Jéhovahse

Informations générales

Jéhovah est un autre nom donné à Dieu ou Yahvé.

Beaucoup de savants religieux pensent que le mot Jéhovah a été créé à l'origine dans les temps anciens à partir d'une combinaison de YHWH (le nom original de Dieu) et les voyelles d'Adonaï (une variante de référence ancienne à Dieu comme "le père"). Cette "Yahowahi" serait apparemment prononcé comme le nom moderne de Jéhovah. S'il vous plaît voir notre entrée sur le noms de Dieu .

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail

Jéhovah

Advanced Information

Jéhovah est le nom spécial et significatif (pas seulement un titre appellatif comme Lord), par lequel Dieu s'est révélé à l'ancien Hébreux (Exode 6:2, 3). Ce nom, le Tétragramme des Grecs, a eu lieu plus tard par les Juifs d'être si sacré qu'il n'a jamais été prononcé, sauf par le grand prêtre sur le grand Jour de l'Expiation, quand il entra dans le lieu très saint. Chaque fois que ce nom a eu lieu dans les livres sacrés ils prononcés, comme ils le font, "Adonaï" (c.-à-Seigneur), utilisant ainsi un mot à sa place. Le Massorets lui donnèrent la voyelle-points appropriés à ce mot. Cette pratique juive a été fondée sur une interprétation erronée de Lev. 24:16. Le sens du mot apparaît de l'Ex. 03h14 à "l'immuable, éternel, existant en soi de Dieu», le «je suis celui qui suis», une convenant de maintien de Dieu. (Comp. Mal 3:6; Os 12:. 5; Rev 1:4, 8..)

Le nom hébreu «Jéhovah» est généralement traduit dans la version autorisée (et la version révisée n'a pas dérogé à cette règle) par le mot Éternel imprimés en petites capitales, pour la distinguer de la prestation de l'hébreu et l'Adonai Kurios grec, qui sont également rendus Seigneur, mais imprimé dans le type habituel. Le mot hébreu est traduit par «Jéhovah» seulement dans Ex. 6:3; Ps. 83:18; Isa. 12:2; 26:4, et les noms des composés mentionnés ci-dessous. Il est digne de remarque que ce nom n'est jamais utilisé dans la LXX., Le Pentateuque Samaritain, les apocryphes, ou dans le Nouveau Testament. Il se trouve, cependant, sur la «pierre Moabite" (qv), et par conséquent il doit avoir été à l'époque de Mesba si souvent prononcée par les Hébreux à se familiariser à leurs voisins païens.

(Easton Illustrated Dictionary)


Eternel (Yahvé)

Information catholique

Le nom propre de Dieu dans l'Ancien Testament, d'où les Juifs ont appelé le nom par excellence, le grand nom, le seul nom, le nom glorieux et terrible, le nom mystérieux et caché, le nom de la substance, le nom propre, et le plus souvent hammephorash shem, c'est à dire l'explicite ou le nom séparés, bien que le sens précis de cette dernière expression est un sujet de discussion (cf. Buxtorf, "Lexique", Bâle, 1639, col. 2432 sqq.).

Jéhovah se produit plus souvent que tout autre nom divin. («.. Vet Test Concordantiae", Leipzig, 1840) («.. Vet Test Concordantiae", Leipzig, 1896) Les Concordances de Furst et Mandelkern ne correspondent pas exactement d'accord sur le nombre de ses occurrences, mais en chiffres ronds, il est trouve dans l'Ancien Testament 6000 fois, soit seul ou en conjonction avec un autre nom divin. La Septante et la Vulgate rendre le nom généralement par «Seigneur» (Kyrios, Dominus), une traduction d'Adonaï - le plus souvent remplacé par Jéhovah dans la lecture.

PRONONCIATION I. DE JEHOVAH

Les Pères et les écrivains rabbinique d'accord dans la représentation de Jéhovah comme un nom ineffable. En ce qui concerne les Pères, nous avons seulement besoin attirer l'attention sur les expressions suivantes: Arreton onoma, aphraston, alekton, aphthegkton, anekphoneton, aporreton kai hrethenai dynamenon moi, mystikon. Leusden ne pouvait induire un certain Juif, en dépit de sa pauvreté, de prononcer le vrai nom de Dieu, mais il a tenu les promesses les plus séduisantes. le respect du Juif avec les souhaits Leusden ne serait pas en effet avoir été d'aucun avantage réel à ce dernier, car les juifs modernes sont aussi incertaines de la prononciation réelle du nom sacré comme leurs contemporains chrétiens. Selon une tradition rabbinique la véritable prononciation de l'Éternel a cessé d'être utilisé à l'époque de Siméon le Juste, qui était, selon Maimonide, un contemporain d'Alexandre le Grand. En tout cas, il semble que le nom ne fut plus prononcé après la destruction du Temple. La Mishna se rapporte à notre question plus d'une fois: Berachoth, ix, 5, permet l'utilisation du nom divin par voie de salut; dans Sanhédrin, x, 1, Abba Shaul refuse toute action dans le monde futur à ceux qui le prononcent comme il est écrit; selon Thamid, VII, 2, les prêtres dans le Temple (ou peut-être à Jérusalem) pourrait employer le vrai nom divin, tandis que les prêtres dans le pays (en dehors de Jérusalem) a dû se contenter du nom Adonaï; selon Maïmonide ("Plus Neb", i, 61, et «Yad Chasaka", xiv, 10) le vrai nom divin a été utilisé uniquement par les prêtres dans le sanctuaire qui donna la bénédiction, et par le grand-prêtre lors de la Journée de l'expiation. Phil ["De mut. Nom.", N. 2 (ed. Marg, i, 580.); ". Mos Vita", iii, 25 (ii, 166)] semble soutenir que même sur ces occasions, les prêtres devaient parler à voix basse. Jusqu'à présent nous avons suivi la tradition post-judéo-chrétien sur l'attitude des Juifs avant Siméon le Juste.

Quant à la tradition antérieure, Josèphe (Antiq., II, xii, 4) déclare qu'il n'est pas permis de traiter du nom divin; dans un autre endroit (Antiq., XII, v, 5) dit que les Samaritains érigé sur Mt. Garizim une ieron anonymon. Cette extrême vénération pour le nom divin doit avoir généralement prévalu au moment où la version des Septante a été faite, pour les traducteurs toujours se substituer Kyrios (Seigneur) de Jéhovah. Ecclésiastique 23:10, semble interdire seulement l'utilisation délibérée du nom divin, mais il ne peut pas être nié que l'Éternel n'est pas employé aussi souvent dans les livres les plus récents canoniques de l'Ancien Testament comme dans les livres anciens.

Il serait difficile de déterminer à quel moment cette vénération pour le nom divin est né chez les Hébreux. auteurs rabbiniques tirer l'interdiction de prononcer le Tétragramme, que le nom de Jéhovah est appelé, à partir de Lévitique 24:16: "Et celui qui blasphème le nom du Seigneur, en mourant laisser mourir". L'hébreu noqedh Participe, rendu ici par "blasphème", est traduit honomazon dans la Septante, et semble avoir le sens de "déterminer", "pour désigner" (par le biais de ses voyelles proprement dit) dans la Genèse 30:28; Numéros 1: 17; 62:2 Esaïe. Pourtant, le contexte de Lévitique 24:16 (cf. versets 11 et 15), favorise le sens de "blasphème". exégètes rabbiniques tirent également l'interdiction de l'Exode 3:15; mais cet argument ne peut pas résister à l'épreuve des lois de l'herméneutique sobre (cf. Drusius, «Tétragramme», 8-10, dans "Critici Sacri", Amsterdam, 1698, I, p. II, col 339-42;. "De nomine divino», ibid, 512-16;. Drach, "Harmonic Entre l'Eglise et la Synagogue», I, Paris, 1844, p. 350-53, et la note 30, p. 512-16).

Qu'est-ce qui a été dit, explique le mouvement perpétuel que l'on appelle qeri, selon lequel les consonnes de Jéhovah sont toujours accompagnés dans le texte hébreu par les voyelles d'Adonaï, sauf dans les cas dans lesquels Adonai stands en apposition à l'Éternel: dans ces cas, les voyelles de Elohim sont substitués. L'utilisation d'un shewa simple dans la première syllabe de l'Éternel, au lieu de la shewa composé dans la syllabe correspondante d'Adonaï et Elohim, est requis par les règles de la grammaire hébraïque régissant l'utilisation du Choa. D'où la question: Quels sont les voyelles vrai du mot Jéhovah?

Il a été mis à jour par certains chercheurs récente que la parole de Jéhovah ne date que de l'année 1520 (cf. Hastings, "Dictionnaire de la Bible», II, 1899, p. 199:. Gesenius-Buhl, "Handwörterbuch", 13e éd, 1899, p. 311). Drusius (loc. cit., 344) représente Peter Galatinus comme l'inventeur du mot Jéhovah, et Fagius comme propagateur dans le monde des chercheurs et des commentateurs. Mais les auteurs du XVIe siècle, catholiques et protestants (par exemple, Cajetan et Théodore de Bèze), sont parfaitement familiarisés avec le mot. Galatinus lui-même ("Areana Cathol. Veritatis", I, Bari, 1516, a, p. 77) représente la forme comme on le sait et a reçu en son temps. Par ailleurs, Drusius (loc. cit., 351) a découvert en Porchetus, un théologien du XIVe siècle. Enfin, le mot est trouvé, même dans le "Pugio fidei» de Raymond Martin, un travail écrit sur 1270 (éd. Paris, 1651, pt. III, dist. Ii, cap. III, p. 448, et la note, p. 745). Probablement l'introduction du nom de Jéhovah est antérieure même R. Martin.

Pas étonnant alors que cette forme a été considérée comme la véritable prononciation du nom divin par des érudits comme Michaelis ("ad Supplementa lexiques hebraica", I, 1792, p. 524), Drach (loc. cit, I, 469. - 98), Stier (Hebr der Lehrgebäude. Sprache, 327), et d'autres.

Jéhovah est composé de la forme abrégée de l'imparfait, le participe, et le parfait du verbe hébreu "être" (= vous Yehi; ho howeh =; wa = Hawah). Selon cette explication, le sens de l'Éternel serait «celui qui sera, est, et a été". Mais un tel mot-formation n'a aucune analogie dans la langue hébraïque.

La forme abrégée Josaphat suppose la forme complète de Jéhovah. Mais l'Éternel formulaire ne peut pas tenir compte de la Jahu abréviations et Jah, tandis que le Jeho abréviation peuvent être dérivés d'un autre mot.

Le nom divin est dit être paraphrasé dans Apocalypse 1:4 et 4:8, par l'expression ho ho sur kai kai erchomenos en ho, ho erchomenos dans lequel est considérer comme équivalent à éromène ho, "celui qui sera" , mais il signifie en fait «l'entrée une", de sorte qu'après la venue du Seigneur, Apocalypse 11:17, ne retient que ho ho sur kai en.

la comparaison de l'Éternel avec le Jupiter latin, Jovis. Mais il néglige totalement les formes plus complète des noms latins Diespiter, Diovis. Toute connexion de l'Éternel avec le nom égyptien Divine composé des sept voyelles grecques a été rejetée par Hengstenberg (ins zur Beitrage Einleiung Alte Testament, II, 204 sqq.) Et Tholuck (Vermischte Schriften, I, 349 sqq.).

Pour relever les écrivains de l'antiquité:

Diodore de Sicile écrit Jao (I, 94); Irénée (". Adv Haer.", II, xxxv, 3, PG, VII, col 840.), Jaoth; les hérétiques Valentinien (Irénée, Adv Haer.. ", I, IV, 1, PG, VII, col 481), Jao;. Clément d'Alexandrie ("Strom"., V, 6, PG, IX, col 60), Jaou;. Origène («. dans Joh" , II, 1, PG, XIV, col 105), Jao;. ". Praep evang" Porphyre (Eusèbe, I, ix, dans PG, XXI, col 72), Jeuo;. Epiphane (Adv Haer.. », I, iii, 40, PG, XLI, col 685), ou Ja Jabe;. Pseudo-Jérôme (" Breviarium dans PSS ", dans PL, XXVI, 828), Jaho; les Samaritains (Théodoret, dans". Ex quaest ", xv, PG, LXXX, col 244), Jabe;. Jacques d'Edesse (cf. Lamy,".. La science catholique », 1891, p. 196), Jehjeh; Jerome (" ad Ep xxv. Marcell. ", en PL, XXII, col. 429) parle de certains ignorants écrivains grecs qui ont transcrit l'hébreu nom divin II I II I.

Le lecteur judicieux verrez que la prononciation Samaritain Jabe approches probablement le vrai son du nom divin le plus proche; les autres écrivains début de transmettre uniquement des abréviations ou des corruptions du nom sacré. Insertion des voyelles de Jabe dans le texte hébreu original consonne, on obtient la forme Jahveh (Yahvé), qui a été généralement acceptée par les savants modernes comme la véritable prononciation du nom divin. Ce n'est pas seulement un lien étroit avec la prononciation de l'ancienne synagogue au moyen de la tradition samaritaine, mais il permet également le calcul légitimes de toutes les abréviations du nom sacré de l'Ancien Testament.

II. SENS DU NOM DIVIN

Jahveh (Yahvé) est l'un des noms hébreux archaïques, comme Jacob, Joseph, Israël, etc (cf. Ewald, "Hebr Lehrbuch der. Sprache", 7e éd., 1863, p. 664), provenant de la troisième personne imparfaite de telle manière à attribuer à une personne ou une chose de l'action de la qualité exprimée par le verbe à la manière d'un adjectif verbal ou un participe. Furst a recueilli la plupart de ces noms, et invite la forme forma participialis imperfectiva. Comme le nom divin est une forme imparfaite du verbe hébreu archaïque "être", lahveh signifie "Celui qui est», dont la note caractéristique est d'être, ou l'être tout simplement. Ici, nous sommes confrontés à la question de savoir si lahveh est le hiphil l'imparfait ou le qal imparfait. Calmet et Le Clere pensons que le nom divin est une forme hiphil, d'où il signifie, selon Schrader (. Die Alte und das Keilinschriften Testament, 2 e éd, p. 25), celui qui apporte à l'existence, le Créateur, et, selon Lagarde (Psalterium Hieronymi, 153), celui qui provoque l'atteindre, qui réalise ses promesses, le Dieu de la Providence. Mais cette opinion n'est pas conforme à Exode 3:14, et il n'y a aucune trace en hébreu d'une forme hiphil du sens verbe «être», d'ailleurs, ce formulaire est fourni hiphil dans les langues apparentées par la forme pi'el , sauf en syriaque où le hiphil est rare et d'apparition tardive.

D'autre part, Jehveh peut être un qal imparfait d'un point de vue grammatical, et l'exégèse traditionnelle de l'Exode 3:6-16, semble nécessiter la forme Jahveh. Moïse demande à Dieu: "Si ils devraient me dire:? Quel est son nom [de Dieu] Que dirai-je pour eux» En réponse, Dieu revient à trois reprises pour la détermination de son nom.

Tout d'abord, il utilise la première personne imparfait du verbe hébreu "être", ici la Vulgate, la Septante, Aquila, Théodotion, et la version arabe supposer que Dieu utilise l'imparfait qal, seuls les Targums de Jonathan et de Jérusalem signifie l' hiphil imparfaite. C'est pourquoi nous avons des rendus: «Je suis celui qui suis" (Vulgate), «Je suis celui qui est» (Septante), "je serai [qui] doit être" (Aquila, Théodotion), "l'Eternel qui ne cesse pas" (Ar.); que ci-dessus mentionnés Targums voir toute référence à la création du monde.

La deuxième fois, Dieu utilise à nouveau la première personne imparfait du verbe hébreu "être", ici le syriaque, le samaritain, les versions Persique, et les Targums d'Onkelos et Jérusalem conserver l'hébreu, de sorte qu'on ne peut pas dire si ils considèrent l'imparfait comme qal ou une forme hiphil; la version arabe omet toute la disposition, mais la Septante, la Vulgate, et le Targum de Jonathan suppose ici l'imparfait qal: "Celui qui est, m'a envoyé vers vous" au lieu de " Je suis, m'a envoyé pour vous: (Vulgate); "ho sur m'a envoyé vers vous» (Septante): «Je suis celui qui suis, et qui est, m'a envoyé vers vous" (Targ. Jon.).

Enfin, la troisième fois, Dieu utilise la troisième personne de l'imparfait, ou la forme du nom sacré lui-même, ici la version samaritaine et le Targoum Onkelos conserver la forme hébraïque, la Septante, la Vulgate, et les rendre version syriaque " ... Seigneur », si, selon l'analogie des deux premiers passages, ils devraient avoir traduit:« Il est, le Dieu de vos pères, m'a envoyé vers vous ", les substituts version arabe" Dieu ". l'exégèse classique, donc, en ce qui concerne lahveh que le qal imparfait du verbe hébreu "être". Voici une autre question se pose: Est-ce l'être attribué à Dieu en Son nom, le rien désignant être métaphysique, mais l'existence même, ou est-ce un être historique, une manifestation de passage de Dieu dans le temps?

La plupart des écrivains protestants qui concerne l'être impliqué dans le nom de Jahveh comme une raison historique, même si certains ne sont pas entièrement exclure ces idées métaphysiques que l'indépendance de Dieu, la constance absolue, et la fidélité à ses promesses, et l'immutabilité de ses plans (cf. Driver ", en hébreu Temps ", 1892, p. 17). Ce qui suit sont les raisons alléguées pour la signification historique de la "être" implicite dans le nom divin:

Le sens métaphysique de l'être était trop abscons un concept pour l'époque primitive. Pourtant, certaines des spéculations égyptienne des premiers temps sont presque aussi abscons, d'ailleurs, il n'était pas nécessaire que les Juifs du temps de Moïse doit bien comprendre le sens implicite au nom de Dieu. Le développement scientifique de son sens peut être laissée à l'futurs théologiens chrétiens. Le verbe hébreu hayah signifie plutôt "pour devenir" que "d'être" en permanence. Mais les autorités bonne nier que le verbe hébreu désigne l'être en mouvement plutôt que d'être dans un état permanent. Il est vrai que le participe aurait exprimé un état permanent plus clairement, mais alors, le participe du verbe hayah ne se trouve que dans l'Exode 9:3, et quelques noms propres en hébreu sont dérivés du participe.

L'imparfait exprime essentiellement l'action de celui qui pénètre à nouveau sur la scène. Mais ce n'est pas toujours le cas; l'hébreu imparfait est un aoriste vrai, faire abstraction des temps et, par conséquent, mieux adapté aux principes généraux (Driver, p. 38).

«Je suis celui qui suis» semble faire référence à: «Je serai avec toi» du verset 12, les deux textes semble être fait allusion dans Osée 1:9, "je ne veux pas être le vôtre". Mais si cela est vrai, «Je suis celui qui suis» doit être considéré comme une ellipse: «Je suis celui qui suis avec vous», ou «Je suis celui qui suis fidèle à mes promesses". Ceci est assez sévère, mais il devient tout à fait inadmissible dans la clause, «Je suis celui qui suis, m'a envoyé".

Depuis lors, l'imparfait hébreu n'est certes pas être considéré comme un avenir, et puisque la nature de la langue ne nous force pas à voir en elle l'expression de transition ou de devenir, et que, par ailleurs, la tradition au début est tout à fait fixe et le caractère absolu de la hayah verbe a induit même les clients les plus ardents de son sens historique à admettre dans les textes une description de la nature de Dieu, les règles de l'herméneutique nous engager à prendre les expressions dans Exode 3:13-15, pour ce qu'ils sont valeur. Lahveh est celui qui est, à savoir, sa nature est mieux caractérisée par l'Etre, si tant est qu'elle doit être désigné par un nom de personne distincte de bon le terme de Dieu (Revue biblique, 1893, p. 338). Les théories scolaires quant à la profondeur du sens latent dans Yahveh (Yahvé) reste donc sur des bases solides. êtres finis sont définis par leur essence: Dieu ne peut être défini que par l'être, pure et simple, rien de moins et rien de plus, ne doit pas être abstrait, commun à tout, et caractéristique de rien en particulier, mais par être concret, être absolu, le océan de tous les indépendants l'être substantiel, de toute autre cause, incapable de changer, ce qui dépasse toute la durée, parce qu'il est infini:... "Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin, qui est, et qui était, et qui est à venir , le Tout-Puissant "(Apocalypse 1:8). Cf. St. Thomas, I, qu. xiii, a. 14; Franzelin, "De Deo Uno" (3e édition, 1883, thèse XXIII, p. 279-86..

III. ORIGINE DU NOM Jahveh (Yahvé)

L'avis que le nom de Jahveh a été adopté par les Juifs de la Chananéens, a été défendue par von Bohlen (Genèse, 1835, p. civ), Von der Alm (Theol. Briefe, I, 1862, p. 524-27), Colenso (Le Pentateuque, V, 1865, p. 269-84), Goldziher (Der Mythus bei den Hebräern, 1867, p. 327), mais a été rejeté par Kuenen ("De Godsdienst van Israël», I, Haarlem, 1869 , p. 379-401) et Baudissin (Studien, I, p. 213-18). Il est improbable que antecedently lahveh, l'ennemi irréconciliable des Chananéens, devrait être à l'origine un dieu Cananéens. Il a été dit par Vatke (Die Religion des Alten Test., 1835, p. 672) et JG Müller (Die Semiten dans ihrem Verhältniss Chamiten zu und Japhetiten, 1872, p. 163) que le nom de Yahveh est d'origine indo-européenne . Mais la transition de la racine sanscrite, div-latino-Jupiter Jovis (Diovis), du grec Zeus-Dios, le Dyaus indo-européenne dans le formulaire hébreu Jahveh n'a jamais été expliqué de façon satisfaisante. affirmation de Hitzig (Vorlesungen über bibl. Theol., p. 38) que les Indo-Européens meublés au moins l'idée contenue dans le nom de Jahveh, même si elles ne proviennent pas le nom lui-même, est sans aucune valeur.

La théorie selon laquelle Jahveh est d'origine égyptienne peut avoir une certaine quantité de probabilité a priori, comme Moïse a fait ses études en Egypte. Pourtant, les preuves ne sont pas convaincants:

Roth (Die Aegypt. Und die Zoroastr. Glaubenslehre, 1846, p. 175) tire le nom hébreu de l'ancien Ih dieu-lune ou Ioh. Mais il n'y a aucun lien entre l'hébreu Jahveh et la lune (cf. Pierret, "Vocabul. Hiérogl.", 1875, p. 44).

Plutarque (De Iside, 9) nous dit que la statue d'Athéna (Neith) à Saïs portait l'inscription: «Je suis tout ce qui a été, est et sera". Mais Tholuck (op. cit., 1867, p. 189-205) montre que la signification de cette inscription est totalement différente de celle du nom de Yahveh.

Les patrons de l'origine égyptienne de l'appel nom sacré de la formule commune égyptienne, nuk pu Nuk, mais si sa signification littérale est: «Je suis-je», son véritable sens est: «C'est moi qui» (cf. Le Page Renouf, " Hibbert Lectures pour 1879 », p. 244).

Quant à la théorie selon laquelle Jahveh a un Chaldéen ou une origine accadien, sa fondation n'est pas très solide:

Lahveh est dit être une forme purement artificiels introduits pour mettre sens dans le nom du dieu national (Delitzsch, "Wo lag das Paradies", 1881, p. 158-64), le nom commun et populaire de Dieu, dit-on été Yahu ou Yah, la lettre I étant l'élément essentiel Divine dans le nom. L'argument, s'il est vrai, ne prouve pas l'origine chaldéenne ou accadien du nom hébreu Divine, outre le formulaire de Yah est rare et exclusivement poétique; Yahu n'apparaît jamais dans la Bible, alors que la forme ordinaire complète du nom divin se trouve même dans l'inscription de Mesa (ligne 18) datant du neuvième siècle avant JC Yahu et Yah étaient connus en dehors d'Israël, les formes entrent dans la composition des noms propres étrangers, et d'ailleurs, la variation du nom d'une montre certaines roi de Hamath que Ilu est équivalent à Yau, et que Yau est le nom d'un dieu (Schrader,, II, p. 42, 56 "Bibl Bl.."; Sargon, "Cylindre", xxv; Keil, "Fastes", I. 33). Mais noms propres étrangers contenant Yah ou Yahu sont extrêmement rares et douteuses, et peut être expliqué sans admettre dieux dans des pays étrangers, portant le nom sacré. Encore une fois, le panthéon babylonien est assez bien connue à l'heure actuelle, mais le dieu Yau ne semble pas en elle.

Parmi les Babyloniens pré-sémitiques, I est un synonyme de Ilu, le dieu suprême; maintenant je avec la fin assyrienne nominatives ajouté devient Yau (cf. Delitzsch, "Lesestücke", 3e édition, 1885, p. 42, Syllab A.. , col. I, 13-16). Hommel (Altisrael. Ueberlieferung, 1897, p. 144, 225) se sent sûr qu'il a découvert ce dieu chaldéen Yau. Il est le dieu qui est représenté idéographiquement (UCI) Aa, mais habituellement prononcée Malik, si l'expression doit être lu Ai ou Ia (Ya). La famille patriarcale employé ce nom, et Moïse emprunté et transformé. Mais les points de Lagrange que les Juifs ne croient pas qu'ils ont offert à leurs enfants à lahveh, quand ils en ont sacrifié à Malik (sémitique Religion, 1905, p. 100 sqq.). Jérémie 32:35, et Sophonie 1:5, la distinction entre Malik et le Dieu des Hébreux.

Cheyne (. Traditions et les croyances de l'ancien Israël, 1907, p. 63 sqq) relie l'origine de lahveh avec sa théorie Yerahméel, mais même les critiques les plus avancées ce qui concerne la théorie de Cheyne comme un discrédit de la critique moderne. D'autres opinions singulières quant à l'origine du nom sacré peuvent être omises en toute sécurité. L'opinion selon laquelle Jahveh est d'origine hébraïque est la plus satisfaisante. Arguant de l'Exode 6:2-8, des commentateurs tels que Nicolas de Lyra, Tostatus, Cajetan, Bonfrere, etc, soutiennent que le nom a été révélé pour la première fois à Moïse sur le mont Horeb. Dieu déclare dans cette vision qu'il "est apparu à Abraham sous le nom de Dieu Tout-Puissant;... Et mon nom Adonai [Jahveh] Je n'ai pas les montrer". Mais l'expression «à comparaître par un nom" n'implique pas nécessairement la première révélation de ce nom, il signifie plutôt l'explication du nom, ou une manière d'agir conforme à la signification du nom (cf. Robion dans "la Science Cathol. ", 1888, p. 618-24; Delattre, ibid, 1892, p. 673-87;. van Kasteren, ibid, 1894, p. 296-315;. Robert dans la" Revue "biblique, 1894, p. 161-81). Sur le Mont. Horeb, Dieu dit à Moïse qu'il n'avait pas agi avec les patriarches comme le Dieu du Dieu Pacte, Jahveh, mais comme tout-puissant.

Peut-être qu'il est préférable de dire que le nom sacré, quoique peut-être dans une forme légèrement modifiée, a été en usage dans la famille patriarcale, avant l'époque de Moïse. Sur le Mont. Horeb Dieu révélé et expliqué la forme exacte de son nom, Yahveh.

Le nom sacré se produit dans la Genèse environ 156 fois; mais la fréquence ne peut guère être une prolepse simple. 04:26 Genesis, déclare que Enos "a commencé à invoquer le nom du Seigneur [Jahveh]», ou que le texte hébreu suggère, "a commencé à se faire appeler après le nom de Yahveh".

Jochabed, la mère de Moïse, a en son nom une forme abrégée, Jo (Yo) de lahveh. L'existence de pré-mosaïque du nom divin chez les Hébreux les comptes de ce fait plus facilement que la supposition que l'élément divin a été introduite après la révélation du nom.

Parmi les 163 noms propres qui portent un élément du nom sacré dans leur composition, 48 ont yeho ou yo au début, et 115 ont yahu ou yah et la fin, tandis que la forme Jahveh ne se produit jamais dans toute cette composition. Peut-être, on pourrait supposer que ces formes abrégées yeho, yo, yahu, yah, représentent le nom divin, tel qu'il existait parmi les Israélites avant le nom complet Jahveh a été révélé sur le mont. Horeb. D'autre part, Pilote (Studia Biblica, I, 5) a montré que ces formes courtes sont les abréviations régulières du nom complet. En tout cas, même s'il n'est pas certain que Dieu a révélé son nom sacré à Moïse pour la première fois, il a sûrement révélé sur le mont. Horeb que lahveh Son nom est incommunicable, et a expliqué sa signification.

Publication des informations écrites par AJ Maas. Transcrit par Thomas M. Barrett. Dédié à Mary Barrett Kathryn français L'Encyclopédie Catholique, Volume VIII. Publié 1910. New York: Société Appleton Robert. Nihil obstat, Octobre 1, 1910. Lafort Remy, STD, Censeur. Imprimatur. John Farley + Cardinal, Archevêque de New York

Bibliographie

Outre les ouvrages mentionnés dans le texte, le lecteur peut consulter: RLANDE, Deeds Excreitationum (Utrecht, 1707); SCHRADER dans Schenkel Bibel Lexicon, sv Jahvé; PHAT, Dict. de la Bible, Jéhovah sv; SMITH ROBERTSON en Brit. et Evan étrangères. Review (Janvier 1876), donne un résumé des débats récents sur le sujet; OEHLER, Real-Encyclopädie, SV Jéhovah.


Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'