ans, pour mettre sur la résurrection, tuez-Angro mainyush et ses hordes de démons, juger les morts augmenté, donnant à chacun sa juste récompense, et enfin de renouveler le monde entier (Bundahis, xxx;. Windischmann, "Zoroastrische Studien», 1863, p. 231 et suiv;. Böcklen, "Die Verwandtschaft mit der Jüdischchristlichen Parsischen der Eschatologie », 1902, p. 91 et suiv.). De même, le Messie est un être existant dès avant la création (Genèse R. i.;. Pesiḥ R. 33; Pirḳe R. El iii;..... Pes 54a, sur la base Ps lxxii 17), et caché pour lxii des milliers d'années (Enoch, xlvi 2 et suivants, xlviii 6, 7;.... II Esd xii 32, xiii, 26;... Ap syriaque de Baruch, xxix;. Midr Le xxi;... à Targ. iv Micah. 8). Il vient «d'une graine étrange" (: Gen xxiii R., en référence à la Genèse IV 25; Gen. R. li, en référence à la Genèse xix 34; Gen. R. lxxxv; Tan..... ., Wayesheb, éd Buber, 13, en référence à la Genèse xxxviii 29; comp Matt i. 3), ou du Nord (qui peut aussi signifier «dissimulation»:.... ix Lev R.; Num.. . xiii R., après Isa xli 25;... vii comp John 27)...

compagnons immortels du Messie réapparaissent avec lui (II Esd xiii 52, xiv 9;.... comp vi 26.). Derek Ereẓ Zuṭa i. fait état de neuf immortels (voir Kohler, dans "JQR" v. 407-419, et une maquette de la transposition [caché] les justes dans la tradition Mandäan;. Brand, «Die Mandäische Religion», 1889, p. 38). Ils sont probablement identiques avec "les justes qui ressuscite les morts dans les temps messianiques" (Pes. 68a). Éminents parmi les compagnons du Messie sont: (1) Élie, le prophète (voir Elie dans la littérature rabbinique), qui est attendu comme prêtre pour oindre le Messie (Justin, «Dialogus cum Tryphone», viii, xlix; comp... Targ à Ex xl 10;... John i. 21);... pour provoquer la repentance d'Israël (R. El Pirḳe. xliii) et de la Réunion (Targ. Yer à Deut xxx 4;.. Sibyllines, v. 187 et suiv .), et enfin la résurrection des morts (Yer. Shab i. 5-3c;.. iii Shek 47c;... Agadat Shir ha-Shirim, éd Schechter, à Cant vii 14);. il apportera également à rallumer les vaisseaux cachés de Moïse temps (Mek., Beshauah, Wayassa ', 5; Ap syriaque de Baruch, vi 8; maquette, cependant, xviii Num R.:..... "le Messie divulguer ces"); (2) Moïse, qui réapparaît avec Élie (iii Deut. R.;..... Targ Yer à Ex xii 42;... comp Ex xviii R. et Luc ix 30.), (3) Jérémie (II xvi Matt 14);;. Macc xv 14... (4) Isaïe (II Esd ii 18);.. (5) Baruch (Ap syriaque de Baruch, vi 8, xiii 3, xxv 1, xlvi..... 2); (6) Ezra (II Esd xiv 9);.. (7) Enoch (Enoch, xc 31;. Evangelium Nicodème, xxv), et d'autres (Luc ix 8;.. comp également Septante de Job, à la fin. ). Les «quatre forgerons" dans la vision de Zacharie. ii. 3 (i. 20, RV) ont été visés par les rabbins aux quatre chefs, ou des associés, des temps messianiques; Élie et le Messie, Melchisédech et la "Oint de la Guerre" (Messie ben Joseph: Pesiḥ v. 51a. ; comp Suk 55b)... Les "sept bergers et les huit princes» (Michée v. 4 [AV 5]) sont considérés comme: Adam, Seth, Mathusalem (Enoch a été rayé de la liste des saints à l'époque post-chrétienne), Abraham, Jacob, et Moïse, avec David au milieu, formant l'ensemble des «bergers»; (?) Jesse, Saül, Samuel, Amos, Ezéchias, Sédécias, Elie, et le Messie, formant l'ensemble des «princes» (Suk (?) . 52b). Ceux-ci, au nombre de quinze, correspondent aux quinze hommes et des femmes dans la société de l'Soshians Persique. Les coptes Elias Apocalypse (xxxvii., traduit par Steindorf), parle de soixante compagnons du Messie (voir Bousset, lcp 221).

Le Messie de la tribu de Joseph.

L'origine et le caractère du Messie de la tribu de Joseph, ou Ephraim, sont assez obscures. Il semble que le caractère supposé surhumaine du Messie semble être en conflit avec la tradition qui a parlé de sa mort, et donc la figure d'un Messie qui viendrait de la tribu de Joseph, ou Ephraim, au lieu de de Juda, et qui volontiers subir la souffrance de sa nation et à l'automne en tant que victime dans le Gog et Magog guerre, a été créée par le haggadists (voir Pesik R. 37;. comp 34..). Pour lui a été déféré le passage, «Ils regarderont vers lui qu'ils ont transpercé et pleurer pour lui" (Zacharie xii 10, Hebr;... Suk 52a), ainsi que le chapitre cinquante-troisième d'Isaïe (voir Justin , "Dialogus cum Tryphone," lxviii et xc;.. comp Sanh 98b,.. "le nom du Messie est« Le Lépreux '[' ḥiwwara;. comp Isa liii 4..]; le passage cité dans Martini, "Pugio Fidei », p. 417, cité par Gfrörer [lc 267] et d'autres, est à peine réelle; voir Eppstein," Bereshit Rabbati, ". 1888, p. 26) Le plus haggadah a également évoqué« le bœuf sauvage »qui, avec ses cornes permettront de «repousser les personnes aux extrémités de la terre» pour le Messie Ephraimite (Deut. xxxiii 17, Hebr..) (Gen. R. lxxv;... comp Num xiv R..) Le Messie de la tribu de. Ephraim tombe dans la bataille avec Gog et Magog, alors que le Messie de la maison de David tue le chef surhumaine hostile (Angro-mainyush) avec le souffle de sa bouche, puis il est universellement reconnu comme roi (Suk. 52a;. comp Targ . Yer à Ex xl 9, 11;... Targ à Isa xi 4, Cant iv 5;..... Sefer Zorobabel, dans Jellinek, "BH" ii 56, où il est introduit avec le nom de Néhémie b. . Ḥushiel; comp lc 60 et suivants, iii 80 et suivants).....

«Grande sera la souffrance du Messie de la tribu d'Ephraïm doit subir pendant sept ans à la main des nations, qui était couché des poutres en fer sur lui pour l'écraser de sorte que ses cris atteindre le ciel, mais il se soumet volontairement pour des raisons de son peuple, non seulement ceux qui vivent, mais aussi les morts, pour tous ceux qui sont morts depuis Adam, et Dieu place les quatre bêtes du trône-char céleste à sa disposition pour réaliser la grande œuvre de la résurrection et la régénération contre tous les célestes antagonistes "(Pesiḥ. R. 36). Les Patriarches se lèvent de leurs tombes en Nisan et rendre hommage à sa grandeur que les souffrances du Messie, et où les nations (104 royaumes) l'a mis dans les fers dans la prison-maison et faire du sport de lui, comme il est décrit dans le Ps. xxii. 8-16, Dieu lui adresse par les mots «Ephraïm, mon cher fils, enfant de mon confort, j'ai une grande compassion de toi" (Jér. xxxi. 20, Hebr.), Lui assurant que "le souffle de sa la bouche, il fera mourir le méchant »(Ésaïe xi 4.), et Il l'entourent avec un auvent septuple de pierres précieuses, place ruisseaux de vin, le miel, le lait et le baume à ses pieds, fans lui avec tous les parfumée brises du paradis, et puis dire les saints que j'admire et pitié de lui qu'il n'a pas traversé la moitié de la souffrance qui lui sont imposées depuis le début du monde (Pesiḥ. R. 37). Le haggadists, cependant, n'a pas toujours clairement la distinction entre le Messie Ephraimite, qui tombe d'une victime, et le fils de David, qui est glorifié comme vainqueur et reçoit les hommages des nations (Midr. Le xviii.. 5, où l'ex- est conçu comme étant le lxxxix une "insulte", selon Ps 51 [AV 52];.... comp Targ Yer à Num xi 26, et Midr Le lxxxvii 6, où les deux messies sont mentionnés ensemble...... ). Selon Tan. Yelamdenu, Shofeṭim (fin), les nations d'abord mettre hommages au Messie, puis, rebelles se sont emparées d'un esprit de confusion («tezazit ruaḥ"), ils vont faire la guerre contre lui, mais il va les brûler avec le souffle de sa bouche et il n'y a que Israël restera (qui est, sur le champ de bataille:... ce n'est pas bien comprise par Weber, lc; comp xiii II Esd 9).

Dans la littérature apocalyptique tard le Messie Ephraimite est introduit par le nom de Ḥushiel ben Néhémie, et le Messie comme victorieux Ammi Ben Menahem 'El («Consolateur, fils du peuple de Dieu": Jellinek, "BH" ii 56, 60. et al.). Il semble que le eschatologists voulaient faire la distinction entre le pouvoir païens quatrième personnifiée en Edom (Rome) le méchant, sur lequel le Messie Ephraimite seul est destiné à transporter la victoire (Pesiḥ. R. 12; Gen. R. lxxiii;. BB ​​123b ), et le Gog Magog et de l'armée, sur laquelle le fils de David a été le triomphe tandis que le fils d'Ephraïm a diminué (voir Otot ha-Mashiaḥ, Jellinek, lc). Alors que la chute du royaume méchants (Rome) a été pris comme le début de la montée du royaume de Dieu (Pesiḥ. v. 51a), la croyance est que, entre la chute de l'empire d'Edom = Rome et la défaite de Gog et Magog de l'armée il y aurait un intervalle de temps (voir Pesiḥ xxii 148a;.. comp Pesiḥ R. 37 [éd Friedmann, 163b, note.]..).

Selon R. Eliezer de Modin (Mek., Beshallaḥ, Wayassa ', 4 [. ED Weiss, p. 58b, note]), le Messie est tout simplement de rétablir le règne de la dynastie davidique («malkut pari Dawid"; comp ... Maïmonide, Commentaire de l'Sanh xi: «Le Messie, fils de David, va mourir, et son fils et petit-fils va le suivre", d'autre part, ben Baḥya Joseph dans son commentaire de Genèse 11 dit xi. : «Le Messie ne vais pas mourir"); aussi «le sacerdoce lévitique Aaronitic et le service."

La Nouvelle Jérusalem.

Les écrivains apocalyptiques et de nombreux rabbins qui ont une vision moins sobre de l'avenir messianique s'attendait à une nouvelle Jérusalem, construit de saphir, d'or et pierres précieuses, avec des portes, des murs et des tours de taille et de la splendeur merveilleuse (Tobit xiii. 15, xiv. 4; xxi Rev 9-21;. Sibyllines, iii 657 et suivants, v. 250 et suivants, 420 et suivants;.... 75a BB; Pes 50a;.. Pesiḥ xx 143;. Pesiḥ R. 32. Le Midr lxxxvii;.... en conformité avec Isa liv 11 et suivants, lx 10;.... Hag II 7;. Zech ii 8)... Le "nouveau" ou "supérieure à Jérusalem" (; Ta'an 5a; Ḥag 12b;.. Test Patr, Dan 5;.. Xxi Rev 2, 10;. Gal iv 26;.. Xii He 22..) Voir dans les visions d'Adam, Abraham et Moïse (Ap syriaque de Baruch, iv 2-6..) vii sera dans les jours du Messie apparaîtra dans toute sa splendeur (II Esd 26, x. 50 et suivants;... Ap syriaque . Baruch, xxxii 4);. il sera élevé sur le sommet de toutes les montagnes de la terre empilés les uns sur les autres xxi (Pesiḥ. 144b, après Isa ii 2)....

Cette attente du cours comprend un "temple céleste», «ma'alah shel Mikdash" (Enoch, xc 29 et suivants;.. Comp Ḥag lc;.. Pes 54, après Jer xvii 12...). La vue est plus sobre que le Messie va remplacer le temple pollué par un pur et saint (Enoch, liii 6, xc 28, xci 13;... Sibyllines, iii 77b;. Psaumes de Salomon xvii 30;. Comp Lev. . ix R.:. "venant du Nord, le Messie sera érigé le temple dans le Sud»). Les vases sacrés du tabernacle de l'époque de Moïse, caché depuis, on s'attend à réapparaître (II Macc ii 4-8;... Ap syriaque de Baruch, vi 7-10;. Tosef, Soṭah, xiii 1;.. Apocryphe Masseket Kelim; Yoma 52b; Tan, Wayeḥi, éd Buber, 3;... comp Josephus, «Ant». xviii 4, § 1).. Il n'y aura pas de péché, pas plus, car «le Seigneur va secouer la terre d'Israël il andcleanse de toute impureté» (R. El Pirḳe.. Xxxiv. 21, après xxxviii emploi. 13). Les temps messianiques sera sans fondement [«zekut"] et sans culpabilité ["Hobah"] (Shab. 151b). Pourtant, «seulement ceux sélectionnés seront autorisés à monter à la nouvelle Jérusalem» (BB 75b).

A. la nouvelle loi.

Alors que les écoles de Babylone a pris pour acquis que la loi mosaïque, et en particulier le sacrifice des lois et sacerdotale, sera pleinement respectée dans les temps messianiques (Yoma 5b et al.), Le point de vue que la nouvelle loi de Dieu sera proclamée par le Le Messie est parfois exprimé (Eccl. R. ii 1; Lev R. xiii, selon Jer xxxi 32.....) - «les trente commandements" qui comprennent le droit de l'humanité (Gen. R. xcviii.). «Vous recevrez une nouvelle loi de l'élection de l'un des justes" (Targ. à Isa. Xii. 3). Le Saint exposera la nouvelle loi doit être donnée par le Messie (ii Yalḳ. 296, à Isa xxvi...); Selon Pes. xii. 107a, il ne insuffler de nouvelles idées ("debarim ḥiddush"), ou le Messie prendre sur lui le royaume de la loi et faire de nombreux adeptes zélés de celle-ci (Targ. à Isa ix 5 et suivants, et IIII 11.... -12). "Il y aura une nouvelle alliance, qui ne doit pas être brisé» (Sifra, Beḥuḳḳotai, ii., Après Jer. Xxxi. 32). ..... Les lois alimentaires et de la pureté ne sera plus en vigueur (Lévitique R. xxii; Midr Le CXLVII, éd Buber, note; R. Joseph dit: «Toutes les lois cérémonielles sera abrogée à l'avenir" Nid [ . 61b], ce qui, cependant, se réfère au temps de la résurrection).

Résurrection fait partie de l'espérance messianique (Ésaïe xxiv 19;. Dan xii 2..). Martyrs de la loi ont été spécialement invités à partager la gloire future d'Israël (II Macc vii 6, 9, 23;... Livre des Jubilés, xxiii 30), le terme d'avoir une part dans la vie future étant "d'hériter la terre »(Ḳid. i. 10). La résurrection fut estime donc avoir lieu uniquement dans la Terre Sainte (Pesiḥ. R. 1;. "La terre des vivants» dans Ps cxvi 9 signifie «la terre où les morts vivent à nouveau".). Jérusalem est la seule ville dont la mort sera s'épanouir comme l'herbe, pour ceux qui sont enterrés ailleurs seront obligés de se glisser à travers les trous dans le sol pour la Terre Sainte (Ket. 3b;. Pesiḥ lc R.). De ce point de vue de la Résurrection est accordée seulement à Israël (Genèse R. xiii.). (Xxvii. Ésaïe 13) La grande trompette soufflé à rassembler les tribus d'Israël sera également réveiller les morts (Ber. 15b;. Targ Yer à Ex xx 15;... II Esd iv 23 et suivants;... I Cor . xv 52;. I Thess iv 16)...

Résurrection fait partie de l'espérance messianique (Ésaïe xxiv 19;. Dan xii 2..). Martyrs de la loi ont été spécialement invités à partager la gloire future d'Israël (II Macc vii 6, 9, 23;... Livre des Jubilés, xxiii 30), le terme d'avoir une part dans la vie future étant "d'hériter la terre »(Ḳid. i. 10). La résurrection fut estime donc avoir lieu uniquement dans la Terre Sainte (Pesiḥ. R. 1;. "La terre des vivants» dans Ps cxvi 9 signifie «la terre où les morts vivent à nouveau".). Jérusalem est la seule ville dont la mort sera s'épanouir comme l'herbe, pour ceux qui sont enterrés ailleurs seront obligés de se glisser à travers les trous dans le sol pour la Terre Sainte (Ket. 3b;. Pesiḥ lc R.). De ce point de vue de la Résurrection est accordée seulement à Israël (Genèse R. xiii.). (Xxvii. Ésaïe 13) La grande trompette soufflé à rassembler les tribus d'Israël sera également réveiller les morts (Ber. 15b;. Targ Yer à Ex xx 15;... II Esd iv 23 et suivants;... I Cor . xv 52;. I Thess iv 16)...

Le Jugement dernier précède la résurrection. Jugé par le Messie, les nations avec leurs anges gardiens et les étoiles sera jeté dans la géhenne. Selon Rabbi Eleazar de Modi'im, en réponse aux protestations des princes de la soixante-douze nations, Dieu dira: «Que chaque nation passer par le feu avec ses divinité gardienne, quand Israël seul sera sauvé ( Cant. R. ii. 1). Cela a donné naissance à l'idée adoptée par le christianisme, que le Messie serait passer par Hadès (Test. Patr, Benjamin, 9;. Yalḳ, Isa 359;.. Voir Eppstein, "Bereshit Rabbati», 1888, p. 31). La fin de l'arrêt de la païenne est l'établissement du royaume de Dieu (Mek., Beshallaḥ, «Amalek). Le Messie sera jeté dans la géhenne de Satan, et la mort et la douleur fuir à jamais (Pesiḥ. R. 36; voir aussi l'Antéchrist; Armilus; Bélial).

Plus tard, la croyance en une résurrection universelle est devenue générale. «Tous les hommes comme ils naissent et meurent sont à augmenter à nouveau», explique KAPPAR ben Eliezer (Abotiv.). La résurrection aura lieu à la fin de l'ère messianique (Enoch, XCVIII. 10). La mort touchera le Messie après le règne de ses quatre cents ans, et toute l'humanité et le monde sombrer dans le silence vierge pendant sept jours, après quoi la terre renouvelée donnera suite à ses morts et Dieu jugera le monde et affecter les méchants à la fosse de l'enfer et les justes au paradis, qui est sur le côté opposé (II Esd. vii. 26-36). Tous les méchants rencontrer châtiment éternel. Il a été un sujet de litige entre les Eliezer Shammaite R. et R. Joshua Hillelite si les justes parmi les nations ont une part dans le monde à venir ou non (Tosef., Sanh. Xiii. 2), le différend articulation sur le verset "les méchants sont de retour au séjour des morts, et toutes les nations qui oublient Dieu» (Ps. ix. 18 [AV 17], Hebr.). La doctrine «Tous les Israélites ont une part dans le monde à venir" (Sanh. xi. 1) est basée sur Isa. Ix. 21: «Ton peuple, tous les justes, doit hériter de la terre" (Hebr.). À première résurrection a été considérée comme une aubaine miraculeuse accordée que pour les justes (Patr Test., Siméon, 6;. Luc, XIV 14.), Mais après, il était considéré comme d'application universelle et connecté avec le Jugement Dernier (slave Enoch, lxvi 5;. comp deuxième bénédiction de "Esreh Shemoneh" l').. Que le processus de la formation du corps à la résurrection est la même que celle à la naissance est un sujet de litige entre les Hillelites et Shammaites (Gen. R. xiv;... Lev R. xiv). Pour l'état de l'âme lors de la mort du corps voir Immortalité et Soul.

Régénération du Monde.

En raison de l'évolution progressive des conceptions eschatologiques, les rabbins ont utilisé les termes, "'olam ha-ba" (le monde à venir), "le-'atid la-bo" (dans le temps à venir), et "ha-yemot Mashiaḥ "(les jours messianique) ou pêle-mêle souvent sans distinction claire (voir Geiger,« Lesestücke aus der Mischnah,.. "p. 41; idem," Jud Zeit "iii 159, iv 124..). Ainsi, par exemple, la question est discutée de savoir si il y aura de mort pour les païens "dans les prochains temps" ou non (Gen. R. xxvi.). R. Eléazar de Modi'im, du deuxième siècle (Mek., Beshallaḥ, Wayassa ", éd. Weiss, p. 59, note) établit une distinction entre les temps messianiques (« malkut pari Dawid "), le" 'olam ha- ba "(le monde futur), qui est celle de l'âme, et le temps de la Résurrection, qu'il appelle« Hadash olam "(le nouveau monde, ou du monde de la régénération). Ce terme, utilisé également dans le "Kaddish" prière "Le-Ḥadata" Alma "(Le Renouveau du monde), se trouve dans Matt. xix. 28 sous le nom grec παλινγένεσις: «Dans la régénération, quand le Fils de l'homme est assis sur le trône de sa gloire» et juger le monde en commun avec les douze Apôtres (pour les derniers mots voir les douze juges pour les douze tribus d'Israël dans le Testament d'Abraham, A. 13, et de comparer les soixante-dix anciens autour de la place de Dieu dans le ciel de Lev. xi R..)

En ce qui concerne cette régénération du monde El Pirḳe R.. i. dit, en référence à Isa. xxxiv. 4, li. 6, lxv. 17; vi Osée. 2: «Le ciel et la terre, ainsi que d'Israël, doit être renouvelé, le premier doit être replié comme un livre ou un vêtement, puis dépliée, et Israël, après avoir goûté la mort, ressuscitera le troisième jour." "Toute la beauté du monde qui a disparu en raison du péché d'Adam, sera restaurée dans le temps du Messie, le descendant de Perez [xii Gen. R..]-La fertilité de la terre, la taille merveilleuse de l'homme [Sifra , Beḥuḳḳotai, 1-2], la splendeur du soleil et la lune "(. xxx Ésaïe 26; Targ à Sam II xxiii 4;... comp Apoc Mosis, 36..). Dix choses doit être renouvelé (selon Ex xv R.; comp Tan, Wayiggash, éd Buber, 9.....): Le soleil et la lune est à retrouver leur splendeur, l'ex-iii doté de pouvoirs de guérison (Mal. 20. [iv AV 2.]), les fontaines de Jérusalem débit, et les arbres poussent (xlvii Ézéchiel 12);. villes désolées comme Sodome est renaître de leurs ruines (xvi Ézéchiel 55);. Jérusalem, reconstruit des pierres précieuses , doit briller comme le soleil (liv Ésaïe 11 et suiv..); règne la paix sont parmi les bêtes (Ésaïe xi 7.), et entre eux et Israël (Osée ii 20 [AV 18].); les pleurs et la mort cessent (Ésaïe 1xv 19, xxv 8-10..); seule joie régnera (xxxv Ésaïe 10.), le "yeẓer ha-ra" (mauvais désirs) est tué par Dieu (Suk. 52a) . Cette régénération du monde est d'être provoquée par un monde-incendie ("esh shel mabbul" = "un plancher de feu" = ἐκπύρωσις: Sibyllines, iii 542, 689; iv 174; ii 296; Hippolyte, "... Hæresium Omnium Refutatio, «ix. 30). Ce point de vue, empruntés à des stoïciens, est basée sur Isa. xxxiv. 4 (comp. Bousset, «Der Antichrist», p. 159). Dans ce monde-conflagration Belial lui-même sera consommée (Sibyllines, iii 73;. Comparer les brûlant du serpent primitif Gohithar dans Bundahis, xxx 31.). Ainsi, le feu de la Géhenne qui consume les mauvais anges et les étoiles (Enoch, xc. 24 et suiv., Et al.) A été transformé en une force cosmique qui porte sur le renouvellement du monde.

Le Jugement dernier.

Le royaume messianique, être au meilleur de la splendeur terrestre simple, ne pouvait constituer la fin, et donc le jugement du Grand a été mis à sa proximité et après la Résurrection. Ceux qui n'accepteraient pas la croyance en la résurrection des corps probablement habité avec davantage l'accent sur le jugement des âmes après la mort (voir Abraham, du Testament; Philon; Sadducéens, Sagesse, livre de). l'eschatologie juive combinée avec la résurrection du Jugement dernier: «Dieu appelle l'âme du ciel et les couples à nouveau sur la terre avec le corps pour amener l'homme à l'arrêt" (Sanh. 91b, après Ps l. 4.). Dans la dixième semaine, qui est le septième millénaire, dans la septième partie, qui est, après le règne messianique, il y aura le grand jugement éternel, qui sera suivie par un ciel nouveau avec les puissances célestes dans la splendeur sept (Enoch, xci 15;. comp lxxxiv 4, xciv 9, xcviii 10, civ 5)...... ciii «le jour du Jugement Grande" anges et les hommes seront jugés, et le livre ouvert dans lequel les actions des hommes sont enregistrées (lxxxi. 4, lxxxix. 70 et suiv., xc. 20,. 3 et suivants ., civ 1, cviii 3) pour la vie ou la mort;.. livres dans lesquels tous les péchés sont écrites, et les trésors de la justice pour les justes, sera ouvert ce jour-là (Ap syriaque de Baruch, xxiv 1).. . "Toutes les pensées secrètes des hommes sera ensuite mis en lumière." "Peu de temps-la souffrance et la miséricorde, mais la justice rigide, prévaudra dans ce Jugement dernier"; géhenne et le Paradis apparaît en face de l'autre pour l'un ou l'autre d'entrer (II Esd vii 33 et suiv...).

Cette fin viendra »par nul autre que Dieu seul» (ib. vi. 6). "On ne fera plus de temps accordé pour le repentir, ou pour la prière et l'intercession des saints et des prophètes, mais un seul sera rendre une décision selon sa seule loi, que ce soit pour la vie ou pour la destruction éternelle" (Ap syriaque. Baruch, lxxxv 9. -12). Les justes seront consignées dans le Livre de Vie (Livre des Jubilés, xxx 22, xxxvi 10;... Ii Abot 1; "Pasteur d'Hermas," i. 32; Luc, X, 20;. Iii Rev 5, xiii. 8, xx. 15). Les bonnes actions et les péchés seront pesés les uns contre les autres dans la balance de la justice (Pesiḥ. R. 20;. Ḳid 40b). Selon le Testament d'Abraham (. A. xiii), il ya deux anges, un de chaque côté: on écrit par le fond, l'autre les inconvénients, tout en Dokiel, l'archange, pèse les deux sortes les uns contre les autres dans un équilibre , et un autre, Pyroel ("ange de feu"), essaie les œuvres des hommes par le feu, qu'ils soient consommés ou non, puis les âmes ne sont tout simplement effectué parmi les sauvés; ceux injuste, parmi ceux qui répondront à leurs peines . Ceux dont les mérites et les inconvénients sont égaux restent dans un état moyen, et l'intercession des hommes comme Abraham méritoires les enregistre et les met en paradis (Testament d'Abraham, A. xiv.). Selon la doctrine sévère de la Shammaites, ces âmes doivent subir un processus de purification par le feu; ". Ils entrent dans la Géhenne, se balancer à nouveau, et sont guéris" Ce point de vue, sur la base Zech. xiii. Neuf, semble être à quelque chose comme le purgatoire chrétienne. Selon le Hillelites, «Celui qui est abondante dans les plans inclinés miséricorde l'échelle de la justice vers la miséricorde», une vue qui montre (contre Gunkel, "Der prophète Ezra," 1900, p. 15) que le judaïsme croit en la miséricorde divine indépendamment de la Pauline foi (Tosef., Sanh. xiii. 3). Comme enregistreur des actes des hommes dans les livres célestes », Enoch, le scribe de la justice», est mentionné dans le Testament d'Abraham, xi;. Lev. R. xiv. a Élie et le Messie que les enregistreurs céleste, une survivance de l'eschatologie juive nationale.

Géhenne.

Il n'existe aucune base biblique pour la croyance dans la rétribution de l'âme après la mort, ce qui a été fourni par les Babyloniens et Perses, et a reçu une coloration juive du mot "Géhenne" (la vallée de Hinnom), fait détestable par les feux de la Moloch sacrifices de Manassé (II Rois xxiii. 10). Selon 'Er. 19a, la fumée des feux souterrains est venu à travers la terre à cet endroit; "il ya jeté les esprits des pécheurs et des blasphémateurs et de ceux qui travaillent la méchanceté et corrompent les paroles des prophètes" (Enoch, cviii 6.). Géhenne a un double objectif, d'anéantissement (Enoch, xciv. 1 et suiv.) Et la douleur éternelle (II Esd. Vii. 36 et suiv.). Géhenne a sept noms:. "Shéol", "Abbadon", "Pit de la corruption», «Horrible Pit", "Mire de Clay", "Shadow of Death» et «Pays des pièces de la Terre» (ii Jonas 3; . Ps lxxxviii 12 [AV 11], xvi 10, XL 3 [AV 2], cvii 14;.... Ez xxvi 20)... Il est aussi appelé «Tophet» (Ésaïe xxx. 33). Il dispose de sept départements, l'un sous l'autre (Soṭah 10b). Il existe sept types de douleurs (II Esd. Vii. 81 et suiv.). Selon la tradition rabbinique, les voleurs sont condamnées à remplir un réservoir incomblable; l'évier impure dans un bourbier; thosethat péché avec la langue sont suspendus ainsi, certains sont suspendus par les pieds, les cheveux, ou des paupières, d'autres mangent du sable chaud et de charbons, d'autres sont dévorés par les vers, ou placés en alternance dans la neige et le feu. Le sabbat, elles se sont répit (voir Douma). Ces conceptions, attribuée principalement à Joshua ben Levi, ont leur parallèle dans la littérature apocalyptique affectés par l'Eglise chrétienne (voir la Géhenne). Le châtiment des méchants dure douze mois, selon R. Akiba, la génération du déluge dans le temps sera libérée (Gen. R. xxviii.), Mais la punition de ceux qui ont mené d'autres dans l'hérésie ou infidèles contre les loi ne cessera jamais (Tosef., Sanh. xiii. 5).

Gan Eden.

Le Jardin d'Eden est appelé le "Jardin de la Vertu" (Enoch, xxxii. 3), de ne plus être un paradis terrestre (ib. lx. 8, lxi. 12, lxx. 3). Il est au-dessus de la terre, et ses habitants sont "habillés avec des vêtements de la vie éternelle et la lumière, et manger de l'arbre de vie" (ib. lviii. 3) en compagnie du Seigneur et contre son Oint. En slave Enoch sa place est dans le troisième ciel; ses quatre cours d'eau versez le miel et le lait, l'huile et du vin (comparer Sibyllines, ii 318.). Il est préparé pour les "justes qui souffrent innocemment, qui ne oeuvres de bienfaisance et de marcher sans reproche devant Dieu." Il a été créé depuis le début du monde, et apparaît soudain au Jour du Jugement dans toute sa gloire (II Esd vi;.. Comp Pes 54a..). Le habitent juste dans ces hauteurs où ils jouissent de la vue de la céleste "ḥayyot" qui portent le trône de Dieu (Ap syriaque. Baruch, li. 11). Comme les méchants ont une douleur sept fois les justes ont une joie sept (II Esd. Vii. 88 et suiv.). Il ya sept divisions pour les justes, qui brillent comme le soleil (v. 31 juges;... Comp Matt xiii 43), la lune (. Lxxxix Ps. 37), le firmament (xii. Dan. 3), des éclairs, torches (ii Nahum. 5 [4 AV]), et de lys (Ps. xlv. 1, Hebr.). Chacune de ces divisions est placé différemment devant la face de Dieu. Chacun des justes auront une maison de maître, et Dieu va marcher avec eux et les amener dans une danse (Yer. Meg. Ii. 73b). Voir Eden, jardin d'.

Le Banquet.

Selon Ascensio Isaiæ, viii. 26, ix. 18, xi. 40, les justes, à l'arrivée du Messie recevoir dans les vêtements septième ciel de la lumière ainsi que les couronnes et des trônes. Aucun petit rôle dans le bonheur futur est joué par la consommation du pain céleste ou la manne (Sibyllines, Proœmium, 87;. Ḥag 12b;. Tan, Beshallaḥ, éd Buber, p. 21;. Comp "la nourriture mystérieuse,". II Esd. ix. 19), le lait et le miel ambroisie (Sibyllines, ii. 318, iii. 746), et, selon R. Josué b. Levi, «le vin préparé à partir du commencement du monde» (Ber. 34b;.. Comp Matt xxvi 29.). Le nom même de la plus haute béatitude de l'avenir est "le banquet", qui est le même comme «assis à la table du Messie" (Apoc 9 (Abot iii 16.);. Luc xiii 28-29,. xxii. 30, et al.). Il est appelé dans la littérature rabbinique "ha-liwyatan se'uddat» (le banquet du Léviathan), c'est-à-dire, conformément à xl emploi. 30 (xli AV. 6) "ceux qui sont ha-barim, ou pieux, tiennent leurs repas sur lui" (voir Léviathan). Il semble que le bœuf Persique, "hadhayos», dont la moelle confère l'immortalité à celui qui mange (Bundahis, xxx. 25), a donné naissance à l'idée de le monstre Léviathan et de la semoule qui est demeuré dans Enoch, lx. 7 et suivants;. Ap syriaque. Baruch, xxix. 4; Esd II. vi. 52; Targ. Yer. à Num. xi. 26, Ps. civ. 26; 74b BB; Tan, Beshallaḥ, à la fin..

Mais alors que ce point de vue eudémoniste est le populaire, basée sur Isa. lxv. 13 et Ps. xxiii. 5 (. Nom. R. xxi), il est également le point de vue plus élevé et plus spirituel enseigné par Rab: "Dans le monde à venir il n'y a ni manger, de boire, ni la procréation, ni troc, ni l'envie, ni haine, ni guerre, mais le juste s'asseoir avec leurs couronnes sur la tête et profiter de la splendeur de la Shekinah, car il est dit: «Et ils ont vu Dieu et ils mangèrent et burent; qui est, de leur viande car Dieu était et boire à eux» (Ber. 17a). Plus caractéristique encore l'avis de Rab palestinienne contemporaine Johanan R.: Tout le bonheur pour l'avenir promis par les prophètes se réfère uniquement à l'époque messianique, alors en ce qui concerne ce qui est en magasin pour les justes dans le monde à venir, il est a déclaré: «Aucun œil n'a vu à côté de toi, ô Dieu» (Ésaïe lxiv 3 [AV 4]; Ber 34b; maquette, cependant, Ex xlv R., à la fin, selon laquelle Dieu a montré à..... Moïse tous les trésors en réserve pour les faiseurs d'œuvres de bienfaisance). Le Nouveau Testament phrase, «Beaucoup seront les derniers [il] qui sont d'abord [ici], et le premier [il] qui sont les derniers [ici]" (Matth. xix. 30, grec), trouve son explication dans le mot d'un fils de R. Josué b. Levi: «Un ordre contraire de ce que j'ai vu dans le monde au-delà: le haut de la station y sont faibles, les humbles sont placés en haut» (Ber. 50a).

Ce n'est que dans les cercles ésotériques Esséniens où la littérature apocalyptique émanait ont tenté toutes les descriptions minutieuses de paradis qui ont trouvé leur chemin dans le Midrash Konen, Éden, le Gan Ma'aseh, et midrashim similaires de l'époque geonic donnée à Jellinek "BH" ii . 28, 52 et suivants;. Iii. 131, 191 et suivants;. Mais ces descriptions peuvent être tracées par retour des premiers chrétiens aux sources juives (voir "JQR" vii 595.). Mystiques comme Naḥmanides dans son "Sha'ar ha-Gemul" adopté ces vues; Maïmonide et de son école les a rejetés. L'ensemble du système eschatologique de la rétribution par le biais paradis et l'enfer dans le judaïsme n'a jamais assumé le caractère d'une croyance dogmatique, et le judaïsme talmudique hardiment transféré la scène du jugement céleste de l'au-delà de la Journée annuelle du jugement au début de l'année (RH 16b ; voir Nouvel-An). Pour l'eschatologie samaritaine voir Samaritains. Le compte ci-dessus ne porte que sur les premiers stades de l'opinion juive eschatologique, grosso modo, jusqu'à la fin de la période talmudique. Pour le développement ultérieur et de vues d'aujourd'hui voir l'immortalité; Jugement, Jour de la, pour le Messie; Résurrection.

Kaufmann Kohler
Jewish Encyclopedia, publiés entre 1901-1906.

Bibliographie:
Schurer, Gesch. 3e éd., Ii. 496-556, où une vaste littérature est donné; Bousset, Die Religion des Judenthums im Neutestamentlichen Zeitalter, p. 199-273, 473-483, Berlin, 1903; Charles, Une histoire critique de la Doctrine de la future vie en Israël, dans le judaïsme et au christianisme, Londres, 1899; Böcklen E., Die der Verwandtschaft Judisch-Christlichen mit der Parsischen Eschatologie, Göttingen, 1902; Hastings, Dict. Bible; noir et Cheyne, Encycl. Bibl;. Hamburger, sv RBT Auferstehung, der Wiederbelebung Todten, Messianische Zeit, Paradies Zukunftsmahl; Weber, System der Altsynagogalen Palestinischen Theologie, p. 322-386, Leipzig, 1880 (à consulter avec prudence); Drummond, le Messie juif, Londres , 1877; P. Volz, Jüdische Eschatologie von Daniel bis Akiba, Leipzig, 1903.K.


Aussi, voir:
La seconde venue du Christ
Dispensation, Dispensationalisme
Vues du Millénaire
Jugement dernier
Rapture, Tribulation
Tribulation, de la Grande Tribulation


Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'