Logosse

Informations générales

Le mot logos (à partir de la racine du verbe grec lego, «dire») figure en bonne place dans un certain nombre de grec et chrétien doctrines philosophiques. Bien que les premiers la signification du mot était probablement «discours connecté», par la période classique, il avait déjà une grande variété d'autres significations: «argument», «principe rationnel», «raison», «proportion», «mesure», et d'autres. Pour cette raison, il est difficile d'interpréter les logos doctrines des philosophes et dangereux de supposer une histoire unique pour ces doctrines.

Héraclite fut le premier penseur grec à faire des logos un concept central. Il nous invite à prêter attention aux logos qui "gouverne toutes choses» et pourtant c'est aussi quelque chose que nous "rencontre tous les jours." Nous devrions probablement mettre l'accent sur les liens linguistiques des logos en interprétant la pensée d'Héraclite. Dans nos efforts pour comprendre le monde, nous devrions regarder à notre langue et l'ordre qui y sont contenus, plutôt que de point de vue scientifique ou religieuse que la négligence de cette.

CROIRE
Religieux
Informations
Source
site web
Notre Liste de 2300 sujets religieux
E-mail
Dans le 3e siècle avant JC, les promoteurs du stoïcisme emprunté l'idée de logos d'Héraclite (ni Platon ni Aristote avait donné l'importance terme) et l'a utilisé pour l'immanent commande principe de l'univers - représentée, au niveau de la langue, par l'homme a ordonné discours. Nature et logos sont souvent traitées comme une seule et même chose; mais logos est globalement la nature de la structure rationnelle, et non pas toutes les créatures naturelles ont logos, ou de la raison, en leur sein. Les hommes sont incités à «vivre en conformité avec les logos."

Dans le Nouveau Testament, l'évangile selon Saint Jean donne une place centrale aux logos, l'auteur biblique décrit le Logos en tant que Dieu, le Verbe créateur, qui a pris chair dans l'homme Jésus-Christ. - Beaucoup ont John's tracé conception grecque des origines peut-être par l'intermédiaire de textes éclectiques comme les écrits de Philon d'Alexandrie. Plus récemment, toutefois, les chercheurs ont souligné que l'Ancien Testament contient une doctrine de la Parole de Dieu, et en araméen paraphrases la «Parole de Dieu» prend quelques-unes des fonctions de Dieu doctrine. Chrétienne ultérieure penseurs manifestement pas incorporer les logos des stoïciens ; logos a été associé en particulier avec le Christ et, plus tard, dans l'arianisme, n'est plus identifié à Dieu.

Martha Nussbaum C

Bibliographie
J Carey, Kairos et Logos (1978); Ong WJ, présence de la Parole (1967).


Logos

Informations générales

Logos (en grec, «parole», «raison», «ratio»), dans l'ancienne et surtout dans la philosophie médiévale et de la théologie, la raison divine qui agit comme un principe d'ordonnancement de l'univers.

Le 6e siècle avant JC philosophe grec Héraclite a été le premier à utiliser les logos terme dans un sens métaphysique. Il a affirmé que le monde est gouverné par un firelike Logos, une force divine qui produit l'ordre et de discerner dans le flux de la nature. Il a estimé que cette force est similaire à la raison humaine et que sa propre pensée partageait le Logos divin.

Dans le stoïcisme, tel qu'il s'est développé après le 4ème siècle avant JC, le Logos est conçu comme un pouvoir divin rationnel que les ordres et dirige l'univers, il est identifié avec Dieu, la nature et le destin. Le Logos est «présent partout», et semble être comprise comme la fois un esprit divin et au moins une force semiphysical, agissant à travers l'espace et le temps. Dans l'ordre cosmique déterminé par le Logos sont des centres individuels de potentialité, la vitalité et la croissance. Ce sont des «graines» du Logos (logoi spermatikoi). Grâce à la faculté de la raison, tous les êtres humains (mais pas d'autres animaux) la part de la raison divine. L'éthique stoïcienne stress de la règle "Suivre où la raison [Logos] conduit", il faut donc résister à l'influence des passions, l'amour, la haine, la peur, la douleur et le plaisir.

Le premier siècle après JC philosophe judéo-hellénistique Philon le Juif employé le terme Logos dans son effort de synthèse entre tradition juive et le platonisme. Selon Philon, le Logos est un principe médiateur entre Dieu et le monde et peut être compris comme la Parole de Dieu ou la Sagesse divine, qui est immanente au monde.

Au début de l'Evangile de Jean, Jésus Christ est identifié avec le Logos incarné, le mot grec logos être traduit par "parole" dans la Bible en anglais: «Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu, et la Parole était Dieu.... Et le Verbe s'est fait chair et a habité parmi nous... " (Jean 1:1-3, 14). conception de Jean de Jésus-Christ a probablement été influencé par passages de l'Ancien Testament ainsi que par la philosophie grecque, mais les premiers théologiens chrétiens développé la conception du Christ comme Logos dans explicitement platonicienne et néoplatonicienne termes (voir le néoplatonisme). Le Logos, par exemple, a été identifié avec la volonté de Dieu, ou avec les idées (ou platonicienne formes) qui sont dans l'esprit de Dieu. l'incarnation du Christ a donc été comprise comme l'incarnation de ces attributs divins.

Robert S. Brumbaugh


Logos

Advanced Information

Le terme le plus usuel en grec "mot" dans le NT: de temps en temps avec d'autres significations (par exemple, compte, la raison, le mobile), plus précisément dans le prologue du quatrième Evangile (Jean 1:1, 14) et peut-être dans d'autres écrits johanniques ( I Jean 1:1; Rév 19:13) il est utilisé de la deuxième personne de la Trinité. Dans le langage grec ordinaire, il signifie aussi la raison.

Usage johannique

Selon John 1:1-18 le Logos était déjà présente lors de la création («au commencement» se rapporte à Genèse 1:1), dans la relation la plus étroite avec Dieu ("avec" pros =, pas de méta ou syn). En effet, le Logos est Dieu (et non «divine», comme Moffatt, le prédicat anarthrous est grammaticalement nécessaire, mais peut aussi indiquer une distinction entre les personnes). Cette relation avec Dieu était efficace dans le moment de la création (1:2). L'ensemble du travail de création a été réalisée par ("par" = dia, vs 3) du Logos. La source de la vie (1:4, la ponctuation probable) et lumière du monde (cf. 9:5) et de chaque homme (1:9, la ponctuation probable), et toujours en cours (présent dans 1:5) ce travail , le Logos incarné, révélant le signe de la présence de Dieu et sa nature (1:14).

Le prologue expose ainsi trois principales facettes du Logos et de son activité: sa divinité et de relation intime avec le Père; son travail comme agent de la création, et son incarnation.

Dans I Jean 1:1 "le Logos de la vie», vu, entendu, et manipulé, peut se référer aux personnels Christ de la prédication apostolique ou impersonnelle au message autour de lui. Rev 19:12 images Christ comme un général vainqueur, appelé le Logos de Dieu. Comme dans He. 04h12, c'est l'image de l'OT effets éclatement de la parole de Dieu (cf. l'image de vs 15) qui est à l'esprit.

Contexte de la durée

OT

Différents facteurs donner un peu de préparation pour l'utilisation John's. Dieu crée par la parole »(Genèse 1:3; Ps 33:9.) Et sa parole est parfois évoqué semipersonally (Psaume 107:20; 147:15, 18), elle est active, dynamique, ses résultats attendus (Ésaïe 50:10-11). La sagesse de Dieu est personnifiée (Prov. 8, note en particulier vss. 22ff. Sur le travail de la sagesse dans la création). L'ange du Seigneur est parfois évoqué comme Dieu, tantôt comme distincts (cf. Jg. 2:1). nom de Dieu est semipersonalized (Exode 23:21; I Rois 8:29).

Judaïsme palestinien

Outre la personnification de la sagesse (cf. Ecclus. 24), les rabbins utilisé le mot me'mra, «mot», comme une périphrase pour «Dieu». Cet usage se produit dans les Targums.

La philosophie grecque

Parmi les philosophes de la signification précise de Logos varie, mais il se tient habituellement pour «raison» et reflète la conviction que la divinité grecque ne peut pas entrer en contact direct avec la matière. Le Logos est un amortisseur entre Dieu et l'univers, et la manifestation du principe divin dans le monde. Dans la tradition stoïcienne du Logos est à la fois la raison divine et la raison distribués dans le monde (et donc dans l'esprit).

Le judaïsme hellénistique

Dans le judaïsme alexandrin il était la personnification du mot dans la création (Wisd. Sol 9:1;. 16:12). Dans les écrits de Philon, qui, si un Juif, bu profondément du platonisme et le stoïcisme, le terme apparaît plus de 1300 fois. Le Logos est «l'image» (Col. 1:15), la première forme (Protogonos), la représentation, de Dieu (Charakter, cf Heb 1:3..), Et même «second Dieu» (theos deuteros; cf . Eusèbe, Praeparatio vii Evangelica 13);. le moyen par lequel Dieu crée le monde de la grande perte;. et, en outre, la façon par laquelle Dieu est connu (c'est à dire avec l'esprit Closer connaissances pourraient être reçues directement, en extase).

Hermétique Littérature

Logos se produit fréquemment dans les Hermetica. Bien que post-chrétienne, ces derniers sont influencés par le judaïsme hellénistique. Ils indiquent la doctrine du Logos, dans quelque chose comme ce qui Philonic, dans les cercles mystiques païennes.

Sources de la doctrine de John's

Jean 1 diffère radicalement de l'usage philosophique. Pour les Grecs, le Logos est essentiellement la raison; pour John, essentiellement mot. commune à Philon de langue et le NT a conduit certains à voir John à titre de débiteur de Philon. Mais l'on se réfère naturellement à des logos de Philon que "Il", de John en tant que "Il". Philon a pas plus près que Platon à un Logos qui pourrait être incarné, et il n'identifie pas des logos et le Messie. Logos John's n'est pas seulement l'agent de Dieu dans la création, Il est Dieu, et s'incarne, révélatrice et rédemptrice.

Le me'mra rabbinique, «à peine plus d'une substitution respectueuse pour le nom divin, n'est pas suffisamment important d'un concept, ni un contact direct avec les milieux susceptibles hermétique.

La source de la doctrine de Jean Logos est dans la personne et l'œuvre du Christ historique. »Jésus ne doit pas être interprétée par des logos: Logos n'est intelligible que comme nous pensons de Jésus" (WF Howard, IB, VIII, 442). Son expression prend son aptitude principalement de la connotation OT de «parole» et la personnification de la sagesse. Christ est la Parole active de Dieu, sa révélation salvifique de l'homme déchu. Il n'est pas un hasard que les deux l'Évangile et le Christ qui est son objet sont appelées "le mot." Mais l'utilisation du "Logos" dans le monde contemporain hellénistique a fait un utile «pont» mot.

Dans les passages où le Christ deux NT est décrite en termes rappelant Logos de Philon, le Logos mot est absent (Col. 1:15-17; Hébreux 1:3.). Son introduction au discours chrétien a été attribué à Apollos.

Logos en cours d'utilisation paléochrétien

Les apologistes trouvé le Logos un terme commode à exposer le christianisme chez les païens. Ils ont utilisé son sens de la «raison», et certains ont ainsi permis de voir la philosophie comme une préparation à l'Évangile. Les harmoniques hébraïque de «mot» ont été sous-estimé, mais jamais tout à fait perdu. Certains théologiens distinguent entre les endiathetos Logos, ou latente Word dans la divinité de toute éternité, et le logos prophorikos, prononcé et prendra effet à la création. Origène semble avoir utilisé un langage de Philon de l'theos deuteros. Dans les controverses christologiques majeure, cependant, l'emploi du terme n'a pas clarifier les questions principales, et il ne se produit pas dans les grandes religions.

AF Murs
(Elwell évangélique Dictionary)

Bibliographie
RG Bury, la doctrine du Logos et le quatrième évangile; Dodd CH, Le Quatrième Évangile; Howard WF, le christianisme Selon St. John; commentaires sur John Westcott par BF, Bernard JH, Barrett CK; Ottley RL, la doctrine de l'Incarnation; A . Debrunner, TDNT, IV, 69ff;.. H. Haarbeck et al, NIDNTT, III, 1078ff;. Walton Fe, le développement de la doctrine du Logos en grec et en hébreu pensée.


La Parole

Advanced Information

La Parole (Logos Gr.), est l'un des titres de notre Seigneur, qu'on trouve seulement dans les écrits de John (Jean 1:1-14; 1 Jean 1:1; Apoc. 19: 13). En tant que tel, le Christ est le révélateur de Dieu. Son bureau est de faire connaître Dieu. «Personne n'a jamais vu Dieu à tout moment, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, il l'a fait connaître» (Jean 1: 18). Ce titre désigne la nature divine du Christ. Comme la Parole, il «était au commencement» et «s'est fait chair." «La Parole était avec Dieu» et «était Dieu», et a été le Créateur de toutes choses (comp. Ps.33: 6; 107:20; 119:89; 147:18; Isa 40:8.).

(Easton Illustrated Dictionary)


Le Logos

Information catholique

Le Logos mot est le terme par lequel la théologie chrétienne en langue grecque désigne la Parole de Dieu, ou de la Seconde Personne de la Très Sainte Trinité. Avant de St. John avait consacré ce terme en l'adoptant, les Grecs et les Juifs l'avaient utilisé pour exprimer des conceptions religieuses qui, sous des titres différents, ont exercé une certaine influence sur la théologie chrétienne, et dont il est nécessaire de dire quelque chose.

I. LES LOGOS dans l'hellénisme

C'est dans Héraclite que la théorie du Logos apparaît pour la première fois, et c'est sans doute pour cette raison que, au premier rang des philosophes grecs, Héraclite était considéré par saint Justin (Apol. I, 46) en tant que chrétien avant Jésus-Christ . Pour lui, le Logos, dont il semble identifier avec le feu, c'est que principe universel qui anime et dirige le monde. Cette conception ne pouvait trouver place dans un monisme matérialiste. Les philosophes de la Ve et IVe siècles avant Jésus-Christ étaient dualistes, et conçu comme transcendant de Dieu, de sorte que ni chez Platon (quoi qu'on en ait dit sur le sujet), ni chez Aristote ne nous trouvons la théorie du Logos.

Il réapparaît dans les écrits des stoïciens, et c'est surtout par eux que cette théorie est développée. Dieu, selon eux, "ne rend pas le monde comme un artisan fait son travail, mais il est tout à fait par pénétrer toutes les matières qu'il est le démiurge de l'univers» (Galien, «qualité De. Incorp." En "Fr. stoïcienne. ", éd von Arnim, II, 6);. Il pénètre dans le monde», comme le miel ne le nid d'abeilles »(Tertullien, Adv Hermogenem", 44), ce Dieu si intimement mêlés avec le monde est le feu ou l'air enflammé. ; dans la mesure où il est le principe de contrôle de l'univers, il est appelé Logos, et dans la mesure où il est le germe à partir duquel tous les autres se développe, il est appelé le Logos séminal (spermatikos logos). Ce Logos est en même temps une force et une loi, une force irrésistible qui porte sur le monde entier et toutes les créatures à un but commun, une loi inévitable et saint, d'où rien ne peut se soustraire, et qui tout homme raisonnable devrait suivre volontiers (Cléanthe, Hymne à Zeus »dans« le Père. stoïcienne. "I, 527-cf. 537). Concordance de leurs habitudes exégétique, les stoïciens fait des personnifications différents dieux du Logos, par exemple, de Zeus et surtout d'Hermès. A Alexandrie, Hermes a été identifié avec Thot, le dieu d'Hermopolis, connu plus tard comme le grand Hermes, "Hermès Trismégiste", et représenté comme le révélateur de toutes les lettres et toutes les religions. Simultanément, la théorie des logos conforme au dualisme actuel Neoplatonistic à Alexandrie: le Logos n'est pas conçue comme nécessité nature ou immanent, mais comme un agent intermédiaire par lequel le Dieu transcendant qui gouverne le monde. Cette conception apparaît dans Plutarque, en particulier dans son "Isis et Osiris"; à partir d'une date de début du premier siècle de l'ère chrétienne, elle a influencé profondément le philosophe juif Philon.

II. LA PAROLE DANS LE JUDAÏSME

Très souvent, l'Ancien Testament représente l'acte de création comme la parole de Dieu (Genèse 1:3; Psaume 32:9; Siracide 42:15), parfois il semble attribuer à l'action du mot lui-même, bien que n'étant pas indépendante de lahveh (Isaïe 55:11, Zacharie 5:1-4; 106:20 Psaume; 147:15). Dans tout cela, nous pouvons voir que les chiffres en gras de la parole: le mot de création, de salut, ou, dans Zacharie, la parole de malédiction, est personnifié, mais n'est pas conçu comme une hypostase divine distincte. Dans le Livre de la Sagesse cette personnification est plus directement impliqué (XVIII, 15 sq), et un parallèle est établi (ix, 1, 2) entre la sagesse et la Parole.

En palestiniens Rabbinism la Parole (Memra) est très souvent mentionnée, au moins dans les Targums: c'est le Memra de lahveh qui vit, parle et agit, mais, si l'on s'efforce de déterminer précisément le sens de l'expression, il apparaît très souvent être qu'une paraphrase remplacé par le Targumist pour le nom de Yahveh. Le Memra ressemble le Logos de Philon aussi peu que le fonctionnement de l'esprit rabbinique en Palestine ressemblait à des spéculations d'Alexandrie: les rabbins sont chiefiy préoccupé observances rituelles et, de scrupules religieux, ils n'osent pas attribuer à des actions telles que lahveh les Livres Saints attribut Lui, il leur suffit de se voiler la divine Majesté en vertu d'une paraphrase abstraite, la Parole, la gloire, la Demeure, et d'autres. problème de Philon était de l'ordre philosophique, Dieu et l'homme sont infiniment éloignés les uns des autres, et il est nécessaire d'établir entre eux des relations d'action et de la prière, le Logos est ici l'intermédiaire.

Laissant de côté l'auteur du Livre de la Sagesse, d'autres juifs d'Alexandrie avant Philon avait spéculé sur le Logos, mais leurs œuvres ne sont connues que par les rares fragments qui auteurs chrétiens et Philon lui-même ont conservé. Philon est seul parfaitement connus de nous, ses écrits sont aussi étendues que celles de Platon ou de Cicéron, et de jeter la lumière sur tous les aspects de sa doctrine; de ​​lui, nous pouvons mieux apprendre la théorie du Logos, telle que développée par le judaïsme alexandrin. Le caractère de son enseignement est aussi divers que ses sources:

parfois, influencée par la tradition juive, Philon représente le Logos comme la Parole créatrice de Dieu («De sacrifier Ab et Cain..";. cf "De Somniis", je 182; ". De Opif Mundi", 13);

d'autres fois il le décrit comme le révélateur de Dieu, symbolisée dans l'Écriture par l'ange de Jahveh ("De Somniis", I, 228-39, «De Cherub.", 3; "De Fuga", 5; «Quis rer . divin. haeres assis », 201-205).

Plus souvent encore, il accepte la langue de la spéculation hellénique, le Logos est là, après un concept platonicienne, la somme totale des idées et le monde intelligible ("De Opif Mundi.", 24, 25; ".. Leg Alleg», I, 19; III, 96),

ou, agréablement à la théorie stoïcienne, la puissance qui soutient le monde, le lien qui assure sa cohésion, la loi qui détermine son développement ("De Fuga", 110; «De Plantat Noah,." 8-10; «Quis rer .. divin haeres assis », 188, 217;« Deus sit Regardez immut ", 176;".. De Opif Mundi ", 143).

Tout au long de tant de divers concepts peuvent être reconnus une doctrine fondamentale: le Logos est un intermédiaire entre Dieu et le monde; à travers elle, Dieu créa le monde et la gouverne; à travers elle aussi les hommes connaissent Dieu et prier pour lui ("Cherub De». 125; ". divin rerum Quis haeres assis», 205-06) Dans trois passages, le Logos est appelé Dieu («Leg Alleg..», III, 207;. "De Somniis", I, 229; "En général" , II, 62, cité par Eusèbe, "Praep Ev..», VII, 13), mais, comme Philon lui-même explique dans un de ces textes (De Somniis), il est une appellation impropre et mal employé, et il l'utilise seulement parce qu'il est dirigé en cela par les textes sacrés qu'il commente. En outre, Philon ne considère pas le Logos en tant que personne, c'est une idée, un pouvoir, et, quoique parfois identifiés avec les anges de la Bible, c'est par la personnification symbolique.

III. Logos dans le NOUVEAU TESTAMENT

Le Logos terme ne se trouve que dans les écrits johanniques: dans l'Apocalypse (19:13), dans l'Evangile de saint Jean (1:1-14), et dans sa première épître (1:1, cf 1:7. - Vulgate). Mais déjà dans les épîtres de saint Paul, la théologie du Logos a fait sentir son influence. Cela se voit dans les épîtres aux Corinthiens, où le Christ est appelé "la puissance de Dieu, et la sagesse de Dieu" (1 Corinthiens 1:24) et «l'image de Dieu» (2 Corinthiens 4:4), il est plus évidente dans l'épître aux Colossiens (1:15 ss.), et surtout dans l'épître aux Hébreux, où la théologie du Logos lui-même ne manque que le terme, qui apparaît finalement à Saint John. Dans cette épître on remarque aussi l'influence prononcée du Livre de la Sagesse, en particulier dans la description qui est donnée des relations entre le Fils et le Père: «l'éclat de sa gloire, et la figure de sa substance» (cf. Sagesse 7:26). Cette ressemblance suggère la manière par laquelle la doctrine du Logos est entré dans la théologie chrétienne; un autre indice est fourni par l'Apocalypse, où le terme Logos apparaît pour la première fois (19:13), et non pas à propos de tout l'enseignement théologique, mais dans une vision apocalyptique, dont le contenu n'a pas de suggestion de Philon, mais rappelle plutôt la Sagesse 18:15.

Dans l'Evangile de saint Jean-Logos apparaît dans le premier verset, sans explication, comme un familier terme pour les lecteurs, St. John il utilise à la fin du prologue (i, 14), et ne pas le mentionner de nouveau dans l'Evangile. De ce Harnack conclut que la mention de la Parole était seulement un point de départ de l'évangéliste, et qu'il est passé directement de cette conception hellénique du Logos à la doctrine chrétienne du Fils unique («Ueber das Verhältniss des prologues des vierten Evangeliums ganzen zum Werk »dans« Zeitschrift fur Theol. und Kirche », II, 1892, 189-231). Cette hypothèse s'avère fausse par l'insistance avec laquelle l'évangéliste revient sur cette idée de la Parole, il est, par ailleurs, assez naturel que ce terme technique, employé dans le prologue, où l'évangéliste est l'interprétation du mystère divin, ne devrait pas réapparaître dans la suite du récit, le caractère de ce qui pourrait donc subir le changement.

Quelle est la valeur exacte de ce concept dans les écrits de Saint-Jean? Le Logos a pas pour lui le sens stoïcien qu'il avait si souvent pour Philo: ce n'est pas le pouvoir impersonnel qui soutient le monde, ni la loi qu'il réglemente, ni ne nous trouvons à St. John le concept platonicienne du Logos en tant que le modèle idéal du monde, le Verbe est pour lui la Parole de Dieu, et, partant, qu'il organise avec la tradition juive, la théologie du Livre de la Sagesse, des Psaumes, des livres prophétiques, et de la Genèse, il perfectionne l'idée et le transforme en montrant que cette Parole créatrice qui a été de toute éternité en Dieu et était Dieu, s'est fait chair et a habité parmi les hommes.

Cette différence n'est pas la seule qui distingue la théologie johannique du Logos de la notion de Philon, à laquelle pas quelques-uns ont cherché à l'assimiler. Le Logos de Philon est impersonnelle, c'est une idée, un pouvoir, une loi, tout au plus il peut être assimilé à ces demi abstraites, des entités demi-concrète, à laquelle la mythologie stoïcienne avait prêté une certaine forme personnelle. Pour Philon l'incarnation du Logos doit avoir été absolument sans signification, tout autant que son identification avec le Messie. Pour Saint-Jean, au contraire, le Logos apparaît en pleine lumière d'un béton et de la personnalité de vie, il est le Fils de Dieu, le Messie, Jésus. Tout aussi grande est la différence lorsque l'on considère le rôle du Logos. Le Logos de Philon est un intermédiaire: «Le Père qui a engendré toutes a donné le Logos l'insigne privilège d'être un intermédiaire (methorios) entre la créature et le créateur, il est sans commencement ni (agenetos) est comme Dieu,... ni engendré (genetos) que vous [l'humanité], mais intermédiaire (mesos) entre ces deux extrêmes "(Quis rer. divin. haeres s'asseoir, 205-06). La Parole de St. John n'est pas un intermédiaire, mais un médiateur; Il n'est pas intermédiaire entre les deux natures, divine et humaine, mais il les unit en sa personne, il ne pouvait pas être dit de lui, comme le Logos de Philon , qu'il n'est ni agenetos ni genetos, car il est à la fois un et l'autre, et non pas en tant qu'il est la Parole, mais comme le Verbe incarné (Saint-Ignace, "Ad Ephes.», VII, 2).

Dans l'histoire ultérieure de la théologie chrétienne de nombreux conflits surviennent naturellement entre ces concepts rival, et les spéculations hellénique constituent une tentation dangereuse pour les écrivains chrétiens. Ils étaient à peine tenté, bien sûr, de faire le Logos divin un pouvoir impersonnel (l'Incarnation trop définitivement interdit cela), mais ils ont parfois été déplacés, plus ou moins consciemment, à considérer la parole comme un intermédiaire entre Dieu et l'être du monde . De là les tendances subordinationiste dans écrivains Ante-Nicene certains, d'où, également, l'hérésie arienne (voir Nicée, CONSEIL DE).

IV. Logos dans la littérature chrétienne antique

Les Pères apostoliques ne se touchent pas sur la théologie du Logos, un court préavis se produit à Saint-Ignace seulement (Magn Annonce viii, 2.). Les apologistes, au contraire, le développer, en partie en raison de leur formation philosophique, mais plus particulièrement à leur désir d'affirmer leur foi de manière familière à leurs lecteurs (Saint-Justin, par exemple, insiste fortement sur la théologie du Logos dans son «Apologie» signifiait pour les païens, beaucoup moins dans son "Dialogue avec Tryphon le Juif»). Cette angoisse de s'adapter discussion apologétique à la situation de leurs auditeurs avait ses dangers, car il est possible que de cette manière les apologistes pourrait terres et l'intérieur des lignes de leurs adversaires. Quant à la question capitale de la génération du Verbe, l'orthodoxie de la apologistes est irréprochable: le Verbe n'a pas été créé, que les ariens lieu plus tard, mais il est né de la substance même du Père selon la définition ultérieure de Nicée ( Justin, «Composer»., 128, Tatien, «ou»., v, Athénagoras, "Legat." x-xviii, Théophile,, II, x "Ad Autolyc."; ".. Adv Prax" Tertullien, vii) . Leur théologie est moins satisfaisante en ce qui concerne l'éternité de cette génération et de sa nécessité, en fait, ils représentent la Parole comme prononcé par le Père quand le Père a voulu créer, et compte tenu de cette création (Justin,, 6 "II Apol." ; cf «Composer»., 6162;. Tatien, «ou»., v, un texte corrompu et douteuse; Athénagoras, "Legat.", x; Théophile, «Ad Autolyc.", II, xxii, Tertullien, Adv . Prax., v-vii). Lorsque nous cherchons à comprendre ce qu'ils entendent par cette «énonciation», il est difficile de donner la même réponse pour tous les Athénagoras semble signifier le rôle du Fils dans l'œuvre de création, le syncatabasis des Pères de Nicée (Newman, «Causes de l'Ascension et réussites de l'arianisme »dans« les secteurs théologique et ecclésiastique ", Londres, 1902, 238), d'autres, notamment Théophile et Tertullien (cf. Novatien," De Trinit. ", xxxi), semblent très certainement à comprendre cette" énonciation », comme proprement dite. survivances mentale de la psychologie stoïcienne semblent être responsables de cette attitude: les philosophes du Portique une distinction entre le mot innée (endiathetos) et la parole proférée (prophorikos) en tenant compte de cette distinction les apologistes précités conçu un développement dans la Parole de Dieu après de la même façon. Après cette période, Saint-Irénée a condamné très sévèrement ces tentatives d'explication psychologique (Adv. Haeres., Cf II, xiii, 3-10,. II, xxviii, 4-6) Pères, puis rejeté cette distinction regrettable entre la Parole endiathetos et prophorikos [Athanase (?), "Expos. Fidei", i, dans PG, XXV, 201-cf. "Orat.", II, 35, PG, XXVI, 221; ". Cat" Cyrille de Jérusalem, IV, 8, PG, XXXIII, 465-cf. "Chat"., XI, 10, PG, XXXIII, 701-cf. Conseil de Sirmium, can. viii, dans Athan., «De Synode.", 27-PG, XXVI.

Quant à la nature divine de la Parole, tous les apologistes sont d'accord, mais certains d'entre eux, au moins à Saint-Justin et Tertuilian, il semblait y avoir dans cette divinité une certaine subordination (Justin, «Je Apol.", 13-cf . "II Apol.", 13; Tertullien, Adv Prax.. ", 9, 14, 26).

Les théologiens d'Alexandrie, étudiants eux-mêmes profonde de la doctrine du Logos, éviter les erreurs mentionnées ci-dessus concernant la double conception de la Parole (voir, cependant, un fragment de la "Hypotyposes", de Clément d'Alexandrie, cité par Photius, dans PG, CIII , 384, et Zahn, «Forschungen zur Geschichte des neutest Kanons.", Erlangen, 1884, xiii 144) et la génération en temps, car Clément et Origène pour la Parole est éternel comme le Père (Clement, VII, "Strom". 1, 2, PG, IX, 404, 409, et «Adumbrat de Joan..", i, 1, PG, IX, 734;. Origène, ". De Princip", I, XXII, 2 ss, en "Hom Dans Jer..», IX, 4, PG, XIII, 357: «Dans Jo ', ii, 32, PG, XIV, 77;;.. cf Athanase, PG, XI, 130 sqq. De ... Décret Nic syn "., 27, PG, XXV, 465) Quant à la nature de la Parole de leur enseignement n'est moins sûr: dans Clément, il est vrai, on ne trouve que quelques traces de subordinatianisme (" Strom. », IV, 25, PG, VIII, 1365;« Strom », VII, 3, PG, IX, 421;. cf". Strom », VII, 2, PG, IX, 408);. ailleurs, il très affirme explicitement l'égalité du Père et du Fils et de l'unité ("Protrept.", 10, PG, VIII 228, "Paedag.", I, vi, dans PG, VIII, 280; I, viii, PG , VIII, 325 337 cf I, ix, dans PG, VIII, 353;.. III, xii, dans P. d., V * I, 680) Origène, au contraire, fréquemment et formellement défendu des idées subordinationiste («De Princip ", I, iii, 5, PG, XI, 150; IV, xxxv, dans PG, XI, 409, 410;".. Dans Jo "ii, 2, PG, XIV, 108, 109, ii, 18, PG, XIV, 153, 156; vi, 23, PG, XIV, 268; XIII, 25, PG, XIV, 44144; xxxii, 18, PG, XIV, 817-20; «Dans Matt. », xv, 10, PG, XIII, 1280, 1281;". De Orat ", 15, PG, XI, 464," Contra Cels », V, xi, dans PG, XI, 1197);. son enseignement concernant la Parole évidemment souffert de la spéculation hellénique: de l'ordre de la connaissance religieuse et de la prière, la Parole est pour lui un intermédiaire entre Dieu et la créature.

Au milieu de ces spéculations des apologistes et des théologiens d'Alexandrie, élaboré pas sans danger ni sans erreur, l'Eglise a maintenu son enseignement rigoureux dogmatique sur la Parole de Dieu. Cela est particulièrement reconnaissable dans les œuvres de ces pères sont plus consacrés à la tradition que de la philosophie, et surtout à Saint-Irénée, qui condamne toutes les formes de la théorie hellénique et gnostique des êtres intermédiaires (Adv. Haer, II, xxx, 9. II, II, 4; III, VIII, 3; IV, VII, 4, IV, xx, 1), et qui affirme dans la plus grande fermeté la pleine compréhension du Père par le Fils et leur identité de nature (Adv. Haer ., II, xvii, 8; IV, iv, 2, IV, VI, 3, 6). On le retrouve à nouveau avec autorité encore plus grande dans la lettre du pape saint Denys de son homonyme, l'évêque d'Alexandrie (voir Athan. "Decret De. Nic. Syn.", 26, PG, XXV ,461-65) : "Ils se trouvent à la génération du Seigneur qui osent dire que sa génération divine et ineffable est une création, nous ne devons pas diviser l'unité admirable et divine en trois divinités, nous ne devons pas baisser la grandeur et la dignité souveraine du Seigneur. par la création de mots, mais nous devons croire en Dieu le Père tout-puissant, en Jésus-Christ son Fils, et au Saint-Esprit, nous devons nous unir à la Parole du Dieu de l'univers, car il a dit: «Moi et le Père sont une, et encore: «. Je suis dans le Père, et le Père est en moi» Ainsi nous protégeons la Trinité divine, et l'aveu de la sainte [unité de Dieu] la monarchie ". Le Concile de Nicée (325) avait, mais à prêter consécration officielle à cet enseignement dogmatique.

ANALOGIE ENTRE V. LA PAROLE DE DIEU ET LA PAROLE DE L'HOMME

Après le Concile de Nicée, que tout danger de Subordinationisme être retiré, il était possible de chercher dans l'analogie de la parole humaine un peu de lumière sur le mystère de la génération divine; les Pères grecs en particulier se référer à cette analogie, afin d'expliquer comment cette génération est purement spirituelle et ne comporte ni diminution, ni le changement:; ". Decret De Nic syn.." Denys d'Alexandrie (Athan., ".. De Dion envoyés", 23, PG, XXV, 513) Athanase (, 11, PG, XXV, 444); Basil ("Dans illud: In principio erat Verbum", 3, PG, XXXI, 476-77), Grégoire de Nazianze ("Ou.", xxx, 20, inP.G., XXXVI , 128-29) Cyrille d'Alexandrie («Th». iv, PG, LXXV, 56;. cf 76, 80; xvi, ibid, 300;. xvi, ibid, 313;.. De Trinit ", cadran. ii, PG, LXXV, 768 69), John Damasc. ("De Fide Orthod.", I, vi, dans PG, XCIV, 804).

Saint Augustin a étudié de plus près cette analogie entre la Parole divine et la parole humaine (voir notamment «De Trinit.», IX, vii, 12 m², dans PL, XLII, 967, XV, x, 17 m², ibid. 1069), et en tira les enseignements accepté depuis longtemps dans la théologie catholique. Il compare la Parole de Dieu, de ne pas la parole par la bouche, mais au discours intérieur de l'âme, par laquelle nous pouvons dans une certaine mesure appréhender le mystère divin; engendrée par l'esprit, elle y reste, lui est égal, est le source de ses opérations. Cette doctrine a ensuite été développé et enrichi par St. Thomas, en particulier dans "Contra Gent.", IV, xi-xiv, opusc. «De natura verbi intellectus», «.. Quaest Disput de Verit." iv, «De puissants." ii-viii, 1, "Summa Theol., II, XXVII, 2; xxxiv. St. Thomas énonce d'une façon très claire l'identité de sens, déjà noté par saint Augustin (De Trinit, VII, ii, 3.), Entre les termes Fils et le Verbe: "Filius eo quo Verbum, et Verbum eo quo Filius "(" Summa Theol., II, XXVII, 2, "Contra Gent.", IV, xi). L'enseignement de saint Thomas a été très approuvée par l'Église en particulier dans la condamnation du Synode de Pistoia par Pie VI (Denzinger, Enchiridion ", 1460). (Voir JÉSUS-CHRIST;. TRINITY)

Informations sur la publication écrite par J. Lebreton. Transcrit par Thomas P. Joseph. L'Encyclopédie Catholique, Volume IX. Publié 1910. New York: Société Appleton Robert. Nihil obstat, Octobre 1, 1910. Remy Lafort, Censeur. Imprimatur. + John M. Farley, Archevêque de New York


Ce sujet exposé dans l'original en langue anglaise


Envoyer un e-mail question ou un commentaire à nous: E-mail

Les principaux CROIRE web-page (et l'index sur des sujets) est à
http://mb-soft.com/believe/beliefrm.html'